Secrets révélés

Notre responsabilité pour aller vers un avenir galactique se base sur la connaissance des faits

Le Liban a émis un mandat d'arrêt contre une journaliste suite à un entretien avec un responsable israélien.

Les autorités libanaises ont émis un mandat de perquisition contre un présentateur de premier plan pour avoir interviewé un responsable israélien en direct à la télévision. Cette convocation intervient alors que les journalistes libanais sont victimes de harcèlement et d’intimidation sur les réseaux sociaux, dans le contexte de l’escalade continue entre les forces du Hezbollah et l’armée israélienne le long de la frontière israélo-libanaise .

Layal al-Ekhtiar, une journaliste libanaise de la chaîne de télévision par satellite Al-Arabiya, a annoncé jeudi soir qu’un procureur militaire lui avait délivré un mandat de perquisition après qu’elle ait interviewé un responsable militaire israélien le mois dernier.

Traduction : Je viens d’être informé qu’un mandat de perquisition et d’enquête a été émis contre moi par le parquet militaire du Liban. Après les soi-disant informations présentées contre moi par des personnes affiliées au Hezbollah, sous des noms déguisés…
Cette mesure constitue une persécution politique flagrante, à la manière d’une répression judiciaire. Cela n’a rien à voir avec le droit, la vérité et la justice…
Et ceux qui sont derrière cela s’infligent une honte morale, nationale et humaine. Ce sont eux qui ont pillé l’État, mis le peuple en faillite et abandonné la souveraineté et la richesse de la nation. Et ici, ils dissimulent leurs crimes avec des inventions visant à supprimer les libertés…
Je n’ai pas peur car je suis Libanaise jusqu’au Jour de la Résurrection et Arabe jusqu’à mon dernier souffle. Vous ne toucherez pas à ma liberté, ma dignité ou mes convictions, quoi que vous fassiez.

Ekhtiar a déclaré dans un message sur la plateforme X que le mandat d’arrêt découlait de plaintes déposées par des personnes qui, selon elle, sont des partisans du Hezbollah.


« Cette mesure équivaut à une pure persécution politique à travers la répression judiciaire. Cela n’a rien à voir avec le droit, la vérité et la justice », a-t-elle posté. « Je resterai Libanais et Arabe jusqu’à mon dernier souffle et vous ne pourrez jamais toucher à ma liberté, ma dignité et mes convictions. »

Basée à Dubaï, Ekhtiar travaille pour le groupe panarabe Al-Arabiya et a fait face à un déluge de haine et de harcèlement après avoir mené une brève interview avec Avichay Adraee, le porte-parole de l’armée israélienne pour les médias arabes, diffusée le 11 octobre dans le cadre de l’émission couverture par la chaîne de la guerre Hamas-Israël .

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont fustigé Ekhtiar pour avoir parlé avec un Israélien, la traitant de « traître » et d’« espionne de l’ennemi sioniste », faisant référence à Israël, et l’accusant d’être complice du meurtre d’enfants à Gaza.

Le 12 octobre, un groupe organisé d’anciens prisonniers et de journalistes, dont Hussein Mortada de la chaîne d’information syrienne, a déposé une plainte contre Ekhtiar auprès du bureau du procureur militaire pour son entretien avec Adraee.

Selon la loi libanaise, les contacts entre citoyens libanais et israéliens sont interdits et pourraient constituer une trahison ou un espionnage, passibles de prison ou de mort, car le Liban et Israël restent techniquement en guerre. Cette restriction est inscrite dans le code pénal, la loi de boycott de 1955 et le code de justice militaire. L’interdiction a été appliquée à plusieurs reprises, notamment en 2018, lorsque l’acteur Ziad Itan a été détenu pendant plusieurs mois pour prétendue « collaboration avec l’ennemi ».


Ekhtiar a déclaré à Arab News le mois dernier :

« J’ai mené l’interview avec respect, j’ai posé toutes les questions nécessaires et j’ai mis fin à l’interview. Voilà, rien de plus. Je ne l’ai pas félicité, mais je ne l’ai pas insulté non plus.

Traduction : La journaliste libanaise Layal Al-Ekhteyar anime Adraei en arabe et l’appelle « Professeur Avikai » !

Elle a ajouté :

« Actuellement, je ne peux pas aller à Beyrouth. Les journalistes et les hommes politiques m’ont déconseillé d’aller au Liban car je serais arrêté.»

Beaucoup ont exprimé leur solidarité avec Ekhtiar au milieu du harcèlement.

Plusieurs journalistes et militants qui ont critiqué le Hezbollah ou qui rejettent une guerre avec Israël ont ensuite été soumis à des campagnes de diffamation apparemment croissantes de la part des partisans du Hezbollah, qui les accusent de trahison.

Les craintes croissantes d’une guerre éclatant au Liban se sont encore accrues ces dernières semaines au milieu d’importants échanges de tirs transfrontaliers dans le sud du Liban entre les forces du Hezbollah soutenues par l’Iran et l’armée israélienne. Beaucoup s’opposent à ce que le Liban soit entraîné dans une guerre non désirée alors qu’il continue de se débattre dans une crise économique dévastatrice et n’a pas de président après que les divisions politiques ont entraîné l’échec de l’élection d’un président en octobre 2022.

Le mois dernier, Joyce Akiki, journaliste à la chaîne d’information locale MTV, a été harcelée par un membre du Hezbollah alors qu’elle couvrait les événements à la frontière sud

https://twitter.com/michaelmalouf_/status/1713544107052667196?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1713544107052667196%7Ctwgr%5Ee06334b489adc71fc15615c600e56a0dd40820c8%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.al-monitor.com%2Foriginals%2F2023%2F11%2Fwhy-did-lebanon-issue-warrant-journalist-over-interview-israeli-official

L’homme lui a demandé de quitter la zone et l’a accusée, ainsi que la chaîne, sans preuve, de soutenir et de représenter Israël.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 166 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading