Bienveillance


De nos jours, la plupart des gens ont entendu parler de la pleine conscience. La forme la plus simple de pleine conscience est de respirer, et de simplement remarquer que c’est ce que vous faites sur le moment.

Vous pouvez donc porter votre attention sur ce que vous ressentez au niveau de votre respiration et remarquer à quoi ça ressemble. Ici et maintenant, vous êtes attentif à votre respiration, d’où la « pleine conscience ».


Et la bienveillance?

Eh bien, au lieu de vous concentrer sur votre respiration, concentrez-vous plutôt sur la gentillesse .

Vous pouvez donc vous concentrer sur quelqu’un que vous connaissez et réfléchir à des choses aimables qu’il a pu dire ou faire, ou penser gentiment à lui, et réfléchir à des aspects admirables de sa personnalité. Ou vous pourriez plutôt vous souvenir de certains actes de gentillesse que vous avez vécus, dont vous avez été témoins ou même de choses gentilles que vous avez faites pour les autres. Vous pourriez même penser aux choses gentilles que les gens vous ont dites, ou aux façons dont ils vous ont soutenu dans le passé ou vous soutiennent maintenant, dans le présent.

La différence immédiate entre la pleine conscience et la bienveillance est l’objet de la concentration.

Avec la pleine conscience, c’est la respiration, ou le corps, ou les images et les sons si vous faites une méditation de pleine conscience en marchant. Avec la gentillesse, c’est la gentillesse sous toutes ses formes.

Mais cette différence de concentration peut entraîner des différences dans la façon dont vous vous sentez ainsi que des différences dans le cerveau et le corps.

Comment la pleine conscience et la bienveillance ont un impact sur le cerveau

La pleine conscience « travaille » sur le cortex préfrontal dorsolatéral (le front, au-dessus de vos yeux). Cette région est associée à la concentration, la mémoire de travail, la planification, le raisonnement. Celles-ci sont connues sous le nom de fonctions exécutives – celles associées à la maîtrise de soi.

La bienveillance, quant à elle, détermine les régions associées à l’empathie, à la compassion et au bonheur.

Et tout comme travailler un muscle le rend plus puissant et, par conséquent, les choses pour lesquelles nous utilisons le muscle deviennent plus faciles, quelque chose de similaire se produit lorsque nous travaillons sur ces régions du cerveau. Elles deviennent également plus puissantes et les choses pour lesquelles nous les utilisons deviennent plus faciles.


Par exemple, une pratique fréquente de la pleine conscience aide à améliorer la mémoire, l’attention, la concentration et la maîtrise de soi. Une pratique fréquente de la bienveillance, comme la pratique bouddhiste tibétaine de metta (la bonté affectueuse) aide à augmenter l’empathie, la compassion et le bonheur. Avec la pratique de la bienveillance, il devient de plus en plus facile d’extraire des moments de joie de la toile de fond des événements quotidiens de notre vie.

Bienfaits de la bienveillance

La bienveillance a de nombreux autres effets. Des études montrent que la pratique du metta augmente le « tonus vagal ». Semblable au tonus musculaire, qui reflète la santé et la forme physique des muscles, le tonus vagal décrit la santé et la forme physique du nerf vague, qui est un composant majeur de la branche parasympathique du SNA (système nerveux autonome).

C’est la branche qui contrôle le repos et la digestion. Un tonus vagal plus élevé signifie généralement une plus grande dominance de l’activité parasympathique sur l’activité sympathique (combat ou fuite).

La raison pour laquelle les pratiques de la bienveillance ont un impact sur le nerf vague de cette manière est due au rôle que joue le nerf vague dans la compassion.

Dacher Keltner, professeur de psychologie à Berkley et auteur de « Born to be Good » l’appelle le « nerf de la compassion », en ce sens que les personnes qui ont un tonus vagal au repos élevé ont tendance à être très compatissantes et à avoir un comportement altruiste. C’est une rue à double sens: la gentillesse et la compassion augmentent le tonus vagal et un tonus vagal élevé engendre la compassion et la gentillesse.

Le nerf vague joue également un rôle dans l’inflammation. Connu sous le nom de réflexe inflammatoire, le nerf vague envoie des signaux à certains gènes qui régissent l’inflammation pour la baissent, tout comme on pourrait baisser le variateur d’une lumière trop vive.


Un tonus vagal élevé est associé à des niveaux d’inflammation plus faibles. Une étude sur les personnes pratiquant la metta a montré qu’elles avaient une réponse inflammatoire au stress beaucoup plus faible que les non-pratiquants, probablement en raison de l’augmentation du tonus vagal dû à la pratique.

Et dans une méta-analyse d’études portant sur 1 822 patients atteints de cancer, publiée dans le Journal of Oncology en 2018, un tonus vagal plus élevé s’est avéré associé à un meilleur pronostic.

De manière significative, l’étude a révélé que le temps de survie chez les patients ayant un tonus vagal élevé était significativement plus long que chez les patients ayant un faible tonus vagal. Les auteurs ont rapporté que « les preuves soutiennent un rôle protecteur du nerf vague dans le cancer ».

Ils ont écrit qu’il était probable que l’effet anti-inflammatoire induit par un tonus vagal plus élevé, ainsi que l’inhibition de l’activité sympathique (stress), aidaient à soutenir la santé des patients cancéreux à un stade avancé à un moment où le traitement actif n’était plus efficace. Ils ont écrit que « le nerf vague peut moduler la progression du cancer en inhibant l’inflammation ».


Bien sûr, la bienveillance n’est pas le seul moyen d’augmenter le tonus vagal.

L’exercice aide aussi, ce qui est probablement l’une des raisons pour lesquelles l’exercice améliore également le pronostic du cancer. Les températures froides occasionnelles, la respiration méditative profonde et même le chant augmentent également le tonus vagal. Il y en a d’autres aussi. Mais la gentillesse aide certainement.

Pour résumer, donc. La bienveillance a un impact sur les circuits cérébraux, augmentant l’empathie, la compassion et la joie. Il augmente également le tonus vagal, connu pour contrer le stress, réduire l’inflammation et même jouer un rôle protecteur dans la progression du cancer. Il y a aussi d’autres effets, dont je suivrai dans un autre blog.

La gentillesse est donc bien plus que les choses que nous disons ou faisons. Ce sont ses aspects sociaux.

La gentillesse peut être dans la façon dont nous utilisons nos esprits, dans quoi et sur qui nous nous concentrons. Les sentiments induits vont vers l’intérieur, affectant notre santé mentale et physique.

Ce sont quelques-uns des effets secondaires de la gentillesse (vous pouvez en lire plus dans mes livres, « Les cinq effets secondaires de la gentillesse » et « Le petit livre de la gentillesse » (version illustrée)).

David R. Hamilton Ph.D.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci







Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021


Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :