TV

« Des preuves solides que les humains sont originaires de Mars »

L’écologiste américain Ellis Silver affirme que les humains pourraient bien ne pas venir de la Terre. Vidéo VOSTfr.

Tout a commencé lorsque, il y a quelques années, un ballon est revenu d’un vol à haute altitude couvert de formes de vie microscopiques qui semblaient ne pas être de ce monde et ont relancé le débat sur la question de savoir si la vie sur Terre a commencé vraiment  ici, ou  ailleurs.

Certains scientifiques ont affirmé que la vie est née sur Mars, en raison d’un minéral trouvé dans des météorites martiennes, un concept crucial pour la genèse de la vie. Une autre expérience a montré que les acides aminés pourraient être arrivés avec les impacts de comètes, ce qui suggère que la vie pourrait être très répandue et pas seulement dans le système solaire.

Mais un livre de l’écologiste américain Ellis Silver, intitulé « Les humains ne viennent pas de la Terre », examine les preuves qui nous entourent… et découvre que nous avons évolué dans un monde nettement différent de celui dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Silver présente des arguments, basés sur la physiologie humaine, suggérant que nous n’avons pas évolué avec les autres formes de vie sur Terre, mais que nous venons d’ailleurs, amenés ici par des extraterrestres il y a seulement quelques dizaines de milliers d’années.


Ellis Silver, un écologiste qui participe actuellement à l’effort de nettoyage des déchets plastiques du Pacifique, affirme que son livre a pour but de provoquer un débat et qu’il se fonde sur des travaux scientifiques portant sur la différence entre les humains et les autres animaux.

« La Terre répond grosso modo à nos besoins en tant qu’espèce, mais peut-être pas aussi intensément que ceux qui nous ont amenés ici au départ », a déclaré Silver dans une interview accordée à Yahoo News.

« Les lézards peuvent se prélasser au soleil aussi longtemps qu’ils le veulent, et beaucoup d’entre eux le font. On peut s’en sortir pendant une semaine ou deux… Mais jour après jour au soleil ? Oublie ça. »

« C’est la même chose que de s’allonger sur l’autoroute et d’attendre qu’un véhicule vous percute, nous sommes éblouis par le soleil, ce qui est également rare, la plupart des animaux ne le sont pas. »

Silver affirme que certaines maladies chroniques affectant la race humaine (comme les problèmes de dos) pourraient être le signe que nous avons évolué dans un monde moins sévère.

Silver souligne d’autres caractéristiques humaines uniques, comme le fait que la tête des bébés est si grosse que les femmes ont du mal à accoucher, ce qui, dans les temps anciens, était souvent fatal pour la mère, l’enfant ou les deux.


« Aucune autre espèce véritablement indigène sur cette planète n’a ce problème », dit-il. Silver souligne également les 223 gènes « supplémentaires » présents chez l’homme, que l’on ne trouve dans aucune autre espèce, et l’absence de fossiles du « chaînon manquant ».

Il affirme également que la race humaine a des défauts qui nous marquent comme n’étant « pas de ce monde ».

« Nous sommes tous des malades chroniques », dit Silver.

« En fait, si vous pouvez trouver une seule personne qui soit à 100% en forme et en bonne santé et qui ne souffre pas d’une condition ou d’un trouble (peut-être caché ou non déclaré), je serais extrêmement surpris, je n’ai pu trouver personne. »

« Je crois que beaucoup de nos problèmes proviennent du simple fait que nos horloges corporelles internes ont évolué pour s’attendre à une journée de 25 heures (cela a été démontré par les chercheurs sur le sommeil), mais la journée terrestre ne dure que 24 heures. »

« Ce n’est pas une condition moderne, les mêmes facteurs peuvent être retracés tout au long de l’histoire humaine sur Terre. »

Silver ne suggère pas de réponse, mais plutôt une possibilité que les premiers pré-humains tels que l’Homo erectus se soient croisés avec d’autres espèces. Il suggère également plusieurs origines possibles, dont le système stellaire le plus proche du soleil, Alpha Centauri.

« L’humanité est censée être l’espèce la plus développée de la planète, et pourtant elle est étonnamment inadaptée et mal équipée pour l’environnement terrestre : dommages causés par le soleil, forte aversion pour les aliments d’origine naturelle (crus), taux ridiculement élevés de maladies chroniques, etc. »

« En outre, de nombreuses personnes ont le sentiment qu’elles n’ont pas leur place ici ou que quelque chose ne va pas. Cela suggère que (du moins pour moi) l’humanité a pu évoluer sur une autre planète, et a pu être amenée ici en tant qu’espèce hautement développée. »

« L’une des raisons de ce phénomène, qu’il évoque dans son livre, est que la Terre pourrait être une planète prison, car nous semblons être une espèce naturellement violente, et nous sommes ici pour apprendre à nous comporter. »

« Le livre ‘Les humains ne viennent pas de la Terre’ a été publié principalement pour mesurer la réaction des lecteurs et susciter la réflexion, notamment chez ceux qui n’auraient pas envisagé cette possibilité auparavant. »

L’affirmation selon laquelle les bactéries seraient arrivées de l’espace a également suscité la controverse et relancé l’idée de la « panspermie », selon laquelle la vie terrestre aurait pu « polliniser » d’autres planètes proches.

« Il y a probablement du vrai dans le rapport sur la découverte de choses curieuses dans l’atmosphère », a déclaré Chris McKay, astrobiologiste à la NASA. « Le saut vers la conclusion que c’est une vie extraterrestre est un grand saut et nécessiterait des preuves extraordinaires ».

Le professeur Wainwright et ses collègues de l’université de Sheffield ont l’intention de réaliser d’autres tests.


« En l’absence d’un mécanisme par lequel de grandes particules comme celles-ci pourraient être transportées dans la stratosphère, nous ne pouvons que conclure que les entités biologiques proviennent de l’espace », a ajouté Wainwright :

« Notre conclusion est donc que la vie arrive continuellement sur Terre depuis l’espace, que la vie n’est pas limitée à cette planète et qu’elle n’y a presque certainement pas pris naissance. »

L’idée plus radicale de Silver est présentée comme controversée, destinée à inspirer des arguments. « La réaction initiale a été positive, même si un critique a pensé qu’il s’agissait d’une parodie, tandis que d’autres ont trouvé le style d’écriture très dictatorial », admet-il.

Des simulations sur superordinateur effectuées au Lawrence Livermore National Laboratory, aux États-Unis, ont révélé que les acides aminés, éléments constitutifs de la vie, pourraient être arrivés sur Terre via des comètes.

Cela suggère que la vie pourrait être trouvée ailleurs dans notre système solaire, ou même au-delà.

Nir Goldman suggère que des molécules simples trouvées sur les comètes (comme l’eau, l’ammoniac et le dioxyde de carbone) auraient pu fournir la matière première et que l’impact avec la Terre primitive aurait pu « allumer » une réaction prébiotique.

Une série d’expériences au cours desquelles des projectiles ont été tirés sur une comète avec des mélanges de glace a permis de former des acides aminés (les éléments constitutifs de la vie).

« Ces résultats confirment nos prédictions antérieures concernant la synthèse de matériaux prébiotiques par l’impact, où l’impact lui-même peut produire des composés favorables à la vie », a déclaré Goldman.

« Ces résultats représentent une avancée importante dans notre compréhension de l’origine des éléments constitutifs de la vie. Et cela soulève la possibilité de l’apparition et de la propagation de la vie dans notre système solaire », a déclaré Goldman.

Cependant, Silver veut soulever la question de savoir si les humains sont arrivés séparément, « des rapports scientifiques récents suggèrent que la vie elle-même pourrait ne pas provenir de la Terre, mais être arrivée ici dans des météorites ou des comètes.

« Cette forme de vie primitive a ensuite évolué pendant des millions d’années pour devenir ce que nous trouvons sur Terre aujourd’hui. »

« Ma thèse », dit Silver, « propose que l’humanité n’a pas évolué à partir de cette souche de vie particulière, mais a évolué ailleurs et a été transportée sur Terre (en tant qu’Homo sapiens pleinement évolué) entre 60 000 et 200 000 ans, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus. »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 1 338 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire