Secrets révélés

Invasion des « signaleurs » vertueux

Vladimir Poutine est peut-être un autocrate paranoïaque et un stratège militaire défaillant, mais quand il parle de gens en Occident qui veulent « détruire [ses] valeurs traditionnelles et imposer leurs pseudo-valeurs… ce qui les corroderait de l’intérieur ” vous devez sûrement vous demander s’il n’a pas raison.

Ironiquement, les personnes dont il parle vraisemblablement savent vraiment comment organiser une invasion réussie. Quelle que soit la façon dont vous choisissez de les décrire – guerriers de la justice sociale, libéraux signalant la vertu ou «les éveillés» – ils ont réussi à coloniser rapidement toutes les institutions de la société civile en Amérique. Et tout cela sans coup férir.

Ils n’ont pas conquis les citoyens avec des bombes ; ils les ont hypnotisés avec des incantations ex-cathedra de pseudo-valeurs si absurdes qu’il y a seulement quelques années, on aurait dit qu’ils ne faisaient que plaisanter. Ils ont été préparés, dans les écoles et universités les plus prestigieuses de l’Occident, à une suffisance si parfaite qu’il ne leur serait même jamais venu à l’esprit qu’ils pourraient imposer leurs pseudo-valeurs à un public disposant de peu de moyens réalistes de résistance démocratique.

La clé du succès de cette invasion est que, surtout, à ses débuts, elle a réussi à progresser largement sous le radar MSM. Ce n’est pas qu’il n’y ait pas eu de résistance fougueuse, mais, conçue en termes de contre-insurrection, la performance des défenseurs des « valeurs traditionnelles » a été un cas d’école d’échec stratégique. Ils ont commencé avec tous les avantages de leur côté, en particulier un public américain aux instincts solidement conservateurs. L’échec a été de se laisser prendre au dépourvu par l’arme secrète de l’ennemi : son emprise de longue date sur les institutions « d’enseignement supérieur ».


L’électorat américain a – depuis 1969 – donné au Parti républicain 32 ans de pouvoir présidentiel – contre 21 ans aux démocrates. Cela soulève une grande question : comment le GOP en est-il venu à présider à une érosion d’un demi-siècle de tant de choses que les conservateurs chérissent ?

La réponse – l’éléphant (ou plus précisément le Léviathan ) dans la salle – est que le pouvoir acquis aux urnes n’est pas à la hauteur du pouvoir enraciné en permanence d’une élite «progressiste» qui a été tirée – pour trois collèges ou plus hautement impressionnables années – à travers une sorte de trempette intellectuelle pour les moutons. D’où la troisième loi politique apocryphe de Robert Conquest : « Toute organisation qui n’est pas explicitement de droite deviendra tôt ou tard de gauche.

L’emprise du joueur de flûte de l’académie sur les jeunes esprits ambitieux de la future élite «formatrice d’opinion», y compris la profession enseignante , s’est poursuivie sans contrôle, de sorte que sa mentalité séduisante de signalisation de la vertu s’est maintenant imposée dans la plupart des parcours professionnels des diplômés. la vie. Et un « complexe université-médias » – une boucle de rétroaction entre une académie majoritairement de gauche et un MSM largement de gauche – a suffisamment adouci ce qu’on appelait autrefois « les travailleurs » pour maintenir le spectacle progressiste sur la route. Comme l’a dit Orwell, « le public croira ce que les médias lui diront qu’il croit « .

La trempette de mouton est un breuvage particulièrement puissant dans les sciences humaines et sociales dont est principalement issue la future élite gouvernementale. Sans surprise, ni les bureaucraties gouvernementales ni aucune autre institution quasi-gouvernementale et civile ne tiennent de statistiques sur les tendances politiques de leurs employés. Mais il y a des indices.

La recherche dans le contexte américain révèle que « les convictions politiques de l’employé médian du gouvernement fédéral se situent à gauche non seulement du républicain médian, mais aussi du démocrate médian ». (Dans le contexte britannique, le chroniqueur d’Unherd Peter Franklin, réfléchissant à sa propre expérience de travail dans deux ministères, commente : « Combien de fonctionnaires qui servent le plus étroitement ce gouvernement conservateur sont en fait de gauche ? Eh bien… je dirais à peu près tous. »

Si les défenseurs des valeurs traditionnelles (vraisemblablement un GOP revigoré) s’arrangeaient vraiment (et les votes pour le soutenir), quel genre de riposte pourraient – ils organiser ? Il faudrait que ce soit une approche législative sans vergogne menée avec un tour de passe-passe machiavélique. Cela pourrait inclure :


• mettre fin à l’absurdité qui dure depuis des décennies selon laquelle les organisations de prosélytisme de gauche sont en réalité financées par le contribuable ;

• une élimination du genre d’universitaires chevronnés qui ont si lâchement cédé au radicalisme du gosse gâté ;

• une élimination complète du racket bureaucratique de la « diversité » de plusieurs milliards de dollars ;

• une refonte complète de la formation des enseignants (que l’on a longtemps laissée devenir un terrain d’entraînement à l’idéologie progressiste) ; et

• la fin de la sécurité d’emploi dans le secteur public sans rapport avec la performance.

Mais pour qu’une telle riposte ait une chance réaliste de soutien populaire – que ce soit au niveau de l’État ou au niveau fédéral – ses dirigeants politiques devraient radicalement améliorer leur jeu en défiant – et en décollant – certaines erreurs philosophiques qui ont même pris racine parmi nombre de leurs propres électeurs.

La politique de gauche est une fraude – un jeu d’esprit d’une personne chic – depuis des décennies maintenant, mais le sophisme « gauche = opprimé et attentionné / droite = privilégié et au cœur dur » reste la matrice intellectuelle encadrant toute la philosophie morale du libéralisme occidental. De nombreux conservateurs instinctifs (y compris les politiciens) permettent encore par réflexe à cette erreur de confondre leur pensée.

L’appel de la gauche à la classe moyenne prospère est essentiellement narcissique et performatif, offrant un moyen de se sentir plus sophistiqué que soi et un moyen gratuit de se sentir vertueux. Des millions de personnes reconnaissent la vérité à ce sujet, mais cela va tellement à l’encontre des récits médiatiques dominants que de telles pensées hérétiques sont noyées par le volume considérable d’histoires de victimisation qui signalent la vertu. Et exprimer de telles pensées à haute voix risque d’offenser des amis, des collègues et des voisins.


Les dire à haute voix est, pour les politiciens, une stratégie à haut risque. Même pour les politiciens combatifs, il y a un impératif perçu de flatter l’électorat dans son ensemble et de maintenir les cibles d’invective dans des limites prudentes (abstractions comme les bienfaiteurs, les socialistes au champagne, etc.). Combattre une élection sur une politique de redressement des préjugés politiques endémiques chez la plupart des administrateurs civils, la plupart des enseignants et universitaires et la plupart des professionnels du droit serait en effet un défi.

Les obstacles pratiques seraient légion. Le conservatisme est une large église, et l’ingérence politique dans des organismes publics soi-disant indépendants semblerait brutale à beaucoup. Et inciter les conservateurs à se mettre dans la position de Canute d’essayer de renverser la marée organisationnelle de gauche en est une autre.

Mais sur notre trajectoire actuelle, l’imposition de pseudo-valeurs est – comme le dit le croque-mitaine de Poutine – « nous corrode de l’intérieur ». Il est difficile d’être optimiste. Mais il est tout simplement possible que les futurs historiens voient la vulgarité perçue du phénomène Trump comme une tentative précoce (et bien sûr imparfaite à bien des égards) de sortir de l’emprisonnement du conservatisme dans une étiquette politique qui est un jeu philosophique empilé.

Graham Cunningham

Source WND Mar 2022



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 224 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire