Nouveau paradigme

La science de l’unité de David Wilcock. Le chaînon manquant

Gravité. Magnétisme. Rotation.

6.1 LES GYROSCOPES DÉFAVORISENT LA GRAVITÉ

Dans le dernier chapitre, le Dr Bruce DePalma nous a montré que la simple rotation d’un aimant, façonné comme un gyroscope, pouvait générer de l’électricité. Il est également intéressant de souligner que des effets gravitationnels pourraient également être produits dans le travail de DePalma avec des aimants rotatifs.

Avant de discuter de cela, si nous revenons à son expérience originale de Spinning Ball Drop détaillée au chapitre quatre, nous pouvons voir que des effets anti-gravitationnels précis ont été observés dans la différence entre la chute d’une bille d’acier en rotation par opposition à une non-rotation.

Rappelons-nous qu’un gyroscope « n’aime » pas être déplacé hors de sa position – il possède une grande inertie. Vous pouvez le sentir en essayant de faire tourner le gyroscope dans vos mains pendant qu’il se déplace – il résistera à vos efforts.

Ou vous pouvez même équilibrer l’axe inférieur du gyroscope sur votre doigt et éblouir vos amis car il s’incline à près de 90 degrés sans tomber. Ce sont ces principes simples du gyroscope qui permettent à nos avions de rester stables en vol – le gyroscope détecte tout mouvement et y résiste, ce qui amène les instruments sensibles autour du gyroscope à détecter les changements et à envoyer les mouvements correspondants aux stabilisateurs sur les ailes pour maintenir le niveau de l’avion.

Sans cela, le défi d’un pilote essayant de maintenir l’avion sur la bonne voie serait une tâche beaucoup plus exigeante.

²

Nous avons déclaré que la gravité est la tendance de toutes les parties de l’Être Ultime à rechercher l’Unité, à rechercher le Centre. Ainsi, lorsque nous voyons cela se produire sur des planètes, c’est simplement la force de l’éther coulant vers le bas dans le gigantesque corps planétaire qui crée la force.

La surface de la Terre est semblable à un «écran» que nous ne pouvons pas traverser, mais l’éther le peut – et ainsi nous sommes «pris» dans le «vent d’éther» et continuellement poussés par lui. Cependant, l’éther coule également dans toute autre matière, y compris nous-mêmes – il est donc certainement possible que d’autres courants d’éther plus faibles en plus de la direction descendante soient mis en œuvre dans la nature.

Ces « autres flux » avec des directions différentes ont les mêmes propriétés mathématiques que la gravité via le principe d’équivalence d’Einstein, et nous rappelons que ces forces sont appelées inertie. Par conséquent, un gyroscope en rotation peut capter et « rejeter » la force énergétique éthérique d’inertie de la même manière qu’il « rejette » de l’énergie électrique libre lorsqu’il est magnétisé.

En rotation, la force de gravité éthérique normalement dirigée vers le bas est alors redirigée et rayonnée sur les côtés du gyroscope, réduisant ainsi le poids de l’objet.

Comme exemple scientifique parfait de ce phénomène qui a fait son chemin dans les médias grand public, nous pouvons citer des extraits d’un article paru dans The Electronic Telegraph le dimanche 21 septembre 1997 :

Des scientifiques « battent la gravité » à l’aide d’un gyroscope
Par Robert Matthews, correspondant scientifique

Une équipe de scientifiques soutenue par une multinationale japonaise de premier plan affirme avoir trouvé un moyen de générer « l’anti-gravité » en utilisant rien de plus qu’un gyroscope en rotation. Bien que l’effet revendiqué soit extrêmement faible – équivalant à une perte de poids de seulement une partie sur 7 000 – l’équipe insiste sur le fait qu’il ne peut pas être expliqué comme une erreur expérimentale.

De telles affirmations circulent depuis au moins une décennie et ont toujours été entourées de controverses. Selon la physique conventionnelle, il est impossible pour tout objet de générer de l’anti-gravité, ou même de masquer ses effets…

Aujourd’hui, un nouveau carburant a été ajouté à la controverse sur l’antigravité par Hideo Hayasaka et ses collègues de la Faculté d’ingénierie de l’Université de Tohoku, au Japon, en collaboration avec Matsushita, la multinationale japonaise. L’équipe a réalisé une nouvelle série d’expériences visant à détecter l’anti-gravité générée par un petit gyroscope.

Le principe de l’expérience est très simple. Après avoir fait tourner le gyroscope à 18 000 tours par minute, il est placé dans un récipient hermétique et laissé tomber entre deux faisceaux laser. Ceux-ci enregistrent le temps que prend le gyroscope pour tomber de près de 6 pieds entre les deux faisceaux. Toute réduction de la force de la gravité se traduit par une légère augmentation du temps nécessaire pour tomber de 6 pieds.

Dans une série de 10 essais, l’équipe a découvert que le gyroscope mettait environ 1/25 000 de seconde de plus à tomber lorsqu’il tournait que lorsqu’il était immobile, ce qui équivaut à un effet anti-gravité d’une partie sur 7 000 seulement…

Cet article nous montre clairement que les preuves ont en effet « fuité » dans les médias, même si elles ne provenaient d’aucun scientifique américain, ni d’un journal américain. D’autres études montrent que ce phénomène ne se limite certainement pas aux seuls gyroscopes.

Dans le doctorat de Zhang Chengbin. dissertation Théorie unifiée de l’univers, il mentionne l’anomalie de la façon dont une balle en rotation rapide peut parcourir de longues distances, ne subissant que peu ou pas de changement dans sa trajectoire par rapport à la gravité.

Dans la même thèse, il rapporte que des scientifiques japonais ont découvert qu’une toupie électrique réduirait également son poids de manière mesurable lors de sa rotation. Ce fait a été illustré dans Answers to the Unsolved World Mysteries de Wang Jiancheng , New World Press, Chine, 1994.

Ainsi, la réduction de gravité de 1 sur 7 000 de l’équipe de recherche parrainée par Matsushita n’est guère un motif de grande célébration, mais elle nous montre évidemment qu’un principe fondamental est à l’œuvre qui ne peut être ignoré et qui va carrément à l’encontre des principes actuellement acceptés. modèles de physique. [1, 2]

6.2 MACHINE À FORCE DEPALMA

Heureusement, dans Force Machine du Dr Bruce DePalma, un effet antigravité bien supérieur à 1 sur 7 000 a été produit, bien que vous ne le sachiez jamais en consultant les médias grand public. Dans l’appareil de DePalma, deux gyroscopes magnétisés étaient montés côte à côte dans un cylindre (voir image suivante) tournant dans des directions opposées l’un à l’autre – l’un dans le sens des aiguilles d’une montre et l’autre dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Les deux gyroscopes (appelés ici volants d’inertie) étaient dans la même position, avec le bas de leurs essieux pointant vers le bas et le haut de leurs essieux vers le haut.

Le cylindre qui maintenait ces gyroscopes en place était alors également amené à tourner de son côté, faisant tourner continuellement les axes des gyroscopes d’un bout à l’autre dans le plan vertical comme les rayons d’un rouet.

Étant donné que les forces d’inertie générées par les gyroscopes les amènent à résister naturellement au déplacement hors de position, encore plus d’énergie éthérique pourrait être exploitée en les forçant à le faire. Et comme nous l’avons dit dans le dernier chapitre, défier la gravité est aussi simple que de rassembler une partie de l’énergie éthérique descendante et de la rediriger sur le côté, comme la flexion d’un tuyau. Cette redirection peut être réalisée par simple rotation.

La machine « Force » du Dr DePalma pèserait initialement 276 livres. avant d’être activé. Les gyroscopes seraient entraînés dans des directions de contre-rotation à 7600 tr/min chacun, puis le cylindre entier serait tourné ou précessé à 4 tours par seconde. (Voir la section « Précession » ci-dessous.) Tout mouvement plus rapide créerait des forces internes suffisamment importantes pour fracturer les axes de support des gyroscopes, ce qui détruirait la machine.

Une fois que la Force Machine fonctionnait à cette vitesse, elle affichait à plusieurs reprises 4 à 6 livres. de perte de poids !

Cette réduction de gravité est environ 100 fois plus puissante que ce qui a été vu dans l’expérience japonaise citée ci-dessus. DePalma a ensuite suggéré d’autres améliorations de conception qui créeraient encore plus de perte de poids, comme le montage des deux gyroscopes contrarotatifs sur le même essieu, augmentant ainsi la résistance de l’unité et lui permettant de précesser ou de tourner plus rapidement.

De plus, il ne faut pas oublier que cette même machine peut générer de « l’énergie gratuite » tout comme la N-Machine « Sunburst » dans le dernier chapitre, simplement en plaçant des contacts électriques sur les bords intérieurs et extérieurs des disques de chaque gyroscope. Ainsi, la redirection de la force gravitationnelle éthérique et de la force électromagnétique éthérique s’accomplit toutes deux par les mêmes moyens ; rotation.

Il existe en effet de nombreux scientifiques qui ont abordé des situations similaires à celles de DePalma, incorporant les forces anormales du gyroscope à utiliser comme méthode pour nier certaines des forces de gravité.

Bien qu’aucune des machines à base de gyroscope ne subisse une perte de poids complète, un chercheur du nom de Geoff Russell a pu créer un tel appareil « pesant 22 lb, capable d’enregistrer systématiquement une perte de poids ou des impulsions de levage vertical de 20 lb, donner ou prenez l’once impaire ».

Ceci et des dizaines d’autres machines similaires, avec les fichiers Adobe Acrobat de leurs brevets, sont tous situés sur le site Web « Gyroscopes as Propulsion Devices » de Glenn Turner, répertorié ci-dessous, qui est rempli d’images et d’informations très utiles pour ceux qui sont plus intéressé. Une autre machine similaire de réduction de la gravité a été brevetée par Sandy Kidd, et cela est mentionné sur le site Web de Turner ainsi que dans un article du Dr Harold Aspden que nous avons lié ci-dessous.

6.3 LA PRÉCESSION COMME PROPULSION

Pour que toutes les machines ci-dessus fonctionnent, un autre aspect du comportement d’un gyroscope est utilisé. Un gyroscope résistera non seulement à être déplacé hors de sa position verticale, mais générera également une force lorsqu’il tentera de se déplacer selon de grands motifs circulaires.

Ces motifs sont plus facilement visibles avec une toupie. Au fur et à mesure que la toupie commence à perdre son énergie, elle ne tourne jamais simplement en spirale vers le bas dans la même direction qu’elle tournait à l’origine; au fur et à mesure qu’il se déstabilise, il commencera toujours à tourner lentement ou à précéder dans un cercle lent et régulier qui est dans la direction opposée à son mouvement de rotation normal.

Ces motifs circulaires sont connus sous le nom de mouvements « précessionnels », et ils constituent un autre aspect du mouvement d’un gyroscope qui se produira soit dans l’air, soit dans le vide et peut être utilisé pour vaincre la gravité. Ainsi, alors que la simple inertie d’un gyroscope le fait uniquement résister au déplacement, les forces de précession créent en fait du mouvement. Et ce mouvement est une « Force » définie qui peut être conçue, car la gravité n’a pas d’effet sur lui !

Des machines telles que celles construites par DePalma et Sandy Kidd positionnent les gyroscopes de telle manière que leur mouvement naturel de « précession » est obligé de ne pouvoir se déplacer que dans une seule direction. Si cette direction est opposée à la force de gravité, alors la force de gravité est réduite ! Ci-dessous, nous avons un diagramme en cinq phases extrait du site Web de Glenn Turner qui nous montre une méthode populaire de fonctionnement, où la séquence de mouvements va de gauche à droite, de haut en bas.

 

Nous pouvons voir comment les gyroscopes tentent naturellement de précéder vers le haut, puis sont arrêtés à un certain point et forcés de redescendre. Cet effet est causé par le fait que l’axe central qui supporte les deux gyroscopes est en rotation.

En d’autres termes, pour vraiment voir cela en action, vous devez voir que les deux gyroscopes tournent autour de leur axe central en cercles géants. Cela crée une force centrifuge qui s’étend du centre. Lorsque les gyroscopes se déplacent vers le haut aussi loin qu’ils peuvent aller et heurtent la bobine métallique, cette même force les repousse ensuite vers le bas.

Comme nous l’avons dit, la force centrifuge est facilement visible en faisant tourbillonner un seau d’eau autour de vous en cercles géants ; si vous le faites assez vite, aucune eau ne se renversera sur vous. Et ainsi, grâce à la manipulation intelligente des forces de précession et centrifuges, cette conception simple contrecarre en effet la force de gravité !

À certains égards, il pourrait même être considéré comme l’équivalent anti-gravité du battement d’ailes. Chaque course des gyroscopes produit une poussée supplémentaire de puissance de levage. L’image suivante ci-dessous est celle d’un prototype de travail réel de Sandy Kidd qui utilise ces concepts – une machine qui produit une diminution mesurable de son poids lorsqu’elle est activée.

L’un des dispositifs gyroscopiques réducteurs de gravité de Sandy Kidd.

Ainsi, il semble qu’avec les seuls mouvements de rotation et de précession du gyroscope, nous pouvons créer une perte de poids significative. Nous devons nous rappeler que cette perte de poids est causée par le fait que l’éther s’écoule constamment dans et hors de toute matière afin de créer son existence à chaque instant.

Comme nous l’avons dit, ce mouvement continu est l’élément vital très conscient de l’Unité, appelé le « Souffle du Divin ».  » En faisant tourner un objet, comme l’a fait DePalma dans son expérience Spinning Ball Drop, l’objet peut recueillir de plus grandes quantités d’énergie éthérique, que nous avons comparées à une éponge absorbant l’eau dans le dernier chapitre.

Dans les cas ci-dessus, des effets très proches de l’anti-gravité sont découverts et brevetés, de sorte que chaque fois que la société réalisera enfin que de tels dispositifs fonctionnent, ces inventeurs pourront obtenir le crédit qu’ils méritent !

Dans l’état actuel des prototypes, ils pourraient être utilisés pour les voyages terrestres, comme dans la conception d’une automobile, ou les voyages dans l’espace. Étant donné que les machines peuvent générer une force dans n’importe quelle direction vers laquelle vous les dirigez, elles fonctionneront beaucoup mieux dans le « vide » de l’espace vide, car elles n’auraient aucune gravité pour résister à leur mouvement à travers l’éther.

6.4 EXPÉRIENCE FINLANDAISE ANTI-GRAVITÉ

Même le monde grand public était au courant d’une démonstration de la façon dont la force de gravitation pouvait être surmontée – une histoire qui a fait irruption dans les médias du monde entier et a attiré l’attention. Cette découverte récente a été présentée par le Dr Eugene Podkletnov de Finlande.

Nous l’incluons ici parce que c’est une transition parfaite vers le but de ce chapitre, qui est de montrer que lorsque les effets du magnétisme et de la rotation sont combinés, des effets gravitationnels peuvent être observés.

Bien sûr, très peu de temps après que cette recherche ait été rendue publique, un groupe de « démystificateurs » bien payés avec une large couverture médiatique et des diplômes supérieurs se sont précipités pour attaquer, délégitimer, ridiculiser, menacer et détruire efficacement le travail de cette équipe. Puisque la plupart du public mondial suppose que ce sont les « autorités », ils ne réalisent pas qu’il existe des motivations politiques précises et urgentes qui alimentent ces explosions soudaines.

L’élite mondiale ne veut pas que ces technologies soient développées de manière indépendante ; ils veulent un contrôle complet du processus à chaque étape du processus. Toute la débâcle a créé un tel traumatisme totalement inattendu pour le groupe qu’ils ont complètement dissous leur projet, même s’il s’agissait d’un fait scientifique facilement reproductible. Quiconque souhaite faire des percées dans ces domaines doit s’attendre à de tels événements comme par le cours.

Podkletnov et son équipe sont tombés de manière inattendue sur cet effet anti-gravitationnel alors qu’ils travaillaient avec des supraconducteurs, qui sont des matériaux qui perdent toute résistance à l’électromagnétisme à des températures extrêmement basses.

Donc, si vous avez un matériau qui peut conduire l’énergie électromagnétique sans perte de puissance, alors vous avez quelque chose de très puissant, basé sur nos nouvelles compréhensions de la façon dont l’énergie éthérée peut être exploitée sous forme de champs électromagnétiques. Philosophiquement parlant, un supraconducteur est un matériau qui est très proche d’être en véritable harmonie avec l’Unité Universelle, fournissant ainsi un moyen parfait pour que cette énergie consciente le traverse.

De la page trois du Sunday Telegraph du Royaume-Uni, numéro du 1er septembre 1993, l’extrait suivant fait partie de cette expérience remarquable, avant que les attaques ne commencent :

L’équipe effectuait des tests sur un disque à rotation rapide de céramique supraconductrice suspendu dans le champ magnétique de trois bobines électriques, toutes enfermées dans un récipient à basse température appelé cryostat.

« Un de mes amis est entré et il fumait sa pipe », a déclaré le Dr Podkletnov. « Il a mis de la fumée sur le cryostat et nous avons vu que la fumée montait tout le temps au plafond. C’était incroyable – nous ne pouvions pas l’expliquer.

Les tests ont montré une légère baisse du poids des objets placés sur l’appareil, comme s’il protégeait l’objet des effets de la gravité – un effet jugé impossible par la plupart des scientifiques.

« Nous avons pensé que cela pourrait être une erreur », a déclaré le Dr Podkletnov, « mais nous avons pris toutes les précautions. » Pourtant, les effets bizarres ont persisté. L’équipe a constaté que même la pression de l’air à la verticale au-dessus de l’appareil diminuait légèrement, l’effet étant détectable directement au-dessus de l’appareil à chaque étage du laboratoire.

Chose intéressante, la clé de l’appareil du Dr Podkletnov n’a peut-être rien à voir directement avec le disque supraconducteur. Il semble que l’effet soit en fait causé par les forces magnétiques que le disque concentre et conduit lorsqu’il tourne.

Dans le schéma suivant, nous pouvons voir que trois aimants solénoïdes, ou des aimants qui créent une « poussée » dans une certaine direction, soutiennent l’anneau supraconducteur, lui permettant de légèrement léviter. Ensuite, comme pour les moteurs que nous avons examinés dans le dernier chapitre, deux autres aimants solénoïdes entourent le disque, créant ainsi une force qui fait tourner le disque.

[Note de l’Institute for New Energy : Une pierre équivaut à environ 14 livres. par Dan York]
N’importe qui peut voir que nous avons deux champs magnétiques différents travaillant ensemble dans cet appareil, et le mouvement du disque supraconducteur fait tourner ces champs. Si nous nous souvenons des travaux du Dr Harold Aspden que nous avons couverts dans le dernier chapitre, nous verrions que lorsque vous faites tourner un aimant, il semble que la force magnétique à l’intérieur se comporte plus comme un fluide tourbillonnant que ne le permettent nos visions contemporaines de l’énergie.(Le Dr Aspden nous a montré qu’il faut dix fois moins d’énergie pour faire tourner un gyroscope magnétisé s’il avait déjà tourné moins de 60 secondes plus tôt ; l’énergie magnétique semble continuer à « tourbillonner » à l’intérieur une fois que l’objet s’immobilise.)

Et dans l’appareil de Podkletnov, nous assistons maintenant à une réduction directe de la force de gravité par la combinaison du magnétisme et de la rotation.

6.5 LÉVITÉ

Afin de comprendre comment l’expérience de Podkletnov pourrait fonctionner, nous devons invoquer une nouvelle idée dans nos concepts de gravité. Bien que nous l’explorions plus en détail au chapitre neuf, il est important que nous le mentionnions maintenant :

La force connue sous le nom de «lévité» pousse vers le haut depuis la Terre en même temps que la gravité pousse vers le bas.

Normalement, la force vers le bas est plus forte que la force vers le haut.

L’équilibre entre les deux est ce que nous avons nommé la « constante gravitationnelle ». ”

Cette interaction équilibrée entre les forces est une conséquence naturelle du mouvement de respiration toujours persistant qui se produit dans toute matière dans l’Univers Conscient.

La gravité est une action vers un centre et, comme l’a suggéré Walter Russell, lorsqu’elle atteint le centre, une nouvelle matière et de l’énergie sont créées et rayonnées vers l’extérieur. C’est encore un autre domaine dans lequel nos communautés « extraterrestres » ont fait des progrès significatifs que nous n’avons pas encore réalisés.

Et ainsi, la « lévité » est créée en raison du fait que tout l’éther qui coule dans la matière ne disparaît pas simplement – tout comme le tourbillon dans la rivière, une partie de l’eau reflue du tourbillon après sa création, même bien que la majorité de l’eau coule dans le vortex lui-même.

Par conséquent, une partie de l’éther qui crée la matière sera toujours renvoyée hors de l’objet dans la direction opposée ou inverse. (Nous discuterons de la légèreté beaucoup plus clairement dans le neuvième chapitre lorsque nous discuterons du système de physique vibratoire sympathique de John Keely.)

Diagramme de la force de « lévité » en action dans l’expérience de Podkletnov.

Si la force de l’éther à polarisation opposée « Lévité » existe vraiment en tant que contrepartie de la gravité, alors il se pourrait très bien que le magnétisme et la rotation du disque céramique supraconducteur de Podkletnov aient renforcé la force de ce flux ascendant, le concentrant vers l’intérieur à partir de l’éther environnant. à la manière d’un laser.

Si tel était le cas, cela expliquerait pourquoi l’effet anti-gravité et la réduction de la pression atmosphérique se sont poursuivis dans une colonne droite au-dessus de la machine et même à travers les étages supérieurs du bâtiment de Podkletnov.

Pour expliquer un peu plus en détail, la force magnétique poussant vers le haut des solénoïdes qui font léviter le disque crée l’impulsion initiale d’énergie magnétique qui permet au système de commencer à fonctionner, et la rotation des supraconducteurs permet à ces flux magnétiques/ énergies éthériques pour devenir tout à fait concentrées.

Si vous deviez regarder à nouveau l’image ci-dessus en gardant cela à l’esprit, vous pourriez dessiner quelques lignes de force simples qui traiteraient le disque comme le drain de votre évier de cuisine, mais à l’envers. L’éther environnant coulerait par le bas et « s’écoulerait » par le haut, continuant vers le haut.

6.6 DÉCOLLER : LE GÉNÉRATEUR D’EFFET SEARL

Et donc, la question ultime que nous devons nous poser est de savoir si oui ou non ces technologies qui intègrent la rotation peuvent réellement vaincre complètement la force de gravité. Toutes les machines ci-dessus peuvent certainement créer une perte de poids mesurable, mais la méthode du gyroscope ne semble pas tout à fait exploiter suffisamment d’énergie pour produire une lévitation.

Après tout, l’expérience finlandaise du Dr Podkletnov n’est capable de réduire le poids que de 2 % par anneau utilisé. Il doit y avoir un meilleur moyen !

En effet, d’autres chercheurs controversés ont bel et bien trouvé un moyen de contourner ce problème, et une fois de plus le magnétisme vient à notre aide. Nous nous souvenons que le magnétisme exploite l’éther très directement, et ses effets sont tout à fait mesurables à travers de nombreuses expériences dont nous avons discuté.

Dans le cas du disque Searl Levity, le professeur John RR Searl a utilisé une série de rouleaux cylindriques magnétiques sur mesure qui tournaient dans une série imbriquée d’anneaux magnétiques. (L’image suivante montre un seul anneau, entouré d’une couche de rouleaux.) Un métal élémentaire spécial appelé « néodyme » a été ajouté pour donner aux aimants un degré élevé de résistance.

En effet, si vous essayez d’acheter des aimants en néodyme, ils ne sont vendus qu’avec des avertissements stricts en raison de leur puissance. Si les aimants s’attirent, ils peuvent se briser et des lunettes de protection sont nécessaires pour se prémunir contre les dommages que les fragments d’une telle collision pourraient créer.

Ainsi, la quantité d’énergie que ces puissants aimants pouvaient exploiter seuls, couplée à leur rotation, était plus que suffisante pour créer une lévitation. Le Dr Searl a nommé cet ascenseur « L’effet Searl » pour des raisons évidentes.

Étant donné que le travail du professeur Searl est le récit le plus documenté de la propulsion anti-gravité complète jamais enregistré, un peu de contexte historique vaut la peine ici. Le professeur Searl a travaillé pour le Midlands Board en Australie en tant qu’installateur électrique en 1949 et a mené des expériences sur l’électricité en raison de son propre intérêt pour celle-ci.

Alors qu’il travaillait sur des moteurs électriques et des générateurs, il a remarqué que les pièces métalliques en rotation créaient un petit courant d’énergie électromagnétique, avec le pôle positif vers le centre et le pôle négatif vers le bord. Cela devrait maintenant nous être familier. Puis, en 1950, il travaillait avec des bagues collectrices en rotation et a de nouveau mesuré un petit courant d’énergie électromagnétique émergeant des bords de la bague.

Il s’est également rendu compte que ses cheveux se hérisseraient s’il laissait les anneaux tourner sans essayer d’en tirer du courant. De ces observations, il a conclu que la force centrifuge de rotation dans le métal provoquait la filature d’électrons libres.

En ce sens, il a fait des découvertes très similaires à celles du Dr DePalma concernant la capacité de tirer du courant d’un objet magnétique en rotation, seulement dans son cas, il a trouvé l’effet dans le métal qui n’était pas magnétisé.

De plus, il croyait que les électrons qu’il mesurait provenaient des atomes des pièces métalliques en rotation elles-mêmes, et non de l’énergie éthérique libre de l’univers. Plus tard, il changerait évidemment d’avis !

Schéma simplifié du système Searl d’anneaux magnétiques et de tiges magnétiques rotatives.

Afin de transformer ce principe en un prototype fonctionnel, il a construit un générateur qui est maintenant appelé Gyro-cellule, illustré ci-dessus. L’image ci-dessus est une version simplifiée de ce qui implique en réalité trois anneaux concentriques et trois ensembles de tiges cylindriques roulantes.

Une couche de nylon est attachée à chaque anneau afin de contrôler la vitesse à laquelle les électrons émergent, ce qui permet une sortie d’énergie uniforme ; sinon, cela fonctionne par rafales soudaines au lieu d’un flux fluide. Au début, en 1952, il s’agissait simplement d’un générateur d’environ trois pieds de diamètre.

Searl et un ami l’ont testé à l’extérieur, et un petit moteur a été utilisé sous le générateur pour démarrer les rouleaux en mouvement autour des anneaux. Tout ce que Searl s’attendait à voir, c’était une certaine quantité d’énergie électrique générée par l’appareil.

Cela s’est effectivement produit, et à un potentiel beaucoup plus élevé qu’il ne l’avait imaginé. L’effet était suffisamment fort même à des vitesses relativement faibles pour créer 10,5 volts – et il pouvait être mesuré par les charges statiques qui émergeraient sur les objets proches.


6.6.1 LÉVITATION ET IONISATION

Alors que le générateur continuait à prendre de la vitesse, Searl et son ami ont été choqués de voir le générateur se détacher du moteur qui l’avait mis en marche et léviter à une hauteur de 50 pieds au-dessus du sol ! Il a maintenu cette altitude tout en continuant à se déplacer à un rythme de plus en plus rapide par lui-même, et une lueur rose d’air ionisé est apparue autour de lui.

Pendant que cela se produisait, la charge électromagnétique dans l’air autour d’eux a tellement augmenté que tous les récepteurs radio de la zone se sont spontanément allumés, ce qui n’a dû qu’ajouter au mystère et à la fascination qu’ils éprouvaient. Finalement, le générateur s’est envolé dans le ciel à une vitesse phénoménale et a semblé quitter complètement l’atmosphère terrestre.

Une fois qu’il a vu le résultat final de sa nouvelle invention, Searl s’est rendu compte qu’il travaillait avec une nouvelle découverte profonde qui allait bien au-delà de la création d’un générateur d’électricité. S’attendant à ce que les effets de lévitation se poursuivent, il a monté les générateurs de cellules gyroscopiques dans des engins en forme de disque qui n’avaient pas besoin d’être attachés au sol pour être alimentés.

Au fil du temps, dix engins différents ont été construits, et en effet, l’effet anti-gravité était si puissant et incontrôlable dans les premières phases que de nombreux prototypes ont été perdus ! Cela a continué d’être un problème jusqu’à ce que le Dr Searl apprenne à modifier et à contrôler la quantité de poussée vers le haut fournie par les aimants rotatifs.

6.6.2 CONTRÔLE DE MOUVEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE

La façon dont il a découvert comment contrôler le mouvement de l’engin était assez humoristique, et plus qu’un peu embarrassante. Après des années de travail en Australie, Searl avait finalement acquis suffisamment d’influence et de réputation scientifique pour attirer l’attention des médias. Une équipe de télévision était arrivée pour tenter de filmer cet engin en lévitation en action.

À la grande horreur de Searl, bien que le Levity Disc ait fonctionné de manière fiable devant de nombreux témoins différents, en présence de la caméra, il ne monterait pas du tout ! De toute évidence, cela a dû être un moment décevant et très déroutant, c’est le moins qu’on puisse dire !

Cependant, peu de temps après, cela a conduit le professeur Searl à découvrir que les champs électromagnétiques de la caméra avaient directement affecté la lévitation ou non de l’engin. C’était son grand « Eureka » qui l’a amené à développer un moyen de modifier la quantité et la direction de la poussée, acquérant ainsi la capacité de piloter l’engin comme un appareil télécommandé.

Le Levity Disc a volé à plusieurs reprises pour de nombreux témoins différents, et toute l’histoire se trouve sur son site Web, dont le lien est ci-dessous. Des embarcations plus grandes ont également été construites, certaines d’une largeur de 12 pieds et deux d’un diamètre de 30 pieds.

De nombreux articles traitent de l’invention de Searl sur le site Web de l’Institute for Free Energy et dans diverses éditions de la revue New Energy News. Il est souvent considéré comme le prototype anti-gravité le plus populaire, car il a également été le plus abouti.

Intérieur du disque Searl Levity, montrant des anneaux et des tiges magnétiques.

L’image ci-dessus est un schéma transparent de l’intérieur du disque anti-gravité volant. Les trois anneaux magnétiques concentriques avec les cylindres magnétiques rotatifs qui les entourent sont clairement visibles sur cette image. Si vous la voyiez avec la couche métallique extérieure en place, elle ressemblerait simplement à une « soucoupe volante ». ”

6.6.3 PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ AUTONOME

Il est intéressant de noter qu’avec l’appareil Searl, nous revenons également à un système d’énergie libre fonctionnel, grâce à l’exploitation de l’électricité des puissants aimants rotatifs.

John Thomas a étudié et écrit de manière approfondie les découvertes du professeur Searl dans son livre Anti-Gravity: The Dream Made Reality, et là, il révèle que la source d’alimentation de l’appareil était autonome une fois qu’une certaine quantité de courant y était entrée, afin de le démarrer.


Il générait littéralement sa propre énergie à partir de l’éther environnant et pouvait donc fonctionner indéfiniment sans source d’énergie stockée dans l’appareil.

Cela ne devrait pas être une grande surprise pour nous, après avoir vu l’effet « arroseur » du « générateur homopolaire » du Dr Bruce De Palma et plus tard de la N-Machine « Sunburst » qui a été testée et vérifiée indépendamment par le Dr Robert Kincheloe. .

6.6.4 « ARRÊT DE MATIÈRE »

Nous avons déjà mentionné le fait que le disque Searl pouvait être vu comme ayant une lueur rosâtre autour de lui, même s’il n’était rien de plus qu’une série d’aimants rotatifs et ne possédait aucun élément spécifiquement conçu pour émettre de la lumière.

De plus, dans le livre de John Thomas, il est révélé que les effets de neutralisation de la gravité comprenaient une certaine zone autour de l’appareil, pas seulement l’appareil lui-même. Cette zone s’appelait la «zone neutre» et s’étendait autour du bas et du haut du disque.

Ainsi, lors de son premier décollage, une partie des terres de la campagne environnante serait contenue dans cette zone neutre et serait prise dans le champ gravitationnel de l’engin lors de son décollage ! Et ainsi, Thomas écrit :

« On peut voir sur le diagramme du champ de gravité qu’une zone neutre apparaît sous l’engin ainsi que l’anneau neutre au-dessus, lorsque la commande de légèreté est activée. Si la matière se situe dans la zone, alors elle y est retenue.

En conséquence, les engins Searl construits jusqu’à présent ont laissé leur marque sur la campagne sous la forme de grands trous nets lorsqu’ils décollent soudainement. Le morceau de terre est pris avec lui, [et cela s’appelle] « bribe de matière…

Le seul danger observé jusqu’à présent est que si l’engin plane trop longtemps près du sol, le sol devient brûlé en raison des courants électriques qui accumulent de la chaleur. De plus, les systèmes nerveux des animaux sont perturbés par des décharges ionisantes s’ils s’approchent trop près. « 

6.6.5 LE LONG CHEMIN VERS L’ACCEPTATION DU PUBLIC

Avec le disque Searl, nous pouvons voir que la technologie permettant de réellement surmonter la gravité pour la propulsion existe déjà. En 1968, le professeur Searl avait le SEG prêt pour une utilisation commerciale, mais il a constaté un échec total dans l’application commerciale de son invention.

Les aimants étaient très coûteux à produire, car le néodyme est un élément rare et tous les aimants devaient être créés en même temps pour que l’appareil fonctionne correctement. Ainsi, il n’était pas facile pour lui de créer de nouveaux prototypes, car le financement approprié n’était tout simplement pas disponible.

Cependant, toute l’électricité de sa maison provenait d’un SEG et, en 1983, il a été emprisonné pendant dix mois pour avoir prétendument «volé de l’électricité» du réseau électrique. Le conseil d’électricité local ne croyait pas qu’il utilisait le SEG pour l’électricité.

Alors qu’il était en prison, un incendie « mystérieux » a détruit toutes ses données expérimentales et tous les prototypes qu’il avait créés, et sa femme l’a quitté. En 1990, il était assez découragé et prêt à abandonner complètement tout travail supplémentaire sur le projet, mais les choses ont commencé à changer ; les gens lui ont envoyé des dons financiers pour le maintenir en vie et un Américain a proposé de publier son livre.

Par la suite, il a pu publier plusieurs autres livres et il y a même eu des demandes de renseignements sur la réalisation d’un film de sa vie, avec Sir Anthony Hopkins le représentant.

Évidemment, nous n’avons pas donné tous les détails techniques du fonctionnement du SEG, et nous encourageons nos lecteurs à soutenir le travail du professeur Searl en visitant son site Web officiel et en achetant une partie du matériel de lecture que son équipe a maintenant à offrir afin d’en savoir plus des détails.

Avec le financement approprié, les résultats attendus devraient être immédiatement disponibles et une application de conception prête à être utilisée commercialement pourrait être rapidement déployée auprès du public.

[29/11/07: Nous avons entendu des rumeurs selon lesquelles un Levity Disc fonctionnel est en cours de construction en Thaïlande et devrait être prêt à être présenté au public en 2008. Espérons qu’il y ait une part de vérité dans cette histoire ! Vous pouvez faire une recherche YouTube sur « Searl Effect » et voir un petit prototype fonctionnel d’un rotor. Il ne s’élève pas dans les airs, mais il démontre que le principe de base du moteur fonctionne réellement.]

6.7 CONFIRMATION INDÉPENDANTE DES RÉSULTATS DE SEARL

Une fois de plus, la destruction financière et la perte de tous les prototypes fonctionnels expliquent pourquoi personne n’a vu ou entendu parler du Searl Levity Disc dans les médias ces dernières années. En effet, sur le site officiel de Searl, il y a toujours un projet de levée de fonds en cours pour tenter de financer la construction d’une autre unité.

Cependant, à la fin de l’été 2000, une équipe russe indépendante a pu vérifier l’effet Searl dans sa propre version expérimentale. Ils n’ont pas conçu leur machine pour qu’elle puisse décoller du sol, mais ils ont néanmoins pu la « pousser » aussi loin qu’elle pouvait aller et enregistrer un effet anti-gravité très important.

Ceci sera couvert plus en détail dans le chapitre suivant, car il nous amène à des révélations surprenantes. Donc, si un sceptique arrive et essaie de rejeter le travail du professeur Searl, le simple fait est qu’il a finalement été reproduit par une équipe professionnelle de scientifiques. Et encore une fois, la raison pour laquelle vous n’avez rien entendu à ce sujet auparavant est que cela s’est produit en dehors du parapluie des médias occidentaux.

6.8 MAGNETISME SPHÉRIQUE LUMINEUX

En examinant les informations que nous avons rassemblées dans les deux derniers chapitres, nous nous rendons compte que ces comportements anormaux défiant la gravité sont dus à la capacité naturelle de tous les objets à exploiter «l’ordre implicite» invisible du flux d’énergie éthérique qui crée tous les « ordres explicites » de la matière que nous connaissons à chaque instant.

Dans notre dernier chapitre, nous avons défini le magnétisme comme rien de plus qu’un flux directionnel d’énergie éthérique, et la rotation est encore une autre façon de créer ce flux directionnel.

Ainsi, lorsque les forces du magnétisme sont combinées avec la rotation, le flux éthérique peut être exploité d’une manière beaucoup plus directionnelle que ce qui pourrait se produire avec l’un ou l’autre d’entre eux seuls ; les courants éthériques peuvent être focalisés dans la direction que vous voulez qu’ils aillent, et la matière environnante suivra.

Si vous exploitez ces courants pour s’opposer au flux descendant de la gravité, ils réduiront leur masse gravitationnelle, voire l’inverseront entièrement.

Dans le chapitre suivant, nous aborderons la suite logique des arguments soulevés par le comportement du Searl Levity Disc.

Pourquoi est-ce que lorsque le système de propulsion purement magnétique du disque est mis sous tension, une lumière rougeoyante est produite ? Cela pourrait-il avoir un lien avec le phénomène actuellement inexplicable de la « foudre en boule » ? Ce que nous verrons, c’est que la compréhension de ce phénomène de « magnétisme incandescent » fournit une clé essentielle pour décoder la structure cachée de l’Univers.

De nombreux théoriciens différents, passés et présents, continuent de révéler ces informations et de les relier aux propriétés harmoniques et énergétiques d’une sphère, d’où le terme « harmoniques sphériques ». En effet, on peut montrer sans aucun doute que la théorie du Champ Unifié doit incorporer des harmoniques sphériques ; c’est le seul système qui permettra aux différentes forces observées telles que la gravité, le magnétisme et l’électrostatique de se synthétiser ensemble.

Tout aimant, quel qu’il soit, produira automatiquement un champ sphérique autour de lui, et n’oublions pas que l’espace « courbe » autour de la Terre formé par sa gravité doit également être de forme sphérique. Et comme nous l’avons dit précédemment, la sphère est l’ultime Unité de vibrations pour toutes les autres formes de géométrie tridimensionnelle que nous allons étudier.

Ensuite, au chapitre neuf, nous verrons qu’il pourrait même y avoir des moyens plus simples de créer de l’anti-gravité, en n’utilisant rien de plus que des résonances sonores pures. Il existe en effet des preuves suggérant que si un objet peut être amené en résonance harmonique parfaite, sa résistance au flux d’éther descendant de la gravité peut être considérablement réduite, formant ainsi à nouveau un effet anti-gravité.

6.9 RÉCAPITULATIF

6.1 Hideo Hayasaka et ses collègues de la faculté d’ingénierie de l’université de Tohoku, au Japon, ainsi que Matsushita, la multinationale japonaise, ont découvert une baisse de gravité faible mais mesurable de 1 sur 7 000 en laissant tomber un gyroscope rotatif. Dans le cas du Dr Bruce DePalma, deux sphères sont catapultées dans la même trajectoire, une en rotation et une stationnaire. La sphère rotative montre des changements gravitationnels et énergétiques distincts par rapport à la sphère non rotative. Cela montre que la simple rotation d’un objet diminue sa masse observée.

6.2 La Force Machine du Dr Bruce DePalma a démontré un effet environ 100 fois plus puissant que la réduction de gravité de 1 sur 7 000 observée dans l’expérience japonaise. Cet effet a été produit par rotation et « précession forcée ». ”

6.3 Les données de Sandy Kidd et Glenn Turner montrent que la force de « précession » peut être utilisée dans une variété de dispositifs de propulsion et anti-gravité, avec des effets significatifs.

6.4 Le Dr Eugene Podkletnov a découvert un effet anti-gravité au-dessus d’un disque de céramique supraconductrice en rotation rapide, qui était suspendu dans le champ magnétique de trois bobines électriques, toutes enfermées dans un récipient à basse température appelé cryostat. Cela est en fait apparu dans les médias grand public mais a été rapidement supprimé et rétracté en raison des forces politiques extrêmes qui s’opposent à ces découvertes.

6.5 La force connue sous le nom de «lévité» pousse vers le haut depuis la Terre en même temps que la gravité pousse vers le bas. Normalement, la force vers le bas est plus forte que la force vers le haut, et l’équilibre entre les deux est ce que nous avons appelé la « constante gravitationnelle ». ”

6.6 Le Searl Levity Disc a montré un dépassement complet de la force de gravité. Le professeur John RR Searl a utilisé une série de rouleaux cylindriques magnétiques sur mesure qui tournaient dans une série d’anneaux magnétiques imbriqués pour produire cet effet.

6.6.1 Une fois sous tension, le Searl Levity Disc s’élèverait à une hauteur de 50 pieds au-dessus du sol et resterait stable alors que sa vitesse de rotation continuait d’augmenter. Lorsque cela s’est produit, tous les récepteurs radio de la zone se sont spontanément allumés d’eux-mêmes. Une lueur rosâtre de gaz ionisés serait vue autour de l’appareil lorsque cela se produisait.

6.6.2 En présence d’une caméra de télévision, le Levity Disc ne monterait pas du tout ! Le professeur Searl s’est rendu compte plus tard que cela était dû au champ électromagnétique de la caméra, et à partir de cette découverte, il a pu concevoir un système de contrôle électromagnétique qui lui a permis de déplacer le disque lorsqu’il voyageait dans l’espace.

6.6.3 Le disque Levity avait un courant d’énergie croissant et auto-entretenu qui se déplaçait à travers lui une fois qu’il atteignait une certaine vitesse de rotation.

6.6.4 Une partie des terres de la campagne environnante serait contenue dans une « zone neutre » sphérique qui se serait formée autour du disque, et serait prise dans le champ gravitationnel de l’engin lors de son décollage.

6.6.5 En 1968, le professeur Searl avait préparé le SEG pour une utilisation commerciale, mais il a constaté un échec total dans l’application commerciale de son invention. En 1983, il a été emprisonné pendant dix mois pour avoir prétendument « volé de l’électricité » du réseau électrique. Un incendie « mystérieux » détruit alors toutes ses données expérimentales et tous les prototypes qu’il avait créés, et sa femme le quitte. En 1990, il était assez découragé, mais il a ensuite reçu des dons financiers, des offres de livres et d’éventuelles offres de films, qui n’ont pas vraiment abouti.

6.7 À la fin de l’été 2000, l’équipe Roschin / Godin en Russie a été en mesure de reproduire les résultats du professeur Searl. Cela sera traité plus en détail dans le chapitre suivant et confère une validité scientifique spectaculaire à l’ensemble du tableau.

6.8 Dans le chapitre suivant, nous couvrirons les propriétés sphériques du « magnétisme incandescent » et examinerons des preuves claires de leur apparition dans la nature.

LISTE PRINCIPALE DES LIENS ANTIGRAV / ENERGIE LIBRE :

[Remarque : si l’un de ces liens est rompu, copiez et collez le lien dans la Wayback Machine sur www.archive.org et vous devriez le trouver. Tous étaient en ligne en 2000-2001.]

Site officiel de « L’effet Searl »

« Les gyroscopes comme dispositifs de propulsion » de Glenn Turner

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les gyroscopes et comment ils peuvent être utilisés pour la propulsion. Une liste complète des brevets téléchargeables, et une pléthore d’illustrations et d’articles.

Le dispositif de lévitation gyroscopique de Sandy Kidd :

Ici, le Dr Harold Aspden commente l’appareil de Kidd, également mentionné sur le site Web de Glenn Turner.

Site Web principal de Bruce DePalma :

Tous les documents des recherches de Bruce DePalma, y ​​compris des images et des descriptions de l’expérience Spinning Ball, N-Machine et Force Machine. Sont également inclus des liens vers Paramahansa Tewari, qui a travaillé avec des idées similaires à un niveau théorique / mathématique très avancé.

Institut des nouvelles énergies :

Considéré par beaucoup comme le site Web principal pour l’apprentissage de la fusion froide, des moteurs éthériques à énergie libre, de la propulsion anti-gravité et de tous les sujets connexes.

Keely Net Alternative Energy – Site principal :

Ce site est également rempli d’informations sur la théorie éthérique et ses applications appliquées à l’énergie libre et à l’anti-gravité. Le contenu s’inspire fortement des théories de l’éther harmonique du physicien du XIXe siècle John Keely.

Théories du site Web Aether:

C’est une excellente source pour ceux qui font des recherches spécifiques sur l’éther. De nombreux articles différents seront trouvés à différents niveaux de sophistication technique – et il existe un grand degré de points communs entre eux, que nous avons tenté de fusionner dans ce livre.

Technologie d’énergie alternative de recherche de pointe :

Ce site est une autre longue liste de liens, dont beaucoup sont déjà indiqués ci-dessus mais aussi beaucoup d’autres qui ne le sont pas. Sa valeur était indispensable dans nos recherches sur ces domaines.

Page de recherche sur la ville pétrolière :

Une collection de friandises intéressantes sur l’éther et autres d’une équipe de recherche sur les combustibles fossiles qui n’a pas peur de se pencher sur de nouveaux concepts énergétiques. Contient la dernière version des travaux de Zhang Chengbin sur la « théorie unifiée de l’univers ».

Documents de position supplémentaires du CSETI :

David Wilcock

Voir tous les articles de la série: La science de l’unité de David Wilcock


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 388 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page