Secrets révélés

Joe Sleepy Biden* à la tête d’une opération internationale de trafic sexuel d’enfants

Ceci a été révélé par un lanceur d'alerte et remet en question, encore une fois, la crédibilité des grands médias ! - par Frank Bergman

Un lanceur d’alerte a fait une déclaration explosive accusant l’administration du président démocrate Joe Biden d’agir comme un « intermédiaire » dans une opération internationale de trafic sexuel d’enfants.

Les allégations ont été révélées dans un nouveau rapport accablant compilé par le journaliste et chercheur principal du Gatestone Institute, Uzay Bulut.

Bulut a détaillé les affirmations  sur le site Web de l’organisation, révélant que des enfants sont transportés à travers la frontière sud poreuse depuis le Mexique.


« La pratique criminelle de la traite et de l’abus de centaines de milliers d’enfants migrants qui traversent la frontière sud est désormais, grâce à la politique d’ouverture des frontières de l’administration Biden, apparemment » normale « aux États-Unis », écrit Bulut.

Il cite des statistiques fédérales sur les millions d’illégaux rencontrés à la frontière ces dernières années.

Cependant, il note ostensiblement qu' »au moins 85 000 enfants seraient portés disparus ».

« Beaucoup de ces enfants sont violés », a-t-il expliqué.

Ils sont « utilisés pour le travail forcé et forcés d’entreprendre des travaux brutaux ostensiblement pour » rembourser « leur dette par les cartels criminels qui contrôleraient maintenant le côté mexicain de la frontière et auraient fait venir les enfants ».

Et il cite les propos de la dénonciatrice Tara Lee Rodas.


Rodas a témoigné devant le sous-comité judiciaire de la Chambre sur l’intégrité, la sécurité et l’application de l’immigration il y a quelques semaines à peine.

« Intentionnellement ou non, on peut affirmer que le gouvernement américain  est devenu l’intermédiaire dans une opération de traite d’enfants à grande échelle de plusieurs milliards de dollars  dirigée par de mauvais acteurs cherchant à profiter de la vie d’enfants », a déclaré Rodas aux législateurs.

Rodas a précédemment servi dans la bureaucratie de la santé et des services sociaux sous Biden.

« Aujourd’hui, les enfants travailleront de nuit dans les abattoirs, les usines et les restaurants pour payer leurs dettes aux passeurs et aux trafiquants », a-t-elle témoigné.

« Aujourd’hui, les enfants seront vendus pour le sexe.

« Aujourd’hui, les enfants appelleront une hotline pour signaler qu’ils sont maltraités, négligés et victimes de la traite…. »

Rodas a déclaré qu’elle s’était portée volontaire pour aider à la crise à la frontière sud.

« Je pensais que j’allais aider à placer les enfants dans des foyers aimants.

« Au lieu de cela, j’ai découvert que les enfants sont victimes de la traite via un réseau sophistiqué qui commence par être recruté dans leur pays d’origine, passé en contrebande à la frontière américaine et se termine lorsque l’ORR [Office of Refugee Resettlement] livre un enfant à un parrain – certains parrains sont criminels et trafiquants et membres d’organisations criminelles transnationales.

« Certains sponsors considèrent les enfants comme des marchandises et des actifs à utiliser pour gagner un revenu – c’est pourquoi nous assistons à une explosion du trafic de main-d’œuvre. »

Bulut cite également le témoignage de l’experte en immigration Jessica M. Vaughan.

Vaughan a déclaré :

«De nombreux rapports de journalisme d’investigation publiés au fil des ans dans le Washington Times, Reuters et le New York Times, Project Veritas et d’autres, qui fournissent des détails graphiques sur les expériences des UAC pendant et après leur passage illégal et leur placement avec des sponsors aux États-Unis. États, y compris la servitude domestique, les abus sexuels, le travail forcé, l’exploitation du travail et l’emploi illégal dans la fabrication, l’aménagement paysager et d’autres emplois inappropriés et dangereux.

Bulut a également souligné les reportages de Rachel Campos-Duffy de Fox News.

« Au cours des deux dernières années, ce pays est devenu une plaque tournante internationale pour le trafic d’enfants », a rapporté Campos-Duffy.

« Et le gouvernement américain est derrière tout cela.

« Sous Biden, des centaines de milliers d’enfants sont entrés illégalement dans ce pays.

« Une fois qu’ils arrivent ici, la plupart sont vendus pour le sexe, utilisés comme main-d’œuvre bon marché ou forcés de rejoindre des gangs.

« Personne ne mérite ça. Surtout pas les enfants.

Il a également noté les commentaires du gouverneur républicain de Floride, Ron DeSantis.

Comme l’a rapporté Slay News , DeSantis avait précédemment averti que l’administration Biden avait créé la « plus grande opération de trafic d’êtres humains de l’histoire américaine ».

Le sénateur républicain Josh Hawley (R-MO) a soutenu cette position du gouverneur.

En conclusion, Bulut insiste sur le fait que pour arrêter l’ industrie du trafic sexuel d’enfants , le Congrès doit « changer les lois sur l’immigration et freiner les politiques exécutives qui encouragent la migration illégale massive ».

Source Blacklisted News juillet 2023

* « Sleepy Joe », « Corrupt Joe », « China Joe »… Les 10 surnoms pas très aimables que Donald Trump a (déjà) donnés à Joe Biden

« Sleepy Joe »
Traduction : « Joe l’endormi » ou « Joe le somnolent ». C’est LE surnom que l’on entend le plus dans la bouche du président sortant.

« Joe Hiden »
Traduction : « Joe le planqué ». C’est la dernière trouvaille de Donald Trump : elle fait référence au fait que Joe Biden s’est retranché, ou « caché » (« hidden », en anglais) selon Donald Trump, dans sa maison du Delaware pendant deux mois à cause de l’épidémie de coronavirus.

« Slow Joe »
Traduction : « Joe la lenteur ». Là encore, inutile d’être bilingue pour deviner le sens de ce surnom, qui a pour but de railler le manque de vivacité supposé de son adversaire.

« 1% Joe »
Traduction : « Joe 1% ». Si vous n’avez pas la carrière politique de Joe Biden en mémoire, vous n’aurez pas la référence. L’ancien vice-président de Barack Obama s’est déjà présenté à deux reprises aux primaires démocrates par le passé… Sans grand succès.

« Wacko »
Traduction : « Cinglé ». Au moins, les choses sont claires. « C’est un cinglé depuis des années et tout le monde le sait, a tweeté le président américain, le 7 octobre. Les médias se retrouvent coincés avec lui et essaient juste de le protéger. Vous avez remarqué comme toutes les choses négatives, comme son très faible QI, ne sont plus jamais mentionnées ? Fake News ! ».

« Corrupt Joe »
Traduction : « Joe le corrompu ». Ici, la référence est, disons-le, moins limpide, voire légèrement fourre-tout. Donald Trump estime que son rival démocrate est corrompu, et il le répète dès qu’il le peut.

« China Joe »
Traduction : « Joe la Chine ». Donald Trump dégaine ce surnom quand il veut rappeler que Joe Biden (et plus globalement l’administration Obama) a toujours été, selon lui, et contrairement à lui, trop gentil avec la Chine.

« O’Biden »
Traduction : « O’Biden ». Ce surnom, contraction de « Obama » et « Biden », Donald Trump l’emploie dès qu’il veut dire tout le mal qu’il pense du bilan de l’ancien locataire de la Maison Blanche et de son vice-président.

« Crazy Joe Biden »
Traduction : « Joe Biden le fou ». Ce surnom remonte à mars 2018 : à l’époque, Joe Biden s’en prend violemment à celui qui n’est pas encore son adversaire après que des commentaires obscènes à l’égard des femmes lui ont été attribués.

« Sleepy Creepy Joe »
Traduction : « Joe l’endormi vicelard ». C’est ainsi que Donald Trump rappelle régulièrement que son rival est accusé d’agression sexuelle par une ancienne assistante.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 620 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading