Secrets révélés

La Science fait un grand bond du côté obscur

Il semble que nous soyons tous (ou presque tous) hypnotisés...

Une confession choquante et digne d’intérêt du directeur de la revue médicale de renommée mondiale, The Lancet, a été littéralement ignorée par les médias grand public . Il pourrait bien être déclaré synopsis de l’état actuel des affaires scientifiques.

Le Dr Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet, a publié une déclaration en 2015 selon laquelle une proportion choquante des recherches publiées est – au mieux – peu fiable, voire carrément fausse, c’est-à-dire frauduleuse.

Horton déclare :

« La plupart de la littérature scientifique, peut-être la moitié, peut tout simplement être fausse. Influencée par des études sur des échantillons de petite taille, des résultats microscopiques, des analyses exploratoires invalides et des conflits d’intérêts flagrants, ainsi qu’une obsession de poursuivre des tendances à la mode d’une importance douteuse, la science a pris une tournure sombre .

En d’autres termes, Horton déclare clairement que les grandes sociétés pharmaceutiques falsifient ou manipulent les tests sur la santé, la sécurité et l’efficacité de leurs divers médicaments en prélevant des échantillons trop petits pour être statistiquement significatifs ou en engageant des laboratoires de test et des scientifiques, là où il y a un conflit d’intérêts, comme le besoin de subventions supplémentaires de la société pharmaceutique.


Au moins la moitié de tous les tests sont inutiles ou pire, prétend-il. Vu que les médicaments ont un impact sérieux sur la santé de millions de consommateurs, la manipulation équivaut à un abandon criminel et à une mauvaise gestion.

Les études financées par les industries pharmaceutiques, souligne Horton, impliquent le développement de médicaments ou de vaccins commerciaux pour soi-disant aider les gens, et sont utilisées pour former le personnel médical et les étudiants en médecine.

Horton a écrit ses commentaires choquants après avoir assisté à un symposium sur la reproductibilité et la fiabilité de la recherche biomédicale au Wellcome Trust à Londres. Il a noté les règles de confidentialité ou de « Chatham House », où il est interdit aux participants de mentionner des noms :

« Une grande partie de ce qui est publié est incorrect. Je ne suis pas autorisé à dire qui a fait cette remarque parce qu’on nous a demandé de respecter les règles de Chatham House . On nous a également demandé de ne pas prendre de photos des diapositives ».

D’autres voix se lèvent

Le Dr Marcia Angell est médecin et rédactrice en chef de longue date du New England Medical Journal (NEMJ), considéré comme l’une des revues médicales les plus prestigieuses au monde. Angell a déclaré:


«Il est tout simplement impossible de croire une grande partie de la recherche clinique qui est publiée, ou de se fier aux opinions des médecins ou aux directives médicales faisant autorité. Je ne prends aucun plaisir à cette conclusion, à laquelle je suis parvenue lentement et avec hésitation au cours de plus de deux décennies en tant que rédacteur en chef du New England Journal of Medicine ».- Compagnies pharmaceutiques et médecins : Une histoire de corruption par Marcia Angell

Son livre :

Les grandes firmes pharmaceutiques affirment faire partie d’une industrie à haut risque, mais, année après année, leurs profits les placent de très loin au premier rang toutes industries confondues. L’industrie pharmaceutique se présente comme très innovante, mais, depuis vingt ans, seulement un tout petit nombre de ses médicaments sont réellement nouveaux et ils ne concernent le plus souvent que des pathologies ponctuelles, tandis que les pipelines de nouvelles molécules sont à peu près à sec.

A l’inverse, la plupart des produits qu’elle commercialise en cascade ne sont que de simples copies sans intérêt de ses vieilles molécules, habillées de brevets tout neufs et centrées sur les marchés qui l’intéressent. Contrairement à ce qu’elles prétendent et à ce que croit la plupart des gens, les grandes firmes sont devenues de pures machines commerciales qui dépensent beaucoup moins pour la recherche véritable et le développement que pour le marketing.

Les grandes firmes recherchent moins des molécules nouvelles pour traiter des maladies, qu’elles ne promeuvent des maladies pour vendre leurs molécules. Des millions de personnes normales ont été ainsi amenées à croire qu’elles souffrent de pathologies inexistantes et exagérées, telles que  » la préhypertension « , « le désordre d’anxiété généralisée », « le dysfonctionnement érectile », « le syndrome prémenstruel dysphorique » ou « le syndrome de reflux cesophagien ».

L’industrie exerce une formidable influence sur la formation, l’information et les prescriptions de médicaments des médecins, à travers les réunions, conférences, journaux et publicités qu’elle finance entièrement et à travers les discours mensongers incessants de ses visiteurs médicaux. L’industrie exerce un contrôle presque total sur l’organisation, la gestion, l’analyse, la rédaction, la publication ou non des essais cliniques de ses molécules, de sorte que la plus grande part de la recherche clinique qu’elle parraine ne produit que des résultats biaisés, qui compromettent sérieusement l’exercice de la médecine et la sécurité des malades.


En épilogue, les récentes affaires du Vioxx et des autres Coxibs, avec leur grand nombre de morts, illustrent tous les aspects les plus désolants de ces dérives de l’industrie et de l’inefficacité d’une certaine agence de réglementation.

Harvey Marcovitch, qui a étudié et écrit sur la corruption des essais médicaux et la publication dans des revues médicales, écrit :

« Les études montrant des résultats positifs pour un médicament ou un dispositif sous enquête sont plus susceptibles d’être publiées que les études avec des résultats négatifs. Les auteurs sont en partie responsables de cela, mais les sponsors commerciaux le sont aussi, dont les études méthodologiquement bien menées avec des résultats défavorables ont tendance à ne pas voir le jour.

Au sein du groupe de recherche sur la dynamique neurale de l’Université de la Colombie-Britannique au sein du département d’ophtalmologie et des sciences visuelles, la Dre Lucija Tomljenovic a obtenu des documents montrant que,

« Les fabricants de vaccins, les sociétés pharmaceutiques et les autorités sanitaires ont connaissance des multiples risques associés aux vaccins, mais ont choisi de les cacher au public. Il s’agit d’une fraude scientifique et leur complicité montre que cette pratique perdure à ce jour.

Le Dr Horton conclut:

« Ceux qui ont le pouvoir d’agir semblent penser que quelqu’un d’autre devrait agir en premier. Et chaque action positive (par exemple financer de bonnes répliques) a un contre-argument (la science deviendra moins créative). La bonne nouvelle est que la science commence à prendre très au sérieux certaines de ses pires faiblesses. La mauvaise nouvelle, c’est que personne n’est prêt à faire le premier pas pour nettoyer le système.

La corruption médicale dans le monde est un problème énorme, peut-être plus dangereux que la menace de toutes les guerres combinées.

Sommes-nous tellement hypnotisés en ayant une telle confiance aveugle en nos médecins, simplement parce qu’ils portent une blouse blanche, que nous croyons qu’ils sont infaillibles?

Et, à leur tour, ont-ils une foi si aveugle dans les revues médicales recommandant un certain nouveau médicament ou vaccin miracle qu’ils se précipitent pour le dispenser sans tenir compte de problèmes plus profonds?


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 491 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire