Interview de Randy Cramer par Emery Smith pour l’émission Cosmic Disclosure Saison 15 épisode 16

Imaginez être capable de traverser des mondes extraterrestres avec des habitants hostiles et des environnements difficiles, tout en ne rencontrant aucune menace pour vous ou votre bien-être.


Randy Cramer parle de la technologie des avatars qui transmet la conscience d’un opérateur dans un corps créé synthétiquement, idéalement adapté pour prospérer sur de tels mondes. Plus que l’exploration humaine d’autres mondes, Randy révèle que les êtres extraterrestres ont utilisé cette technologie pour marcher parmi nous, sans être détectés, pendant des siècles.

Emery Smith : Aujourd’hui sur Divulgation Cosmique, nous sommes avec Randy Cramer qui prétend avoir participé à un programme spatial secret appelé Earth Defense Force (Forces de défense de la Terre). Randy, bienvenue dans l‘émission.

Randy Cramer : Merci de m‘avoir invité, Emery.

Emery : D’après votre expérience dans la Force de défense de la Terre, que sont les avatars et comment y avez-vous été exposé ?

Randy : Donc, essentiellement, un avatar, c’est comme dans le film. C’est un drone « téléopéré ».

Donc, si je devais le décomposer très simplement, si je vais dans un magasin et achète un drone, j’ai un mécanisme de contrôle et j’ai un drone que je contrôle à distance. Donc, dans ce cas, nous parlons d’un drone qui est une coquille biologique avec un mécanisme de contrôle dans le cerveau, qui envoie essentiellement les mêmes signaux de mon cerveau à ce cerveau donc le mécanisme de contrôle, la télécommande est mon cerveau dans un lit de téléopération, transmettant ce signal à l’interface cérébrale de l’ordinateur qui contrôle alors le drone biologique exactement de la même manière que je contrôlerais mon propre corps.

Emery : Combien de temps faut-il pour faire pousser ces drones ?

Randy : Cela dépend, mais d’après ce que je comprends, la plupart des clones ou des drones biologiques peuvent être cultivés dans un processus d’accélération rapide qui peut prendre moins de 72 heures, d’après ce que j’en sais.

Emery : Maintenant, ressentez-vous aussi les actions de l’avatar ? Par exemple si l’avatar s’est cassé la jambe, ressentez-vous cette douleur ?


Randy : Oui, c’est une expérience sensorielle bidirectionnelle. Cela signifie que je ressens l’expérience sensorielle du drone. Si le drone est poignardé, brûlé, je le sens. S’il se brise un os, je le sens aussi. Maintenant, rien n’arrive réellement à mon corps physique mais vous ressentez l’expérience. Ça fait toujours mal, ouais.

Emery : Maintenant, d’après ce que j’ai rassemblé dans les projets, ils m’ont informé que ce n’est pas une fréquence de ligne de visée directe. C’est en quelque sorte fini avec l’infra-espace, où les messages et la connexion… Justement, est-ce une connexion consciente ou plutôt une connexion électrique de fréquence scientifique ?

Randy : C’est technologique. L’interface cérébrale est un élément matériel. Je crois comprendre qu’il utilise une fréquence sous-EMF ou ce que l’on appelle souvent une fréquence de sous-espace. Donc, il n’utilise pas ce que nous considérons comme le spectre électromagnétique normal, mais il utilise un signal qui peut… oui, transmettre sur des centaines, voire des milliers de kilomètres. Pour que vous puissiez être à bord d’un navire, en orbite, en téléopérant un drone biologique à la surface de la planète sous vos pieds.

Emery : Maintenant, pourriez-vous en exploiter plus d’un en même temps ?

Randy : Pas en ce qui me concerne. Mais je crois comprendre qu’il y a des extraterrestres qui utilisent cette même technologie et qui ont la capacité et la puissance cérébrale de contrôler plusieurs drones en même temps.

Comme la technologie que nous avons vue à l’origine sur les Zetas qui l’utilisaient. Souvent, lorsqu’ils viennent visiter ou extraire quelqu’un ou «enlèvent» quelqu’un, ils ne sont pas physiquement présents. Ils téléopèrent un drone biologique et, dans certains cas, ils sont capables de contrôler cinq ou six drones à la fois pour une conscience cérébrale.

Emery : Ces drones avatars ont-ils un système nerveux central ? Ont-ils un système digestif ? Devez-vous manger pendant que vous êtes dans ces avatars? Quelle est la durée de vie du corps ?

Randy : Ils sont essentiellement un clone, et ils ont donc toutes les fonctions biologiques et neurobiologiques qu’un organisme vivant normal de cette espèce aurait. Alors oui, système nerveux central, organes, système digestif. Vous devez rester hydraté. Vous devrez peut-être consommer des protéines ou de la nourriture en fonction de la durée de votre absence, de la durée de la mission. Alors oui, c’est comme un corps qu’il faut entretenir.

Emery : J’ai aussi entendu dire que parfois, lorsque le drone est tué et que vous êtes de retour dans votre corps, vous avez parfois un déficit de mémoire où vous ne vous souvenez que de 20% ou 30% de ce qui s’est passé. Ou parfois vous ne vous souvenez pas de la mission. Est-ce vrai ?

Randy : Il y a une mémoire tampon. C’est intéressant que vous en parliez. Il y a un tampon dans l’interface cérébrale afin que tout ce qui se passe dans ce cerveau soit stocké localement dans le drone qui est ensuite retransmis à votre corps car le flux de données dispose de la bande passante autorisée pour pouvoir le faire. Il est donc possible que le corps soit endommagé et que vous vous retrouviez dans votre propre corps avant que le tampon n’ait eu la possibilité de se télécharger dans votre corps.

Et donc vous pourriez manquer quelques lacunes, du genre : « que s‘est-il passé ? Je me souviens de quelque chose mais… je me suis fait sauter le bras, mais où étais-je ? » Oui, cela peut être un peu déroutant si vous avez une rupture soudaine avec le drone. Vous pouvez revenir et être un peu déconcerté. Car, encore une fois, il y a une mémoire tampon.

Emery : Cela peut-il cause un trouble de stress post-traumatique (TSPT) ?

Randy : Bien sûr. Absolument, oui.

Emery : Parce que c’est une expérience que vous avez réellement vécue.

Randy : Oh, oui, oui, cela se qualifie comme une véritable expérience réelle pour votre propre cerveau dans votre propre corps parce que vous expérimentez toute une série de souvenirs et d’entrées sensorielles qui sont réels et légitimes et sont transférés à votre cerveau. S’ils ne sont pas transférés vers votre cerveau, alors oui, il peut y avoir un choc de mémoire et des problèmes de TSPT liés à l’incapacité de se souvenir pleinement d’un événement traumatisant, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles nous contractons le TSPT parce que nous réprimons les souvenirs. et ne pas pouvoir se souvenir fait partie de ce qui traumatise les gens, de toute façon.

Emery : J’ai également entendu dire que vous pouvez également être transféré dans le sexe opposé d’une personne. Est-ce que c’est vrai ?

Randy : Ouais, peu importe le sexe du drone biologique. Vous pouvez toujours téléopérer dans ce drone. Alors oui, le sexe n’est pas un problème.

Emery : Et pour les autres espèces ?

Randy : Oui, c’est l’une des principales raisons pour lesquelles nous utilisons cette technologie lorsque nous devons interagir avec un système où l’atmosphère ou la gravité est plus hostile qu’il n’est jugé approprié d’utiliser une combinaison de combat. Donc surtout dans les systèmes de gravité plus élevée, ou les systèmes planétaires avec des gaz vraiment toxiques ou des nuages de vapeur acides et qui sont des choses parfaitement respirables et habitables pour les espèces qui sont là mais qui sont hostiles pour nous et pour notre équipement, cela devient indispensable et plus efficace de vous téléopérer dans un corps extraterrestre biologique afin d’interagir avec la gravité et l’environnement avec lesquels cette biologie est conçue pour interagir.

Vous n’êtes donc pas aussi gêné par les problèmes de gravité qui peuvent entraver la technologie ou les pièces de machines, et vous n’êtes pas gêné par les interactions basiques, acides, gazeuses, avec les matériaux qui sont également plus problématiques avec quelque chose de technologique. Si vous êtes dans la biologie de quelque chose qui est censé se trouver dans cet environnement, c’est plus durable.

Emery : Combien d’interfaces avez-vous fait pendant ce programme d’avatar ?

Randy : Oh, probablement plus d’une douzaine.

Emery : Et de quel type d’espèce s’agissait-il ?

Randy : Un certain nombre de types différents. Certains que je devrais simplement décrire comme étant plus étranges que tout ce que j’avais vécu jusqu’à ce moment-là où je l’ai vécu.

Emery : Diriez-vous que prendre le contrôle du corps de différentes espèces est peut-être comme apprendre à conduire une nouvelle voiture et ses commandes parce que je me rends compte que les corps ne sont pas les mêmes en ce qui concerne les doigts, les bras, les mouvements articulaires, vous pourriez avoir des appendices supplémentaires, une queue. Expliquez cela. Est-ce difficile d’apprendre tout de suite ?


Randy : C’est délicat. Il y a certainement une période d’entraînement que vous devrez passer si c’est la première fois que vous utilisez cette forme de drone biologique. Nous avons donc la possibilité de mettre en place un parcours d’obstacles dont ils peuvent changer la gravité, changer l’environnement respirable, pour correspondre à tout ce dont il y a besoin pour tout être biologique.

Donc, pour téléopérer quelque chose qui vient d’une gravité, une planète qui mesure 2,5G et respire du méthane, et vous pouvez configurer le parcours du combattant pour que le placage par gravité tire à 2,5G et mélanger l’environnement gazeux pour qu’il soit respirable, puis vous faites le parcours du combattant autant de fois jusqu’à ce que l’on vous donne un laissez-passer sur le temps que vous pouvez le faire en fonction du corps que vous utilisez.

Alors oh oui, vous devez réapprendre comment marcher, comment stabiliser votre gravité, comment stabiliser le haut de votre corps, comment l’abaisser, comment bouger. Selon le nombre de doigts et d’orteils que vous avez, cela affectera la façon dont vous saisissez les choses, la façon dont vous marchez. Encore une fois, la gravité est une chose intéressante, donc même dans un corps conçu pour se déplacer en 2,5G, il est toujours étrange de se déplacer en 2,5G. Ainsi vous vous sentez plus lourd, mais vous vous sentez aussi comme si vous étiez dans un corps plus fort, mais il ne ressent pas la même chose que dans ce corps en 1G.

C’est donc une expérience sensorielle différente d’être dans ce corps et il faut un peu d’entraînement avant d’être prêt à être déployé en mission. Nous passions donc généralement au moins 50 ou 60 heures de formation avant de nous déployer sous une nouvelle forme de drone biologique. Si c’était quelque chose que nous connaissions, nous passions encore un peu de temps à nous entraîner pour nous assurer que nous obtenions un laissez-passer, qu’on puisse cocher la case go / No-go avant d’être prêt à être déployé. Mais oui, c’est une expérience assez étrange et cela vient de quelqu’un qui a eu beaucoup d’expériences étranges.

Emery : C’est vrai. Parlez-moi un peu de la linguistique parce que les cordes vocales sont différentes et, aussi, j’ai entendu dire que les yeux, vous voyez peut-être beaucoup plus de spectres différents que l’on voit normalement. J’ai entendu dire qu’il fallait passer par des tests et une formation spéciaux pour ce faire. Ou ont-ils une sorte d’appareil vocal qui vous permet de parler et de comprendre, où vous faites juste à cliquer ?

Randy : Alors, ici, l’interface cérébrale – parce qu’elle est connectée au corps physique du drone de manière à ce qu’elle soit conçue pour interagir avec elle – possède un traducteur. Il s’agit essentiellement de prendre toutes les informations de mon cerveau dans l’interface cérébrale, puis de les traduire pour qu’il y ait un très bon traducteur de langue.

Je pourrais donc penser seulement en anglais et le corps biologique parlera la langue à laquelle le corps physique de cette espèce est enclin, parce que l’interface cérébrale a la capacité de la traduire automatiquement. Même chose avec l’audio. Donc j’entendrai quelqu’un dire quelque chose dans une certaine langue et c’est immédiatement traduit en anglais dans ce que j’entends dans mon cerveau.

Et en ce qui concerne les sens, oui, vous pourriez avoir des yeux qui voient différemment dans le spectre électromagnétique. Il y a donc un certain temps d’adaptation à l’odorat, à la vue, à l’ouïe. Vous entendez peut-être dans des registres plus hauts et plus bas. Vous pouvez avoir une vision plus longue et plus profonde. Et vous voyez peut-être un rayonnement cosmique infrarouge, ultraviolet, des rayons X, selon le fonctionnement de ces yeux. Et vous devez donc vous adapter à cela.

Je ne sais pas comment dire cela autrement, mais ça peut être un peu bizarre d’entendre et de voir soudainement tous ces autres sons et images que je n’entendrais normalement pas avec mes oreilles ni ne verrais avec mes yeux, car le drone biologique de cette espèce particulière a peut-être, encore une fois, un champ de vision plus large que le spectre électromagnétique. Il y a donc quelques adaptations à faire avec à cela, mais il peut être très intéressant d’entendre des registres de plus en plus haut et de plus en plus bas, et de voir en dehors du spectre de la lumière visible.

Emery : J’ai également entendu dire que vous devez vous entraîner avec des armes spéciales pour ce type de corps somatique qui convient à ce corps. J’ai même entendu dire qu’elles étaient en quelque sorte alignées physiquement sur le corps comme si elles étaient implantées dans le corps. Est-ce vrai?


Randy : Parfois. Habituellement, si vous vous présentez sous la forme d’un corps biologique différent, vous allez vouloir utiliser une arme qui serait vue dans la main de cette créature. Donc, si vous êtes sur une autre planète, vous allez probablement vouloir avoir une arme qui est utilisée dans ce système planétaire au lieu d’avoir un poignard et un pistolet dans un corps de drone extraterrestre qui rendrait évident que quelque chose n’est pas là pour un œil averti dans cette culture où vous voudrez que ce soit la même chose.

Mais à cause de certains problèmes de coordination œil-main, oui, il y a parfois des implants de câblage dur et des éléments qui se connectent pour que vous obteniez un ciblage amélioré, un tir amélioré, car même avec autant d’heures d’entraînement à tirer avec cette arme, cela ne va pas être la même chose que le nombre de milliers d’heures que j’ai pratiqué avec un railgun ou avec un pistolet à plasma. Cela ne se traduira donc pas tout à fait de la même manière. Ça va me mettre l’arme en main, mais je n’aurais pas le même nombre d’heures d’expérience et je ne vais pas avoir la même précision que d‘habitude. Donc, mettre en place une interface technologique améliorée pour obtenir une plus grande précision est totalement une chose.

Emery : Et qui utilise ce type de technologie ?

Randy : Les unités militaires les plus avancées dans le cadre des activités secrètes du programme spatial militaire. Ce n’était pas une technologie que je j’avais approchée jusqu’à ce que je sois dans une unité des forces spéciales à bord du Farragut, qui est un véhicule de déploiement d’opérations des forces spéciales qui possède certaines des technologies les plus avancées, certaines des plus hautement entraînées et expérimentées, des agents des forces spéciales à utiliser dans certains théâtres de guerre vraiment intéressants.

C’était donc une des technologies, des outils et des armes les plus avancés que j’aie jamais vu ou utilisés. Donc, je présume que le fait de ne pas utiliser cela à d’autres étapes de ma carrière alors que j’allais vers cela, ce n’est tout simplement pas quelque chose que tout le monde obtient. C’est une technologie isolée où nous n’avons qu’un accès limité, et en raison de la spécialisation de l’utilisation et de l’application de cette technologie, ce n’est pas quelque chose qui a été utilisé à l’échelle de la flotte ou de la branche militaire. C’est très spécifique à certaines équipes, certains vaisseaux, certaines unités des forces spéciales.


Emery : Quand le commandement de mission vous contacte avec vos ordres, Randy, qu’est ce qui détermine s’ils vont envoyer ce Randy 3D ou s’ils vont vous mettre dans un avatar pour cela ? Qui prend cette décision et pourquoi ? Quels seraient les facteurs décisifs pour cette mission ?

Randy : Les officiers tactiques sont ceux qui prennent ces décisions, et ces décisions seront basées sur une sorte de « comptage de haricots » sur le risque et le bénéfice, et quel est le risque d’envoyer mon corps personnel dans une combinaison de combat par rapport à quel est le facteur de risque d’envoyer d’un drone téléopéré avec moi le contrôlant ? Quelle est la distance ? Si la portée est trop éloignée, nous ne pourrons pas nous en approcher suffisamment, ce qui pourrait éliminer la possibilité de pouvoir utiliser un drone téléopérable ou exiger que nous nous rapprochions pour itiliser drone téléopérable.

Donc, la gravité, l’atmosphère, les espèces que nous aidons ou avec lesquelles nous nous engageons en tant qu’ennemis, ce sont tous des facteurs qui vont fonctionner et un agent tactique qui tient la liste va s’asseoir là avec d’autres gars en cochant des cases, en faisant des maths. Et quelque part en bas de la page, ils vont décider ce qui semble la chose la plus efficace et efficiente pour nous de faire cela. Et puis c’est le processus de décision. C’est donc un moyen de sortir de mon processus de prise de décision. Je me fais juste guider… fais ceci, entre là-dedans, fais ça, tue ça, sauve ça, fais ça, merci.

Emery : Pourquoi n’utiliseraient-ils pas plus de robots et de cyborgs IA ? Pourquoi choisiraient-ils un drone avatar ?

Randy : Eh bien, c’est parce que certaines technologies continuent d’avoir des applications piratables. Donc, si vous utilisez un robot ou un cyborg IA, à la minute où quelqu’un pirate votre robot ou cyborg, il peut le retourner contre vous. Il est donc beaucoup plus difficile de tourner mon cerveau contre les personnes pour lesquelles je travaille qu’avec une unité d’IA ou de cyborg.

Emery : Eh bien, c’est tout à fait logique. Alors, où voyez-vous l’avenir en termes de programmes d’avatars similaires ?

Randy : En ce qui concerne les activités secrètes du programme spatial militaire, nous allons continuer à les utiliser partout où cela sera jugé utile et nécessaire. Je pense qu’en ce qui concerne la technologie, cela va se répandre dans les branches terrestres, mais ce sera sûrement l’une des dernières choses que nous verrons se répandre du programme spatial secret au programme spatial et aux activités militaires moins secrètes. Alors je pense que finalement, nous le verrons. Mais ce sera l’une des dernières choses qui se répandra.

Emery : Alors dans quelles situations ces corps d’avatar seraient-ils utilisés ? Qui utilise cette capacité et prend ces décisions ?

Randy : Eh bien, comme je l’ai dit, les officiers tactiques finissent par prendre la décision et les circonstances seront principalement déterminées par l’hostilité ou le niveau de menace à l’utilisation de la technologie actuelle, de la technologie des combinaisons de combat ou de nos propres corps biologiques. Donc, si nous parlons d’une situation où vous parlez de 0,5 G à 1,5 G, et de l’oxygène ou surtout de l’azote CO2, un pH non-toxique non acide non trop basique, c’est probablement là que ça va être moi dans un costume de combat.

S’il s’agit d’environnements vraiment hostiles, gazeux, irrespirables, hautement acides ou très basiques, ou d’une gravité supérieure à 1,5, cela augmente les chances que vous utilisiez un drone biologique. Maintenant, il peut aussi y avoir une question de furtivité. Alors évidemment, à la minute où je me présente dans un costume de combat, vous savez qu’un Terrien est apparu dans un costume de combat. Si je téléopère un drone biologique, vous pouvez avoir un masque de personne ne pouvant dire que vous êtes autre chose que cette espèce biologique avant de faire quelque chose comme tirer sur quelqu’un ou faire exploser quelque chose.

Il peut donc y avoir des problèmes de furtivité, mais cela concerne principalement les environnements gazeux et la gravité. Et lorsque vous dépassez la gravité, au-dessus de 1,5 G, et que vous entrez dans des environnements toxiques où l’acide ou le pH basique des gaz vont nuire à la technologie, aux pièces mobiles de la combinaison, ou commencer à ronger la combinaison elle-même. C’est à ce niveau qu’ils commencent à calculer si cela vaut la peine d’utiliser un drone avatar.

Emery : D’après votre expérience, Randy, les avez-vous déjà vus utiliser cette technologie avec des animaux ou des mammifères ?

Randy : Oui, il est tout à fait possible d’utiliser également un drone biologique de clone animal. Je crois comprendre que certaines des premières expériences ont été utilisées sur des gorilles, des grands félins et même des éléphants. Et que les soldats qui les utilisaient téléopéraient dans des corps de grands chats, des corps de gorilles ou des corps d’éléphants parce que c’étaient des mammifères terrestres et qu’il y avait un lien suffisamment proche pour pouvoir comprendre comment connecter l’interface cérébrale dans le cerveau d’un éléphant. avant que nous puissions comprendre comment connecter cette interface cérébrale à un drone biologique d’une autre espèce. Cela a-t-il du sens ?

Emery : Oh, absolument.

Randy : Oui, c’était une voie… à pas de bébé. Utiliser des animaux terrestres dans les premiers stades du développement de la technologie était très simple, car c’était plus facile et vous pouviez obtenir des données plus claires dont vous auriez besoin pour ensuite appliquer la technologie de pointe dans un autre corps extraterrestre.

Emery : Utilisent-ils cette technologie ici dans le monde civil sur la planète Terre ?

Randy : Pas en tant que tels. Nous, les Terriens du programme spatial, ne sommes pas censés l’utiliser sur d’autres Terriens ou ici sur la planète Terre. Cependant, c’est une technologie que nous avons obtenue des extraterrestres qui nous l’ont d’abord apportée en venant ici et en téléopérant des drones biologiques humains afin qu’ils n’aient pas à interagir avec notre environnement biologique, l’atmosphère et la gravité, etc.

Donc, de la même manière que nous utilisons cette technologie avec d’autres drones biologiques et d’autres êtres sur d’autres planètes, d’autres espèces le font ici avec les drones biologiques terriens depuis des millénaires.

Emery : Pouvez-vous nous donner un exemple à ce sujet et peut-être un programme de suivi ?

Randy : Je ne sais pas si je pourrais donner un exemple spécifique autre que celui que nous connaissons depuis des milliers d’années, encore une fois, probablement des milliers d’années, c’est une technologie qu’ils ont utilisée pour pouvoir interagir le plus facilement possible avec nous. La plupart du temps, l’ordre du jour est d’observer et de rendre compte. Donc, la plupart du temps, lorsque vous souhaitez interagir de manière transparente, c’est pour pouvoir collecter des informations, communiquer et prendre ces informations sans marcher dans la rue en tant qu’être extraterrestre évident qui obtiendrait beaucoup plus de « oh mon dieu, qu’est-ce que c’est? »

Donc, au lieu que cela se produise, ils peuvent marcher dans la rue et vous pensez simplement que c’est une autre personne. Je crois comprendre que cela se produit depuis un certain temps. Et j’ai eu des gens qui m’ont dit: « Oh, j’ai croisé ce type une fois. Ses yeux faisaient ceci et il se comportait comme ça. Cela aurait-il pu être un extraterrestre téléopérant dans un corps humain? » Dans certains cas, j’ai dû dire: « Ouais, ça aurait pu l’être. » Je veux dire, je ne peux pas dire si c’est un oui ou un non sur la base des informations que vous me donnez, mais vous m’avez donné des informations qui pourraient être : oui.

Emery : Y a-t-il des secrets ou des informations classifiées que vous pourriez dire au public et à moi-même comment en choisir un si tel était le cas ?

Randy : Bien sûr. La chose numéro un est que le cadeau va être dans les yeux parce qu’ils ont juste un aspect différent. En tant qu’observateur expérimenté, il y a des choses que je saurais rechercher et que je saurais reconnaître, que je ne sais pas comment décrire, à part dire que ce sont des qualités que vous pourriez ne pas reconnaître normalement lorsque vous regardez avec des yeux humains. Et que si vous voyiez quelque chose qui ne faisait pas partie de votre caractère pour cela, vous pourriez ne pas le reconnaître comme quelque chose qui ne correspond pas à votre caractère et vous pouvez l’écrire comme des gars qui ont juste des yeux étranges ou peut-être qu’il a une infection oculaire ou peut-être qu’il est aveugle cet oeil ou qui sait. Mais il y a certaines choses que, en tant qu’observateur expérimenté, je chercherais à voir en fonction de ce qui se passe avec les yeux.

Mais l’autre chose est l’habillement et le comportement. Il est donc intéressant de voir une espèce s’habiller et agir d’une manière qu’elle pense être la façon dont un Terrien s’habille et se comporte, mais ce n’est pas nécessairement la façon dont nous nous habillons et comment nous nous comportons. Maintenant, cela ne veut pas dire que chaque personne qui est habillée bizarrement et se comporte bizarrement est un extraterrestre. En tant qu’observateur professionnel, ce sont les caractéristiques que je rechercherais si j’essayais d’en repérer un.

Emery : J’ai également remarqué chez ces êtres un très léger retard dans les mouvements du visage, les mouvements des yeux et même les réponses aux questions. Juste un peu.

Randy : C’est le tampon de l’interface cérébrale, oui. Il peut parfois y avoir juste une demi-seconde à une seconde, donc comme un retard avec une caméra satellite. Si vous me disiez quelque chose et que je téléopère en fait depuis un vaisseau à 10 000 mètres du sol, il pourrait y avoir juste un léger retard dans la transmission qui pourrait causer, encore une fois, un léger retard dans la parole ou le mouvement du visage. Quelque chose peut se déplacer rapidement vers ma droite et il me faudra peut-être une demi-seconde avant de le suivre, selon la fluidité de la technologie dans la mémoire tampon.

Emery : Je me demande si un avatar pourrait piloter biologiquement un engin organique fabriqué à partir du même ADN.

Randy : En théorie, oui. Je veux dire…

Emery : …que cela aurait du sens.

Randy : Oui, il y avait certains vaisseaux extraterrestres qui ne peuvent être pilotés que par un pilote qui correspond au schéma biologique pouvant s’asseoir dans le siège du pilote. Si vous téléopérez un drone, alors oui, vous pouvez vous asseoir dans le siège du pilote et piloter cet engin, car vous correspondez au profil génétique requis par le navire.


Emery : Est-il possible qu’un extraterrestre soit kidnappé, emmené dans un laboratoire, puis équipé de ce circuit cérébral, puis qu’un gestionnaire comme vous prenne le contrôle de ce corps ?

Randy : C’est faisable. Je dirais que c’est dans le rayon des possibilités, ce qui nous entraîne toujours dans les questions éthiques et morales intéressantes de savoir si vous devriez faire quelque chose comme ça, ou si vous l’avez fait, si vous avez franchis une certaine limite éthique ou morale.

Emery : Parce que ce n’est pas un clone cultivé ici. Nous parlons d’un être qui a été capturé et qu’on voudrait maîtriser.

Randy : Oui, c’est pourquoi j’ai dit que cela représentait certainement un problème de dilemme moral plus éthique. Mais comme nous le savons, ce n’est pas nécessairement quelque chose qui empêche les gens d’appliquer certaines technologies. Donc, encore une fois, en disant que c’est dans le rayon des possibilité, j’irais probablement aussi loin pour dire que cela a été fait. Croisons les doigts, espérons que cela ne se fait pas très souvent d’un point de vue éthique et moral, mais cela pourrait être fait, a probablement été fait, et à moins qu’il n’y ait des omissions plus strictes et des lois contre de telles choses, cela pourrait être appliqué de cette façon par quiconque avait accès à cette technologie.

Emery : Randy, merci pour votre présence dans l’émission. C’est toujours un plaisir.

Randy : Merci beaucoup de m’avoir reçu.

Traduction Régis Fugier pour Essania

Tous les épisodes de la saison 15


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :