Secrets révélés

Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique (2) AMÉRIQUE DU NORD Terre des Géants

Traduction du livre de Richard J. Dewhurst. Une étude des preuves substantielles d'une ancienne race de géants en Amérique du Nord et de sa suppression de 150 ans par la Smithsonian Institution.

Les découvertes sur les anciens géants américains

2 – AMÉRIQUE DU NORD Terre des Géants

Si l’idée de géants préhistoriques habitant les États-Unis peut nous sembler étrange aujourd’hui ou le résultat d’un canular fantastique, au XIXe siècle, les rapports de preuves archéologiques concernant des géants étaient monnaie courante. En outre, il faut se rappeler que l’Amérique était une société agraire à cette époque et que ses citoyens étaient en contact régulier avec leurs champs, ainsi qu’avec les monticules et les vestiges qu’ils trouvaient en labourant.

La connaissance des géants faisait partie de la pensée courante, tout comme une conscience accrue de qui étaient réellement les constructeurs de tumulus. Comme le démontre ce chapitre, des rapports très crédibles de squelettes et d’artefacts, des États de l’Est à l’océan Pacifique, apparurent dans les journaux de tout le pays avec une fréquence surprenante. Le fait que cette idée nous semble si étrange aujourd’hui peut être directement attribué, au moins en partie, au rôle que le Smithsonian a joué dans la suppression des preuves, comme en témoignent plusieurs des rapports documentés ici.

Fig. 2.1. Squelette de géant provenant de Serpent Mound
du comté d’Adams, Ohio

LES GÉANTS LENNI LENAPE DE L’EST DES ÉTATS-UNIS

Les Indiens Lenni Lenape ont souvent été qualifiés de tribu de géants. Techniquement, leur nom se traduit par « les vraies personnes » ou « les êtres humains » dans la langue Unami. Leur principale zone d’habitation englobait une grande partie du sud-est de l’État de New York, y compris la basse vallée de l’Hudson et la majeure partie de Long Island et de Staten Island, ainsi que l’est de la Pennsylvanie autour des vallées du Delaware et de Lehigh, en plus des régions côtières qui s’étendent au sud jusqu’à la rive nord du Delaware.


Une autre désignation de la tribu était le « peuple originel », ce qui est similaire à l’appellation des tribus de la culture du cuivre du Michigan, qui étaient appelées le « Vieux Peuple », et les Anasazi du Sud-Ouest, qui étaient appelés « Les Anciens ». Comme leurs légendes indiquent qu’ils ont migré de l’ouest à l’origine, cela n’est pas surprenant.

La légende des Lenni Lenape relate ce qui n’est rien de moins qu’un exode massif qui a commencé à l’ouest du Mississippi et qui a impliqué l’utilisation de groupes d’éclaireurs partis à la recherche de terres appropriées. Bien que l’on pense que ces légendes datent de plusieurs centaines d’années, les recherches menées au chapitre 10 indiquent que cette migration a pu se produire dès 5000 avant notre ère, à la suite de l’explosion cataclysmique du volcan Lassen en Californie.

Fig. 2.2. Lappawinsa, chef des Lenni Lenape (Lappawinsa, peint par Gustavus Hesselius en 1735, Library of Congress Rare Book and Special Division Collection)
Fig. 2.3. Peinture de Benjamin West (en 1771) du traité conclu par William Penn en 1682 avec les Indiens Lenni Lenape. Remarquez que le guerrier assis est plus grand et plus blanc que toutes les autres personnes présentes.

Compte rendu de l’histoire, des mœurs et des coutumes des nations indiennes qui habitaient autrefois la Pennsylvanie et les États voisins, 1819

PAR LE REV. JOHN GOTTLIEB ERNESTUS HECKEWELDER

Les Lenni Lenape, selon les légendes qui leur ont été transmises par leurs ancêtres, résidaient il y a plusieurs centaines d’années dans un pays très éloigné, dans la partie occidentale du continent américain.


Pour une raison qui m’échappe, ils décidèrent de migrer vers l’est et partirent donc en groupe. Après un très long voyage, ils rencontrèrent les Mengwe (Iroquois), qui avaient également émigré d’un pays lointain. Leur objectif était le même que celui des Delawares. Ils se dirigeaient vers l’est jusqu’à ce qu’ils trouvent un pays qui leur plaise.

Les espions que les Lenape avaient envoyés en reconnaissance avaient découvert que le pays à l’est du Mississippi était habité par une nation très puissante qui avait construit de nombreuses grandes villes sur les grands fleuves qui traversaient leur territoire. Ces gens (comme on me l’a dit) s’appelaient eux-mêmes « Talligew » ou « Talligewi ». Cependant, le colonel John Gibson, un gentleman qui a une connaissance approfondie des Indiens et qui parle plusieurs de leurs langues, est d’avis qu’ils ne s’appelaient pas Talligewi, mais Alligewi. Et il semblerait qu’il ait raison, d’après les traces de leur nom qui subsistent dans le pays, la rivière Allegheny et les montagnes ayant indubitablement été nommées d’après eux.

Les Delawares appellent encore la première rivière l’Alligewi Sipu, la rivière des Alligewi.

BEAUCOUP DE CHOSES MERVEILLEUSES SONT RACONTÉES SUR CE PEUPLE CÉLÈBRE

Les Lenni Lenape sont finalement entrés en contact avec la race ancestrale des Allegheny ou Alligewi, une race encore plus grande en stature que les Lenni Lenape et connue pour ses énormes travaux de terrassement dans les régions du lac Érié et du lac Huron. Heckewelder poursuit :

On dit qu’ils étaient remarquablement grands et robustes, et la tradition veut qu’il y ait eu des géants parmi eux, des gens d’une taille bien supérieure à celle des Lenape. On raconte qu’ils avaient construit des fortifications ou des retranchements réguliers. J’ai vu plusieurs des fortifications que l’on dit avoir été construites par eux, dont deux en particulier étaient remarquables. L’une d’elles se trouvait près de l’embouchure de la rivière Huron, qui se jette dans le lac Sainte-Claire, sur le côté nord de ce lac, à une distance d’environ vingt milles au nord-est de Détroit. Les autres ouvrages, des retranchements proprement dits, c’est-à-dire des murs ou des bancs de terre régulièrement érigés avec un fossé profond à l’extérieur, se trouvaient sur la rivière Huron à l’est de Sandusky, à environ six ou huit milles du lac Érié.

Fig. 2.4. Teedyuscung (1700-1763) était connu comme le roi des Delawares. Il a travaillé à l’établissement d’un foyer Lenni Lenape (Delaware) dans l’est de la Pennsylvanie, dans les vallées des rivières Lehigh, Susquehanna et Delaware (King of the Delawares : Teedyuscung 1700-1763, avec l’aimable autorisation de la Pennsylvania Historical and Museum Commission).

A l’extérieur des portes de ces retranchements se trouvaient un certain nombre de grands monticules plats, dans lesquels, selon le pilote indien, étaient enterrés des centaines d’Alligewi tués.

Lorsque les Lenape arrivèrent sur les rives du Mississippi, ils envoyèrent un message aux Alligewi pour leur demander la permission de s’installer dans leur voisinage. Cette permission leur fut refusée mais ils obtinrent l’autorisation de traverser le pays et de chercher à s’établir plus à l’est. Ils commencèrent donc à traverser, lorsque les Alligewi, voyant que leur nombre était très élevé, et qu’ils étaient en fait plusieurs milliers, attaquèrent furieusement ceux qui avaient traversé, les menaçant tous de les détruire s’ils osaient persister à venir de leur côté de la rivière. Furieux de la trahison de ces gens et de la grande perte d’hommes qu’ils subissaient, les Lenape se consultèrent sur ce qu’il fallait faire. S’ils devaient battre en retraite du mieux qu’ils pouvaient, ou essayer leur force et laisser l’ennemi voir qu’ils n’étaient pas des lâches mais des hommes, et qu’ils avaient trop d’ambition pour se laisser chasser avant d’avoir fait l’essai de leur force et d’être convaincus que l’ennemi était trop puissant pour eux.

LES MENGWE SE JOIGNENT À LA GUERRE

Lorsque les Mengwe, ou Indiens Iroquois, virent que les Lenni Lenape étaient en train de perdre la bataille, ils acceptèrent de se battre à leurs côtés en échange de la promesse qu’ils participeraient à la gestion conjointe des terres conquises à l’est du Mississippi. Les Alligewi ont finalement été vaincus, et on dit qu’ils ont fui vers le sud en descendant le fleuve Mississippi, pour ne plus jamais être revus. Encore une fois, Heckewelder continue :

Fig. 2.5. Les géants Fafner et Fasolt s’emparent de Freya dans l’illustration d’Arthur Rackham de Der Ring des Nibelungen du compositeur Richard Wagner.

Les Mengwe, qui jusqu’alors s’étaient contentés d’être spectateurs à distance, offrirent de se joindre à eux à la condition qu’après avoir conquis le pays, ils auraient le droit de le partager avec eux. Leur proposition fut acceptée et la résolution fut prise par les deux nations de conquérir ou de mourir.

Ayant ainsi uni leurs forces, les Lenape et les Mengwe déclarèrent la guerre aux Alligewi, et de grandes batailles furent livrées dans lesquelles de nombreux guerriers tombèrent des deux côtés. Les ennemis fortifièrent leurs grandes villes et érigèrent des fortifications, surtout sur les grandes rivières et près des lacs, où ils furent successivement attaqués et parfois pris d’assaut par les alliés.

Un engagement eut lieu au cours duquel des centaines de personnes tombèrent, qui furent ensuite enterrées dans des trous ou rassemblées en tas et recouvertes de terre. Aucun quartier n’est fait, de sorte que les Allegewi, constatant finalement que leur destruction était inévitable s’ils persistaient dans leur obstination, abandonnent le pays aux conquérants et s’enfuient le long du fleuve Mississippi d’où ils ne reviendront jamais.

VALLÉE DE PIGEON CREEK, PENNSYLVANIE – COURRIER DE CHARLEROI, 7 MAI 1953

Le nom « Monongahela » dérive du titre de rivière indienne, c’est le nom par lequel les Indiens décrivaient la chute des berges de la rivière lorsque l’érosion ameublissait la terre sur ses côtés et la faisait glisser dans le cours d’eau. Les deux autres plans d’eau tirent également leur nom d’un Indien : Mingo Creek (et toute la section Mingo) et Pigeon Creek.

Les Mingos, avec Chicka-Mingo comme chef, habitaient la section au nord de ce qui est maintenant Monongahela, tandis que Pigeon était le chef de la grande tribu qui a occupé pendant de nombreuses saisons les eaux de ce qui est maintenant appelé Pigeon Creek.

Plus tôt Indiens dans cette section du comté ont été « Mound Builders », les preuves de ces encore être apparente de la surface dans plusieurs endroits. Le « Mounds », embrassant la section entourant la rue Decker et l’ancienne propriété Crall serre, a pris son nom de l’énorme monticule à l’extrémité sud de la rue Decker. Les monticules ont également été découverts sur la ferme Van Voorhis et sur un site près d’Elrama.

Le monticule d’Elrama a révélé 45 squelettes, ce qui prouve que les constructeurs de monticules ont vécu ici il ya 10.000 ans.

Feu George S. Fisher, archéologue de Finleyville, a fait des fouilles sur le site et a rapporté que le plus grand squelette mesurait sept pieds et cinq pouces de long. Les ossements, déterrés en morceaux, ont été rassemblés et envoyés au musée de Harrisburg. À une distance de 29 pieds derrière le monticule, une autre terrasse était apparemment un lieu de sacrifice à la divinité. Ici ont été trouvés des perles, des couteaux, des défenses d’ours, des flèches et des fours en argile.

Fisher, au cours de ses années en tant qu’autorité indienne, a fouillé plus de mille squelettes, affirme cet article de 1953 dans le journal local de Pennsylvanie. Il y avait plus d’une centaine de campings marqués dans le district immédiat et un certain nombre n’étaient pas encore répertoriés.

SQUELETTE GÉANT TROUVÉ À PETERSBURG, KENTUCKY – QUOTIDIEN NORTHWESTERN,
OSHKOSH, WISCONSIN, 8 JUILLET 1886

À Petersburg, dans le Kentucky, à vingt-cinq milles au-dessous d’ici, une excavation pour un nouveau bâtiment a mis au jour une découverte singulière ; il s’agit d’une tombe indienne d’apparence étrange, dont le réceptacle a été fait de pierre et d’argile, formées en une sorte de ciment, d’environ trois pieds de hauteur et de neuf pieds de longueur.

À l’intérieur de ce caveau grossier reposait un squelette humain géant qui mesurait sept pieds et deux pouces de long. Les os étaient tous de grandes proportions, et le crâne monstrueux, aux dents parfaites et intactes, avait plus d’un demi-pouce d’épaisseur à la base.

Un certain nombre de pièces de cuivre, manifestement portées comme ornements, une pipe en pierre et une quantité de pointes de flèches ont été trouvées avec les os en décomposition.

DES DÉCOUVERTES ÉTONNANTES DES DÉBUTS DE L’HISTOIRE AMÉRICAINE

Dans l’entrée du journal ci-dessous, écrite en 1792, le général John Payne rapporte la découverte d’un ancien cimetière sur les rives de la rivière Ohio dans le Kentucky. Au total, 110 squelettes ont été retirés, le plus grand mesurant deux mètres de haut.

Journal du général John Payne, 1792
DE L’HISTOIRE NATURELLE ET ABORIGINAL HISTORY OF TENNESSEE
PAR LE DR. JOHN HAYWOOD

Le fond sur lequel Augusta est située est un grand cimetière des anciens. On les a trouvés en grand nombre et de toutes tailles. Dans la cave sous mon habitation, plus de 110 squelettes ont été prélevés. Je les ai mesurés par crânes, et il y en avait peut-être plus dont les crânes étaient tombés en poussière. Les squelettes étaient de toutes tailles, de 7 pieds à un nourrisson. Dave Kilgour, qui était un homme de grande taille, passait dans notre village au moment où je creusais ma cave, et nous l’avons fait descendre et avons appliqué un os de cuisse au sien. L’homme, s’il était bien proportionné, devait mesurer 10 à 12 pouces de plus que Kilgour. L’os de la mâchoire inférieure glissait sur sa peau et tout.

Une enquête sur l’activité archéologique au Tennessee, 1835

Dans le comté de Williamson, sur la rive nord de Little Harpeth, sur les terres appartenant au capitaine Stocket, au nord de Franklin, se trouvent des murs de terre qui s’étendent au nord de la rivière, d’est en ouest.

En 1821, ils mesuraient quatre ou cinq pieds de haut, et leur longueur depuis la rivière était de 490 à 300 verges. Il y a un fossé à l’extérieur tout autour, de quatre ou cinq pieds de largeur, partiellement rempli. Sur le sol, qui l’a partiellement comblé, se trouvent des chênes noirs de deux pieds ou plus de diamètre. Une source d’excellente eau est au milieu de l’enceinte et une branche en sort pour se jeter dans la rivière à travers l’intervalle laissé par le mur de son passage. L’enceinte contient 40 ou 30 acres.

Trois monticules sont à l’intérieur, debout dans une rangée du nord au sud, et près du mur et le fossé sur le côté nord de la zone. Tous ces monticules sont presque de la même taille. A l’intérieur de l’enceinte, on trouve une grande quantité de tombes, toutes enfermées dans des rochers, et les ossements sont très gros. James McGlaughlin, qui mesure sept pieds de haut, a appliqué un des os de la cuisse trouvés là à sa cuisse, et il était de trois ou quatre pouces plus long que sa cuisse.

L’ÉTAT DE L’OHIO S’EN MÊLE

Le récit ci-dessous, très secret, concerne un crâne géant découvert par un conservateur de musée de l’université d’État de l’Ohio. Cette sépulture est intéressante dans la mesure où elle combine plusieurs des motifs d’inhumation évoqués précédemment. Tout d’abord, le squelette a été trouvé à l’intérieur d’une hutte en rondins enterrée dans le tumulus. Deuxièmement, les bras et les jambes du squelette étaient enveloppés dans des bracelets d’un demi-pouce d’épaisseur. Troisièmement, le squelette lui-même mesurait sept pieds de haut, avec un crâne de vingt-cinq pouces de circonférence.

HUTTE ET SQUELETTE TROUVÉ DANS LE GRAND MONTICULE PRÈS DE CHILLICOTHE – OHIO DAILY GAZETTE, MAI 25, 1897

Clarence Loveberry, conservateur du Musée de l’Ohio State University, a fait des découvertes remarquables dans un grand monticule indien. Il fait des fouilles juste à l’extérieur des limites de la ville. Il y a plusieurs jours, il a trouvé une hutte en rondins bien conservée à l’intérieur du monticule, et hier il a trouvé un squelette de l’occupant de la hutte en rondins.

Les poignets du squelette étaient enveloppés de céréales en cuivre, indiquant qu’il s’agissait de celui d’une personne distinguée. Le crâne avait une épaisseur d’au moins un demi-pouce.

UN SEPT PIEDS TROUVÉ À SALEM, OHIO HAMMOND TIMES, VENDREDI 30 JUIN 1939

La découverte de squelettes anciens et de reliques inestimables dans un monticule indien à North Benton, au nord-ouest de Salem, par deux facteurs d’Alliance, Ohio, a attiré des centaines de visiteurs sur les lieux et attiré l’attention d’archéologues experts. Les deux archéologues amateurs Roy Saltsman et Willis Magrath, ont fait les fouilles dans la ferme de John Malmsberry. Après avoir examiné le monticule, Richard G. Morgan, archéologue d’État, a déclaré que le travail des deux hommes de l’Alliance était la découverte archéologique la plus importante dans cette section de l’État au cours des dernières années. Il a estimé l’âge des découvertes à plus de 2 000 ans.

L’un des squelettes découverts était celui d’un homme, apparemment un chef, dont on estime qu’il mesurait sept pieds de haut et dont le crâne mesurait 25 pouces de circonférence.

Parmi les autres découvertes figurent des flèches en silex, les pierres de trois autels sacrificiels, des pointes de lance, des couteaux en écaille et de magnifiques objets en cuivre.

UN ENTERREMENT MASSIF DE GÉANT, PREUVE D’UNE BATAILLE SANGLANTE

Il s’agit de l’un des nombreux récits rapportant que la mâchoire d’un géant était suffisamment grande pour recouvrir celle d’un homme normal. Dans ce cas, on pense que le champ funéraire contenait entre deux et trois mille squelettes.

Histoire du comté d’Ashtabula, 1800

Les tombes se distinguaient par de légères dépressions à la surface de la terre, déposées en rangées droites. Le nombre de ces tombes a été estimé entre deux et trois mille. Aaron Wright *2 a procédé à un examen minutieux de ces dépressions et a constaté qu’elles contenaient invariablement des ossements humains, noircis par le temps, qui, exposés à l’air, se réduisaient rapidement en poussière.

Certains de ces os étaient d’une taille inhabituelle, et appartenaient manifestement à une race alignée sur les géants. Des crânes ont été prélevés sur ces monticules, dont la capacité était suffisante pour admettre le crâne d’un homme normal, et des mâchoires qui peuvent être ajustées sur le visage avec la même facilité. Les os des extrémités supérieures et inférieures étaient de taille correspondante.

DES GÉANTS AU CASQUE DE CUIVRE FONT LA LOI

Un certain nombre de découvertes intrigantes ont été faites en Indiana au fil des ans. L’article suivant décrit comment un fermier de l’Indiana a trouvé huit squelettes, dont un revêtu d’une armure de cuivre, enterrés ensemble en cercle.

LES GÉANTS DE HUIT PIEDS DE L’INDIANA PORTAIENT UNE ARMURE DE CUIVRE – OAKLAND TRIBUNE, 3 JANVIER 1926

Une autre découverte de huit squelettes, dont un revêtu d’une armure de cuivre, enterrés dans un cercle parfait, a été faite lorsque les Logan Grays, un groupe militaire dirigé par A. M. Jones, effectuaient des exercices militaires en 1888 sur une petite île du lac Eagle près de Warsaw, dans l’Indiana. Sous une pierre plate, ils ont découvert un trou qui menait à l’entrée d’une grotte secrète avec le squelette d’un géant d’1,80 m enterré à côté d’un ruisseau qui menait à ce qu’on appelait une piscine sacrée. Il est intéressant de noter que les dimensions de cette pièce secrète sont presque identiques à celle décrite dans le Tennessee, c’est-à-dire 25 pieds de long par 15 pieds de large par 8 pieds de profondeur, se ramifiant au milieu pour former deux pièces.

DÉCOUVERTE DE GÉANTS DE L’INDIANA – OSSEMENTS D’UN GÉANT INDIEN – CINCINNATI COMMERCIAL, 7 OCTOBRE 1888

Un membre des Logan Grays, l’organisation militaire de Logansport qui a tenu son campement cette année au lac Eagle, près de Warsaw, s’est arrêté dans cette ville sur le chemin du retour du camp et a raconté l’histoire suivante de la découverte par le groupe d’une caverne sur une île du lac Eagle ; A.M. Jones a ramé jusqu’à une petite île près du coin sud-ouest du lac et a commencé à creuser pour des vers.

Il a retourné une grosse pierre plate près d’un arbre, et sous celle-ci se trouvait un petit trou, qui était l’entrée d’une caverne. Jones a appelé les garçons, et nous avons commencé à explorer la caverne, qui s’est avérée être de vingt-cinq pieds de long, quinze pieds de large, et huit pieds de profondeur. Les murs sont faits d’une formation naturelle de pierre, se ramifiant au milieu de manière à former deux pièces.

Dans la pièce principale se trouvait le squelette d’un homme de six pieds neuf pouces de long. Les os étaient très gros, ce qui indique une grande force. Le long d’un côté de la grotte coule un petit ruisseau d’eau, aussi pur que du cristal. A l’avant de celui-ci se forme un petit bassin. Dans celle-ci se trouvaient un certain nombre d’ossements. Les vieux colons de cette région du lac prétendent que le squelette est celui d’Eagleonkie, le chef indien géant qui vivait seul sur cette île et qui a mystérieusement disparu pendant un hiver rigoureux. L’île porte le nom de ce chef et était autrefois connue sous le nom d’île du Géant.

FOUILLES SUR DES SITES DE L’ILLINOIS EN 1891

En 1891, nous trouvons ce reportage sur des squelettes découverts dans la ville bien nommée de Carthage, dans l’Illinois.

SQUELETTE DE GÉANT PARFAIT TROUVÉ – HAWK EYE, BURLINGTON, IOWA, 1ER SEPTEMBRE 1891

Pas peu d’excitation a été provoquée par la découverte sur une ferme près de Carthage de plusieurs squelettes dans un monticule qui sont sans doute ceux des personnes préhistoriques. En ce qui concerne cette découverte historique, le journal Carthage Republican publiera ce qui suit.

Les Sweeney Farm Mounds, situé près de la ligne sud de la ferme quartier, sur la section cinq, Carthage Township, ont été un repère familier pour les plus anciens citoyens depuis, et le quartier a été entré par Samuels en 1836, ou environ.

Samedi dernier, dans l’après-midi, le nouveau propriétaire de la ferme Sweeney Indian Mounds labourait l’un de ses monticules lorsqu’il a heurté une série de blocs de grès. Après avoir retiré plusieurs roches de grès enfoncées dans le sol, le propriétaire, M. Felt, s’est procuré une bêche et a entrepris de déterrer les roches avec une certaine difficulté.

En enlevant ces roches, on a découvert le squelette presque parfait d’un homme de très grande taille. Les autorités du Carthage College ont obtenu la permission d’enquêter sur cette découverte dans toute son ampleur et le révérend Dr Stephen D. Peet en a été informé.

LE CHICAGO TRIBUNE EN 1892  CONFIRME LA RACE DES GÉANTS

Ce rapport définitif affirme que tout le pays situé entre les fleuves Illinois et Mississippi, entre Galena et Le Caire, est criblé de monticules indiens.

DES CENTAINES DE SÉPULTURES – CHICAGO TRIBUNE, 1892

Près de Carthage, Illinois, il ya environ un an, un monticule a été labouré et les os, principalement les crânes des êtres humains, ont été trouvés en quantités suffisantes pour justifier la conclusion que des centaines de personnes ont été enterrés là. D’après les mesures prises sur certains des crânes et des principaux ossements, il a été décidé que les personnes enterrées appartenaient à une race de géants. Certains os du fémur mesuraient 19¼ pouces, et les mesures des crânes et autres os indiquaient que ces personnes devaient atteindre une moyenne de sept à huit pieds de hauteur.

Tout le pays situé entre les fleuves Illinois et Mississippi, entre Galena et Le Caire, est criblé de monticules indiens et de monticules que l’on croit être l’œuvre d’une race préhistorique. Nansook County, en particulier dans les localités bordant le fleuve Mississippi, est couvert de preuves de sépultures indiennes et leurs monticules sont très nombreux. Certaines découvertes intéressantes ont été faites.

Certaines des meilleures descriptions des trouvailles des constructeurs de monticules sont à trouver dans le comté et l’État des rapports de la société historique. Celui-ci de 1902 rapporte la découverte de champs de monticules le long du lac Michigan, ainsi que le long des rivières, ruisseaux et lacs connexes, avec les squelettes de géants découverts mesurant entre sept et huit pieds de hauteur.

L’histoire de Lake County, Illinois, 1902

Ces monticules étaient assez nombreux le long des rivières et dans le voisinage des lacs intérieurs. Qu’ils étaient d’une grande antiquité est évident du fait que d’énormes arbres avaient atteint la maturité sur leurs sommets et attendaient la hache du pionnier.

Les fouilles de ces tas de terre ont révélé les ossements en ruine d’une race puissante. Samuel Miller, qui réside dans ce comté depuis 1835, fait autorité en affirmant qu’un squelette, qu’il a aidé à déterrer, mesurait un peu plus de huit pieds de long, le crâne étant de taille correspondante, tandis que de nombreux autres squelettes mesuraient au moins sept pieds. Il y avait de vastes cimetières sur la rive du lac Michigan, principalement au sud de la rivière Waukegan, ainsi qu’à divers endroits dans le comté. De nombreux squelettes trouvés près des rives du lac étaient d’une taille inhabituelle.

LE PLUS GRAND SITE FUNÉRAIRE NÉOLITHIQUE DU MONDE – LE MUSÉE DES DICKSON MOUNDS (ILLINOIS)

En 1930, les journaux de tout le pays ont publié des photos d’une demi-page montrant plus de cinquante squelettes étalés sur diverses plates-formes de terre au milieu d’une grande fouille archéologique menée par l’université de Chicago. C’était une photo vraiment fascinante et elle a été utilisée dans de nombreux articles de fin d’année comme l’une des histoires et des photographies les plus marquantes de l’année entière. Quatre-vingt-trois ans plus tard, dans un musée du site, il n’y a aucune mention de ce qui était alors appelé « le plus grand site funéraire néolithique jamais découvert dans le monde ».

L’histoire de Don Dickson et de ses monticules pourrait servir d’amorce microcosmique à de nombreuses histoires relatives à la récupération d’ossements anciens et à la véritable histoire de l’Amérique. Dans le cas présent, les retombées du politiquement correct qui ont entraîné une nouvelle application erronée des lois NAGPRA (Native American Graves Protection and Repatriation Act) ont conduit à la fermeture d’une destination touristique autrefois florissante et à l’enterrement des squelettes qu’elle abritait par une tribu indienne locale qui n’a aucun lien génétique avec les squelettes qu’elle prétend protéger.

Pour situer le contexte, Don Dickson, un chiropracteur de Lewiston, dans l’Illinois, a grandi dans une ferme située à environ 90 miles au sud de Peoria et traversée par la rivière Illinois. En 1927, alors qu’il labourait une colline près de la rivière, Dickson a découvert une couche d’argile et de gravier qu’il a immédiatement reconnue comme étant une ancienne sépulture indienne. Dickson a ensuite passé les deux années suivantes à fouiller le site, notamment avec l’aide de l’université de Chicago en 1929 et 1930.

Ce qu’ils ont trouvé et la façon dont ils l’ont laissé est devenu un sujet d’actualité national. En bref, au lieu d’enlever 248 squelettes, ils les ont exposés à l’air libre en retirant toute la terre qui les entourait et en les laissant sur place pour qu’ils soient photographiés et visités comme un gigantesque spectacle de bazar antique. Au total, on estimait que le site contenait bien plus de trois mille sépultures, et l’université de Chicago le qualifiait de plus grand site funéraire néolithique du monde.

Fig. 2.6. Don Dickson (avec l’aimable autorisation de l’Illinois State Museum)

Au début des années 1930, Dickson a construit un bâtiment pour abriter le champ de squelettes exposés et a ouvert le site aux touristes. La première année, il reçut 40 000 visiteurs, et l’ensemble de l’entreprise devint une destination touristique nationale, car les gens aimaient pouvoir voir ces grands squelettes exposés in situ – bien que, selon toute probabilité, ils ne soient pas dans leur position d’origine, bien plus bizarre, lors de l’enterrement.

Dickson a géré avec succès l’opération touristique jusqu’en 1945, date à laquelle il a vendu les monticules à l’État de l’Illinois, qui a intégré le site à son système de musées d’État en 1965. Les Dickson Mounds accueillaient en moyenne soixante-quinze mille visiteurs par an, qui étaient exposés non seulement aux squelettes, mais aussi à une leçon d’histoire sur les constructeurs de monticules et leur histoire extrêmement ancienne dans la région.

Tout cela a pris fin de manière acrimonieuse en 1990, lorsque les Amérindiens ont commencé à demander et à protester pour que le site soit fermé et scellé et que les squelettes soient réenterrés conformément à la loi NAGPRA, qui était alors toute nouvelle. La loi NAGPRA exigeait que toutes les reliques et tous les squelettes indiens soient rendus à leurs propriétaires tribaux légitimes. Après plusieurs années de bataille judiciaire autour de questions de propriété liées à l’absence d’associations génétiques entre les squelettes et les tribus locales actuelles, entre autres sujets controversés, les Indiens ont eu gain de cause et l’exposition du tumulus a été fermée et scellée en 1992. Le site est resté fermé pendant les deux années suivantes, alors que les tribus concernées ont réenterré un nombre non divulgué de squelettes trouvés sur le site, qui a finalement contenu plus de trois mille sépultures.

Lorsque le musée « rénové » a rouvert ses portes deux ans plus tard, sans l’exposition sur les ossements, l’intérêt pour le site en tant qu’attraction touristique a immédiatement disparu et, bien que le site reste ouvert à ce jour, il suscite très peu d’intérêt de la part du public en ce qui concerne sa nouvelle existence, nettoyée et sans squelettes.

L’IMPLICATION DE LA SMITHSONIAN DANS LA DISPARITION DES SQUELETTES GÉANTS DÉCOUVERTS DANS DES TUMULUS INDIENS DU WISCONSIN

Il est difficile d’imaginer aujourd’hui que le Wisconsin et le Minnesota étaient comme les lignes de Nazca des tumulus, mais les archives historiques sont remplies de descriptions vivantes à ce sujet. Il n’est donc pas surprenant que des géants y soient apparus depuis longtemps.

Cette affaire concerne l’implication du Smithsonian sur un site du Wisconsin dans les années 1880 et une collection d’anciens squelettes de géants appelée la collection Stoddard. Elle présente donc un intérêt particulier pour notre étude de la politique de longue date de ce musée consistant à enterrer les preuves lorsqu’il s’agit de prouver que des géants anciens ont régné sur l’Amérique dans l’extrême antiquité.

CINQUANTE SQUELETTES DÉTERRÉS – LES RESTES D’ABORIGÈNES GÉANTS – LA CROSSE TRIBUNE, 4 NOVEMBRE 1912

Plus de cinquante squelettes des anciens bâtisseurs de monticules ont été déterrés samedi dans cinq monticules de la ville de Stoddard, par un groupe d’étudiants et de professeurs de l’école normale, qui ont fait un voyage spécial pour les étudier. De précieuses reliques ont également été récupérées et seront exposées au musée de Normal.

Le pays autour de La Crosse a longtemps été connu comme le centre des activités indiennes dans les siècles passés et comme preuves de ce fait il ya beaucoup de monticules indiens dans ce voisinage.

Il ya environ trente ans, les agents de la Smithsonian Institution à Washington D.C., enquêté sur plusieurs monticules dans ce qui est maintenant la ville de Stoddard. Ils ont déterré beaucoup de matériel de valeur dans la ligne des squelettes, des têtes de flèches, et les têtes de lance de la première quelques d’une chaîne d’une douzaine de monticules et à l’heure actuelle il ya à Washington un Stoddard Collection de reliques indiennes.

Depuis ce temps, les fonctionnaires du Smithsonian ont souvent envisagé d’ouvrir plus de monticules, mais rien n’a été fait. Stimulé par l’offre généreuse de A. White, qui possède le terrain sur lequel sont situés cinq grands monticules, de faire don du contenu de l’école normale du musée (apparemment pas d’aide de Smithsonian fonctionnaires), les autorités normales récemment pris la question, et plusieurs citoyens locaux généreusement fourni un fonds pour les dépenses d’une expédition à déterrer le contenu.

UN SQUELETTE DE SIX PIEDS ET SIX POUCES MIS AU JOUR

Les professeurs A. H. Sanford et W. H. Thompson du département d’histoire de l’Université du Wisconsin, et L. P. Deneyer du département de géologie, accompagnés d’une compagnie de treize étudiants, sont partis samedi matin avec des pelles pour examiner les anciennes tombes. Le professeur Austin et certains de ses étudiants ont fait des relevés et une carte de contour du terrain, déterminant les dimensions des monticules et la disposition du pays environnant. L’expédition était d’un caractère scientifique, et les résultats des enquêtes apparaîtront sous forme imprimée.

Un grand monticule dans le centre, probablement la tombe d’un chef indien, a été rejoint par deux plus petits de chaque côté. Ces derniers ont été étudiés en premier et les efforts des creuseurs ont été récompensés à la fois par la déterrer d’un squelette environ cinq pieds vers le bas, qui a mesuré six et demi pieds de longueur.

Le crâne était très grand et mesurait huit pouces de diamètre d’une oreille à l’autre. Les dents étaient bien conservées, mais les autres os sont rapidement tombés en morceaux. Le premier monticule a donné onze squelettes. Le second ne contenait que du charbon de bois et des os brûlés indiquant une crémation.

LES EFFORTS DÉPLOYÉS ONT PERMIS DE DÉCOUVRIR DE NOMBREUX SQUELETTES ET ARTEFACTS

Le monticule du milieu, qui était le plus grand, a demandé beaucoup d’efforts pour être fouillé. Plus de vingt squelettes ont été trouvés en plus du bol d’un calumet de paix en argile, d’une pointe de flèche en cuivre, d’un couteau à dépecer en cuivre, d’une pointe de lance en grès et de plusieurs pointes de flèches en silex. La quatrième éminence a donné plus de vingt-cinq squelettes, des morceaux de poterie d’argile, et une dent d’ours. Le dernier monticule, après avoir creusé environ six pieds vers le bas, a apporté une grande pointe de lance de quartz avec un dessin de couleur rouge sur chaque côté. Adjacent à la ferme White est la propriété appartenant à Homer Hart de La Crosse sur lequel sont situés plusieurs monticules plus.

OSSEMENTS INDIENS GÉANTS : DÉCOUVERTE D’UN SQUELETTE EXTRA ORDINAIRE AU FOND DU LAC BANNER, 6 JUIN 1899

Un squelette d’Indien a été déterré samedi sur la ferme de Matt et Joseph Leon, à un mile au sud de St. Il n’y a rien d’étrange à trouver un squelette indien, mais celui-ci était de taille géante, son cadre mesurant sept pieds. Il doit avoir été un homme de note parmi son peuple, car il a été enterré dans un grand monticule, seize belles flèches entourant son corps. Le crâne a été apporté à cette ville et est exposé dans l’une des fenêtres de la rue principale.

LE GÉANT DE DIX PIEDS DE WINONA, MINNESOTA – L’HISTOIRE DU COMTÉ DE WINONA, 1883

On trouve des monticules et des reliques indiennes dans diverses parties de ce canton. Il n’y a pas longtemps, alors que des hommes creusaient à Mineral Bluff, à quelque cent cinquante pieds au-dessus de la rivière, un squelette de taille inhabituelle a été déterré. Après avoir mesuré le squelette, on a constaté qu’il mesurait dix pieds de long et que les autres parties étaient bien proportionnées. Dans le crâne, on a trouvé une hachette en cuivre et un dard ou une pointe de flèche de neuf pouces de long. Un autre squelette, de neuf pieds de long, a été trouvé dans le village de Dresbach, alors que des hommes creusaient une route ou une tranchée. Ces squelettes étaient d’une taille inhabituelle à ceux généralement prises à partir de monticules indiens. Leur taille, la forme et la structure conduirait ceux qui sont bien versés dans la paléontologie de croire qu’ils appartenaient à une race avant l’Indien. Dans de nombreux monticules ont également été trouvés hachettes en cuivre, des ciseaux, et diverses sortes de tomahawks et d’autres armes de guerre ; aussi ces races antiques semblent avoir eu un certain processus de durcissement du cuivre inconnu de tout processus moderne.

D’où ils venaient, quand ils vivaient et d’où ils sont partis, ce ne sont que conjectures et spéculations. Nous avons des preuves concluantes qu’il s’agissait de races puissantes, habiles à la guerre et comprenant les arts mécaniques. Mais nous ne savons rien de leur fin.

DOUBLE DENTITION DOCUMENTÉE EN IOWA

Dans les récits indiens sur les géants, on trouve aussi des histoires de crânes retrouvés avec des rangées de dents doubles, appelées doubles dentitions. (Voir aussi « Dentitions doubles ».) Bien que ces affirmations soient souvent controversées, voici une histoire modeste et convaincante.

GÉANT À DOUBLE DENT – JOURNAL TRIBUNE, WILLIAMSBURG, IOWA, 27 AVRIL 1900

La découverte dans le comté de Hardin il ya peu de temps par Joseph Booda et Elliot Charles Gaines d’innombrables reliques de constructeurs de monticules, et la découverte ultérieure, par d’autres parties, des restes d’un homme de la période préhistorique, ont grandement intéressé les scientifiques dans d’autres parties du pays, le principal d’entre eux étant le conservateur Charles Aldrich, de l’État Société d’horticulture.

S’assurant de la véracité des différents rapports de journaux, M. Aldrich a prévu d’être à Eldora le mois prochain et de commencer une exploration minutieuse et systématique de certains des monticules dans les environs, l’autorisation légale ayant été obtenue.

Dans une grande vitrine à Eldora pendant plusieurs jours a été exposé le squelette de l’homme, qui a été trouvé dans un monticule sur les rives de la rivière Iowa, près de Eagle City, six miles au nord. Il a suscité beaucoup d’intérêt et d’émerveillement. Bien que bien conservé, on estime que le squelette est vieux de plusieurs siècles. Le crâne est très grand et épais, il mesure plus d’un quart de pouce. Un ensemble de dents doubles presque rondes est remarquablement bien conservé. Elles sont jaunes avec l’âge, ont une forme parfaite et semblent avoir été doubles, à la fois au-dessus et au-dessous. Les fémurs sont très longs et témoignent de la stature d’un géant.

Le Dr N. C. Morse, un éminent médecin qui a examiné le squelette, a déclaré qu’il s’agissait d’une personne qui avait manifestement été entraînée pour l’athlétisme, car les extrémités étaient si bien développées.

LA COLLECTION BOODA

Joseph Booda, qui a pris beaucoup d’intérêt dans l’exploration de monticule, a une collection rare de l’outil de l’âge de pierre, tous trouvés près de Eldora. Parmi ceux-ci sont des haches de poterie, des flèches, perles, pilons, maillets, et, bien qu’il a des offres pour la collection, ne se séparera pas de lui, à moins qu’il mai être incité par le conservateur Aldrich à prêter la collection à l’État, à être placé dans le bâtiment historique à Des Moines lorsque terminé.

GÉANTS D’AMÉRIQUE CENTRALE – GÉANT DE L’IOWA : SEPT PIEDS, SIX POUCES – OAKLAND TRIBUNE, 20 DÉCEMBRE 1925

Dans un monticule de l’Iowa, on a déterré le squelette d’un géant qui, à en juger par la taille de ses os, devait mesurer six pouces et plus de sept pieds de haut lorsqu’il était vivant. Dans un autre, il y avait une chambre centrale contenant onze squelettes disposés en cercle, le dos contre les murs. Au milieu se trouvait un énorme coquillage qui avait été transformé en gobelet.

UN GÉANT DANS LE MISSOURI – OAKLAND TRIBUNE, 3 JANVIER 1926

Au cours des dernières semaines, on a signalé dans le Missouri la découverte du squelette d’un homme qui mesurait un peu plus de sept pieds et deux pouces. Frank Plumb, un étudiant en archéologie qui a fait la découverte, a rapporté avoir découvert à l’intérieur du crâne une pierre en forme de poire comme celles que les Mayas plaçaient dans la bouche de leurs morts.

L’article ci-dessous, qui a été publié dans tout le Texas et dans tout le pays en 1931, omet toute information sur la taille des squelettes dans un effort évident pour dissimuler leur hauteur réelle. Tous les archéologues ont pour habitude de donner la taille de tous les squelettes qu’ils découvrent.

DES TOMBES INDIENNES SONT OUVERTES AU TEXAS – VINGT-CINQ SQUELETTES HUMAINS DÉTERRÉS ET DONNÉS AUX MUSÉES REVIEW-MINER, 19 JUIN 1931

Waco, Texas : Vingt-cinq cadres humains complets, ceux des Braves et des Squaws indiens et de leurs papooses avec ce qui leur appartenait et qui a survécu à l’enterrement, ont été déterrés près d’ici et se trouvent aujourd’hui dans les musées de trois écoles du Texas.

Les vingt-cinq corps ont été placés dans le tumulus, chacun tourné vers l’Est, il y a plus de 100 ans. Ils ont été découverts par le Dr K. D. Aynesworth trente miles à l’ouest d’ici dans le comté de Coryell. Le monticule a été exploré par le Département d’anthropologie et d’archéologie de l’Université du Texas.

La première des trois couches de corps était seulement 21 pouces sous la surface et la deuxième couche était juste en dessous de la première. La troisième couche avait une profondeur de 36 pouces. À côté des corps des femmes se trouvaient les grands bols en pierre et les massues à tête ronde qu’elles utilisaient pour moudre le maïs. Des flèches et des pointes de lance en silex ont été trouvées près des ossements des hommes. Un couteau en os, de dix pouces de long, au dos entaillé, a été trouvé à côté d’un brave.

LES OSSEMENTS SONT DIVISÉS ET DISTRIBUÉS

Les ossements ont été répartis entre l’Université d’État d’Austin, le Baylor Women’s College de Belton et l’Université Baylor d’ici.

LE SMITHSONIAN SE PRÉCIPITE SUR LA DÉCOUVERTE DU DAKOTA DU NORD MINNESOTA EVENING TRIBUNE, 18 SEPTEMBRE 1963

(Associated Press) Kathryn N.D. : Les restes d’une femme indienne, que certains jugent âgée d’au moins 1 000 ans, ont été mis au jour dans un tumulus situé dans la ferme de Vincent Zacharias, à quatre miles à l’est d’ici. Le squelette a été trouvé à environ deux pieds sous la surface. Le corps avait été enterré en position assise et presque tous les os du squelette ont été retrouvés intacts.

Deux hommes de la Smithsonian Institution ont visité la ferme récemment et ont fait une analyse du squelette. Ils ont estimé que les restes étaient ceux d’une femme indienne âgée d’environ 23 à 25 ans et qu’elle avait été enterrée il y a environ 1 000 ans.

UN AUTRE BARRAGE DÉTRUIT UN AUTRE ANCIEN VILLAGE STANDARD – EXAMINER, 7 AOÛT 1959

Ogden, Utah : Des preuves de l’existence d’un groupe d’indigènes de l’Utah qui n’avaient aucun problème de logement ont été découvertes par des engins de terrassement au barrage de Willard Bay cette semaine. Un bulldozer a raclé le sommet d’un monticule indien dans lequel on a trouvé des objets et un squelette humain. Les hommes du Bureau of Reclamation ont arrêté les travaux sur le site et ont prévenu l’Université de l’Utah.

James H. Gunnerson du département d’archéologie de l’université a visité la zone mardi avec Robert Robinson du 665 Polk, un ingénieur de terrain du Bureau. M. Gunnerson a déclaré que les restes étaient ceux d’un groupe d’Indiens de type Pueblo qui ont habité la région de 1000 à 1200 ap.

« D’après les signes et les artefacts, il y avait un village de plusieurs maisons en terre sur le site », a déclaré l’homme de l’Université de l’Utah.

ILS ÉTAIENT DES AGRICULTEURS

Le scientifique de l’Utah a déclaré que ces gens étaient des agriculteurs, qui cultivaient du maïs, des courges et des haricots. Ils avaient une certaine culture, a-t-il dit, ce qui était indiqué par un morceau de poterie brisée avec une ligne décorative autour de son bord.

Le squelette était complet, à l’exception du crâne. M. Robinson a déclaré que les scientifiques ont estimé que le squelette était celui d’un adulte mesurant environ 5 pieds 10 pouces, un peu plus grand que la moyenne pour cette race d’Indiens primitifs.

Selon un employé de l’Université de l’Utah, le Dr Gunnerson a déclaré hier que le département d’archéologie ne prévoyait pas d’autres explorations sur le site du barrage de Willard.

LE TEMPLE DES GÉANTS DE LA VALLÉE DE LA MORT

Cette histoire tirée du Nevada News raconte comment le Dr F. Bruce Russell, à la suite de rapports selon lesquels le Smithsonian avait caché des preuves de la présence de géants dans la Vallée de la Mort, a finalement découvert un complexe de trente-deux grottes dans une zone de 180 miles carrés autour de la frontière entre le Nevada, la Californie et l’Arizona. À l’intérieur de ce complexe de grottes, il a déclaré avoir trouvé les squelettes de géants de 2,5 à 3,5 mètres vêtus de peaux d’animaux taillées en vestes et pantalons qui ressemblaient à des « costumes de zoot préhistoriques ». Russell a également déclaré avoir trouvé des hiéroglyphes, des armes de grande taille, des objets religieux et des ustensiles de cuisine. Au bout d’un couloir menant au temple principal, il a dit qu’il y avait une pièce remplie de restes bien conservés de dinosaures, de tigres à dents de sabre, d’éléphants impériaux et d’autres animaux disparus, disposés dans des niches comme s’ils étaient exposés.

ATLANTIS DANS LE DÉSERT DU COLORADO RIVER – NEVADA NEWS, 1947

Près de la zone frontalière entre le Nevada, la Californie et l’Arizona, on a découvert dans 32 grottes d’une superficie de 180 miles carrés les restes d’anciens géants de 2,5 à 3 mètres de haut, étrangement costumés. Ils avaient été enterrés vêtus de peaux d’animaux inconnus, semblables à des peaux de mouton, façonnées en vestes et pantalons décrits comme des « costumes de zoot préhistoriques ». Le même lieu de sépulture avait été découvert 10-15 ans plus tôt par un autre homme qui avait passé un accord avec le Smithsonian. Les preuves de sa découverte ont été volées et dissimulées par les scientifiques darwiniens.

Le Dr F. Bruce Russell était venu de la côte est à la Vallée de la Mort pour des raisons de santé. Il s’était lancé dans l’exploitation minière à l’ouest et explorait le fleuve Colorado jusqu’en Arizona. Ce qu’il a trouvé, il l’a décrit comme le lieu de sépulture d’une hiérarchie tribale dans la salle rituelle d’un peuple ancien. Il pensait qu’une catastrophe inconnue les avait poussés dans ces grottes. Tous les outils de leur civilisation s’y trouvaient, y compris des ustensiles de ménage et des poêles. Le Dr Russell a rapporté avoir vu des hiéroglyphes ciselés sur du granit soigneusement poli dans ce qui semblait être un temple caverneux. Une autre caverne menait à leur salle sacrée, qui contenait des sculptures d’appareils rituels et des marques semblables à celles de l’ordre maçonnique. Un long tunnel partant de ce temple menait à une salle où, selon Russell, « des restes bien préservés de dinosaures, de tigres à dents de sabre, d’éléphants impériaux et d’autres bêtes disparues étaient disposés dans des niches, comme s’ils étaient exposés. »

Dix à quinze ans plus tôt, les grottes avaient été vues par un autre mineur qui était tombé du fond d’un puits de mine. Dans son livre, Death Valley Men, Bourke Lee relate une conversation entre des habitants de la vallée de la mort concernant les légendes amérindiennes Paiute locales d’une ville souterraine à Wingate Pass. Après être tombé à travers le plafond d’un tunnel inconnu, le mineur l’avait suivi sur une distance de 20 miles au nord des Panamint Mountains pour découvrir une énorme ville souterraine ancienne. Il a vu des voûtes de pierre arquées avec d’énormes portes de pierre et une table ronde polie au centre de la salle du conseil, qui était autrefois éclairée par des lampes ingénieuses, alimentées par des gaz souterrains.

Adossées aux murs, leurs grandes lances en or. Il a dit que les dessins sur leurs épais brassards d’or ressemblaient au travail des Égyptiens. Le tunnel se terminait par une sortie surplombant le ranch de Furnace Creek, dans la vallée impériale de Californie. De là, il pouvait voir que la vallée avait été autrefois sous l’eau. L’entrée du tunnel avait été un dock ou un quai situé à mi-hauteur du flanc de la montagne. Un accord a été conclu avec le Smithsonian Museum pour cette découverte, mais le mineur a été trahi par son partenaire. Les preuves ont été volées et l’entrée dissimulée. Dans un journal minier de 1940, une autre découverte a été signalée, celle d’un or très travaillé trouvé dans une grotte de 8 miles de long près de San Bernardino.

Le professeur Vine Deloria, de l’université de l’Arizona, lui-même amérindien, a porté une accusation similaire à l’encontre du Smithsonian pour avoir dissimulé les restes découverts dans les tumulus de la civilisation des constructeurs de tumulus. Des journaux intimes datant d’avant l’époque de Darwin attestent de ces découvertes. Selon eux, les Moundbuilders étaient une civilisation différente de celle des Indiens. Les monticules contenaient les restes de centaines de géants ainsi que les ossements de mastodontes géants. À Cincinnati, dans l’Ohio, les ossements de géants ont été retrouvés avec de grands boucliers, des épées et des tablettes de pierre gravées. Dans le Kentucky et le Tennessee, les ossements d' »hommes puissants à la stature imposante » ont été mis au jour.

L’un de ces hommes de 2 mètres a été enterré avec une plaque de cuivre gravée sous sa tête. Une femme a également été trouvée. Elle portait une gaine en argent avec des lettres écrites dessus. Le Detroit Free Press rapporte en 1884 la découverte à Gartersville, Mississippi, des restes d’un géant avec des cheveux noirs de jais jusqu’à la taille. Il portait une couronne de cuivre. Avec lui, dans son caveau en bois, se trouvaient ses enfants qui portaient des vêtements décorés de perles en os. La tombe était recouverte de grandes dalles gravées d’inscriptions. Dans le canton de Cayuga, dans le Niagara, il y a un endroit appelé « le cimetière des géants », qui a été découvert en 1880. Ces géants mesuraient neuf pieds de haut et semblent être morts de mort violente. Leurs haches ont été retrouvées avec eux.

Des ossements de géants ont également été mis au jour dans une fissure rocheuse sur l’île du lac Érié. Dans certaines des découvertes d’ossements géants, les os gisent dans la confusion comme s’ils avaient été laissés sur un champ de bataille. Le Smithsonian expose quelques objets des Moundbuilders trouvés avec les os des géants : des disques de coquillages et des perles de pierre taillée. De nombreux os se sont transformés en cendres poudreuses peu de temps après avoir été exposés à l’air. Le Smithsonian a été réticent à tester certaines découvertes moins fragiles. Le regretté Vine Deloria a déclaré que c’était parce qu’ils « pourraient trouver une date vraiment précoce pour les os » et que cela serait affligeant : affligeant pour leur ligne temporelle darwinienne.

LE SMITHSONIAN RETIRE 564 SQUELETTES DANS LE COMTÉ DE KERN, EN CALIFORNIE. LA DÉCOUVERTE CONTIENT ÉGALEMENT QUATRE MILLE SPÉCIMENS DE LA VIE INDIENNE ANCIENNE DE BAKERSFIELD, 28 MARS 1934

Au cours des trois derniers mois et demi, plus de 4 000 objets et des centaines de sépultures indiennes ont été mis au jour sur le site de la concession de la Tulamni Company près de Taft. C’est ce qui a été révélé ici aujourd’hui avec l’annonce que le camp de travailleurs, soutenu par des fonds fédéraux, sera tous dispersés d’ici vendredi.

Les projets archéologiques, qui ont employé de 190 à 26 hommes pour les études finales, ont été dirigés par le Dr W. T. Strong et W. M. Walker, assistant, du Bureau of American Ethnology de la Smithsonian Institution, avec le Dr Edwin F. Walker comme archéologue et W. R. Wedel comme archéologue assistant. De l’avis des directeurs, deux mois supplémentaires pourraient être consacrés à la fouille des Kern Indian Mounds.

Les objets découverts, classés et expédiés à la Smithsonian Institution comprennent des mortiers et des pilons, des pointes en silex, des outils en os, des textiles, des coquillages, des perles en stéatite et autres ornements, des récipients en pierre et des fragments de vannerie.

Un total de 564 squelettes ont été découverts dans les tumulus, dont 348 proviennent du premier tumulus. Tous les squelettes découverts n’étaient pas considérés comme de bons spécimens. L’un des derniers à avoir été mis au jour avait été enterré dans un trou rond, le corps ayant subi une flexion grotesque pour s’adapter à la tombe choisie. Trois mille spécimens ont été découverts dans le premier tumulus et 1 000 dans le second, dont on a admis qu’il était beaucoup plus ancien que le premier.

DOCUMENTER LES DÉCOUVERTES

Une carte topographique des monticules et de la zone de fouilles a été réalisée par Pavey L. Stanley de Bakersfield, qui dirigeait l’une des équipes de fouilles, et elle sera classée dans la collection de la Smithsonian Institution.

M. Walker retourne à Washington D.C. et étudiera la collection locale et rédigera un rapport sur les découvertes pour la Smithsonian Institution, qui mettra en évidence la contribution du comté de Kern à l’élaboration d’un tableau plus large de la vie humaine préhistorique sur le continent américain.

LES SQUELETTES DES PREMIERS INDIENS SONT DÉTERRÉS DE FAÇON INATTENDUE –  LOS ANGELES HERALD EXAMINER, 20 JANVIER 1930

Les étudiants en histoire de la Californie ont porté leur attention sur la découverte d’un ancien cimetière indien près de Carpinteria, mis au jour de manière inattendue par une équipe d’ouvriers effectuant une coupe dans une falaise pour une route vers la plage. Certaines des coutumes funéraires traditionnelles des Indiens ont été révélées lorsque la grande pelle à vapeur a ouvert les tombes. Les squelettes ont été trouvés couchés face contre terre, le front reposant sur des pierres de surface, avec des pointes de flèches, des ustensiles de cuisine et d’autres objets enterrés avec eux. L’histoire des tombes des sauvages a été relatée à Los Angeles par George A. McDonald, courtier local, sur la propriété duquel le cimetière a été découvert par une équipe de forage chargée de tracer une route vers la plage pour les travaux de forage pétrolier.

DES DIZAINES DE SQUELETTES

À 80 pieds de l’endroit où une pelle à vapeur a commencé à creuser le bord de la falaise, qui tombe directement sur le bord de l’océan, des squelettes d’Indiens ont été découverts par dizaines, selon McDonald. Dans la majorité des tombes, les Indiens étaient couchés sur le visage, la tête tournée vers l’ouest. Dans une tombe, on a découvert une mère et son enfant, la mère avait un bras qui entourait à moitié l’enfant. Près de là se trouvait le squelette d’un brave. Une flèche est plantée dans son front, une flèche qui l’a sans doute abattu au cours d’une bataille il y a plus d’un siècle.

Des centaines de pointes de flèches, un certain nombre de bols de broyage et de mélange, et d’autres articles ont été enterrés avec les corps. De nombreux crânes ont été retirés de la propriété avec l’autorisation du propriétaire. Lorsque Roscoe Eames, directeur du forage, a découvert l’ancien cimetière, il a immédiatement interrompu les travaux d’excavation et effectué une enquête préliminaire. Il a demandé à M. McDonald la permission de continuer et, ayant obtenu cette permission, il a repris la construction de la route jusqu’au bord de la falaise et, sur toute la distance, il a retrouvé de nombreux squelettes.

DES CENTAINES DE SQUELETTES, DONT CERTAINS DÉPASSENT

Lorsque la nouvelle de la découverte à Carpinteria a été reçue, les classes des écoles voisines ont été renvoyées pour visiter les anciens cimetières et étudier les diverses découvertes. Selon McDonald, le cimetière pourrait s’étendre sur plusieurs mètres autour de la route en construction, et des centaines de squelettes seraient probablement trouvés si toute cette zone était fouillée.

Des parties de squelettes ont pu être vues dépassant du bord de la partie de la route récemment excavée, et elles ont été extraites du sol par les membres de l’équipe de pelleteuses à vapeur et jetées en tas. Des observateurs ont retiré les morceaux. McDonald est propriétaire de la propriété et s’enfonce de plusieurs pieds dans l’océan en face de l’ancien cimetière. Le puits de pétrole sera foré dans l’océan et à un jet de pierre du cimetière.

A suivre…

Voir tous les chapitres du livre « Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 650 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page