Divulgation Cosmique

Mars deviendra la résidence secondaire des terriens végétaliens

Le fondateur de SpaceX, le milliardaire Elon Musk, malgré la situation géopolitique difficile, continue de rêver de vols habités vers Mars et de colonisation de la planète rouge.

Mais si jamais cela arrive, les futurs « Martiens » devront résoudre de nombreux problèmes. L’un d’eux est la nécessité de changer le régime alimentaire habituel.

Passer par le Grand Filtre

Musk espère que ses plans se réaliseront très bientôt. D’ici 2024, un vaisseau spatial sans pilote avec du fret et des véhicules autonomes sera envoyé sur Mars, et d’ici 2026, le premier équipage humain y volera, promet l’entrepreneur.

À l’avenir, Musk devrait construire une colonie autonome sur une planète voisine d’ici 2050, qui ne dépendra pas des ressources terrestres.

« Si nous pouvons rendre la vie sur Mars autonome, nous passerons l’un des plus grands filtres », a écrit Musk sur son Twitter. « Alors nous deviendrons une civilisation interstellaire. »


Le Grand Filtre est l’une des solutions proposées au paradoxe de Fermi concernant l’existence d’une vie intelligente dans l’univers.

Selon ce concept, pour être découverte par d’autres espèces intelligentes, toute civilisation doit passer par plusieurs étapes de son développement, de la formation au développement de technologies avancées qui aideront à coloniser d’autres planètes.

Les végétaliens sous les coupoles

La Terre n’est qu’au seuil du processus de colonisation, et la première étape à ce stade devrait être Mars, dit Elon Musk. Pour que l’humanité survive sur Mars, qui, en vérité, n’est pas très propice à l’habitation humaine, de nombreux dômes reliés les uns aux autres seront construits à sa surface, à l’intérieur desquels les colons s’installeront.

Ils devront eux-mêmes produire de la nourriture, pour laquelle des fermes seront équipées, où les colons pourront cultiver des légumes, des fruits et diverses plantes utiles. Mais avec l’élevage, tout est beaucoup plus compliqué aussi car les apports en oxygène seront limités.

Tout d’abord, il faudra environ 5 000 vols Starship, dont chacun transportera environ 200 tonnes de fret là-bas, pour qu’une sorte de production puisse être faite, explique John C. Strickland de la National Space Society, qui explore le problème de Colonisation martienne.

Strickland arrive à la conclusion que le nombre optimal de colons martiens sera de 5 000 personnes. Mais pour éviter de surcharger les « dômes de la vie », ils doivent suivre un régime végétalien – ne consommer que des aliments végétaux et, si possible, crus.


Des plateformes de production de tels aliments d’une superficie d’environ un million de pieds carrés, réparties sur quatre niveaux, devraient suffire à nourrir les futurs habitants de la planète.

« Le nombre de structures pour maintenir la pression dans la zone, l’éclairage et la température correcte s’élèvera à plusieurs milliers de tonnes, de sorte que la production de métaux et de plastiques structurels à partir de matériaux martiens locaux sera nécessaire assez rapidement à mesure que la base et la colonie se développeront », dit Strickland.

Où puiser de l’énergie?


Selon les calculs de l’expert, pour assurer le maintien en vie de 5 000 « Martiens », il faudra environ 500 mégawatts d’électricité.

C’est beaucoup : sur Terre, une centrale électrique de cette capacité pourrait fournir de l’électricité à au moins 50 000 foyers. Mais en même temps, il ne s’agirait pas d’industrie et de production alimentaire, qui devraient faire partie des tâches des usines martiennes. Et n’oubliez pas qu’il faudra aussi extraire du carburant, y compris pour le transport qui s’effectuera entre Mars et la Terre.

« L’énergie devrait provenir de la fission, de la fusion ou des panneaux solaires spatiaux, car il n’y a pas de combustibles fossiles sur Mars, et la construction d’énormes panneaux solaires au sol sur Mars avec sa lumière solaire plus faible serait très difficile », a déclaré Strickland.

Le problème pourrait être en partie résolu par la recherche par les géologues de minéraux qui pourraient être utilisés à la fois comme ressources énergétiques et comme matériaux de construction, estime Strickland. Il pense que tous ces projets pourraient être mis en œuvre avec la coopération des sociétés de la NASA et de SpaceX.

Au fur et à mesure que la population de la planète rouge augmentera, Mars deviendra de plus en plus important pour l’humanité, Strickland en est convaincu.

Selon lui, les descendants des premiers colons n’auront plus à porter de masques à oxygène pour sortir, et avec le temps, Mars deviendra une véritable résidence secondaire pour les terriens.



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 137 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire