Secrets révélés

Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique (7) Un royaume de cuivre et des mines de mica

Traduction du livre de Richard J. Dewhurst. Une étude des preuves substantielles d'une ancienne race de géants en Amérique du Nord et de sa suppression de 150 ans par la Smithsonian Institution.

Cultures sophistiquées des anciens géants.

Un royaume de cuivre et des mines de mica

LA ROYALE CONNEXION DES TUMULUS DE CUIVRE

Située dans le lac Supérieur, au large de la pointe nord de la péninsule de Keweenaw, dans le nord du Michigan, l’île Royale, également connue sous le nom d’île royale, est l’un des sites anciens les plus intéressants d’Amérique. Non seulement l’île est littéralement constituée de la plus haute teneur en cuivre du monde entier, mais son nom suggère également son statut royal dans l’esprit des anciens géants du royaume du cuivre nord-américain. De manière significative, un rapide coup d’œil à une carte moderne des États-Unis montre clairement que la frontière nord de l’Amérique a été tracée de manière à inclure cette île, ce qui montre, une fois encore, que quelqu’un connaissait l’extrême importance de cette petite île inoffensive.

En raison d’un événement volcanique exceptionnel qui a tordu le substrat rocheux cuprifère au-dessus de la ligne de flottaison, permettant ainsi à toutes les impuretés de soufre de brûler à l’air libre, le cuivre de l’île Royale est le plus pur que l’on puisse trouver dans le monde. Toute la région est marquée par d’anciens puits de mine et des tranchées pouvant atteindre vingt pieds de profondeur. Des tests de datation au carbone effectués sur des restes de bois trouvés dans des douilles d’objets en cuivre indiquent que certains ont au moins 5 700 ans, tandis que d’autres fouilles à ciel ouvert autour de la région ont été datées de huit à dix mille ans.

Les estimations les plus prudentes calculent que pendant une période de dix mille ans, plus de cinq cent mille tonnes de cuivre ont été extraites des mines. À l’autre extrémité du spectre, dans Prehistoric Copper Mining in the Lake Superior Region, publié en 1961, Roy Ward Drier et Octave Joseph DuTemple ont estimé que plus de 1,5 milliard de livres de cuivre avaient été extraites de la région. Comme les chercheurs traditionnels refusent d’analyser le cuivre européen pour y déceler la signature probable du Michigan, personne n’a pu expliquer où est allé tout ce cuivre. Il ne fait aucun doute qu’il a été échangé et utilisé intensivement à travers les États-Unis par les constructeurs de tumulus, mais cela ne peut en aucun cas expliquer l’ampleur du cuivre extrait de ces mines uniques.

Fig. 7.1. Bloc de cuivre natif d’Ontonagon tel que décrit dans le livre de Henry Rowe Schoolcraft, Narrative Journal of Travels through the Northwestern Regions of the United States (1821). Notez la taille relative du bloc rocheux sur la rive droite de la rivière par rapport aux hommes dans les canots. Le rocher d’Ontonagon ne mesure en fait que trois pieds et huit pouces dans sa plus grande dimension et pèse 3 708 livres. Il a été exposé pour la première fois à Détroit en 1843 et a finalement été acquis par la Smithsonian Institution.


Les chercheurs ont déterminé une histoire continue d’activité minière qui a commencé en 8000 avant J.-C. et s’est terminée brusquement vers 1500 avant J.-C., en même temps que l’explosion volcanique sur l’île crétoise de Thera (aujourd’hui Santorin). Comme des images taillées dans la roche de navires de commerce crétois ont été trouvées dans la région de l’Isle Royale, cela donne du crédit à la connexion crétoise en Amérique du Nord à une date très précoce. En outre, les chercheurs ont également déterminé que l’activité d’extraction du cuivre a repris vers 900 de notre ère. Cette date correspond parfaitement aux preuves connexes d’une présence viking dans la région vers cette même date.

LES MINEURS DE CUIVRE EXPLORANT LA SURFACE

En 1863, le Smithsonian a publié ce rapport de terrain basé sur les explorations du colonel Charles Whittlesey dans les mines de cuivre découvertes le long de la rivière Eagle dans la péninsule de Keweenaw. Bien que le rapport soit essentiellement un rapport d’observation, il laisse entrevoir l’ampleur de ces opérations minières.

ANCIENNES MINES DE CUIVRE DANS LES GRANDS LACS

SMITHSONIAN, AVRIL 1863

Une autre autorité, le colonel Charles Whittlesey, un vétéran de la guerre civile et géologue professionnel américain pour le gouvernement, a écrit en 1856 un traité intitulé « Ancient Mining on the Shores of Lake Superior », basé sur ce qu’il avait vu à Eagle River dans la région cuprifère de Keweenaw. En 1862, le colonel Charles Whittlesey a dessiné une carte de la position des anciennes mines de cuivre pour le Smithsonian, et elle constitue une partie précieuse de son document sur les mineurs de cuivre préhistoriques.

Après avoir terminé son inspection des anciennes mines de cuivre dans la péninsule supérieure, sur les rives du lac Supérieur, le colonel Whittlesey a raisonné un peu comme suit : un peuple ancien, dont l’histoire ne rend pas compte, a extrait le cuivre des roches de la péninsule de Keweenaw. Ils l’ont fait de façon rudimentaire au moyen du feu et en utilisant des coins de cuivre ou gads et des mauls de pierre. Ils ne disposaient que des dispositifs mécaniques les plus simples et ne pénétraient dans la terre que sur une courte distance. Ils ne semblent pas avoir eu d’aptitude à la métallurgie ou à la décomposition de grandes masses de cuivre. Pour les outils de coupe, ils disposaient de ciseaux et probablement de haches en cuivre pur, durcies uniquement par battage à froid. Ils recherchaient principalement de petites masses et des morceaux de métal et non de grandes pièces. On ne connaît pas de tumulus de sépulture, de défenses, de domiciles, de routes ou de canaux qu’ils auraient construits.

Il ne reste aucune trace de leur culture du sol. Ils fabriquaient des armes de défense ou de chasse telles que des fléchettes, des lances et des poignards en cuivre. Ces Indiens du Vieux Cuivre devaient être nombreux, industrieux et persévérants. La quantité de travail effectuée indique qu’ils ont exploité le pays pendant longtemps ou l’équivalent de 10 000 hommes sur une période de 1 000 ans. Le colonel Charles Whittlesey a découvert que les principales mines de cuivre préhistoriques de la région de Keweenaw-Ontonagon, dans la péninsule supérieure, correspondaient aux emplacements des mines des années 1850. Dans les mines préhistoriques et modernes, trois groupes d’exploitations apparaissent, l’un un peu en dessous de la fourche de la rivière Ontonagon, un autre au lac Portage, et le troisième sur les rives de la rivière Eagle.


Ces deux derniers sites étaient situés sur la péninsule de Keweenaw. Il était évident pour Whittlesey qu’il y a des siècles, les anciens mineurs de cuivre n’étaient que des explorateurs de surface, et que si les principales mines de la nouvelle ère suivaient le même schéma de localisation que les anciennes, les mineurs de l’ère moderne étaient capables, avec un équipement bien meilleur, de pénétrer dans la terre à des profondeurs bien plus grandes.

CONNAISSANCE DU RECUIT ET DU GAUFRAGE

Les anciens dinandiers nord-américains étaient les meilleurs du monde antique, comme en témoignent l’ancienneté, la qualité et l’unicité scientifique de leur travail. Non seulement ils savaient recuire, gaufrer et graver le cuivre, mais ils produisaient également des haches et d’autres instruments trempés dont la force et la trempe ne peuvent être reproduites de manière adéquate à ce jour. En outre, ces anciens dinandiers produisaient une tôle unique, ultrapure et de qualité supérieure à celle produite en Méditerranée.

UN LIVRE ALLEMAND DE 1857 PARLE DES ANCIENS MINEURS

Dans l’article de journal suivant, le journaliste Victor F. Lemmor parle d’un livre allemand intitulé Reisen im Nordwesten der Vereinigten Staaten (Voyages dans les parties nord-ouest des États-Unis), dont les chapitres concernent les anciens mineurs, ou « Vieux », qui, selon la légende, étaient les premiers mineurs de cuivre dans cette région. Il est intéressant de noter que le terme « Old People » est un équivalent d’Anasazi (Anciens), qui désigne les premiers constructeurs des habitations dans les falaises du sud-ouest des États-Unis.

DE GRANDS SQUELETTES DÉCOUVERTS AU MINNESOTA

BEMIDJI DAILY PIONEER, 3 OCTOBRE 1916

De grands monticules ont été découverts sur ce territoire. Dans certains endroits, un certain nombre de morceaux de poterie ont été déterrés. On se souviendra que lorsque le barrage d’International Falls était en construction, plusieurs centaines de pièces de cuivre trempé ont été déterrées à une profondeur de 15 pieds. Il s’agissait d’hameçons, de couteaux, de lances et de flèches. L’art de la trempe du cuivre, qui était connu de ces premiers constructeurs de tumulus, est aujourd’hui un art perdu. Un squelette de taille inhabituelle a également été mis au jour et on pense qu’il s’agissait d’une femme. Les médecins qui ont examiné le squelette déclarent qu’il représente un type de personnes préhistoriques qui mesuraient deux mètres ou plus et possédaient une mâchoire inférieure particulièrement grande.

Ils ont tiré cette conclusion parce que le squelette retrouvé était celui d’une personne de très grande stature. L’os de la mâchoire était large et sa construction est considérée comme un don spécial de la nature à l’homme primitif afin qu’il puisse mastiquer les aliments plus grossiers qui constituaient alors sa subsistance. Le crâne est très large. Le front bien arrondi témoigne d’un développement considérable de l’intelligence sur le territoire de Rainy Lake. . . . Le squelette sera envoyé à la Société historique du Minnesota.

TRACER L’ANCIENNE CULTURE DU CUIVRE

PAR VICTOR E. LEMMOR – DAILY GLOBE, 20 NOVEMBRE 1969

Selon le Dr George I. Quimby, le monde connu des Indiens de l’ancienne culture du cuivre était la région des Grands Lacs supérieurs. Certains de ces peuples préhistoriques vivaient déjà il y a 7 000 ans, et d’autres étaient encore là il y a 3 000 ans. En plus d’être des mineurs, ces anciens ouvriers étaient les premiers fabricants de métal connus en Amérique. On pense que les Indiens du Vieux Cuivre devaient être plutôt grands, robustes et musclés. Le Dr Quimby affirme qu’en utilisant comme base les preuves archéologiques disponibles, certaines des techniques des mineurs de cuivre préhistoriques ont été reconstituées.

D’ANCIENNES MÉTHODES D’EXTRACTION DU CUIVRE RÉVÉLÉES

Parmi les découvertes qui ont permis de tirer ces conclusions, on trouve des restes de leviers en bois, des parties de seaux en écorce de bouleau, des pierres de marteau et du charbon de bois provenant de feux trouvés dans d’anciens puits d’extraction. Ces hommes préhistoriques ont creusé des puits afin de suivre les veines de cuivre pur à partir des affleurements de surface. Ils brisaient le cuivre des formations rocheuses à l’aide d’eau, de feu et de lourds rochers de plage. Selon le Dr Quimby, la méthode d’extraction utilisée consistait à chauffer la roche entourant le cuivre pur avec du feu, puis à la fissurer en l’arrosant soudainement d’eau froide. Ensuite, le cuivre était détaché à l’aide de marteaux de roche, puis extrait à l’aide de leviers en bois.

Le cuivre pur était façonné en armes et outils par martelage à froid. Pour éviter que le cuivre ne devienne trop fragile, il était alternativement chauffé et refroidi. La fonte et le moulage du cuivre étaient inconnus.

LA DATATION DES MINES

Outre ces trois groupes de mines de l’Upper Peninsula, le cuivre de l’Isle Royale était également connu des aborigènes depuis des milliers d’années. Le professeur Roy W. Drier, qui fait partie du département d’ingénierie métallurgique du Michigan College of Mining and Technology à Houghton, Michigan, a informé cet auteur en novembre 1959 qu’il avait trouvé une mine qui avait été exploitée il y a au moins 3 000 ans sur l’Isle Royale.

Ses preuves indiquent la possibilité que les « mineurs de l’île » soient d’une race ou d’une culture antérieure à celle des « préhistoriques » qui ont exploité les mines dans la péninsule de Keweenaw. En 1953, le professeur Drier, accompagné du Dr James B. Griffin, directeur du musée d’anthropologie de l’université du Michigan, a creusé dans les anciennes mines de cuivre de l’île Royale à une profondeur de 70 pouces. Ils ont déterré une section de rondin carbonisé, qui a été datée par les méthodes du carbone au laboratoire Memorial Phoenix de l’Université du Michigan comme ayant 3 000 ans plus ou moins 350 ans. En 1954, le professeur Drier creuse à nouveau dans la même ancienne fosse et en retire une autre section de rondins carbonisés, datée de 3 800 ans plus ou moins 500 ans.

L’intérêt personnel de cet auteur pour les mineurs de cuivre préhistoriques a commencé il y a quelques années, alors qu’il était président de la Société historique du Michigan. Son attention a été attirée par un livre allemand publié en 1857 et écrit par Johann Georg Kohl, intitulé Reisen im Nordwesten der Vereinigten Staaten, (Voyages dans les parties nord-ouest des États-Unis). Kohl était un géographe et chercheur allemand qui a consacré la majeure partie de sa vie à des enquêtes scientifiques.

Les chapitres relatifs aux anciens mineurs ou « Vieux Gens » tels que désignés par Kohl, ont été traduits de l’allemand vers l’anglais par Mme Helen Longyear Paul, conservatrice du Marquette County Historical Museum, à Marquette, Michigan. Après que Mme Paul ait fait une étude détaillée du chapitre descriptif de Johann Kohl sur les mines de cuivre préhistoriques du pays Ontonagon, elle a visité, avec deux hommes de Marquette, la région mentionnée dans le livre de Kohl. En suivant les directions données dans les voyages de Kohl, ils ont, eux aussi, découvert les fosses et les pierres à marteau qui avaient captivé Kohl plus de cent ans auparavant.

LA PREMIÈRE MINE DE CUIVRE MODERNE EN 1730

Les premières véritables opérations minières modernes ont été lancées près de la fourche de l’Ontonagon vers 1730 par le Sieur de la Ronde, puis poursuivies en 1761 par Alexander Henry, un voyageur et commerçant de fourrures anglais qui s’est intéressé à l’exploitation des découvertes de cuivre près du lac Supérieur.

LE PLUS GRAND NOMBRE D’OBJETS EN CUIVRE TROUVÉS AU WISCONSIN

Alors que le Minnesota et le Michigan étaient plus proches de ces sources de cuivre, c’est au Wisconsin que l’on a trouvé le plus grand nombre d’articles fabriqués par les Indiens, c’est-à-dire des artefacts en cuivre. En effet, plus d’objets indiens en cuivre ont été trouvés dans le Wisconsin que dans tout autre État de l’Union. On compte actuellement plus de 20 000 spécimens de fabrication indienne en cuivre trouvés au Wisconsin et provenant des mines de la région du lac Supérieur. Le cuivre a été trouvé sous forme de pépites de toutes tailles et dans les filons de roches cuprifères.

On suppose que les Indiens qui s’occupaient de l’exploitation minière ramenaient ces feuilles, dont la taille typique est d’environ trois seizièmes de pouce, et de dix pouces de long sur huit pouces de large, et les pépites chez les artisans de leur village qui les transformaient à leur tour en ornements et en outils.


Sur les sites indiens tout au long de la baie de Green, on a trouvé de nombreux copeaux de cuivre, preuve évidente de l’existence d’ateliers de cuivre. À Two Rivers, Sheboygan, Waupaca et Green Lake, on a trouvé de grandes quantités de copeaux de cuivre et d’autres pièces en cuivre, preuve de l’existence d’une importante fabrication de cuivre dans ces régions. La distribution était également étendue.

LE COMMERCE DU CUIVRE SE FAISAIT VERS LE SUD, L’EST ET L’OUEST

Les découvertes indiquent que le cuivre natif, ainsi que les objets finis, étaient échangés vers l’est, le sud et l’ouest. C’est peut-être de cette façon que les Indiens du Wisconsin se sont procuré le silex couleur ivoire de l’Ohio, l’obsidienne du Yellowstone et les magnifiques coquilles de conque des bords de mer, qui ont tous été retrouvés parmi les reliques des Indiens du Wisconsin. Il ne fait aucun doute que le Wisconsin a été le siège de l’industrie indienne du cuivre, dont les produits ont été acheminés par les voies commerciales vers des pays nombreux et lointains.

Avec les outils de pierre qu’il fabriquait, le dinandier indien façonnait les objets en cuivre. Il s’est aperçu très tôt que le fait de marteler un morceau de cuivre fraîchement extrait le faisait s’effriter, aussi a-t-il expérimenté jusqu’à ce qu’il mette au point une méthode pratique.

La première étape de cette méthode, appelée recuit, consiste à chauffer et à plonger le cuivre dans l’eau en alternance, ce qui le rendait résistant et maniable. Ensuite, en martelant, en meulant, en coupant et en polissant, il produisait l’objet fini, et en l’estampant et en le perforant, il le décorait.

LE MYSTÈRE DE LA FEUILLE DE CUIVRE ET DE LA TENEUR UNIQUE EN CUIVRE QU’ELLE CONTIENT

La découverte de nombreux objets en feuilles de cuivre dans le Wisconsin a suscité une controverse quant à savoir si les Indiens produisaient ces feuilles ou s’ils les recevaient d’Europe dans le cadre d’échanges commerciaux. L’analyse chimique a montré que le dinandier indien ne fondait ni ne tempérait le cuivre. L’argent libre trouvé dans les artefacts étudiés ne serait pas visible si le cuivre n’avait pas été trempé. Les analyses montrent que les feuilles fabriquées par les Indiens, pour ne citer qu’un exemple, contenaient 99,73 % de cuivre, 0,34 % de fer et 0,023 % d’argent, tandis que les feuilles commercialisées en Europe contenaient du bismuth, du zinc, de l’antimoine, du nickel et de l’arsenic et étaient manifestement trempées. En recuisant et en martelant uniquement, les dinandiers indiens fabriquaient des feuilles de cuivre à partir de morceaux et soudaient les pièces les unes aux autres et ensemble.

Le cuivre était beaucoup utilisé pour la décoration, les ornements les plus courants étant les perles. Celles-ci étaient fabriquées en enroulant une fine bande de cuivre autour d’une sorte de broche, le nombre de tours régulant la taille, et en perçant des pièces solides et en les martelant pour leur donner une forme. Le martelage et le polissage permettaient d’obtenir une belle perle. On a découvert qu’une chaîne de perles de cuivre, désormais célèbre parmi les découvertes, mesurait plus de 11 pieds de long et contenait plus de 500 perles, chacune d’un quart de pouce de diamètre.

D’innombrables bracelets, anneaux, pendentifs, plastrons, bracelets, anneaux d’oreille et ornements de cheveux ont été fabriqués. Du plastron en cuivre forgé comme une médaille d’honneur aux jolis bracelets et ornements de cheveux, l’histoire de la vie et de l’amour des Indiens se déroule, si l’on veut bien la lire.

LA COLLECTION DE CUIVRE SCHUMACHER, GREEN BAY

La liste détaillée des autres objets en cuivre est trop longue pour être mentionnée. Elle comprend des lances et des pointes de flèches, des couteaux, des herminettes et des gouges, ainsi que des hameçons et des harpons. La collection Schumacher d’objets en cuivre du Neville Museum de Green Bay offre une opportunité exceptionnelle d’étude, tout comme d’autres collections de musées dans le Wisconsin et ailleurs.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le sujet, l’article « Mythes et légendes sur le cuivre » de Charles E. Brown du Wisconsin Historical Museum, publié dans le récent numéro de septembre du Wisconsin Archaeologist, sera d’un grand intérêt.

LES EXPLOITATIONS DE CUIVRE ALGONQUIENNES, LES PLUS IMPORTANTES DE LA NATION

« Les terres revendiquées par les Menomonies algonquiennes et reconnues comme les leurs par les États-Unis ont livré le plus grand nombre d’ateliers et d’outils en cuivre de toutes les régions des États-Unis, ce qui montre que les Indiens étaient des artisans accomplis, car pendant des siècles ils ont fabriqué leurs outils et leurs ornements en cuivre », note W. C. McKern, conservateur associé d’anthropologie au Milwaukee Public Museum.

PREUVES DE L’EXPLOITATION DU CUIVRE DANS LE WISCONSIN IL Y A 10 000 ANS

ASSOCIATED PRESS, 25 AVRIL 1958

Waukesha, Wisconsin : Une pelle mécanique a mis au jour un morceau de cuivre pur, que deux scientifiques du comté de Carroll considèrent comme une preuve probable de la « culture du cuivre » primitive, il y a 10 000 ans. John Cooper maniait une pelle mécanique mardi lorsque la machine a déterré la masse de cuivre dans un lotissement au sud d’ici.

L’anthropologue Harold Eastman et le géologue Benjamin Richason ont supposé que le morceau de cuivre, plus gros que le poing d’un homme, a probablement été placé dans une tombe ancienne il y a environ 100 siècles (10 000 ans).

SEPT MILLE ANS – DÉCOUVERTE À LEONARD’S POINT


OSHKOSH WISCONSIN DAILY, 3 JUIN 1955

De nouvelles preuves importantes qui devraient fournir aux scientifiques des informations supplémentaires sur l’histoire et la culture des anciens Indiens du Wisconsin ont été mises au jour près de Leonard’s Point sur le lac Butte des Morts, ont révélé les responsables du musée d’Oshkosh. Les découvertes ont été faites dans la ferme de Matt Reigh, au nord-ouest de la ville, le même site qui a produit une série intéressante de sépultures préhistoriques, au cours de fouilles menées par des anthropologues d’Oshkosh et de Madison pendant l’été 1953. James E. Lundsted, conservateur d’anthropologie au musée local, a déclaré mardi que trois autres sépultures, beaucoup plus anciennes que les découvertes de 1953, ont été trouvées sur le site de la ferme Reigh le mois dernier.

Selon M. Lundsted, les restes des trois Indiens préhistoriques remonteraient à une période comprise entre 3 000 et 5 000 ans avant Jésus-Christ. Les dates des sépultures d’il y a deux ans ont été établies à environ 500 avant J-C. Les nouvelles fouilles ont été effectuées à partir du 25 mai par Lundsted, Stuart H. Mong, directeur du musée public d’Oshkosh, et Heinz Meyer, professeur d’histoire et étudiant en anthropologie au lycée d’Oshkosh.

UN JEUNE GARÇON LEUR DONNE UN TUYAU

Selon M. Lundsted, la nouvelle œuvre est le résultat d’un « tuyau » de Terry Raettig, un garçon qui vit à Highland Shore, situé près du site. Le garçon a appelé le musée après avoir trouvé des ossements et des poteries sur le site de la ferme Reigh. La poterie, décrite comme épaisse et portant ce que les anthropologues appellent des marques de « cordon », remonte à des sépultures indiennes plus tardives sur le site de Reigh. « Cependant, » a déclaré Lundsted, « les os des trois Indiens préhistoriques étaient en mauvais état, a-t-on rapporté, bien que les os des jambes aient été suffisamment bien conservés pour montrer une conformation lourde et épaisse, semblable à celle trouvée lors des fouilles de 1953. Cinq pointes de cuivre ont été trouvées entre les pieds de l’un des squelettes. »

DÉCOUVERTE D’OSSEMENTS ROUGES

L’une des sépultures se trouvait dans un étroit rebord de matériau rouge, de deux à trois pouces d’épaisseur. « Le matériau rouge n’a pas été identifié de manière positive », ont commenté les responsables du musée, « mais il semblait être du sable avec un pourcentage élevé d’oxyde de fer ». Les os avaient pris la couleur rouge vif et étaient également fortement imprégnés de sels de cuivre. »

LES BIENS FUNÉRAIRES COMPRENNENT DES PERLES EN BOIS DE CERF

Les biens funéraires – des artefacts enterrés avec les Indiens préhistoriques – comprenaient un celt ou une hache, deux couteaux en forme de croissant, un bracelet en coquille d’escargot et un certain nombre de perles en bois de cerf. Une perle en cuivre roulée a été découverte sur le site par Penny Foust, une fille du voisinage.

Les scientifiques ont déclaré que les sépultures récemment découvertes près de Leonard’s Point étaient très importantes et qu’elles étaient provisoirement liées à ce que les anthropologues appellent la « vieille culture du cuivre ». D’autres preuves de la « Old Copper Culture » ont été trouvées dans le Wisconsin à Potosi, à Osceola et, en 1952, à Oconto. Le charbon de bois trouvé sur le site d’Oconto a été envoyé à l’Université de Chicago, où une analyse compliquée connue sous le nom de test du « carbone 14 » a été effectuée. Le test a indiqué que le charbon de bois avait environ 5 000 ans. Selon un responsable du musée, les perles d’escargot et les couteaux en forme de croissant trouvés sur le site de Reigh sont similaires à ceux découverts à Oconto.

À MI-CHEMIN ENTRE OCONTO ET OSCEOLA

M. Lunsted a souligné que le site de Reigh est un emplacement logique pour les vestiges de la « vieille culture du cuivre », étant situé à peu près à mi-chemin entre les sites d’Osceola et d’Oconto. D’autres fouilles du site de Reigh, riche en archéologie, seront menées par les chercheurs d’Osceola.

Fig. 7.3. Diorama miniature d’une mine de cuivre archaïque, anciennement au Milwaukee Public Museum.

QUARANTE-TROIS SQUELETTES DÉCOUVERTS

Les restes d’un total de 43 êtres humains ont été mis au jour à Osceola par une équipe d’anthropologues d’Oshkosh et de Madison au cours de l’été 1953. Parmi les artefacts importants découverts à cette époque, on trouve deux os de cygne hautement polis et entaillés, une pointe conique en cuivre, une coiffe en cuivre, deux haches en bois d’élan et un gorget (ou ornement de cou), fait d’une conque.

Les Indiens de la « vieille culture du cuivre » utilisaient du cuivre pur pour façonner certains de leurs objets, mais ne disposaient pas de méthodes pour tempérer le métal. Ils le travaillaient plutôt par des techniques de martelage à froid et de recuit.

LA COIFFE EN CUIVRE

OSHKOSH DAILY, 9 JANVIER 1954

Une autre découverte fascinante était une coiffe en cuivre qui s’étendait sur la moitié de la partie supérieure du crâne. La coiffe était constituée de bandes aplaties de cuivre pur qui, à une certaine époque, étaient attachées ensemble par un morceau de peau de daim ou de tissu. Un autre artefact découvert par les archéologues était un « gorget », ou ornement de cou, fait d’une coquille de conque. Le gorget, qui mesurait environ cinq pouces de long et deux pouces de large, était percé de trois trous sur son axe longitudinal pour le suspendre. L’ornement avait la forme de la semelle d’une sandale.

Parmi les autres artefacts inhabituels figuraient deux os de cygne d’environ 7 et 8 pouces de long, tous deux très polis et présentant une série d’encoches sur les côtés. Les os pourraient avoir été utilisés à des fins cérémonielles, mais leur fonction n’est pas exactement connue.

Les fouilles de l’été dernier ont également permis de découvrir une pointe conique en cuivre d’un type quelque peu différent de la série habituelle d’objets de ce genre.

LES HACHES EN BOIS D’ÉLAN

Les spécimens les plus intéressants trouvés sur le site sont toutefois deux haches en bois d’élan. Le rapport des archéologues indiquait que les haches trouvées dans la ferme de Reigh étaient différentes, pour autant que l’on sache maintenant, de toutes celles découvertes auparavant aux États-Unis. Les découvertes de 1953 à la ferme Reigh permettent d’accroître nos connaissances sur l’une des périodes les moins connues de l’archéologie du Wisconsin, couvrant la période allant d’environ 1 000 ans avant l’ère chrétienne, à environ 350 après J.-C.

RÉCIT D’UNE FLÈCHE TROUVÉE DANS UN MASTODONTE

Un article de journal paru il y a 30 ans indiquait qu’une telle flèche avait été trouvée encastrée dans les os d’un mastodonte découvert près du fleuve Mississippi, plus au nord de l’État.

La préhistoire du Wisconsin a connu un tournant en 1945, lorsque le Dr Robert Ritzenthaler, du musée de Milwaukee, a fouillé un site près de Potosi. C’est là qu’ont été trouvées les premières preuves réelles de la « Old Copper Culture ». La « Old Copper Culture » désigne un groupe culturel d’Indiens, antérieur à celui du début de la période boisée, qui utilisait le cuivre plutôt que la pierre pour fabriquer des objets.

Le Dr R. E. Ritzenthaler, conservateur adjoint d’anthropologie du musée de Milwaukee, a été envoyé par son musée pour étudier la découverte. La tranchée dans laquelle les corps ont été enterrés, a-t-il déclaré au Wisconsin State Journal, fait environ 80 pieds de long et 15 pieds de large. Les corps ont été déposés sur le sable du récif, au début, et recouverts de terre noire à une distance d’environ 5 pieds sous le niveau actuel du sol.

« Les objets en cuivre ont été trouvés dans le niveau inférieur. Les alènes en cuivre, de 5 et 6 pouces de long, ont été aiguisées aux deux extrémités et étaient probablement utilisées pour fabriquer des vêtements. Les « spuds », des outils aux bords tranchants fixés sur des poignées, étaient utilisés pour écoper les pirogues, nettoyer les peaux et autres objets similaires », a déclaré le Dr Ritzenthaler.

« Les instruments étaient placés selon des motifs réguliers », selon Rollo Jamison Beetown, « ce qui indique que le placement des artefacts faisait partie d’un rituel religieux. Les sépultures du niveau supérieur étaient d’un type d’enterrement en fagot, dans lequel les ossements, ramassés pendant l’hiver, étaient enterrés lors d’une cérémonie de masse et sans placement d’artefacts en cuivre. »

LA CONSTRUCTION D’UN BARRAGE DÉTRUIT D’AUTRES PREUVES

Le cimetière de Potosi se trouvait autrefois sur les rives de la Grant River, mais la construction du barrage sur le Mississippi à Dubuque, a fait monter les eaux pour l’inclure dans le Mississippi et ronger une partie du cimetière.

DEUX TYPES DE SÉPULTURES « COMMUNES » À OSCEOLA

Les morts du site d’Osceola étaient éliminés de deux manières : soit par un enterrement en fagots, soit par une crémation partielle. (On pense que les sépultures en fagots concernaient des Indiens morts en hiver et dont les corps avaient été laissés sur des plates-formes dans les arbres jusqu’à ce qu’il ne reste que les os. Ceux-ci étaient ensuite rassemblés dans un fagot pour être enterrés au printemps lorsque le sol dégelait).

LES ANCIENS AVAIENT DES MÉTHODES D’EXPLOITATION MINIÈRE PLUS EFFICACES

Il semble que les mineurs de l’Antiquité suivaient un principe différent de celui qu’ils appliquent à l’heure actuelle. La plus grande profondeur encore trouvée dans ces trous est de trente pieds – après être descendus à une certaine profondeur, ils ont dérivé le long de la veine, faisant une coupe ouverte. Ces coupes ont été remplies presque jusqu’au niveau par l’accumulation de terre, et nous trouvons des arbres de la plus grande croissance debout dans cette gouttière, et aussi des arbres de bois d’œuvre d’une très grande croissance ont grandi et sont morts, et se sont décomposés depuis de nombreuses années ; au même endroit il y a maintenant des arbres debout de plus de trois cents ans de croissance. Cette découverte conduira à une nouvelle méthode pour trouver des veines dans ce pays, et pourrait être d’un grand bénéfice pour certains.

Fig. 7.4. Voici une photo moderne d’un bloc de cuivre de dix tonnes extrait de l’île Royale. Il est similaire en taille, mais pas en fabrication, au bloc de cuivre de dix tonnes lissé décrit ci-dessous.

UN MORCEAU DE CUIVRE DE DIX TONNES EST TROUVÉ

La semaine dernière, ils ont creusé à un nouvel endroit, et à environ 12 pieds sous la surface, ils ont trouvé une masse de cuivre qui pèsera de huit à dix tonnes. Cette masse de cuivre était enfouie dans les cendres, et il semble qu’ils ne pouvaient pas la manipuler, et n’avaient aucun moyen de la couper, et ont probablement construit du feu pour fondre ou séparer la roche de celle-ci, ce qui pourrait être fait en la chauffant, puis en la jetant sur de l’eau froide.

PROPRE COMME UN CENTIME NEUF

Ce morceau de cuivre est pur, et propre comme un centime neuf, la surface supérieure a été martelée claire et lisse. Il semble que cette masse de cuivre ait été prélevée au fond d’un puits, à une profondeur d’environ trente pieds. En creusant ce puits à partir de l’endroit où se trouve maintenant la masse, ils ont suivi le cours de la veine, qui s’incline considérablement ; cela leur a permis de l’élever jusqu’à ce que le trou remonte avec une inclinaison. Au fond du puits, ils ont trouvé des patins de chêne noir, de huit à douze pouces de diamètre : ces bâtons étaient carbonisés de part en part, comme s’ils avaient été brûlés ; ils ont trouvé des coins de bois dans la même situation. Dans ce puits, ils ont trouvé un godet de mineur et un ciseau étroit en cuivre. Je ne sais pas si ces outils en cuivre sont trempés ou non, mais leur fabrication témoigne d’un bon travail. Ils ont sorti plus d’une tonne de pavés, qui ont été utilisés comme maillets. Ces pierres sont presque rondes, avec une rainure découpée autour du centre, et on dirait que cette rainure a été découpée dans le but de mettre un manche autour.

PREUVES D’UN COMMERCE ÉTENDU

OAKLAND TRIBUNE, 20 DÉCEMBRE 1925

Il y avait un système bien développé de commerce parmi ces anciens aborigènes, et les coquillages marins sont souvent trouvés dans les monticules du Middle West, tandis que les articles de cuivre indigène du Wisconsin se produisent dans ceux de la Virginie occidentale. En Alabama a été déterré un crâne rempli de coquilles d’escargot, pour quelle fin peut difficilement être imaginé. Un récipient en forme de gourde rempli de minerai de plomb si pur qu’il était transformé en balles a été trouvé dans le comté de Bellinger, au Missouri. En 1879, les habitants du voisinage d’une ville du Mississippi, où se trouvent des monticules exceptionnellement riches en poteries, découvrirent que de telles reliques avaient une valeur commerciale. Une véritable fièvre minière s’est installée, et hommes, femmes et enfants ont déserté d’autres tâches pour creuser à la recherche de bric-à-brac aborigène, qui a été vendu aux commerçants et transmis aux musées et aux collectionneurs.

Fig 7.5. Une carte postale du cimetière Indian Mound, Marietta, Ohio

GROUPE ENTERRÉ AVEC DES MASQUES DE CUIVRE

Dans un groupe de monticules près de Chillicothe, Ohio, ont été trouvés des dizaines de squelettes portant des masques de cuivre. Le cuivre provenait vraisemblablement du Wisconsin, où les Indiens, bien avant le débarquement de Christophe Colomb, obtenaient le métal en faisant un feu autour d’une pierre qui le contenait, puis en versant de l’eau sur la pierre chaude, ce qui divisait cette dernière en fragments. Le cuivre ainsi obtenu était chauffé et battu en feuilles.

« L’UNE DES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES LES PLUS RÉUSSIES JAMAIS RÉALISÉES DANS LE WISCONSIN ».

Un certain nombre d’articles décrivent les découvertes de l’archéologue Robert J. Hruska sur un ancien site de culture du cuivre le long de la rivière Menominee.

UNE CRYPTE FUNÉRAIRE EN BOIS

OSHKOSH DAILY, 23 AOÛT 1961

A moins de 20 pouces de la surface, Hruska et ses collègues ont découvert une crypte funéraire en bois, faite de rondins de chêne avec un toit en écorce de bouleau cousue. En raison de sa proximité avec la surface, le matériel squelettique avait disparu, ne laissant que l’émail des dents.

Cette sépulture, comme d’autres découvertes cet été, présentait des traces d’ocre rouge : une substance qui semble avoir eu une signification religieuse ou cérémoniale.

TREIZE LAMES CÉRÉMONIELLES DE CONCEPTION UNIQUE

En creusant un autre pied dans la fosse, l’archéologue a trouvé une autre sépulture. En association avec le crâne, tout ce qui restait du squelette était 13 lames de pierre cérémonielles de 7 pouces, représentant un type jamais trouvé auparavant avec une sépulture à ocre rouge de l’ancienne culture du cuivre. Jusqu’à présent, cet été, Hruska a mis au jour quatre sépultures avec des lames, chacune semblant constituer un ensemble, mais différant à chaque fois.

SÉPULTURES FLÉCHIES TROUVÉES

En descendant encore d’un pied dans la fosse, on a découvert les restes de deux individus dans des sépultures « en faisceau » ou fléchies. L’un d’eux présentait un crâne bien conservé, ce qui indique que son propriétaire est mort sur place d’un coup violent au visage. De chaque côté du crâne, là où se trouvaient les oreilles, se trouvait une grande dent d’animal, qui, selon Hruska, pourrait provenir d’un élan.

DES PREUVES D’UNE CÉRÉMONIE DE CRÉMATION OU D’UN SACRIFICE?

La sépulture, qui était entourée de rondins de chêne carbonisés verticaux, comprenait un adulte et un enfant qui avaient été enterrés en chair et en os et, sous eux, les restes incinérés d’environ cinq autres individus. « L’ensemble de la sépulture », a déclaré Hruska, « était imprégné d’ocre rouge, une substance largement utilisée par les Indiens d’Amérique à des fins religieuses ou cérémonielles. »

DÉCOUVERTE D’UN GÉANT

L’autre personne de cette sépulture était un homme plus grand que la moyenne. Une grande partie du matériel squelettique a été préservée, en raison des propriétés chimiques d’un grand nombre de perles de cuivre avec lesquelles il a été enterré. À peu près au niveau 7 pieds, Hruska a découvert une autre sépulture « en paquet », celle-ci étant une crémation.

MATÉRIAUX D’EMBALLAGE RÉCUPÉRÉS AVEC 44 LAMES

Heureusement, une grande partie des matériaux d’emballage, y compris des colliers de perles, dont certains étaient tressés, ont été récupérés. Autour des os et des perles se trouvait une natte tissée qui, à son tour, était enveloppée dans la peau d’un animal, probablement un castor. L’enveloppe extérieure était une écorce de bouleau. Autour de cette sépulture, au fond d’une fosse, on a trouvé un ensemble de 44 lames, dont toutes les pointes étaient soigneusement positionnées de manière à être orientées vers le nord.

200 PERLES DE CUIVRE ET 9 LAMES

Autour de chaque poignet de l’adulte se trouvaient sept rangs de perles en cuivre, tandis qu’un chapelet de quelque 200 perles a été trouvé directement au-dessus du matériel squelettique. Entre les deux corps se trouvaient neuf lames de silex – des têtes de sagaie ou des couteaux – mesurant jusqu’à 10 pouces de long.

Révélant un travail d’une finesse exceptionnelle, les lames ont été fabriquées à partir d’un type de silex que l’on trouve couramment dans l’Indiana ou l’Illinois, mais qui n’avait jamais été découvert auparavant en association avec l’ancienne culture du cuivre. « L’implication qu’elles ont été importées est claire », a commenté Hruska.

LES SQUELETTES DÉSAGRÉGÉS SONT DE TAILLE MOYENNE

Malheureusement, le matériel du squelette humain s’est presque entièrement désintégré après 3 000 ans dans le sol, mais il en reste suffisamment pour indiquer que physiquement, les habitants de l’ancienne culture du cuivre étaient de taille moyenne pour leur époque et, à en juger par l’épaisseur des os, trapus et robustes.

DÉCOUVERTE D’UNE ALÈNE EN CUIVRE INHABITUELLE

Parmi les artefacts en cuivre trouvés avec les sépultures, on a trouvé deux grandes et fines alènes, toutes deux présentant encore des vestiges de poignées en bois. L’une des alènes est munie à l’une de ses extrémités d’une dent de castor, ce qui indique probablement que l’outil faisait office de ciseau. Parmi les autres objets funéraires en cuivre, on trouve deux harpons à tête basculante, les premiers de ce type jamais découverts.

CENT SÉPULTURES HUMAINES MISES AU JOUR

PAR CHARLES HOUSE – APPLETON POST-CRESCENT, 18 SEPTEMBRE 1961

L’une des fouilles archéologiques les plus réussies jamais réalisées dans le Wisconsin vient de s’achever. L’archéologue Robert J. Hruska, 31 ans, conservateur d’anthropologie au Musée public d’Oshkosh, a déclaré que les fouilles avaient été « enrichissantes au-delà de mes rêves les plus fous ».

Les fouilles, commencées en juillet et récemment terminées, ont été effectuées sur un site d’enterrement et de village d’une colonie d’Indiens de l’âge du cuivre connue pour avoir vécu le long de la rivière Menominee près d’ici. Hruska et une équipe de creuseurs bénévoles de Menominee ont réussi à excaver plus de 7000 pieds cubes de terre, d’où ont été trouvées plus de 30 sépultures humaines multiples composées de restes squelettiques d’environ 100 personnes de l’âge de la culture du cuivre connues pour avoir vécu ici à l’époque préhistorique.

Les fouilles précédentes de la culture du vieux cuivre ont montré que les Indiens vivaient ici il y a 3 000 à 5 000 ans. Parmi les nombreux squelettes humains découverts lors des fouilles, seuls trois étaient des sépultures individuelles. Mme Hruska pense que les peuples préhistoriques du cuivre s’abstenaient d’enterrer leurs morts en hiver à cause du sol gelé. Ils conservaient les corps de leurs morts jusqu’au dégel du printemps et enterraient toutes les personnes décédées l’hiver précédent.

DE RICHES DÉCOUVERTES DE SÉPULTURES DANS LE MICHIGAN ATTIRENT L’ATTENTION NATIONALE

OSHKOSH DAILY, 16 DÉCEMBRE 1961

Le conservateur Robert J. Hruska : « Les fouilles ont attiré l’attention nationale dans les cercles archéologiques en raison de la richesse du nouveau matériel identifiable qu’elles ont produit et des nouveaux aperçus qu’elles apportent sur la vie de ces premiers Américains plutôt mystérieux ».

La culture du vieux cuivre – ainsi nommée parce que ses membres fabriquaient divers outils et ornements en cuivre – est la plus ancienne des cultures indiennes préhistoriques du Wisconsin-Michigan. L’expédition de cet été a produit, sans parler d’un grand nombre de perles, 79 grandes lames de pierre, d’une longueur allant jusqu’à 10 pouces ; une quinzaine d’objets en cuivre, dont le plus grand est une alène de 12 pouces, et comprenant également des pointes, des couteaux, des haches et des hameçons ; une variété de pointes de flèches et de lances en pierre, des grattoirs, etc. et trois crânes suffisamment bons pour être exposés.

VINGT SQUELETTES DE LA CULTURE DU CUIVRE MIS AU JOUR DANS LE MICHIGAN

OSHKOSH DAILY, 5 SEPTEMBRE 1962

Un total de 20 sépultures, dont certaines ont produit d’importants artefacts et autres objets funéraires, ont été mises au jour cet été au cours de la deuxième saison d’une fouille archéologique continue à Menominee, Michigan. Robert J. Hruska, conservateur de l’anthropologie au Musée public d’Oshkosh, a déclaré que les travaux sur le terrain de cet été, achevés la semaine dernière, avaient jeté une nouvelle lumière sur la vie des Indiens préhistoriques plutôt mystérieux qui composaient ce que l’on appelle la culture du vieux cuivre.

LE SITE A AU MOINS 3 000 ANS

Les fouilles de cette saison, qui ont débuté à la mi-juin, ont également soulevé de nombreuses nouvelles questions et ouvert la voie à de nouvelles investigations l’été prochain sur l’ancien site funéraire et villageois, situé dans une partie inutilisée du cimetière Riverside de Menominee. L’un des aspects les plus intéressants des travaux de cette année, d’un point de vue scientifique, a été la découverte d’un nombre considérable de tessons de poterie d’un type associé à la région boisée primitive – une culture caractérisée par des poteries enveloppées de cordons et imprimées à l’aide de pagaies et, probablement, par l’absence d’agriculture. Il n’a pas encore été définitivement établi que les peuples de la culture du vieux cuivre avaient de la poterie, et la quantité de fragments de poterie de cet été pourrait peut-être indiquer un chevauchement temporel des étapes finales de la culture du vieux cuivre et du début de la période boisée. Le site de Menominee est connu pour avoir au moins 3 000 ans.

LE MICA ET LES CONSTRUCTEURS DE TUMULUS

Avec les anciennes mines de cuivre légendaires de la péninsule nord du Michigan, les mines de mica de Caroline du Nord font partie des sites de ressources naturelles les plus importants d’Amérique du Nord. On ne saurait trop insister sur l’importance du mica pour la culture des bâtisseurs de tumulus. Dans l’ensemble des États-Unis et du Mexique, de nombreuses sépultures de constructeurs de tumulus ont révélé une pléthore de bijoux, d’ornements et de décorations en mica, dont la majorité peut être liée à ces mines de mica, dont les archéologues estiment qu’elles sont exploitées depuis l’époque préhistorique.

DES MONTICULES DE MICA EXTRÊMEMENT ANCIENS

ACKLEY ENTERPRISE, 23 MAI 1884

Actuellement, la Caroline du Nord produit les deux tiers de tout le mica extrait aux États-Unis. Le centre de cette industrie se trouve à Barkerville, dans le comté de Mitchell, en Caroline du Nord. Le sénateur Clingman, un homme aux connaissances scientifiques, avait remarqué, lors de deux études géologiques de la formation du comté de Mitchell, d’anciens monticules sur lesquels se trouvaient de grands dépôts provenant d’anciennes mines. Il en a ouvert plusieurs, mais n’a trouvé aucun métal précieux, seulement du mica, qu’il croyait sans valeur. Par conséquent, l’exploration de ces monticules a été abandonnée. Quelques mois plus tard, un « cute Yankee » du Connecticut, tout en prospectant le pays pour les minéraux, et en venant sur un monticule, qui Clingman avait ouvert, sur l’examen du mica, et de déterminer sa valeur, peu de temps après obtenu un bail sur la propriété en question et par son énergie et la connaissance pratique de l’entreprise bientôt fait une belle fortune.

À l’heure actuelle, il n’y a dans cette section que deux mines qui sont de gros producteurs, la mine Cloudlook, maintenant à 100 pieds de profondeur, et la mine Kay, la propriété la plus précieuse de ce genre dans le pays, qui est exploitée à une profondeur de 300 pieds et produit deux tonnes par mois. La mine Clarrisa, près de Barkerville, a produit à un moment donné environ la moitié du produit total des États-Unis, mais après avoir été exploitée à une profondeur de 565 pieds, elle a été abandonnée, car la veine a été pincée et la mine est maintenant très humide. Une grande partie du produit de la Caroline du Nord est exploitée par des agriculteurs qui gagnent leur maigre subsistance en prospectant ce précieux minéral.

Dans cette ceinture de mica, qui s’étend sur trente miles de large et cent miles de long, le mica est trouvé près de la surface et d’aussi bonne qualité que celui trouvé à une profondeur considérable, ce qui est incontestablement une expérience commune partout, puisque le mica ne s’oxyde pas aussi rapidement que les autres minéraux. Après l’ouverture du filon à quelques pieds de profondeur, disons 10 ou 20 pieds, si aucun mica payant n’est trouvé, la perspective est généralement abandonnée. Ces quasi-miniers sont souvent satisfaits de la découverte de quelques poches rapportant 100 à 200 $ pour une saison de travail.

LES MINES DE MICA LES PLUS ANCIENNES SONT LES MEILLEURES


Il est un fait notable que toutes les meilleures mines de la Caroline du Nord sont d’origine préhistorique. L’ancien peuple travaillant ces mines étaient sans doute contemporains avec les constructeurs de monticules de la vallée de l’Ohio, depuis à Chillicothe, Circleville, et d’autres endroits ont été trouvés dans les monticules adjacents feuilles de mica couvrant les restes humains, ainsi que des feuilles de mica couché sur les autels anciens, évidemment utilisé à des fins sacrificielles, tandis que les disques perforés de mica trouvé dans les tombes suggèrent qu’ils ont été portés comme des ornements.

Le mica était bien connu dans l’Amérique préhistorique, les traces de son utilisation étant très répandues. Un grand puits près de Mount Mitchell, en Caroline du Nord, a été découvert en 1869, ce qui a non seulement résolu la question de l’origine des premiers approvisionnements, mais a donné à l’exploitation du mica aux États-Unis son premier élan. Dans cette région, pendant de nombreuses années, le mica a été largement utilisé comme moyen d’échange entre les agriculteurs et les commerçants.

UN INVENTAIRE DÉTAILLÉ DES OBJETS FUNÉRAIRES

Les bijoux et les objets funéraires en mica sont courants dans de nombreuses sépultures de bâtisseurs de tumulus à travers le pays. Cela prouve non seulement la grande estime que les anciens avaient pour le mica, mais aussi l’ampleur du commerce de ce matériau à une date extrêmement ancienne. La feuille de mica trouvée en Caroline du Nord est unique, et il faut noter qu’entre les cours des pyramides de Teotihuacan, on trouve d’énormes feuilles de mica. On trouve également des éclats de mica dans de nombreux murs des pyramides. Les archéologues traditionnels affirment que ce matériau provient des mines de l’Amazonie, alors que l’explication beaucoup plus probable est qu’il provient de la Caroline du Nord.

Histoire du comté de Delaware, 1879
On nous a montré quelques reliques intéressantes consistant en une coquille de conque reine, de l’isinglass (mica), et plusieurs morceaux d’ardoise de forme particulière qui ont été trouvés sur la ferme de Solomon Hill, Concord Township. Le monticule est situé sur les rives d’un ruisseau rocheux. Deux squelettes humains ont également été trouvés dans le monticule, un environ sept pieds de long, l’autre un enfant. La coquille a été trouvé à la joue gauche de la grande squelette. Un morceau d’ardoise environ un par six pouces était sous le menton. L’ardoise était munie de deux trous lisses, apparemment dans le but de l’attacher à sa position. Un autre morceau de forme particulière avec un trou se trouvait sur la poitrine, et un autre avec de l’isinglass (mica) se trouvait sur la main gauche.


A suivre…

Voir tous les chapitres du livre « Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 88 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire