Secrets révélés

L’Opération SIG du KGB, une affaire qui roule…

L’antisionisme universitaire remonte à 1967 - Par Laureen Lipsky

L’antisémitisme sur les campus universitaires libéraux suscite désormais une large attention, dont nous avons tous été témoins lorsque trois présidents de l’Ivy League ont témoigné devant le Congrès que l’appel au génocide des Juifs n’est pas réellement de l’antisémitisme et que cela « dépend du contexte ».

En réalité, la haine anti-israélienne est en place dans le monde universitaire depuis 1967, via l’Opération SIG du KGB.

Bien que l’Union soviétique ait été la première à reconnaître la souveraineté d’Israël en 1948, en l’espace d’une décennie, l’attitude soviétique à l’égard d’Israël s’est rapidement détériorée. L’objectif était qu’Israël devienne un État vassal communiste au Moyen-Orient pour l’Union soviétique et qu’il serve de tampon contre l’Occident.


Plusieurs facteurs ont contribué à ces relations tendues : une fois que les Juifs d’Israël ont découvert l’étendue de l’antisémitisme en Union soviétique, le soutien au régime communiste a diminué, tout comme la découverte de l’étendue des goulags et des crimes contre les citoyens soviétiques. En 1956, lors de la guerre du canal de Suez, Israël s’est rangé aux côtés du Royaume-Uni et de la France contre l’Égypte, soutenue militairement par l’Union soviétique.

Les relations ont continué à se dégrader, l’Union soviétique armant insidieusement toutes les grandes nations arabes.

Après la victoire éclatante d’Israël dans la guerre des Six Jours en 1967, l’Union soviétique a réagi en lançant une crise antisémite, dans le but de positionner Israël à la fois auprès du monde arabe et de tout « idiot utile » occidental comme un « État nazi » et un « État nazi ». colonisateur. »

L’opération SIG a duré de 1967 à 1988 et a été un succès au cours de ces décennies.


Il a été facile de convaincre le monde arabe des mensonges selon lesquels « les Juifs viennent d’Europe » et sont venus en Israël « en tant que colons », qu’Israël « a chassé tous les Arabes en 1948 » et, bien sûr, qu’Israël est un « État d’apartheid ». »

Nous entendons toutes ces phrases lors des marches pro-Hamas aujourd’hui et sur les campus universitaires libéraux, et pas seulement aux Ivies.

Cependant, convaincre l’Occident de ces mensonges s’est avéré une tâche plus difficile, car Israël était toujours considéré comme un outsider. Même de nombreux citoyens soviétiques ont été impressionnés par la victoire militaire d’Israël. Cela a montré aux citoyens soviétiques que les Juifs ne sont pas faibles. Un autre mensonge antisémite, selon lequel les Juifs sont faibles et ont besoin que les autres se battent pour eux, circule parmi la population soviétique depuis la Seconde Guerre mondiale. Peu importe le fait que de nombreux Juifs soviétiques ont servi courageusement dans l’armée soviétique lors des deux guerres mondiales.

Le KGB à l’époque, tout comme les islamistes aujourd’hui, considérait les libéraux occidentaux comme crédules et les traitait d’« idiots utiles ».

C’est grâce au monde universitaire libéral que l’Opération SIG a réussi. Il a suffi de simples images de propagande et de l’invention du « peuple palestinien », alors que, historiquement, un tel peuple n’existe pas.

« Palestiniens » était simplement un terme de colonisateur désignant les Juifs vivant en Israël depuis 136 après JC jusqu’au moment où les Juifs ont libéré 22 % de la patrie juive restante (78 % avaient été volés par Churchill pour créer la Transjordanie en 1922) en 1948. « Palestine » était un terme de colonisateur pour « Israël » pour la même période.

Soudainement, les Arabes venus en Israël en provenance de 25 pays musulmans différents sont devenus des « Palestiniens ».

Il est intéressant de noter qu’il a fallu deux ans aux Arabes d’Israël pour commencer à se faire appeler ce faux surnom, car le terme « Palestiniens » était si étroitement lié aux Juifs que les Arabes d’avant 1948 n’avaient même aucune envie d’être appelés « Arabes palestiniens ».

C’était la même opération SIG qui avait engagé Arafat et Abbas comme agents du KGB, et engagé 4 000 Arabes pour répandre des mensonges antisémites dans tout le monde musulman.

Certains utilisent des excuses telles que « l’ONU utilise ce terme » – comme si l’ONU était un baromètre de la vérité sur tout ce qui concerne Israël – ou une excuse tout aussi comique : « eh bien, c’est ce sous quoi ils s’identifient ». Il n’y a pas de « ils » : il s’agit de six groupes arabes différents, plus des Juifs génétiques vivant dans certaines parties de Judée et de Samarie, qui ont été convertis de force à l’islam au XIe siècle.

Les colons arabes de Gaza ne viennent même pas des mêmes pays que les colons arabes de Judée et Samarie.

Tout comme le Qatar est aujourd’hui l’un des principaux bailleurs de fonds de nombreuses universités libérales aux États-Unis, l’Union soviétique l’a été également sur une période de deux décennies. Ce financement a permis la production de documents anti-israéliens, l’embauche de professeurs anti-israéliens et la diffusion de mensonges antisémites auprès de groupes d’étudiants bien avant l’émergence du CAIR, de J Street, du JVP (Voix juive pour la paix) et du SJP (Étudiants pour la justice en Palestine). .

Comme l’a dit Goebbels : « répétez un mensonge assez souvent et il devient la vérité ».

Quel avenir pour les étudiants juifs sur les campus universitaires ? Les écoles du Sud ont connu une forte augmentation du nombre de candidats juifs. L’Université Emory, l’Université d’Alabama, l’Université du Texas à Dallas, l’Université Washing & Lee, l’Université de Caroline du Sud, l’Université Elon et le Collège de Charleston comptent parmi les choix les plus populaires.

Les Juifs devraient-ils continuer à payer des redevances exorbitantes aux Ivies, dont le prestige en réalité diminue depuis un certain temps, alors que la sécurité des Juifs est en jeu ?

Aujourd’hui, il y a moins de Juifs à Ivies en pourcentage de la population étudiante qu’au plus fort des lois de restriction des quotas juifs, des années 1920 aux années 1960.

Il faudrait des décennies pour réparer les dégâts causés par la propagande libérale pro-islamiste et antisémite soviétique.

Et comme l’a récemment déclaré le célèbre professeur et penseur Gad Saad, lui-même juif libanais, même si un président d’université est évincé, son remplaçant viendra toujours du même pipeline infecté.

L’éducation sioniste est ce dont on a réellement besoin sur les campus universitaires.

Lorsque j’étais à Columbia pour mes études supérieures en 2013, j’ai été témoin de la « Semaine de l’apartheid » du SJP, au cours de laquelle des images d’enfants syriens morts pendant la guerre civile syrienne ont été montrées, prétendant qu’ils étaient des enfants de Gaza. Un groupe juif tiède réagissait avec le slogan « Houmous, pas Hamas ». Mais les slogans ne font rien. L’éducation sioniste réelle et précise fournit aux étudiants des faits permettant de repousser à la fois ceux qui sont innocemment égarés et ceux qui détestent les Juifs.

Quand j’ai signalé une croix gammée, sur le même campus libéral, avec un cercle autour qui disait : « F— Israël », rien n’a été fait. J’ai contacté Hillel, de Columbia, et même à l’époque, leur directeur de l’engagement envers Israël a déclaré qu’ils ne pouvaient rien faire parce que leurs propres étudiants n’étaient pas pro-israéliens. Que leur conseil d’administration refuse de faire flotter le drapeau israélien non seulement à l’extérieur du bâtiment, mais même pas à l’intérieur. Et que beaucoup de leurs étudiants étaient avec J Street, et aussi horrible que J Street était et soit toujours, ils essayaient de les empêcher de rejoindre JVP.

Comparez cela avec ce que j’avais vu lors de mes études de premier cycle, à l’American University, en 2004, lors d’une manifestation contre Israël de la part de l’Association des étudiants musulmans. À l’époque, Hillel à l’UA était fort et, cinq minutes plus tard, des représentants se sont présentés pour contre-manifester et ont fini par mettre fin à la manifestation.

Aujourd’hui, l’université américaine pose autant de problèmes que n’importe quelle autre école libérale. Se plaindre de l’antisionisme n’est donc pas la solution. Éduquer nous-mêmes et, par conséquent, nos jeunes, sur Israël, avec précision, est la bonne ligne de conduite… mais seulement dans les écoles qui ne sont pas complètement tombées sous le charme de « l’idiot utile ».

Source

L’Opération SIG est un exemple précoce et extrêmement réussi de la campagne soviéto-russe visant à perturber la démocratie.

En 2019, Informing Science a publié L’OPÉRATION SIG DU KGB : UNE CAMPAGNE DE 50 ANS POUR INCITER LA HAINE D’ISRAËL ET DES JUIFS.

 Il contient de nombreuses pages de citations expliquant comment l’Opération SIG continue d’avoir un impact sur le monde à travers la campagne de désinformation, c’est-à-dire la diffusion délibérée de fausses informations, y compris une histoire fabriquée. Presque toutes les fausses idées que les antisémites ont aujourd’hui sur Israël et le peuple juif, y compris la croyance selon laquelle Israël est un État d’apartheid, trouvent leur origine dans l’opération SIG.

Historiquement, le « désir d’État » et le « besoin de libération » des Palestiniens ont été inventés en grande partie par l’Union soviétique », selon Christopher Fish dans la Stanford Review (2008). Il écrit :

« Le nationalisme palestinien est donc une fabrication historique née d’une soif d’expansion communiste et d’un ressentiment arabe à l’égard de l’existence d’Israël. »

Les Soviétiques étaient opposés à toutes les démocraties, y compris Israël.

À partir de 2013, Tablet Magazine , un ancien espion soviétique voit le bras long du KG dans l’antisémitisme musulman d’aujourd’hui, a déclaré :

« En 1978, lorsque Pacepa quitta définitivement la Roumanie, le KGB avait dépêché 500 agents infiltrés pour cibler les pays islamiques, écrit-il. La plupart d’entre eux étaient des ingénieurs, des médecins, des enseignants et des professeurs d’art. Ils faisaient partie d’une force soviétique que Pacepa estime à 4 000 hommes, dont la mission était de propager la haine antisémite et anti-occidentale. Le KGB, écrit-il, a distribué plusieurs centaines de milliers d’exemplaires des Protocoles en arabe par l’intermédiaire de ces agents et d’autres. »

Les Protocoles mentionnés sont les Protocoles démystifiés des Sages de Sion. Tout comme d’autres campagnes de propagande anti-juive du passé, la vérité n’avait aucune incidence sur les mensonges délibérés destinés à susciter la haine du peuple juif.

La rupture des relations diplomatiques entre Israël et l’Union Soviétique est devenue inévitable après l’écrasement des offensives militaires arabes de 1967 et 1973. Au cours de cette période, tout espoir qu’Israël devienne un « client » de l’Union soviétique s’est progressivement évaporé. Les armées arabes avaient été humiliées et Moscou qui les avait parrainées, entraînées et équipées aussi. Les Soviétiques ont alors changé de politique et ont entrepris de délégitimer Israël. Leur objectif principal a été de faire du pays lui-même une arme dans la guerre froide contre les États-Unis et l’Occident.

A l’origine, la charte pour la « Palestine » ne revendiquait pas la Cisjordanie ou la bande de Gaza. Tous les droits afférents à ces territoires ont été explicitement répudiés, les « Palestiniens » estimant – à tort – qu’ils revenaient à la Jordanie et à l’Egypte. La revendication de l’OLP visait en réalité le territoire israélien. Ce n’est qu’après la guerre de 1967 quand Israël a expulsé ces occupants illégaux qu’étaient la Jordanie et l’Egypte, que la Cisjordanie et la bande de Gaza ont été rebaptisées territoires palestiniens.

Zouheir Mohsen, un haut dirigeant de l’OLP, l’a admis en 1977 : « Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un État palestinien n’est qu’un outil de lutte contre l’État d’Israël en vue d’aboutir à l’unité arabe… Ce sont des raisons politiques et des raisons tactiques qui nous obligent à parler aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien. Les intérêts nationaux arabes exigent que l’on postule l’existence d’un « peuple palestinien » autonome opposable au sionisme. Oui, l’existence d’une identité palestinienne distincte n’a qu’un intérêt tactique. »

Les détails des opérations terroristes parrainées par Moscou au Moyen-Orient et ailleurs sont exposés dans les 25 000 pages d’archives du KGB copiés puis sortis clandestinement de Russie au début des années 90 par l’archiviste principal du KGB Vassili Mitrokhine. Les archives Mitrokhine sont aujourd’hui déposées au Churchill College de Cambridge au Royaume-Uni.

Les archives Mitrokhine montrent que Yasser Arafat et son successeur à la tête de l’OLP, Mahmoud Abbas, actuel président de l’Autorité palestinienne, étaient des agents du KGB. Tous deux ont joué un rôle déterminant dans les opérations de désinformation et les campagnes terroristes du KGB.

En fait, le mouvement palestinien créé par Moscou, est « le seul mouvement de libération nationale au monde, et dans toute l’histoire de l’humanité, qui a pour raison d’être la destruction d’un État souverain et le génocide d’un peuple.

La propagande de Moscou a été considérablement affaiblie en 2020 par le rapprochement entre Israël et les États arabes. Quand il y une volonté politique américaine, la propagande autoritaire s’affaisse ; les accords d’Abraham ont changé la donne. Telle est la leçon qu’il est possible de tirer de toute cette affaire.

C’est la seule raison qui a motivé le massacre du 7 octobre.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 225 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page