Cas de conscience

La différence entre « Coexistence » et « Vivre Ensemble »

"Mon frère était un fervent défenseur de la coexistence, j'ai promis de poursuivre sa mission", (Kaid Abu Latif, frère du soldat Ahmad)

Kaid Abu Latif, frère aîné du soldat bédouin Ahmad Abu Latif, 26 ans, tombé à Gaza mardi, lors de la tragédie qui a coûté la vie à 20 autres soldats, raconte à quel point Ahmad prônait la solidarité et la coexistence entre les citoyens en Israël, quelle que soit leur religion.

Héros d’Israël, il rêvait que Juifs et Arabes protègent Israël main dans la main, car « si on ne défend pas le pays, qui le fera? », s’interrogeait-il. A son enterrement mardi soir, au cimetière de Rahat, son frère Kaid lui a fait la promesse de continuer l’incroyable chemin qu’il avait entamé, et d’agir en faveur du partenariat arabo-juif, seule voie vers la paix.

« Chaque jour, Ahmad nous envoyait un message depuis Gaza pour nous souhaiter une bonne journée, cela nous remplissait de joie et nous permettait de mieux vivre ces jours terribles. C’était quelqu’un de souriant et de profondément bon, qui voulait toujours aider. Les gens savaient que s’ils avaient besoin de quelque chose, Ahmad répondrait présent. Il restera notre fierté pour toujours », affirme Kaid Abu Latif.

Le sergent Ahmad Abu latif, 26 ans

« Dès le début de la guerre le 7 octobre, il s’est porté volontaire pour combattre à Gaza. Il était toujours le premier à se dévouer. C’est ce que les gens retiennent de son parcours. C’était quelqu’un de très sociable, proche des gens. Il aimait donner de sa personne », a-t-il poursuivi.

Ahmad travaillait comme garde de sécurité à l’université Ben-Gurion du Néguev depuis deux ans, mais aspirait à être professeur.


« Il m’a dit, mon rêve est de devenir conférencier et je l’ai cru et encouragé car tout ce qu’il voulait, il le réussissait. J’étais sûr qu’il atteindrait tous ses objectifs car c’était un battant. Malheureusement, il ne pourra pas réaliser son rêve mais j’espère que sa fille Mansoura, âgée d’un an deviendra une grande professeur pour faire honneur à son père et qu’il sera fier d’elle de là où il est », a déclaré Kaid.

« Depuis le 7 octobre, les civils ont pris sur eux la défense du pays, là où l’Etat a manqué à son devoir. La jeune génération nous montre que nous devons travailler ensemble, Juifs et Arabes car nous sommes menacés par un ennemi commun qui ne fait pas de différence entre les religions. La communauté bédouine a payé un lourd tribut de la guerre, en terme d’otages, de morts et de disparus. Nous avons l’obligation de poursuivre dans cette voie grâce à nos actions », poursuit-il.

« Ahmad était fier d’être musulman, bédouin et israélien au même titre et il voulait montrer cette fierté sur le terrain en agissant pour protéger le pays », a affirmé Kaid.

« Sur sa tombe, je lui ai promis de continuer la mission dans laquelle il s’était engagé, et de tout faire pour promouvoir la coexistence, non pas avec des mots mais avec des actes », a-t-il conclu.

Avant sa mort, Ahmad avait publié un message sur Facebook dans lequel il expliquait à quel point il était fier de servir dans les rangs de Tsahal.

« Je m’appelle Ahmed Abu Latif, père de la petite Mansoura, 11 mois. J’ai vécu à Rahat toute ma vie et je travaille depuis deux ans au département de sécurité de l’Université Ben Gourion. Et avant tout, je suis fier d’être un Bédouin israélien ! », écrivait-il en préambule. « Je suis fier également d’avoir servi dans Tsahal en tant que combattant dans la Brigade bédouine. Ce sont des années que je n’oublierai jamais. Au cours de mon service, j’ai découvert mes forces et mes capacités à relever les défis, et j’ai rencontré des gens extraordinaires qui sont devenus des amis pour la vie »

« Je suis heureux quand j’ai l’opportunité de me connecter avec les gens qui composent notre société et de rapprocher les cultures. Je suis heureux de pouvoir inviter mes amis à manger de la viande et du makluba braht [spécialité bédouine], mais aussi de jouer de la musique au kibboutz Shovel et chanter des chansons de Yehudit Ravitz. »

« Depuis le début de la guerre, nous entendons beaucoup parler de l’implication des citoyens arabes. Malheureusement, parmi les morts se trouvent des soldats bédouins et druzes, musulmans et chrétiens, qui sont devenus des héros en défendant le pays.

La communauté bédouine pleure les victimes civiles qui ont été injustement assassinées – juives, chrétiennes ou musulmanes.

Je veux profiter de cette occasion pour réveiller tous ceux qui lisent ceci ! Nous partageons tous le même sort et nous devons être unis », écrivait-il encore avant de conclure : « Malheureusement, il y a des gens qui ne croient pas aux liens entre les communautés israéliennes, qui tentent d’intimider, de provoquer et de détruire la confiance. Ne les croyez pas, et ne laissez pas cela se produire. »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 74 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page