Nouveau paradigme

Le cycle de la mort, de la haine et des traumatismes doit cesser

Le militant palestinien britannique John Aziz s'exprime lors du rassemblement « Non au terrorisme » à Londres.

« La haine n’est pas le remède à la haine. La mort n’est pas le remède à la mort. La déshumanisation n’est pas le remède à la déshumanisation. »

John Aziz, militant palestinien britannique, écrivain et musicien, et auteur pour l’ Atlantic Journal , a pris la parole lors du rassemblement organisé à Tavistock Square , réunissant des musulmans et des survivants du massacre du 7 octobre du festival de musique Nova pour dire « Non à la terreur ».

« Je suis un Palestinien britannique, né et élevé au Royaume-Uni. Si nous voulons faire preuve de compassion, de justice et d’humanité, nous devons rejeter la terreur et la haine sous toutes leurs formes. Le terrorisme est la voie qui mène à l’enfer et à une spirale sans fin de mort et de vengeance », a déclaré Aziz.

« L’attaque terroriste du 7 octobre contre Israël et le meurtre de plus de 1 000 Israéliens n’ont pas libéré les Palestiniens. Au lieu de cela, cet événement a déclenché une nouvelle phase de conflit, qui a tué plus de 30 000 Palestiniens. Je pleure la mort de tous les innocents, qu’ils soient ‘ que ce soit palestinien ou israélien », a-t-il poursuivi.

« En ce qui me concerne, un mort, c’est trop. Au lieu de mener cette longue guerre qui dure depuis des décennies, nous devons instaurer la paix. Un cessez-le-feu ne suffit pas. Un cessez-le-feu signifierait simplement une pause dans les combats et alors attendons-nous que le Hamas attaque à nouveau. Et puis nous avons une autre guerre et des milliers de personnes supplémentaires meurent.

N’oubliez pas que les dirigeants du Hamas ont promis de répéter l’attaque du 7 octobre encore et encore, jusqu’à ce qu’Israël soit détruit.

Aziz a poursuivi :

« Les gens disent que je réprime si jamais je critique des groupes comme le Hamas du côté palestinien, mais il ne s’agit pas de prendre parti. Il s’agit de dire « ça suffit », et nous ne pouvons pas continuer ainsi. Et si, au lieu de prendre parti, nous prenions le parti de la paix ?

Au lieu de ce paradigme défaillant de terrorisme, de guerre et de cessez-le-feu, nous devons instaurer la paix entre la Palestine et Israël.

Nous avons besoin d’un nouveau paradigme de paix, de compassion et de coexistence.

La paix permettra aux peuples des deux côtés de vivre une vie normale au lieu de s’entretuer. Il faut mettre un terme au cycle de la mort, de la haine et des traumatismes, et Israël et la Palestine ne sont pas les seuls à avoir besoin de paix.

Nous avons la responsabilité de plaider en faveur de la paix à travers le monde, en Afghanistan, au Soudan, au Tchad, au Nigéria, en Somalie, au Yémen, en Birmanie, en Iran, en Ukraine, à Taiwan et partout où des humains sont blessés et réprimés. »

Aziz estime que « malheureusement, pour certains, la paix est devenue une idée controversée.


Depuis que j’ai commencé à militer pour la paix entre Israël et la Palestine, j’ai reçu des menaces de mort. J’ai été traité de traître et même un membre de ma propre famille m’a renié. mais je sais que la voie de la paix, de la réconciliation et de l’empathie envers les innocents est la bonne et la juste voie. Je ne me laisserai ni apaiser ni intimidé.

La haine n’est pas le remède à la haine. La mort n’est pas le remède à la mort. La déshumanisation n’est pas le remède à la déshumanisation. Nous devons faire la paix pour les gens qui sont ici, pour ceux qui vivent le cauchemar de la guerre et pour ceux qui ne sont pas ici parce qu’ils ont été tués.

Alors permettez-moi de dire, comme je l’ai déjà dit, rêvons que nos enfants grandissent pour devenir des artistes, des musiciens, des écrivains, des scientifiques, des médecins et des ingénieurs au lieu de se battre les uns contre les autres dans des guerres.

Aziz aimerait que nous « rêvions tous qu’un jour Gaza sera une ville riche, comme Singapour ou Dubaï, vivant en paix avec nos voisins israéliens et que nous puissions concrétiser ce rêve.

Pour citer Nelson Mandela, « la paix est la meilleure arme de développement dont chacun puisse disposer ».

La paix n’est pas impossible et nous ne devons pas renoncer à la paix. Nous devons commencer dès maintenant.

Libérez les otages sans condition. Ramenez-les à la maison pour que nous puissions mettre fin à la guerre et vivre ensemble en paix. C’est ce que je crois. Merci beaucoup. »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde


(Vu 84 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading