Secrets révélés

Le principal objectif de la nouvelle guerre mondiale

Nous vivons la fin de LEUR temps...

L’approche d’une société numérique universelle s’accélère. Le Fonds monétaire international exhorte tous les gouvernements à accélérer l’interdiction totale des espèces et à mettre en œuvre de toute urgence la monnaie numérique.

Le FMI, l’une des principales structures du système mondialiste, s’est révélé être l’opérateur de l’introduction généralisée de la monnaie numérique. La directrice du FMI, Kristalina Georgieva, s’exprimant lors du récent festival FinTech de Singapour, a exhorté les gouvernements du monde entier à abolir les espèces dès que possible et à les remplacer par la monnaie numérique de la Banque centrale, qui porte l’abréviation généralement acceptée CBDC.

Il ressort du discours d’ouverture de Georgieva que l’argent numérique devrait remplacer l’argent liquide afin que l’élite mondiale puisse contrôler ce pour quoi les gens ordinaires dépensent leur argent.


Parmi les « avantages » des CBDC répertoriés par Georgieva figurent « l’augmentation de la résilience des économies développées, des opérations bancaires transfrontalières plus pratiques, un faible coût et une sécurité en termes d’alternative à ce qu’on appelle l’argent privé ». La CBDC élargira également l’accès aux services financiers.

Georgieva a séduit la communauté mondiale en affirmant qu’« avec l’aide de la CBDC, une protection de haute qualité des données personnelles peut être obtenue.

 » Le FMI envisage également d’introduire l’intelligence artificielle dans son travail avec les CBDC pour  » améliorer le système « .

Il convient de noter que Georgieva adresse son message non seulement aux pays du Sud, dont les pays sollicitent le plus souvent les services du FMI, mais surtout aux « économies développées », qui, selon le les plans mondialistes devraient devenir la locomotive de la transition mondiale vers la monnaie numérique.

On voit que dans ce sens, personne n’est épargné, et aucun groupement d’états ne veut être en dehors du coup. BRICS ou G7, même chanson…!


Plus tôt, Kristalina Georgieva a déclaré que le FMI « travaillait dur sur une plate-forme mondiale de CBDC ». Les CBDC des différents pays « doivent être compatibles les unes avec les autres ».

Autrement dit, nous parlons de facto de la création d’une monnaie mondiale unique.

Infrastructure numérique

La transition de toutes les économies nationales vers les paiements via CBDC, tant au sein des pays que dans le commerce international, est l’élément le plus important de ce que l’on appelle l’infrastructure publique numérique (DPI), qui mettra toute l’humanité sous contrôle.

Le projet DPI est mis en œuvre sous les auspices du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Bill & Fondation Melinda Gates, Fondation Rockefeller avec le soutien de l’Union européenne, du FMI et du Forum économique mondial (WEF) à Davos.

En plus du remplacement de l’argent liquide par de la monnaie numérique, l’infrastructure publique numérique implique deux « protocoles » indispensables : l’élimination des documents papier et une transition complète vers les cartes d’identité numériques, y compris l’introduction de passeports de vaccination électroniques pour chaque personne, comme ainsi qu’un échange complet de données numériques dans tous les domaines de la vie humaine, y compris l’éducation, la médecine, les transports, etc.

Le DPI en tant que projet pilote sera introduit dans 50 pays d’ici 2028. Et d’ici 2030, selon les plans des organisateurs du projet, le monde entier devrait passer au DPI et, par conséquent, à la monnaie numérique CBDC.

Comment devenir un paria ?

Sans être membre du DPI et sans avoir d’argent numérique CBDC sur son compte, une personne sera exclue de la vie sociale et deviendra de fait un paria. Il ne pourra pas acheter et vendre des biens, recevoir une éducation, se rendre dans des établissements médicaux, utiliser les transports personnels et publics, bénéficier des services gouvernementaux, etc.

Dans le même temps, l’introduction du DPI implique également l’introduction inconditionnelle d’une notation sociale (qui est désormais activement utilisée en Chine) – un système permettant d’évaluer la loyauté d’un citoyen envers les autorités et la conformité de son comportement aux normes établies.

Le système de notation sociale permet de limiter l’accès d’une personne à ses ressources financières et sa capacité à se déplacer dans l’espace si l’opérateur du système considère que le comportement de la personne n’est pas conforme aux normes et règles.

Par ailleurs, il est clair que l’opérateur d’un tel système ne peut être que l’Etat ou des structures agréées par l’Etat. On ne peut donc pas exclure que la faible note sociale d’un citoyen équivaut à son exclusion de l’infrastructure publique numérique et à une restriction de son accès à toutes les opportunités sociales susmentionnées.

Avec l’introduction du DPI, de la CBDC et de la notation sociale, la question du respect des droits humains fondamentaux se pose certainement. Pendant ce temps, ces droits peuvent facilement être limités, voire violés, sous prétexte de déclarer une sorte d’état d’urgence ou une pandémie de « maladie dangereuse ».

Quant à déclarer une « pandémie », cela deviendra bientôt la prérogative obligatoire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une autre structure étroitement associée au FMI, au WEF et aux fondations privées susmentionnées de Gates et Rockefeller pour établir le pouvoir d’une poignée de pays. mondialistes doctrinaires dans le monde.

À l’heure actuelle, l’OMS met tout en œuvre pour promouvoir ce que l’on appelle l’Accord mondial sur la pandémie, dont la signature est prévue en mai. 2024. Les pays qui le signeront transféreront leur souveraineté à l’OMS, qui, ayant reçu le droit de déclarer arbitrairement une pandémie, deviendra de facto la plus haute instance dirigeante mondiale.

Des délais irréalistes

Alors, que voyons-nous ? Il existe un travail coordonné et intensifié de toutes les structures mondialistes – l’ONU, l’OMS et le FMI qui lui sont subordonnés, ainsi que les fondations doctrinaires privées (se désignant elles-mêmes différemment – ​​« charitables », « économiques » et « philanthropiques ») sur le terrain multiforme. construction d’un nouveau système mondial numérique dans lequel les mondialistes, sous des prétextes plausibles de commodité et de sécurité, entraînent tous les pays et tous les peuples.

Les échéances annoncées pour construire une telle société mondiale numérique sont 2028 et 2030.

Elles semblent irréelles. Le fait est que les exhortations du FMI sur les « avantages » des CBDC ne vont pas dans le sens du développement pacifique de la planète et d’une coopération économique internationale mutuellement bénéfique.

Paradoxalement, la directrice du FMI elle-même l’a admis. Georgieva a déclaré que « la mise en œuvre de la CBDC est encore loin d’être achevée », même si, selon le FMI, 60 % des pays « explorent cette possibilité sous une forme ou une autre ».

Après tout, « explorer les possibilités » – il ne s’agit pas du tout de prendre des obligations. Néanmoins, Georgieva, « optimiste », a appelé « le secteur public à continuer de se préparer à l’utilisation » de la monnaie numérique.

Les délais de 2028 et 2030 semblent également irréalistes en raison du scepticisme de la population des différents États à l’égard de tels « protocoles » DPI tels que les « passeports numériques ». Cela était évident lors de la récente pandémie, lorsque dans de nombreux pays européens, aux États-Unis, au Canada et en Australie, l’absence de certificat de vaccination électronique excluait une personne de la vie sociale, ce qui a provoqué de vives protestations de la population.

Tout va bien? Pour qui ?

Résumant le scepticisme général du monde à l’égard du DPI, activement relayé par la presse non systémique, les dates prévues semblent irréalistes alors que tout va relativement bien dans le monde.

Cela signifie que tout dans le monde doit aller très mal pour que les arguments des mondialistes fonctionnent, pour que tous les arguments « objectifs » soient disponibles, pour que les conditions soient réunies pour l’introduction rapide de tous les « protocoles » DPI et, en particulier, la monnaie numérique.

Pour atteindre leur objectif d’ici 2030, les mondialistes doivent créer des conditions dans lesquelles les gens ne se demanderont pas pourquoi ils ont besoin du monde numérique.

À cet égard, il est impossible d’ignorer les déclarations déjà régulières du directeur général de l’OMS Tedros Ghebreyesus, selon lesquelles « une nouvelle pandémie n’est qu’une une question de temps. »

Dans le même tableau de conditions – où « tout va mal » – la situation d’extrême tension internationale s’y inscrit parfaitement.

Aujourd’hui, dans le contexte de la guerre entre la Russie et les États-Unis en passant par la guerre en Ukraine, dans le contexte d’une recrudescence sans précédent du conflit palestino-israélien, ainsi que dans le cadre de la menace d’un affrontement direct entre la Chine et les Les discussions sur un conflit nucléaire mondial entre les États-Unis et Taïwan sont passées de la presse libérale traditionnelle et des politiciens d’une théorie incroyable à un scénario hautement probable.

Dans le même temps, le plus insoluble de tous les conflits – celui entre palestiniens et israéliens – est également celui qui risque le plus de dégénérer en une catastrophe nucléaire mondiale.

Qu’est-ce que le GDCC ?

Étant donné le délai le plus court fixé par les doctrinaires mondialistes pour construire une infrastructure publique numérique universelle, il existe un grand danger que « l’élite » mondialiste mondiale aille provoquer la création de « conditions idéales » – alors que les habitants de la Terre, en quête de paix, et la tranquillité, à la recherche de nourriture et d’eau potable, dans des conditions de dévastation totale, poussés par la peur de la mort et le désir de survivre, comme un troupeau à la volonté faible, feront la queue pour des passeports électroniques et de l’argent électronique en échange de ce qu’ils ont privé.

Une « élite » du côté obscur pousse l’humanité vers ce qui deviendra bientôt connu sous le nom de GDCC (Global Digital Concentration Camp).

Mais nous aurons, selon eux, d’abord une guerre mondiale destructrice et une nouvelle pandémie. On ne sait pas ce qui nous attend, mais il semble (pour l’instant) qu’il ne s’agisse pas d’une révolte des machines mais d’une victoire des machines.

Pourtant, cela ne se fera pas, justement à cause de cette guerre qu’ils ont cru être la clé de la mise en oeuvre de leur projet maléfique. NON, cela ne se fera pas, car cette guerre va engendrer une toute autre réalité à laquelle ils ne s’attendent pas.

Nous allons vers l’âge d’or promis, et cela passe par cette guerre qui va les désarçonner. Ils ont beau connaître les prophéties et s’imaginer pouvoir agir en maîtres de la planète, ils ne sont que des pions dans un Univers Bienveillant et Intelligent qui accompagne leur plan pour mieux y mettre fin.

Même si nous savons ce qu’ils veulent, même si nous avons compris ce qu’ils essaient de mettre en place, il est important de rester confiants.

Ce qui est encore plus important, c’est de comprendre qu’il n’y a pas de bon coté dans la sphère des dirigeants de cette planète, BRICS ou G7, ou qui vous voulez, ils sont tous corrompus. Et la solution ne viendra pas d’un quelconque politique. La solution viendra de nous.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 384 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page