Aller à la barre d’outils

Les origines du Projet « CRYSTAL KNIGHT »

A la suite de l’incident de Roswel où un crash d’un engin extraterrestre eu lieu, il y eu un survivant parmi l’équipage. Pendant plusieurs années, il fût gardé au secret, et on l’appela « EBE1 » (Entité Biologique extraterrestre n°1).

Suite a un apprentissage de la langue anglaise, pour communiquer avec lui, assez aléatoire au début, mais suffisante pour se faire comprendre, il y eu une multitude de questions, auxquelles il répondit.

Toutes les réponses et informations fourni par EBE1 ont étaient compilées dans un livre, appelé « Livre Jaune ». Ceux qui ont accès à ce « livre », se compte sur les doigts de la main. Plus tard il fût transférer sur des CD.

Par la suite, les autorités Américaines voulurent tenter de communiquer directement avec la planète d’origine de EBE. Cette planète porte le nom de « SERPO ».

Leur planète fait partie du système de « Zeta Reticulli » (appellation latine ou « Zéta de Réticulle » en Français) qui se trouve à 38,43 année-lumières de la Terre. Ce dernier a fourni un dispositif de communication qui permis de communiquer avec SERPO. Ce dispositif de communication avait était récupéré à bord du vaisseau Extraterrestre qui s’est écrasé en Juillet 1947 près de Corona, à Roswel au Nouveau-Mexique. EBE1 en a expliqué le fonctionnement et montré la bonne utilisation de ce dispositif avant sa mort.


Tout d’abord, pour augmenter les chances de succès, ils devaient optimiser la capacité de réception des signaux. Il leur fallut établir une série stations-relais de communication autour du monde, pour recevoir les signaux de cette civilisation extraterrestre et les relayer à un endroit central, à la base de Sandia.

La base de Sandia (Kirtland AFB) avait récemment (dans les années 1950) créé un système de paraboles qui pouvaient recueillir des signaux depuis l’espace extra-atmosphérique.

Le 2044ème Escadron des communications (AF) était responsable du système de communication, ainsi que le personnel de l’armée américaine du Service des communications et un certain nombre de civils du Los Alamos National Laboratory. Trois membres du 2044ème escadron furent formés aux moyens de travailler avec ce système de communication.

Cependant, des suites du crash, l’appareil ne fonctionnait pas correctement et aucun contact ne pût être établi avec SERPO. Juste avant que EBE1 ne meurt, les scientifique de Los Alamos comprirent mieux le dispositif et en améliorèrent le fonctionnement. Avec l’assistance de EBE1 et un programme de langue établit exprès, plusieurs signaux ont été envoyés durant l’été 1952. Au début de l’automne 1952, ils ont reçu plusieurs réponses aux signaux sur le périphérique.

EBE1 a traduit les messages et ils ont eu ainsi accès à ces informations. EBE1 avait envoyé six messages:

– Le premier message était de simplement de faire savoir à sa planète qu’il était vivant;
– Le second message expliquait l’accident de 1947 et la mort de son équipage;
– Le troisième message demandait pour une mission de récupération pour lui;
– Le quatrième message proposait une rencontre formelle avec les dirigeants de la Terre;
– Le cinquième message proposa un programme d’échange;
– Le sixième message fournissait les coordonnées pour toute aide à son sauvetage ou à la futur mission de visite « officielle » sur la Terre.

Les messages entrants ont donné une heure et une date (date du système en temps des EBE), et confirmé un lieu de débarquement. Craignant que EBE1, qui était déjà malade, ne puisse traduire correctement le message, des scientifiques et des linguistes ont commencé à prendre le relais pour traduire le message, basé sur le langage EBE qui avait été enseigné et expliqué par lui.

EBE1 était un mécanicien, pas un scientifique. Il était capable d’enseigner certains des termes de sa langue, mais les problèmes de traduction existaient toujours. Ils parvinrent tout de même à traduire environ 30% de la langue extraterrestre.

La barrière de la langue

Les militaires se tournèrent vers des spécialistes en linguistique de plusieurs universités des Etats-Unis et même de plusieurs universités étrangères. Enfin, ils furent en mesure de traduire le message. Ils décidèrent de répondre en anglais pour voir si ils arriveraient à traduire de l’anglais, langue qu’ils estimaient « plus facile », que la leur.

Environ quatre mois plus tard, ils reçurent une réponse dans un anglais approximatif. les phrases contenaient des noms, des adjectifs, mais pas de verbes. Ils envoyèrent des leçons d’anglais par le biais de EBE. Six mois plus tard, nous avons reçu un autre message en anglais. Cette fois, c’est plus clair, mais pas encore assez clair. Les phrases étaient confuses.

EBE1 les aida de son mieux, tant qu’il était vivant. Mais une fois qu’il est mort, ils ne purent compter que sur eux. Ils envoyèrent plusieurs messages sur une période de six mois (en 1953). Mais ils ne reçurent aucunes réponses. En affinant les testes au cours des 18 mois suivant, ils envoyèrent finalement deux messages qui furent mieux comprit, et en 1955, ils reçurent une réponse.

Ils s’efforcèrent d’avoir un niveau de compétences de base pour pouvoir communiquer en anglais.

On reconnait bien-là les Américains, ils contactent une civilisation extraterrestre, mais c’est à elle de savoir parler l’Anglais.

Dans un message, les EBE envoyèrent une forme d’alphabet, avec la lettre en anglais équivalente. Les spécialistes linguistes ont eu un travail très difficile. La langue écrite EBE était faite de caractères simples et de symboles. Au cours des cinq années qui suivirent, ils furent en mesure de parfaire leur compréhension de la langue extraterrestre et ces derniers ont réussi à mieux comprendre l’anglais.

Toutefois, il y eu un problème majeur, en essayant de convenir d’une date, un heure et un lieu pour un atterrissage sur Terre. Même si on pouvait en principe comprendre assez bien certains messages et que, de leur côté, ils arrivaient à comprendre un peu l’anglais, il demeurait toujours la compréhension difficile de leur systèmes de temps et de date. Ils leur envoyèrent notre calendrier de rotation de la Terre, de sa révolution, notre système de date… etc. Mais ils ne le comprirent pas.

En réponse, les EBE envoyèrent leur système, qui a été difficile pour les scientifiques à comprendre parce qu’ils n’avaient pas de référence par rapport à leur planète. Les EBE n’expliquaient pas toutes les données astronomiques de Serpo et de leur système. Ils décidèrent d’envoyer juste des images montrant la Terre, des jalons (coordonnées astronomiques) et un système simple de numérotation pour les périodes de temps.

Un message simplifié dans le genre: « Nous y en a être-là, toi y en a comprendre? ». Les images furent envoyer en langage binaire, des 1 et des 0 qui produisent une image, visible avec du recul, une fois imprimée.

Les EBE renvoyèrent un message indiquant qu’ils reviendraient sur Terre à une date et un emplacement qu’ils laissait à la discrétion des autorités Américaines. La date convenue, était le 24 avril 1964 et l’emplacement était dans le secteur sud de la base de White Sands Missile Range au Nouveau Mexique.


La préparation du Programme peut commencer

Au cours de l’été 1958, a eu lieu à la Base de Sandia (Kirtland AFB) pour une réunion très secrète. Il y avait des fonctionnaires du Département de la Défense et des militaires. Parmi les participants à cette réunion, on peut citer: Le Général Charles Cabell, Phil Howell, George Simler, Miles Doyle, Bob Hall, Curtis Frisbie, Harry Robb, Earl Butts, Richard Hamaski et Jack Thomas. Tous étaient membres de l’USAF, et la plupart faisaient partie de l’Air Force Security Groupe (les renseignements de l’USAF de l’époque).

Une présentation a été faite lors d’un événement extraordinaire qui était un contact avec une intelligence extra-terrestre situé sur une autre planète.

Des décisions furent prises, puis modifiées, puis de nouveau changées. Ils disposaient d’environ 25 mois pour tout planifier. Des équipes spéciales, pour la plupart militaires, ont étaient constituées spécialement pour ce programme, qui prit le nom de Projet « CRYSTAL KNIGHT ».

Plusieurs mois après la phase de planification, le Président Kennedy décida d’approuver un plan d’échange, avec une équipe militaire spéciale. L’USAF en fût chargée en tant que département concerné au premier chef par une mission qui impliquerait un échange avec des extraterrestres. Les fonctionnaires de l’US Air Force, prirent le maximum de scientifiques civils pour aider à la planification de l’entrainement et de la sélection des personnes de l’équipe.

Le choix des membres de l’équipe et leur entrainement

Le processus de sélection des membres de l’équipe était la chose la plus difficile à accomplir. Plusieurs plans furent proposés dans la composition de l’équipe. Il a fallu plusieurs mois pour que les planificateurs se mettent d’accord sur les critères de choix. Ils décidèrent que chaque membre de l’équipe devaient tous être des militaires de carrière (plus de 4 ans de service). Ils devaient être célibataire, et être sans enfant. Et avoir chacun une spécialisation et des compétences particulières.

Ils devaient avoir les aptitudes et les capacités pour suivre la formation. Ils devaient être entièrement soudé par « l’esprit d’équipe » et ne pas avoir des problèmes d’identification ou d’ego qui pourraient les perturber au cours du voyage. Il a été suggéré que la liste de tous les membres serait mentionné d’office, comme étant tous « décédés ». Cela a était fait pour que chaque membre de l’équipe qui serait choisit, devrait être répertorié comme « manquant » sur les documents officiels et « disparaissent » ainsi des registres officiels. De cette manière, toutes les relations possibles entre la nouvelle affectation de l’équipe au projet, et leurs affectations antérieurs ne pourraient pas être découvertes. (qui aurait l’idée d’enquêter sur une personne, « officiellement » morte).Mais aussi, cela réglait le « problème », si jamais ils ne revenaient pas et y laissaient la vie.

Chaque dossier de chaque membre de l’équipe sélectionnée a été purgée de plusieurs documents, y compris leurs dossiers de sécurité sociale, leurs déclarations de revenus, leurs dossiers médicaux, leurs antécédents militaires, et les autres dossiers que l’administration civile pouvait détenir et ainsi permettre leur identification ont été saisis et placés dans un endroit secret.

À l’origine, environ 560 ont été ciblées pour faire partie des personnes sélectionnées possible. Le processus de sélection en a finalement retenu 16 (deux femmes firent partie de la sélection). Considérant qu’ils avaient-là les meilleurs candidats possibles. Pendant la formation, qui a duré environ six mois, il y en eu 16 qui firent la formation. Quatre d’entre-eux étaient là, pour des « remplacements » juste au cas où un des membres aurait été blessé ou n’aurait pût participer à la mission pour d’autres raisons.

Il est bizarre qu’il n’y est pas eu carrément une « équipe Bis ». Comme pour les « équipages Bis » des programmes Apollo. Mais vu cette mission très spéciale, ils devaient avoir leurs raisons.

La formation de l’équipe

Chaque membre sélectionné a été envoyé dans un centre d’entrainement spécial situé à Camp Perry, en Virginie. Il s’agissait d’un lieu de formation des agences de renseignement. La plupart de la formation a eu lieu là, mais d’autre formations spéciales auraient été accomplies à Sheppard Air Force Base, à Wichita Falls au Texas, à Ellsworth AFB, dans le Dakota du Sud, et à Dow AFB dans le Maine.

La formation dura 167 jours. L’équipe a eu un repos d’environ 15 jours de congé pendant cette période, mais ils ont été étroitement surveillé. Juste avant leur voyage, l’équipe a était transportée au camp disciplinaire de, Fort Leavenworth, au Kansas et mit au secret dans des cellules verrouillées. Cela les a empêchés de communiquer avec quelqu’un du monde extérieur et chacun était sous étroite surveillance.

Chaque membre de l’équipe ont dû supporter une formation psychologique et physique extrême.

Après le vaste processus de sélection, chaque membre de l’équipe ont dû démontrer sa capacité à supporter les épreuves, qui comprenait une batterie de tests psychologiques, des examens médicaux et un « PAT » (le « Positive Attitude Tests » qui est un test militaire donné aux pilotes et aux forces spéciales).

Le programme d’entrainement était dirigé par le commandant Bob HALL. Et cette phase était supervisée par la DIA (Defense Inteligence Agency) nouvellement créée.

Durant la formation, par soucis du secret, ils avaient fait passer leur entrainement, vis-à-vis de la majorité du personnel qui les encadré, pour un programme de sélection et d’entrainement en vu de futurs vols lunaires.

Par soucis d’anonymat et de secret, tous les membres de l’équipe se sont vu attribuer un n° à trois chiffres, et ils furent appeler comme cela dès le début de la formation. La numérotation était la suivante:

Commandant de l’équipe: 102
Commandant en second: 203
Pilote 1: 225
Pilote 2: 308
Linguiste 1: 420
Linguiste 2: 475
Biologiste: 518
Scientifique 1: 633
Scientifique 2: 661
Médecin 1: 700
Médecin 2: 754
Garde de sécurité: 899


(On ne sait pas avec certitude quel était la fonction des deux femmes présentent dans l’équipe).

La formation comprenait les phases suivantes:

1. Introduction à l’exploration spatiale (enseignée par le personnel de la NASA);
2. L’astronomie, l’identification des étoiles, l’utilisation de télescopes et sur l’astrophysique en général;
3. Anthropologie Eben (information reçue d’EBE1);
4. Histoire des EBE (informations de base reçues d’EBE1);
5. La « Formation de base en médecine et en chirurgie de combat » (soins de traumatologie). Celle-ci a été donné au personnel non médical de l’équipe;
6. Formation de haute altitude – en parachutisme et en apesanteur/atmosphère, et un entraînement à l’utilisation de matériel respiratoire;
7. Cours de Survie et d’évasion;
8. Cours sur les armes de base et la formation aux explosifs (des charges de C-4, « Composition-4 » avait été prises au cas-où);
9. « Psychological Operations Training » et préparation de résistance aux interrogatoires;
10. Cours d’entraînement tactique (4 semaines, formation de l’US Army Ranger Course);
11. Cours de collecte de renseignements et d’échantillons;
12. Cours sur les méthodes de collecte et l’utilisation des équipements géologiques spécialisés;
13. Cours d’éducation physique et de maitrise du stress;
14. Méthodes pour faire face à un accouchement;
15. Cours de Nutrition;
16. L’utilisation du matériel de formation;
17. La formation à une spécialité qui serait propre à chacun des membres;
18. Cours sur la Biologie fondamentale;
19. Autre formation qui est secrète et toujours considérée comme hautement confidentielle même après 45 ans (1965 – 2010).

Chaque membre de l’équipe avait également une « pilule » avec lui.

Cette « pilule » était la norme pour les agents de renseignement opérant derrière les lignes ennemies. La pilule pourrait mettre fin à leur vie si, pour quelques raisons, ils se retrouvaient dans une situation impossible à affronter et pour leur épargner des souffrances, s’ils s’estimaient perdu.

Tous les astronautes Américains, durant les Programmes Gemini, Mercury, et Appolo, se sont vu remettre également ce genre de pilule (en fait une capsule de cyanure, qui provoque la mort en quelques secondes par la paralysie totale du système nerveux).

Plusieurs membres de l’équipe (les pilotes) ont été formés à apprendre à voler sur un engin EBE, qui aurait était trouvé dans l’ouest du Nouveau Mexique en 1949. Le plan prévoyait pour ces quelques personnes choisies de pouvoir piloter un engin vers la Terre en cas d’urgence.

Il y a eu de nombreux crash dans les années 40 et 50. Il se peut que la soucoupe en question, est en fait était récupérée à un autre endroit. Il pourrait s’agir de la soucoupe récupérée presque intacte. Voir  ci-dessous :  » Le Projet Moon Dust ».

Les documents déclassifiés du Projet MOON DUST

Il y avait quatre pilotes dans l’équipe. Ceux-ci ont passé plusieurs semaines dans le complexe S-4 (La Base 51) du Nevada à apprendre à voler sur le vaisseau extraterrestre. Il n’était pas difficile à piloter, une fois que l’on avait comprit le fonctionnement des contrôles. Les membres de l’équipe avaient emmenés de petits conteneurs d’azote liquide.

Les EBE étaient vulnérables au froid extrême. En cas d’hostilité de la part des EBE, l’azote liquide pourrait être utilisé pour les neutraliser et de pouvoir faire une tentative d’évasion. Les membres de l’équipe avaient reçut l’ordre de pulvériser la substance directement dans le visage d’un EBE. L’azote liquide avait été placé dans des conteneurs spéciaux, comme nous le faisons aujourd’hui.

Toutefois, chaque membre de l’équipe a rapidement écarté ces bouteilles d’azote liquide à leur arrivée sur Serpo. L’équipe EBE avait réalisé la dangerosité de cette substance pour eux, mais jamais ils ne remirent en cause la raison des membres de l’équipe humaine de l’avoir emmené avec eux.

Comme pour les armes, chaque membre de l’équipe avaient une arme de poing et un fusil M16. Les EBE ont bien réalisé ce qu’était ces armes, mais là encore, ils n’ont jamais demandé pourquoi les membres de l’équipe les avaient prisent avec eux.

Le déroulement de l’échange

Des changements survinrent, ils reçurent un message du EBE indiquant qu’ils ne souhaitent plus faire l’échange au cours de leur première visite sur la Terre.

Ils ont voulu venir d’abord et ensuite planifier l’échange en personne. Cela a créé des problèmes puisque l’équipe était déjà prête pour l’échange. Ils envoyèrent un message, mais ne reçurent pas de réponse.

En décembre 1963, les EBE envoyèrent un message confirmant l’heure, la date et le lieu de leur débarquement. Le message a indiqué que deux vaisseaux étaient en route vers la Terre et se rendrait à la destination appropriée à l’emplacement définit par l’arrangement préalable.

Au cours de cette période, il y eu la perte du président Kennedy. Certains sur le projet voulurent annuler l’échange en raison de sa mort. Mais le président Johnson a été informé et a décidé de poursuivre l’événement, même si, Johnson ne croyait pas vraiment que cela arriverait vraiment.

L’équipe était prévue pour deux endroits différents. Une « couverture », en fait. Il y en avait une fausse sur Holloman Air Force Base près d’Alamogordo, au Nouveau Mexique et l’autre, qui serait le vrai lieu du débarquement, était à l’ouest de Holloman près de l’entrée sud de la base de White Sands Army Post.

Les premiers engins extraterrestres sont entré dans notre atmosphère au cours de l’après-midi du 24 avril 1964.

L’engin atterri en fait au mauvais endroit, près de Socorro au Nouveau Mexique. Notre équipe était sur place à White Sands. Nous avons été en mesure de communiquer un message à l’engin EBE pour leur dire qu’ils avaient atterri au mauvais endroit. Le second vaisseau capta le message et atterri lui à l’emplacement correct.


L’engin atterrit bien à White sand. Il y avait 16 hauts fonctionnaires du Gouvernement Américain sur le terrain. Certains étaient des politique et certains étaient des hauts fonctionnaires de l’Etat, y compris bien-sûr des officiers militaires. Les EBE quittérent leur vaisseaux s’avancèrent sur le tarmac. Ils donnérent des cadeaux de leur technologie. Ils avaient inventé un dispositif de traduction (prototype). Cela semblait être une sorte de microphone avec une lecture sur écran.

Les fonctionnaires parlaient dans l’appareil et l’écran montrait un formulaire imprimé du message vocal, à la fois en langue EBE et en Anglais. Il était assez rudimentaire et il fût difficile à comprendre tout ce qui a été dit. Le EBE avait décidé de faire l’échange, mais pas avant l’année suivante. Juillet 1965 a été fixé et l’emplacement décidé était le « Site des essais » dans le Nevada. Les planificateurs ne souhaitaient pas conserver le même emplacement, de peur que des divulgations pourraient se produire.

Les membres de l’équipe furent maintenus à Fort Leavenworth jusqu’en mai 1964. Ils ont ensuite étaient transportés au Camp Perry. L’équipe a était isolée pour les six prochains mois, mettant cette période à profit pour parfaire la formation qu’elle avait reçue. En augmentant leurs compétences individuelles et par l’apprentissage de compétences nouvelles. Cela a aussi donné à l’équipe le temps de mieux comprendre la langue des Ebe. Bien que la plupart membres de l’équipe avait des difficultés à apprendre la langue, les deux linguistes de l’équipe ont été en mesure de parfaire leurs compétences linguistiques.

En avril 1965, l’équipe a était transporté à Fort Leavenworth et confinée jusqu’en juillet 1965, puis ils ont été transportés au Nevada. C’est là qu’à eu finalement eu lieu l’échange. Deux engins atterrirent et l’équipe monta à bord de l’un d’eux. Non sans avoir d’abord veillé au bon chargement de tout son matériel (plusieurs tonnes de choses nécessaires furent prises: Nourriture, matériels médicaux, de recherches, de prélèvements, des vêtements,…etc. Ça serait trop long à énumérer ici).

Les extraterrestres récupérèrent le corps de EBE1. Et bien sûr plusieurs EBE furent laissé sur terre en vertu du programme d’échange.

Le contact fût maintenu continuellement avec les membres de l’équipe par l’utilisation d’un système de communication laissé par les EBE, pendant tout le voyage spatial, qui a duré environ 10 mois. Dès leur atterrissage sur « SERPO », il y a eu une continué des contacts, de manière régulière, (et/ou bien-sûr dans des situations d’urgence).

Le retour de l’équipe

L’équipe est revenue comme prévu le 18 août 1978, à l’emplacement exact, d’où elle était partie en 1965.

Huit membres sont revenus. Deux sont morts sur la planète et leurs corps ont été ramené. Deux autres ont décidé de rester sur la planète étrangère.

Les huit membres ont été isolés pour une année complète dans une installation située à Los Alamos. C’est là qu’a eu lieu de nombreux examens médicaux, et les interrogatoires pour établir le compte-rendu de la mission. Et aussi leur permettre de se ré-acclimater petit-à-petit, à l’environnement terrestre.

Après cette année d’isolement et de débriefing, ils reçurent de nouvelles identités, une forte gratification financière en dédommagement et une offre de retour au service actif ou à la mise à la retraite d’office.

Six décidèrent de prendre leur retraite et deux choisirent de rester en service actif. Les huit sont maintenant tous décédés.

Le rapport final de la mission, classé au niveau « Top Secret Codeword », qui fût remit aux autorités supérieures, vit un changement dans le nom du programme, qui prit le nom de la planète et devint alors le « Projet SERPO« . Et c’est sous cette appellation qu’il nous est connu aujourd’hui.

« Top Secret » avec un nom de code. Les différents niveaux d’accès au secret (appelé « clearance ») peuvent être désigné par un nom de code. Cela permet de hiérarchiser et d’identifier plus facilement, la catégorie de « clearance » de chacun. Pour plus d’information, voir « La classification du secret aux Etats-Unis ».

Il y a beaucoup de suspicions concernant le Projet SERPO par rapport aux sources d’informations, dont plusieurs sont anonymes.

Et d’un autre côté, des documents déclassifiés, corroborent certaines informations.

Dans l’histoire de l’ufologie, il n’y a pas de fumée sans feu.

Ce ne serait pas la première fois qu’il y aurait des « fuites » de faits réels, sciemment organisées, « sans en avoir l’air ». Il existe de nombreux précédents « douteux », qui se révélèrent par la suite être exacte. Toute personne qui cherche à savoir, a le droit de connaître ce projet.


Le Projet Serpo est un projet top-secret dans lequel le gouvernement des États-Unis a organisé un programme d’échange avec les Extraterrestres êtres qui se sont écrasés dans le désert près de Roswell, Nouveau-Mexique qui a envoyé douze militaires spécialement formés pour le système d’étoiles Zeta Reticuli sur 39 années-lumière.

Comment ont-ils réussi à traverser cette grande étendue de l’espace et le temps? Qu’arrive-t-leur voyage? Comment était la vie sur cette planète lointaine?

Toutes ces réponses, et plus, sont présentés par le gouvernement impliqués dans ce projet et le débriefing qui a eu lieu après leur retour sur Terre.


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation




Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
dictum massa quis, dapibus mattis ipsum sed
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :