Conscience

Le dilemme du chercheur de vérité

Témoignage de Dylan Charles

« Annulez la recherche. » – Gangaji

Le 20 mars 2003, je conduisais vers l’ouest sur la I-10 en direction de Fort Stockton, au Texas, en route vers le parc national de Big Bend.

Big Bend a longtemps été mon endroit préféré. Mon sanctuaire. C’est le seul endroit dans ce monde que je connaisse où vous pouvez planter une tente à 10 miles de n’importe qui, avec rien d’autre que le grand ciel ouvert au-dessus pour vous tenir compagnie. Où vous pouvez vous asseoir seul avec l’univers et avoir une image claire de ce qui se passe réellement à l’intérieur de vous-même.

En écoutant la radio sur la route, l’un des faucons de guerre néoconservateurs de George W. Bush faisait une déclaration en direct. C’était Richard je ne sais quoi, j’ai oublié son nom, mais je suis certain qu’il a l’habitude de s’appeler Dick. Et non, pas Cheney. Pas ce Dick. Un différent Dick.

Oh attends, je viens de me souvenir. Holbrook. Richard Holbrooke, c’est vrai. Encore un Dick, cependant.


Quoi qu’il en soit, il a dit que le bombardement de l’Irak venait juste de commencer, et que notre combat pour la survie contre les ADM, le terrorisme et les malfaiteurs épris de liberté avait nécessairement commencé. Choc et crainte, bébé !

« Hey barman ici
Deux coups de plus et deux bières de plus
Monsieur, montez le son de la télé
La guerre a commencé sur le terrain
J’adore ces bombes à guidage laser
Elles sont vraiment géniales pour redresser les torts
Vous atteignez la cible et gagnez le jeu
Des bars 3 000 milles plus loin
3 000 milles plus loin »

–Roger Waters

Là-bas, dans les landes de l’ouest du Texas, je ne pouvais pas être plus loin de la guerre, pourtant je me sentais comme faisant partie de l’équipe. L’équipe gagnante. Les gentils.

Et après avoir regardé à la télévision en direct la destruction de la tour sud avec un 767 (et 10 000 rediffusions), la perspective de se venger semblait juste pour l’époque.


« Baisez-les. Renvoyez-les tous à l’âge de pierre… laissez Dieu les trier.

J’avais été dûment endoctriné.

Je marchais, parlant, preuve que le système excelle par-dessus tout à capturer les esprits et à les maintenir en esclavage du berceau à la tombe. Un produit de ma génération.

Mais oh, comme les choses changent.

En l’espace d’un an, je suis tombé sur la première vague d’informations sur la vérité sur le 11 septembre, et voilà, cela avait beaucoup de sens pour moi. Et quand j’ai comparé ce récit naissant avec l’histoire officielle, je n’ai eu d’autre choix que d’honorer ce bon sens, et j’ai commencé à poser des questions.


Je suis un gars intelligent. Vraiment intelligent. Je suis aussi un rebelle, et je n’ai jamais eu tendance à faire confiance aux soi-disant figures d’autorité. Surtout ceux qui profitent du meurtre, et j’ai donc creusé pour découvrir ce qui se passait réellement dans notre monde.

Près de vingt ans plus tard, je peux dire que j’ai parcouru la plupart des terriers de lapin. J’ai fait des recherches et j’ai décidé où j’en suis, c’est d’où je regarde maintenant le monde.

Et compte tenu des événements de ces dernières années, c’est un endroit étrange. Se tenir dans la vérité, dans l’espoir que d’autres verront la lumière et se joindront à vous, mais pendant tout ce temps, les mensonges deviendront plus effrontés et évidents.

Quand le vent tournera-t-il ?

Qui sait?

J’ai déplacé l’objectif de mon travail de documenter la situation à aider les autres à gérer les retombées émotionnelles de la vie à une époque de conneries aussi omniprésentes, et cette nouvelle ligne de travail m’aide à voir quelque chose de très important que vous feriez bien d’envisager.

Quand je dis que j’ai fait des recherches, ce que je veux vraiment dire, c’est que j’ai passé d’innombrables heures dans des livres et sur Internet à consommer autant d’informations que possible sur ce que pourrait être l’agenda du Nouvel Ordre Mondial émergent. C’est une expérience douloureuse de voir toutes vos illusions brisées, les unes après les autres, dans une séquence sans fin.

Je me souviens d’environ 2006, quand tout cela me frappait vraiment, j’avais l’impression de pleurer quelque chose de perdu, quelque chose de mort, et en réfléchissant maintenant, je sens que ce processus que nous appelons « l’éveil » comprend les sept étapes bien connues du deuil.

  1. Choc et incrédulité
  2. Le déni
  3. Colère
  4. Négocier
  5. Culpabilité
  6. La dépression
  7. Acceptation et espoir

Les clients avec qui je travaille sont tous des chercheurs de vérité. Ils sont tous non vaccinés. Ils se méfient tous à juste titre des démons comme Klaus Schwab , Bill Gates, Fauci et Yuval Noah Harari . Ils sont tous farouchement indépendants, parfois à tort, et tous sont prêts à sacrifier des liens sociaux superficiels et de fausses amitiés ou relations familiales qui n’honorent pas leur désir de vivre dans un monde de vérité.

Mais la plupart d’entre eux sont également coincés, accrochés à la recherche de la vérité comme une forme d’évasion du malaise qui accompagne le rejet de l’idée que l’ignorance est un bonheur.

La plupart d’entre eux n’ont pas atteint le stade de l’acceptation dans le traitement de leur chagrin pour un monde devenu fou. Ils sont coincés dans la dépression ou la colère, ou espèrent toujours se sortir de ce pétrin en essayant de convaincre tous ceux qu’ils rencontrent que les pouvoirs en place ne sont pas aussi vertueux que leurs sociétés de relations publiques les décrivent.

Et voici le dilemme du chercheur de vérité.

Comment vivre dans la vérité dans un monde de mensonges sans devenir fou et sans permettre à l’énergie de votre vie d’être détournée vers des choses sur lesquelles vous n’avez aucun contrôle?

Il y a un « blocage » qui accompagne souvent le fait d’être un chercheur de vérité. C’est frustrant et débilitant, et je le sais bien. Cela a tout à voir avec la peur, car, avouons-le, les choses révélées au grand jour sont profondément dérangeantes et carrément horrifiantes, du moins pour des gens comme vous et moi.

Il s’agit de se battre, de fuir ou de geler, et tant de bonnes personnes, peut-être même vous-même, sont gelées, car il n’y a pas d’endroit où fuir, et il n’y a vraiment aucun moyen efficace pour la plupart des gens de lutter contre cela. Alors on coince.

Et le problème avec le fait d’être coincé dans la peur, c’est que cela crée une tempête émotionnelle en vous-même, une avalanche émotionnelle, si vous voulez, déclenchant un besoin profond et très réel de s’échapper. Elle provoque l’inaction, qui tue la confiance.

Dans notre quête de plus de connaissances, nous recherchons le confort et le sentiment de sécurité que nous pensons pouvoir trouver en sachant que nous ne sommes pas seuls. Et nous ne sommes pas seuls, mais le savoir ne semble pas suffisant.

Certains d’entre nous tentent d’échapper à la tempête émotionnelle en la noyant avec de l’alcool, des pilules et des drogues, ce qui bien sûr ne fait qu’exacerber la dépression et nous marginalise dans la faiblesse et l’impuissance.

La plupart restent simplement figés dans les chambres d’écho et les trous de lapin dans une quête sans fin de cette seule connaissance qui nous libérera tous. Et plus nous restons là-bas, plus les ténèbres ont d’emprise sur nous. C’est une autre forme d’évasion, qui n’est pas du tout la même chose que la fuite.

Cela devient juste une autre distraction dans nos vies. Un tueur de temps incontournable qui rassasie temporairement le cyclone émotionnel de la peur tout en amplifiant simultanément la peur. Une forme d’automédication qui ne fait qu’exacerber l’anxiété, comme le font la plupart des automédications.

Il est très difficile de consommer des vérités aussi dures sans être alourdi par la lourdeur de tout cela. Il y a une gravité dans le mal qui nous entoure qui fait un travail fantastique pour empêcher votre esprit d’atteindre l’orbite. C’est pourquoi je parle souvent de la guerre spirituelle et de l’importance de la gagner dans votre existence quotidienne, d’instant en instant.

« Quiconque combat des monstres doit veiller à ce qu’il ne devienne pas un monstre. Et si tu regardes assez longtemps dans un abîme, l’abîme te regardera. ~ Nietzche

Pourtant, le fait est que la plupart des chercheurs de vérité que je rencontre et avec qui je parle ont tous une chose en commun. Ils veulent tous avoir un impact positif sur les gens et sur ce monde. Paradoxalement, cependant, leur quête sans fin de plus de vérité est ce qui les empêche de devenir le genre de personne qui peut réellement avoir un impact positif sur les autres, car cela les maintient ancrés dans un état de conscience très dense, très contraignant. La conscience restrictive de la peur.

Et encore une fois, cela les fige dans l’inaction, ce qui augmente leur frustration, et donc leur colère à propos de tout cela.

Il est presque impossible d’être un agent de changement efficace lorsque vous vivez dans les mêmes niveaux de conscience que vous essayez d’éviter. Je suis certain qu’Einstein nous l’a déjà dit.

Donc, le dilemme est vraiment de savoir comment être dans ce monde et non en faire partie, afin que vous puissiez regarder le shitshow (spectacle de merde) avec un sentiment de non-attachement, vous donnant ainsi la liberté et l’espace pour planer au-dessus de tout et appliquer réellement votre énergie au service de votre propre vie spéciale et bénie, et au service de ceux qui ont besoin de vous.

Il s’agit d’entrer et de dépasser la septième étape du deuil, l’acceptation.

Il s’agit d’élever votre propre niveau de conscience sans dépendre de quoi que ce soit en dehors de vous pour changer en votre faveur.

Il s’agit de gagner la guerre spirituelle et d’échapper au purgatoire de la guerre de l’information.

Lorsque vous vous échapperez, vous pourrez enfin vivre dans ce monde ignorant de récits concurrents sans devenir les récits.

Vous récupérerez votre pouvoir personnel de la fosse, vous donnant la précieuse capacité d’opérer avec souveraineté spirituelle à un moment où le système ne veut rien de plus que vous maintenir enfermé dans l’anxiété, la peur et le doute.

Vous serez capable d’être attentif sans vous laisser distraire et vous pourrez agir dans votre vie en donnant l’exemple aux autres.

Dylan Charles est un coach de maîtrise de soi et d’auto-sabotage, l’éditeur de Waking Times et l’animateur du podcast Battered Souls. Son parcours personnel est profondément inspiré par les plantes médicinales chamaniques et les arts du Kung Fu, du Qi Gong et du Yoga. Après avoir vécu sept ans au Costa Rica, il vit maintenant dans les Blue Ridge Mountains, où il aime servir, s’entraîner et passer du temps avec sa famille.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 151 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire