Nouveau paradigme

C’est la fin de l’emprise totalitaire satanique sur la biodiversité

La COP15 se termine par un accord historique pour doubler la quantité de terres et d'océans protégés dans le monde et de prendre d'autres mesures pour arrêter la crise d'extinction causée par l'humanité.

La Conférence des Nations Unies sur la biodiversité ( COP15 ) s’est terminée à Montréal, Canada, le 19 décembre 2022 avec un accord historique pour guider l’action mondiale sur la nature jusqu’en 2030.

Des représentants de 188 gouvernements se sont réunis à Montréal au cours des deux dernières semaines pour l’important sommet .

Présidée par la Chine et accueillie par le Canada, la COP 15 a abouti à l’adoption du Cadre mondial pour la biodiversité Kunming-Montréal (GBF) le dernier jour des négociations. Le GBF vise à lutter contre la perte de biodiversité, à restaurer les écosystèmes et à protéger les droits des autochtones. Le plan comprend des mesures concrètes pour stopper et inverser la perte de la nature, notamment en mettant 30 % de la planète et 30 % des écosystèmes dégradés sous protection d’ici 2030. Il contient également des propositions visant à augmenter le financement des pays en développement – un point de friction majeur lors des pourparlers.

L’enjeu ne pourrait être plus élevé : la planète connaît un dangereux déclin de la nature sous l’effet de l’activité humaine. Il connaît sa  plus grande perte de vie depuis les dinosaures . Un million d’espèces végétales et animales sont aujourd’hui menacées d’extinction, dont beaucoup d’ici quelques décennies.


Selon Benjamin Fullford, les deux pays qui ont voté contre – les États-Unis et le Vatican – se sont ainsi révélés être les deux derniers endroits contrôlés par la mafia satanique.

Le cadre mondial de la biodiversité

Le GBF se compose de quatre objectifs mondiaux primordiaux pour protéger la nature, notamment : stopper l’extinction d’origine humaine des espèces menacées et réduire de dix fois le taux d’extinction de toutes les espèces d’ici 2050 ; l’utilisation et la gestion durables de la biodiversité pour s’assurer que les contributions de la nature aux populations sont valorisées, maintenues et améliorées ; le partage équitable des avantages tirés de l’utilisation des ressources génétiques et des informations sur les séquences numériques des ressources génétiques ; et que des moyens adéquats de mise en œuvre du GBF soient accessibles à toutes les Parties, en particulier les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement.

La directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Inger Andersen, a souligné que la mise en œuvre est désormais essentielle :

« Le succès sera mesuré par nos progrès rapides et constants dans la mise en œuvre de ce que nous avons convenu. L’ensemble du système des Nations Unies est prêt à soutenir sa mise en œuvre afin que nous puissions vraiment faire la paix avec la nature.

Le GBF comporte également 23 objectifs à atteindre d’ici 2030, notamment :


  • Conservation et gestion efficaces d’au moins 30 % des terres, des zones côtières et des océans du monde. Actuellement, 17 % des terres et *8 % des zones marines sont sous protection
  • Restauration de 30 % des écosystèmes terrestres et marins
  • Réduire à près de zéro la perte de zones à haute importance pour la biodiversité et à haute intégrité écologique
  • Réduire de moitié le gaspillage alimentaire mondial
  • Supprimer progressivement ou réformer les subventions qui nuisent à la biodiversité d’au moins 500 milliards de dollars par an, tout en augmentant les incitations positives pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité
  • Mobiliser au moins 200 milliards de dollars par an auprès de sources publiques et privées pour le financement lié à la biodiversité
  • Porter les flux financiers internationaux des pays développés vers les pays en développement à au moins 30 milliards de dollars par an
  • Exiger des entreprises transnationales et des institutions financières qu’elles surveillent, évaluent et divulguent de manière transparente les risques et les impacts sur la biodiversité à travers leurs opérations, leurs portefeuilles, leurs chaînes d’approvisionnement et de valeur.

La finance au cœur

Le financement a joué un rôle clé lors de la COP15, les discussions portant sur le montant d’argent que les pays développés enverront aux pays en développement pour lutter contre la perte de biodiversité. Il a été demandé que le Fonds pour l’environnement mondial établisse un fonds fiduciaire spécial – le Fonds GBF – pour soutenir la mise en œuvre du GBF, afin d’assurer un flux de fonds adéquat, prévisible et opportun.

Les pays ont également approuvé une série d’accords connexes pour mettre en œuvre le GBF, y compris sur la planification, le suivi, l’établissement de rapports et l’examen, qui sont tous essentiels pour garantir que des progrès soient réalisés – selon les termes du GBF, pour s’assurer qu’il n’y a pas « une nouvelle accélération ». dans le taux mondial d’extinction des espèces, qui est déjà au moins des dizaines à des centaines de fois supérieur à la moyenne des 10 derniers millions d’années.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde


(Vu 224 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire