Secrets révélés

Les dieux de l’Éden – 18

Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

31 – Apocalypse de Marx

LA PREMIÈRE Révolution FRANÇAISE de 1789 marque le début d’une longue série de soulèvements en France. Un nouveau duc d’Orléans, Louis-Philippe, devint la figure de proue d’une révolte de juillet 1830 qui le plaça sur le trône de France en tant que dirigeant d’une monarchie constitutionnelle. Il était assisté du marquis de La Fayette.

Un autre des soutiens importants de Louis-Philippe était un homme du nom de Louis-Auguste Blanqui, qui fut décoré par le nouveau gouvernement pour avoir contribué au succès de la révolution de 1830.

Blanqui est resté un révolutionnaire actif après 1830 et a fourni un leadership significatif pour une longue série de soulèvements. Selon Julius Braunthal, écrivant dans son livre, Histoire de l’Internationale, « Blanqui a été l’inspirateur de tous les soulèvements de Paris de 1839 à la Commune * en 1871 ».

Blanqui appartenait à un réseau de sociétés secrètes françaises qui organisaient et planifiaient les révolutions. Presque toutes ces sociétés secrètes étaient des excroissances de l’activité de la Fraternité et étaient calquées sur les organisations de la Fraternité. Chaque société avait une fonction et un fondement idéologique différents pour attirer les gens dans la cause révolutionnaire. Bien que les sociétés révolutionnaires diffèrent parfois en matière d’idéologie et de tactique, elles ont un objectif commun : provoquer la révolution. De nombreux révolutionnaires
les dirigeants ont participé simultanément à plusieurs de ces organisations.

L’un des groupes révolutionnaires secrets français les plus efficaces était la Société des saisons, dont Blanqui partageait la direction. Cette société a été conçue explicitement dans le but d’éclore et de mener à bien des conspirations politiques.

²

L’une des organisations alliées de la Société était la « Ligue des Justes ». La Ligue des Justes a été fondée en 1836 en tant que société secrète et elle a aidé Blanqui et la Société des Saisons dans au moins une révolte : le soulèvement de mai 1839. Quelques années après ce soulèvement, la Ligue a été rejointe par un homme qui deviendra plus tard le porte-parole le plus célèbre des révolutionnaires : Karl Marx.

Karl Marx était un Allemand qui a vécu de 1813 à 1883. Il est considéré par beaucoup comme le fondateur du communisme moderne. Ses écrits, en particulier le Manifeste communiste, sont une pierre angulaire importante de l’idéologie communiste. Comme certains historiens l’ont souligné, cependant, Karl Marx n’est pas à l’origine de toutes ses idées. Il agissait en grande partie comme porte-parole de l’organisation politique radicale à laquelle il appartenait.

C’est lors de son adhésion à la Ligue des justes que Marx rédigea le Manifeste communiste avec son ami Friedrich Engels. Bien que le Manifeste contenait de nombreuses idées de Marx, son véritable accomplissement était de mettre en forme cohérente l’idéologie communiste qui inspirait déjà les sociétés secrètes de France à la révolte.

En raison de son intelligence, Marx a acquis un pouvoir considérable au sein de la Ligue des justes, et son influence a provoqué quelques changements au sein de cette organisation. Marx n’aimait pas le caractère romantique et conspirateur du réseau de la société secrète auquel il appartenait et il a pu éliminer certains de ces traits au sein de la Ligue.

En 1847, le nom de la Ligue a été changé en « Ligue communiste ». Associées à la Ligue communiste se trouvaient diverses organisations «ouvrières», telles que la Société éducative des travailleurs allemands (GWES). Marx a fondé une branche du GWES à Bruxelles, en Belgique.

À ce stade, nous pouvons voir l’extraordinaire ironie de ces événements. Le même réseau d’organisations de la Fraternité qui nous avait donné les États-Unis et d’autres pays « capitalistes » par la révolution, créait maintenant activement l’idéologie (le communisme) qui s’opposerait à ces pays ! Il est crucial que ce point soit compris : les deux côtés de la lutte moderne « communiste contre capitaliste » ont été créés par les mêmes personnes dans le même réseau d’organisations secrètes de la Fraternité. Ce fait essentiel est presque toujours ignoré dans les livres d’histoire.

En une courte période de cent ans, le réseau Brotherhood avait donné au monde deux philosophies opposées qui ont jeté les bases de la soi-disant « guerre froide » : un conflit qui a duré près d’un demi-siècle.

Compte tenu de l’affiliation de Karl Marx au réseau des Frères musulmans, il n’est pas surprenant que la philosophie de Marx suive le modèle de base de la religion custodiale. Le marxisme est fortement apocalyptique. Il enseigne un credo de « bataille finale » impliquant les forces du « bien » et du « mal » suivi d’une utopie sur Terre. La principale différence est que Marx a moulé ces croyances dans un cadre non religieux et a essayé de les faire sonner comme une « science » sociale plutôt que comme une religion.

Dans le schéma de Marx, les forces du « bien » sont représentées par les « classes ouvrières » opprimées et le « mal » est représenté par les classes possédantes. Le conflit violent entre les deux classes est dépeint comme naturel, inévitable, et finalement sain parce qu’un tel conflit finira par aboutir à l’émergence d’une utopie sur Terre. L’idée de Marx d’une inévitable tension de classe reflète la croyance calviniste selon laquelle le conflit sur Terre est sain parce qu’il signifie que les forces du « bien » combattent activement les sbires du « mal ».


Marx a essayé de donner un air scientifique à son idée de « conflit inévitable » en l’inscrivant dans un concept connu sous le nom de « dialectique ». La « dialectique » était une notion adoptée par un autre philosophe allemand, Hegel (1770-1831). L’idée hégélienne de la « dialectique » peut s’expliquer ainsi : d’une thèse (une idée ou un concept) et une antithèse (un contraire contradictoire) on peut dériver une synthèse (une nouvelle idée ou un nouveau concept qui est différent des deux premiers, mais en est un produit). Marx a pris cette idée apparemment scientifique et l’a incorporée dans sa théorie de l’histoire sociale.

Dans le modèle communiste du « matérialisme dialectique », les changements sociaux, économiques et politiques résultent de l’affrontement d’opposés contradictoires et souvent violents. De cette façon, les guerres sans fin de l’histoire et l’éventail incessant de factions opposées sur Terre seraient une partie naturelle de l’existence à partir de laquelle tout changement social doit se produire. Cela rend souhaitable un conflit social sans fin, et c’est précisément l’illusion que Marx a tenté de véhiculer dans sa théorie de la « lutte des classes ».

La vision communiste de l’utopie est curieuse, mais significative. En elle, chacun est un travailleur égal à tout autre travailleur. Personne ne possède quoi que ce soit mais tout le monde ensemble possède tout ; tout le monde obtient tout ce dont il a besoin mais pas nécessairement tout ce qu’il veut; mais avant que cette utopie ne se produise, tout le monde doit d’abord vivre dans une dictature. Ouf! Cette vision bizarre de l’utopie semble clairement conçue pour maintenir l’humanité comme une race de travail et pour encourager les humains à accepter les conditions de répression sociale (c’est-à-dire la dictature).

Du vivant de Marx, la connaissance spirituelle avait atteint un état de décadence sévère. Le « salut rapide » des protestants et les rituels embarrassants pratiqués par presque toutes les religions chassaient naturellement de nombreuses personnes rationnelles de la religion. Il n’est pas surprenant que la validité de toute réalité spirituelle ait commencé à être remise en question. Ce questionnement a conduit de nombreuses personnes à se tourner vers une vision strictement matérialiste de la vie, et Marx a fourni une philosophie dans laquelle beaucoup de ces personnes peuvent entrer. Bien que Marx ait reconnu la réalité de l’existence spirituelle, il a déclaré à tort que l’existence spirituelle était entièrement le produit de phénomènes physiques et matériels.


Ainsi, Les enseignements de Marx ont aidé à promouvoir les objectifs de la Custode exprimés dans le Livre de Mormon et dans les anciennes tablettes sumériennes de réaliser une union permanente entre les êtres spirituels et les corps humains. Les écrits de Marx ont donné à cette union une acceptabilité « scientifique » en suggérant que l’esprit et la matière ne pouvaient pas du tout être séparés. La philosophie marxiste a ajouté que la réalité « surnaturelle » (c’est-à-dire la réalité existant en dehors des limites de l’univers matériel) n’est pas possible.

L’utopie de Marx équivaut donc à un Eden biblique : un paradis matérialiste dans lequel chacun est un travailleur sans voie vers la connaissance et la liberté spirituelles ; en d’autres termes, une prison spirituelle choyée. acceptabilité en suggérant que l’esprit et la matière ne pouvaient pas du tout être séparés.

La philosophie marxiste a ajouté que la réalité « surnaturelle » (c’est-à-dire la réalité existant en dehors des limites de l’univers matériel) n’est pas possible. L’utopie de Marx équivaut donc à un Eden biblique : un paradis matérialiste dans lequel chacun est un travailleur sans voie vers la connaissance et la liberté spirituelles ; en d’autres termes, une prison spirituelle choyée. acceptabilité en suggérant que l’esprit et la matière ne pouvaient pas du tout être séparés.

À l’époque où le communisme se transformait en un mouvement organisé, la pratique bancaire connaissait d’importants développements. À la fin du XIXe siècle, le nouveau système de papier-monnaie gonflable était la norme établie dans le monde entier. Cependant, ce système monétaire n’était pas suffisamment organisé à l’échelle internationale, et c’était la prochaine étape : créer un réseau mondial permanent de banque centrale qui pourrait être coordonné à partir d’un emplacement fixe unique.

Un chercheur à avoir écrit sur ce développement était feu le Dr Carroll Quigley, professeur à Harvard, Princeton, et à la Foreign Service School de l’Université de Georgetown. Le livre du Dr Quigley, Tragedy and Hope, A History of the World in Our Time, a atteint un degré de renommée parce qu’il a été utilisé par certains membres de la John Birch Society pour prouver leurs idées de « complot communiste ».

En mettant cette notoriété de côté, nous constatons que le livre du Dr Quigley a fait l’objet de recherches exhaustives et qu’il vaut la peine d’être lu. Le Dr Quigley n’était pas un « passionné de complot », mais était un professeur très respecté avec des références académiques exceptionnelles. Le livre du Dr Quigley décrit en détail le développement et le fonctionnement de la communauté bancaire internationale alors qu’elle établissait le système de papier-monnaie gonflable à travers le monde.

Examinons brièvement ce que le Dr Quigley avait à dire.

A suivre…

Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 210 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page