Mystique

Lignes du temps et origine – Les étapes de MU et de l’Atlantide


Les quatre créations de l’Akasha

Les quatre soleils ou âges mayas-aztèques et le 5e âge du mouvement correspondent assez bien aux quatre créations suivies d’un changement majeur décrites par Cayce lorsqu’il lit les enregistrements akashiques.

Il énumère ces âges dans l’ordre suivant : 1er et 2e à Mu, la Mère Patrie; 3e en Atlantide, 4e à Eden, et 5e le changement indiqué dans l’histoire de Noé.

Dans chacune des quatre premières périodes de création, Cayce identifie un nouveau type de corps ou  » race racine « , comme il les appelle. Ensuite, la période de Noé a été l’être du mouvement qui aboutira à un nouveau, cinquième type de corps ou race racine qui doit apparaître au cours des premiers siècles de notre nouveau millénaire actuel.

Voici les créations de Cayce à partir des archives akashiques :

1er et 2e à Mu, la patrie

Jusqu’à présent, la plupart des rapports avec la matière et la Terre se situaient dans les dimensions mentales (le domaine des pensées et des idées), mais il y a environ 12 millions d’années, à mi-chemin de la période néocène, les esprits des dieux se sont déplacés dans la matière pour s’incarner, dans le sens le plus pur de ce mot.

Le premier groupe a concentré son attention sur le continent pacifique de Mu. Là, les déviants en quête d’eux-mêmes ont poussé leur esprit à prendre les formes qui leur plaisaient. Les formes qui en résultèrent furent les corps mi-humains, mi-animaux ou végétaux, la première « race racine ». Ces formes mélangées ont existé pendant environ 2 millions d’années.

Les êtres divins qui sont restés dans les royaumes sans forme n’ont pas imprimé leur esprit et leur cœur dans la matière, mais ont tenté d’aider de leur meilleur point de vue, comme des anges guides ou des anges gardiens. La légende des anges déchus trouve son origine ici.


Selon cette légende, un ange nommé Lucifer, littéralement « donneur de lumière », considéré comme « l’étoile brillante du matin », ou Vénus, avec une armée rebelle d’anges comptant 133 millions de personnes, fut vaincu par l’archange Michel et son armée de 266 millions de personnes. Agissant sous les ordres de Dieu, Michel retira les rebelles des cieux et les jeta sur Terre et en Enfer jusqu’à ce qu’ils se soient repentis de leurs péchés.

Le principal péché à l’origine de cette bataille était l’orgueil. Lucifer, qui avait été le plus puissant des séraphins, et ses anges en étaient venus à se considérer avec un tel « orgueil », comme l’écrit Dante dans sa Divine Comédie, que, par le simple poids de leur égocentrisme, ils tombèrent des royaumes célestes, semblables à des filaments, dans les profondeurs de la matière, où ils restèrent coincés dans une vaste tombe appelée Enfer. Les enfants du ciel qui descendaient étaient les anges qui tombaient.

Selon la lecture que Cayce faisait de l’Akasha, les anges déchus étaient rachetables, et de nombreux « anges » éclairés ont tenté de les aider. Mais ceux qui étaient devenus trop terrestres étaient difficiles à communiquer ou n’écoutaient plus.

Pour Cayce, la principale motivation de la chute était un sens aigu du moi, avec peu ou pas de sens de l’Unité, et des désirs croissants de gratification sensuelle, dans de nombreux cas, de la plus basse espèce. Cela a conduit à la poussée dans la matière.

Il explique qu’il n’y a qu’une seule énergie, et qu’elle peut être élevée pour animer et éclairer la vie ou abaissée à des niveaux qui permettent de se mêler sensuellement aux influences bestiales. Après un tel mélange, l’esprit est contaminé par ces influences et ne peut pas facilement s’élever vers les niveaux supérieurs de conscience et d’énergie, laissant l’individu lié aux royaumes inférieurs.

Il était temps de créer une autre forme de race, une seconde forme de race racine, qui permettrait une plus grande prise de conscience des domaines supérieurs de la conscience et de l’unité. Malgré les dangers pour leur propre conscience, certains des dieux les plus éclairés décidèrent de s’incarner afin d’aider ceux qui étaient piégés dans les royaumes inférieurs du moi et de la matière. Parmi ces aides entrantes, il y avait un dénommé Ouowu.

Ce nom n’était pas exactement celui d’un individu comme nous en avons aujourd’hui. Il s’agissait plutôt du nom collectif d’un groupe d’âmes, qui s’appelaient toutes « Ouowu ». L’individualité était loin d’être ce qu’elle est devenue aujourd’hui. On ne différenciait pas une âme ou un esprit d’un autre ; beaucoup étaient encore très collectifs. Les noms étaient également le son des vibrations du groupe plutôt qu’une simple étiquette. Dire le nom, c’était évoquer la vibration, l’énergie ou l’esprit de ce groupe.

Par la suite, cependant, Ouowu s’est individualisé, associé à une seule âme et à un seul esprit alors que l’individuation poursuivait son cours. Dans ce cas, les autres âmes membres du groupe d’origine prenaient des variations du nom original qui exprimaient le mieux leurs propres qualités d’individualisation, comme Ouo, Ouo-tu, Ouo-mu, et ainsi de suite. Ouowu est devenu le leader individualisé de ce groupe d’âmes éclairées, qui s’est consacré à aider les perdus sans perdre la main sur la vérité elle-même.

De nombreux autres groupes étaient impliqués dans cette mission, notamment Io et Lala-mu, que nous rencontrerons plus tard. Collectivement, les groupes d’illuminés étaient appelés « les enfants de la loi de l’Un » en raison de leur insistance sur le fait qu’il n’y avait qu’une seule force dans l’univers, et que toute vie provenait de cette force et vivait en elle.

Ils enseignaient que la matière peut être diverse mais qu’il n’y a qu’une seule énergie. Ils enseignaient également que les actions et les pensées produisent des réactions qui doivent être satisfaites, une idée que les enfants des ténèbres considéraient comme absurde et comme une nouvelle tentative pour les empêcher de faire ce qu’ils voulaient. Dans la philosophie védique, cette loi d’action-réaction est appelée « karma » et affecte tout le monde, que l’on en soit conscient ou non.

Ouowu et son groupe d’âmes ont perçu comment les filleuls égocentriques étaient devenus denses et lourds ; leur esprit plus étroit, moins universel. Alors qu’elle et son groupe d’âmes étudiaient ce phénomène, ils se sont rendu compte que les dieux égocentriques se déplaçaient si profondément dans la dimension de la Terre qu’ils se séparaient des dimensions supérieures et légères du cosmos et prenaient la forme de créatures indigènes à cette petite planète.

De l’énergie à la matière, ils devenaient terrestres et solides, et il était de plus en plus difficile de communiquer avec eux. Leur essence était la même, mais tout comme l’eau est vaporeuse dans les nuages, mais peut se durcir en glace, ces divinités autrefois vaporeuses, semblables à des nuages, se cristallisaient en formes séparées et solides.

Leurs esprits semblaient piégés dans ces formes. Mais Ouowu savait que cela avait commencé il y a longtemps avec leur désir délibéré de se séparer de l’unité et de faire l’expérience du soi sans se soucier des conséquences. Il n’y a pas de plus grand sentiment de séparation que d’être dans un seul corps, tout seul. C’était l’impact ultime d’un processus d’individuation hors de contrôle, qui comportait tant de promesses mais aussi tant de dangers.


Le moi était le mal, un moi qui n’avait aucun sens ni aucune préoccupation pour le reste de la vie. À la grande surprise de Ouowu, ces êtres terrestres avaient développé une hiérarchie entre eux, plaçant certaines âmes au-dessus des autres, ce qui était totalement étranger aux sphères célestes où ils étaient tous les enfants d’une même famille et d’une même filiation, égaux.

Pour ajouter à cette déchéance du paradis, les dirigeants des groupes terrestres exposaient une croyance selon laquelle il n’y avait en fait aucune conscience universelle centrale à laquelle ils devaient rester en harmonie ; leur source de vie n’était pas un Créateur sans forme mais simplement les forces visibles de la nature. Ils encourageaient chacun à prendre ce qu’il voulait de la vie.

Les survivants qui réussissaient méritaient de vivre mieux et d’utiliser le travail des autres car cela améliorait l’espèce. Le pouvoir, la supériorité, la force, la puissance et la survie du plus apte faisaient partie de leurs nouveaux idéaux et enseignements. Ouowu et son groupe d’âmes considéraient cela comme une absurdité. Ils pensaient qu’une grande distorsion de la perception s’était emparée de ces esprits, et que pour voir la vérité à nouveau, ils devaient retrouver leur nature plus fine.

Cependant, pour que le groupe d’âmes puisse communiquer avec ces esprits terriens, ils devraient eux-mêmes s’enfoncer plus profondément dans les dimensions de la Terre, ce que peu d’entre eux voulaient faire. Pourtant, ils ne pouvaient pas laisser ces âmes perdues dans un état de conscience aussi ridicule.

De toute évidence, les choses avaient dépassé le stade d’un bref flirt avec la Terre. Il était maintenant temps de développer un plan à long terme pour gérer la situation. Sur ce point, de nombreux Enfants de la Loi de l’Un n’étaient pas d’accord ou avaient d’autres idées sur la meilleure façon de traiter le problème.

Pour la première fois, une différence d’opinion est apparue dans les rangs des enfants de l’Unitude. Certains pensaient qu’ils en avaient fait assez pour aider les perdus et, puisqu’ils voulaient rester perdus, ils les laissaient partir. D’autres pensaient qu’envoyer de bons esprits après les mauvais était un gaspillage. Mais certains pensaient qu’il leur suffisait de trouver des endroits sûrs et isolés à la surface de la planète et de construire des centres pour maintenir une présence de lumière dans cette dimension vers laquelle n’importe quel esprit pouvait se tourner lorsqu’il en avait assez de se chercher et voulait redécouvrir son but et sa nature originels.

Ouowu, Io et Lala-mu étaient parmi ceux-là, et ont préparé leur moi collectif à entrer. Pour ce faire, un type de corps plus adapté à la manifestation corporelle ou à l’incarnation physique devait être développé. Les semi-formes utilisées jusqu’à présent étaient soit trop éthérées pour être utiles dans ce monde, soit trop contaminées par des vibrations égoïstes pour être utiles aux esprits éclairés qui arrivaient. Une nouvelle forme était nécessaire, une forme qui permettrait au mental et à l’esprit incarné de maintenir sa syntonie avec la vie sans forme tout en étant dans ce monde de forme.

Selon la lecture que Cayce a faite de l’Akasha, ce deuxième type de corps a été créé il y a environ 10 millions d’années à Mu, appelé le corps de la  » deuxième race racine « . Les âmes qui entraient dans ces corps venaient pour maintenir l’équilibre dans le domaine de la vie matérielle, et non pour satisfaire ou gratifier leurs appétits ou leur ego. Bien que ces corps ne soient pas comme ceux d’aujourd’hui, ils avaient une forme semblable à celle des humains mais étaient plus comparables à des champs concentrés d’énergie, de lumière et de pensée qu’à de la chair et des os.

Le deuxième type de corps était puissant comparé à nos corps, faisant le lien entre le spirituel et le matériel. Alors qu’aujourd’hui nous avons sept glandes endocrines sécrétant des hormones, ces corps avaient sept centres d’énergie tourbillonnants, connus dans les Vedas et les Yoga Sutras sous le nom de « chakras » ou « padmes ». Dans ces centres, un puissant jeu électromagnétique de charges positives et négatives, le yin et le yang, générait de l’énergie. Il ne s’agissait pas d’une sélection arbitraire de sept centres.

Les corps étaient développés en fonction de ce que les godlings considéraient comme des caractéristiques naturelles de ce monde. Comme la lumière du soleil est réfractée par la matière en sept parties primaires : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet, ainsi ces êtres de lumière se manifestaient avec sept centres d’énergie : racine, naval, plexus solaire, cœur, gorge, front et couronne de la tête.


7 Ara, l’orgueilleux seigneur de la mort, peut correspondre aux chakras du corps physique lorsqu’il est sous l’influence de désirs égoïstes et de pulsions exaltantes pour l’ego, avec peu de considération pour les préoccupations et les besoins de l’esprit supérieur.

À cette époque, leurs centres tourbillonnants généraient suffisamment d’élan vital ou d’énergie électrique pour éclairer une petite ville moderne. Chaque atome contient des particules chargées positivement et négativement, de sorte que l’électricité ne peut être séparée de la matière. Le magnétisme, la conductivité et la structure cristalline sont tous des phénomènes de champs électriques. L’espace entourant les particules chargées est un champ électrique.

Ainsi, les « corps » étaient des champs d’électricité focalisée. De formes-pensées, ces êtres s’étaient rapprochés de la matérialisation en devenant de la matière dynamique. Bien sûr, c’était la forme des enfants de Dieu, des dieux ; les autres étaient tellement immergés dans la matière qu’ils étaient plus des animaux que des dieux. C’était l’ère des dieux et des monstruosités.

La consistance des corps de la seconde race des godlings n’était pas fixe ou figée. Leurs esprits puissants pouvaient concentrer ces formes à un endroit précis, marcher et parler, puis passer à l’informe éthéré et disparaître complètement. Mais cela se passait au tout début, lorsqu’ils avaient encore leurs connexions célestes.

Au fur et à mesure que le temps passait et que les divinités vivaient de plus en plus dans cette dimension, leurs corps sont devenus plus structurés et définis en trois dimensions parce que leurs esprits ont progressivement perdu le sens de la réalité sans forme. Ce qui était à l’origine une idée, une forme-pensée, se cristallisait en matière.

Ils sont devenus ce que nous appelons aujourd’hui « réels ». Vous voyez, dans ces temps anciens, l’imagination n’était pas une illusion ou une rêverie oisive, mais une création réelle . En fait, c’est toujours le cas, mais peu y croient, alors il sommeille en nous. Comme l’esprit l’a conçu, ainsi il s’est manifesté. L’imagination était et est le pouvoir derrière la création, même la création de la « vraie » matière.

Au fur et à mesure que la descente croissante dans la matière s’emparait de ces esprits et de ces cœurs, ils devenaient plus lourds et moins libres de se déplacer entre la forme et l’informe, entre les royaumes de la matière et ceux de l’énergie pure. La célèbre scène égyptienne de « pesée du cœur » peut évoquer cela, un cœur léger indiquant la capacité d’une personne à traverser les ténèbres de l’Autre Monde jusqu’aux cieux.

Malgré les idéaux et les objectifs élevés d’Ouowu, elle et son groupe d’âmes n’ont finalement pas pu facilement faire passer les conditions de leur corps à l’état infini. Au lieu de cela, ils ont appris à placer leurs formes physiques dans des états de sommeil pendant que leurs esprits et leurs esprits séjournaient dans les dimensions supérieures.

Cela exigeait que leurs corps soient soignés afin qu’ils en prennent possession au retour des séjours éthérés. Des temples ont été construits pour ces périodes d’harmonisation cosmique. Les temples ont été conçus pour accentuer l’énergie électrique à l’intérieur du corps, à l’intérieur de la planète, autour de la planète (la magnétosphère) et au-delà de la planète, notamment en relation avec l’énergie du Soleil.

Au fur et à mesure que les deux côtés devenaient plus clairement définis, les Enfants des Ténèbres sont devenus plus rebelles et belliqueux, attaquant les Enfants de la Loi de Un, les plus vulnérables. Et bien que les Enfants de l’Un fussent puissants, ils n’étaient pas guerriers. Ouowu savait qu’elle et son groupe devaient trouver des endroits éloignés et isolés pour éviter ces confrontations constantes avec les terrestres et poursuivre leur travail en aidant à la ré-illumination de tous ceux qui voulaient retrouver la gloire qui était la leur avant que le monde ne soit . En plus des enfants des ténèbres déchaînés, il y avait d’autres dangers sur cette planète.

À cette époque de l’évolution de la Terre, les dinosaures avaient disparu depuis longtemps (il y a entre 70 et 220 millions d’années – ère mésozoïque), mais c’était encore la période du Néocène où les grands mammifères augmentaient en taille et en nombre et représentaient un grave danger pour les êtres incarnés. . Ce n’était pas un problème au début de l’incarnation car ils conservaient une grande partie de leurs pouvoirs, mais à mesure qu’ils devenaient de plus en plus une partie de la Terre, perdant leurs liens avec la Nature et la source du pouvoir, ils sont devenus très vulnérables aux dommages physiques.

Cependant, à ce moment du voyage humain, la mort n’était pas encore une expérience cyclique. Aussi difficile que cela puisse être à comprendre, Cayce note que ces êtres, même les méchants, ne sont pas morts, mais ont vécu aussi longtemps qu’ils le voulaient ou aussi longtemps que leurs corps n’étaient pas endommagés ; cela peut prendre des centaines voire des milliers d’années.

L’un des personnages clés des lectures de Cayce de l’Akasha est une prêtresse atlante nommée Alyne. Elle vécut six mille ans, partant d’elle-même séjourner dans les plus profondes méditations des royaumes de Jupiter. Cette étrange déclaration rappelle que ce sont des enfants du cosmos, pas seulement cette petite planète bleue qui est devenue si importante pour nous, et qu’il existe de nombreux royaumes au-delà de ce monde. Pourtant, lorsqu’on était incarné, on était vulnérable aux lois physiques et aux dommages physiques, ce qui pouvait conduire l’âme à devoir abandonner le corps.

Les éclairés ont également choisi d’abandonner leurs magnifiques temples plutôt que de lutter contre les influences négatives des envahisseurs terrestres. Élever les énergies de discorde, de confrontation et de guerre dans leur corps et leur esprit était odieux pour les éclairés. Autant abandonner les structures matérielles et en construire de nouvelles ailleurs.

Finalement, Ouowu et ses compagnons ont déménagé sur une île au large de la côte est de Mu au pays du soleil du matin et y ont construit un autre centre. La vie au centre consistait à passer de longues périodes de temps dans la vie sans forme d’énergie pure et d’unité, puis à revenir dans la vie formée de manifestation physique avec sagesse, compréhension et puissance, puis à les transmettre à quiconque voulait l’écouter.

Pendant leurs périodes de manifestation physique, ils instruisaient et guérissaient ceux qui étaient devenus piégés dans la matière et dont l’esprit ne pouvait pas se connecter à la vie sans forme. Ceux qui étaient piégés sur terre devaient également être nourris, abrités et vêtus, et protégés des assauts des Enfants des Ténèbres et des gros animaux.

Ouowu et ses compagnons sont devenus les gardiens de ces personnes. En raison de leur harmonisation, ils pourraient utiliser les forces de la Nature, l’énergie du Soleil et les champs magnétiques de la Terre (à la fois internes et atmosphériques) pour générer de l’énergie qui pourrait être utilisée pour éclairer, chauffer et protéger ceux qui se trouvent à l’intérieur et autour du centre.

Les quelques personnes qui ont conservé des niveaux élevés d’harmonisation avec la Nature et l’Un pourraient affecter la température, la pression atmosphérique et les vents afin d’affecter le temps et ainsi faire pousser de la nourriture toute l’année. Malheureusement, ces capacités ont attiré de nombreux terrestres qui ne cherchaient pas tant l’illumination que la subsistance. Mais Ouowu a estimé qu’il valait mieux les avoir sous son influence même si leurs motivations étaient moins que les plus élevées.

D’autres groupes éclairés ont construit des centres dans tout Mu. Dans le Sud, le groupe collectif connu sous le nom de « Io » a construit un grand complexe de temples. Au fur et à mesure que ce groupe devenait plus individualisé, la grande prêtresse Io s’est manifestée comme leur chef. Et, sur les rives occidentales de Mu, la prêtresse Lala-mu a développé un immense centre et a enseigné à tous ceux qui sont venus que tout pouvoir, toute gloire, tout bonheur vient de l’Unique Esprit originel, et toutes les entités sont de ce Saint, qu’elles soient le sais encore ou pas.

Les enseignements de Lala-mu se sont répandus à travers Mu, élevant beaucoup de ceux qui étaient fatigués des limitations et des confusions de la matière, mais suscitant la colère des dirigeants des Enfants des Ténèbres, qui cherchaient à la détruire. Mais elle et son groupe d’âmes étaient intelligents et puissants, de manière douce, en créant des illusions visuelles qui ont dérouté les terrestres physiquement puissants qui ont chassé mais ne l’ont jamais trouvée. Il y avait plusieurs autres centres, tous dans des endroits éloignés.


Le travail dans les divers centres de lumière était dans deux domaines fondamentaux : Premièrement, les caractéristiques animales devaient être supprimées de l’esprit et du corps de ceux qui étaient mélangés ou contaminés. L’une des principales méthodes pour diminuer ces influences était la musique.

La musique de l’esprit dans son activité à travers un corps physique étoufferait la poitrine de bien des âmes torturées ou des corps torturés qui luttaient en eux-mêmes avec l’esprit-qui-veut-mais-la-chair-qui-est-faible. La musique, utilisant des instruments à anches ou des flûtes, aiderait à minimiser les désirs du corps et à élever ceux de l’esprit.

À travers cette musique sacrée, certains terrestres ont eu des visions de leur ancien moi, et une fois que leur esprit a perçu leur vrai moi, leurs formes physiques ont répondu de la même manière, perdant beaucoup ou la totalité des caractéristiques et des pulsions animales. Deuxièmement, le temple devait fournir une formation et une assistance pour retrouver l’harmonisation avec les royaumes plus fins et plus légers de la vie sans forme et de l’Unité sous-jacente.

Cela nécessitait des expériences dans les dimensions de l’esprit et de l’esprit. Plus on en faisait l’expérience, moins on possédait de matière. Beaucoup ont été aidés dans les centres de lumière, mais Mu ne survivrait pas aux énergies discordantes des Enfants des Ténèbres. En plus de briser les lois naturelles de la procréation et de l’ordre du phylum, ils ont négligemment joué avec les forces de l’atome et de la gravité.

La disharmonie est devenue si grande que même la Terre, Mère Nature, s’est révoltée et a commencé à trembler et à exploser à cause des vibrations discordantes. Mu s’est brisé en morceaux, en îles. L’énergie mal appliquée et mal dirigée avait ébranlé la matière. Les tremblements de terre, les volcans et les changements climatiques ont transformé la patrie Mu.

De nombreux corps contaminés ont été détruits lors de ces cataclysmes. Ceux qui étaient à l’écoute ont prévu les changements à venir et les signes que la fin de cette ère était sur eux. Certains des êtres illuminés ont volontairement quitté la vie charnelle (ils sont « morts » à leurs formes projetées) pour séjourner dans d’autres dimensions jusqu’à ce que la Terre soit prête pour un autre essai. Mais d’autres n’ont pas quitté leur corps, choisissant de se joindre à une grande migration vers des terres plus sûres.

Ouowu et sa bande de porteurs de lumière ont abandonné leur centre et ont navigué vers l’est dans le soleil levant, arrivant dans ce qui est aujourd’hui l’Arizona et le Nouveau-Mexique, devenant les mystérieux habitants des falaises de ces régions. Io et son groupe ont migré vers les terres connues aujourd’hui sous le nom de Pérou, devenant les prédécesseurs des Incas. Lala-mu et ses partisans ont migré vers l’un des vestiges de l’île de Mu, appelé La Mu, ou simplement La, et y ont poursuivi leur travail jusqu’à ce que d’autres changements les forcent à pénétrer dans les régions d’Indochine.

Une grande partie de la sagesse et du travail de Mu a été dispersée dans tout le Pacifique aux Tonga, Samoa, Fidji, Nan Madol sur l’île de Pohnpei, les Mariannes, Palau, Kosrae, Guam, Tahiti, et ainsi de suite. Certains de ces peuples et leur sagesse sont allés plus loin, entrant au Pérou et dans les terres occidentales du Mexique et du Guatemala. Par exemple, certaines des premières statues et images d’autel olmèques correspondent parfaitement à l’apparence du peuple samoan.

Malheureusement, l’égoïsme n’était pas la seule possession des esprits liés à la terre. Le libre arbitre et la conscience indépendante étaient des dons donnés par Dieu, mais avec le moindre changement d’intention, ces dons sublimes pourraient devenir des armes des démons. Chaque compagnon devait lutter pour maîtriser ses désirs personnels afin de rester en harmonie avec le Créateur et les autres compagnons.

Ouowu a lutté dur pour maintenir son harmonisation et pour aider ceux qui recherchaient ses conseils et ses conseils. Mais elle se sentait assumer de plus en plus la substance de la Terre, et alors qu’elle se débattait avec les chefs des Enfants des Ténèbres, elle se retrouva de plus en plus déterminée à leur imposer ses vues. Ce désir juste et bien intentionné donnait subtilement de la force aux forces de l’intérêt personnel.

Bien que consciente de cela, elle semblait incapable de s’en empêcher. Les premier et deuxième âges touchaient à leur fin et le troisième était sur le point de commencer. Cela conduirait au premier véritable Eden du monde. L’espoir de chacun reposait sur un nouveau potentiel de guérison, d’illumination et de victoire sur les forces qui avaient si fortement pris possession des divinités.


Troisième Atlantide : Eden du monde, masculin et féminin, et les cinq races

Vers 210 000 avant JC, de nombreuses âmes ont commencé une nouvelle incarnation dans la légendaire Atlantide , un continent de l’océan Atlantique. Mu était maintenant de nombreuses îles dispersées dans l’océan Pacifique, et bien que certains temples fournissaient encore de l’aide, l’âge de Mu déclinait. Cela durait depuis un temps étonnamment long, près de 12 millions d’années, mais vers 50 700 av. J.-C., ce ne serait plus qu’une légende, un mythe.

Atlantis était le nouveau point chaud pour la vie dynamique, la transformation et un nouvel espoir. Les incarnations en Atlantide seraient des corps purement de seconde race-racine ; pas de formes animales mixtes. Les Enfants de l’Un et les Enfants des Ténèbres ont tous deux commencé à utiliser ces corps.

Ces corps étaient androgynes, hermaphrodites, ayant les deux sexes en un seul ; de même que de nombreuses plantes, certains animaux, et le mythologique Hermaphrodite, l’enfant bisexuel d’Hermès et d’Aphrodite. Par conséquent, les divinités, bonnes et mauvaises, pouvaient concevoir de nouveaux corps en elles-mêmes, attirant des âmes sœurs pour les habiter, souvent de leur groupe d’âmes. Même si ces corps étaient androgynes, les âmes avaient tendance à accentuer un aspect sexuel, et le féminin était l’aspect prédominant pendant les premières périodes de la Terre.

C’était une époque de domination féminine. Tous les principaux dirigeants étaient majoritairement féminins dans leur expression. Bien que Ouowu, Io et Lala-mu soient majoritairement féminins, ils avaient également des énergies masculines. À cause de cela, ils pouvaient concevoir en eux-mêmes; aucun couplage avec un autre corps n’était nécessaire.

Pour construire leurs communautés, ils conçoivent souvent de nouveaux corps, les mettent en gestation dans le ventre de leur esprit, puis les amènent dans le monde de la forme pour être habités par des âmes sortant des royaumes invisibles de la vie sans forme. Mais Atlantis serait une nouvelle ère, une ère dans laquelle de nombreux changements étonnants apporteraient de meilleures conditions pour tous – du moins c’était l’intention.

L’unité sexuelle peut sembler être une bonne chose, mais ce monde était un endroit solitaire pour les âmes dans des corps séparés et individuels. L’unité et la communauté qui étaient toujours présentes dans les dimensions illimitées de l’esprit et de l’esprit étaient difficiles à expérimenter dans le monde. Chaque esprit était isolé dans un corps séparé. Mais c était sur le point de changer.

Selon l’Akasha, Eden, ce jardin avec Dieu, s’est produit pour la première fois vers 106 000 av.

Selon l’Akasha, ce n’est que vers 12 000 av. J.-C. que l’Eden dont parle la Bible a été créé, entre les fleuves Tigre et Euphrate avec Adam, Eve et le serpent gênant.

L’Eden de l’Atlantide était aussi important que celui de la Bible. Dans ce premier Eden, le Logos de Dieu s’est incarné parmi les Enfants de Dieu pour aider tous les divinités à trouver leur chemin hors de la matière et de l’égoïsme.

Le Logos est l’esprit essentiel ou la conscience de Dieu individualisé afin d’être parmi les êtres individualisés. Le disciple Jean dans les premiers versets de son évangile se réfère au Logos comme « la Parole » qui s’est faite chair et a habité parmi nous. Ce fut une entrée capitale dans la matière, dans le monde de la forme. L’infini était maintenant chez les finis, l’universel chez les individualisés. L’Un était venu parmi les Multiples sous une forme à laquelle ils pouvaient s’identifier et apprendre.

En entrant dans ce monde, le Logos a rapidement déterminé qu’il serait utile que les deux aspects sexuels soient séparés en deux formes ou corps uniques, non seulement pour la compagnie, mais pour s’aider les uns les autres (voir Genèse 2:18). Ce monde nécessite un arrangement différent de l’être afin de surmonter le sentiment de solitude et de séparation.

À bien des égards, ce sentiment séparé a contribué à l’égoïsme et au manque de coopération ou d’harmonisation avec l’unité. Le Logos, Dieu incarné, a divisé son moi hermaphrodite en la légendaire Lilith, la première femme manifestée individuellement, et Amilius, le premier homme. Ces deux étaient les premiers Eve et Adam. Ils étaient jumeaux du même être, moitiés d’un même esprit, d’un même esprit. Selon la lecture de Cayce de l’Akasha, il a fallu quatre-vingt-six ans pour accomplir la projection séparée des aspects complémentaires mâle-femelle de l’âme dans des types de corps séparés.

Une fois cela accompli, les qualités complémentaires pourraient se réunir dans une union qui reflétait l’unité dans les dimensions célestes, et les deux se sentiraient réconfortés et unis. L’unité des deux était l’expérience émotionnelle et mentale que l’on espérait. Et cela a bien fonctionné pendant un certain temps.

Ces nouveaux corps étaient la troisième création, la troisième race racine pour les divinités. Une fois que le Logos avait montré la voie, la plupart des âmes ont répété le processus, séparant leurs qualités masculines et féminines et les manifestant individuellement. La nouvelle s’est répandue dans le monde entier. Dans ces temps anciens, le monde parlait encore une langue commune, la communication était donc facile et rapide.

La nouvelle que le Logos de Dieu était venu parmi les habitants de Poseidia et avait créé un nouveau type de corps a attiré des visiteurs du monde entier. Certains sont venus poussés par le scepticisme, certains par émerveillement et espoir, certains pour défier et affronter, et certains parce que c’était leur dernier espoir. Poseidia était le centre du monde. Même Lala-mu est venue de l’autre côté de la planète pour expérimenter dans le physique ce qu’elle avait dans le mental et l’esprit.

Maintenant, l’union pourrait se produire entre les hommes et les femmes, créant l’amour, la camaraderie, les familles et le foyer. Le concept de foyer était l’un des plus fascinants à incarner des divinités. Avant cela, les gens vivaient dans des groupes et des structures communautaires.

L’idée de partager un endroit spécial avec votre compagnon et toute progéniture de cette union était nouvelle. Il est vite devenu évident à quel point cet arrangement était réconfortant pour incarner les âmes. Les partenaires sexuellement appariés correspondent également à l’arrangement de la nature de ce monde. Un sentiment d’équilibre existait désormais. Les divinités sont devenues harmonieuses avec les voies de la Nature.

Il est répugnant aujourd’hui d’accepter que ces premiers couples soient des moitiés d’eux-mêmes, ou des frères et sœurs incestueux. À cette époque ancienne, la génétique n’était pas un problème parmi les Enfants de l’Un parce que leurs corps n’étaient pas encore des structures complètement physiques comme aujourd’hui, sujettes au mélange génétique et aux forces et faiblesses que nous avons fini par comprendre.

Ils s’accouplaient avec leurs esprits, leurs esprits et leurs cœurs dans l’unité avec Dieu, l’Unité, sans copuler avec leur corps physique (à l’exception des Enfants des Ténèbres qui avaient copulé en utilisant des formes animales et plus tard des formes humanoïdes).


Nos mythologies révèlent cette situation, contenant de nombreuses histoires de frères et sœurs mariés. Par exemple, dans la mythologie égyptienne, le grand dieu Osiris est marié à la grande déesse Isis, qui est aussi sa sœur, ou en vérité, la moitié féminine de toute son âme. Le dieu Ra (prononcé ray ) est marié à sa moitié féminine Rat (prononcé ray-t ).

Le dieu Thot (prononcé fourre – tout ou au avec un long « o ») ou, comme l’appelaient les Grecs, Hermès, est marié à sa moitié féminine Maat (prononcé mate ). C’était la voie des choses dans ces premiers temps. Plus tard, alors que les forces génétiques devenaient plus importantes et que plus de leçons devaient être apprises, il est devenu évident que les mariages gagneraient à s’unir avec une autre moitié (au sens ancien de «l’autre moitié»).

Lilith : la première veille

Bien que Lilith puisse sembler une figure obscure dans l’histoire, nous avons des artefacts physiques montrant son image, des documents écrits et même un passage de la Bible. L’ouvrage le plus ancien dans lequel elle apparaît, sous le nom de « Lillake », est le Prologue de la tablette sumérienne d’Ur sur les exploits de Gilgamesh, vers 2000 av. J.-C. Le Prologue raconte une légende de la création :

Après que le ciel et la terre eurent été séparés et que l’humanité et le monde souterrain eurent été créés, la mer se reflua et coula en l’honneur de son seigneur, mais le vent du sud souffla fort et déracina un saule de ses rives sur l’Euphrate. Une déesse a vu le pauvre arbre et l’a mis dans le jardin de la princesse Inanna à Uruk.

Inanna s’occupait de l’arbre avec grand soin, espérant un jour en faire un lit et un trône. Mais hélas, quand l’arbre a mûri, elle a découvert qu’un serpent qui ne pouvait pas être charmé avait fait son nid dans les racines, et un oiseau Zu avait fait son nid dans les branches, et la servante noire Lilith avait construit sa maison dans le tronc. .

Dans ce conte, nous retrouvons de nombreux symboles qui apparaissent dans le monde antique : arbre, serpent et oiseau. Au Yucatan, l’Arbre de Vie est au milieu du monde, ses racines descendent aux Enfers et ses branches montent vers les Cieux. Dans ce conte sumérien, nous trouvons le serpent niché dans les racines et l’oiseau dans les branches, emblèmes de la plus grande histoire du mental inférieur descendant dans le monde souterrain et du mental supérieur restant dans la meilleure perspective, le plus sage sachant. Lilith, dans cette histoire, demeure entre ces deux états de conscience.

La deuxième source de la légende de Lilith se trouve dans le mysticisme juif, notamment « L’alphabet de Ben Sira », écrit entre 700 et 900 après JC mais racontant un conte qui remonte à l’époque du roi babylonien Nabuchodonosor. Dans ce récit, Lilith est la première femme d’Adam, avant la plus docile Eve.

Lilith se considérait comme l’égale d’Adam, faite à l’image de Dieu. Elle ne se subordonnerait pas aux souhaits d’Adam, en particulier allongée sous lui pendant les rapports sexuels. Elle a insisté sur le fait que si quelqu’un allait sous quelqu’un, ce n’était pas elle. Mais Adam voulait qu’elle lui soit soumise. Tout s’est terminé par l’invocation par Lilith du nom de « L’Ineffable » (un nom si sacré qu’il est inexprimable), ce que l’on croyait impossible car inexprimable ; mais elle le dit et s’envole ainsi.

Adam, découragé par son départ, appelle le Créateur, « Souverain de l’Univers », à la ramener ou à lui en donner une autre ; car il avait déjà cherché parmi toutes les créatures de la Terre et n’en avait trouvé aucune pour être son compagnon. Une divinité féminine était la seule qui pouvait être une vraie compagne. Le Créateur ordonne alors à trois de ses anges de la poursuivre et insiste pour qu’elle revienne. Si elle est déterminée à rester séparée, alors elle doit permettre à la mort d’exister parmi ses enfants.

Cela peut sembler une dure demande, mais ses enfants étaient des immortels, des immortels qui avaient perdu le contact avec Dieu et le but de l’existence. Afin de s’assurer qu’ils ne vivent pas éternellement en tant qu’êtres terrestres sur cette petite planète bleue, le Créateur a voulu qu’ils fassent l’expérience de la mort, un entracte de la manifestation physique, dans l’espoir qu’au cours de cette période, ils puissent se rappeler leur état d’origine et chercher à le retrouver.

Lilith est d’accord. Une centaine de ses enfants mourront chaque jour. Revenir à Adam n’était pas une option pour elle. « Laisse-moi! » dit-elle aux anges. « J’ai été créé uniquement pour rendre malade les nourrissons. Si l’enfant est un mâle, je le domine pendant huit jours après sa naissance, s’il est une femelle, pendant vingt jours.

Les anges, toujours inquiets pour Lilith, lui ont dit que si elle ne revenait pas avec eux, alors elle mourrait. Lilith, pas du genre à être trompée, leur a simplement demandé comment elle pouvait mourir puisque « Dieu m’a ordonné de prendre en charge tous les nouveau-nés : les mâles jusqu’à huit jours, les femelles jusqu’à vingt jours ? Lorsque leur ruse n’a pas fonctionné, les anges ont recommencé à la supplier.

Mais elle n’irait pas. Pourtant, à cause de leur inquiétude, elle leur jura par le nom du Dieu vivant et éternel : « Chaque fois que je vous verrai ou vos noms ou vos formes dans une amulette, je n’aurai aucun pouvoir sur cet enfant. Les noms de ces trois anges sont devenus de puissants boucliers sur des amulettes portées autour du cou des nourrissons.

Leurs noms sont : Snvi, Snsvi et Smnglof ; parfois écrit comme Senoy, Sansenoy et Semangelof (l’ajout de voyelles nous aide à les prononcer, mais l’hébreu ancien utilisait peu ou pas de voyelles). Ben Sira raconte cette légende au roi Nabuchodonosor lorsque le roi demande à Ben Sira de guérir son jeune fils. Ben Sira écrit les noms des anges sur une amulette et la met autour du cou du garçon, qui recouvre la santé.

Certaines légendes hébraïques soutiennent que parce que Lilith a quitté Adam avant la chute dans le jardin, n’ayant pas mangé de pomme, elle est immortelle et n’a aucune part dans la malédiction d’Adam et Eve. Néanmoins, la plupart des contes hébreux la présentent comme un démon qui séduit les hommes dans leurs rêves. On dit qu’elle vit au bord de la mer Rouge où habitent des démons lascifs.

(Les Hébreux ont une tradition selon laquelle l’eau attire les démons.) Si Lilith s’approchait d’un enfant et le caressait, il rirait dans son sommeil ; frapper d’un doigt les lèvres de l’enfant endormie la ferait disparaître. Après la circoncision, un bébé mâle a été protégé en permanence contre Lilith. Cela conduit à se demander comment leurs hommes ont-ils alors été séduits par elle dans leurs rêves ?


Les Hébreux ont peut-être dérivé « Lilith » de « layil », qui signifie « nuit ». Certaines traditions hébraïques soutiennent qu’elle s’est incarnée en tant que reine de Saba et a séduit le roi Salomon. Cela vient principalement d’un récit qui dit que la reine de Saba avait des jambes mal rasées et velues, un signe certain de Lilith car dans le folklore hébreu et arabe, Lilith est un monstre nocturne velu.

Dans la légende babylonienne et assyrienne, elle est Lilitu, un esprit du vent, membre d’une triade. Le passage biblique se trouve dans Ésaïe 34:14-15 qui décrit les ruines désolées du désert d’Édomite où les satyres, les reems (grands bœufs sauvages), les pélicans, les hiboux, les chacals, les autruches, les serpents flèches et les vautours (cerfs-volants) gardent Compagnie Lilith. On lit:

Les chats sauvages rencontreront les hyènes,
les démons-chèvres s’appelleront ;
là aussi Lilith
reposera et trouvera un endroit pour se reposer.
Là, la chouette nichera
et pondra, éclora et couvera dans son ombre.

Dans certaines traductions de ce passage, le nom « Lilith » est remplacé par « monstre de la nuit ». La référence à un hibou dans ce passage est significative car elle fait également référence à Lilith. Dans un relief sumérien, Lilith est représentée avec des pieds de chouette, debout sur le dos d’une paire de lions et tenant dans chaque main la version sumérienne de l’Ankh, le symbole égyptien de la vie.

En Asie, la chouette symbolise la sagesse, en particulier la sagesse reçue dans la nuit. Nous trouvons ce passage pertinent dans les psaumes 19 :2 « Jour après jour prononce la parole, Et nuit en nuit révèle la connaissance. » Dans l’édition catholique romaine de la Bible, le Livre de la Sagesse fait référence à la sagesse en utilisant le pronom féminin « elle ». Un proverbe asiatique soutient que la raison pour laquelle les hiboux sont généralement vus seuls, tout comme Lilith, est que « la sagesse est seule ».

en hébreu

Targum Yerushalmi , la bénédiction sacerdotale dans les livres bibliques de Nombres 6:26 devient : « Que le Seigneur te bénisse dans toutes tes actions et te préserve des Lilim ! Lilim sont les enfants de Lilith. Le commentateur grec Hieronymous a identifié Lilith avec la Lamia grecque, une reine libyenne abandonnée par Zeus, à qui sa femme Héra a volé ses enfants. Lilith s’est vengée de cet acte en spoliant d’autres femmes.

Dans la lecture de l’Akasha par Cayce, il n’y avait pas d’histoire maléfique et sombre de Lilith, simplement une histoire d’égalité et de pouvoir féminin. En fait, Cayce lit que ces parties féminines et masculines du Logos incarné sont revenues sur Terre en tant que personnes très sacrées, travaillant toujours ensemble. Il énumère ces incarnations comme : Amilius et Lilith, Adam et Eve, Hermès et Maat, et Jésus et Marie.

Chacun était une incarnation du Logos, du Verbe, du Messie : leurs aspects féminin et masculin. Selon Cayce, la secte juive appelée Esséniens le savait et cherchait en fait parmi les femmes de l’époque la venue du Messie féminin, le Christ féminin, à travers lequel le Christ masculin serait parfaitement conçu.

Les Esséniens ont simplement lu la Genèse et ont déterminé que lorsque le Seigneur se tourna vers Eve alors qu’elle quittait le Jardin et dit que d’elle viendrait le rédempteur, Il voulait dire qu’une femme viendrait d’abord, puis l’homme. Dans leur temple du mont Carmel, les Esséniens ont accueilli des femmes en harmonie spirituelle et finalement ils ont été récompensés par une jeune vierge qui était en fait née dans le temple d’une conception immaculée de sa mère Ann. Mais revenons à l’Atlantide et à notre voyage vers le Yucatan.

Lilith et Amilius : un âge d’or

A Poseidia, Lilith et Amilius tentèrent d’établir un nouvel ordre. Ils ont établi des principes de vie et développé un plan par lequel tous pourraient être rachetés et réalignés avec les objectifs et la conscience d’origine. Parmi leurs plans figurait un assaut en cinq points contre les forces obscures influençant ce monde et tentant même les Enfants de l’Un.

Le plan prévoyait que cinq grands groupes de porteurs de lumière s’incarnent dans cinq régions différentes du monde et établissent des centres majeurs de culture et d’éducation éclairées. Chaque groupe assumerait la responsabilité de maîtriser l’influence captivante de l’une des cinq influences sensuelles : la vue, le son, le goût, l’odorat et le toucher.

Chacun des groupes assumerait certaines des caractéristiques émotionnelles et comportementales de l’individualité représentées par ce que nous appelons aujourd’hui les « caractéristiques raciales ». L’Atlantide serait le lieu originel de la race rouge, accentuant le sens du toucher. Les montagnes des Andes, en particulier la zone proche des terres péruviennes, seraient le lieu d’origine de la race brune, accentuant l’odorat.

La région de Gobi (pas un désert à cette époque) serait le lieu d’origine de la race jaune, accentuant le sens de l’ouïe. Le Caucase et les Carpates seraient le lieu originel de la race blanche, accentuant le sens de la vue. La Nubie, au Soudan et au sud de l’Egypte, serait le lieu originel de la race noire, accentuant le sens du goût. Ceux-ci établiraient un anneau autour de la Terre de sagesse et de lumière.

Amilius et Lilith ont fermement établi des principes qui contredisaient ceux des Enfants des Ténèbres, qui avaient maintenant un nouveau chef et une préférence sexuelle pour les qualités masculines, devenant connus en Atlantide comme les Fils de Baal ou Baaliel, ou comme Cayce les appelait si souvent, Fils de Beliel (un terme que St. Paul et le poète Milton ont également utilisé). Mais ils n’étaient pas le problème le plus dangereux.

Parmi les Enfants de l’Un, la jalousie sur les divers degrés de beauté atteints a commencé à infester leurs cœurs. Les proches de Lilith et Amilius ont commencé à se disputer pour savoir qui était le plus important. Et ceux qui n’étaient pas aussi proches d’eux qu’ils le souhaiteraient se mirent à envier ceux qui l’étaient.

La manière insidieuse dont ces petites rancunes grandissent dans les cœurs et les esprits était et reste aujourd’hui un grave danger pour l’harmonie et la coopération. Peu de temps après, des factions se sont développées parmi les Enfants de l’Unité, des factions qui ont commencé à comploter contre les intérêts et l’influence des uns et des autres. Aussi mauvais que cela ait été, il y a eu un développement encore pire, que même la Bible rapporte dans Genèse 6 :1-4 :

Et il arriva, quand les hommes commencèrent à se multiplier à la surface de la terre, et que des filles leur naquirent, que les Fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles ; et ils leur prirent pour femmes toutes celles qu’ils choisiraient.

Et l’Éternel dit : ‘Mon esprit ne disputera pas éternellement à l’homme, car lui aussi est chair, mais ses jours seront de cent vingt ans.’ Les Nephilim (géants) étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après cela, quand les Fils de Dieu vinrent vers les filles des hommes, et leur enfantèrent des enfants : les mêmes étaient les hommes puissants d’autrefois, les hommes de renommée.

Jusqu’à ce moment-là, il y avait trois groupes d’êtres : 1) les divinités qui avaient poussé leur chemin dans la matière pour la gratification et l’exaltation, utilisant des formes animales et plus tard des formes humanoïdes mâles et femelles pour se reproduire entre elles de la même manière que les animaux ; 2) les divinités qui étaient venues sur Terre non pas pour la gratification ou l’exaltation mais pour aider à maintenir l’illumination et la connexion avec les royaumes sans forme et concevaient de nouvelles formes en elles-mêmes dans lesquelles venaient les âmes des royaumes invisibles du ciel ; et, 3) les « choses » ressemblant à des zombies qui ont été créées par l’esprit des divinités pour les servir et étaient devenues un groupe de reproduction à elles seules, à la manière des animaux.

Bien qu’Amilius et Lilith aient prévu que les hommes et les femmes se réunissent pour se réconforter et s’unir et concevoir, cela se faisait plus idéalement dans des corps subtils et en accord avec l’Infini. Ils n’ont pas copulé dans des corps de chair comme les fils terrestres de Beliel, les zombies et les animaux. C’est un concept difficile à transmettre aujourd’hui car nous sommes si physiques que l’accouplement sans copulation nécessite un peu d’imagination, et la différence entre un enfant de Dieu et un enfant de l’homme n’est pas aussi claire qu’elle l’était à l’époque. Cayce compare simplement ce type de conception avec celle de l’amibe humble, qui pousse de l’intérieur d’elle-même un autre corps séparé, divisant son propre pool génétique.

À cette époque, le but était d’élever les consciences, les désirs et les énergies des fils de l’homme vers les consciences, les buts et les énergies supérieurs des fils de Dieu, et finalement de revenir dans l’Unité des royaumes sans forme de la vie et de la cosmos. Ce n’est pas arrivé. Les vibrations et les consciences supérieures des fils de Dieu ont commencé à descendre davantage dans la matière physique et l’expérience sensuelle.

Dans les enseignements sacrés, en particulier dans les enseignements védiques, il a été décrit comme inversant le flux de la force vitale, de l’énergie, du mental, vers le bas, souvent représenté comme un serpent (représentant la force vitale de la kundalini à l’intérieur de chaque être) descendant d’un arbre ou Personnel. Par exemple, dans le jardin biblique d’Eden, le serpent descend de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, pour finir par ramper sur son ventre parmi la poussière de la terre.

Ceci est souvent contré dans les cérémonies mystiques du monde antique en élevant l’énergie du serpent, l’esprit, à des niveaux plus élevés de vie et de conscience.

C’est l’idée du serpent ailé que l’on retrouve dans l’art et la mythologie d’Amérique centrale et égyptienne. C’est même dans certains de nos textes majeurs aujourd’hui. Rappelez-vous l’enseignement que Jésus a donné à Nicodème lors d’une visite nocturne secrète (Jean 3:14). Nicodème voulait apprendre les secrets, recherchant cet étrange maître qui devenait un tel problème pour le Sanhédrin, dont Nicodème était membre.

Il a reçu trois enseignements clés de Jésus. La première est que nous devons naître de nouveau. Nous sommes nés physiquement mais nous devons aussi naître spirituellement. Le deuxième enseignement est que nul ne monte au ciel sauf celui ou celle qui en est descendu le premier, se référant à l’involution de l’esprit dans la matière avant notre évolution à travers la matière.

Nous tous, que nous nous en souvenions ou non, avons en nous une âme qui est d’abord descendue du ciel. Cette partie de nous est familière avec les dimensions sans forme au-delà du monde.

Mais la clé de notre étude dans ce chapitre est le troisième enseignement : « De même que Moïse a élevé le serpent dans le désert, de même le fils de l’homme doit être élevé jusqu’à la vie éternelle. Jésus fait référence à l’époque où Moïse a quitté le royaume de Pharaon (si symbolique de l’ego extérieur et des poursuites mondaines) pour rechercher son vrai moi et Dieu dans le désert.

Dans sa recherche, il tombe sur un puits profond autour duquel sept vierges tentent d’abreuver leurs troupeaux. Sept vierges dans le désert, y a-t-il un sens plus profond ici ? Bien sûr qu’il y a. Ces sept vierges, filles d’un grand prêtre, symbolisent les sept centres spirituels, les sept chakras, les sept lotus à l’intérieur de chaque être.

Moïse les abreuve ainsi que leurs troupeaux, épousant finalement l’aîné. Ensuite, il rencontre Dieu dans un buisson ardent et, pour la première fois, apprend à transformer son bâton en serpent et à élever le serpent en bâton (Exode 2, 3 et 4). Plus tard, quand il a tout le peuple dans le désert avec lui, Dieu a ordonné à Moïse de placer un serpent de feu ou d’airain sur un bâton levé et quiconque le regardera sera guéri (Nombres 21:8-9). L’auteur d’Exodus essaie de nous transmettre plus qu’une histoire physique littérale.

Il faut retourner au Jardin d’Eden pour bien comprendre cela, car Adam et Eve n’étaient pas les seuls à tomber dans le Jardin ; le serpent tomba aussi. La force vitale et la conscience au sein des divinités descendantes tombaient à des niveaux de plus en plus bas.

La force vitale peut être nocive si elle est mal utilisée, mais l’augmenter est une clé pour restaurer les niveaux d’énergie et de conscience avant que le monde ne soit. Dans les Yoga Sutras de Patanjali (vers 300 avant JC), le processus d’élévation de l’énergie commence par une compréhension de l’endroit où se trouve l’énergie dans le corps, comment elle est élevée et le chemin qu’elle suit à travers le corps.

Selon les Yoga Sutras , l’énergie est « enroulée » comme un serpent ( kundalini ) dans la partie inférieure du torse du corps, près de la base de la colonne vertébrale. Il remonte la colonne vertébrale ( sushumna ) à travers les centres spirituels, les chakras (roues) ou les padmes (lotus), jusqu’à la base du cerveau et à travers le cerveau jusqu’aux sourcils. Le chemin de la kundalini à travers le corps est représenté par un cobra en position de frappe ou par une houlette de pharaon ou une houlette de berger. (Une houlette est un bâton avec un crochet à l’extrémité supérieure. La houlette du berger est évasée à l’extrémité.)

De nombreux livres enseignent aujourd’hui que la kundalini culmine au sommet de la tête, mais les images et les enseignements les plus anciens ainsi que ceux de Cayce la dépeignent toujours culminant au front, au même endroit où le cobra frontal du pharaon est positionné. Cela causera une certaine confusion parmi beaucoup de ceux qui ont étudié et pratiqué pendant des années en utilisant le chakra de la couronne comme le centre spirituel le plus élevé du corps.

Cayce a insisté sur le fait que le véritable chemin de la kundalini passe par le chakra de la couronne et dans le chakra du troisième œil sur le front. Les sept centres spirituels sont liés aux sept glandes endocrines du corps : 1) testicules ou ovaires, 2) cellules de Leydig (du nom du médecin qui les a découvertes), 3) glandes surrénales, 4) thymus, 5) thyroïde, 6) pinéale et 7) pituitaire. Ils sont également liés aux principaux ganglions ou plexus nerveux le long de la colonne vertébrale : pelvien ou lombaire, hypogastrique ou abdominal, épigastrique ou solaire, cardiopulmonaire ou cardiaque et pulmonaire, pharyngé ou gorge, et le cerveau lui-même.

Bien que la mission d’Amilius et Lilith ait été couronnée de succès à bien des égards, le déclin de la conscience des habitants de la Terre était évident. Le salut n’était pas à portée de main, malgré tous les efforts.

Amilius et Lilith se sont retirés dans les royaumes plus profonds de la pensée et de l’esprit de Dieu pour se préparer au prochain grand effort. Il était clair que les compagnons potentiels du Créateur entraient pleinement dans l’égoïsme et la matérialité.

Le plan visant à inverser ce mouvement avant qu’il ne devienne incontrôlable avait échoué. Maintenant, l’esprit et le mental allaient entrer pleinement dans ce monde, en expérimentant chaque partie jusqu’à ce qu’il ne retienne plus aucun attrait, et ils pourraient le prendre ou le laisser à volonté. Les anciennes terres de Mu, Oz, Og, Ohum, Zu, Atlantis et bien d’autres touchaient à leur fin, forçant d’énormes migrations vers les terres de la nouvelle voie.

Après la purification par le déluge (que Cayce date de 22 800 av. J.-C.), les terres du Yucatan, de la Chine, de l’Inde, de la Perse, de l’Égypte, de la Scandinavie et d’autres commençaient. Le Yucatan renaîtrait des cendres de Mu et de l’Atlantide, et au plus profond de son sol seraient enterrés les archives des trois premiers âges.

4ème Âge – Adam et Eve

Selon la lecture de Cayce de l’Akasha, l’histoire d’Adam et Eve qui commence dans le deuxième chapitre de la Genèse est la création du quatrième type de corps, la quatrième race racine, que les divinités utiliseront dans leur voyage à travers cette dimension. Regardons quelques-uns des aspects fascinants de cette histoire.

La Genèse commence : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. Le mot « Dieu » est une traduction du mot hébreu original « Elohiym », qui est un nom pluriel pour la divinité. L’utilisation de la forme plurielle reflète la nature collective et holistique de l’aspect original de Dieu qui a commencé la création.

Quand Elohiym parle, « ils » se réfèrent à eux-mêmes au pluriel, comme dans Genèse 1:26 : « Faisons – le à notre image, selon notre ressemblance. Elohiym n’est clairement pas une entité singulière et suprême séparée de la création. Dieu est le Collectif, composé des créés tout en étant leur source. Nous contribuons en fait à la composition de Dieu. Cela ne veut pas dire que nous composons tout l’être de Dieu, mais simplement qu’une partie de l’être de Dieu est nous. Dans la lecture 900-181 de Cayce, il encourage une personne à comprendre « que non seulement Dieu est Dieu, mais que le moi est une partie de cette Unité ».

Changer le nom de Dieu est un moyen de transmettre des changements dans notre relation avec le Créateur. Chaque mouvement plus éloigné de la connexion directe et consciente change le nom. Par conséquent, la création originale est faite par Elohiym au chapitre 1 de la Genèse. La deuxième création qui se produit au chapitre 2 est faite par le «Seigneur Dieu», Yahweh Elohiym . Mais au chapitre 4, quand Adam et Eve commencent à concevoir physiquement, le «Seigneur», Yahweh est l’étendue de notre relation. De partie intégrante de l’Unité à sujet subordonné du Seigneur, les divinités ont glissé dans les ténèbres et la séparation.

A l’origine, Elohiym (parfois orthographié Elohim , mais est généralement prononcé El-o-Heem ) nous crée à son image, « Faisons l’homme [ adam ] à notre image, selon notre ressemblance .... Alors Elohiym créa l’homme [ adam ] à Son image, à l’image de Dieu Il le créa ; mâle et femelle, il les créa » (Genèse 1:26-27). Dans ce passage, le mot hébreu pour homme est adam, interprété comme signifiant « rougeâtre » ou « rougeâtre », mais signifie également « personnes » ou « personnes » collectivement, et peut signifier une « personne indéfinie ».

(Voir la Bible d’étude clé hébreu-grec, Spiros Zodhiates, Th.D., AMG Publishers, 1990.) Ici Adam est un homme et une femme ; androgyne, hermaphrodite. Ce n’est qu’au deuxième chapitre de la Genèse que le «Seigneur Dieu» crée Adam «de la poussière de la terre», en d’autres termes, dans la chair , que ces parties sexuelles sont séparées.

Lorsque cela se produit, le nom « adam » prend le sens que nous associons le plus souvent à ce mot « homme », un homme de sexe masculin avec un « A » majuscule. Mais « adam » a d’abord été fait à l’image d’Elohiym, qui n’est pas chair. Puis, symbolisé par le changement du nom du créateur de « Dieu » à « Seigneur Dieu » et, par la suite, simplement à « Seigneur », nous voyons la descente de la conscience directe de Dieu à la conscience de soi.


Un autre point important à propos de cette création est qu’il s’agit, selon la lecture de Cayce de l’Akasha, une création de groupe , pas seulement la création d’une personne célèbre. A ce stade de la création « adam » fait référence à un groupe originel d’âmes créé à l’image d’Elohiym, et refait par la suite en chair spiritualisée par Yahweh Elohiym, puis en chair mortelle par Yahweh. Selon les lectures de Cayce, les âmes, ces divinités au sein du Dieu Unique, sont entrées sur la terre en cinq endroits, en cinq nations et en cinq races ; et l’un d’eux était « adam » (900-227, 364-9 et -13). La Bible est l’histoire de ces âmes.

À ce stade de la Genèse, Dieu a tout créé en pensée , dans l’esprit de Dieu, pas physiquement &emdash; tout existait dans la conscience de Dieu. Ceci est symbolisé dans le passage qui vient après les sept jours de la création : ] n’avait pas fait pleuvoir sur la terre ; et il n’y avait personne [en chair] pour cultiver la terre » (Genèse 2:4-15).

Le ciel, la terre et Adam qui avaient déjà été créés au chapitre un n’étaient que dans l’esprit de Dieu, pas encore dans la forme ou la matière. C’était notre maison naturelle avant d’entrer dans la chair. C’est ce qui est dit dans la prière de Jésus à Dieu : « Et maintenant, glorifie-moi avec toi, Père, de la gloire que j’avais avec toi avant que le monde fût »

Et c’est de ce royaume dont il est question lorsque Jésus nous dit : « Je vais vous préparer une place… afin que là où je suis, vous y soyez aussi. Et vous connaissez le chemin où je vais » (Jean 14 :2-4). Maintenant, comme beaucoup d’entre nous qui sommes tellement dans la conscience physique, le disciple Thomas conteste cette déclaration : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment connaissons-nous le chemin ? Mais nous connaissons le chemin.

Au fond de nous est notre vraie nature. Au plus profond de nous, nous nous souvenons de la maison d’origine et nous connaissons le chemin. Chacun de nous était là au début. Chacun de nous a été créé à l’origine à l’image et à la ressemblance d’Elohiym. En nous, cette nature originelle vit et connaît intuitivement son chemin vers la maison. Comme Jésus l’a dit à Nicodème : « Nul ne monte au ciel que celui qui en est déjà descendu, le Fils de l’homme » (Jean 3 :18).

Comme nous l’avons évoqué plus tôt, les anciens enseignements soutiennent que l’Un est composé de deux qualités : celle de l’ obscurité ; sens invisible, profond, et d’où vient l’autre aspect, la lumière &endash; sens vu, présent et actif. Dans les philosophies orientales, les termes « yin » et « yang » sont utilisés pour exprimer ces caractéristiques. Le Yin est un principe intérieur féminin, invisible ; yang un principe masculin, vu, projeté.

Une observation objective des corps physiques de la femme et de l’homme reflète ces qualités. Les organes sexuels d’une femme sont profondément enfouis dans son torse, ceux d’un homme à l’extérieur du sien. Un corps féminin a plus de processus internes qu’un homme, tels que les cycles menstruels, la conception, la gestation et la production de lait. La femelle reflète les caractéristiques de l’aspect intérieur de Dieu. Ainsi, elle est le reflet du Dieu sombre, inconnu, invisible, non manifesté, le yin.

Elle représente l’inconscient, le sommeil et la « Nuit » dans la Genèse, donc « la Lune et les étoiles ». Cela impliquerait également que le féminin est le vent, l’esprit, d’autant plus qu’elle est la conceptrice, la « donneuse de vie» ( chavvah en hébreu, était le mot utilisé pour la première fois pour décrire la partie Eve de l’être adamique original). Eve est créée par Dieu jetant un profond sommeil sur l’humanité (c’est-à-dire Adam), et tandis que dans cet état profond, le féminin est retiré et séparé en une forme individuelle.

Le mâle reflète les caractéristiques du Dieu extérieur manifesté. Ainsi, il est le reflet du Dieu présent, actif, changeant, personnel. Il représente le conscient, l’éveil ; « Jour » dans la Genèse, donc le Soleil. Il est le « laboureur du sol », le faiseur, le conquérant. Cela impliquerait également qu’il est alors le reflet du souffle, l’âme, d’autant plus qu’il est le « faiseur » changeant et en développement. Notre nature originelle était composée de ces deux forces en un seul être, mais bientôt celles-ci devaient être séparées.

Notre chute du lieu d’être originel est allégoriquement présentée comme la séparation des sexes et la consommation du « fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal » (Gen. 2:17), qui symbolise la consommation de la connaissance sans compréhension. Les lectures de Cayce le déclarent ainsi : « … ne cherchez pas seulement la connaissance. Car, REGARDEZ ce que cela a apporté à Eve. Cherchez plutôt cette sagesse qui a finalement été fondée en elle [Marie] qui a été appelée « la servante du Seigneur »…. » (Cayce lisant # 2072-10).

Dans l’histoire de la Genèse, Yahweh Elohiym a ordonné à Adam de ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, en disant « car le jour où vous en mangerez, vous mourrez certainement » (Genèse 2:17). Jusque-là, nous étions des êtres immortels, à l’image de l’immortel Elohiym. Cependant, plus nous nous éloignions de la conscience de notre connexion avec l’Éternel, plus nous perdions la connexion à la source de vie.

Adam et Eve ont commencé à vivre trop complètement dans la chair, perdant contact avec l’énergie vivifiante. Ils ont commencé à inverser le flux de la Force vitale , l’ élan vital , l’amenant plus loin dans la conscience de soi. Cela est devenu si aigu que, selon les lectures de Cayce, nous avons en fait expérimenté une mort de l’esprit, voir sa lecture #815-7. Pour le dire autrement, nous sommes morts à l’influence spirituelle et vivifiante. Un autre élément important de cette mort déroutante était la croissance de quelque chose d’ autre que Dieu .

Le serpent dans le Jardin représente l’esprit et la force vitale descendant vers le soi, déconnecté du Collectif. Il est soi sans égard pour le Tout ou pour les autres êtres. C’est le moi qui cherche l’auto-gratification, l’auto-glorification, l’auto-glorification, l’égocentrisme. Mais pour que les compagnons potentiels de Dieu soient de vrais compagnons, ils devaient avoir un fort sentiment d’eux-mêmes.

Comme le disent les lectures de Cayce : nous devons arriver à nous connaître comme étant nous-mêmes, mais un avec le tout (le reste de la création et le Créateur), voir la lecture de Cayce. Afin d’atteindre cet objectif, nous avons dû développer un sentiment de soi, qui nous sommes, individuellement. Ensuite, choisissez de coopérer dans l’unité avec le Tout. Par conséquent, malgré les dangers inhérents au développement de la conscience de soi, elle a été autorisée car elle était et reste la voie vers la pleine réalisation de notre rôle de compagnons divins. Pourtant, cela devient souvent une pierre d’achoppement.

Adam, Eve et le serpent (tous les aspects de nous-mêmes) tombent en disgrâce et perdent le confort du Jardin. L’Arbre de Vie, symbolisant l’immortalité, est désormais protégé de nous, pour nous empêcher de devenir des êtres terrestres éternels alors que nous sommes censés être des êtres célestes éternels . Nous entrons maintenant dans le cycle de la vie et de la mort. Ceci est encore symbolisé dans la conception d’Ève des deux êtres dont nous avons parlé plus tôt : Caïn et Able. Caïn signifie littéralement celui « acquis » (nos egos en formation).

Abel signifie « un souffle », ou âme (notre moi spirituellement conscient), Gen. 4. Bien sûr, Dieu favorise les offrandes de nos âmes plus que nos egos, comme le symbolisent les offrandes d’Abel par opposition à celles de Caïn. Cependant, Caïn (ego) est irrité par cela et tue Abel (âme). Mais le Seigneur Yahvé vient à Caïn et dit : « Pourquoi es-tu en colère, et pourquoi ton visage est-il tombé ? Si vous vous débrouillez bien, ne serez-vous pas accepté ? Et si vous ne faites pas bien, alors le péché se couche à la porte [de votre conscience] ; son désir est pour vous, mais vous devez le maîtriser », Gen. 4:6-7.

La quatrième création était celle avec laquelle nous avons vécu pendant une grande partie de l’histoire humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui. Les corps que nous utilisons aujourd’hui sont des corps du quatrième âge, des corps adamiques, des corps homo-sapiens. Mais, comme l’indique le calendrier prophétique maya, nous sommes sur le point de subir un autre changement le 23 décembre 2012. Le cinquième âge, l’âge du « mouvement », a commencé avec Noé, mais le cinquième type de corps commence à se former dans les premières décennies. des années 2000.

5e – Noé : l’âge du mouvement

C’est le moment de l’histoire où la Bible dit que Dieu a regretté d’avoir créé l’homme et a commencé à concevoir un moyen de recommencer. Le grand déluge légendaire qui est enregistré dans tous les contes antiques du monde était sur le point de commencer. Voici une référence biblique : Et Jéhovah [remarquez le changement de nom une fois de plus] vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que chaque imagination des pensées de son cœur n’était que mal continuellement. Et Jéhovah se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et cela l’affligea dans son cœur. Et Jéhovah dit : ‘Je détruirai de la surface de la terre l’homme que j’ai créé ; à la fois l’homme et la bête, et les reptiles, et les oiseaux des cieux; car je me repens de les avoir faits. (Genèse 6:5-7)

Il y a une lecture fascinante de la vie passée pour une femme qui, selon Cayce, était sur l’arche de Noé. Dans la lecture, Cayce donne un aperçu des changements à venir dans la nouvelle ère que nous attendons, l’ère du Verseau, et leur relation avec les changements qui se sont produits à l’époque de Noé. Vous vous souviendrez que même Jésus fait référence à l’époque de Noé lorsque ses disciples lui ont posé des questions sur la soi-disant « Fin des Temps » (voir Matthieu 25).

La lecture commence avec l’esprit de Cayce qui examine le « Livre de la vie » de cette femme, ses enregistrements sur l’écheveau du temps et de l’espace, l’Akasha :

Quel record inhabituel – et l’un de ceux que l’on pourrait appeler physiquement « les mères du monde ! » Parce que l’entité était l’une de celles de l’arche de Noé. L’entité est apparue lorsqu’il y avait de nouvelles révélations à donner. Et encore, il apparaît quand il y a de nouvelles révélations à faire.

Puisse l’entité conduire son esprit, son corps et ses buts de manière à être un canal par lequel peuvent arriver les messages nécessaires à l’éveil de l’esprit des hommes quant à la nécessité de retourner à la recherche de leur relation. avec les Forces Créatrices ou Dieu. Car comme cela a été donné depuis le début, le déluge [le déluge de Noé] n’était pas un mythe (comme beaucoup voudraient vous le faire croire) mais une période où l’homme s’était tellement rabaissé avec les soucis du monde, avec la tromperie de sa propre connaissance et le pouvoir, au point d’exiger qu’il y ait un retour à sa dépendance totale – physiquement et mentalement – ​​des Forces Créatrices.

Cette entité verra-t-elle de nouveau cela se produire sur la terre ? Sera-ce parmi ceux à qui on pourra donner des instructions quant à la manière et à l’endroit où les élus peuvent être préservés pour le remplissage à nouveau de la terre ? Rappelez-vous, non pas par l’eau – car c’est la mère de la vie sur la terre – mais plutôt par l’élément, le feu. (Cayce lisant #3653-1)

C’est une lecture dérangeante. Il semble dire qu’il y aura une nouvelle destruction, comme celle qui s’est produite pendant la période de Noé, mais cette fois ce sera par le feu et non par l’eau. Et il semble également dire que la destruction sera d’une telle ampleur que nous serons « donnés des instructions sur la façon dont, où, les élus peuvent être préservés pour le renouvellement de la terre ! »

Je sais que beaucoup d’entre nous sont fatigués de ces prophéties funestes qui sont si impressionnantes qu’il semble impossible de continuer à vivre notre vie quotidienne avec elles suspendues au-dessus de nos têtes. Une chose dans les commentaires de Cayce qu’il est important de comprendre est que cette lecture indique clairement que la vie continue, comme elle l’a fait après Noé.

L’incendie mentionné dans cette lecture pourrait provenir de l’augmentation du rayonnement solaire plutôt que de la combustion. Cela peut se produire de plusieurs manières, de l’augmentation de l’effet de « maison de serre » à la rupture des ceintures protectrices de Van Allen lors d’un changement de pôle planétaire.

Un déplacement des pôles terrestres

Un événement important sur lequel nous devons garder un œil est le déplacement des pôles de la Terre &endash; pas de petit événement ! Lorsqu’on a demandé à Cayce « Quel grand changement ou le début de quel changement, le cas échéant, doit avoir lieu sur la Terre en l’an 2000 à 20001 après JC ? » Edgar Cayce répondit : « Quand il y a un déplacement des pôles ; ou un nouveau cycle commence » (826-8). Il faut être prudent avec cette lecture car l’esprit de transe de Cayce est sous l’influence de la question, et ici la question est plutôt ouverte, permettant un « grand changement » de commencer ou d’avoir lieu de l’an 2000 à l’an 2001 !

Par conséquent, la réponse de Cayce pourrait être vers 2001 et simplement le « début » du changement de pôle. Mais d’autres lectures de Cayce nous aident à mieux comprendre ce qu’il voyait. Par exemple, en lisant 378-16, il dit que la période d’essai « commence en ’58 et se termine avec les changements opérés dans les bouleversements et le déplacement des pôles, comme commence alors le règne en ’98 (comme le temps est compté dans le présent ). »

Cela semble signifier que le changement des pôles commence en 1998 et nous pouvons donc supposer que sa réponse concernant les années 2000 à 2001 était que le changement réel devenait évident pour nous tous.

En lisant 3976-15, il dit : « Il y aura alors un déplacement des pôles – de sorte que là où il y a eu ceux d’un glacial ou du semi-tropical deviendront les plus tropicaux, et la mousse et la fougère pousseront. Et celles-ci commenceront dans ces périodes de 58 à 98, quand celles-ci seront proclamées comme les périodes où Sa lumière sera de nouveau vue dans les nuages.

Quant aux temps, aux saisons, aux lieux, SEUL est donné à ceux qui ont nommé le nom – et qui portent la marque de ceux de son appel et de son élection dans leur corps. C’est à eux qu’il sera donné. Encore une fois, Cayce semble dire que le déplacement des pôles commence au cours de la dernière année de cette période de quarante ans de ’58 à ’98, culminant dans le déplacement réel ou notable de 2000 à 2001.

Ceux qui étudient le paléomagnétisme ont découvert qu’au cours des 70 derniers millions d’années, le champ magnétique terrestre s’est inversé « brusquement » plus de 100 fois. Ce sont les pôles magnétiques nord et sud qui affectent nos boussoles et par lesquels nous naviguons. Les autres pôles sont les extrémités nord et sud de l’axe sur lequel tourne notre planète ?

Comme une toupie, notre planète tourne autour d’un axe central. Cela a-t-il déjà changé ? Selon les scientifiques, au cours des 4 derniers millions d’années, l’axe autour duquel tourne la Terre a inversé ses pôles au moins 9 fois. C’est un changement d’axe tous les 444 444 ans environ, tandis que les pôles magnétiques se sont déplacés tous les 700 000 ans environ. Cependant, les scientifiques ne sont pas d’accord sur les déplacements des pôles magnétiques. Certains trouvent des preuves que les pôles magnétiques s’inversent tous les 100 000 ans, certains ont trouvé des preuves de décalages tous les 50 000 ans.

Cayce parle-t-il d’un décalage magnétique ou d’un décalage d’axe ? Il parle certainement des changements climatiques, donc à moins que les changements magnétiques n’affectent les conditions météorologiques, on serait enclin à croire que Cayce assiste à un changement d’axe. Cependant, une inversion exacte des pôles de l’axe n’entraînerait pas le type de changements météorologiques qu’il décrit : « le froid ou le semi-tropical deviendra le plus tropical, et la mousse et la fougère pousseront ». Cela nécessiterait seulement que l’axe se déplace suffisamment pour diriger les parties les plus froides de la planète vers le soleil. Examinons ces deux types de déplacements des pôles.

Les pôles magnétiques ont été reconnus pour la première fois par les générations modernes au 16ème siècle comme la direction vers laquelle pointent les aiguilles des boussoles. Mais le nord magnétique change continuellement de position. Il est maintenant situé en mer, à environ 93 milles au nord de May Inlet sur l’île Bathurst. Il s’agit d’un décalage d’environ 530 milles au nord-nord-ouest depuis 1831, date à laquelle il a été fixé de manière fiable pour la première fois. Le nord magnétique fluctue également quotidiennement, sous l’effet de l’activité solaire. Les éruptions solaires créent des orages magnétiques qui voyagent dans l’espace et frappent le champ magnétique de la Terre, le perturbant comme une pierre sur un étang.

Ces perturbations de la magnétosphère entourant la Terre font que les pôles magnétiques, nord et sud, se déplacent d’avant en arrière sur la terre et la mer. Par conséquent, les scientifiques du gouvernement canadien ne peuvent indiquer que « l’emplacement moyen » du pôle nord magnétique pour une période donnée.

En plus des fluctuations des boussoles, les pôles magnétiques affectent la vie biologique sur la planète. Les chercheurs d’une science relativement jeune appelée
biologie des géo -aimants n’ont aucun doute sur le fait que les champs magnétiques de la Terre ont des effets profonds sur les organismes vivants, provoquant même des comportements psychotiques et des crises cardiaques chez les humains.

Les champs magnétiques peuvent également avoir joué un rôle majeur dans la détermination du cours de l’évolution. Si Cayce parle d’un changement magnétique, alors il se déroule depuis au moins 1831 et se trouve maintenant à environ 530 milles de l’endroit où il se trouvait. Les scientifiques ont également des preuves que les pôles de l’axe de la Terre se sont déplacés auparavant. William Sager de Texas A&M et bien connu Anthony KP Koppers de la Scripps Institution à San Diego ont rapporté dans l’édition du 21 janvier 2000 de Science leurs découvertes d’un déplacement des pôles de l’axe il y a 84 millions d’années.

En 1998, une autre équipe scientifique de géologues du California Institute of Technology a rapporté avoir trouvé des preuves d’un déplacement des pôles de l’axe, mais leurs preuves dataient d’un déplacement survenu il y a environ un demi-milliard d’années, un déplacement de 90° ! Ils croient que ce changement de pôle a déclenché la grande « explosion cambrienne » de la vie multicellulaire, une période qui a vu tous les principaux groupes de plantes et d’animaux commencer leur lente évolution vers l’endroit où nous sommes aujourd’hui.

Certainement un nouveau cycle a commencé à ce changement de pôle. Sager et Koppers disent que le décalage qu’ils ont détecté était d’environ 16 à 21°, ce qui, s’il se produisait aujourd’hui, déplacerait Washington, DC vers l’endroit où se trouve actuellement Cuba. San Francisco serait à peu près là où se trouve la Basse-Californie.

Évidemment, l’Amérique du Nord se réchaufferait. Pendant le décalage Sager-Koppers, les volcans ont produit trois plateaux massifs, un autour des îles Kerguelen près de l’Antarctique, un autre dans la région de Jave, en Indonésie, et le troisième dans les Caraïbes, près de Columbia, en Amérique du Sud. Vous vous souviendrez peut-être que la région colombo-caribéenne est l’endroit où l’énorme astéroïde a frappé la Terre, mettant fin à l’ère des dinosaures.

Ces déplacements semblent être causés par des changements magnétiques combinés à des déplacements de plaques tectoniques. Les deux équipes soulignent que les changements de pôle ont pris beaucoup de temps pour être terminés. Le quart de Sager-Koppers a pris 2 millions pour être complété. Le changement du California Institute of Technology a duré 15 millions d’années. Dans la chronologie de Cayce, l’âge de la Terre a commencé il y a environ 4,6 milliards d’années, avec Mu (Lémurie) commençant il y a environ 12 millions d’années, l’Atlantide commençant il y a environ 212 000 ans (durée environ 200 000 ans), Amilius est entré dans l’Atlantide il y a environ 108 000 ans, et la forme humaine d’Adam-Ève que nous utilisons aujourd’hui a commencé il y a environ 14 000 ans.

Les scientifiques disent que le type de corps que nous utilisons actuellement remonte à environ 400 000 ans, mais vous devez vous rappeler que Cayce a dit que nous apportions de nombreuses modifications à ce corps homo-sapien. Il a décrit comment, à l’époque d’Hermès, de Râ et d’Isis en Égypte, nous avons en fait effectué des opérations dans le Temple du Sacrifice pour retirer un chakra bas et animal des cuisses de ces corps.

Par conséquent, l’homo sapien pourrait avoir plusieurs versions ou éditions. Cayce prédit que notre corps effectuera un autre changement à peu près au même moment de ce changement de pôle à venir.

Le premier était avec l’entrée dans Mu, il y a 12 millions d’années. La seconde était il y a environ 10 millions, toujours à Mu. La troisième race racine a été créée par Amilius et Lilith en Atlantide il y a environ 106 000 ans. Et le quatrième corps de race racine, dont nous utilisons une forme aujourd’hui, a été créé il y a environ 14 000 ans. Il est temps pour une nouvelle version améliorée, vous n’êtes pas d’accord ?

Les pôles terrestres vacillent depuis un certain temps déjà. Cela peut être un signe que les pôles vont bientôt se déplacer à nouveau. Ce mouvement est comme une toupie lorsqu’elle est sur le point de tomber. Il tourne étroitement autour de ses pôles d’axe, puis, alors qu’il est sur le point de tomber, il commence à vaciller. L’attraction gravitationnelle du Soleil et de la Lune sur la Terre non sphérique provoque une précession de l’axe de rotation de la Terre dans l’espace semblable à l’action d’un sommet.

En plus de ce mouvement, l’axe subit un petit mouvement de « hochement de tête » appelé nutation. Ces deux mouvements peuvent être décrits théoriquement avec un haut degré de précision. Les forces à l’intérieur de la Terre affectent également sa rotation. De nombreuses organisations surveillent cela : le National Earth Orientation Service (NEOS), le sous-bureau pour le service rapide et la prévision de l’International Earth Rotation Service (IERS), tous deux situés à l’US Naval Observatory (NSNO), et l’Union astronomique internationale ( IAU) et d’innombrables équipes indépendantes à travers le monde.

En examinant les données scientifiques, nous apprenons qu’un déplacement des pôles de l’axe de la Terre s’est produit et peut se reproduire ; que le changement se produit sur de longues périodes de temps ; que le vacillement a tendance à précéder le déplacement ; et que les changements entraînent des changements majeurs dans la vie sur la planète. L’ère du mouvement pourrait bien se terminer par un grand mouvement de la planète entière.

Après le cinquième âge

Selon la lecture de l’Akasha par Cayce, après la fin du cinquième âge, il y a un retour en arrière à travers les âges antérieurs, mais à un rythme plus rapide. Nous retrouverons nos pouvoirs divins, réunirons nos qualités sexuelles en un seul type de corps et commencerons à entrer à nouveau dans la conscience cosmique.

Nos besoins matériels terrestres changeront parce que notre nouveau type de corps ne sera pas si nécessiteux ou si vulnérable aux dangers de ce monde. Ces besoins qui restent seront satisfaits facilement car nous retrouverons les pouvoirs que nous avions en tant que divinités au début des millénaires dans ce monde, capables de contrôler et de guider les forces de la Nature. Il prévient que nous serons une fois de plus mis au défi de voir comment nous utilisons ces pouvoirs, nous rappelant qu’en Atlantide, ils ont apporté la destruction.

Qu’apporteront-ils dans le nouvel âge? Tout comme le Soleil et Vénus, l’esprit et le cœur, ont traversé de nombreux cycles d’épreuves et de tests face aux défis du mal et des ténèbres, de même, dans la prochaine ère, nous recyclerons à travers une autre période de tests pour voir si nous avons vraiment maîtrisé la Terre. influences et pulsions égoïstes; pour voir si nous nous reconnaissons comme faisant à nouveau partie de nous dans l’unité. Sinon, alors les Forces de Vie se nettoieront ainsi que cette planète et cela recommencera. Mais si nous avons eu un aperçu de notre nature pieuse intérieure, de notre potentielle compagnie avec le Créateur Universel, de l’unité de toute vie, alors une ère d’illumination commencera.

Le Logos reviendra parmi nous. La méchanceté, la discorde, la haine, l’effusion de sang, la vengeance, l’envie, s’apaiseront. La patience, la compréhension, la gentillesse, la douceur, le pardon, l’amour, la guérison, s’élèveront et transformeront tout le monde. Ce ne sera pas d’une manière aérienne et féerique, car nous avons tous vu le côté obscur de la nature humaine, et nous sommes plus sages pour cela.

Ce sera dans un profond contentement qui ne sera plus jamais ébranlé par des envies d’égoïsme et de séparation. Le rebelle en chacun de nous sera tempéré. L’utilisation du libre arbitre sans considération de son effet sur les autres et sur le Tout ne sera plus refaite. La coopération sera l’esprit qui imprègne les relations ; d’abord au sein des individus, puis des classes, puis des masses, jusqu’à ce que l’ensemble de l’humanité soit imprégné d’un sentiment renouvelé d’unité, d’une paix qui dépasse toute compréhension.

Comme Cayce l’a exprimé dans sa lecture #5750-1, nous sommes proches :

Pourtant, alors que le temps approche où des changements doivent se produire, il peut y avoir l’ouverture de ces trois endroits où les annales ne font qu’un, à ceux qui sont les initiés dans la connaissance du Dieu Unique : Le temple d’Iltar s’élèvera alors à nouveau. . Il y aura également l’ouverture du temple ou de la salle des annales en Égypte, et ces annales qui ont été placées au cœur de la terre atlante peuvent également s’y trouver – qui ont été conservées, pour ceux qui sont de ce groupe. Les RECORDS sont UN.

John Van Auken 

Source  Earth-Keeper Chronicles



Que pensez-vous de cet article...? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation

Merci de votre soutien

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'expansion de la conscience planétaire. Amour, Confiance et Gratitude... Miléna



(Vu 8 fois, 1 visites aujourd'hui)

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.