Aller à la barre d’outils

Ceci est un voyage méditatif dans la triple nature de la respiration et des fréquences du cerveau humain – pour surmonter la séparation et la peur, la culpabilité et l’infériorité, l’impuissance et la dépendance.

Quelque chose bouge – entre le ciel et la terre, entre le cosmos et la planète, entre la lumière et les ténèbres.

Quelque chose erre – entre l’esprit et le corps, à travers les espaces et les temps.
Et cela – a de nombreux visages et noms, formes, directions et intentions.
C’est – la nature la plus diversifiée et à la maison dans un nombre infini de royaumes.

Quelque chose passe de l’unité à la dualité – et retourne à l’unité. Et pourtant ce dos est en vérité un avant – toujours dansant et tourbillonnant, allant et venant – et récurrent.

Quelque chose oscille
entre l’indignité et la sublimité,
entre la culpabilité et la pureté,
entre le désespoir et l’union,
entre l’agression et la joie,
entre la peur et l’amour.


Est-ce un être? ….. un fantôme? … un souffle de vent, peut-être un souffle?
Est-ce moi

L’obscurité est l’amour divin – tout comme la lumière.
Les deux deviennent peur et horreur quand ils ne peuvent pas couler librement,
quand nous ne respirons pas.

Ce voyage dans l’espace-temps montre qu’il ne s’agit pas d’obscurité ou de lumière, mais de libre circulation ou de congestion – de respiration verticale qui coule profondément ou de respirations retenues et superficielles qui errent dans le monde horizontal et n’y trouvent plus de véritable nourriture. . Ce n’est pas l’obscurité qui peut être libérée, mais la séparation entre l’obscurité et la lumière. Si nous respirons profondément et profondément – verticalement – dans l’obscurité, cela s’éclaircira très rapidement.

Ainsi, l’obscurité et la lumière créent ensemble le cristal de l’esprit sur terre – dans nos cœurs. C’est le voyage de notre souffle qui coule, qui aime la vie sous toutes ses formes et ses apparences – et s’y développe.

La respiration est un médium interdimensionnel – un être qui est chez lui dans différents mondes – agit, voyage et sert d’intermédiaire entre les deux. Ces mondes incluent le cosmos, le ciel – ou aussi: l’espace de l’âme – et le corps. Et dans chacun de ces trois grands espaces, il y a d’autres sphères, dimensions et mondes par lesquels passe la respiration: les poumons, les bronches et la peau, les systèmes sanguin et lymphatique et surtout le cerveau.

Le souffle est une conscience physique, émotionnelle et spirituelle – et porte donc également en soi des intelligences, des énergies et des forces physiques, spirituelles et spirituelles. Il les échange en permanence, les ouvre et les connecte, les change et les renouvelle.

En respirant profondément et profondément – détendu et pourtant consciemment et volontairement – nous pouvons augmenter nos fréquences cérébrales intérieurement et les calmer extérieurement et ainsi créer la paix, la sagesse et la félicité dans notre conscience et la guérison et la santé parfaite dans notre corps.

Méditation

Un voyage à travers les royaumes intérieurs de notre souffle
Je m’allonge confortablement sur le dos avec mes bras détendus à côté de mon corps, ou je m’assois dans un fauteuil confortable avec mes bras sur mes cuisses.

Dans tous les cas, je m’assure de ne pas avoir à contrôler ou corriger ma posture pendant ce voyage intérieur. Je respire doucement et j’ouvre mon corps – et je ferme les yeux.

J’ouvre grand mon cœur. Rien qu’en me décidant, ça arrive. Et avec le cœur, tous les espaces fermés de mon corps ouverts, tous les champs et chemins de mon corps énergétique, toutes les dimensions supra et subconscientes de ma vie et tous les royaumes et sphères de mon être spirituel cosmique – même si je ne peux pas les saisir avec mon esprit.

Les portes et les espaces – des parties de mon souffle le plus élevé et le plus profond – s’ouvrent simplement parce que j’ai ouvert mon cœur. Parce que mon cœur est la clé de tous les espaces, royaumes et dimensions.

Le voyage du souffle du corps

Je laisse les énergies de mon corps s’enfoncer dans le sol – et je permets à mon âme de s’élever au cours de ce voyage, dans les royaumes cristallins de l’esprit, un peu plus à chaque respiration.

Mon corps reste de plus en plus au cours de ce voyage comme une coquille vide et pourtant respirante. Je deviens libre et léger – je me laisse tomber, couler et flotter.

Je respire profondément – et pourtant sans effort – dans l’univers de mes poumons – un univers que je ne pourrais pas parcourir dans une vie humaine.

Je sens dans le flux respiratoire et je perçois comment l’inhalation remplit la largeur de mes poumons et le flux d’expiration les vide – comment mes poumons se remplissent et se vident – et se remplissent et se vident – et se remplissent à nouveau – coulant pour toujours.

Je permets – et observe que l’essence respiratoire de mes poumons se dilate sur tout le corps, le remplissant et le vidant – et encore une fois en le remplissant, en le vidant et en le remplissant – sans fin.


Je permets et j’observe que mon souffle corporel – et avec lui moi-même – coule également profondément dans mon bas-ventre et que ma paroi abdominale monte et descend – et monte et descend et monte à nouveau – pulsant pour toujours.

Avec la pulsation de mon souffle corporel, je me déplace à travers mon corps: du cœur avec le flux artériel dans la poitrine et l’abdomen, dans les épaules, le cou et le cou, dans les jambes et les pieds, dans les bras et les mains, dans la tête .

Et maintenant je les dirige à nouveau avec le flux artériel du cœur vers la poitrine et l’abdomen, dans les épaules, le cou et le cou, dans les jambes et les pieds, dans les bras et les mains – dans la tête.

Et encore une fois, je reviens avec le flux veineux des extrémités les plus externes des orteils et des doigts, à travers les pieds et les mains, à travers les jambes et les bras, de retour à l’abdomen et à la poitrine – des zones les plus externes du toit du crâne à travers le cerveau, les organes sensoriels et le cou en arrière le cou et le haut du corps – et dans le cœur.

Et encore via la veine pulmonaire du cœur aux poumons: libérez la douleur de la vie dans la gratitude et la compassion. J’exhale toute l’horreur, la peur et l’agression, tous les sentiments de culpabilité et toute infériorité.

Et encore, en prenant une profonde inspiration à travers l’artère pulmonaire, je retourne au cœur et lui apporte l’esprit frais de la biosphère qui vient d’être reçu – l’esprit des éléments et substances de la terre et des règnes de la nature, plein d’amour et de pouvoir de guérison.

Dans le flux constant, le flux et la pulsation, je voyage avec le souffle frais vers le corps: du cœur avec le flux artériel dans la poitrine et l’abdomen, dans les épaules, le cou et le cou, dans les jambes et les pieds, dans les bras et les mains, dans les doigts et les orteils et dans la tête jusqu’au sommet du crâne. Et puis de nouveau au cœur, jusqu’aux poumons, dans l’atmosphère du monde – puis de nouveau via les poumons, dans le cœur, dans l’atmosphère de mon corps.

Et donc déjà dans ce voyage de respiration corporelle, je découvre le pouvoir de l’âme aimante, qui a toujours connecté mon être intérieur avec les mondes extérieurs, qui fait entrer l’extérieur et conduit mon intérieur vers l’extérieur.

De cette façon, je découvre déjà la nature curative de l’esprit dans le souffle du corps, l’amour transformateur qui voyage inlassablement entre la lumière et les ténèbres, sans jugement ni exclusion, sans peur et besoin de protection, sans peur et sans blâme.


Le voyage du souffle de l’âme

Je me glisse maintenant dans le souffle de mon âme avec facilité. C’est la respiration de mon enfance évolutive et physique. C’est le souffle de joie et d’innocence, d’amour et de pureté, le souffle du gentil guerrier et du guérisseur impétueux. Je dirige maintenant doucement mon attention et souffle dans ma colonne vertébrale.

Ici, le souffle de l’âme traverse un canal de lumière: entre le chakra alpha doré au-dessus de ma tête et le chakra oméga argent sous mon coccyx – entre le centre de mon essence cosmique au-dessus de ma tête et le centre de mon essence planétaire sous mon coccyx.

Maintenant, je dirige l’inhalation vers le haut depuis le cœur – et je reste dans le chakra alpha dans un silence doux et essoufflé. Je retiens mon souffle sans effort ni épreuve. Et dans le flux d’expiration, je retourne dans mon cœur – et je m’arrête là.

Lors de la prochaine inspiration, je redescends dans le chakra oméga et je m’arrête là. Je ne respire pas pendant un long moment de douceur avant de refluer dans le cœur avec le flux d’expiration et d’être toujours là – quelques instants sans respirer.

Et encore une fois, je coule du cœur – vers le chakra alpha, j’y respire dans l’étendue cosmique sans respirer.

Puis je retourne vers le cœur et expire sans respirer. Ensuite, j’inspire et je descends vers le chakra oméga, là, sans respirer , je prends les énergies de la terre et je reviens avec elles dans le courant expirant vers le cœur – ici je les laisse couler librement sans respirer.

Et donc je respire pendant un moment jusqu’au chakra alpha dans le cosmos de mon être humain et je retiens mon souffle ici – et je redescends au cœur pour y être. Et puis vers le chakra oméga – jusqu’à mon être planétaire, là je suis immobile et essoufflé et je remonte vers le cœur pour y être à bout de souffle .

Et ainsi mon souffle d’âme coule – respirant et palpitant – entre les centres spirituels de ma présence cosmique et planétaire sur terre, entre la poussière d’or de l’esprit et la poussière d’argent de la matière – et de retour encore et encore dans le centre cristallin de mon cœur.

Je laisse le rythme de la respiration à mon âme sans forcer mon corps. Je regarde le souffle de lumière monter et descendre – et monter et descendre encore – et monter.

Maintenant, je peux sentir l’âme respirer dans ma colonne vertébrale – et faire l’expérience de l’éveil de mon ADN. Heureux et détendu, je ressens une douce sensation de picotement dans l’axe de mon corps. L’enfance, l’innocence et la pureté se réveillent dans mes gènes – intelligence et force, joie et soif d’aventure.

Alors je respire maintenant mon âme complètement hors du corps, lui permettant d’être libre pour son propre voyage, qui est aussi le mien.

Mon corps est maintenant une coquille vide et ma vie est passée à d’autres niveaux: dans ces espaces où le changement des modèles et des structures terrestres est possible, dans ces dimensions où je trouve tout ce qui dore ma vie sur terre.

D’une part je me laisse aller complètement et je dérive – et d’autre part je suis complètement réveillé.

Maintenant, je déplace le point de ma conscience et me regarde de l’extérieur, en regardant la pulsation des courants lumineux qui parcourent mon corps.

Un éther d’âme d’or coule, qui danse en spirale à travers mon corps et atteint les profondeurs sombres des fondements de ma vie. Il y a un silence profond et chuchotant et des périodes d’essoufflement prolongé.

Le flux argenté de lumière terrestre s’élève, illuminant les voiles gris de la douleur et de la peur, de l’orgueil et de l’infériorité, et ouvrant les essences de maturité intérieure qui sont cachées dans ces centres sombres.

Les courants de lumière et d’obscurité coulent en palpitant et en spirale de haut en bas – comme d’éternels vagabonds entre les mondes du corps et de l’esprit – s’ouvrant éternellement, se renouvelant.

Je respire calmement et doucement. Les pauses entre les flux respiratoires sont plus longues que le flux respiratoire lui-même – sans effort, très facilement.

Les énergies nerveuses cosmiques coulent maintenant dans mon corps: la lumière indifférenciée atteint ma glande pinéale et commence à la réveiller. La lumière indifférenciée pénètre dans les cellules de mon corps et commence à les ouvrir.

Je reçois et dirige le souffle de l’âme dans mon corps – avec ma volonté aimante et mon amour volontaire – et en tant que lumière d’ âme, je traverse les royaumes de mon existence humaine.

Et à chaque respiration, la lumière de la source lave les traces de dureté et de séparation, de douleur et de peur de ma vie. Dans le souffle de l’âme, mon cœur s’ouvre à de nouveaux espaces, de nouvelles intelligences et de nouveaux royaumes – et ma vie se transforme en joie d’être.


Le voyage du souffle spirituel

Maintenant, je laisse la respiration active se reposer. Je ne respire plus, je laisse mon corps recevoir et donner le souffle lui-même – même s’il dort depuis longtemps.

Très facilement – glissant doucement et flottant – j’entre maintenant dans la pièce voisine, le souffle de l’esprit. Un espace, un souffle et un univers, un esprit cosmique que je suis moi-même.

Mon corps léger s’est stabilisé dans le souffle de l’âme. Il est devenu un être infiniment grand qui vibre puissamment entre le cosmos et le centre de la terre.


De l’espace, je regarde mon corps de lumière, l’être palpitant de lumière que je suis moi-même. Ici, je ne sens plus mon corps physique car il n’existe pas ici.

En ce moment, je me suis laissé entraîner dans le tourbillon du mouvement cosmique – et emporté par les êtres de l’Un.

Sabine Wolf
https://kristallmensch.net/


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
eleifend efficitur. velit, mattis leo. in commodo neque. Nullam id suscipit Aliquam
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :