Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

23 – Guillaume et Marie se font la guerre

Le roi Charles II d’Angleterre et son frère/successeur, Jacques II, avaient une sœur, Marie, qui avait épousé le prince néerlandais d’Orange. Ce mariage a créé un lien familial entre les maisons royales d’Angleterre et de Hollande. Ce lien fut encore renforcé par le mariage de la fille de Jacques II, Marie II, avec le fils du prince d’Orange, Guillaume III.


À cette époque, les mariages royaux n’étaient pas seulement des questions de « reproduction », ils étaient également conçus pour obtenir des avantages politiques et étaient souvent arrangés avec toute la sophistication et la ruse d’un coup d’espionnage. Plusieurs familles royales allemandes étaient passées maîtres dans ce domaine. Elles étaient connues pour se marier avec des familles royales étrangères afin de s’emparer du pouvoir dans ces autres nations. La Maison d’Orange-Nassau faisait partie de cette clique allemande perfide.

La famille Stuart, après sa lutte acharnée pour reconquérir le trône d’Angleterre, est tombée dans le piège. Ses mariages avec la maison d’Orange ont contribué à mettre un terme définitif à la monarchie des Stuart lors de la Glorieuse Révolution de 1688. Pour comprendre comment cela s’est produit, et pourquoi tout cela est important pour nous, rappelons brièvement la Glorieuse Révolution.

Un groupe puissant d’Anglais et d’Écossais avait formé une faction politique protestante en Angleterre, connue sous le nom de « Whigs ». Les Whigs avaient en fait leur siège en Hollande qui, bien sûr, était sous la monarchie de la Maison d’Orange. Depuis leur base hollandaise, les Whigs ont lancé la Glorieuse Révolution de 1688 et ont rapidement renversé Jacques II par un coup d’État sans effusion de sang. Les Whigs ont ensuite placé le gendre de Jacques II, Guillaume III d’Orange, sur le trône britannique. La Maison d’Orange régnait désormais sur la Hollande et l’Angleterre, ainsi que sur son pays d’origine, l’Allemagne.

Derrière cette intrigue, nous voyons l’ombre de la Fraternité. Guillaume III aurait été franc-maçon.1 En fait, en 1688, une société secrète militante a été créée pour soutenir Guillaume III. Elle s’appelait l’Ordre d’Orange, du nom de la famille de Guillaume III, et s’inspirait de la franc-maçonnerie. L’Ordre d’Orange était anticatholique et son objectif était de faire en sorte que le protestantisme reste la religion chrétienne dominante en Angleterre.

L’Ordre d’Orange a traversé les siècles et est aujourd’hui le plus fort en Irlande où il compte plus de 100 000 membres. Il est peut-être plus connu pour son défilé public annuel visant à commémorer les succès de Guillaume III en Angleterre.

Dès son accession au trône britannique, Guillaume III entreprit rapidement d’ériger en Angleterre les mêmes institutions que celles qui avaient été mises en place par sa dynastie en Hollande : un parlement fort, une monarchie affaiblie et une banque centrale fonctionnant avec une monnaie papier gonflable. Guillaume et sa reine, Marie II, ont également rapidement lancé l’Angleterre dans des guerres coûteuses contre la France catholique.

L’homme choisi pour organiser la banque centrale anglaise sous Guillaume III était un mystérieux aventurier écossais nommé William Paterson, dont on savait apparemment très peu de choses. La Chambre des communes (parlement) britannique était d’abord réticente à accepter le projet de banque centrale de Paterson, mais elle s’est ravisée lorsque la dette nationale britannique a continué à monter en flèche à la suite des conflits lancés par le très belliqueux Guillaume III.

Le système de papier-monnaie, avec son inflation intégrée, était présenté comme le moyen de financer les guerres coûteuses. Les impôts étant déjà aussi élevés qu’ils pouvaient raisonnablement l’être, la Chambre des Communes estima qu’elle n’avait pas d’autre choix que d’instituer ce système. La Banque d’Angleterre était ainsi née et la guerre pouvait continuer, tout comme la guerre pouvait continuer en Hollande après que la Banque d’Amsterdam y ait été créée.

La Banque d’Angleterre a été qualifiée par certains économistes de « mère des banques centrales ». Elle est devenue le modèle de toutes les banques centrales qui l’ont suivie, y compris les banques centrales d’aujourd’hui. Selon le schéma de la Banque d’Angleterre, la banque centrale devait être la principale banque de la nation, et elle devait prêter exclusivement au gouvernement national. L’objectif de la banque centrale était d’endetter le gouvernement et d’en être le principal créancier. Les billets de la banque centrale étaient prêtés au gouvernement et ces billets circulaient ensuite comme une monnaie nationale.


Ainsi, la nation et son peuple s’appuieraient sur ces billets comme monnaie. La création de la Banque d’Angleterre a conduit la Grande-Bretagne à s’endetter lourdement auprès d’une élite monétaire (l' »aristocratie du papier ») qui pouvait alors influencer l’utilisation des ressources de la nation. C’est le modus operandi de toute banque centrale aujourd’hui.

Comme la plupart des banques centrales modernes, la Banque d’Angleterre était une banque privée ou gérée par des particuliers, dotée d’un statut quasi gouvernemental. Conformément au plan de Paterson, les financiers qui ont mis en commun leurs ressources pour créer la Banque d’Angleterre ont reçu l’autorisation du gouvernement d’émettre des billets d’or et d’argent dans une quantité plusieurs fois supérieure aux avoirs mis en commun par les financiers. À cette époque, les banquiers avaient pour habitude d’émettre des billets dont la valeur était quatre à cinq fois supérieure à celle de leurs métaux précieux.

La Banque d’Angleterre, cependant, a émis une incroyable multiplication de 16 2/3. Le gouvernement britannique a accepté d’emprunter ces billets et de les honorer comme monnaie légale pour les utiliser dans ses achats. Le gouvernement a accepté ce plan parce qu’il n’était pas tenu de rembourser le prêt initial, seulement les intérêts du prêt. La Banque d’Angleterre ne perdrait-elle pas de l’argent avec un tel accord ?

Pas du tout. La valeur nominale des billets de prêt était plusieurs fois supérieure à la valeur des actifs réels sur lesquels les billets étaient basés. En un an seulement, les intérêts sur le prêt ont dépassé la valeur totale des métaux précieux de la banque. Plus précisément, les financiers avaient constitué une base totale de 72 000 livres d’or et d’argent réels.

En émettant des billets d’une valeur de 16 2/3 fois la base, la banque a pu prêter à l’Angleterre 1 200 000 livres en monnaie de papier. Le taux d’intérêt annuel était de 8 1/3%, ce qui correspondait à 100.000 livres. Cela représentait un bénéfice de 28.000 livres, soit 39% en une seule année ! 119s

Vingt-deux ans après la création de la Banque d’Angleterre, une banque identique a été créée en France en 1716. Le fondateur de la version française était John Law, qui est devenu le ministre des finances de la France. Law a été surnommé le « père de l’inflation » pour ses efforts. Ce titre n’est pas exact, bien sûr, car la pratique de l’inflation avait commencé plus tôt. Cependant, l’inflation spectaculaire qui s’est produite en France après la nationalisation de la banque centrale de Law lui a valu l’honneur douteux de ce titre.

En tant que fils d’un orfèvre devenu banquier, John Law était un personnage intéressant à bien des égards. Il était profondément dévoué aux écoles du mysticisme de la Fraternité qui étaient à l’origine de nombreux changements sociaux importants survenus à son époque. Le biographe Hans Wantoch, dans son livre Magnificent Money-Makers, décrit Law comme « l’un des derniers alchimistes-mystiques, des astrologues qui disparaissaient à l’époque de Voltaire, mais dans sa quête de la pierre de la sagesse, il a inventé l’inflation ».2

Autre fait intéressant, Law était un Écossais aux origines obscures, tout comme son homologue anglais, William Paterson. Le lien écossais entre Law et Patterson peut être significatif lorsque nous examinerons plus tard les preuves que l’Écosse était un centre important de l’activité secrète, mais de grande envergure, de la Fraternité en Europe.

Law avait joué sur la paranoïa justifiée de la France envers l’Angleterre afin de convaincre le gouvernement français d’établir une banque centrale identique à celle de la Grande-Bretagne. La guerre, dont Guillaume III avait été l’instigateur, pesait lourdement sur le trésor français. La proposition de Law semblait une solution attrayante et elle fut finalement adoptée.

Au début, la nouvelle monnaie française émise dans le cadre du plan de Law semblait revitaliser l’économie française. Cela s’explique par le fait que les billets de banque pouvaient être échangés contre des pièces dans lesquelles le peuple avait confiance. Cependant, après la nationalisation de la Banque de France, celle-ci a émis une grave surabondance de billets, et non une augmentation prudente et progressive.

Les gens se sont rapidement rendu compte qu’il y avait beaucoup plus de billets en circulation que de pièces pour les garantir. Il en résulta un effondrement de la confiance populaire dans les billets et un bouleversement conséquent de l’économie française.

La Glorieuse Révolution de 1688 ne nous a pas seulement donné la Banque d’Angleterre, qui est encore aujourd’hui la banque centrale de la Grande-Bretagne, elle nous a aussi donné la famille royale actuelle d’Angleterre : la Maison de Windsor.

La Maison de Windsor descend directement de la famille royale du Hanovre allemand*, qui entretenait des liens étroits avec la Maison d’Orange et avec d’autres principautés allemandes de la clique perfide « marier et renverser ». Après la mort de Guillaume III d’Orange/Angleterre, sa sœur Anne a été installée sur le trône britannique. En vertu d’un accord préalable, à la mort d’Anne, la famille d’Orange a cédé le trône britannique aux souverains de l’État allemand de Hanovre, qui avaient également épousé la famille britannique des Stuart.

Le premier prince électeur de Hanovre, le duc Ernest Augustus (1629-1698), avait épousé une petite-fille du roi d’Angleterre Jacques Ier. Comme dans le cas de la Maison d’Orange, les noces des Hanovriens avec la famille Stuart ne leur donnaient pas le droit de s’asseoir sur le trône britannique, mais avec le renversement de Jacques II par les Whigs et la Maison d’Orange, les règles ont été modifiées pour convenir aux vainqueurs. * En Allemagne, Hanovre s’écrivait avec deux « n ». En Grande-Bretagne, l’orthographe n’avait qu’un seul « n ». J’utiliserai l’orthographe britannique « Hanovre » pour désigner la famille en Grande-Bretagne, et l’orthographe allemande « Hannover » pour désigner spécifiquement l’État allemand.

Le premier roi hanovrien à monter sur le trône britannique fut George Louis, qui devint George Ier d’Angleterre. George Ier ne pouvait pas parler anglais et il considérait l’Angleterre comme une possession temporaire. Il continua à consacrer la majeure partie de son attention et de ses soins à sa patrie allemande.

Au fur et à mesure que des générations de Hanovriens montaient sur le trône britannique, ils s’ancraient définitivement dans la société britannique. Les Hanovriens ont fourni à l’Angleterre tous ses monarques jusqu’en 1901, et les descendants des Hanovriens du côté de la reine Victoria ont fourni le reste jusqu’à aujourd’hui. Pendant tout ce temps, la dynastie a continué à entretenir des liens étroits avec d’autres familles nobles allemandes. Pendant le premier siècle et demi de règne des Hanovriens en Angleterre, par exemple, les rois hanovriens britanniques n’ont épousé que des filles d’autres familles royales allemandes.

Il n’est pas surprenant que les Hanovriens aient suscité une opposition généralisée en Angleterre après leur prise de pouvoir. De nombreux Anglais estimaient, à juste titre, que les monarques allemands n’avaient pas à régner sur les sujets britanniques. Des factions anti-hanovriennes se sont formées, cherchant à remettre les Stuarts sur le trône d’Angleterre.

Pour cette raison, les Hanovriens décidèrent de ne pas autoriser la création d’une grande armée permanente de Britanniques, de peur qu’ils ne fassent un coup d’État. Au lieu de cela, chaque fois que l’Angleterre avait besoin d’un grand nombre de troupes, les Hanovriens utilisaient l’argent du trésor britannique pour louer des mercenaires à leurs amis allemands et à leur propre principauté allemande de Hanovre, le tout à un prix très avantageux. Le plus grand nombre de mercenaires était fourni par la famille royale de Hesse, qui avait des liens étroits et amicaux avec la maison allemande de Hanovre.

Un aspect curieux de cet arrangement mercenaire est que certains membres importants de ces familles allemandes, en particulier de la Hesse, sont devenus par la suite les dirigeants d’un nouveau type de franc-maçonnerie qui avait été créé pour renverser les Hanovriens du trône d’Angleterre !

Avant d’étudier cette situation remarquable, nous devons regarder ce qui se passait avec la franc-maçonnerie à cette époque. Des changements majeurs étaient en cours, qui allaient faire de la franc-maçonnerie la plus grande branche du réseau de la Fraternité.

24 – L’aube nouvelle des chevaliers

Alors que l’HISTOIRE HUMAINE entrait dans le dix-huitième siècle, des changements se produisaient. L’Inquisition était presque morte et la peste bubonique mourait avec elle.

Les étudiants en histoire maçonnique savent que le début du XVIIIe siècle a été une période importante pour la franc-maçonnerie. Les loges maçonniques en Angleterre avaient attiré de nombreux membres qui n’étaient pas maçons ou constructeurs de métier. Cela s’explique par le fait que la franc-maçonnerie était en train de devenir autre chose qu’une guilde professionnelle. Elle devenait une société fraternelle avec une tradition mystique secrète.

De nombreuses loges ouvraient discrètement leurs portes aux non-maçons, en particulier aux aristocrates locaux et aux hommes d’influence. En 1700, on estime que 70 % des francs-maçons sont des personnes issues d’autres professions. On les appelait « maçons acceptés » parce qu’ils étaient acceptés dans les loges même s’ils n’étaient pas maçons de métier.

Le 24 juin 1717, des représentants de quatre loges britanniques se réunissent à la Goose and Gridiron Alehouse de Londres et créent une nouvelle Grande Loge. La nouvelle Grande Loge, que certains appellent « la Grande Loge Mère du Monde », abandonne officiellement l’aspect guilde de la franc-maçonnerie (« franc-maçonnerie opérative ») et le remplace par un type de franc-maçonnerie strictement mystique et fraternelle (« franc-maçonnerie spéculative »).

Les titres, les outils et les produits du métier de maçon n’étaient plus considérés comme des objets que les membres utilisaient pour gagner leur vie. Au lieu de cela, ces objets ont été entièrement transformés en symboles mystiques et fraternels. Ces changements ne sont pas intervenus soudainement, mais sont le résultat d’une tendance qui avait déjà commencé bien avant 1717.

Un certain nombre d’histoires affirment à tort que la Grande Loge Mère de 1717 a marqué le début de la franc-maçonnerie elle-même. Comme nous l’avons vu, les racines de la franc-maçonnerie étaient solidement établies bien avant cette date, même en Angleterre. Par exemple, une légende maçonnique raconte que le Prince Edwin d’Angleterre avait invité des guildes de francs-maçons dans son pays dès 926 après J.-C. pour aider à la construction de plusieurs cathédrales et bâtiments en pierre. Des manuscrits maçonniques datant de 1390 et 1410 ont été signalés.

Le procès-verbal manuscrit d’une réunion maçonnique de l’année 1599 est reproduit dans l’ouvrage History of Freemasonry d’Albert Mackey. La franc-maçonnerie était si bien implantée en Angleterre au XVIe siècle qu’un schisme bien documenté en 1567 a été enregistré. Ce schisme a divisé les francs-maçons anglais en deux grandes factions : les maçons « York » et « Londres ».

Le nouveau système de la Grande Loge établi à la Goose and Gridiron Alehouse en 1717 ne comportait d’abord qu’un seul niveau (degré) d’initiation. Dans les cinq ans suivant la fondation de la Loge, deux degrés supplémentaires ont été ajoutés, de sorte que le système comprenait trois étapes : Apprenti, Compagnon d’armes et Maître maçon.

Ces étapes sont communément appelées les « Degrés Bleus » car la couleur bleue y est symboliquement importante. Les trois degrés bleus sont restés les trois premières étapes de presque tous les systèmes maçonniques depuis lors.

La Grande Loge Mère a délivré des chartes à des hommes en Angleterre, en Europe et dans l’Empire britannique, les autorisant à établir des loges pratiquant les Degrés Bleus. Les activités fraternelles colorées des loges constituaient un moyen populaire pour les hommes de passer leur temps et la franc-maçonnerie devint rapidement très populaire. De nombreuses réunions de loges se tenaient dans des tavernes où l’on buvait beaucoup. Bien sûr, de nombreux membres étaient également attirés dans les loges par les promesses de fraternité et d’illumination spirituelle.

La nouvelle Grande Loge Mère aurait été très stricte dans sa règle interdisant toute controverse politique au sein des loges. Idéalement, la franc-maçonnerie devait être indépendante des questions et problèmes politiques. Dans la pratique, cependant, la Grande Loge Mère, qui avait été créée trois ans seulement après le couronnement du premier roi hanovrien, soutenait la nouvelle monarchie allemande à une époque où de nombreux Anglais y étaient fortement opposés.

L’un des premiers et des plus influents Grands Maîtres du système de la Mère Loge fut le Révérend John T. Desaguliers, qui fut élu Grand Maître en 1719. Desaguliers avait auparavant écrit un traité affirmant que les Hanovriens étaient les seuls souverains légitimes de l’Angleterre selon les « lois de la nature ». Le 5 novembre 1737, il confère les deux premiers degrés maçonniques à Frédéric, prince de Galles, un Hanovrien. Au cours des générations suivantes, des membres de la famille royale hanovrienne devinrent même Grands Maîtres.*

La Grande Loge anglaise était résolument pro-hanovrienne et son interdiction de toute controverse politique revenait à soutenir le statu quo hanovrien. *Auguste Frédéric (1773-1843), le neuvième fils de George III, a été Grand Maître pendant les trente années qui ont précédé sa mort. Avant cela, son frère aîné, qui devint le roi George IV, avait occupé le poste de Grand Maître. Un Grand Maître royal ultérieur fut le roi Édouard VII, fils de la reine Victoria ; Édouard fut Grand Maître pendant 27 ans alors qu’il était prince de Galles. Le dernier Grand Maître royal à être devenu roi est le duc d’York, qui est ensuite devenu le roi George VI (r. 1936-1952).


À la lumière de la nature machiavélique de l’activité de la Fraternité, si nous devions considérer la Grande Loge Mère comme une faction de la Fraternité conçue pour maintenir en vie une cause politique controversée (c’est-à-dire le régime hanovrien en Grande-Bretagne), nous nous attendrions à ce que le réseau de la Fraternité soit la source d’une faction soutenant l’opposition. C’est précisément ce qui s’est passé. Peu de temps après la fondation de la Grande Loge Mère, un autre système de franc-maçonnerie a été lancé qui s’opposait directement aux Hanovriens !

Lorsque Jacques II est renversé par la Glorieuse Révolution de 1688, il fuit l’Angleterre. Ses partisans ont rapidement formé des organisations pour l’aider à récupérer le trône britannique. Le groupe le plus efficace et le plus militant était l’organisation jacobite. Basés en Écosse et dans l’Irlande catholique, les Jacobites ont réussi à rallier un large soutien aux Stuarts. Ils organisent de nombreux soulèvements et campagnes militaires contre les Hanovriens, mais ne parviennent pas à rétablir le trône des Stuarts. Lorsque Jacques II meurt en 1701, son fils, l’autoproclamé Jacques III, poursuit la lutte familiale pour reconquérir le trône britannique. Une nouvelle branche de la franc-maçonnerie est créée pour l’aider. Cette branche était calquée sur celle des anciens Templiers.

L’homme qui aurait fondé la franc-maçonnerie des Templiers était l’un des fidèles partisans de Jacques III, Michael Ramsey. Ramsey était un mystique écossais qui avait été engagé par Jacques III pour être le tuteur des deux fils de Jacques en France.

L’objectif de Ramsey était de rétablir les Templiers disgraciés en Europe. Pour y parvenir, Ramsey a adopté la même approche que celle utilisée par le système de la Grande Loge Mère de Londres : les Templiers ressuscités devaient être une société secrète mystique/fraternelle ouverte aux hommes de diverses professions. Les anciens titres chevaleresques, les uniformes et les « outils du métier » devaient être utilisés à des fins symboliques, fraternelles et rituelles dans un contexte maçonnique. Conformément à ces objectifs, Ramsey se fait appeler Chevalier Ramsey.

Ramsey ne travaille pas seul. Il est aidé par d’autres partisans des Stuart. Parmi eux, l’aristocrate anglais Charles Radcliffe. Radcliffe était un jacobite zélé qui avait été arrêté avec son frère, le comte de Derwentwater, pour leurs actions liées à la rébellion ratée de 1715 visant à placer Jacques III sur le trône britannique. Les deux frères sont condamnés à mort. Le comte est décapité, mais Radcliffe s’enfuit en France.

En France, Radcliffe prend le titre de comte de Derwentwater. Il préside une réunion en 1725 pour organiser une nouvelle loge maçonnique basée sur le format des Templiers révélé par Ramsey. La loge de Derwentwater a contribué à la mise en place du nouveau système templier de la franc-maçonnerie en Europe. Derwentwater a prétendu que l’autorité pour établir sa loge provenait de la loge Kilwinning d’Écosse – la plus ancienne et la plus célèbre loge d’Écosse.*

La franc-maçonnerie templière est donc souvent appelée franc-maçonnerie écossaise en raison de son origine écossaise réputée. * La franc-maçonnerie templière est donc souvent appelée franc-maçonnerie écossaise en raison de son origine écossaise présumée. Il existe un débat quant à savoir si Lord Derwentwater a également reçu une charte de la Mère Grande Loge d’Angleterre pour créer sa nouvelle loge française.


De nombreuses histoires affirment que oui, mais certains érudits maçonniques affirment qu’il n’existe aucune trace d’une telle charte et que la loge de Lord Derwentwater était une loge non officielle (« clandestine »). Il a été avancé que la Mère Grande Loge d’Angleterre n’aurait pas accordé de charte à Derwentwater car ses tendances politiques pro-Stuart étaient bien connues.

En guise de note de bas de page, Lord Derwentwater « a continué à rester politiquement actif et il a essayé de rejoindre Charles Edouard pendant la rébellion jacobite de 1745. Le navire sur lequel Derwentwater naviguait a été capturé par un croiseur anglais. Le comte est emmené à Londres où il est décapité en décembre 1746.

La maçonnerie écossaise de Ramsey attirait de nombreux membres en prétendant que les Templiers avaient en fait secrètement créé le système de la Grande Loge Mère. Selon Ramsey, les Templiers avaient redécouvert les enseignements « perdus » de la franc-maçonnerie des siècles plus tôt en Terre Sainte pendant les Croisades. Ils ont ramené ces enseignements en Europe et, après leur disgrâce et leur bannissement, ont secrètement maintenu ces enseignements en vie pendant des centaines d’années en France, en Angleterre et en Écosse.

Après avoir vécu dans l’ombre pendant des siècles, les Templiers ont prudemment réapparu en publiant uniquement les degrés bleus par l’intermédiaire de la Grande Loge Mère. Ramsey a affirmé que les trois degrés bleus n’étaient délivrés que pour tester la loyauté des francs-maçons. Une fois qu’un franc-maçon avait prouvé sa loyauté en atteignant le troisième degré, il avait le droit de passer aux « vrais » degrés : les quatrième, cinquième et plus hauts degrés publiés par Ramsey. Ramsey a déclaré qu’il avait été autorisé à publier les degrés supérieurs par un quartier général secret des Templiers en Écosse. Selon son histoire, les Templiers écossais travaillaient secrètement par le biais de la loge de Kilwinning.

Pour atteindre leurs objectifs politiques pro-Stuart, les loges écossaises ont transformé le symbolisme biblique du troisième degré bleu en symbolisme politique pour représenter la Maison Stuart. Les degrés « supérieurs » de Ramsey contenaient un symbolisme supplémentaire « révélant » pourquoi les francs-maçons avaient le devoir d’aider les Stuart à reconquérir le trône d’Angleterre. Pour cette raison, de nombreuses personnes considèrent la franc-maçonnerie écossaise comme une tentative habile d’attirer les francs-maçons loin du système de la Grande Loge Mère qui soutenait la monarchie hanovrienne et de transformer les nouveaux convertis en francs-maçons pro-Stuart.

Les Stuarts eux-mêmes rejoignent l’organisation de Ramsey. James III adopte le titre templier de « Chevalier St. George ». Son fils, Charles Edward, a été initié à l’Ordre des Templiers le 24 septembre 1745, l’année même où il a mené une invasion jacobite majeure en Écosse. Deux ans plus tard, le 15 avril 1747, Charles-Édouard établit un « chapitre jacobite écossais » maçonnique dans la ville française d’Arras.

Charles-Édouard nia par la suite avoir été franc-maçon afin de faire taire les rumeurs préjudiciables selon lesquelles la maçonnerie écossaise n’était rien de plus qu’une façade pour la cause des Stuart (ce qu’elle était en grande partie), même s’il avait été Grand Maître dans le système écossais. La preuve de sa qualité de Grand Maître a été découverte en 1853 lorsque quelqu’un a trouvé la charte émise par Charles-Édouard pour établir la loge susmentionnée à Arras. La charte stipule en partie

Nous, Charles-Édouard, roi d’Angleterre, de France, d’Écosse et d’Irlande, et en tant que tel Grand Maître suppléant du Chapitre de H., connu sous le titre de Chevalier de l’Aigle et …. * On pense que le « Chapitre de H » était la loge écossaise de Heredon. Charles Edward est désigné comme le Grand Maître « substitut » car son père, en tant que roi d’Ecosse, était considéré comme le Grand Maître « héréditaire ».

Nous venons de discuter de la fondation de deux systèmes de franc-maçonnerie. Chacun d’entre eux soutenait le côté opposé d’un conflit politique important qui se déroulait en Angleterre – un conflit qui a également affecté d’autres nations européennes. Les deux systèmes de franc-maçonnerie ont été lancés à moins de cinq ans d’intervalle.

L’histoire de Ramsey sur la façon dont les deux systèmes ont vu le jour contient donc des implications plutôt étonnantes. Son histoire implique qu’un petit groupe caché de personnes appartenant au réseau de la Fraternité en Écosse a délibérément créé deux types opposés de franc-maçonnerie pour encourager et soutenir les deux côtés d’une violente controverse politique. Il s’agirait d’un exemple étonnant de machiavélisme.

Dans quelle mesure l’histoire de Ramsey est-elle vraie ?

Pour répondre à cette question, nous devons d’abord jeter un bref coup d’œil à l’histoire de la franc-maçonnerie en Écosse.

L’Écosse a longtemps été un centre important de l’activité maçonnique. La plus ancienne des anciennes guildes maçonniques d’Écosse avait été fondée à Kilwinning en 1120 après J.-C. En 1670, la loge Kilwinning pratiquait déjà la franc-maçonnerie spéculative (bien que, de par son nom, elle était toujours une loge opérationnelle).

Les loges écossaises étaient uniques en ce sens qu’elles étaient indépendantes de la Grande Loge anglaise et n’ont jamais reçu de charte de cette dernière, même après avoir commencé à pratiquer les degrés bleus du système de la Grande Loge anglaise. La Kilwinning Lodge elle-même accordait des chartes depuis le début du 15e siècle. Elle ne cessa de le faire qu’en 1736, lorsqu’elle se joignit à d’autres loges écossaises pour élever la Loge d’Edimbourg au rang de Grande Loge d’Ecosse. La nouvelle Grande Loge d’Écosse d’Édimbourg adopte le système spéculatif de la Grande Loge anglaise, mais elle reste indépendante de cette dernière et émet ses propres chartes.

Environ sept ans plus tard, en 1743, la loge Kilwinning se sépare de la Grande Loge d’Écosse pour un différend apparemment insignifiant. Kilwinning se constitue en corps maçonnique indépendant (« Mother Lodge of Kilwinning ») et émet à nouveau ses propres chartes. En 1807, la loge Kilwinning renonce à tout droit d’accorder des chartes et rejoint la Grande Loge d’Écosse.

Nous voyons donc des périodes substantielles au cours desquelles la Kilwinning Lodge était indépendante de toutes les autres Loges et où elle aurait très bien pu accorder des chartes aux francs-maçons templiers. Elle était indépendante à l’époque où Ramsey et Derwentwater prétendaient avoir reçu l’autorisation de Kilwinning d’établir des degrés templiers en Europe.

Certains historiens maçonniques soutiennent que la Kilwinning Lodge et d’autres loges écossaises n’ont toujours rien à voir avec la création des degrés dits « écossais ». Ils affirment que les degrés écossais ont tous été créés en France par Ramsey et ses cohortes jacobites. Certains auteurs maçonniques affirment que le templier n’a pas atteint l’Écosse avant l’année 1798, soit des décennies après qu’il se soit répandu en Europe.

Ces auteurs affirment également que la loge Kilwinning n’a jamais pratiqué que les degrés bleus du système anglais. D’autres pensent que Ramsey, qui est né dans les environs de Kilwinning, a revendiqué une origine écossaise pour ses degrés par fierté nationaliste et pour aider à construire une base de soutien politique pour les Stuarts en Écosse. Ces arguments semblent convaincants, mais la documentation historique prouve qu’ils sont tous faux.

Tout d’abord, nous avons déjà vu que l’Écosse fournissait à cette époque d’importantes figures historiques contribuant à certains des changements opérés par les révolutionnaires de la Fraternité. Michael Ramsey est le troisième Écossais mystérieux d’origine obscure que nous avons vu contribuer à des changements importants en Europe. Les deux autres ont été évoqués précédemment : William Paterson, qui a aidé les dirigeants allemands à mettre en place une banque centrale en Angleterre, et John Law, qui a été l’architecte de la banque centrale de France.

Deuxièmement, les loges maçonniques écossaises étaient un lieu naturel pour l’apparition de degrés templiers pro-Stuart. L’Ecosse était fortement pro-Stuart et les Jacobites y avaient leur siège. Des décennies avant la création de la Grande Loge anglaise, de nombreux maçons écossais étaient déjà connus pour leur soutien aux Stuart. Ces loyalistes écossais utilisaient leurs loges comme lieux de rencontre secrets pour ourdir des intrigues politiques.

L’activité maçonnique pro-Stuart peut remonter jusqu’en 1660, année de la Restauration des Stuart (lorsque les Stuart ont repris le trône aux puritains). Selon certains maçons de la première heure, la Restauration était en grande partie un exploit maçonnique. Le général Monk, qui a joué un rôle si crucial dans la Restauration, serait un franc-maçon.

Enfin, il existe des preuves irréfutables que les loges écossaises, y compris celle de Kilwinning, étaient impliquées dans le templier des décennies avant 1798. L’historien maçonnique Albert Mackey rapporte dans son History of Freemasonry qu’en 1779, la loge de Kilwinning avait délivré une charte à des maçons irlandais qui s’appelaient eux-mêmes la « Lodge of High Knights Templars ». Plus de dix ans auparavant, en 1762, la St. Andrew’s Lodge de Boston avait demandé à la Grande Loge d’Écosse un mandat (qu’elle a reçu par la suite) permettant à la loge de Boston de conférer les degrés « Royal Arch » et « Knight Templar » lors de sa réunion du 28 août 1769. Il est significatif que la St. Andrew’s Lodge ait demandé à la Grande Loge d’Écosse le droit de conférer le degré templier, et non à une quelconque loge française.

Nous avons ainsi confirmé deux éléments de l’histoire de Ramsey : 1) que les loges écossaises pratiquaient la franc-maçonnerie templière, et 2) qu’une Grande Loge écossaise accordait des chartes templières au moins dès 1762.

Nous pouvons supposer sans risque que la Grande Loge écossaise était impliquée dans le templisme avant cette année-là, car la Loge aurait dû établir le degré templier avant qu’une autre loge puisse en faire la demande. Malheureusement, il n’existe pas de documents apparents permettant d’indiquer à quel moment précis le templisme a commencé dans les loges écossaises. Ramsey et Derwentwater, bien sûr, affirment que les degrés templiers existaient déjà au début des années 1720. Les loges écossaises pourraient bien avoir été impliquées dans une certaine forme de templier à cette époque.

Il est compréhensible que les loges écossaises aient été très secrètes quant à leurs activités templières. Nous ne connaissons la charte templière de 1762 de la St. Andrew’s Lodge que grâce à des documents trouvés à Boston. Il suffit de considérer le destin des deux comtes de Derwentwater pour apprécier les dangers qui guettent les personnes, y compris les francs-maçons, qui s’engagent dans une activité politique pro-Stuart.

Tous les éléments de l’histoire des Templiers de Ramsey n’étaient pas étayés par des preuves. Par exemple, la franc-maçonnerie elle-même n’a pas été créée par les Templiers comme Ramsey l’a laissé entendre. Les guildes maçonniques qui ont donné naissance à la franc-maçonnerie existaient bien avant la fondation des Templiers. D’autre part, il existe des preuves circonstancielles que les Chevaliers Templiers pourraient bien avoir été ceux qui ont apporté les Degrés Bleus en Angleterre.

Comme mentionné au chapitre 15, on pense que les trois degrés bleus étaient déjà pratiqués des siècles plus tôt par la secte des Assassins de Perse. Les Templiers ont eu des contacts fréquents avec les Assassins pendant les Croisades. Pendant les périodes où ils ne combattaient pas l’un contre l’autre, les Assassins et les Templiers ont établi des traités et se sont engagés dans d’autres relations amicales. Un traité a même permis aux Templiers de construire plusieurs forteresses sur le territoire des Assassins.

Certains historiens pensent qu’au cours de ces intermèdes pacifiques, les Templiers ont pris connaissance des vastes enseignements mystiques des Assassins et ont intégré certains de ces enseignements au système templier. Il est donc tout à fait possible que les Templiers aient effectivement eu les Degrés Bleus bien avant qu’ils ne soient établis par la Mère Grande Loge anglaise.

Une autre preuve circonstancielle est qu’à l’époque des croisades, les Templiers étaient au sommet de leur puissance en Europe. Ils possédaient des propriétés sur tout le continent. Leurs propriétés et préceptorats en Écosse étaient particulièrement nombreux. Lorsque les Templiers ont abandonné la Terre sainte après les croisades, ils ont fini par retourner dans leurs préceptories à travers le monde, y compris en Écosse.

Après la suppression de l’ordre des Templiers dans toute l’Europe, de nombreux Templiers ont refusé d’abandonner leurs traditions templières et ont donc mené leurs activités dans le secret. Certains templiers actifs en secret ont rejoint des loges maçonniques, y compris des loges en Écosse et en Angleterre. Il est donc concevable que les Templiers aient été le canal par lequel les trois degrés bleus ont voyagé de la secte des Assassins, en passant par l’Écosse, jusqu’à la Grande Loge Mère de 1717.


Certains francs-maçons peuvent considérer toute tentative de relier les Degrés Bleus à la secte des Assassins comme un effort pour discréditer la franc-maçonnerie, même si le lien a été suggéré par l’un des historiens les plus estimés de la maçonnerie. En discutant d’un tel lien, il est important de garder à l’esprit que les techniques d’assassinat employées par les Assassins n’ont jamais été enseignées dans les Degrés Bleus.

Les Assassins possédaient une vaste tradition mystique qui s’étendait bien au-delà de leurs méthodes politiques controversées. En outre, les Assassins avaient emprunté nombre de leurs enseignements mystiques aux systèmes antérieurs de la Confrérie. Il est donc possible que les Degrés Bleus aient débuté avant même la fondation de l’organisation des Assassins.

Quelle que soit la vérité ultime sur les origines des Blue Degrees et des Scottish Degrees, les deux systèmes ont gagné une grande popularité. Les Degrés Ecossais finirent par dominer presque toute la Franc-maçonnerie. En Europe continentale, le centre de la franc-maçonnerie écossaise s’avéra être l’Allemagne, où la même petite clique de petits princes allemands que nous avons observée émergea bientôt comme chefs de la nouvelle franc-maçonnerie templière.

A suivre…


Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :