Divulgation Cosmique

Le rover Curiosity de la NASA a trouvé des traces de carbone témoignant d’une vie passée sur Mars

Le rover Curiosity de la NASA a passé une décennie à rechercher d’anciens signes de vie sur Mars. Le rover a recueilli des échantillons de roches sédimentaires riches en un type de carbone associé à la vie sur Terre.

La NASA a présenté une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, selon laquelle les échantillons de sédiments trouvés par Curiosity suggèrent des « signaux de carbone inhabituels » qui pourraient soutenir une théorie de travail sur l’existence possible d’une vie ancienne.

« Nous trouvons des choses sur Mars qui sont extrêmement intéressantes, mais nous aurions vraiment besoin de plus de preuves pour affirmer que nous avons identifié la vie », a déclaré Paul Mahaffy, qui a été le chercheur principal du laboratoire d’analyse des échantillons sur Mars à bord de Curiosity jusqu’à sa retraite du Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland, en décembre.

« Nous cherchons donc à savoir ce qui aurait pu causer la signature carbonée que nous observons, si ce n’est la vie », a déclaré M. Mahaffy.

Curiosity s’est posé dans le cratère Gale sur Mars en août 2012 et a exploré un grand trou qui contenait probablement un lac. Le cratère a mis à nu d’anciennes roches que le rover a pu forer et analyser à l’aide d’un laboratoire embarqué, puis transmettre les données à la Terre pour que les scientifiques puissent les étudier.


Certains échantillons de sédiments étaient appauvris en carbone, tandis que d’autres étaient fortement enrichis. Le carbone a deux isotopes stables, le carbone 12 ou 13.

Les chercheurs ont constaté que la moitié des échantillons recueillis par Curiosity au cours de la décennie contenaient du carbone 12. Sur Terre, le carbone 12 est utilisé par les organismes pour les processus métaboliques et peut être interprété comme un signe possible de vie ancienne.


Cependant, les chercheurs ont indiqué que les cycles du carbone sur Mars ne sont pas entièrement compris pour permettre cette hypothèse.

« Sur Terre, les processus qui produiraient le signal de carbone que nous détectons sur Mars sont biologiques », a déclaré Christopher H. House, auteur principal de l’étude et professeur de géosciences à l’Université d’État de Pennsylvanie. « Nous devons comprendre si la même explication fonctionne pour Mars, ou s’il existe d’autres explications, car Mars est très différente. »

Les chercheurs ont élaboré trois scénarios pour expliquer les résultats du carbone 12.

« Les trois explications possibles sont la photolyse du méthane biologique libéré du sous-sol, la photoréduction du CO2 atmosphérique et le dépôt de poussière cosmique lors du passage dans un nuage moléculaire galactique. Ces trois scénarios sont non conventionnels, contrairement aux processus courants sur Terre. »

Le rover doit collecter d’autres échantillons de sédiments le mois prochain et donnera aux chercheurs une autre chance d’analyser les sédiments.

« Cette recherche a permis d’accomplir un objectif de longue date pour l’exploration de Mars », a déclaré House. « Mesurer différents isotopes de carbone — l’un des outils géologiques les plus importants — à partir de sédiments sur un autre monde habitable, et elle le fait en examinant neuf années d’exploration. »

Si les échantillons collectés sont des signes d’une ancienne vie sur Mars. C’est une bonne nouvelle pour Elon Musk, qui tente de fabriquer des vaisseaux spatiaux pour faire la navette entre la Terre et Mars avec des milliers de personnes afin de coloniser la planète dans les prochaines décennies.


Aube Digitale



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 55 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire