Secrets révélés

Qui a construit la Lune ? (10) L’accident impossible

Traduction du livre de Christopher Knight et Alan Butler

Knight et Butler ont découvert que la Lune possède peu ou pas de métaux lourds et n’a pas de noyau, ce qui ne devrait pas être possible. Leur conclusion convaincante : si la vie supérieure ne s’est développée sur Terre que parce que la Lune est exactement ce qu’elle est et où elle se trouve, il devient déraisonnable de s’accrocher à l’idée que la Lune est un objet naturel.

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?

Chapitre 10 : L’accident impossible

« Une super-intelligence est la seule bonne explication pour l’origine de la vie et la complexité de la nature. – Professeur Anthony Flew, décembre 2004

Il n’y a pas si longtemps, la religion était le seul guide de la façon dont le monde était monde. A tort ou à raison, les diverses écritures de la tradition théologique fournissaient un moyen de donner sens de tout, du miracle de la naissance au mouvement des étoiles dans le ciel. Mais aujourd’hui nous avons la pensée rationnelle – nous avons la science.

Le mot « science » vient du latin scire, qui signifie « connaître », et il s’agit de l’organisation de l’expérience sensorielle objectivement vérifiable. En d’autres termes, elle donne un sens à la façon dont nous voyons le monde d’une manière testable et vérifiable. Il semble qu’il n’y ait rien que la science ne puisse expliquer avec suffisamment de temps et d’étude. De l’anthropologie à la zoologie, les gens du XXIe siècle disposent d’experts qui peuvent expliquer d’où presque tout vient et comment cela fonctionne.


Mais la science a ses limites. Le principe d’incertitude d’Heisenberg, par exemple, signifie que nous ne pouvons pas connaître exactement la position et la quantité de mouvement d’une particule simultanément. Nous pouvons choisir l’un ou l’autre – mais nous ne pouvons pas avoir les deux.

Et il y a au moins un sujet que la science semble être incapable d’expliquer. L’origine de la vie. Dans son livre « How to Think Straight » (Comment penser correctement), le professeur Anthony Flew a fait remarquer que le raisonnement pratique et la pensée claire sont essentiels pour tous ceux qui veulent donner un sens approprié aux informations que nous recevons chaque jour. Il souligne l’importance d’être capable de rapidement faire la différence entre les arguments valables et non valables, le contradictoire par rapport au contraire, l’imprécision et l’ambiguïté, la contradiction et l’auto-contradiction, le vrai et le faux. Ce sont, dit-il, les qualités qui séparent les penseurs clairs de la foule.

Après soixante-six ans en tant que champion de l’athéisme et de la pensée logique, le professeur Anthony Flew a donné un sens à de nouvelles informations qui l’ont amené à déclarer que la science semble avoir prouvé l’existence de Dieu. La raison de Flew pour ce revirement monumental est la découverte de preuves qui montrent qu’une sorte d’intelligence a dû créer le monde dans lequel nous vivons. Il a particulièrement souligné l’étude de l’ADN par les biologistes, qui a montré qu’une incroyable complexité des arrangements sont nécessaires pour produire la vie ; conduisant à la conclusion que l’intelligence doit avoir été impliquée.


Nous avons déploré le manque d’objectivité qui imprègne souvent la communauté académique, mais nous devons applaudir un homme qui est prêt, à l’âge de 81 ans, à jeter la pierre angulaire de l’œuvre de sa vie. Cela demande des tripes !

La première chose que le monde a su du changement d’avis de Flew a été sa lettre dans de août-septembre 2004 de la revue Philosophy Now, dans laquelle il déclare:

« Il est devenu excessivement difficile même de commencer à penser à construire une théorie naturaliste de l’évolution de ce premier organisme  reproducteur.

Flew est un homme de principe et quand on lui a demandé si ses idées étonnamment nouvelles  allaient déranger certaines personnes, il a répondu en disant : « C’est dommage… toute ma vie a été guidée par le principe du Socrate de Platon : « Je ne peux pas me permettre de faire de la publicité.

Suivre l’évidence, où qu’elle mène. Comme c’est rafraîchissant. C’est exactement ce que nous essayons de faire avec les informations que nous avons recueillies sur la Lune et les origines de la vie sur notre incubateur apparemment conçu. Nous sommes arrivés à un point où nous devons essayer de comprendre l’émergence de la vie. Et nous constatons, à ce moment précis, que les vieilles hypothèses sur la façon dont la vie est apparue ont été jetées par la fenêtre.


La première question que nous nous sommes posée est : Qu’entendons-nous par « vie » ? Nous utilisons ce terme pour couvrir toutes sortes d’organismes, des cyanobactéries aux plantes et animaux. L’essence de la vie est la reproduction, la formation de copies identiques ou presque identiques d’une structure complexe à partir de matériaux de départ simples. L’augmentation de la complexité impliquée dans la formation d’organismes vivants à partir de leurs précurseurs distingue les processus de croissance et de reproduction biologiques des processus physiques tels que la cristallisation. Cette augmentation locale de la complexité peut aussi être décrite comme une diminution de l’entropie, ce qui, nous l’avons déjà suggéré, pourrait être la motivation de l’espèce inconnue qui a semé la vie sur Terre.

Mais où est la limite de ce qui est et ce qui n’est pas une forme de vie. Est-ce que, par exemple, un virus est une entité vivante ? La réponse standard  est « non, il ne l’est pas »,  mais ce point est désormais considéré comme très discutable. Les virus ne peuvent pas se répliquer par eux mêmes mais ils peuvent le faire lorsqu’ils occupent un hôte.

A la fin du 19ème siècle, les chercheurs ont réalisé que certaines maladies étaient causées par des objets biologiques que l’on pensait alors être les plus simples et les plus petits de tous les êtres vivants, des formes de vie porteuses de gènes. Pendant la majeure partie du vingtième siècle, cependant, les virus ont été désignés comme de la matière non vivante. Tous les organismes vivants possèdent un génome, qui est l’ensemble des instructions pour fabriquer le corps, et il est toujours composé d’acide nucléique. Il s’agit généralement d’ADN (acide désoxyribonucléique) ou, dans le cas de certains virus, de l’ARN (acide ribonucléique).

Le génome est constitué d’un certain nombre de gènes, dont chacun est un segment d’acide nucléique codant pour un type particulier de molécule protéique. En octobre 2004, des chercheurs français ont annoncé des résultats qui ont brouillé la frontière une fois de plus. Didier Raoult et ses collègues de  l’Université de la Méditerranée à Marseille ont annoncé qu’ils avaient séquencé le génome du plus grand virus connu, le Mimivirus, qui a été découvert en 1992. Ce virus, de la taille d’une petite bactérie, contenait de nombreux gènes que l’on pensait n’exister que dans les organismes cellulaires. Le virus est donc une très intelligente matière « morte » ou il fait partie d’un d’un club unique d’entités connues uniquement pour exister sur Terre.

La nature remarquable de la matière vivante a amené l’astrobiologiste Paul Davies à observer en décembre 2004 :

« La plupart des gens considèrent l’existence de la vie pour acquis, mais pour un physicien comme moi, cela semble stupéfiant. Comment de stupides atomes font-ils de telles choses aussi intelligentes ?

Normalement, les physiciens pensent à la matière en termes de particules inertes, semblables à des mottes, se bousculant entre elles, donc l’organisation de la cellule vivante semble un peu moins  miraculeuse. De toute évidence, les organismes vivants représentent un état de la matière dans une classe à part du reste.

La solution qui a identifié le problème

En 1953, lorsque Watson et Crick ont découvert la structure hélicoïdale de la molécule d’ADN et la manière générale dont elle codait la formation et la réplication des protéines dans les cellules, il semblait qu’une explication scientifique plausible pour l’origine de la vie était sur le point d’être assemblée. La synthèse en laboratoire des acides aminés à partir de produits chimiques de base a encore renforcé les attentes sur le fait que l’humanité était sur le point de créer une cellule vivante.

Il a été suggéré que la Terre primitive, par un mélange d’activité volcanique et l’altération de la masse terrestre, avait acquis des océans riches en nutriments et chimiques – connu sous le nom de « soupe primitive ». C’est dans le mélange constant et le mélange des produits chimiques, et probablement avec l’aide de la foudre, que la la première vie primitive est apparue – du moins c’est ce que les évolutionnistes suggéraient. Les experts restaient confiants sur le fait que la théorie de la soupe primitive était l’explication la plus probable et ils étaient convaincus qu’avec le temps, quelqu’un réussirait à créer la vie dans un laboratoire.

Peu après la découverte de Watson et Crick, Stanley Miller, un étudiant diplômé de l’Université de Chicago, a coopéré avec Harold Urey, un prix Nobel, pour recréer les circonstances exactes qui sont censées avoir existé dans la soupe primitive de la Terre primitive. Leur soupe contenait de la vapeur d’eau, de l’hydrogène, du méthane et de l’ammoniac. On a estimé que la foudre avait joué un rôle dans l’émergence de la vie, donc Miller et Urey ont fourni une étincelle électrique à leur soupe chimique et ont finalement réussi à créer des acides aminés simples.

« Hourra ! », Eux-même, ainsi que tous ceux qui étaient concernés, ont dit que c’est parce que les acides aminés sont un composant majeur de la vie organique. Malheureusement, plus d’un demi-siècle plus tard, personne ne s’est approché plus près de créer réellement la vie que cela. Il a également été souligné que les acides aminés créés par Miller, Urey et d’autres ne sont qu’une infime partie des constituants nécessaires à la vie. Dans tous les cas, l’expérience était très sélective dans ses méthodes. Les acides aminés sont considérés comme étant gauches et droites, les deux étant présentes dans la soupe de Miller et Urey, alors que la vie n’utilise que des acides aminés gauches. De plus, l’étincelle électrique même qui a créé les acides aminés les aurait également détruit, donc ils ont dû être isolés artificiellement dans l’expérience.

Il pourrait être raisonnable de penser que si la vie s’est formée dans les océans,  elle continuerait à le faire aujourd’hui. En réalité, cela ne peut pas arriver car le mélange de températures, de produits chimiques et gaz présents n’est pas le bon. Il était généralement accepté que la vie ne pouvait pas apparaître spontanément dans une atmosphère riche en oxygène et donc les évolutionnistes ont dû suggérer un type d’atmosphère très différent sur l’enfant Terre. (L’oxygène, tout en préservant la vie, détruit les molécules organiques qui ne sont pas vivantes).

Générer la vie en laboratoire s’est avéré être totalement impossible et les chercheurs ont commencé à réaliser que de nouvelles lois naturelles devraient être découvertes pour expliquer comment le haut degré d’ordre et de spécificité de même une cellule unique pouvait être généré par des processus naturels aléatoires.

La molécule d’ADN se présente sous la forme d’une double hélice – plutôt comme une échelle
torsadée en spirale. Les bases de l’ADN se trouvent par paires et elles constituent les barreaux de l’échelle qui portent les informations permettant de répliquer l’entité. Quand l’ADN se copie, l’échelle se brise au milieu des barreaux. De nouvelles bases sont appariées aux bases de chaque barreau et ainsi la molécule d’ADN originale devient alors deux nouvelles molécules d’ADN identiques.

L’information nécessaire pour construire de nouvelles protéines, et pour effectuer d’autres changements chimiques nécessaires, sont transportées vers diverses parties d’une cellule par une autre molécule, celle-ci étant l’acide ribonucléique (ARN). L’ARN est similaire à l’ADN mais il n’est constitué que d’une seule hélice. L’ARN est donc le « messager » qui permet à l’information contenue dans l’ADN d’être distribuée et traitée. Une question importante demeure, et c’est une question à laquelle la science ne peut toujours pas répondre. Comment l’ADN est-il apparu en premier lieu, parce qu’en l’état actuel des choses, seul l’ADN peut créer de l’ADN.

Certains chromosomes contiennent des chaînes d’ADN extrêmement longues de plus d’un mètre de long, ce qui est colossal, compte tenu de la nature microscopique de la molécule d’ADN elle-même. Cependant, la question qui a rendu perplexe tout le monde concerné, est l’origine de ce processus, car toutes les enzymes sont des protéines et la synthèse des protéines doit être dirigée par L’ADN. Pourtant, la réplication de l’ADN ne peut avoir lieu sans ces protéines. Alors, qu’est-ce qui est venu en premier – la protéine ou l’ADN ?

Le problème remonte à l’origine de toute vie. Mais c’est un problème qui semble ne pas avoir de réponse. Ce qui est certain c’est que les acides aminés, les nucléotides, lipides et autres molécules multi-atomiques peuvent être fabriqués au hasard par la chaleur, par exemple à partir de la foudre. Ils peuvent également provenir de la lumière du soleil et d’autres sources d’énergie qui n’ont pas elles-mêmes de vie. De nombreuses idées ont été avancées pour expliquer l’apparition de l’ADN mais aucune ne peut être plus que des suppositions.

Mais alors que nous faisions des recherches pour ce livre, une nouvelle théorie est apparue, et c’est une théorie qui a gagné la faveur de nombreux experts. Cette théorie suggère que l’ADN existe grâce à la présence de la Lune de la Terre !

Il y a 4 milliards d’années, l’orbite de la Lune était beaucoup plus proche de la Terre qu’elle ne l’est aujourd’hui. A cette époque, la Terre tournait beaucoup plus vite sur son axe et des marées phénoménales se produisaient sur la Terre, par le passage constant de la Lune. Avec la Lune tellement plus proche de la Terre, la hauteur des marées aurait été colossale (voir chapitre
5).

Richard Lathe, un biologiste moléculaire à Pieta Research à Edimbourg, a suggéré qu’au sein des océans primordiaux, constamment entraînés par le passage de la Lune, l’ADN aurait pu être rapidement multiplié.

L’une des théories les plus répandues concernant l’origine de l’ADN est qu’il est apparu lorsque de plus petites molécules précurseurs dans les eaux des premiers océans – la « soupe primitive » – se sont rassemblées ensemble ou ont été « polymérisées » en de longs brins. Ces longs brins, il est suggéré, qu’ils sont devenus les modèles pour que d’autres molécules s’attachent le long des modèles, ce qui a finalement donné naissance à des molécules à double brin comme l’ADN.

Richard Lathe suggère que le problème réside dans le besoin d’un mécanisme qui briserait constamment les doubles brins, afin de maintenir le processus en marche. Il soutient  qu’il aurait fallu une force extérieure pour dissocier les deux brins.

C’est à environ 50°C que les simples brins d’ADN servent de modèles pour synthétiser des brins complémentaires, alors qu’à une température plus élevée d’environ 100°C, ces doubles brins se forment et cela double le nombre de molécules. Lorsque la température baisse, le processus recommence. Le nombre de réplications croît de manière exponentielle. avec seulement quarante cycles produisant un trillion de copies identiques.

Un milliard d’années après que la Lune soit arrivée en orbite autour de la Terre, elle était extrêmement proche de sa planète hôte et la Terre tournait beaucoup plus vite  que maintenant. Les marées, comme le suggère Lathe, ont dû s’étendre sur plusieurs centaines kilomètres à l’intérieur des terres, ce qui signifie que les zones côtières étaient soumises à des changements rapides de salinité, ce qui aurait conduit à des associations et dissociations répétées et très fréquentes de molécules à double brin semblables à celles de l’ADN.

Au fur et à mesure que les grandes marées avançaient, les concentrations de sel auraient été très faibles. Même l’ADN moderne à double brin se brise dans de telles conditions, car les groupes phosphates chargés électriquement sur chaque brin se repoussent l’un l’autre. Cependant, quand les marées se sont retirées, les molécules précurseurs et le sel précipité auraient été présents en fortes concentrations. Lathe affirme que cela aurait encouragé des molécules à double brin de type ADN à se former, car les concentrations élevées de sel neutralisent les charges phosphates de l’ADN et cela permet aux brins de se coller ensemble.

Ce sont ces cycles constants de salinité et changements de température qui, selon Lathe, auraient amplifié des molécules comme l’ADN, mais il souligne que les forces de marée étaient absolument vitales dans le processus. S’il est vrai que le Soleil crée aussi des marées sur la Terre, celles-ci sont d’une très faible magnitude comparé à  celles causées par la Lune, beaucoup plus proche. Et, il y a 3 milliards d’années, elle était encore plus proche.

Sans ADN, il n’y aurait pas de vie car il est au cœur même de la réplication de la matière vivante. De l’amibe unicellulaire à la plus grande baleine bleue de notre planète, l’ADN est le composant vital qui a commencé la vie et qui la fait perdurer. Peut-être que Richard Lathe a raison et que c’était la présence d’une Lune si grande qui a commencé le processus chimique qui a conduit à nous, mais il reste un fait que malgré toutes les théories, aucun scientifique n’a encore réussi à prendre les différents produits chimiques qui composent la vie et les arranger  de telle sorte qu’ils deviennent même la plus forme de vie la plus simple.

La théorie de Lathe pourrait expliquer comment la Lune a causé la réplication précoce de l’ADN mais son origine reste un mystère complet, et de nombreux scientifiques sont assez incertains sur la théorie de comment la vie est apparue en premier lieu. Par exemple, David A Kaufmann PhD, de l’Université de Floride a déclaré:

« L’évolution manque d’une explication scientifiquement acceptable de la source des codes précisément planifiés dans les cellules sans lesquels il ne peut y avoir de protéines spécifiques et donc, pas de vie.

Certes, David Kaufmann est un créationniste, donc on peut peut-être s’attendre à ce qu’il arrive à cette conclusion. Mais il y a le professeur Hubert P Yockey, un physicien de l’Université de Californie – qui n’est certainement pas un adepte de la création et qui est préoccupé par le fait que des idées discréditées continuent à bloquer le processus de recherche de la vérité. Il a écrit :

« Bien qu’au début, le paradigme  méritait considération, maintenant l’effort entier dans la soupe primitive est une auto-tromperie sur l’idéologie de ses champions…

L’histoire de la science montre qu’un paradigme, une fois qu’il a atteint le statut d’acceptation (et est incorporé dans les manuels scolaires) et indépendamment de ses échecs, est déclaré invalide que lorsqu’un nouveau paradigme est disponible pour le remplacer. Néanmoins,  pour faire des progrès dans la science, il est nécessaire de nettoyer les ponts, pour ainsi dire, des paradigmes. Cela doit être fait même si cela laisse les cartes entièrement libres et qu’aucun paradigme ne survit. C’est une caractéristique du vrai croyant en religion, philosophie et l’idéologie qu’il doit y avoir un ensemble de croyances, quoi qu’il arrive (Hoffer, 1951).

La croyance en une soupe primitive et qu’aucun autre paradigme n’est disponible, est un exemple de l’erreur du sophisme logique de la fausse alternative. En science, c’est une vertu de reconnaître l’ignorance. Cela a été universellement le cas dans l’histoire des sciences, comme Kuhn (1970) l’a expliqué en détail. Il n’y a aucune raison pour que cela soit différent dans la recherche sur l’origine l’origine de la vie ».

Yockey fait cette déclaration parce que, comme beaucoup d’autres scientifiques, il ne peut pas croire que la question de l’émergence de la vie peut être uniquement expliquée par la théorie de la soupe primitive.  Comme la théorie du Double Whack de la naissance de la Lune – elle est tout simplement fausse, tout en obscurcissant le progrès vers une explication réaliste.

La raison principale pour laquelle il y a tant d’agitation autour de cette question est que l’ADN ne peut exister sans la vie, et la vie ne peut exister sans ADN. Les deux sont totalement interdépendants et créent une situation de « la poule et l’oeuf » qui semble impossible à résoudre.

Il nous semble que même les théories de Richard Lathe, sur la manière dont la Lune peut avoir contribué à la propagation rapide de la vie par d’énormes marées et des mélanges chimiques, ne sont pas plus près d’expliquer comment la vie est réellement apparue. Certains experts prétendent encore que cela a du arriver par accident, vraisemblablement parce que les autres
possibilités sont trop dures à avaler. Cependant, il serait beaucoup plus raisonnable d’affirmer que les fées du Pays Imaginaire l’ont fait.

Le problème des probabilités

Personne ne doute que l’information contenue dans un seul gène doit être au moins aussi importante que l’enzyme qu’il contrôle. Cependant, une seule protéine moyenne contient plus de 300 acides aminés. Afin de créer la protéine, il faudrait un gène d’ADN qui devrait contenir 1 000 nucléotides dans sa chaîne. Chaque chaîne d’ADN contient quatre sortes de nucléotides. Cela semble compliqué mais il en résulte une possibilité de 4 x 10 (puissance 1000) formes possibles. Pour ceux qui ne le savent pas, 4 x 10 (puissance 1000) représente le nombre 4 suivi par 1 000 zéros.

Ce sont des valeurs qui dépassent toute compréhension. Pour avoir une certaine perspective sur ce sujet, il est intéressant de noter que l’on estime qu’il y a seulement 10 x 10 (puissance 80) particules dans l’ensemble de l’Univers. On commence à réaliser à quel point l’impossibilité absolue qu’il y aurait eu pour l’ADN complexe d’être accidentellement créé dans la soupe primitive de la jeune Terre.

Dans le monde des probabilités, certaines choses sont très susceptibles d’arriver, d’autres peuvent parfois se produire, mais certaines peuvent ne jamais se produire du tout. Un expert en probabilité, Emile Borel (1871-1956) a affirmé que les phénomènes avec une très faible probabilité ne se produisent pas. Il estimait qu’il y avait environ une chance sur 10 x 10 (puissance 50) pour une petite probabilité.

Aussi minces que soient ces probabilités, elles n’étaient pas assez éloignées pour des experts plus modernes en probabilité. William M Dembski, chercheur associé, professeur dans les fondations conceptuelles de la science à l’Université Baylor et un senior au Discovery Institute’s Center pour la science et la culture à Seattle, a décidé d’aller plus loin. Il estimé qu’il y avait 10 x 10 (puissance 80) dans l’Univers et s’est demandé combien de fois par seconde un évènement pouvait se produire. Le nombre qu’il a trouvé était de 10 x 10 (puissance 45). Il a ensuite calculé le nombre de secondes depuis le début de l’Univers jusqu’à aujourd’hui et ensuite, pour s’assurer de faire preuve de prudence, il a multiplié ce nombre par un milliard et est arrivé au nombre 10 x 10 (puissance 25) secondes. Il a ensuite multiplié tous les chiffres ensemble pour obtenir un résultat de 10 x 10 (puissance 150). Pour une cellule vivante minimale, il y a 60 000 protéines de 150 configurations.

Joseph A Mastropaolo, un expert qui a longuement abordé ce problème, estime que la probabilité de l’évolution de cette première cellule serait absolument stupéfiante de 1 sur 10 x 10 (4,478,296) ou 10 suivi de 4,478,296 zéros. Ce qui dépasse l’estimation de Dembski par une marge si grande que s’il n’y avait pas le fait que l’ADN existe clairement, aucun scientifique qui se respecte ne pourrait soutenir la possibilité qu’il ait été créé par hasard.

Si chaque particule dans l’Univers avait une chance pour chaque seconde depuis le début des temps, nous n’aurions toujours pas d’ADN.

Au cas où il y aurait des lecteurs qui doutent du scepticisme de Mastropaolo concernant la possibilité que l’ADN se crée de toutes pièces à partir de rien, il est intéressant de voir qu’il est loin d’être le seul. Peter T Mora de la Section de biologie macromoléculaire, Programme d’immunologie, National au Cancer Institute, Bethesda, Maryland a écrit :

« La présence d’une unité vivante est exactement l’inverse de ce que l’on pourrait attendre sur la base de considérations purement statistiques et de probabilités ».

Le scientifique anglais J.D. Bernal a dit, en 1965 :

« La réponse me semblerait, combinée avec le fait de savoir que la vie existe réellement, conduire à la conclusion que certaines séquences autres que le hasard doivent avoir conduit à l’apparition de la vie telle que nous la connaissons.

Et pour ajouter à la liste des dissidents concernant une théorie qui ne tient clairement pas la route, nous avons l’opinion de feu le professeur Sir Fred Hoyle, l’un des astronomes les plus respectés qui aient jamais vécu.

« Plutôt que d’accepter cette fantastiquement petite probabilité que la vie soit apparue à travers les forces aveugles de la nature, il semblait mieux de supposer que l’origine de la vie était un acte intellectuel délibéré. Par « meilleur », je veux dire moins susceptible d’être faux.

Cependant, peu importe l’ampleur des cris d’indignation face à ce mépris total de la probabilité, l’un des outils fondamentaux de la science, il reste un fait que l’ADN s’est produit d’une manière ou d’une autre. Comme le dit le proverbe, la nature a horreur du vide, quel qu’il soit. Peu importe combien le professeur Yockey peut suggérer que si nous n’avons pas de théorie viable nous devrions exister sans elle jusqu’à ce qu’une théorie soit découverte, il semble que pour de nombreux scientifiques, un paradigme tordu et brisé est mieux que rien du tout.

Après tout, l’alternative pourrait être impensable pour la plupart des experts. Nous pourrions, par exemple, devoir envisager la la possibilité d’un « esprit » derrière la création de l’ADN, même si nous pouvons accepter l’évolution comme une théorie viable une fois que l’ADN a existé.

La majorité des scientifiques préfèrent préféreraient briser leurs propres règles plutôt que d’évoquer la divinité, mais même le Professeur Sir Fred Hoyle s’est retrouvé avec la seule conclusion qui pouvait lui venir à l’esprit, à savoir que l’Univers était sous une sorte de « contrôle cosmique intelligent ».

Est-ce la voie à suivre ?  Si nous voulons être vraiment honnêtes, en gardant à l’esprit l’impossibilité totale de l’apparition fortuite de l’ADN, pourrions-nous accepter que « Dieu a parlé et il en fut ainsi » ?

Qui peut blâmer Anthony Flew d’avoir retourné le travail d’une vie entière et de dire :

« Une super-intelligence est la seule bonne explication pour l’origine de la vie et la complexité de la nature.

Cependant, la définition de Dieu par Flew n’a que peu de ressemblance avec la divinité de la religion de la tradition judéo-chrétienne-islamique, qu’il décrit comme étant dépeint comme des despotes orientaux omnipotents – des Saddam Hussein cosmiques. Il est en fait en train de décrire quelque chose d’aussi ouvert que notre propre idée d’une « espèce créatrice inconnue », qui pourrait vraisemblablement signifier virtuellement n’importe quoi, d’une sublime entité unique à une Fédération Galactique d’ensemenceurs de planètes.

Les graines de la vie

Il y a environ 60 ans, quand la théorie quantique est apparue, les physiciens pensaient que le mystère de la vie était sur le point d’être résolu. En regardant les plus petits blocs de construction de la matière, elle commençait à expliquer comment tout fonctionnait – donc  sûrement aussi expliquer l’essence que nous appelons la vie. Ils allaient être déçus, mais des développements récents ont fait naître l’espoir chez certains scientifiques que la nature de la première vie pourrait être expliquée par de nouveaux niveaux de compréhension du comportement subatomique en biologie.

En 2004, ces nouvelles idées ont amené la NASA à organiser un atelier réunissant des scientifiques de premier plan pour discuter du sujet de la « vie quantique » dans leur laboratoire d’astrobiologie à Ames, en Californie, où les discussions ont porté sur des domaines tels que les nanotechnologies et l’informatique quantique.

La nanotechnologie s’intéresse à la fabrication d’artefacts ou de machines qui sont assemblés atome par atome. Un nanomètre est une unité de longueur presque incroyablement petite. Un cheveu humain mesure généralement environ  un 10,000ème de mètre de diamètre et un virus de rhume fait environ un millième de cette taille. Une unité protéique typique constituant l’enveloppe d’un tel virus est typiquement de dix nanomètres d’épaisseur, soit l’équivalent d’environ 100 diamètres atomiques, ou la taille d’un des groupes d’acides aminés qui composent cette molécule de protéine.

Un tout nouveau monde de technologie est envisagé pour construire des machines auto réplicantes (réplicateurs) qui pourraient, par exemple, effectuer des opérations chirurgicales au niveau cellulaire à l’intérieur du corps humain. Cependant, un nombre croissant de scientifiques suggèrent que la nature a peut-être utilisé cette idée il y a longtemps.

Comme le professeur Paul Davies l’a souligné, la cellule vivante est pleine de nanomachines conçues et raffinées par l’évolution biologique. Et il a posé la question :

« Se pourrait-il que certaines d’entre elles ont acquis leurs propriétés étonnantes en déployant des astuces quantiques fantaisistes ?

Il dit :

« Une partie vitale d’une cellule de reproduction d’une cellule est un petit moteur, appelé une enzyme polymérase, qui rampe le long des brins défaits d’ADN et forge les liens qui correspondent aux bases nucléotidiques non appariées aux  bases complémentaires flottant dans son environnement ».

Apoorva Patel de the Indian Institute of Science, pense que les cellules vivantes pourraient utiliser la mécanique quantique pour augmenter leur efficacité de traitement de l’information, ce qui pourrait expliquer pourquoi le code génétique est tel qu’il est, et pourquoi il est présent dans tous les organismes.

La théorie quantique décrit les atomes et les molécules comme des ondes, qui peuvent se superposer et se combiner de manière cohérente – connu sous le nom de superposition quantique. Cela signifie que les règles normales du temps et de l’espace ne s’appliquent pas et un atome peut exister dans une superposition d’états excités et non excités, ou d’états correspondant à plusieurs emplacements spatiaux en même temps. Ces superpositions sont censées être la base des ordinateurs quantiques qui seront capables de chasser une cible parmi un enchevêtrement de données. On dit que cela est équivalent à trouver un nom dans un annuaire téléphonique lorsque vous connaissez seulement le numéro de téléphone.

Le rôle de la théorie quantique dans l’origine  de la vie n’est pas encore clair. Mais il semble que les nouvelles technologies que l’humanité étudie actuellement pourraient être à l’origine de la vie elle-même. Paul Davies reconnaît que la vie a en quelque sorte émergé de l’effervescence du monde moléculaire quantique, et il ajoute :

« Le rôle des processus quantiques dans la matière vivante est encore peu clair. Il est tout à fait possible que la mécanique quantique soit la sage-femme de la vie, mais ait joué un  rôle insignifiant depuis… Tous les scientifiques sont d’accord pour dire que la vie a en quelque sorte émergé du ferment  du monde quantique moléculaire. La question clé est de savoir de quel côté de la physique, quantique ou classique, la transition à la vie s’est produite. Niels Bohr a dit un jour que quiconque n’est pas choqué par la mécanique quantique n’a pas compris. Il crois que toute personne qui n’est pas choqué par la vie ne l’a pas comprise. La question qui se pose à nous est si la mécanique quantique est assez choquante pour expliquer la vie.

Il nous semble que celui qui a semé la vie sur notre planète, il y a des milliards d’années, a utilisé une forme de « technologie » auto-réplicative qui finira par être comprise. Et nous pourrions ne pas être si loin de cette compréhension maintenant.

Qui a construit la Lune ?

À ce stade, nous sommes aussi sûrs que nous que nous pouvons l’être que les déclarations  suivantes sont vraies :

  • 1. La Lune a environ 4,6 milliards d’années.
  • 2. La Terre a environ 4,6 milliards d’années d’années.
  • 3. La Lune a été fabriquée à partir de matériaux plus légers provenant de la jeune Terre.
  • 4. La Lune a été fabriquée comme un incubateur pour favoriser la vie sur la Terre.
  • 5. Le constructeur de la Lune a ensemencé la vie sur Terre.
  • 6. L’évolution telle que décrite par Darwin est largement exacte.

Le constructeur de la Lune a laissé des messages délibérés, destinés à être lus par les humains à ce moment des temps géologiques, pour attirer l’attention sur ce qu’ils ont fait.

Il semble raisonnable de supposer que le fabricant de la Lune (l’UCA) a une bonne raison de vouloir que les humains comprennent ce qui a été fait. L’UCA aurait pu semer la vie et passer à autre chose, si son motif était purement altruiste. Il semble donc qu’il soit important de découvrir qui a construit la Lune.

Il semble certain que nous avons seulement identifié le premier aspect « introduction du message de l’UCA. Les détails du message sont susceptibles de détenir la clé de la prochaine phase du développement humain : des informations qui  changeront notre destin pour toujours.

Nous pensons que nous avons réussi à identifier les chiffres clés qui seront utilisés dans les couches plus profondes de la communication. Nous sommes convaincus que d’autres relèveront le défi d’interpréter d’autres aspects du message, mais notre tâche immédiate est d’essayer de trouver qui a construit la Lune. Et nous pensons qu’il n’y a que trois possibilités.

A suivre…


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 215 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire