Interview de John Lear par Emery Smith pour l’émission Cosmic Disclosure Saison 14 épisode 6

John Lear a accès aux personnes qui ont travaillé à la rétro-ingénierie des technologies acquises auprès de civilisations originaires d’autres mondes. Malgré les tentatives de dissimulation de ces projets spéciaux, il révèle qu’une grande partie de la technologie provenant d’autres mondes est arrivée entre les mains de puissantes sociétés aérospatiales qui sont prêtes à tout pour garder leurs secrets.


Dans cette discussion avec Emery Smith, il décrit la technologie utilisée pour alimenter les véhicules interstellaires, ce que c’est que de traverser de vastes distances à travers le cosmos, et pourquoi beaucoup de ces êtres extraterrestres s’intéressent activement à la vie sur notre planète.

 

Emery Smith: Bonjour et bienvenue à Divulgation Cosmique. Aujourd’hui, nous avons  avec nous, John Lear, nous parlons de la rétro-ingénierie des technologies aérospatiales.

John, j’ai eu accès à de nombreuses informations classifiées en travaillant sur des projets à Los Alamos, mais je ne travaillais pas pour Los Alamos. C’était plus une entreprise compartimentée. Les entreprises louaient ces zones sous Los Alamos et c’était un facteur de protection.C’était la même chose avec les laboratoires Sandia, en tant que service actif, travaillant sur des black ops. Et j’ai eu le privilège de voir certaines des bibliothèques qu’ils avaient là-dessous et qui montraient les vrais engins et les engins de reproduction.

Que pensez-vous avoir vu à Groom Lake cette nuit-là ? Ou avez-vous eu une expérience ou connaissez-vous quelqu’un qui a confirmé qu’ils ont bien ces deux types de vaisseaux stockées là-bas?

John Lear: Eh bien, Bob nous a dit qu’ils allaient tester le vaisseau extraterrestre cette nuit-là, et c’est ce qu’il pense que nous avons vu à cause de la façon dont il se déplaçait. Il pensait que ça devait être un vaisseau alien parce que nous n’avons pas cette technologie. C’est ce qu’on essayait de faire. Le boulot de Bob était de faire de la rétro-ingénierie. Il voulait obtenir cette technologie ? Mais on ne l’avait pas encore.

Emery Smith: Tu peux mentionner qui est avec toi, John.

John Lear: Nous avons Bob Lazar, et nous avons Jackie, la femme de Bob Lazar, et nous avons Gene Huff. Cette mission a été organisée par Bob Lazar, qui est un physicien théoricien qui travaillait à Groomlight.

Emery Smith: Et qui est aussi un homme mort, à ce stade. OK…  Vous a-t-il déjà dit comment ils pilotaient ces engins, ou autre chose concernant les opérations?

John Lear: Il m’a expliqué en détail le fonctionnement du réacteur interne. C’est vrai. Mais pour ce qui est de le faire voler, il ne savait rien parce que nous ne pouvions pas voir le gars à l’intérieur. Nous savons juste que lorsque Bob l’a vu voler, le type qui se tenait à côté de lui avait un simple émetteur-récepteur Radio et il parlait au type à l’intérieur. Et Bob a mentionné, que cela semblait être une violation de la sécurité parce que n’importe qui pouvait se connecter sur cette fréquence, car ce n’est pas une fréquence et ce n’est pas un saut de fréquence. Mais apparemment ils ne s’en souciaient pas et ils ne pensaient pas que c’était un problème.


Emery Smith: Alors, en travaillant sur ces projets, j’ai eu accès à cette bibliothèque qui montrait des vaisseaux, des vaisseaux de rétro-ingénierie et de vrais vaisseaux qu’ils avaient obtenus soit en les abattant, soit depuis l’espace ou autre. Et on y montrait tout ce qui concernait l’intérieur de l’engin, et l’extérieur de l’engin. Mais ils n’ont jamais parlé de l’unité de propulsion et de choses comme ça. Je sais que ce sont des vaisseaux transdimensionnels. Je sais qu’ils peuvent créer eur propre champ gravitationnel autour d’eux pour faire des virages à 90 degrés.

Et je sais que Bob et d’autres vous ont parlé de l’ingénierie inverse de ça. Donc, vous savez aussi comment cela fonctionne réellement. Et j’aime le poster que vous avez présenté plus tôt qui montre, que peut-être vous pourriez en discuter pour nous.

John Lear: Voici le réacteur anti-matière et voici où il se trouve au milieu du vaisseau. J’ai dessiné ça pour mieux expliquer ce que Bob m’a dit, comment le vaisseau fonctionne.

Maintenant, c’est un vaisseau et la rampe de lancement est là où se trouve le réacteur de réanimation.

Ce sont les amplificateurs de gravité. Et ce qui se passe, c’est qu’ils envoient des protons dans le 115, ce qui le fait monter à 16, 16, ce qui apparaît dans n’importe quelle matière qui est mélangée avec la matière et à travers un générateur thermoélectrique, crée un voltage.

Ils sont alors capables de saisir l’onde de gravité, qui est disponible lorsque le 116 retourne au 115, et ils sont capables de la faire passer par le centre du vaisseau et de la faire descendre sur les côtés et dans les amplificateurs de gravité.

Donc il va vers le haut et autour en ce moment et se concentre sur un point dans l’espace et ensuite augmente l’attractivité des amplificateurs, il augmente l’amplification qui attire cet espace vers le vaisseau, il s’enroule autour du vaisseau et ensuite il l’éteint et là instantanément, il est à des centaines de milliers de kilomètres. Je pense que le taux de recharge est de 12 millisecondes. Donc ils peuvent faire ça toutes les 12 millisecondes. Donc vous pouvez parcourir un long, long chemin en une minute, vous savez, et beaucoup moins en une heure.

Emery Smith: Ouais. Je veux dire, on voit ça avec les contrôleurs aériens tout le temps, vous savez, suivre ces choses sur toute la planète. Et il n’y a juste aucun moyen de le retourner et de s’en sortir. Mais c’est comme ça. Ils vont du point A au point C et ils sautent le point B.

John Lear: Et les histoires qu’on entend sur le fait d’aller sur la lune en 20 minutes, la plupart sont juste des accélérations et des décélérations. Vous savez, les gars, ils peuvent le faire en un instant.

Emery Smith: Maintenant, je pense que vous avez un modèle, aussi, de cela, si vous voulez le montrer. Ouais. Ce serait bien. On pourrait remettre ça à sa place.

John Lear: Voici un vaisseau et la distance représentée par ce tissu de temps et d’espace, l’espace extra-atmosphérique, le tirant vers vous avec les amplificateurs de gravité et l’enroulant autour du vaisseau comme ça, et puis ils éteignent les amplificateurs de gravité, alors vous vous repliez, vous savez, et vous vous repliez vraiment.

Vous êtes déjà de retour là où vous avez retiré cet espace.

Il n’y a pas de voyage ou quelque chose comme ça. Vous êtes de retour là où vous avez retiré cet espace et il n’y a pas, vous savez, de sensation de mouvement ou autre.

Emery Smith: Non, parce que vous êtes dans votre propre champ de densité, n’est-ce pas ?

John Lear: Ouais. C’est une réplique exacte du réacteur à antimatière qui fait fonctionner le vaisseau, seulement il est de taille réduite et ne fonctionne évidemment pas. Mais cette demi-sphère se détache comme ça.

Et à l’intérieur nous avons un petit récipient avec un bouchon dessus et le bouchon s’enlève et dedans il y a le 115.

Et maintenant, nous avons le 115.

On nous en a donné 500 livres par l’alimentation et une partie a été transformée en ces petits triangles de carburant.

Mais la plus grande partie a été utilisée pour une bombe parce qu’ils ont compris qu’ils pouvaient faire une bombe ou faire exploser le continent sud-américain, ce qui serait plus utile pour eux que, je pense, de faire quelque chose pour créer de l’énergie à partir de rien.

Emery Smith: Combien d’énergie pouvez-vous me dire, dans ce petit morceau?

John Lear: Dans ce morceau, Bob me l’a dit et je ne me souviens plus, mais c’était quelque chose comme 50, 60 mégatonnes d’énergie dans ce morceau.

Emery Smith: Nous pourrions alimenter la planète pendant environ deux ans avec cette chose.

John Lear: Le vrai 115 qui fait environ deux pouces. J’ai en fait tenu le vrai. Bob a réussi à en obtenir trois pièces et nous en avons eu trois pendant un petit moment. Le gouvernement en a volé deux et il en reste un. On a fait une expérience avec et il l’a frappé. Et il n’y a que deux personnes sur la page de l’horloge qui nous permet d’être sur une montagne quelque part. Moi et Bob.

Et donc voilà ce que cela fait, et incidemment, cela dure environ 200 ans, pure précision…!

Donc ce qui se passe c’est que c’est le petit tube d’où ils tirent des protons, qui frappe le 115 à la pointe comme ça. C’est ça. Et ce qu’il fait, c’est que 115 crée 116, qui se désintègre instantanément et rejette toute matière et donne accès à l’onde de gravité.

Les animateurs font passer la matière dans un générateur thermoionique pour produire de l’électricité afin de faire fonctionner le vaisseau, le planning et la gravité. Une onde est utilisée pour les amplificateurs de gravité sous le vaisseau pour tirer un espace vers eux.

Emery Smith: . L’espace est tiré vers eux, ce qui permet au vaisseau d’être englouti dans ses propres générateurs de gravité.

John Lear: Les amplificateurs de gravité attirent l’espace vers eux, enveloppent le vaisseau. Ils l’éteignent et se retrouvent instantanément à 160 millions de km sans rien sentir du voyage, niquoi que ce soit.

Emery Smith: Non ils sont dans leur propre champ de densité.

John Lear: iIs essaient de voyager, ils créent leur propre gravité ,c’est pourquoi ils peuvent faire ces
ces virages à mach 790 degrés.

Emery Smith: Oui. J’ai vu ça lors de démonstrations dans des projets et je me suis toujours demandé comment ils étaient capables de faire ça.

John Lear: Pour prouver les propriétés attractives du 115, on avait un bocal et un morceau de plexiglas pour mettre de la glace sèche, et ce que nous avons fait, c’est que depuis le haut de la cloche de verre, on a accroché à l’intérieur un morceau de thorium que l’on obtient à partir d’un des deux point.

Ce qui est juste incroyable, mais on l’a eu. On l’a récupéré d’un Coleman land, et on l’a accroché au dessus du 115 qui était au dessus de la glace sèche. Et ce que faisait la glace sèche c’était de
créer un brouillard et on pouvait observer les rayons alpha sortant du thorium et voir s’ils étaient attirés. Et bien sûr,  ils l’ont fait, ils ont été attirés vers le bas dans le 115 qui est, évidemment,  ce qui prouve que tout est vrai.

Malheureusement nous avons perdu la cassette vidéo. Il y avait deux copies, une que Bob avait et qui a été volée, une que George Knapp avait,  et ils ont tous les deux perdu. iI n’y a aucun moyen de le prouver mais j’étais là quand c’est arrivé.

Emery Smith: J’ai dit que tu l’avais vu. Penses-tu qu’on t’as pris ces dossiers ? Tu sais,  une organisation ou… Je suis sûr que ta  maison a été cambriolée de nombreuses fois.

John Lear: De nombreuses fois,  je n’en ai aucune idée mais je sais qu’un jour quand la compagnie de téléphone s’appelait Centaure,  mes filles étaient adolescentes et avaient toujours quelque chose à  faire avec leurs téléphones et je connaissais le type centaure qui faisait tous les les changements et les trucs comme ça. Il est venu un jour dans mon bureau et m’a dit :  » John ton téléphone est sur écoute ». Et j’ai dit : « ouais, c’est ce que je pensais ». iI m’a demandé si ça me dérangeait qu’il vérifie pour voir où le téléphone est sur écoute. Et, j’ai dit : « Ok. Fais-toi plaisir ». Alors il est revenu une demi-heure plus tard, et  il a dit : « J’ai fait le tour de Monroe, d’Hollywood à Bonanza et de Bonanza jusqu’à Nellis et c’est… plus loin que ça ». Je lui ai dit « Ne t’inquiète pas pour ça, parce que tu sais qu’il n’y a rien que je puisse faire à ce sujet. ». Il a dit non, je veux le découvrir.

Il est venu le lendemain matin frapper à la porte Il m’a dit « John, je ne peux plus travailler sur tes téléphones ». Je lui ai demandé pourquoi. Il a dit :  » Parce que j’ai tracé ton enregistrement jusqu’à l’ordinateur central et il n’y a aucun…aucun papier qui va avec ! Je suis allé voir ma patronne et elle m’a dit : « Reste tranquille, ou tu peux trouver un autre endroit pour travailler. »… Et donc il a dit : « Ok, je me tais »…

Emery Smith: Confirmation directe qu’il voulait garder son travail.

John Lear: Oui, et je l’ai vu occasionnellement des années plus tard, mais il m’a fait comprendre
clairement qu’il ne voulait pas risquer son travail.

Emery Smith: C’est bien quand même,  qu’il ait essayé de comprendre pour toi.


John Lear: Ouais

Emery Smith: Avec ces nouvelles technologies qui sont des technologies très anciennes, soyons honnête, quand pensez-vous que nous verrons tout ça sortir pour  être utilisé par le monde en général, le grand public, en matière d’énergie.

Au lieu de d’utiliser le gaz et le pétrole, on pourrait utiliser du thorium et tous ces autres différents types d’appareils… Comme on le sait, tout est déjà  là.

John Lear: Nous ne pouvons pas le dupliquer, mais ils peuvent nous le donner. Par exemple : d’imaginer une matière, n’importe quelle matière en réaction dans cette petite tasse là… Allez… il y a d’autres façons de créer… sur la gravité

Emery Smith: Mais ça c’est de l’énergie, je je le vois, tu sais…

John Lear: A mon avis, elle ne sortira jamais… Il y a… euh… l’accord de base entre notre gouvernement et les E.T. C’est que nous obtenons cette technologie avancée mais nous devons avoir leur aide pour développer l’affaire, et peu importe s’ils doivent mentir ou faire des trucs pas clair. On peut avoir la technologie, mais on doit garder son existence secrète.


Emery Smith: Et pourquoi ça ? Quel est leur programme ?

John Lear: Parce que ce sont eux qui nous ont créés, ils ont rêvé de nous, ils nous ont conçus, ils nous ont construit, ils nous ont mis sur terre… iIs le font des centaines de milliards de terres comme celle-ci, et ils utilisent la même histoire pour rassembler les gens et leur faire comprendre que ce qu’ils essaient de créer,  c’est que les humains, quand ils deviennent humains, apprennent à vivre avec intégrité, sans envie, sans haine, sans avidité, et capables d’apprendre à exprimer notre amour à nos familles chaque jour. C’est tout ce pour quoi nous sommes ici.

Emery Smith: C’est comme une sorte d’expérience, une expérience émotionnelle et psychologique pour voir si nous pouvons évoluer sans détruire.  Sont-il inquiets que nous détruisions la planète ?

John Lear: La planète ? Non. iIs prennent grand soin d’être sûrs que nous ne pourrons pas détruire la planète. Il n’y a aucune chance qu’un astéroïde frappe la planète. Tu sais, nous ne sommes pas les seuls, il y a des milliards d’autres civilisations qu’ils étudient.

Emery Smith: C’est une expérience.

Jon Lear: Ce n’est pas une expérience. Ça prend juste beaucoup de temps entre le moment où un humain est né avec une âme. Pour éduquer et faire mûrir cette âme, il y a beaucoup de choses
de choses qui doivent se produire.

Emery Smith: Je suis d’accord.

John Lear: En fait quand on arrive sur terre, on a déjà vécu, toi et moi,  peut-être deux ou trois cents vies avant.

Emery Smith: C’est vrai.

John Lear: Et quand on vient ici… euh… Nous sommes ici pour en apprendre plus sur la navigation. Évidemment nous ne l’avons pas fait, la deuxième fois.

Emery Smith: On est toujours à l’école.

John Lear: On est ici maintenant, et  quand on décède, dans les 12 secondes environ, on entre dans cet immense hall d’entrée, et la seule façon de le décrire est de vous dire que quand Steve Jobs est décédé, toute sa famille était là autour de son lit, et alors  qu’il lui restait 10 secondes à vivre à cause de sa pression sanguine et de son rythme cardiaque et tout ce qu’il avait, il s’est en quelque sorte  levé et a dit : « Oh wahou, oh wahou », et ce qu’il voyait c’était ce fantastique hall dans lequel on entre, et où on est accueilli par ceux en qui on croit vraiment maintenant.

Et si vous croyez en Dieu, si vous croyez en Allah… Euh… pour moi si c’est la grande citrouille, alors la grande citrouille va me rencontrer… Et ils vous emmènent, et vous présenteront pour vous réintroduire auprès de beaucoup d’amis que vous avez rencontrés au cours des deux ou trois cents dernières vies que vous avez  vécues. Et après environ 30 minutes, vous allez faire une revue de vie,  et la revue de vie est une pièce où ils vous montrent chaque milliseconde de votre vie en couleur et en trois dimensions avec le son dolby.

il n’y a rien que tu puisses nier. Ils te montrent chaque choses aimantes que tu as faites et ensuite ils te montrent toutes les choses désagréables que tu as faites. La plupart des gens n’arrivent pas à croire qu’ils connaissent ces choses secrètes qu’ils vous ont fait voir.  Et en fonction de… Si le bien l’emporte sur le mal qu’ils ont fait…  Et,  s’ils sont mauvais ils doivent revenir sur terre et vivre une autre vie, sinon, ils peuvent rester là où se trouve la quatrième dimension que nous appelons le Paradis, mais c’est un terme impropre, mal nommé parce que si vous prenez votre concept du Paradis et que vous le multipliez exponentiellement par un millier, vous pouvez être plus proche de la façon  fantastique dont il est.  Et les gens y prêteraient beaucoup plus d’attention s’ils savaient ce qui les attend dans la quatrième dimension. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche,  ça doit arriver tout seul, il ne peut pas y avoir un attrait pour ça.

Emery Smith: Avec tous les gens sur la Terre. Ils nous voient nous couper la tête les uns les autres, et c’est juste quelque chose qu’ ils regardent…. Et nous devons devenir plus compatissants et plus
intégrés avec nous-mêmes, pour arriver à ce niveau, comme la quatrième dimension.

John Lear: Tout est planifié, Emery, tout. Il n’y a rien qui arrive par accident ou par hasard, ou
peu importe ce qu’on dit, tout est planifié depuis le tout début y compris quand tu meurt.

Emery Smith: Et qui a passé ce marché avec les extraterrestres, quel gouvernement ou quelle société ou organisation

John Lear: Et bien, il y a plusieurs histoires et je ne sais pas si on le saura un jour, bien sûr. Eisenhower est le premier. C’est vrai qu’ils se sont rencontrés en 1954 sur ce qui était la base aérienne de Murak qui est devenue la base aérienne Edwards. J’ai cru comprendre que Eisenhower a demandé une technologie d’armement et ils ont dit : « non, vous ne pouvez pas en avoir. » Alors en 1963 il y a eu une réunion à Alamogordo et ça aurait pu être une autre demande d’accord je pense. C’est là que l’accord est arrivé, et Ils ont dit qu’une partie de l’accord était que nous avions autorisés les E.T. à prendre seulement un certain nombre de personnes pour les enlever, et ils devaient nous donner une liste de ceux qu’ils qu’ils avaient enlevés…

Ce qui est bien sûr faux.  Parce qu’ils enlèvent 100% des humains et nous allons tous dans des laboratoires sur la Lune pour subir ce qu’ils font pour obtenir des mises à jour, pour avoir des logiciels qui augmentent toutes sortes de trucs là-haut. Mais ma petite-fille et mon petit-fils ont tous deux été sur la lune. Et je me souviens de mon enlèvement.

Emery Smith: Par induction ?

John Lear: Par induction, oui.

Et,  je me souviens de ma petite-fille, sa mère m’a dit quand elle avait trois ans qu’elle lui avait dit que des personnes sont venues la nuit d’avant. Et combien  il y en avait, a demandé sa mère et la petite a compté sur ses doigts : un deux trois quatre cinq. Et puis, quand elle avait huit ans, elle vivait à Sun Valley. Mes deux filles, la mère de cette petite fille et sa soeur,  étaient assises dans  l’après-midi à discuter sur le canapé et  elles ont vu qu’une heure et demie s’était écoulée et ils n’avaient pas réalisé où la petite-fille était était à ce moment-là. Elles ont entendu la porte de derrière s’ouvrir, la petite entre, elle avait un un masque de natation, un tuba, un casque et un sac à dos et il y avait une lueur sur son front. Et elle ont dit : « Où était-tu ? »  Et elle a dit : « Je viens juste d’aller sur la lune,  je suis très fatiguée, je vais monter pour faire une sieste et elle est montée à l’étage.

Trois ans plus tard, elle était chez ma mère, en train de sauter sur le trampoline. Et elle demande à sa mère : « Maman,  quand est-ce que je retourne sur la lune ? »… Il y a sept ans, mon petit-fils qui vivait là est arrivé en courant par cette porte et m’a dit « Papy, je viens d’aller sur la lune ». J’ai dit :  » Vraiment ! Racontes-moi de ça. » Et,  je n’ai pas discuté spécifiquement de ça avec eux.

Emery Smith: Normal…


John Lear: Et il a dit : « J’étais dans ma cabane dans la forêt, avec deux de mes amis. L’air est devenu vert et tout d’un coup je me suis trouvé allongé sur une sorte de civière en argent, sur la Lune, en train d’être opéré par un extraterrestre. » Et j’ai dit :  » Comment sais-tu que c’était la lune ? Il m’a répondu : « Et bien je ne le sais pas, je pense juste que c’était la lune. » Et je lui ai demandé à quoi ressemblait le chirurgien, et il m’a répondu que c’est encore mieux s’il me montre un dessin. Et il m’a montré celui de la mante religieuse. Quelque chose de très poilu. Mais c’était un bon dessin. Mais je n’ai  rien entendu depuis…

Emery Smith: que se passait-il ? Est-ce qu’ils étaient en train d’être réparés ou améliorés ou qu’est-ce que tu en penses?

John Lear: Absolument, tous les être humain sur la surface de cette planète sont enlevés ou amélioré ou quoi que ce soit, et la plupart d’entre eux ne se souviennent pas.

Je ne sais pas pourquoi ils ont laissé ma petite-fille ou mon petit-fils se rappeler, car il n’y a pas d’exclusions pour ça,  parce que la plupart des gens ne s’en souviennent pas, ils ne veulent pas que les gens se souviennent.

Emery Smith: J’ai entendu parler de différents types d’infométrie scalaire et bien sûr la technologie de l’effacement de mémoire. Je suis très familier avec toutes ces choses. Pourquoi n’utilisent-ils pas simplement les fréquences ? Parce que chaque fois que vous allez dans un aéroport ou une station de bus ou devant un feu de signalisation muni d’une caméra,  ils ont la fréquence de tout le monde enregistrée,  comme une empreinte digitale. Sur toute la planète pour autant que je sache. Surtout aux États-Unis.

Je sais que les E.T. ont un système similaire pour suivre quelqu’un ou pour connaître quelqu’un, ils peuvent le faire. Je veux dire que si nous pouvons le faire, je sais qu’ils peuvent le faire,
qu’ils peuvent envoyer un signal et vous faire faire quelque chose que normalement vous ne feriez pas et qui pourrait blesser quelqu’un ou implanter un souvenir en vous qui n’est pas vraiment arrivé, est-ce que tu est au courant de ces types de technologies ?

John Lear: Oui, au début, avant qu’ils ne fassent les enlèvements, ils commençaient par « Excusez-moi madame, ça vous dérangerait de venir sur la Lune, et vous allonger sur ce brancard pendant qu’on
vous opère, qu’un alien vous opère? ». Ils ont essayé ça et ça n’a pas marché alors la meilleure chose à faire était juste de les enlever et de les emmener là-haut. Ils savent où tout le monde se trouve à tout moment, c’est beaucoup plus précis que ce que nous faisons.

Emery Smith: A votre avis, combien d’autres terre ont en fait évolué exactement au même moment que nous ?

John Lear: Des milliards, oui, des milliards.

Emery Smith:  Et que croyez-vous qu’ils nous ont fait, d’après ce que vous savez de la culture pop,
et de toutes sortes de différents déchiffrages de codes égyptiens…. Les miens, je veux dire les codes et des choses comme ça, est-ce que tu sais quelque chose à propos de ça ?

John Lear: Les mêmes gars qui ont enlevé les mêmes gars…Tu sais toutes les histoires que tu entends, la plupart des histoires qu’on entend sur les méchants aliens et les dracos, les reptiliens et les allemands. C’est de la confusion, ils ne veulent pas que que l’on comprenne,  alors ils nous balancent toutes ces conneries pour qu’on ne comprenne pas bien. Et ils planifient de foutre toute votre vie en l’air pour voir comment vous gérer, pour voir la réaction et  savoir si tu peux te conduire avec intégrité sans haine ou cupidité pendant que tu te fais baiser de six façons différentes à partir de dimanche.

Emery Smith: Oui, et tout ce poids est sur tes épaules et ils utilisent aussi les gens autour de toi comme un facteur de stress pour voir comment tu réagis.

John Lear: Exactement.

Emery Smith: Donc quand pensez-vous que nous aurons la divulgation complète? Ça arrive au compte-gouttes, de temps en temps, mais quel est ton avis sur la divulgation?

John Lear: Emory, écoute-moi bien. Jamais, jamais, jamais.(Rires)

Parce que si c’était le cas, ça détruirait toute leur histoire et tout. Je veux dire qu’ils ont fait beaucoup d’efforts basés sur cette Bible et Jésus et Moïse, beaucoup de gens croient à ça. Qu’est-ce qu’ils vont faire, dire « oh non, par on t’a fait tout ça, maintenant c’est à l’égout »…

Emery Smith: Il y a beaucoup de gens qui prennent ce genre de choses très au sérieux, mais il y a aussi beaucoup de gens qui sont très conscients et qui ont vécu des projets et ont été enlevés. Ils sont conscients d’avoir été sur la lune ou sur Mars et toutes ces choses. Et je le vois, éventuellement dans longtemps, que nous pourrions devenir si intelligents et si conscients que nous serons au courant de ce qui s’est passé. Est-ce que tu peux commenter ça ?

John Lear: Ils ne veulent pas savoir. Ils voudront peut-être savoir quel est notre but, qu’est-ce qu’on fait ici ? Pourquoi je vis, est-ce que tu sais qui t’a créé ? Non…. Vous voulez savoir pourquoi ? Pour la même raison qu’ils font des centaines de milliards d’autres humains.

Emery Smith: J’ai aussi remarqué, John, quand je travaillais dans les black ops, avec des échantillons de tissus de différents spécimens, que la plupart du temps,  out l’ADN des extraterrestres que nous avions était de l’ADN humain. Alors ils ont du à un moment donné… .Tu sais, que nous venons d’eux ou qu’ils viennent de nous, quelque chose s’est passé dans la galaxie, et c’est ce que je dis.

John Lear: Absolument.

Emery Smith: Et donc vous pourriez avoir, vous savez, ces des êtres qui interagissent. Vous pourriez avoir 10 reptiliens d’apparences différentes. Vous pouvez avoir 50 gris d’apparences différentes, et ainsi de suite. J’essaie d’enseigner ça, parce que c’est idiot de dire qu’une race est tout simplement identique chez tous, quand on parle d’extraterrestres.

John Lear: Mais la seule chose que les gens doivent comprendre, c’est qu’il n’y a pas eu de  big bang, nous avons toujours été là. Et les gens ont tellement de mal avec ça,  parce qu’ils disent que quelqu’un a dû le créer.

Emery Smith: Et bien dis leur simplement.

John Lear: Vous avez toujours été là. Si vous ne comprenez pas ça alors il n’y a pas d’aide pour vous.

Emery Smith: Et c’est assez pour eux, parce que vous ne pouvez pas aller donner un coup de pied dans les pneus de l’engin. (Rires…) C’est là. Vous savez, ils sont là-bas, et nous nous en rendons compte. C’est juste parce que je pense à la programmation. Comment nous sommes élevés sur cette planète, et  qu’il y a généralement une réponse pour tout et tout le monde a une réponse et les gens sont vraiment frustrés quand ils n’arrivent pas à comprendre quelque chose.

John Lear: Je suis d’accord avec ça.

Emery Smith: Et tu dois laisser passer ça, parce que si tu ne laisses pas tomber tu pourrais vraiment te blesser et blesser les gens autour de toi.

John Lear: Je suis d’accord avec ça.

Emery Smith: John, merci de nous avoir rejoint, j’apprécie vraiment.

John Lear/ Tout le plaisir est pour moi, Emery. C’est super de te revoir et on se reverra.

Emery Smith: Et on se reverra bientôt. Merci de nous avoir suivi.



Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :