Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

12 – Le ministère de Jésus

L’HISTOIRE que la plupart des gens connaissent de Jésus est racontée dans le Nouveau Testament. Le Nouveau Testament, comme une grande partie de l’Ancien Testament, est en de nombreux endroits une version très modifiée des récits originaux sur lesquels il est basé. En outre, il est probable que moins de 5 % de tout ce que Jésus et ses premiers disciples ont enseigné se trouve dans la Bible.


La plupart des modifications et des suppressions apportées au Nouveau Testament l’ont été par des conseils d’église spéciaux. Le processus d’édition a commencé dès 325 après J.-C., lors du premier concile de Nicée, et s’est poursuivi jusqu’au 12e siècle. Par exemple, le deuxième synode [conseil de l’Église] de Constantinople, en 553, a supprimé de la Bible les références de Jésus à la « réincarnation », un concept important pour Jésus et ses premiers disciples.

Plus tard, les conciles de Latran du 12e siècle ont ajouté à la Bible un principe qui n’a jamais été enseigné par Jésus : le concept de la « Sainte Trinité ». L’église chrétienne ne s’est pas contentée de modifier quelques idées, elle a également rejeté des livres entiers. L’église a détruit de nombreux documents et enregistrements qui contredisaient les changements radicaux apportés à la doctrine chrétienne par ces conciles. Heureusement, les écrits originaux qui ont survécu au processus d’édition offrent encore de précieux indices et un aperçu de la vie de Jésus.

De nombreux écrits rejetés par les conseils de l’Église se sont retrouvés dans un livre connu sous le nom d' »Apocryphes » (« écrits cachés »).* Les Apocryphes sont des écrits dont l’origine ou la qualité ont été jugées douteuses par l’Église. Certains de ces écrits ont été rejetés à juste titre. D’autres œuvres apocryphes, cependant, ont été omises simplement parce qu’elles contredisaient la version officielle de l’église sur plusieurs détails cruciaux de la vie de Jésus. Il s’agit de détails qui, s’ils étaient soigneusement recherchés, offriraient une perspective quelque peu différente de celle présentée dans la Bible autorisée sur la vie de Jésus.

Selon les Apocryphes, l’histoire de Jésus commence avec ses grands-parents maternels, Joachim et Anna. Joachim était, dit-on, prêtre dans un temple hébreu. Joachim et Anne étaient heureux en ménage, à l’exception d’un problème : ils n’avaient pas pu avoir d’enfants. C’était une source d’embarras considérable pour eux. À cette époque, il était très important d’avoir des enfants, surtout des fils.

Un jour, Joachim se trouvait seul dans les champs lorsqu’un ange est apparu. L’ange a été décrit comme dégageant une énorme quantité de lumière et frappant la peur de Joachim par son apparence. L’ange a mis Joachim en boîte et lui a dit de ne plus avoir honte car un ange ferait en sorte qu’Anna devienne enceinte. La seule condition pour cet honneur était que Joachim et sa femme doivent remettre leur enfant pour qu’il soit élevé par les prêtres et les anges dans un temple à Jérusalem.

Tout se passe comme prévu. À l’âge de trois ans, la petite fille de Joachim et Anna, Marie, fut emmenée au temple et y fut laissée. Marie était une belle enfant qui est restée dévouée aux prêtres et aux anges pendant les onze années suivantes. Lorsque Marie et ses camarades du temple ont atteint l’âge de 12 ou 14 ans (deux âges différents sont donnés par deux « sources différentes »), il était temps pour eux de retourner dans le monde et de se marier.

Cependant, Marie n’était pas libre de choisir son propre mari. Ses mentors en ont choisi un pour elle. Le compagnon choisi pour Marie était un homme très âgé du nom de Joseph. Au début, Joseph n’était pas d’accord avec le mariage, car il était assez âgé et avait déjà eu des enfants. Après avoir fait des efforts pour le faire changer d’avis, Joseph a consenti au mariage et est allé chez lui à Bethléem pour préparer sa maison pour sa nouvelle épouse. Marie se rendit chez ses parents, Joachim et Anne, en Galilée, pour se préparer.

Alors que Marie était en Galilée, un ange nommé Gabriel est apparu devant elle, lui annonçant qu’elle allait donner naissance au nouveau Messie. Marie était confuse :

Elle dit : « Comment cela se peut-il ? Car, puisque, selon mon vœu [de chasteté], je n’ai jamais eu de contact sexuel avec un homme, comment pourrais-je porter un enfant sans l’apport de la semence d’un homme ?


L’ange répondit et dit. Ne crois pas, Marie, que tu concevras d’une manière ordinaire.

Car, sans coucher avec un homme, alors que tu es vierge, tu concevras et, alors que tu es vierge, tu donneras du lait de ton sein.

Car le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre, sans aucune des chaleurs de la luxure.

Ainsi, celui auquel vous donnerez naissance ne sera que saint, parce que seul il est conçu sans péché, et, étant né, il sera appelé Fils de Dieu.

Alors Marie, étendant les mains et levant les yeux au ciel, dit : « Prenez garde à la servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait ce que tu as dit.

MARY VII, 16-21

Plusieurs chercheurs pensent que les récits de « naissances virginales » pourraient être basés sur des cas d’insémination artificielle. La naissance virginale signifie seulement que la femme n’a pas été fécondée par un homme, mais qu’elle a été amenée à porter un enfant par l’action d’un « ange ». Si nous considérons que de nombreux « anges » du Nouveau Testament sont des gardiens, l’insémination artificielle devient une possibilité distincte.

La conversation ci-dessus entre Marie et son « ange » exprime une forte croyance morale et spirituelle liée à l’acte de conception. La fécondation par un « ange » était considérée comme sainte et souhaitable, mais la conception par des moyens humains était souvent considérée comme un péché. Pour une personne pratiquant l’insémination artificielle, il y aurait une raison pratique de créer une telle distinction. L’insémination artificielle permet de garantir le contrôle des caractéristiques physiques d’un futur bébé, ce qui ne peut être assuré dans le cadre d’un accouplement humain aléatoire.

En inséminant artificiellement deux ou plusieurs générations d’affilée, la pureté du produit final est considérablement accrue. C’est ce que pratiquent aujourd’hui les éleveurs d’animaux qui contrôlent étroitement l’insémination et la reproduction du bétail de génération en génération afin de produire des animaux plus grands, meilleurs et plus purs. À cet égard, il est significatif que la progéniture humaine issue de prétendues naissances virginales ait souvent été décrite comme physiquement irréprochable et d’une beauté inhabituelle.

Bien qu’une partie de cette flatterie soit sans doute due à la tendance des adeptes à considérer leurs chefs religieux sous le meilleur jour possible, les récits de grossesses provoquées par des anges sur plusieurs générations consécutives, comme l’histoire entourant Jésus, suggèrent fortement un effort de reproduction. Cette discussion ne vise pas à manquer de respect à la personnalité de Jésus en suggérant que son corps a été élevé comme une vache, mais c’est l’image qui se dégage.

Le dédain exprimé aux prêtres par les « anges » bibliques pour la méthode de conception humaine était apparemment fondé sur de simples préoccupations pratiques visant à assurer une bonne reproduction, mais il a néanmoins été pris à cœur par les premiers prêtres et est devenu un élément majeur de nombreuses religions monothéistes. À l’époque biblique, les êtres humains étaient aussi fortement présentés comme très pécheurs pour justifier le traitement barbare qu’ils subissaient de la part de leur « Dieu » gardien et de leurs « anges ».

En étendant ce concept de péché à la méthode humaine de procréation, toute personne conçue par des rapports sexuels humains devait être considérée comme née dans le péché et donc spirituellement condamnée. Quel effroyable dilemme cela créait ! Chaque fois qu’un homme et une femme 124 William Bramley concevaient et donnaient naissance à un enfant, ils condamnaient un être spirituel ; or les pulsions humaines qui produisent des enfants sont fortes. L’enseignement religieux de la condamnation spirituelle automatique en raison de la procréation humaine a généré un puissant conflit entre la pulsion de liberté spirituelle et la pulsion physique de reproduction.

Le résultat a été une anxiété intense sur le sujet du sexe et une augmentation de l’activité sexuelle non créative comme l’homosexualité, l’auto-érotisme, les formes non créatives de rapports sexuels, la pornographie, le voyeurisme et l’avortement. L’ironie de la situation est évidente. Les religions qui ont le plus fermement condamné le « péché inhérent » à tous les êtres humains sont aussi celles qui se sont le plus vigoureusement opposées à la sexualité non créative.

Ces enseignements ont eu un autre effet important. Ils ont contribué à réduire la résistance humaine à s’engager dans la guerre. Il est plus facile pour une personne religieuse de tuer quelqu’un si elle croit que la victime est intrinsèquement pécheresse.

Heureusement, la plupart des gens aujourd’hui ne croient plus que la conception humaine est un péché en soi, y compris la plupart des membres du clergé. Au contraire, la naissance d’un enfant est considérée comme un événement heureux, et c’est bien ainsi. Malgré cela, on trouve encore quelques vieilles idées qui persistent. Un petit nombre de philosophes, de psychiatres, de chefs religieux et de sociologues continuent de proclamer que les êtres humains sont intrinsèquement « mauvais » ou « malfaisants », que ce soit pour des raisons religieuses ou « scientifiques ». Cela ne contribue guère à notre culture, si ce n’est pour entretenir l’anxiété et la guerre sexuelles.

Après l’expérience de Marie avec l’ange, Joseph a quitté sa maison de Bethléem pour aller chercher Marie en Galilée. À son grand dam, Joseph découvre que sa jeune épouse est déjà enceinte de plusieurs mois. Pensant que Marie s’est prostituée, Joseph se prépare à l’abandonner. Un ange est intervenu et a convaincu Joseph que Marie était encore vierge. Joseph est resté avec Marie en Galilée jusqu’au neuvième mois de sa grossesse.

Au neuvième mois, Joseph et Marie se sont mis en route vers la maison de Joseph à Bethléem pour y accoucher de l’enfant. Selon les Apocryphes, le couple n’est pas arrivé à temps à la maison de Joseph. Marie a commencé à accoucher à la périphérie de Bethléem et il a fallu trouver immédiatement un abri pour elle. Ce qu’ils ont trouvé, c’est une grotte. C’est dans cette grotte que le jeune Jésus est né :

Lorsqu’ils arrivèrent près de la grotte, Marie avoua à Joseph que le temps de l’accouchement était venu et qu’elle ne pouvait plus aller à la ville, et elle dit : entrons dans cette grotte.

En ce moment, le soleil était presque couché.

Mais Joseph se hâta d’aller lui chercher une sage-femme ; et voyant une vieille femme hébraïque de Jérusalem, il lui dit : Viens ici, bonne femme, et entre dans cette grotte ; tu verras une femme prête à accoucher.

C’est après le coucher du soleil que la vieille femme et Joseph atteignent la grotte, et ils y entrent tous les deux.

Et regardez, elle était toute remplie de lumières, plus grandes que la lumière des lampes et des bougies, et plus grandes que la lumière du soleil lui-même.

L’enfant était alors enveloppé dans des langes, et il tétait le sein de sa mère, Sainte Marie.

Enfance 1:6-11

Les lumières inhabituelles de la grotte indiquent pour certains l’existence d’un éclairage de haute technologie. Cela n’est pas surprenant si l’on sait que d’autres phénomènes de haute technologie ont entouré la naissance de Jésus, comme l' »étoile de Bethléem ».

Presque tout le monde dans le monde chrétien connaît l’histoire des trois rois mages qui ont suivi une étoile brillante jusqu’à l’enfant Jésus à Bethléem. La plupart des chrétiens croient que cette étoile inhabituelle, connue sous le nom d' »étoile de Bethléem », était d’origine surnaturelle – une création de Dieu. Certains scientifiques, s’ils n’ont pas rejeté l’histoire comme un mythe religieux, croient que l’étoile était la comète de Halley faisant un passage bas au-dessus de la Terre, ou un alignement rare de Vénus et d’une étoile brillante. Plusieurs auteurs d’Ovnis, en revanche, affirment que l’étoile de Bethléem était un aéronef qui a conduit les trois sages de leurs maisons en Perse à Bethléem de la même manière que Moïse et les tribus hébraïques avaient été guidés par un « Jéhovah » aérien plus tôt dans l’histoire. Étonnamment, ce sont les Apocryphes eux-mêmes qui soutiennent le mieux la théorie des ovnis.

Un livre apocryphe cite l’un des trois sages : Nous avons vu une étoile extraordinairement grande qui brillait parmi les étoiles du ciel, et qui surpassait tellement toutes les autres étoiles, qu’elles n’étaient plus visibles. .. . PROTOEVANGELION 15:7

Cela exclut la comète de Halley, qui n’a jamais été aussi brillante. Un alignement de Vénus et des étoiles ne pourrait pas occulter toutes les autres étoiles de la manière décrite ci-dessus. Non seulement l’étoile de Bethléem a écrasé toutes les autres étoiles, mais elle s’est déplacée :

Les mages se mirent en route. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne se placer au-dessus de la grotte où le petit enfant était avec Marie, sa mère.

PROTOEVANGELION 15:9

Après avoir conduit les trois mages jusqu’au lieu de naissance de Jésus, cette « étoile » remarquablement intelligente les accompagna à nouveau chez eux : « … la lumière de laquelle ils suivirent jusqu’à leur retour dans leur pays »

(Enfance 3:3).

Les passages précédents offrent des preuves supplémentaires de l’implication de la Garde dans l’élevage et la naissance de Jésus. Qui étaient donc les trois sages ? On dit généralement qu’ils étaient des mystiques et des astrologues. Il est clair qu’ils étaient endoctrinés par les prophéties du messie de la Fraternité, sinon ils n’auraient pas fait le voyage.

De manière significative, ils venaient de Perse, un bastion du zoroastrisme et de l’aryanisme à l’époque. De nombreux chrétiens croient que Jésus est né dans une étable à l’intérieur de la ville de Bethléem. C’est d’ailleurs ce qui est dit dans le livre de Luc du Nouveau Testament. Les partisans de l’histoire de la naissance dans une grotte affirment toutefois que Jésus n’a été emmené dans l’étable que plusieurs jours après sa naissance. Marie aurait caché Jésus à cet endroit parce que sa vie était menacée par le roi Hérode, un monarque local alarmé par les prophéties hébraïques du Messie.

S’il est vrai que Jésus est né dans une grotte, pourquoi l’auteur de Luc et d’autres dirigeants de l’Église primitive ont-ils affirmé que le premier lit de Jésus était une crèche ? L’intention de ceux qui ont soutenu Jésus était de le proclamer Messie hébraïque. Pour que cette affirmation soit vraie, ils devaient prouver que Jésus était un descendant direct du roi hébreu David. Une telle lignée était exigée par les prophéties hébraïques. Un certain nombre d’historiens des religions ont toutefois conclu que Jésus appartenait à une secte religieuse hébraïque connue sous le nom d' »Esséniens ». Joachim, Anne et Marie ont peut-être tous été membres de temples esséniens. La naissance dans une grotte tendrait à renforcer cette conclusion, car les Esséniens étaient bien connus pour utiliser des grottes comme abris et hospices. Si Jésus était un Essénien, il ne pouvait pas être un descendant du roi David. Voici pourquoi :

Les Esséniens étaient extérieurement juifs, mais ils étudiaient aussi le Zend Avesta de la religion zoroastrienne et auraient pratiqué l’aryanisme. Cela expliquerait la visite des trois sages perses à l’enfant Jésus à Bethléem. Il semble en outre qu’être aryen était une condition pour devenir essénien. Jésus lui-même avait la peau blanche et était roux. En raison de cette condition raciale préalable pour devenir essénien, aucun véritable essénien n’aurait pu être un descendant direct du roi David, car les tribus hébraïques avaient une lignée différente.

Une grande partie de ce que nous savons aujourd’hui sur les Esséniens provient d’une célèbre découverte archéologique du milieu du 20e siècle : les manuscrits de la mer Morte. Les manuscrits sont une bibliothèque de documents très anciens datant du premier siècle de notre ère. Ils ont été écrits par les membres d’une communauté essénienne et cachés par eux dans des grottes près de la mer Morte. Les manuscrits ont été découverts en 1947 (ou peut-être en 1945) par un jeune membre de la tribu bédouine.

Selon l’historien John Allegro, qui analyse les manuscrits dans son livre The People of the Dead Sea Scrolls, les Esséniens présentaient de nombreuses caractéristiques d’une société secrète. Par exemple, l’admission d’une personne dans l’ordre essénien ne se faisait qu’après plusieurs années de probation. Les Esséniens pratiquaient des rituels d’initiation au cours desquels ils juraient de ne jamais divulguer leurs enseignements secrets. Ils gardaient également confidentiels les noms des « anges » censés vivre parmi les Esséniens dans leurs communautés fermées. Les prêtres esséniens s’appelaient souvent « les fils de Zadok », en référence au grand prêtre Zadok, qui avait servi dans le temple de Salomon.

À la lumière de ces découvertes, il n’est pas surprenant que plusieurs branches de la Fraternité aient affirmé, bien avant la découverte des manuscrits de la mer Morte, que l’organisation essénienne était une branche de la Fraternité en Palestine, peut-être la branche la plus importante de la Fraternité dans cette région. L’ouvrage History of Freemasonry d’Albert MacKey, publié en 1898, le confirme en rapportant que les Esséniens avaient un système de degrés et utilisaient un tablier symbolique.

De nombreux éléments indiquent que Jésus est resté essénien tout au long de sa vie adulte. L’historien Will Durant, dans son ouvrage intitulé César et le Christ (The Story of Civilization, Part III), souligne que les Esséniens étaient la seule secte de tradition juive qui ne s’est pas opposée aux premières tentatives d’innovation religieuse de Jésus. Des trois principales sectes hébraïques existant en Palestine à cette époque, Jésus n’a condamné que les Pharisiens et les Sadducéens pour leurs vices et leur hypocrisie, et non les Esséniens.


Les esséniens et les chrétiens partageaient de nombreux traits communs : ils avaient des croyances similaires sur la vie dans « les derniers jours », partageaient des repas communs, possédaient des biens en commun, pratiquaient des bains et des baptêmes rituels et avaient certains points communs en matière d’organisation. Des similitudes remarquables entre plusieurs doctrines des manuscrits de la mer Morte et les écrits du Nouveau Testament ont également été relevées. Les historiens soulignent l’amitié personnelle étroite de Jésus avec Jean le Baptiste.

De nombreuses pratiques baptismales et ascétiques (renoncement à soi) des Esséniens étaient partagées par Jean. Si Jean différait à d’autres égards de ce que nous connaissons aujourd’hui des pratiques esséniennes standard, les similitudes sont suffisamment fortes pour suggérer que Jean était lui-même essénien. Enfin, nous avons la présence active d' »anges » qui auraient guidé à la fois les Esséniens et le ministère de Jésus.

Malgré ces preuves solides, certains théologiens contestent encore que Jésus ait été un Essénien. Leurs objections se fondent principalement sur le fait que de nombreux enseignements de Jésus étaient en contradiction avec les coutumes esséniennes. Il y avait une bonne raison pour cette contradiction. Jésus, bien qu’essénien, était entré en contact avec le mouvement des francs-tireurs indiens et, de ce fait, était devenu lui-même un franc-tireur rebelle. Il a essayé d’aller de l’avant avec une philosophie religieuse qui était souvent en désaccord avec ses parrains esséniens, et il en a souffert.

La plupart des informations du Nouveau Testament sur la vie de Jésus ne couvrent que les trois années précédant immédiatement sa crucifixion. Ce sont les années du ministère public de Jésus. Pendant cette période, Jésus n’a pas vécu au sein des communautés esséniennes pour la simple raison qu’il était engagé dans un ministère itinérant qui l’occuperait jusqu’à sa crucifixion. Chaque Essénien a reçu, ou s’est créé, une « vocation » ou un objectif de vie à poursuivre. Jésus a poursuivi la sienne en tant qu’enseignant sur la route.

Dans le Nouveau Testament et les Apocryphes, la vie de Jésus semble être assez bien couverte jusqu’à l’âge de 5 ou 6 ans. Puis, brusquement, il y a un vide total d’informations sur les endroits où Jésus est allé ou ce qu’il a fait. Nous trouvons dans le Nouveau Testament un épisode où Jésus apparaît devant des érudits hébreux à l’âge de 12 ans, suivi d’un silence de dix-huit ans au cours duquel les activités de Jésus ne sont pas expliquées. Soudain, vers l’âge de 30 ans, Jésus réapparaît et lance sa courte et tumultueuse carrière religieuse. Où Jésus était-il allé, et qu’avait-il fait, pendant ces années inconnues ? Lisez la quatrième section de ces fascicules et vous le saurez. 76 fascicules commençant par # 120DC]

https://urantiabook.org/120-The-Bestowal-of-Michael-on-Urantia/#ubf-paperTitle

La plupart des chrétiens pensent que Jésus a passé son adolescence et sa jeunesse à travailler pour son père en tant que charpentier. Il ne fait aucun doute que Jésus a rendu visite à son père de temps en temps et qu’il a appris la menuiserie lors de ces visites. Cependant, de nombreux historiens estiment que la vie de Jésus était bien plus riche et ils ont tenté de découvrir ce que Jésus a pu faire d’autre pendant ces années critiques où ses pensées, sa personnalité et ses motivations se développaient. Il s’avère que Jésus était intensivement formé à son futur rôle religieux.

Il était courant que les garçons esséniens entrent dans un monastère essénien à l’âge de 5 ans environ pour commencer leur éducation. Cela expliquerait la disparition soudaine de Jésus de l’histoire à cet âge. Certains chercheurs pensent que Jésus a été élevé et éduqué dans la communauté essénienne située au-dessus de Haïfa, au bord de la mer Méditerranée. Il y serait resté jusqu’à son adolescence. À l’âge de 12 ans, il a fait un voyage à Jérusalem pour préparer sa bar-mitsva de l’année suivante. C’est au cours de ce voyage que Jésus a eu le débat avec les spécialistes de l’hébreu. Ensuite, Jésus a de nouveau disparu de l’histoire. Mais où est-il allé ?

Il y a plusieurs années, j’ai vu par hasard un documentaire fascinant de Richard Bock intitulé The Lost Years. Ce film est régulièrement diffusé sur les chaînes de télévision locales américaines à l’approche de Noël et de Pâques. Il vaut la peine d’être regardé. Le film suggère que Jésus s’est rendu en Asie où il a passé son adolescence et le début de sa vie d’adulte à étudier les religions qui y étaient pratiquées. L’une des sources à partir desquelles le réalisateur a tiré cette remarquable conclusion est la « Légende d’Issa », un très ancien document bouddhiste prétendument découvert au monastère de Himi, en Inde, par le voyageur russe Nicolas Notovitch en 1887. Notovitch a publié sa traduction de la légende bouddhiste en 1890 dans son livre, The Unknown Life of Jesus.

Selon la légende bouddhiste mise au jour par Notovitch, un jeune homme remarquable nommé « Issa » était parti pour l’Asie à l’âge de treize ans. Issa a étudié auprès de plusieurs maîtres religieux d’Orient, a prêché lui-même et est revenu en Palestine seize ans plus tard, à l’âge de 29 ans. Les parallèles significatifs entre les vies de « Issa » et de Jésus ont conduit à la conclusion que Issa était, en fait, Jésus. Si cela était vrai, un tel voyage serait certainement omis de la Bible car il contredit l’idée que Jésus a atteint l’illumination spirituelle uniquement par inspiration divine.

Si Jésus était un Essénien et qu’il a voyagé en Asie sous le parrainage des Esséniens, et si les Esséniens suivaient effectivement une tradition aryenne, nous nous attendrions à ce que Jésus soit envoyé étudier auprès des Brahmanes aryens du sous-continent indien. Selon la légende d’Issa, c’est précisément ce qui s’est passé :

Dans sa quatorzième année, le jeune Issa, le Bienheureux, vint de ce côté du Sindh [une province de l’ouest du Pakistan] et s’installa parmi les Aryas [Aryens]…. . .’

À l’arrivée de Jésus, « les prêtres blancs de Brahma l’ont accueilli avec joie « 2 et lui ont appris, entre autres, à lire et à comprendre les Védas, à enseigner et à exposer les écritures sacrées hindoues. Mais cet accueil joyeux tourne rapidement au vinaigre, car Jésus insiste pour fréquenter les castes inférieures. Cela a entraîné des frictions entre le jeune Jésus têtu et ses hôtes brahmanes. Selon la légende :

Mais les brahmanes et les kshatriyas [membres de la caste militaire] lui dirent que le grand Parabrahma [dieu hindou] leur interdisait de s’approcher de ceux qui avaient été créés à partir de son ventre et de ses pieds [l’origine mythique des castes inférieures] ;

que les Vaisyas [membres de la caste des marchands et des agriculteurs] ne pouvaient entendre que la récitation des Vedas, et ce uniquement les jours de fête, et

Que les Sudras [l’une des castes inférieures] n’avaient pas seulement l’interdiction d’assister à la lecture des Védas, mais même de les regarder, car ils étaient condamnés à la servitude perpétuelle, comme esclaves des Brahmanes, des Kshatriyas et même des Vaisyas.

Mais Issa, faisant fi de leurs paroles, resta avec les Sudras, prêchant contre les Brahmanes et les Kshatriyas.

Il déclama avec force contre le fait que l’homme s’arroge le pouvoir de priver ses semblables de leurs droits humains et spirituels. « En vérité, disait-il, Dieu n’a fait aucune différence entre ses enfants, qui lui sont tous pareillement chers. »


Issa nie l’inspiration divine des Vedas et des Puranas [une classe d’écrits sacrés]. … .3

Les prêtres et les guerriers blancs étaient si furieux qu’ils envoyèrent des serviteurs pour assassiner Jésus. Averti du danger, Jésus s’enfuit de nuit de la ville sainte de Juggernaut et se réfugia en pays bouddhiste. Là, il apprit la langue pali et étudia les écrits sacrés bouddhistes (« Sutras »). Au bout de six ans, Jésus « pouvait parfaitement expliquer les parchemins sacrés [bouddhistes] »4.

La légende d’Issa a des implications remarquables. Elle dépeint Jésus comme un réformateur religieux sincère qui s’est retourné contre les traditions aryennes et gardiennes dans lesquelles il avait été élevé. Ses sympathies allaient plutôt aux bouddhistes non-conformistes. L’influence bouddhiste dans les enseignements de Jésus est évidente dans la Bible, comme dans le « Sermon sur la montagne » de Jésus qui contient une philosophie étonnamment similaire au bouddhisme de son époque.

Après avoir passé une quinzaine d’années en Asie et dans les environs, Jésus est retourné en Palestine en passant par la Perse, la Grèce et l’Égypte. Selon une tradition, c’est dans la ville égyptienne d’Héliopolis que Jésus fut initié aux rangs supérieurs de la Fraternité. Après cette initiation, Jésus est retourné en Palestine, alors qu’il était âgé de 29 ou 30 ans. Immédiatement après son retour, Jésus a entamé son ministère public.

Le désaccord entre Jésus et ses hôtes aryens en Inde n’a pas semblé, dans un premier temps, affecter négativement les relations de Jésus avec l’Ordre essénien. Il ne fallut pas longtemps, cependant, pour que les problèmes éclatent. Jésus ne partageait pas l’ascèse de ses frères esséniens et minimisait l’importance du rituel pour atteindre le salut spirituel. Jésus était entouré de parrains esséniens qui croyaient fermement à la venue d’un Messie et ils étaient déterminés à ce que leur investissement, Jésus, soit proclamé ce nouveau Messie. Jésus leur a interdit de le faire. Selon l’historien Will Durant, Jésus « a répudié toute prétention à la descendance davidique « 5 et a longtemps « interdit aux disciples de l’appeler le messie… . La plupart des historiens attribuent ces actions au climat politique de l’époque. La Palestine était sous occupation romaine et les Romains voyaient d’un mauvais œil les prophéties hébraïques en raison de leur connotation politique. Jésus ne voulait pas s’attirer les foudres des Romains, c’est du moins ce que l’on pense.

Mais il y a une bien meilleure raison pour laquelle Jésus ne voulait pas être proclamé Messie des Hébreux. Il savait que cette proclamation était fausse et il était honnête à ce sujet. Jésus voulait apporter en Palestine une véritable science spirituelle du type de celle que les francs-tireurs tentaient encore en Inde. Jésus est donc devenu un rebelle au sein même de l’organisation de la Fraternité qui le soutenait. La plus grande erreur de Jésus a été de croire qu’il pouvait utiliser les canaux du réseau corrompu de la Fraternité pour répandre une religion non-conformiste, même s’il avait de nombreux amis proches et des êtres chers dans l’ordre essénien.

Jésus n’a jamais eu le temps d’établir son système religieux marginal car certains de ses partisans esséniens et, selon la Bible, même certains « anges » gardiens, lui ont rapidement causé des ennuis en le proclamant Messie. Il n’a pas fallu longtemps aux Romains et à certains chefs hébreux pour arrêter Jésus et le faire passer en jugement. Les Hébreux s’opposaient à ses idées religieuses peu orthodoxes et les Romains à ses prétendues prétentions politiques. Trois ans à peine après le début de son ministère, Jésus aurait été cloué sur une croix. Bien qu’il existe des preuves que Jésus n’est pas mort sur la croix mais qu’il a survécu pour vivre le reste de sa vie dans l’isolement, la crucifixion a mis fin à son ministère public et a ouvert la voie à l’utilisation de son nom pour implanter les philosophies du Jugement dernier auxquelles il s’était opposé.* *Un ensemble de documents datant d’environ 400 après J.-C. – les rouleaux de Nag Hammadi – a été découvert en Égypte en 1945. Ces rouleaux sont des copies manuscrites de manuscrits originaux antérieurs. La plupart de ces originaux, voire tous, ont été écrits au plus tard en 150 après J.-C., c’est-à-dire avant la rédaction des évangiles standard du Nouveau Testament. Certains chercheurs pensent que de nombreux rouleaux de Nag Hammadi sont aussi authentiques, et moins altérés, que les évangiles reconnus du Nouveau Testament. Selon Nag Hammadi, Jésus n’aurait pas été cloué sur une croix, mais un autre homme, Simon, aurait été habilement substitué pour subir le sort de Jésus. Quelle que soit la vérité à ce sujet, ce qui est important pour nous, c’est simplement que la crucifixion a marqué la fin du ministère public de Jésus.

Cependant, les problèmes de Jésus ne peuvent être imputés à ses seuls commanditaires. Il est certain que les propres erreurs de Jésus ont contribué à sa chute. Malgré ses tendances non-conformistes, Jésus n’a pas été en mesure de se défaire entièrement de l’endoctrinement qu’il a subi toute sa vie en tant qu’Essénien. Il existe de bonnes preuves bibliques et apocryphes que Jésus a essayé de mélanger le dogme de la garde avec des principes non-conformistes. Cela fera échouer toute tentative honnête de réforme spirituelle. La Bible indique également que Jésus a enseigné certaines de ses leçons à travers un système de mystères. Le seul espoir de Jésus avait été de rompre complètement avec l’ordre essénien et ses méthodes, mais il est facile de comprendre pourquoi il ne l’avait pas fait. Sa vie, sa famille et ses amis faisaient trop partie de cette organisation.

Bien que Jésus ait eu une audience suffisamment importante pour attirer l’attention, il n’a pas prêché assez longtemps pour entrer dans les livres d’histoire de son époque. Sa renommée s’est accrue après la crucifixion, lorsque ses disciples ont voyagé dans le monde entier pour établir leur nouvelle secte apocalyptique. Avec l’aide continue de leurs « anges » gardiens, les missionnaires chrétiens ont fait de Jésus un nom connu de tous et ont créé une nouvelle faction puissante qui diviserait davantage les êtres humains en groupes de combat.

Le succès de la tentative de faire de Jésus la figure de proue d’une nouvelle religion du Jugement dernier a donné naissance à l’écrit apocalyptique le plus célèbre du monde occidental : l’Apocalypse de saint Jean. Cette œuvre, également connue sous le nom d’Apocalypse ou de Livre de l’Apocalypse, est le dernier livre du Nouveau Testament. Il laisse aux chrétiens le même type de prophétie funeste que celle qui a été annoncée à l’époque.

13 – Apocalypse de Jean

L’AUTEUR ALLÉGUÉ de l’Apocalypse était l’ami personnel et le disciple de Jésus, Jean (à ne pas confondre avec Jean le Baptiste, une personne différente). Jean semble avoir été le plus influent des disciples de Jésus, et un texte biblique antérieur qui lui est attribué, le Livre de Jean, semble être le plus proche de la forte tendance mystique des partisans de Jésus et de l’Église chrétienne primitive. Pour ces raisons, entre autres, le nom de Jean a été important pour les chrétiens et pour un certain nombre d’organisations mystiques. Il n’est donc peut-être pas surprenant que le nom de Jean ait été choisi pour transmettre l’apocalypse finale et la plus colorée de la Bible.

L’Apocalypse de Saint Jean est la cinquième et dernière œuvre attribuée à Jean à apparaître dans le Nouveau Testament. Certains chercheurs pensent que l’Apocalypse a été écrite par Jean alors qu’il vivait en exil sur l’île grecque de Patmos, plusieurs années après la crucifixion du Christ. D’autres sont convaincus que le disciple Jean n’est pas l’auteur de l’Apocalypse car celle-ci n’a été découverte qu’environ deux cents ans après la vie de Jean.


Selon Joseph Free, qui écrit dans son livre Archaeology and Bible History, les qualités linguistiques de l’Apocalypse sont inférieures à certains égards à celles du Livre de Jean. Il affirme que si l’Apocalypse a été écrite cinq ans après le Livre de Jean par la même personne, l’Apocalypse devrait être linguistiquement égale ou supérieure à l’œuvre antérieure. Un autre point est que l’Apocalypse contient des expressions de la langue hébraïque qui n’étaient pas utilisées dans les écrits antérieurs de Jean. D’autre part, d’importantes similitudes entre l’Apocalypse et d’autres livres de Jean ont été relevées, notamment dans la répétition de certains mots et expressions. Quelle que soit la véritable paternité de l’Apocalypse, l’impact de cette œuvre a été majeur.

L’Apocalypse est le récit à la première personne d’une rencontre bizarre de l’auteur avec une personne étrange qu’il croyait être Jésus. Sur une période d’un jour ou deux, l’auteur a également rencontré un certain nombre de créatures inhabituelles qui lui ont montré des images d’événements futurs effrayants. Ces créatures lui ont dit que Satan (l' »Antéchrist ») allait prendre le contrôle du monde. Cet événement serait suivi de la bataille finale d’Armageddon, au cours de laquelle les anges de Dieu combattraient les forces de Satan. La bataille finale entraînera le bannissement de Satan de la société humaine et le retour triomphal (« seconde venue ») de Jésus qui régnera sur la Terre pendant mille ans.

Le livre de l’Apocalypse est écrit d’une manière merveilleusement pittoresque. Il est rempli d’un symbolisme complexe et imaginatif. Les images révélées à Jean étant des symboles, l’Apocalypse peut être utilisée pour prédire une « fin du monde » imminente à presque toutes les époques. La prophétie est construite de manière à ce que les symboles puissent être interprétés comme représentant les événements historiques qui se produisent à l’époque où l’on vit. C’est précisément ce qui a été fait avec l’Apocalypse depuis sa parution, et c’est encore le cas aujourd’hui.

La question est de savoir ce qui a provoqué les « visions » de l’auteur ? Était-ce de la folie ? Une propension à raconter des histoires à dormir debout ? Ou bien était-ce autre chose ? L’auteur semble suffisamment sincère pour exclure toute tromperie. Sa manière directe de raconter tend à éliminer la folie comme réponse. Il reste donc « quelque chose d’autre ». La question est : quoi ?

En analysant le texte de l’Apocalypse, nous découvrons quelque chose d’assez remarquable. Il semble que l’auteur ait été drogué et que, dans cet état, des individus costumés lui aient montré des images dans un livre et aient organisé une cérémonie à son intention. Examinons les passages de l’Apocalypse qui le suggèrent.

Jean commence son récit en nous disant qu’il était en prière. D’après une description plus poussée, il semble qu’il accomplissait son rituel en plein air, à la lumière du jour. Soudain, une voix forte retentit derrière lui. La voix lui ordonna d’écrire tout ce qu’il allait voir et entendre, et d’envoyer le message aux sept églises chrétiennes d’Asie [Turquie]. Jean se retourne pour voir qui lui parle et, voilà qu’il voit ce qu’il croit être sept chandeliers d’or. Au milieu des chandeliers se tenait une personne que l’auteur décrit comme : . . .

un homme qui ressemblait au Fils de l’homme [Jésus], vêtu d’un manteau jusqu’aux pieds, et portant sur la poitrine une ceinture d’or [support]. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine, blancs comme la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ; ses pieds étaient comme de l’airain fin, comme s’ils brûlaient dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles ; et de sa bouche sortait une épée aiguë à deux tranchants ; et son aspect était comme le soleil qui brille dans sa force. Et quand je l’ai vu, je suis tombé à ses pieds comme mort. Et il posa sa main droite sur moi …………. RÉVÉLATION 1:13-17

Il existe des similitudes frappantes entre ce nouveau « Jésus » et les « anges » de l’ère spatiale des récits bibliques antérieurs. Le prophète Ézéchiel, par exemple, avait lui aussi rencontré des visiteurs aux pieds d’airain. Le passage de l’Apocalypse cité plus haut suggère que le « Jésus » de Jean était peut-être vêtu d’un costume d’une seule pièce allant du cou jusqu’à des bottes en métal ou des bottes semblables à du métal.* La tête de la créature était décrite comme « blanche comme la laine, blanche comme la neige », ce qui indique un couvre-chef ou un casque artificiel.

L’affirmation de Jean selon laquelle cette créature avait une voix  » comme le bruit de grandes eaux « , c’est-à-dire grondante et tonitruante, rappelle également les anges d’Ézéchiel et pourrait avoir été causée par le grondement de moteurs proches ou par l’amplification électronique de la voix de la créature. L' »épée à deux tranchants » qui dépasse de la bouche de la créature suggère facilement un microphone ou un tuyau respiratoire. * Le fait que l’auteur ait pris cette créature pour Jésus peut être une preuve supplémentaire que l’auteur n’était pas le disciple original Jean. Par commodité, cependant, je continuerai à me référer à l’auteur de l’Apocalypse comme Jean.

Après que Jean eut retrouvé son calme, « Jésus » lui ordonna d’écrire les missives que « Jésus » voulait envoyer à diverses églises chrétiennes. Ces lettres constituent les trois premiers chapitres de l’Apocalypse. La phase la plus intéressante de l’expérience de Jean commence ensuite au chapitre 4 :

. .. / Je regardai, et voici qu’une porte était ouverte dans le ciel ; et la première voix que j’entendis, qui ressemblait à une trompette, me parla ainsi : Monte ici, et je te montrerai les choses qui doivent arriver dans la suite.

Et aussitôt je fus en esprit ; et voici, un trône était placé dans le ciel, et une [créature] était assise sur le trône.

Et celui qui était assis me parut semblable à une pierre de jaspe et de sardoine ; et il y avait autour du trône un arc-en-ciel semblable à une émeraude.

Et tout autour du trône, il y avait vingt-quatre sièges ; et sur les sièges, je vis vingt-quatre anciens assis, revêtus de vêtements blancs ; et ils avaient sur leurs têtes des couronnes d’or.

Et du trône sortaient des éclairs, des tonnerres et des voix ; et sept lampes de feu brûlaient devant le trône, qui sont les sept Esprits de Dieu.

Et devant le trône, il y avait une mer de verre semblable à du cristal ; et au milieu du trône, et tout autour du trône, il y avait quatre bêtes pleines d’yeux devant et derrière. RÉVÉLATION 4:1-6

Le passage ci-dessus peut être vu comme l’auteur ayant été emmené par la porte d’une sorte d’avion et se retrouvant face à face avec ses occupants, tel que raconté par une personne incapable de comprendre l’expérience. La citation contient deux éléments particulièrement intéressants : tout d’abord, John dit qu’une voix venant d’en haut, ressemblant à une trompette, lui parlait. Cela suggère fortement une voix mugissant dans un haut-parleur. Deuxièmement, les « éclairs, tonnerres et voix » émis par le « trône » suggèrent que le trône était équipé d’une sorte de télévision ou de poste de radio. Un humain d’aujourd’hui pourrait très bien décrire la même expérience de cette façon : « Eh bien, oui, j’ai été soulevé dans une fusée. Là, j’ai fait face à l’équipage assis dans leurs combinaisons et casques blancs. Ils avaient une sorte de réception radio ou TV ».

La présence de sept bougies et de sept lampes indique qu’un rituel avait été préparé pour l’auteur. Ce rituel comportait des costumes, des effets théâtraux et sonores, tous conçus pour transmettre le message à l’auteur. C’est ce qui s’est passé lorsqu’on a montré à Jean le premier rouleau :

Et je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un rouleau avec une écriture à l’intérieur et au dos, scellé par sept sceaux.

Et je vis un ange puissant qui proclamait d’une voix forte : Qui est digne d’ouvrir le livre et d’en rompre les sceaux ?

Et aucun homme, ni dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni en regarder le contenu.

Et je pleurai beaucoup, parce que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir et de lire le livre, ni de regarder son contenu.

Et l’un des anciens me dit : Ne pleure pas ; regarde, le Lion [un des animaux présents] de la tribu de Juda, la racine de David, a réussi à ouvrir le livre et à en rompre les sept sceaux.

Et je vis, debout entre le trône et les quatre animaux, et au milieu des anciens, un Agneau semblable à celui qui a été immolé, ayant sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés sur toute la terre.

Et il vint et prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône.

Et quand il eut pris le livre, les quatre animaux et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’Agneau, tenant chacun une harpe, et des récipients d’or remplis de parfums, qui sont les prières des saints.

Et ils chantèrent un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu nous as rachetés à Dieu par ton sang, de toute famille, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation :

et tu as fait de nous des rois et des prêtres pour Dieu, et nous régnerons sur la terre.

Et je vis, et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône et des bêtes et des anciens : et ils étaient au nombre de dix mille fois dix mille, et des milliers de milliers ;

Disant d’une voix forte : « L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire et la bénédiction.

Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, et sur la terre, et sous la terre, et celles qui sont dans la mer, et tout ce qui s’y trouve, m’entendirent dire : Bénédiction, et honneur, et gloire, et puissance, à celui qui est assis sur le trône, et à l’Agneau, aux siècles des siècles.

Et les quatre êtres vivants dirent : Amen. Et les vingt-quatre anciens se prosternèrent et adorèrent celui qui vit aux siècles des siècles. RÉVÉLATION 5:1-14

Les anciens ont continué à tomber à des moments dramatiques tout au long de la cérémonie. Chaque fois qu’ils le faisaient, ils faisaient une forte impression sur Jean. Parmi les cris d' »Amen » et d' »Alléluia », l’auteur avait la lourde tâche d’écrire tout ce qui lui était montré et enseigné.

Il a été souligné que l’expérience décrite par Jean est identique à un rituel mystique, notamment d’initiation aux enseignements d’une société secrète. Pour cette raison, certains pensent que l’Apocalypse est en fait le récit d’une cérémonie d’initiation typique de nombreuses organisations de la Fraternité – typique même aujourd’hui. Ces observations sont très significatives lorsqu’elles sont associées à la preuve que l’expérience de Jean comportait un élément de space opera. Elles révèlent une implication continue des gardiens dans le mysticisme de la Fraternité après l’époque du Christ et montrent que les gardiens sont la source ultime des doctrines apocalyptiques.

Dans le passage de l’Apocalypse ci-dessus, nous observons que Jean réagissait avec de fortes émotions à ce qui se passait autour de lui. Il était particulièrement enclin à pleurer sur une provocation relativement faible. Il semblait incapable de faire la distinction entre le rituel et la réalité apparente. Cela soulève des questions sur son état mental. Une lecture attentive de l’Apocalypse indique que l’esprit de Jean a pu être influencé par des drogues qui lui ont été administrées par les créatures. La psychiatrie moderne a découvert qu’un certain nombre de drogues peuvent être utilisées pour implanter profondément des messages dans l’esprit d’une personne. Cette technique sert aujourd’hui d’outil de renseignement aux États-Unis, en Russie et ailleurs. La probable droguerie de Jean est exposée au chapitre 10 de l’Apocalypse. L’auteur était apparemment en plein air, se préparant à mémoriser les dernières révélations, lorsqu’un « ange » descendit du ciel en tenant quelque chose dans sa main :

Et la voix que j’avais entendue du ciel me parla de nouveau, et dit : Va prendre le petit rouleau ouvert dans la main de l’ange qui se tient sur la mer et sur la terre.

J’allai vers l’ange, et je lui dis : Donne-moi le petit rouleau. Et il me dit : Prends-le, et mange-le ; il rendra ton ventre amer, mais il sera dans ta bouche doux comme du miel.

Je pris le petit rouleau de la main de l’ange, et je le mangeai ; il fut dans ma bouche doux comme du miel, et comme je l’avais mangé, mon ventre devint amer.

Et il me dit : Il faut que tu prêches de nouveau devant beaucoup de peuples, de nations, de langues et de rois. RÉVÉLATION 10:8-11

La plupart des chrétiens croient que le petit rouleau offert à Jean était un document réel, dont l’auteur a appris à connaître le contenu comme par magie en mangeant le rouleau. Notre indice qu’il s’agissait probablement de papier, ou d’autre chose, saturé d’une drogue réside dans le témoignage de Jean selon lequel le rouleau était doux au goût mais provoquait une réaction amère dans l’estomac. Il est intéressant de noter qu’une expérience presque identique avait été rapportée par Ézéchiel :

Et quand je regardai, une main [d’un ange] fut mise devant moi ; et un rouleau était dedans ;

Il l’étendit devant moi, et il était écrit en dedans et en dehors, et il y avait écrit des lamentations, des pleurs et des malheurs.

De plus, il me dit : Fils d’homme, mange ce que tu trouves ; mange ce rouleau, et va parler à la maison [au peuple] d’Israël.

J’ouvris donc la bouche, et il me fit manger ce rouleau.

Et il me dit : Fils d’homme, fais manger ton ventre, et remplis tes entrailles de ce rouleau que je te donne.

Je le mangeai, et il fut dans ma bouche doux comme du miel.

Et il me dit : Fils d’homme, va te rendre auprès de la maison d’Israël, et tu leur parleras avec mes paroles. ÉZÉCHIEL 2:9-10, 3:1-4

De nombreuses personnes croient à tort que Jean a réellement vu les événements historiques futurs qu’il a prophétisés dans l’Apocalypse. Des spécialistes chrétiens et non chrétiens ont fait remarquer que les « visions » de l’avenir de Jean n’étaient que des illustrations dessinées sur des parchemins. Ceci est particulièrement évident dans la « vision » de Jean de la créature à sept têtes et dix cornes :

Et je me tins sur le sable de la mer, et je vis monter de la mer une bête qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms blasphématoires. RÉVÉLATION 13:1

Le fait que des mots réels (des noms blasphématoires) étaient écrits sur les têtes de cette créature révèle que Jean regardait une illustration avec des étiquettes, un peu comme une caricature politique à l’ancienne. Bien que l’auteur ne le dise pas spécifiquement, il est probable que de nombreuses autres « visions » sur les rouleaux étaient étiquetées de manière similaire.

Il ne fait aucun doute que, en tant que littérature, le livre de l’Apocalypse est une œuvre colorée, dramatique et percutante. Cependant, en tant que base d’une philosophie religieuse, il présente tous les écueils des apocalypses qui l’ont précédé.

Comme nous le verrons, la prophétie de l’Apocalypse s’est réalisée au moins une demi-douzaine de fois dans l’histoire du monde, avec des catastrophes mondiales suivies de « secondes venues ». Pas une seule fois, cela n’a apporté mille ans de paix et de salut spirituel. Tout ce que cela a fait, c’est préparer le terrain pour la prochaine catastrophe.

Aujourd’hui, alors que nous nous trouvons sur une énorme poudrière nucléaire, il est peut-être temps de réévaluer l’utilité de la croyance apocalyptique avant que le monde ne soit plongé dans une autre « bataille finale ». Oui, le salut spirituel et un millier d’années de paix sont des objectifs qui valent la peine d’être atteints, et qui se font attendre depuis longtemps, mais il n’est pas nécessaire de payer le prix d’un Armageddon pour les atteindre.

77S

A suivre…


Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :