Divulgation CosmiqueTV

1967: Un homme est entré en contact avec un OVNI à Falcon Lake

L'histoire de Stefan Michalak.

L’Incident du lac Falcon est le récit fait par le mécanicien canadien Stephen Michalak de sa prétendue rencontre d’un objet volant non identifié, le 19 mai 1967, aux abords du lac Falcon, dans le Manitoba (Canada).

Ce jour-là, Stephen Michalak, mécanicien de profession, décida de passer le week-end dans le parc Whiteshell pour s’adonner à son hobby : la géologie. Après une nuit dans un motel de la route Transcanadienne, Stephen partit en direction du lac Falcon vers 5h30.

Vers 12h15, alors qu’il examinait une veine de quartz au bord d’une rivière, Stephen aperçut des oies sauvages en train de fuir quelque chose puis il remarqua deux objets gris métalliques de forme discoïdale.

L’OVNI que Michalak a vu.

L’un des deux objets vint se poser près de Michalak tandis que l’autre prit de l’altitude et disparut derrière la frondaison des arbres. Reportant son attention sur l’objet posé au sol, le témoin remarqua une odeur de soufre ainsi qu’un léger sifflement.

Après quelques minutes d’observation, une trappe s’ouvrit dans l’objet et Michalak perçut des sons qu’il assimila à des voix qui provenaient de l’ovni. Selon lui, ce son ressemblait à un « giri-giri-giri » que pousse un chat en danger. Pensant qu’il pouvait s’agir d’un appareil expérimental militaire, le témoin essaya d’appeler en anglais, en russe, puis en polonais ainsi qu’en allemand mais ne reçut aucune réponse.

Revenu de sa surprise, Michalak s’approcha de l’objet et inspecta la trappe ouverte : il ne vit que d’étranges motifs lumineux se déplaçant dans une totale obscurité. La lumière était si intense qu’il rabaissa la visière de ses lunettes de protection. Brusquement, la trappe fut obturée par trois panneaux coulissants et Michalak reporta son attention sur l’objet en passant sa main dessus. Le contact lui évoqua celui du « verre dépoli ».

²

Soudain, la toile des gants que portait le témoin se mit à fondre, l’obligeant à rapidement retirer sa main. Immédiatement, l’objet tourna sur lui-même, et Michalak se retrouva face à une grille d’une trentaine de centimètres de large percée de trous. Un souffle chaud s’échappa des trous, embrasant la chemise et le maillot de corps du témoin.

Pris de panique, Michalak arracha ses vêtements en feu et les jeta au sol tout en apercevant l’ovni s’envoler et disparaître derrière les arbres. Complètement choqué, Michalak observa les environs et vit que la zone où était posé l’objet avait manifestement subi un fort souffle d’air. Au bout de quelques minutes, Michalak fut pris de vomissements, de migraines et décida de retourner au motel.

Selon un médecin, il voyait « des taches danser devant ses yeux ». Souffrant de violents vomissements, le témoin regagna péniblement le motel à pied, 9 heures après la rencontre avec l’ovni, après qu’un membre de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) lui eut refusé son aide, pensant que Michalak était ivre.

Il arriva au motel vers 16h00 et demanda immédiatement au bar de l’hôtel où il pouvait consulter un médecin. On lui répondit que le premier cabinet se trouvait à plus de 75 km. Préférant retourner chez lui à Winnipeg, Michalak appela sa femme pour la prévenir qu’il venait d’avoir un accident et attendit le bus de 20h45.

Son fils, Stan, vint l’accueillir à Winnipeg vers 22h15 et l’emmena immédiatement voir un médecin. Le médecin de l’hôpital de Misericordia qui l’examina remarqua immédiatement les brûlures de forme carrée dont le torse et le ventre de Michalak étaient recouverts ; de plus, les vomissements et les migraines ne s’étaient pas arrêtés. Deux jours plus tard, craignant une irradiation, son médecin généraliste l’envoya consulter le Département de médecine nucléaire de l’hôpital, mais le spécialiste ne trouva aucune trace d’irradiation et diagnostiqua une simple brûlure thermique.

Michalak affirma avoir perdu une dizaine de kilogrammes dans la semaine qui suivit son étrange rencontre. Plusieurs enquêteurs officiels interrogèrent le témoin et retournèrent sur les lieux de l’observation : ils y découvrirent les restes carbonisés des vêtements de Michalak ainsi que plusieurs pièces métalliques non identifiées.

Des traces de radiations extrêmement importantes furent détectées à certains endroits de la zone et les pièces métalliques furent identifiées comme de l’argent quasi-pur (98 %). Ces objets étaient recouverts d’un enduit noir.

Michalak sentait le soufre et l’ozone depuis cet incident, ni les bains ni les douches ne pouvaient masquer l’odeur.

Extrait de Radio-Canada de 1983

Le fils de Stefan Michalak, Stan, et les chercheurs Chris Rutkowski et Palmiro Campagna se joignent à Radio Canada pour discuter du cas d’OVNI le plus tristement célèbre au Canada.

Harry Brown (HB) : Est-ce que quelqu’un est déjà revenu avec les marques d’avoir été sur l’un de ces navires ?

Edward Barker (EB) : Très certainement. Ici même au Manitoba, nous avons l’un des meilleurs cas jamais enregistrés. C’est un cas très intéressant. Cela s’est passé à Falcon Lake. C’est en 67. Le monsieur impliqué, Michalak, prospectait. Alors qu’il prospectait, il s’est arrêté pour déjeuner, et il a vu ces lumières brillantes. Il a regardé en haut. Pendant qu’il regardait, quelque chose est tombé. L’un d’eux est descendu. L’un s’est envolé, est venu à environ 160 pieds de lui, a fait toutes sortes de changements de lumière comme un spectacle de lumière.

« C’était la chose la plus magnifique », a-t-il déclaré. Transformé en un objet en forme d’argent de 35 pieds de diamètre. Pendant qu’il le regardait, il a subi d’autres changements de couleur. Il décida de s’en approcher. Il s’est approché presque à portée de main, a commencé à l’appeler. Alors qu’il regardait cette chose, une trappe s’est ouverte selon son histoire. Il a été hypnotiquement régressé. C’est tout…

HB : Lui avez-vous parlé, personnellement ?

EB : Personnellement, oui. C’est à peu près, comme je l’ai dit, en 67.

HB : Est-il toujours en vie et au Manitoba ?

EB : Oui, il l’est. Le résultat de tout cela est que lorsqu’il s’est éloigné de cette chose, il faisait très chaud et très lumineux. La chose s’est inclinée, a commencé à se balancer dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, apportant des trous d’aération ou ce qui semblait être des trous d’aération devant lui. Ceux-ci l’ont frappé à la poitrine, l’ont renversé et cette chose a décollé. Pour raccourcir quelque peu l’histoire, il est finalement tombé très malade. Il a commencé à avoir des nausées, il a commencé à voir des boutons, il a tout perdu dans son estomac. Finalement, au cours des semaines suivantes, il a perdu beaucoup de poids. Son nombre de lymphocytes a chuté de façon drastique, presque mortelle.


Tous les signes étaient soit d’un type cancéreux, soit d’une brûlure par rayonnement. Il a été emmené à Pinawa, c’est un établissement local. Aucun rayonnement. Finalement, cette chose s’est calmée et il est retourné au travail. Environ neuf mois plus tard, il s’est effondré au travail. Lorsqu’ils l’ont emmené d’urgence à l’hôpital, il y avait une série de points sur sa poitrine. Ceux-ci sont revenus tous les trois mois pendant environ 14 mois, environ un an et demi, à peu près, disons.

HB : Cinq fois environ ?

EB : Oui. Maintenant, en essayant d’expliquer cela, aucun des médecins ici à Winnipeg n’a pu le faire.

[Narration]

JA : Ce clip de 1983 était l’émission de la CBC, « Take 30 », mettant en vedette Edward Barker de Ufology Research of Manitoba, et l’animateur, Harry Brown. Voici Stan Michalak.

[Entretien]

Stan Michalak (SM) : Papa était un personnage très complexe et intéressant. Je pense qu’il y a un autre livre ici. Le livre raconte son histoire en Europe avant la Seconde Guerre mondiale, pendant et immédiatement après. Cela décrit vraiment qui il était, cela le jette vraiment et le prépare pour ses dernières années. Je suppose que peu de gens aujourd’hui peuvent vraiment apprécier le genre d’agitation que la guerre a causé dans la vie des gens qui l’ont vécue. Ma mère a passé du temps dans un camp de concentration avec sa sœur et sa mère. Mon père a été envoyé dans un camp de concentration quand il a finalement été arrêté.

Quand vous regardez leurs antécédents, et je pense que j’ai essayé de clarifier ce point autant que possible dans le livre, quand vous regardez leurs antécédents et que vous regardez le feu qui les a forgés et ce qui a fait d’eux ce qu’ils sont, c’est plus facile de regarder l’incident de 1967, de regarder ses actions, ses réactions, son état d’esprit, la façon dont il s’y est pris.

Il est plus facile de comprendre cela si vous connaissez d’abord l’homme et savez ce qu’il a traversé dans ses premières années. Le comprendre et comprendre l’homme et réaliser ce qu’il a traversé. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles je voulais m’assurer que certaines des choses qu’il a vécues étaient dans le livre afin que vous puissiez mieux comprendre quel genre de gars il était. Cela le rend un peu plus compréhensible.

J’ai grandi en croyant et en comprenant qu’il y avait ici un homme qui a traversé des expériences de guerre et des événements traumatisants et d’horribles pertes, douleurs et souffrances et toutes ces choses, et est sorti de l’autre côté avec cet amour incroyable du Canada et des grands espaces et des région sauvage. Il a essentiellement mis tout ça derrière et l’a compartimenté dans un cagibi où il resterait. Ce n’est que lorsque vous êtes confronté à quelque chose d’inexplicable ou de dangereux que ces choses sortent. C’était mon père à peu près.

Vous regardez un événement traumatisant. Cela vous montre vraiment qui est une personne lorsqu’elle est confrontée à quelque chose de très dangereux ou d’inexpliqué.

Ses problèmes après l’événement qu’il a eus avec les enquêteurs, avec la GRC, cela montre juste qu’il avait du mal à faire face. Il n’avait aucune référence pour cela autre que sa vie, qui était bizarre et étrange au départ, toute cette histoire de guerre. Il avait du mal à essayer de comprendre : qui satisfais-tu ? Qui rendez-vous heureux ici ? Qui a besoin de savoir quoi ? Ma mère, qui était infiniment patiente, commençait à perdre patience car elle non plus ne savait pas comment gérer cela. Elle luttait autant que lui, pour le garder sain d’esprit et pour qu’il aille bien. Il avait du mal à essayer de trouver la meilleure façon de gérer tout cela.

C’est ce qui a rendu l’histoire si traumatisante pour la famille car ce fut une période très difficile après l’événement. L’événement lui-même a duré de quelques minutes à quelques heures, un week-end de mai. Le reste était les années à essayer de gérer tout cela.

[Narration]

JA : Stan a déclaré : « Cela vous montre vraiment qui est une personne lorsqu’elle est confrontée à quelque chose de très dangereux ou d’inexpliqué. » Inexpliqué en effet. Qu’est-ce que Stan Michalak a vu ? Était-ce quelque chose « d’un autre monde » ou « terrestre » ? Les dossiers conservés ici à BAC peuvent-ils nous aider à comprendre cela ? Voici encore une fois Palmiro Campagna.

[Entretien]

Palmiro Campagna (PC) : C’est dans le rapport du caporal Davies où ils ont cette série de questions. Il y a une partie générale où ils expliquent simplement que le Quartier général des Forces canadiennes est responsable du traitement de ces types de rapports, et cetera. Ensuite, sous Rapports : les messages doivent être adressés au Quartier général des Forces canadiennes. Les premiers mots du texte doivent être « Pour les Forces canadiennes ». Je ne suis pas sûr de ce que signifie « OC »… Quoi qu’il en soit, UFO Report. Tous les rapports doivent inclure les éléments suivants : date et heure de l’observation, état du ciel, identification de l’observateur, emplacement de l’observateur au moment de l’observation. Identification d’autres personnes susceptibles d’avoir également observé, description de l’observation, forme, couleur, etc., durée et toute autre information pertinente.

C’est quelque chose qui a été produit par l’ARC le 7 octobre 1966 et cela fait partie de leur instruction. En tant qu’information initiale superficielle, c’est très bien. Vous dites « Oh ouais, il y a un rapport. Peut-être que ça vaut la peine d’être regardé. » Une fois que vous entrez dans les détails, vous devez vraiment commencer à poser beaucoup d’autres questions et suivre les pistes, regarder les incohérences – s’il y en a – et vraiment approfondir ce qui se passe…

[Narration]

JA :L’incident a fait l’objet d’une enquête de la Gendarmerie royale du Canada et de l’Aviation royale du Canada. Les principaux enquêteurs étaient le caporal J. Davis de la GRC et le chef d’escadron d’enquêteurs Paul Bissky de l’ARC. Le 23 mai, trois jours après l’observation, le caporal Davis et un autre officier, l’agent Zacharius, sont venus au domicile de Stefan Michalak pour prendre sa déclaration. Barry Thompson, membre de l’APRO (Aerial Phenomena Research Organization), un groupe civil qui enquête sur les observations d’OVNI, était également présent à la maison ce jour-là. Les deux agents de la GRC ont parlé à M. Michalak pendant environ deux heures. La GRC est revenue le lendemain et il a de nouveau donné un récit complet de ce qui lui était arrivé lors de l’observation du 20 mai, et de tout ce qui s’était passé par la suite.

[PC en arrière-plan, sous la narration]… Je pense que le questionnaire du Colorado était un peu plus approfondi, mais je pense toujours qu’il n’était pas aussi détaillé que ce à quoi je m’attendrais d’une enquête policière typique. .

S’il s’agissait d’une scène de crime et qu’il y avait un corps, tout serait bouclé et personne ne s’en approcherait, et les médecins légistes seraient là, et cetera, et cetera, et cetera. Les chances que les choses soient compromises seraient, espérons-le, réduites. Nous savons que cela se produit également dans ce type d’incidents, mais au moins, je pense que ce serait une toute autre procédure qui aurait été invoquée.

[Entretien]

SM : Le livre s’intitule When They Appeared. Cela n’a rien à voir avec les deux OVNIS. When They Appeared concerne toutes les personnes qui se sont présentées à notre porte. [Je dois] vous dire qu’une fois que ça a commencé, c’est comme si ça ne finirait pas. Cela a commencé avec, naturellement, la GRC, qui s’est présentée la première. Ensuite, ils ont impliqué l’Aviation royale du Canada, ils se sont ensuite présentés. Ensuite, Énergie atomique Canada s’est impliquée. Puis il y a eu une série de médecins, dont aucun ne pouvait faire grand-chose pour papa. Ensuite, il y a eu l’intéressante organisation venue des États-Unis appelée APRO, qui signifie Aerial Phenomena Research Organization.

Ces personnes ont essentiellement alimenté le feu de l’hystérie OVNI. C’étaient les gens de la secte, je suppose que la secte n’est probablement pas le bon mot, mais c’était vraiment comme ça. Ce sont des gens qui aimaient raconter toutes les histoires d’OVNIS et spéculer sur la planète d’où venaient ces gens et sur le nombre d’années-lumière nécessaires pour arriver sur Terre et tout ce jazz. C’était des choses assez inhabituelles. Nous avions une aile canadienne de cette organisation à Winnipeg. Il y avait un représentant qui est venu à la maison. Et puis il y avait les croyants. Peu importe ce que papa dit, « Je te crois. »

Il se fichait franchement de savoir si les gens le croyaient ou non, mais ils voulaient s’assurer qu’il le savait, « Oh oui, vous avez des partisans ici. Nous vous croyons. » Presque dans une mesure religieuse. Il y avait des gens qui croyaient qu’il avait été communiqué par un dieu d’un autre monde qui… Cela commençait juste à devenir vraiment ridicule. Les journalistes qui campaient sur notre pelouse et qui nous rendaient visite presque quotidiennement, on ne peut pas vraiment leur en vouloir. Ils faisaient leur travail et leur travail à l’époque était d’obtenir autant qu’ils le pouvaient sur l’histoire. Mais cela impliquait de me poursuivre à l’école ou cela impliquait de parler à mes voisins, nos voisins, de quel genre de gars était papa, tout ça.

C’est devenu intrusif et c’est devenu personnel, mais il y avait une longue, longue, longue liste. Nous avons reçu un appel téléphonique à trois heures du matin de BBC London. Les choses ont juste commencé à devenir tellement incontrôlables, mais dans tout cela, il y avait quelques personnes dans le groupe d’enquête qui sont devenues assez amicales et assez… je les attendais avec impatience. L’un des agents de la GRC, l’agent Davis, le caporal Davis plutôt, c’était un type fabuleux. Constable Zacharius. Ce sont deux gars qui étaient très sympathiques et ils ont compris que c’était traumatisant et ils ont marché très légèrement. Ils faisaient leur travail. Ils ont été très efficaces, mais ils ont reconnu que papa avait des problèmes avec tout cela et qu’il avait des problèmes.

Je suppose que la doublure argentée était qu’il y avait quelques personnes dans ce groupe qui étaient sympathiques et attentionnées et semblaient se soucier de ce que cela faisait à la famille. D’une manière générale, les personnes qui ont enquêté n’étaient pas dans leur élément. Ils n’avaient pas de matériel de référence pour cela, ils n’avaient pas de paradigme, il n’y avait pas de protocoles établis pour enquêter sur ce genre de choses. Ils arrivaient et tâtonnaient essentiellement dans le noir et espéraient qu’ils trouveraient, je ne sais pas, quelque chose. L’ARC, certainement—la Force aérienne—ils n’avaient vraiment pas grand-chose sur quoi s’appuyer.

C’était très facile pour eux de dire : « Oui, vous savez quoi, je ne crois pas ce type, mais nous allons faire ce que nous devons faire de toute façon parce que nous devons le faire. Nous allons traverser les motions et quand tout sera fini, nous rédigerons nos rapports. » Vous pouviez voir cela, vous pouviez le sentir, vous pouviez l’entendre d’eux quand ils parlaient.

[Narration]

JA : Nous avons demandé à Stan s’il pensait que l’enquête sur l’incident visait à discréditer son père.

[Entretien]

SM : Non, pas vraiment. Je pense que non en règle générale. Non, je pense que ce qui est ressorti, ce sont des personnalités individuelles. Je pense que les personnes qui ont dit : « Vous savez quoi, je n’y crois tout simplement pas. Je ne peux pas y croire. Par conséquent, je vais faire tout mon possible pour ne pas être utile ou ne pas être minutieux ou je suis Je vais juste me faire une opinion et c’est tout. » L’une des opinions qui ont été émises était que papa avait bu…

[Narration]

JA : Cette théorie a été suggérée pour la première fois par le chef d’escadron de l’ARC, Paul Bissky. Il a avancé l’idée que Stefan Michalak avait eu des hallucinations après avoir consommé de l’alcool la nuit précédant l’incident.

[SM en arrière-plan, sous la narration] … Encore une fois, si vous vous asseyez et analysez et regardez simplement les faits dans leur ordre et leur séquence corrects, il est impossible de croire que quelqu’un puisse halluciner le lendemain, vers midi le lendemain d’une cintreuse la nuit précédente.

[Entretien]

SM : Peu importe si papa est allé au pub et a pris une bière, ça ne veut rien dire. Mais pour l’un des gars de l’ARC—qui, soit dit en passant, avait sa propre histoire avec l’alcool—c’était un problème pour lui. Il était lié et déterminé qu’il allait prouver que papa était un ivrogne. Lorsque cela n’a pas fonctionné et que l’enquête de la GRC a en fait montré qu’il n’était pas possible que papa ait consommé beaucoup d’alcool, cela a tout simplement disparu. Le problème était le moment où il a soulevé cette préoccupation, et le moment où il a commencé sa campagne pour voir si papa était vraiment un ivrogne, c’est devenu un centre d’attention.

Dès que cela se produit, et dès que les médias ou quelqu’un s’en empare, cela redevient un problème et cela devient exagéré et, oh mon Dieu. Ce n’était pas une véritable campagne pour le discréditer. C’était plus que tous ceux qui touchaient cette histoire d’un point de vue officiel, chaque enquêteur qui touchait cette histoire, à moins qu’ils ne soient complètement consentants et complètement impartiaux et acceptant complètement les faits tels qu’ils étaient, ils se feraient une opinion. Dès qu’ils le feraient, ils suivraient cette opinion.

Par exemple, nous avons fait venir un monsieur nommé Stuart Hunt. Il était de l’Énergie atomique, je crois, ou de Santé et Bien-être social Canada, l’un de ces endroits. Il est venu au Manitoba parce qu’il y avait une alerte aux radiations. Ils ont dit: « Oh, il y a des radiations sur les lieux. Oh mon dieu. » Il est venu et il a fait des tests approfondis, des recherches, des recherches, des coups de coude et des coups de coude. En fait, il a fait tout son possible pour fouiller le Manitoba. Je parle d’aller dans des sites d’élimination de déchets radioactifs connus, au travail de papa, dans des installations médicales autour de la ville pour savoir s’il aurait pu voler du matériel radioactif afin qu’il puisse l’emporter avec lui et voir le site où l’OVNI a atterri .

Maintenant, je suis désolé, pensez-vous vraiment que c’est nécessaire ou faites-vous simplement face à ce que vous avez. En fin de compte, le rayonnement sur les lieux était un peu plus élevé que la normale, inhabituel. Le nombre de cellules sanguines et de lymphocytes de papa était un peu décalé, oui, c’est vrai, c’est un fait, mais il n’y avait pas assez de rayonnement pour fermer tout le parc provincial de Whiteshell ou poser un problème de sécurité publique. Mais dès son arrivée, c’était sa priorité numéro un. Quand vous parlez à des gens comme ça, et quand vous lisez leurs rapports finaux, et vous lisez le parti pris qu’ils y mettent, vous vous demandez si oui ou non ces gens suivaient simplement leurs propres agendas et n’avaient vraiment aucun intérêt à trouver quelle était la vérité de l’histoire.

[Narration]

JA : Revenons aux records à BAC avec Palmiro Campagna.

[Entretien]

PC : Tout ce que la GRC essayait de faire ici, c’était juste d’essayer de confirmer dans quel état il était. Tout ce qui se passe avec Bissky arrive plus tard. Parce qu’il y a une indication… En fait, je pense que Bissky a même écrit quelque part que, dans son opinion personnelle, il pensait que peut-être que M. Michalak avait bu et qu’il aurait pu avoir des hallucinations [ou] qu’en pensez-vous, mais que c’était son opinion. Il est très clair à ce sujet et il dit qu’étant donné tous les autres faits de l’affaire, il ne peut pas vraiment prendre de véritable décision sur ce qui est arrivé à M. Michalak. Même lui recule un peu sur la consommation d’alcool, mais je pense que toute cette partie est un peu un faux-fuyant.

[Narration]

JA : Voici Chris Rutkowski

[Entretien]

Chris Rutkowski (CR) : Oui, certainement Paul Bissky avait une attitude arrogante qu’il n’y avait rien à cela. Il était convaincu que Michalak avait inventé l’histoire d’une manière ou d’une autre, au point que Bissky a vérifié les journaux d’alcool de l’hôtel pour savoir exactement si Michalak aurait beaucoup bu cette nuit-là. En effet, accompagnés d’autres enquêteurs militaires, ils sont allés lui offrir à boire au bar pour savoir s’il mentait, car M. Michalak disait qu’il n’était pas buveur et pourtant il acceptait volontiers de prendre boissons qui lui ont été offertes.

Il y a probablement une différence ici et je pense que la plupart d’entre eux obtiendraient cette distinction que Michalak n’était certainement pas un alcoolique. Il ne buvait pas à l’excès mais il buvait socialement. Suggérer que boire quelques verres ou même trois ou quatre verres la veille de son expérience lui ferait imaginer quelque chose au point où il serait physiquement brûlé et laisserait des débris radioactifs derrière lui est, je pense, un saut quantique.

PC : L’autre chose que nous apprennent les archives concerne la radioactivité qui a été trouvée sur le site. À cet égard, je ne sais pas comment cela a été décrit dans les médias. C’était peut-être avant que la radioactivité ne soit signalée, mais, quoi qu’il en soit, ce qu’ils indiquent ici, c’est que oui, il y avait une petite, très petite parcelle de sol dans la zone d’atterrissage qui présentait un type de rayonnement de type radium qu’ils ont comparé à la peinture lumineuse qui était utilisée à l’époque pour laisser votre montre briller la nuit et ce genre de choses. Rien de majeur.

Il avait recueilli des échantillons de cette zone lorsqu’il avait trouvé le site. Ces échantillons ont démontré le même type de rayonnement de type radium. Ils ont indiqué qu’il était un peu négligent avec les échantillons et qu’il manipulait tout à mains nues. Le débat étant la GRC et l’ARC étaient très préoccupés par cela. Mais il n’avait pas l’air d’en être trop contrarié. Il y a une autre partie curieuse à propos de la radioactivité. Là encore, les confrères de l’APRO y figurent. Il affirme qu’il a reçu certains des échantillons de M. Michalak, les a envoyés indépendamment pour être analysés. Au moins l’un d’entre eux est revenu en indiquant un niveau de radioactivité plus élevé que ce truc de radium, ce qui est bien, mais là encore, nous avons un échantillon qui a été compromis.

Bien qu’il dise qu’on lui a dit qu’il venait du site, cela aurait été bien s’ils enquêtaient et disaient : « D’accord, d’où vient exactement cet échantillon ? D’où vient exactement cet échantillon ? Montrez-nous sur le schéma. » Parce qu’ils ont parcouru toute la zone de la zone d’atterrissage avec trois types de compteurs différents, si vous pouvez en croire le compte rendu écrit, et ils n’ont rien trouvé d’autre que ce tout petit peu de zone de type peinture au radium. Là encore, nous avons un autre élément de preuve qui est compromis et nous ne savons pas vraiment où et quel était son pedigree, et ils n’ont pas enquêté dessus. Un autre de ces détails, qu’ils n’ont pas vraiment approfondi.

[Narration]

JA : Afin d’obtenir ces échantillons de sol radioactifs, Stefan Michalak s’est rendu sur le site en juin, un mois complet avant de partir avec la GRC et l’ARC.

[Entretien]

PC : Quant à moi, ce n’est ni ici ni là-bas. Ce qui est plus important, c’est que Michalak finit par trouver le site d’atterrissage avec un autre camarade. Un homme du nom de M. Hart et ensemble, ils ont trouvé le site. Maintenant, pourquoi est-ce important ? C’est important parce que la GRC dit précisément qu’ils avaient demandé à Michalak [que], s’il devait trouver le site, de ne pas y toucher. Pas pour le déranger mais juste pour les appeler afin qu’ils puissent aller vérifier. Ce qu’ils découvrent, c’est que non seulement il s’y rend avec ce M. Hart, mais qu’il trouve et supprime pratiquement tout le matériel qui s’y trouvait. La chemise extérieure brûlée, son ruban en acier qu’il est censé avoir laissé tomber – un ruban à mesurer, je suppose, qu’il a laissé tomber en quittant la zone – et ils l’ont nettoyé.

Maintenant, quelque part ici [PC se réfère à un document d’archives] – Cela parle de tout l’incident avec M. Hart et ainsi de suite. En tout état de cause, intégrés ici, ils disent essentiellement qu’ils lui avaient spécifiquement demandé de ne pas déranger le site. Ce qui s’est passé, ici, en enlevant tout ce matériel, c’est qu’il vient de compromettre tout le site d’atterrissage. Lorsque la GRC se rend finalement sur les lieux, elle dit dans le dossier écrit qu’elle recherche des restes de la chemise extérieure et autres. Ils ne trouvent rien. Soit tout a été supprimé, soit – au moins l’un d’entre eux et peut-être, dans ce cas, c’est peut-être Bissky qui le dit – peut-être qu’il n’était pas là pour commencer, parce que les sites ont été compromis.

Maintenant, oui, il y avait eu des pluies avant [ceci], mais même avec cela, je pense que la GRC a estimé qu’elle serait en mesure de trouver quelque chose. Certes, s’il n’avait rien touché et laissé les choses telles qu’elles étaient, ils auraient trouvé le maillot de corps ou la chemise extérieure, ils auraient trouvé le ruban d’acier et ainsi de suite.


[Narration]

JA : Nous avons demandé à Chris Rutkowski s’il y avait d’autres preuves matérielles trouvées sur le site.

[Entretien]

CR : Bien qu’il y ait certainement eu des preuves matérielles, des preuves matérielles ont été trouvées en 1967 [et] un an après, en 1968, [lorsque] M. Michalak est revenu sur le site. Lui et un associé avaient trouvé des pièces d’argent qui se trouvaient dans des fissures dans la roche au-dessus de laquelle l’OVNI aurait plané. Ces pièces ont été récupérées et lorsqu’elles ont été remises aux enquêteurs, elles se sont également avérées radioactives. En fait, les analyses qui ont été effectuées sur eux ont révélé que les pièces étaient de l’argent assez pur qui avait été recouvert d’une substance collante, et du minerai d’uranium radioactif avait été collé dessus, peut-être à l’intérieur des fissures de la roche.

Ils sont très, très inhabituels et ils sont radioactifs à ce jour. En fait, j’ai fait tester l’une des pièces métalliques il y a à peine un mois et elles sont encore assez énergiques au point qu’elles doivent être maintenues relativement protégées. Certes, ils sont très, très déroutants et nous sommes certainement incapables d’expliquer exactement comment ils en sont arrivés là. La pièce métallique qui existe encore pour examen est pliée en forme de W. Ce n’est pas le genre de chose que l’on imaginerait se produire naturellement dans une fissure dans un rocher. Le fait que la pechblende soit apparemment attachée à l’argent avec une substance collante… Qui a fabriqué ça ? Il est peu probable, à mon avis [rires], que les extraterrestres eux-mêmes soient allés aussi loin pour faire cela.

Est-il possible que quelqu’un ait essayé d’améliorer l’affaire ? Ou, en fait, de le mettre dans des faux-fuyants pour donner l’impression qu’il y avait des canulars impliqués ? Cela se prête certainement à ajouter au mystère et cela fait vraiment reculer et dire: « Qu’est-ce qui s’est vraiment passé? »

[Narration]

JA : Nous avons demandé à Palmiro et Chris s’ils estimaient que l’enquête sur l’incident était approfondie et menée correctement. Voici Palmiro Campagna.

[Entretien]

PC : C’est une bonne question. C’est difficile à comprendre parce que d’une part, ils ont déployé beaucoup d’efforts pour enquêter sur cette chose et vous voyez que rien qu’au nombre de fois où ils sont allés là-bas, à la façon dont ils sont allés enquêter et parler aux témoins et autres . Il s’agissait peut-être davantage d’un manque d’expérience ou simplement du fait de ne pas vraiment savoir dans quelle direction ou comment procéder, car cette chose était si différente d’un type d’événement typique sur une scène de crime.

C’est dommage car cela ressort de la documentation. Vous lisez ces trucs et vous dites, « Bon sang, ils auraient dû demander à cet homme. » Avec le recul, bien sûr, vous pouvez dire ces choses. À l’époque, ils pensaient probablement qu’ils couvraient toutes les bases. Pour autant que nous sachions, il peut y avoir des documents supplémentaires qui n’ont jamais été remis ou qui ont été détruits. Qui sait?

CR : Je pense, parce qu’il y a tellement d’agences impliquées et… Je pense qu’il serait difficile de penser que l’enquête n’a pas été approfondie. Le fait que la GRC était là-bas, que le personnel des Forces canadiennes était là-bas, et puis il y avait toute une série d’enquêteurs civils qui étaient là-bas. Je pense qu’il y avait beaucoup de mains impliquées dans ce cas particulier. Aurait-il pu être un peu plus rigoureux ? C’est difficile à dire. Nous avons les analyses du métal, il y a des photographies de ce site. Nous avons une assez bonne description de l’endroit où cela s’est produit. Le site que nous avons trouvé relativement facilement, même aujourd’hui, au point où l’un des centres équestres locaux propose en fait une promenade à cheval accompagnée sur le site avec une description par un guide.

C’est le genre de chose où nous savons que quelque chose s’est produit. Les gens ont interviewé Michalak lui-même, ils ont interviewé la famille. Ils se sont rendus à son lieu de travail. Certes, les gens interrogeaient les médecins. En fait, le plus gros obstacle qui s’est probablement produit pour les enquêteurs civils, c’est que bon nombre des personnes impliquées, comme les gens de la base et les enquêteurs de l’ARC, etc., étaient vraiment inaccessibles. Vous avez l’enquête civile et les enquêtes militaires qui se déroulent complètement indépendamment l’une de l’autre et il aurait vraiment été bon d’obtenir une certaine collaboration, même si cela aurait certainement été impossible à l’époque.

[Narration]

JA : Après l’enquête sur l’événement, la GRC a conclu qu’il y avait « certains faits, comme la maladie et les brûlures de M. Michalak et le cercle très évident restant sur le site, qui sont inexplicables ». De plus, ils ont découvert que la contamination radioactive de de la roche et du sol ont été trouvés sur le site présumé de l’OVNI et que l’origine de cette contamination n’a jamais été déterminée. Bien qu’il ait été examiné par d’innombrables médecins et examiné par des scientifiques réputés, la GRC, les ministères fédéral et manitobain de la Santé et du Bien-être social et l’Aviation royale canadienne, personne n’a été en mesure de réfuter ou de prouver les affirmations de M. Michalak.

Nous avons demandé à Stan si l’histoire de son père avait changé au fil des ans.

[Entretien]

SM : Pas une seule fois. C’est intéressant, j’ai passé du temps dans l’armée et les médias. Si les gens mentent ou s’ils trichent ou s’ils font un canular, tôt ou tard, soit ils vont craquer, soit ils vont laisser échapper quelque chose ou, s’ils ont des confédérés, quelqu’un va les dénoncer. Quelque chose va arriver qui va suggérer que ce n’est pas le cas. Rien ne s’est jamais passé comme ça. Au cours des 50 années et jusqu’à ce jour, rien n’a suggéré que papa était capable ou qu’il y avait un moyen de le faire.

Je pense que l’une des choses les plus importantes que j’ai toujours utilisées pour contrer les sceptiques est que si vous pensez qu’il est possible de canular quelque chose comme ça, alors allez-y et essayez. En fait, nous allons même le faire avec la technologie moderne et voir si vous pouvez le faire, et vous ne pouvez pas. Il n’y a aucun moyen de produire physiquement cette chose, ce résultat. Par là, je veux dire la blessure de papa et les preuves qui ont été retirées plus tard. Il n’y a aucun moyen de faire ça. Vous devez être soit un génie, ce que mon père n’était pas, soit un sorcier scientifique, ce qu’il n’était pas, ou avoir une équipe de personnes qui peuvent vous aider à tromper cela.

De toute évidence, au fil des ans, rien n’a été avancé. Personne n’a dit un mot et papa n’a jamais changé son histoire une seule fois. Il n’y a jamais eu de dérapage. Il a même été mis sous hypnose et pendant qu’il était sous hypnose, il a raconté tout l’incident exactement comme il l’avait décrit quand il était éveillé. Comment une personne fait-elle cela ? Soit vous devez être le plus grand menteur du monde, soit vous devez avoir des capacités incroyables qu’il n’avait pas. En l’absence de tout ce qui s’avère positif, il faut dire que c’est l’histoire

[Narration]

JA : Nous avons demandé à Chris Rutkowski ce qu’il pensait des affirmations selon lesquelles tout cela n’était qu’un canular élaboré.

[Entretien]

CR : En effet. En fait, même le rapport Condon, qui était le rapport de l’US Air Force, a déclaré que si ce cas pouvait être prouvé, il montrerait certainement l’existence d’objets volants non identifiés dans l’atmosphère. Mais il y avait un sentiment que quelqu’un avait simplement perpétré ce canular. J’ai également souligné ce point dans l’un de mes livres : si c’était un canular, ce serait un canular pour rivaliser avec certains des plus grands canulars jamais perpétrés n’importe où, car cela impliquerait que Michalak se blesse délibérément, des effets physiques dans le sol non juste dans une zone facilement accessible.

Nous avons un témoin qui a été jugé par un psychiatre pour ne pas fabriquer d’histoires. Une personne qui était un bon membre de la société, qui avait un bon travail, avait lui-même une formation militaire et n’avait aucune raison de perpétrer un tel canular. Il a soutenu jusqu’à sa mort que c’est ce qui lui est arrivé. Il n’avait pas l’habitude de voir des extraterrestres à chaque coin de rue, comme tant de personnes contactées et enlevées le maintiennent ces jours-ci dans leurs propres histoires. C’était une expérience très inhabituelle qui lui était arrivée et il était aussi perplexe que n’importe qui.

Si quelqu’un se donnerait beaucoup de mal pour quelque chose qu’il n’a certainement pas, je ne sais pas, gagné financièrement… En fait, il a considérablement souffert de l’embarras, de l’ostracisme social que lui et sa famille ont enduré. Cela semble vraiment, vraiment improbable parce que le motif n’apparaît tout simplement pas vraiment évident.

Je dois également déclarer qu’il est normal d’être sceptique sur le sujet des OVNIS, car il y a beaucoup de fausses informations et de fausses nouvelles qui circulent à propos de beaucoup d’histoires sur les OVNIS. C’est une bonne façon d’examiner et d’examiner les cas. Mais lorsque vous enquêtez réellement et que vous analysez les données et les preuves, vous découvrez que ce n’est pas parce que nous ne pouvons pas expliquer quelque chose que nous avons affaire à des visites extraterrestres.

M. Michalak n’a certainement jamais parlé de vaisseaux spatiaux d’autres planètes. Il avait toujours parlé en termes d’une sorte d’engin militaire. Je crois que c’est ce qu’il a soutenu jusqu’à sa mort. Je pense que beaucoup de sceptiques regardent cette affaire avec dédain parce qu’ils croient que les preuves indiquent une visite extraterrestre…

[Narration]

JA : Chris poursuit en mentionnant que, dans leur livre, lui et Stan ont pris soin de ne présenter que les faits et les données de l’affaire, et de laisser l’interprétation au lecteur.

[CR en arrière-plan, sous la narration] … et ce n’est pas du tout de ça qu’on parle. En fait, nous sommes très attentifs dans notre livre à ne présenter que les faits et que les données et à laisser l’interprétation au lecteur.

[Entretien]

CR : … parce que honnêtement, je ne sais pas ce qui est arrivé à M. Michalak en 1967 à Falcon Lake. Je sais ce qu’il a dit qui lui est arrivé, et je connais les preuves qui suggèrent que quelque chose de remarquable s’est produit, mais je ne peux tout simplement pas dire avec certitude que c’était une visite d’un vaisseau spatial extraterrestre, je ne peux pas non plus dire que c’était une sorte de Engin secret américain ou russe à décollage vertical. Je ne vois tout simplement pas les preuves pointant dans une direction quelconque, mais il est scientifiquement acceptable de simplement dire que vous ne savez pas. C’est une position scientifique qui dit simplement que nous n’avons pas les réponses définitives et que les données ne se prêtent pas à un absolu.

[Narration]

JA : Revenons à Palmiro Campagna.

[Entretien]

PC : … fait quelque chose, on ne sait pas. Je n’essaie pas de fournir une explication pour réfuter ce qui s’est passé, je souligne simplement ce qu’il y a dans le dossier écrit et toutes ces questions sans réponse qui ont tourbillonné. En ce qui concerne la nature d’un autre monde de l’événement, ma propre conclusion était que ce n’est pas quelque chose d’un autre monde. Pour cela, je regarde M. Michalak lui-même, qui a affirmé qu’il avait l’impression que c’était un objet fabriqué par l’homme qu’il a vu et qu’il est le principal témoin.

Ce qui est intéressant, c’est que peu de temps après cette observation, il y a eu une autre observation dans l’Ouest. Dans celui-ci, l’un des officiers militaires du quartier général a essentiellement déclaré que ce qui avait été vu aurait pu être un avion militaire secret. Maintenant, pourquoi ce type dirait-il cela [rit] et attirerait-il l’attention sur quelque chose qu’il n’avait pas à faire ? Il aurait pu simplement dire: « Cette observation, c’était comme tout le reste. Ce n’était rien. » Il fait en fait cette déclaration.

Je voulais simplement dire que si l’on croit l’histoire que M. Michalak a fournie, alors peut-être que ce qu’il a vu était une sorte d’engin fabriqué par l’homme. Maintenant, les gens ont demandé et ont dit : « D’accord, si vous aviez quelque chose qui pouvait décoller verticalement et planer et faire toutes ces sortes de choses, pourquoi n’en voyons-nous pas plus ? » Peu importe. Vous pouvez faire en sorte qu’un prototype fasse à peu près tout ce que vous voulez lorsque vous essayez simplement de démontrer un concept, mais cela ne signifie en aucun cas que ce que vous produisez est quelque chose de viable et peut aller en production.

J’ai fait le commentaire que peut-être ce qu’il a vu était quelque chose comme l’Avrocar, qui était une soucoupe volante circulaire développée par Avro au début des années 50 pour le gouvernement américain. Ce projet a été annulé. L’Avrocar n’a jamais eu plus de trois pieds du sol, a subi toutes sortes de problèmes d’instabilité et autres. Nous ne savons pas si ce projet a peut-être été poursuivi d’une manière ou d’une autre lorsqu’il a été annulé. Pas certain.

[Narration]

JA : L’Avro Canada Avrocar était un avion à décollage et atterrissage verticaux, développé pendant la guerre froide par Avro Canada et l’armée américaine. Il était propulsé par un seul turborotor qui expulsait les gaz d’échappement du bord de l’avion en forme de disque.

[Entretien]

PC : Ce qui est intéressant à propos de l’Avrocar, pour ne pas trop s’écarter de Falcon Lake, c’est que le concept qui a été utilisé pour faire décoller cette chose à trois pieds du sol est, fondamentalement, le même concept qui est maintenant utilisé dans le F-35 version flottante qu’ils construisent pour la Marine. Le descriptif est tout là.

Maintenant, je ne dis pas qu’ils ont regardé l’Avrocar et qu’ils ont volé l’idée. La physique est la physique, l’aérodynamique est l’aérodynamique. Ils ont proposé un concept similaire et celui-ci fonctionne. [rires] Le F-35 fait du vol stationnaire. Oui, ça fait beaucoup de bruit et tout le reste, ce que M. Michalak dit que son truc n’a pas fait beaucoup de bruit jusqu’à ce qu’il ait ce souffle d’air.

Voici la partie intéressante. Il reçoit une bouffée d’air. D’accord, quand on regarde les rapports d’OVNIS, généralement, quand il y a une discussion sur la propulsion, cela évoque des idées d’anti-gravité, une sorte de propulsion électromagnétique, une sorte d’effet géomagnétique où ils contrecarrent le pôle magnétique de la terre. Peu importe, des trucs ésotériques.

Ici, il parle d’un souffle d’air chaud, comme un moteur à réaction ou un moteur de fusée, très terrestre, très conventionnel. Il parle de l’odeur de brûlé des fils et du vrombissement des moteurs et ce genre de trucs, très terrestre. Même la radioactivité, si nous nous éloignons et pensons que, « D’accord, peut-être que c’était un résidu de cette chose qui a atterri. D’accord, donc il a une sorte de radio, de propulsion atomique. » Très terrestre. Aucun des concepts auxquels on pense normalement en termes d’engin d’un autre monde utilisant, déformant l’espace et le temps, ou quoi que ce soit, rien de tout cela n’est pris en compte ici. Ce sont toutes des explications très terrestres, venant d’un gars qui prétend avoir connu des machines et autres.

S’il a vu quelque chose, il y a de fortes chances que ce soit quelque chose de terrestre. S’il ne l’a pas fait, cela laisse les questions ouvertes : que lui est-il vraiment arrivé ? Qui a fait la dépression circulaire qui s’y trouvait ? Les gens l’ont vu. Donc, en fin de compte, oui, nous avons un incident bizarre, nous avons un individu qui était malade, nous avons une sorte de dépression dans le sol. Les conclusions finales sont que personne ne sait ce qui s’est réellement passé.

[Narration]

JA : En 2018, la Monnaie canadienne a commémoré l’incident de Falcon Lake avec une pièce en forme d’œuf « hors du commun ». La pièce d’argent pur d’une once brille réellement dans le noir à l’aide d’une lampe de poche à lumière noire [qui est] fournie.

Nous avons demandé à Chris s’il utilise des ressources de Bibliothèque et Archives Canada pour ses recherches sur les ovnis.

[Entretien]

CR : Absolument. J’ai visité Bibliothèque et Archives Canada plusieurs fois au cours de mes recherches sur les ovnis. J’ai visité à plusieurs reprises l’Institut Herzberg d’astrophysique du Conseil national de recherches, où j’ai consulté le dossier des observations non météoriques. C’était le dossier dans lequel les signalements d’OVNIS étaient conservés avant d’être transférés aux Archives à la fin de l’année. Les ressources étaient vraiment remarquables.

En fait, il est curieux qu’il y ait un mouvement appelé Disclosure Movement où beaucoup de gens qui sont vraiment dans les ovnis croient que certaines des informations qui sortent dans les médias en ce moment font partie d’une divulgation contrôlée par le gouvernement ou une agence gouvernementale d’élite où nous sommes se prépare lentement à la nouvelle que les extraterrestres sont vraiment là. Et ils offrent comme preuve le fait que des documents de diverses agences et gouvernements du monde entier sont divulgués lentement et [ils] attendent la publication finale de documents qui prouveront définitivement que les extraterrestres sont ici.

Le problème avec cela, c’est qu’au Canada, les Archives ont toujours eu les documents disponibles et ce n’est qu’une question — au cours des 10 dernières années environ — quand les Archives ont pu les numériser et les produire sous forme de fichiers PDF en ligne que les gens peuvent se voir. Il n’est pas question que quoi que ce soit doive être divulgué parce que les dossiers du gouvernement sur les ovnis au Canada sont facilement accessibles.

[Narration]

JA : Y a-t-il une différence dans la façon dont ces documents sont rendus disponibles au Canada, par rapport à d’autres pays ? Les États-Unis, par exemple ?

[Entretien]

CR : Les États-Unis ont en effet une vision différente. En fait, le Canada a un accès relativement libre à ces documents. Le projet BLUE BOOK des États-Unis a terminé ses enquêtes en 1969. Il a été fermé en 1970. Les documents BLUE BOOK des archives des États-Unis ont été rendus disponibles peu de temps après, d’abord sur microfilm et plus tard dans d’autres versions. Après 1970, il n’y a aucune information sur les documents d’OVNI ou les enquêtes sur les OVNIS aux États-Unis.

[Narration]

JA : Vous venez d’entendre Chris mentionner le « Projet BLUE BOOK ». Il s’agissait d’une étude sur les ovnis menée par l’US Air Force. Commencé en 1952, il cherchait à déterminer si les ovnis constituaient une menace pour la sécurité nationale des États-Unis et à analyser scientifiquement les données liées aux ovnis. Au moment où le projet BLUE BOOK s’est terminé en 1969, il avait amassé 12 618 rapports d’OVNI. Parmi ceux-ci, 701 restent « non identifiés ». Ces fichiers ont tous été déclassifiés et sont disponibles pour les chercheurs aux Archives nationales des États-Unis.

[Entretien]

CR : En fait, le Canada a un avantage sur d’autres pays, en particulier les États-Unis, en ce sens qu’il existe un dossier d’enquêtes sur les ovnis – et les documents disponibles – à la suite de ce point.

Je dirais que le fait que les documents soient également disponibles en ligne au Canada rend ces documents si facilement accessibles. En fait, au cours des derniers mois environ, j’ai publié des articles de blog dans lesquels j’ai mis en évidence certaines des informations facilement disponibles dans les Archives canadiennes sur les ovnis. Soulignant quelques détails intéressants comme un rapport d’information de 1967, qui comprend une mention de l’affaire Falcon Lake mais aussi une série d’autres cas qui ont été signalés.

[Narration]

JA : Notre dernière question s’adresse à Stan. Pensez-vous que nous aurons un jour une réponse définitive à ce qui est arrivé à votre père ce jour-là ?

[Entretien]

SM : Je ne sais pas. Si vous êtes une personne lucide, si vous êtes un individu logique et normal – vous n’avez pas besoin d’être un scientifique, un génie ou un physicien – si vous pensez simplement et que vous pouvez le faire de manière logique et réaliste. S’il s’agit d’un voyageur d’au-delà de notre galaxie ou de notre espace, alors nous avons des incidents à travers le monde d’événements inexpliqués, d’observations inexpliquées, de choses inexpliquées. Si vous êtes même à distance logique, vous devez vous dire « Nous ne pouvons pas être les seuls ici. » Si c’est le cas, alors c’est le cas. Et alors?

Peu importe ce que vous croyez. Si c’est vraiment vrai, s’il y a vraiment des êtres d’autres mondes qui visitent les planètes pour voir qui nous sommes, pour voir à quel stade en est notre évolution, pour nous surveiller après que nous ayons fait exploser des bombes nucléaires et envoyé des signaux radio … Si c’est vrai et si vous y croyez, tant mieux pour vous. Cela n’explique pas du tout cet incident. Il ne donne pas assez de détails, il dit simplement : « Eh bien, l’engin pourrait provenir d’une autre galaxie. » Oui, bien sûr, super.

Si vous croyez aux conspirations gouvernementales et au tireur sur la butte herbeuse et à toutes les autres histoires secrètes de « Nous n’avons jamais atterri sur la lune » et tout ce jazz. Si vous croyez en ces choses, alors vous pensez que cet engin vient des États-Unis. Qu’ils étaient des engins d’essai, qu’ils avaient vraiment une technologie en 1967 qui pouvait le faire. Qu’ils nous mentaient depuis le début, zone 51 blah, blah, blah. Si vous y croyez, tant mieux pour vous. Super, c’est merveilleux. Eh bien, cela ne nous aide pas vraiment non plus avec l’histoire, cela vous donne juste une idée de ce qu’a pu être l’origine de l’engin. Cela ne répond pas à toutes les questions. Ça ne répond pas pourquoi papa s’est brûlé. Pourquoi là-bas? Il y a une carrière de gravier à trois miles. On pourrait penser que si quelqu’un avait des ennuis, il aurait atterri dans une belle grande zone plate et ouverte.

Il y a trop de questions qui n’ont absolument aucune réponse logique, sensée et réaliste pour que cela soit jamais expliqué. A moins, comme je l’ai dit, à moins que vous ne souscriviez à une théorie particulière. Et si vous le faites, tant mieux pour vous. Alors vous avez quelque chose qui vous satisfait. Mais je peux vous dire que cela ne nous satisfait pas. Encore aujourd’hui, si papa était encore là et si je lui disais : « Papa, qu’as-tu vu ce jour-là ? Il répondrait exactement de la même manière : « Je ne sais pas, tu me diras. » C’est exactement comme ça que cette histoire est. C’est une histoire de, je dois croire mon père parce qu’il ne peut pas inventer ça et il ne peut pas le tromper. Il n’a aucune compétence pour cela. Ce qu’il dit doit être vrai, donc je le crois. Ce qu’il me dit, je le crois.

Tout le reste après cela, que je pense qu’il y a des extraterrestres ou non, ou des projets gouvernementaux secrets ou non, n’a pas d’importance. Je le crois et je crois que les événements de la journée se sont produits comme il les a décrits et au-delà de cela, je ne peux pas spéculer. Cela ne ferait que me rendre heureux, mais cela ne répondrait pas vraiment aux énigmes qui accompagnent l’histoire.

[Narration]

JA : À ce jour, le ministère canadien de la Défense nationale identifie l’incident de Falcon Lake comme non résolu.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les ovnis et l’incident de Falcon Lake à Bibliothèque et Archives Canada, veuillez nous visiter en ligne à bac-lac.gc.ca.

Merci d’être avec nous. Je suis Josée Arnold, votre hôte. Vous avez écouté Découvrez Bibliothèque et Archives Canada — où l’histoire, la littérature et la culture canadiennes vous attendent. Un merci spécial à nos invités d’aujourd’hui : Stan Michalak, Chris Rutkowski et Palmiro Campagna.

Un merci spécial également à Carolyn Cook et Ellen Bond pour leurs contributions à cet épisode.

Cet épisode a été produit et conçu par David Knox et Tom Thompson.

Si vous avez aimé cet épisode, vous êtes invité à vous abonner au podcast. Vous pouvez le faire via le flux RSS situé sur notre site Web, Apple Podcasts ou partout où vous obtenez vos podcasts.

Si vous souhaitez écouter l’équivalent français de notre podcast, vous pouvez trouver des versions françaises de tous nos épisodes sur notre site Web, Apple Podcasts et Google Play. Recherchez simplement Découvrez Bibliothèque et Archives Canada .

Pour plus d’informations sur nos balados, ou si vous avez des questions, des commentaires ou des suggestions, visitez-nous au bac-lac.gc.ca/balados.

[Piste cachée]

SM : Mon père, il est mort en 1999 donc n’importe quoi après ça aurait été, « Eh bien, nous voulons interviewer ton père mais malheureusement il n’est pas là. » Ma mère n’aurait absolument rien à voir avec les interviews. C’est tombé sur moi. Ensuite, je contactais Chris et disais « Écoutez, un média m’a contacté, il veut faire une interview. Que pensez-vous que nous devrions faire? » Chris offrait quelques suggestions et nous discutions [de] s’il fallait le faire ou non. Il y a eu quelques productions au fil des ans qui, soit c’étaient juste des reportages, soit c’étaient de petits reportages de type mini-documentaire.

Celui qui était probablement le meilleur de tous était « Unsolved Mysteries ». Une émission des États-Unis qui a parcouru l’Amérique du Nord en regardant des histoires bizarres. Ils sont venus vers nous et… Ils se sont approchés et ils ont dit : « Nous aimerions faire un article sur l’histoire de ton père. Nous allons mettre les numéros de téléphone » — comme ils le faisaient toujours — « nous allons demander des témoins, nous allons demander personnes à commenter ou à ajouter, mais nous aimerions faire l’histoire. » Ça leur a pris deux ans et ils nous ont finalement fait aller à Deadwood, dans le Dakota du Sud. Parce qu’à cette époque, il leur était financièrement impossible de traverser la frontière pour faire le tournage au Canada, alors ils l’ont fait là-bas.

Nous y sommes allés et ils ont en fait fait un travail très crédible pour recréer l’incident. Ils ont interviewé mon père, moi, Chris et ils ont fait une histoire équilibrée qui n’avait que des faits, très peu de spéculations, et cela s’est avéré être le meilleur morceau. C’était en 1992, je crois, quand il a été diffusé pour la première fois. Vous pouvez voir combien d’années se sont écoulées depuis 1967 avant que nous ayons enfin une histoire décente, bien traitée et bien écrite. Il y a eu la vague initiale, il y a eu le fracas de ces vagues et puis, à mesure qu’elles reculaient, l’histoire a commencé à reculer. Toutes les histoires qui ont suivi, toutes les petites mises à jour étaient plutôt tièdes, elles allaient bien. Il n’y avait rien de spécial à leur sujet jusqu’à la pièce « Unsolved Mysteries ».

Nous étions préparés, la famille était préparée que oui, il y aurait à nouveau un regain d’intérêt. Mais étonnamment, c’était très court et ce n’était pas très dramatique. Il y avait un peu d’intérêt, puis ça s’est en quelque sorte éteint. Après cette période, nous étions très heureux que l’histoire n’ait pas vraiment fait surface. Personne ne voulait vraiment nous parler et nous en étions parfaitement satisfaits.

Le 10 décembre 1993, l’émission Mystères diffusée sur TF1 a fait un reportage sur cette affaire en interrogeant Michalak lui-même ainsi que son fils et plusieurs médecins.

Voir la vidéo ci-dessus.

Michalak est décédé en octobre 1999.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 289 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page