Aller à la barre d’outils

La pierre philosophale n’est pas seulement une métaphore spirituelle, mais une substance réelle qui peut transformer le plomb ou le mercure en or.

La pierre est un produit d’Alchimie. Contrairement à la chimie, qui ne traite que de la matière physique et de l’énergie, l’Alchimie utilise les énergies éthériques et astrales pour reconfigurer la matière au niveau quantique. L’alchimie est à la chimie ce qu’un cube est au carré; c’est un sur-ensemble de la chimie et il est capable de bien plus encore.

Comment l’énergie éthérique remplace les lois physiques

Les réalisations alchimiques nécessitent de réussir à rassembler, concentrer et multiplier l’énergie éthérique. Lorsque cette énergie atteint un seuil critique, elle dépasse les lois normales de la physique et permet à des processus apparemment miraculeux de se produire.

Je pense qu’il le fait en biaisant la probabilité. En amplifiant la probabilité d’effets quantiques mineurs, qui sont normalement limités à l’échelle subatomique, ils se manifestent à l’échelle atomique plus grande. De cette manière, un élément se transforme spontanément en un autre.

Le monde qui nous entoure est fait de particules subatomiques qui subissent régulièrement des sauts imprévisibles, une téléportation, une bilocation, une superposition et d’autres comportements quantiques étranges.


Pourquoi les objets solides du quotidien ne font-ils pas de même?

Parce que la gigue quantique aléatoire de leurs particules subatomiques est globalement égale à zéro. Pensez à une grande foule de personnes; vue du ciel, la foule dans son ensemble est stationnaire, même si les individus au sein de la foule se déplacent dans des directions apparemment aléatoires. C’est parce que leurs mouvements sont aléatoires et non coordonnés qu’ils en moyenne à zéro mouvement net dans l’ensemble.

Le monde que nous voyons autour de nous est simplement une foule de particules subatomiques dont les sauts quantiques individuels ne sont pas apparents parce qu’ils sont en moyenne à l’immobilité collective.

Les lois physiques qui régissent notre monde quotidien, connues sous le nom de lois déterministes de la physique classique, ne sont que les lois de la foule.

Ces lois sont ce qui reste de la physique quantique une fois que l’imprévisibilité a été supprimée grâce à la moyenne statistique. Ce ne sont pas des lois absolues; ils ne sont que la manière la plus probable dont se comportent la matière et l’énergie.

Les lois physiques peuvent être déformées. Alors que la probabilité est incroyablement faible qu’une coordination et une cohérence suffisantes se développent parmi la nervosité quantique pour se manifester à une échelle collective, c’est exactement ce que fait l’énergie éthérique. Il modifie la probabilité et déforme ainsi les lois de la thermodynamique, de la gravité, de l’électromagnétisme et de la chimie.

L’Alchimie ne viole pas les lois de la physique, ni ne les suit toujours, mais les plie au besoin. Elle opère sur le fondement quantique à partir duquel ces lois proviennent en premier lieu, via l’énergie éthérique affectant la probabilité d’événements quantiques.

L’alchimie de la transmutation

L’alchimie utilise les noms de code sel , mercure et soufre pour désigner les différents composants d’une substance.

Le sel désigne le composant physique, le siège, la base, la matrice, l’ancre ou l’arche des aspects non physiques.

Le mercure est le composant éthérique et représente l’énergie dynamique, vitale, transmutative et vivifiante présente dans la substance, l’âme animatrice.

Le soufre désigne l’identité archétypale ou l’essence vibrationnelle pure, analogue au corps et à l’esprit astral humain parce qu’il contient l ‘«Idée» unique à cette substance.

Par exemple, en Alchimie, un élément comme l’or est considéré comme ayant trois composants: le sel d’or, le mercure d’or et le soufre d’or.

Ceux-ci désignent respectivement les aspects physiques, éthériques et archétypaux de l’or. Il en va de même pour les autres matériaux utilisés en alchimie, ils ont également leurs composants sel , mercure et soufre .

Le but de la transmutation est d’imprimer la signature archétypale d’un élément sur un autre afin de la changer en cet élément. En modifiant la signature archétypale d’un élément, il ne peut pas rester le même élément.

Ce que fait l’Alchimie dans le cas de la transmutation du plomb en or, c’est :

Extraire le mercure de sources éthériquement puissantes
Les imprégner du soufre de l’or
Stocker la combinaison dans un sel approprié .
Le résultat est alors prêt à imprimer son essence archétypale d ‘«or» sur un élément différent sensible à la transmutation.

Il s’agit de la pierre philosophale, ou plutôt d’une forme de celle-ci appelée la pierre rouge car elle est faite d’or et prend une couleur rouge.


Fabriquer la pierre philosophale

Les instructions complètes et précises pour fabriquer la pierre n’existent pas en un seul endroit. Néanmoins, une compréhension de base peut être reconstituée. Voici ma propre interpolation provisoire. Mon objectif n’est pas de donner une recette détaillée, mais d’expliquer les principales caractéristiques du processus car elles sont pertinentes pour ma thèse concernant le Demiurge.

L’énergie éthérique naturelle est d’origine cosmique ou biologique.

Les deux le dérivent d’une dimension supérieure. Le centre des étoiles, y compris notre Soleil, sont des fenêtres dimensionnelles à travers lesquelles l’énergie physique et non physique pénètre dans notre univers local. La Lune module et reflète ce qu’elle reçoit du Soleil et des étoiles. Le Soleil et la Lune sont nos sources cosmiques les plus proches d’énergie éthérique. Il accompagne la lumière du soleil et le clair de lune et pénètre dans la vapeur d’eau de l’atmosphère avant de se condenser sous forme de rosée matinale.

L’énergie éthérique biologique provient des êtres vivants.

C’est parce que la vie incarnée ne peut exister sans l’énergie éthérique liant la conscience au corps. Ainsi, les bactéries, les plantes, les animaux et les humains contiennent et émettent tous de l’énergie éthérique. Cependant, la qualité de cette énergie varie en fonction de la source. Tout comme la Lune colore ce qu’elle reçoit du Soleil, les formes de vie colorent ce qu’elles reçoivent d’une dimension supérieure.

Ainsi, toutes les formes d’énergie éthérique ne sont pas appropriées pour la création de la Pierre puisque les émissions végétales, animales et humaines sont trop éloignées de la propre nature de la Pierre, qui est plus celle d’un minéral vivant.

Par conséquent, les alchimistes ont limité leur recherche aux royaumes cosmique et minéral. Et s’ils se tournaient vers le domaine biologique pour obtenir de l’aide, ils ne l’auraient trouvée que parmi les bactéries les plus primitives, car elles sont les plus proches du règne minéral.

L’eau est un attracteur et un vecteur d’énergie éthérique, mais ce n’est pas le seul.

Les sels remplissent également cette fonction. Il existe de nombreux types de sel, tous constitués d’un métal lié à un non-métal. Le sel de table est le sodium joint au chlore, la sphalérite est le zinc joint au soufre, tandis que la galène est le plomb joint au soufre. D’autres métaux tels que le fer, le cuivre, le magnésium, le calcium, le cadmium, etc. peuvent former des sels 1 .

Le métal est un autre bon attracteur et porteur d’énergie éthérique. De tous les métaux communs, les alchimistes disent que le fer a la plus grande affinité pour l’énergie éthérique.

C’est donc un fait curieux que le sang, porteur d’une telle énergie dans notre corps, se compose principalement d’eau, de fer et de sel.

Il est également intéressant de noter que dans le folklore et l’occultisme, un morceau de fer, une ligne de sel ou un courant d’eau peuvent agir comme des barrières contre des entités non physiques hostiles, qui verraient leur énergie siphonnée par ces substances.

L’ail et les oignons jouent un rôle similaire dans le folkore, et leur composant clé est l’élément soufre. Le soufre est encore une autre substance éthériquement active, également contenue dans le sang.

Pour savoir quels matériaux les alchimistes ont choisis pour fabriquer la pierre, vous devez comprendre comment ils ont pensé. Dans l’ancien temps, les alchimistes croyaient que les métaux provenaient de la Terre lorsque la rosée des cieux se condensait sur le sol, se frayait un chemin vers le bas et rencontrait de la chaleur et des vapeurs percolant vers le haut depuis le centre de la planète. La combinaison a produit une graine métallique primitive à partir de laquelle tous les autres métaux ont grandi. Ils croyaient que divers métaux étaient cette graine unique à différents stades de croissance, l’or étant le stade final.

L’or était considéré comme le plus ancien des métaux, l’état final vers lequel évoluaient d’autres métaux. Mais dans sa vieillesse, l’or avait dépensé toute son énergie éthérique. Ce qui restait était un cadavre (sel) portant l’image (soufre) de l’or, mais manquant de la vitalité juvénile (mercure) que les métaux plus jeunes possédaient encore.

Ainsi, le but de l’Alchimie était de prendre le plus noble des métaux et de le revigorer, l’amenant ainsi à un état d’évolution supérieur à tout ce qui est réalisable dans la nature.

En pratique, cela signifiait commencer par le plus jeune des produits métalliques qui agirait comme donneur, un si tôt dans son évolution qu’il n’était pas encore un métal robuste mais plutôt un métalloïde primitif. Il devait avoir une affinité pour l’or et être une puissante source d’énergie éthérique, quelque chose qui contenait le feu secret du cosmos, ainsi qu’en attirait et en stockait davantage lorsqu’il était imbibé de sources externes d’énergie éthérique.

Les alchimistes ont choisi un minéral qui ressemblait à de l’or mais qui semblait assombri par les impuretés. Cette matière brute, ils l’ont broyée en une poudre fine et nourrie de rosée, dont l’eau contient l’énergie éthérique du cosmos, qui était de la même nature que l’énergie éthérique contenue dans le minéral.

Leur objectif était d’induire la décomposition du minéral via le mouillage et le séchage et la saturation éthérique afin de délier les composants mercure, sel et soufre de la matière, tout comme la mort délie les corps humain physique, éthérique et astral. Cela a été difficile car la décomposition prend beaucoup de temps dans le règne minéral et la vitesse dépend des qualités électrochimiques du minéral qui varie d’une mine à l’autre ainsi que de la présence ou non de catalyseurs bactériens et de la taille des particules.

Dans tous les cas, lorsque les facteurs appropriés sont présents, le minéral se décompose comme prévu et les produits solubles comprennent le sel mercuriel nécessaire pour la partie suivante du procédé. En réussissant à extraire le mercure et le sel du minéral de départ et en laissant derrière eux du soufre impur, ils avaient maintenant une âme jeune qui pouvait être jointe à l’ancien esprit et au cadavre de l’or.

Ce sel mercuriel, ils l’appelaient leur feu secret, solvant universel, «l’eau qui ne mouille pas les mains», le mercure commun et l’alkahest. Il doit subir une série de purifications appelées Eagles pour atteindre la pureté et la puissance nécessaires. Les alchimistes croyaient que ce sel mercuriel purifié et «aiguisé» était la seule chose par laquelle tout le travail pouvait être accompli, le seul agent capable de dissoudre l’or et d’acquérir son soufre.


Dans la soi-disant «voie sèche» de la fabrication de la pierre, ce sel et la feuille d’or ou la limaille d’or sont placés dans un creuset et chauffés à une température incandescente pendant plusieurs jours, les réunissant ainsi en un seul. Ce chemin est le plus rapide mais aussi le plus dangereux en raison des températures élevées et du potentiel d’explosion.

Dans le «chemin humide», la feuille d’or ou la limaille sont à la place mélangées au sel mercuriel solubilisé dans l’eau, puis scellées dans un flacon en verre et chauffées jusqu’à ce que l’or soit entièrement désagrégé par le solvant universel. Le corps mercuriel meurt et transfère son mercure en or, dont le corps est vivifié et teinté de soufre d’or. Le résultat est une substance beurrée blanche que certains ont appelée «mercure philosophique», et c’est la pierre philosophale dans sa forme naissante.

Après avoir putréfié cette substance blanche jusqu’à la noirceur, chauffé jusqu’à ce que ses impuretés soient chassées et qu’elle redevienne blanche, puis répété le processus avec une certaine variation, une huile rouge est finalement produite à la surface. Cette huile rouge est le soufre de l’or complètement fondu avec du mercure. Une évaporation et un chauffage supplémentaires, éventuellement à des centaines de degrés, coagulent l’huile en un solide.

Ce solide est la pierre philosophale dans sa forme finie, sauf si l’on souhaite multiplier sa puissance en la dissolvant dans un solvant universel plus frais (qui est un donneur d’énergie éthérique) et en répétant l’opération précédente, sauf en utilisant la pierre au lieu de la feuille d’or ce temps. Cela peut être répété un certain nombre de fois, et chaque fois qu’une nouvelle dose d’énergie éthérique imprègne les restes solides ou huileux et amène la pierre à son prochain ordre de puissance.

En atteignant le succès, le résultat final est une pierre dense, rouge et translucide comme un rubis. On dit qu’il est soluble dans l’eau, fond comme de la cire, coule comme de l’argent vif lorsqu’il est fondu, ne brûle à aucune température, mais se volatilise lorsqu’il est jeté dans le métal fondu qu’il vise à transmuter.

C’est une substance physique sursaturée d’énergie éthérique et imprimée de l’empreinte vibratoire de l’or.

Lorsqu’il est pulvérisé, mélangé à de la cire d’abeille et coulé en plomb fondu, il transmute un certain multiple de son poids de plomb en or. Il peut également transmuter l’argent de la même manière. Les atomes de plomb ou d’argent vif sont submergés par la puissance éthérique de la pierre et deviennent malléables au niveau quantique, permettant à l’empreinte digitale de l’or de les reconfigurer en conséquence, les convertissant ainsi en or.

Les alchimistes soulignent que pour réussir dans ce travail, il faut être de la plus haute éthique, avoir un esprit profond capable de pénétrer les mystères de la nature et être un bon observateur et expérimentateur. La prière et la pureté sont essentielles pour recevoir les informations intuitives et les conseils synchronistes nécessaires pour découvrir les bonnes étapes dans le bon ordre.

Ceci est important car moins on comprend l’alchimie, plus il y a de variables cachées, plus les chances de succès par essais et erreurs sont faibles. Mais si vous êtes décrété ainsi par le destin, ou si vous atteignez une pureté spirituelle suffisante pour que les forces supérieures vous jugent suffisamment responsables pour le gérer, alors vous serez guidé de manière synchronisée et intuitive vers le succès. Mais cela n’arrivera pas si vous êtes poussé par l’avidité, le scepticisme ou d’autres motifs anti-spirituels, ou si cela va à l’encontre de votre karma et de votre destin.vous .


Le secret est crypté de manière synchrone par ceux qui l’utilisent pour causer des problèmes pour eux-mêmes ou pour les autres. Même une aide malavisée peut être une forme de dommage, donc en plus de la pureté, la sagesse est nécessaire. Et si par hasard quelqu’un le découvrait et tentait de causer des problèmes, il mourrait probablement soudainement, comme cela arrive déjà aux personnes qui tentent de mettre au monde la technologie antigravité et d’énergie gratuite.

La pierre philosophale est de cette même veine. C’est pourquoi aucun alchimiste n’a jamais révélé l’image complète. Non seulement ils se rendent compte des terribles implications de son utilisation abusive, mais ils craignent quel mal pourrait leur arriver s’ils facilitent cela en donnant des connaissances sans une discrétion suffisante.

Encore une fois, je ne donne ici qu’une estimation générale et limitée du processus dans le but d’illustrer la dynamique sous-jacente impliquée, car elles sont pertinentes pour mon exposé sur le Démiurge.

Autres applications de la pierre

Au premier ordre de multiplication, une minuscule portion de la Pierre peut être dissoute dans de l’eau ou du vin, et par conséquent une petite portion ingérée quotidiennement. Cet «élixir de vie» ou «médecine universelle» est censé dynamiser fortement son corps éthérique.

Avec un corps éthérique renforcé, le corps physique est moins impacté par les effets dégradants du temps linéaire et peut même inverser le vieillissement. De plus, les pouvoirs psychiques commencent à se manifester en fonction de l’augmentation de la production de courant d’énergie éthérique.

Vous pouvez donc imaginer ce que sont devenus les maîtres alchimiques qui ont réussi à produire la pierre et en ont fait pleinement usage. Ils sont devenus plus qu’humains. Cependant, ils avaient vraisemblablement la maturité spirituelle pour gérer cela. Toute personne ordinaire, en étant plus fragile psychiquement, deviendrait folle, tomberait malade et mourrait d’être incapable de gérer l’augmentation de la charge de courant éthérique.

Cette «Médecine Universelle» prend une grande importance en Alchimie, car elle représente une véritable panacée, quelque chose qui guérit tous les maux en chargeant les organes malades d’énergie vitale afin de retrouver la santé légitime. Cet objectif est bien plus important que la transmutation des métaux.

En fait, la transmutation se fait principalement comme un test pour voir à quel point la pierre est forte, et donc si elle est sans danger pour l’ingestion, car au-delà de la première puissance, elle n’est plus sûre à utiliser comme médicament.

Dans une autre application, par le septième ou le huitième ordre de multiplication, la pierre reste liquide commence à briller physiquement, encore plus brillamment si elle est à nouveau multipliée. Il brille continuellement sans épuisement. C’est ce qui alimente les légendaires «lampes éternelles» dans la tradition occulte. Et s’il se multiplie au-delà d’un certain point, on dit qu’il mange à travers le verre et qu’il explose même dans quelque chose qui s’apparente à une réaction matière-antimatière, ce qui est évidemment très dangereux.

Cela montre que l’énergie éthérique, concentrée au-delà d’un certain point, peut déclencher une effusion d’énergie électromagnétique.

Cela a du sens parce que l’éther est le précurseur et le précipitateur de la matière, de l’énergie, de l’espace et du temps.

Ainsi, la pierre, dans sa pleine application, fournit potentiellement richesse, santé, pouvoir psychique et lumière. Pas étonnant qu’il ait été gardé si secret à travers les âges, principalement pour le garder hors des mains d’individus sans scrupules dont l’utilisation abusive de ces pouvoirs entraînerait des conséquences catastrophiques sur le monde. Cela ne veut pas dire que de telles catastrophes ne se sont pas produites.

L’alchimie comme technologie démiurgique

Ce que nous avons ici, c’est la technologie démiurgique . Comment? Rappelez-vous que le Démiurge a un corps astral et éthérique. Les formes éthériques comptent selon les archétypes ou «schémas vibrationnels» contenus dans l’astral.

Eh bien, la pierre philosophale est un objet physique chargé d’énergie éthérique, portant le modèle vibratoire de l’or. Il peut remodeler la matière physique comme le plomb ou le mercure en conformité avec cette vibration.

Ainsi, la pierre est un objet physique imprégné de puissance démiurgique. La technologie d’utilisation des énergies éthériques et astrales pour reconfigurer la matière est appelée ici technologie démiurgique .

La chose la plus remarquable est qu’elle est fabriquée par des mains humaines, ce qui est la chose la plus proche de la technologie hyper-dimensionnelle qu’une personne dans un laboratoire de grenier peut produire en utilisant des matériaux quotidiens et des techniques inhabituelles.

Mais même avec toute sa prétendue grandeur, la pierre philosophale n’est qu’une démonstration élémentaire d’une science au potentiel bien plus grand.

L’alchimie telle que nous la connaissons est une forme primitive de science hyper-dimensionnelle.

Produire la pierre, c’est comme enrouler un fil autour d’un clou, le connecter à une batterie et se réjouir qu’il devienne un électroaimant. Mais il existe des formes supérieures de technologie démiurgique qui peuvent produire quelque chose qui ressemble plus à un supercollider d’un milliard de dollars. Le clou enroulé de fil et le supercollisionneur utilisent les mêmes principes de base de l’électromagnétisme, mais le premier est une version trivialement simpliste de ce dernier.

Dans la pierre philosophale, nous avons la preuve, par des preuves circonstancielles et la logique de son existence, de ce qui peut être étendu à un niveau encore plus élevé. Rappelez-vous, le pouvoir de la pierre réside dans sa puissance éthérique, et sa puissance détermine le degré auquel elle peut biaiser la probabilité et influencer la physicalité. L’empreinte digitale archétypale détermine la nature de ce biais.

Les champs éthériques les plus faibles ne peuvent que pousser un électron de cette façon ou de cela. Un peu plus fort peut pousser les neurones et les cellules vivantes. Encore plus fort, il peut influencer la synchronicité. Plus fort, il peut outrepasser les lois chimiques et permettre la transmutation élémentaire ou la flexion psychique de la cuillère.

Vous pouvez faire évoluer cela de plus en plus haut jusqu’à ce que vous atteigniez un point où le monde entier, toute notre chronologie, peut être déplacé, reconfiguré, reprogrammé, transmuté.

L’énergie éthérique fait tout cela au niveau quantique, qui est le fondement de notre réalité physique.

Que l’Alchimie ne puisse produire ces effets qu’à l’échelle chimique, la place dans la catégorie de la technologie démiurgique basse.

Alors, qu’est-ce que la haute technologie démiurgique?

C’est ce qui fait à l’univers ce que l’Alchimie fait à la feuille d’or et aux lingots de plomb. Il peut fabriquer un artefact chargé avec des quantités incroyables d’énergie éthérique pour dissoudre et reconfigurer le monde conformément aux archétypes programmés de l’artefact.


Cet objet est une sorte de «pierre philosophale du monde», l’équivalent macrocosmique de la pierre philosophale. Deux exemples bien connus d’une telle technologie démiurgique élevée seront discutés dans les articles qui suivent.

Lectures complémentaires

Mystère des cathédrales (Fraternité de la vie, 1990). Traduction anglaise moderne du premier livre de Fulcanelli de 1925, dans lequel il explique la signification alchimique de la pierre symbolique trouvée dans les cathédrales gothiques. Court, dense et concis. Compagnon nécessaire et préquelle des Demeures des Philosophes de Fulcanelli .

Demeures des philosophes(Bernardo, 2018) – L’opus magnum de Fulcanelli, tout droit sorti de la gueule du cheval d’un alchimiste vivant. Il s’agit d’un long traité du plus célèbre alchimiste du 20e siècle. Malheureusement, il se donne beaucoup de mal pour compartimenter, réorganiser et obscurcir les secrets de l’Alchimie tout en les révélant au monde sous une forme cryptique. Donc, ce livre dense demande du travail à lire et à déchiffrer et ne sera donc pas la tasse de thé de tout le monde. Mon conseil est de lire ce livre au moins cinq fois, en prêtant attention à la philosophie et aux techniques alchimiques décrites plutôt qu’aux passages architecturaux et historiques qui ne font que séparer ce qui est important. Annoter dans les marges (ou copier dans un document texte) les passages utiles en fonction du sous-thème auquel ils se rapportent, de sorte qu’en rassemblant tous les détails pertinents sur un sous-thème, vous avez une pièce de puzzle entièrement étoffée qui peut ensuite être organisée en séquence logique avec les autres pièces de puzzle. Mon article ci-dessus fournit un arrangement suggéré. À la fin de ce livre, Fulcanelli s’égare également dans d’autres sujets comme le mécanisme derrière la fin des âges mondiaux et comment le nôtre se termine en ce moment, ce qui est intéressant. leLa copie papier de ce livre est périodiquement épuisée et les scalpers facturent des centaines de dollars pour cela, bien que vous puissiez également le consulter en ligne . Si vous voulez apprendre la vraie alchimie traditionnelle, alors ce livre est une lecture obligatoire. Il en dit plus que toute autre source, et il ne ment ni ne s’égare.

Récréations hermétiques (Rubedo Press, 2018). Nouvelle traduction en anglais d’un texte anonyme sur l’Alchimie des années 1800. Probablement utilisé par Fulcanelli mais sans le créditer, car il était trop ouvert avec les secrets de l’Alchimie. Probablement l’explication la plus claire, la plus concise et la plus directe de la fabrication de la pierre imprimée. S’il n’y a qu’un seul texte classique sur l’Alchimie à lire, ce serait celui-ci.

Hermes Trismegistus Old Natural Path – By ICH Un manuscrit obscur publié à Leipzig, 1782, référencé par Cyliani. Informations clés sur la technique de décomposition de la matière première de départ et le bon ordre des différentes phases. Jamais traduit en anglais. J’étais l’éditeur et le concepteur de livres pour cette édition. Similaire à Hermetic Recreations et vaut la peine de comparer les deux. (en ligne )

Hermes de Cyliani dévoilé – Une métaphore élaborée codant symboliquement le processus alchimique, en particulier le chemin humide.

Secrets Reveal’d (JD Holmes, 2009) par Philalethes. Ancien texte de 1645 qui décrit quelque peu cryptiquement mais sans mensonge le processus complet et l’art de l’Alchimie. Correspond à Fulcanelli et Hermetic Recreations . Entre également dans le genre de problèmes pratiques qu’un alchimiste rencontre en essayant de survivre dans le monde réel.

Épître de Pontanus – Traité de 1659 sur le «feu secret» étant la clé de la production de la pierre. Le feu secret signifie à la fois l’énergie éthérique et la substance mercurielle dans laquelle elle est concentrée.

Le livre secret d’Artephius – 12ème siècle. Mentionne également le feu secret. Ignorez son implication que l’antimoine est le point de départ. C’est un mot de code pour un autre minéral. Notez qu’il parle de trois feux, le troisième étant le feu secret qui est une substance mercurielle de type minéral produite par la décomposition de la matière de départ ou du sujet, qui incarne une énergie métaphysique qui conduit la création de la Pierre du début à la fin.

Sendivogius ‘The New Chemical Light – Une explication relativement claire et divertissante de la création de la pierre, ou du moins des premières étapes. C’est toujours fait sous forme d’énigmes, mais il explique bien comment les alchimistes croyaient que les métaux sont créés. À partir de là, vous pouvez procéder à une ingénierie inverse de ce qu’ils auraient pu faire pour le reproduire en laboratoire, sous leurs hypothèses.

Treize lettres secrètes – Également par l’auteur de Hermes Trismégiste Old Natural Path , ce livre contient treize lettres prétendument écrites par des membres de l’Ordre d’Or et de la Rose-Croix du XVIIIe siècle, un ordre maçonnique de haut degré avec un fort accent sur l’alchimie de laboratoire. Un des seuls textes qui révèle le nom de la matière de départ de l’Oeuvre. (en ligne )

Luminous World – Baron Karl Von Reichenbach – extrait de Lost Science de Gerry Vassilatos. Résumé informatif des recherches de Reichenbach sur «Énergie Od» – une énergie subtile portant beaucoup de similitudes avec l’énergie chi, prana, éthérique et orgone. Reichenbach était un scientifique et a utilisé ses compétences dans la recherche de cette énergie. Lisez cet article intéressant pour avoir une meilleure idée du comportement de l’énergie éthérique.

A Rosicrucian Notebook (Édition anglaise 1992, Samuel Weiser Inc.) – par Willie Schrödter. Pas un cahier d’un rosicrucien, mais d’un chercheur en rosicrucianisme. C’est une étude exotérique d’anecdotes et de citations concernant le véritable ordre rosicrucien. Ceci est un recueil d’occultisme, de mysticisme et de science étrange avec des tonnes de friandises intéressantes concernant des sujets tels que les lampes toujours allumées, la guérison à distance, la clairvoyance, la pierre et d’autres outils de la science rosicrucienne. Tout est documenté, donc ce livre est une référence utile pour trouver des sources connexes sur des sujets particuliers. Ce n’est pas un livre essentiel mais intéressant et contient des informations obscures.

Biological Transmutations (First English Ed. 1998, Beekman Publishers Inc.) – par Louis Kervran. Recherches scientifiques sur les transmutations d’éléments dans les êtres vivants, y compris les bactéries, les plantes et les humains. Kervran explore les bases scientifiques de cette transmutation, ce qui est précieux pour tenter de comprendre comment l’Alchimie peut être expliquée d’un point de vue scientifique plus traditionnel. Notez que les températures citées par Kervran pour une transmutation biologique efficace et une transmutation non biologique sont respectivement les mêmes que celles utilisées dans les voies humides et sèches de l’Alchimie.

Bibliothèque numérique RAMS – Grande collection de nombreux manuscrits alchimiques rares, trouvés nulle part ailleurs. Source d’informations très précieuse. Focus sur Pontanus, Artephius, Cyliani, Sendivogius et Adiramled. Bien qu’Adiramled prévienne qu’il est préférable de lire plusieurs fois quelques bonnes sources que de nombreuses sources médiocres plusieurs fois. Les sources que je cite ici sont les «quelques bonnes», mais je suppose qu’il y a aussi quelques joyaux dans labibliothèque RAMS .

Notes
1 La racine «pyr» est le grec pour le feu. La force dynamique vitalisante de l’âme, l’énergie démiurgique pour ainsi dire, était appelée «feu sacré» par les anciens. Par conséquent, la racine «pyr» est liée au concept de technologie démiurgique. D’où des termes tels que pyramide, Pyrénées et pyrite, trois termes très étroitement liés à la technologie démiurgique. Comme cela sera expliqué dans un autre article, la Grande Pyramide est un canal, un collecteur et un amplificateur d’énergie éthérique. Les Pyrénées sont la chaîne de montagnes entre la France et l’Espagne, où résiderait un conclave de puissants alchimistes. Et la pyrite est un sel de soufre et de fer qui fait des étincelles lorsqu’il est frappé, et contient ainsi en lui un feu latent, du moins c’est ce qu’il est apparu aux anciens. Ce minéral de couleur laiton ou bronze, ou plutôt son pseudomorphe étoilé appelé marcassite, porte une signature radiale rayonnante ressemblant aux rayons mêmes de la création. Notez que la pyrite est également connue sous le nom de «Fool’s Gold». C’est le véritable or des imbéciles au sens ésotérique, car ils l’apprécient plus que l’or véritable.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation






Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
elit. risus. dolor. ultricies venenatis neque. suscipit sed tempus id amet, adipiscing
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :