Nouveau paradigme

La vision eurasienne: De la fin de l’histoire à un nouveau départ

L’idée eurasienne est une idée ouverte. Elle est ouverte à la fois sur le passé et sur l’avenir – ce qui se passera dans le futur dépend de la façon dont nous comprenons et interprétons le passé. Il s’agit d’un problème très urgent, car nous assistons de toute évidence à l’effondrement de l’ordre international actuel, un ordre qui n’était pas vraiment international mais plutôt défini par l’ordre « d’un souverain et d’un maître ».

En pratique, il s’agissait d’un ordre libéral, défini par des visions et des idées très spécifiques dans les cercles desquelles nous nous sommes déplacés par inadvertance. Maintenant, nous sommes enfin libérés de cela. On peut prendre une bouffée d’air frais à pleins poumons et repartir « à zéro ».

Bien sûr, cela ne signifie pas vraiment partir de rien. Dans les années 1920, les bases de la vision eurasienne ont été posées par le travail persistant, silencieux et patient de passionnés (comme Petr Savitsky) et, même avant, dans les travaux de Danilevsky, Léontiev et Dostoïevski.

Ces penseurs ont esquissé une « révolution copernicienne de l’histoire » : l’avenir n’est pas prédéterminé et le temps ne s’écoule pas linéairement. Il n’y a pas de points privilégiés sur le globe, ni de temps privilégié, à moins d’adopter les axiomes de l’idéologie libérale. Il n’y a pas de direction singulière et contraignante du développement historique ; il existe plutôt de nombreuses directions divergentes qui ne peuvent être comparées les unes aux autres en termes d’étapes dans le développement d’un processus unique.

Prises ensemble, Danilevsky a estimé que ces directions constituent la richesse de l’histoire et expriment les différentes possibilités de développement de l’humanité. En fait, chaque civilisation a son temps, et elle dessine ses propres schémas au cours de son développement. Seule la totalité des voies civilisationnelles donne le tracé unique qu’est le « développement de l’humanité ». Le nouveau commencement de l’ordre mondial fondé sur cette reconnaissance correspondrait à « l’autre commencement » dont parlait le philosophe Martin Heidegger.

L’idéologie libérale a jusqu’ici prescrit ce qu’est le « progrès » : c’est toujours dans le même sens, le seul sens autorisé.

Derrière cette idéologie se cache une puissance mondiale : les États-Unis d’Amérique. Il n’y a fondamentalement qu’un seul monde – c’est l’enseignement qu’ils ont prêché, un enseignement qui a émergé des Lumières et s’est rapidement répandu sur la planète.

²

Mais, si le monde n’est pas un univers, alors c’est, en fait, un plurivers : il y a plusieurs mondes. Beaucoup d’entre eux ont été cachés sous l’illusion d’un seul monde : en face du premier monde pendant la guerre froide se tenait le deuxième monde (communiste), et derrière celui-ci, quelque part dans l’ombre, se trouvait le tiers monde (le monde non aligné qui est aujourd’hui appelé le « Sud global »).

Cette réalité n’était pas globale : l’illusion de la « convergence » révélait la réalité de nombreux mondes qui étaient, en fait, de nombreuses civilisations différentes – l’américaine, l’européenne, la russe, l’islamique, l’indienne, la chinoise, etc. vérité que l’Occident n’a pas su saisir. Il ne le comprend pas non plus aujourd’hui. L’Occident était grisé par sa victoire dans la guerre froide en 1991, qui devait être suivie de la « fin de l’histoire » dont parlait Francis Fukuyama. C’était ce que l’Occident voulait entendre en ce moment… Et il semblait que toute l’humanité obéissait à sa volonté.

Pourtant, cette obéissance n’était qu’apparentement volontaire. Il était soutenu par la puissance la plus puissante du monde avec ses porte-avions capables de projeter sa puissance militaire «n’importe où sur la planète». Puis vinrent les changements de régime (des « indésirables » constituant « l’axe du mal ») : révolutions colorées, coups d’Etat plus ou moins violents, interventions militaires ouvertes, occupation de pays entiers… Voilà à quoi se résumait la « liberté » proclamée. . Ce n’était pourtant que le « moment unipolaire » de l’histoire du monde. C’est fini maintenant.

Armageddon’ par Nicholas Roerich, vers 1935

La fin de l’hégémonie occidentale

Que s’est-il passé avec l’hégémon jusqu’ici ? L’hégémon est « fatigué » et n’est plus capable de dicter à l’ensemble de l’humanité. À première vue, il semble que tout cela ait été fait par un minuscule virus : le coronavirus. Ceci, bien sûr, n’est pas le cas. Le virus a été précédé d’une fatigue prolongée, une crise qui a progressé au sein même de l’Occident depuis au moins les années 1970.

D’abord, il y a eu le « recul de l’Occident » (qui n’est pas une civilisation, mais plutôt une construction idéologique basée sur plusieurs idées fondamentales des Lumières maintenant ensemble un certain nombre de pays), et aujourd’hui son effondrement est en cours. Le virus n’a fait que rendre cette crise visible, et elle ne sera résolue par aucune mesure monétaire, ni par des interventions militaires toujours nouvelles comme le réclament désormais les mondialistes.

Beaucoup ne sont pas encore conscients de ce changement majeur. Et eux? Ce n’est pas notre problème. Ce qui importe, c’est de saisir que les paradigmes fondamentaux du monde de demain se façonnent aujourd’hui – ou plutôt, il serait plus juste de dire, pour les mondes de demain, car dans un tel monde il n’y aura évidemment pas de lien unique modèle qui serait vrai pour tout le monde.

« L’universalisme occidental » n’était qu’une illusion. C’était peut-être doux et attirant pour quelques pays d’où ces idées sont nées, mais ce n’était encore que cela : une illusion. Vivre dans des illusions est déconseillé. Le réveil devait arriver tôt ou tard. Mais s’il vient trop tard, ce réveil sera amer. Aujourd’hui, les gens se réveillent du «rêve américain» pour découvrir que c’était un cauchemar bien mis en avant et qu’ils peuvent très bien s’en passer.

En même temps, cela pose un défi à l’Eurasie qui, après une brève absence, revient enfin sur la scène historique. Comment rendre cette transition aussi indolore et avec le moins de victimes possible ? En d’autres termes, comment faire savoir à l’hégémon jusqu’alors qu’il n’est plus l’hégémon (celui qui détermine l’avenir de toute l’humanité) ? Ce n’est pas une tache facile.

Aujourd’hui, bien sûr, l’hégémon menace et agite ses armes. Il rassemble des forces pour ce qui semble être une «confrontation finale» pour la «bataille finale de l’histoire». Cette bataille décisive aura-t-elle lieu? Il n’a rien de nouveau à offrir. Ce n’est qu’une version plus militante, légèrement améliorée du même, avec la tolérance ou son illusion abolie.

Dans son édition modernisée, le libéralisme devient ouvertement totalitaire (l’ayant été jusque-là si discrètement : « Si tu ne veux pas être libéral, tu seras exclu de l’histoire » devient désormais « Tout le monde doit être libéral »).

‘Tibet, Himalaya’ par Nicholas Roerich, 1933

Montée de l’Eurasie

Pendant ce temps, de nouveaux concepts et idées ont pris forme en Eurasie et se transforment rapidement en réalité. L’un de ces projets importants est la « nouvelle route de la soie ». Il s’agit en fait d’un projet très ancien qui est aujourd’hui en train de renaître, habillé du nouvel esprit de notre temps, un projet auquel l’hégémon n’offre rien d’autre qu’une ingérence (idem avec le gazoduc Nord Stream 2).

L’hégémon veut des querelles, des conflits et des guerres entre les peuples pour imposer ainsi sa domination. C’est ainsi qu’il régnait auparavant. Le penseur russe Aleksandr Dugin a récemment parlé de la nécessité « d’internationaliser les peuples » pour s’opposer à cette hégémonie, c’est-à-dire que les nations ne doivent pas perdre de vue le plus grand tout. Ils doivent avoir une vue d’ensemble beaucoup plus large. C’est une réalité géopolitique fondamentale que nous ne pouvons nous permettre d’oublier.

L’autre réalité est celle de l’Eurasie elle-même. Avant tout, une alliance entre la Chine et la Russie a pris forme. L’intégration sous différentes formes prend effet à travers le continent eurasien – une intégration dont l’Amérique doit être expulsée. L’Union économique eurasienne en est la forme initiale, sa première incarnation, pour ainsi dire. Le terme « premier dans l’histoire » ne doit cependant être utilisé qu’avec prudence car il a été précédé par l’Union soviétique, avant cela par l’Empire russe, et encore plus tôt par l’empire de Gengis Khan. Après tout, tout véritable projet historique a son reflet dans un passé lointain. L’espoir demeure que pour l’instant, cet « empire » encore en esquisse se développe dans le sens d’un empire eurasien à part entière.

Ce processus pourrait en encourager d’autres sur d’autres continents. On pourrait imaginer, par exemple, un Empire brésilien, souverain et indépendant, autour duquel se constituerait progressivement un cercle de pays sud-américains. On pourrait penser à des empires africains ou à un califat islamique (un vrai, pas un faux). Et nous pourrions, dans un avenir lointain, imaginer un Empire nord-américain, qui ne revendiquerait pas l’universalité pour lui-même et qui exprimerait la façon caractéristique de se comprendre du peuple nord-américain, son Logos interne.

Chaque empire, en effet, offre sa propre réponse à la question de savoir ce qu’est l’être humain. Le peuple nord-américain n’a pas encore trouvé le moyen de se comprendre (il n’y a tout simplement pas de « rêve américain ») et s’est jeté dans l’esclavage de fausses élites au service du « mondialisme ».

Avenir de l’humanité un projet ouvert

Quoi qu’il en soit, l’avenir de l’humanité est désormais un projet ouvert. Ses futurs acteurs définissent leurs places. C’est pourquoi il est impératif de s’éloigner de ce que le philosophe russe Aleksandr Dugin appelle la « codification occidentale de la conscience », qui est la coutume de regarder le monde avec des yeux occidentaux.

Les modèles culturels, politiques, sociaux et économiques occidentaux sont épuisés ou sont devenus un fardeau – un fardeau inutile, nocif, voire dangereux. Il est important de réévaluer ces modèles ou (si nécessaire) de les abandonner complètement, une fois pour toutes, dès que possible. Aux modèles occidentaux d’un « avenir obligatoire » doivent s’opposer nos propres modèles d’un avenir possible et souhaitable.


D’abord et avant tout, le concept d’État-nation et d’État nationaliste a été dépassé. Comme le remarquait Rodrigo Sobota, « nous ne pouvons pas oublier que la cristallisation de l’État-nation en tant que notion artificielle du caractère spécifiquement occidental nous a profondément divisés ».

La nation moderne, élevée au sein de l’État-nation homogène et inspirée par un ethnonationalisme étroit et exclusif, n’est pas la même chose que le peuple, la communauté élevée par une histoire et une culture de longue date, et l’État-nation n’est pas non plus le seul État possible.

Parallèlement au concept d’État-nation, « il faut nécessairement admettre que l’ancien mythe hégélien de l’État, cristallisé tel qu’il le voyait dans la vénérable Allemagne impériale, est en déclin terminal ».

Dans le monde globalisé d’aujourd’hui, les États-nations, produit incontestable du XIXe siècle, ainsi que leurs frontières bien fixées, disparaissent et de nouvelles entités, supranationales, continentales, voire mondiales, se créent. Ce ne sont pas simplement des processus de « dissolution » inévitables, mais aussi des processus de création de quelque chose de nouveau – des opportunités pour construire de nouvelles relations et liens entre les peuples.

Ces processus sont généralement ambigus dans l’histoire : il est difficile de déterminer ce qui s’effondre réellement et ce qui se construit. Tout ne se passe pas comme prévu. Les processus peuvent être inversés dans un sens ou dans l’autre. Dans les nouvelles conditions, le colonialisme et l’anticolonialisme prennent de nouvelles formes. Ces idées et concepts,

C’est le plus clairement visible aujourd’hui en Occident lui-même : l’individualisme, le libéralisme et l’utilitarisme n’assurent plus la supériorité – même matérielle – mais se transforment plutôt en obstacles et en entraves. De plus, ils sont la cause de l’effondrement interne et de la désintégration rapide de la société occidentale et de toute sa civilisation.

Tous appartiennent au siècle des Lumières en tant que fruits de la raison de « l’homme éclairé », « sa majesté le penseur de l’Europe occidentale ». Il est vain de poursuivre des débats stériles sur des « valeurs » déjà mortes et appartenant au passé irréversible. Existe-t-il un signe plus évident de « dégradation interne » que celui-ci ?

‘Sophia : La Sagesse du Tout-Puissant’ par Nicholas Roerich, 1932

Mort de l’ancien, naissance du nouveau

Nous devons construire de nouvelles structures politiques, civilisationnelles et économiques aux proportions continentales. Nous pensons que les empires seraient les plus appropriés pour cela. Quand nous disons « empire », nous avons à l’esprit le sens le plus large possible, des entités suffisamment élastiques et robustes (en même temps) pour protéger leur espace civilisationnel des « intrusions extérieures ».

Cela ne signifie pas que les nations existantes vont se désintégrer ou disparaître en leur sein. Au contraire, en étant en eux, ils acquerront les conditions d’un développement normal.

Quant à savoir où cette évolution les conduira, laissons la question ouverte. « Humain » au pluriel est « le peuple », et chaque peuple a son propre visage et son propre caractère.

Chaque peuple doit poursuivre son propre développement particulier, avec sa propre langue, sa tradition, son histoire, sa culture et l’héritage particulier qui le rend précieux et différent des autres.

Les empires naissent de la poursuite de cette liberté. Mais ce n’est pas la « liberté de », mais la « liberté pour » : la liberté pour chacun d’être qui il est.

Aujourd’hui, répétons-le, nous vivons à l’ère de l’agonie et de la mort d’une seule civilisation, celle de l’Occident. C’est un temps de crise, un interrègne, dont le grand philosophe italien Antonio Gramsci a dit :

« La crise consiste précisément dans le fait que l’ancien se meurt et que le nouveau ne peut pas naître ; dans cet inter-règne apparaissent une grande variété de symptômes morbides. Les crampes agoniques d’une civilisation nous permettent de sentir les contours du monde futur. Le « nouveau » vient souvent au monde avec des affres de l’enfantement. Il n’y a aucun moyen pour que les sons et les voix de cela soient réduits au silence, peu importe à quel point ils essaient de le faire en Occident.

La mort d’une civilisation, en règle générale, signifie la naissance d’une nouvelle civilisation, ou de civilisations, qui sont en partie créées sur son cadavre (dans ce cas, le cadavre de « l’Occident »).

Les nouveaux États et les nouveaux arrangements ne sont pas complètement « nouveaux », tout comme les « anciennes » civilisations ne meurent jamais complètement et entièrement. Quelque chose sera repris ou hérité et recevra un tout nouveau sens et signification dans un contexte complètement différent, tandis que d’autres choses seront condamnées à l’oubli.

Les paradigmes des nouvelles civilisations sont construits sur des fondations anciennes. L’Union soviétique et l’Amérique, par exemple, ont mystérieusement ressuscité le concept d’empire et ont ainsi façonné le monde bipolaire du siècle dernier.

Cultiver toutes les cultures uniques

Cela s’applique en premier lieu au domaine de la culture. La culture n’est plus et ne peut plus être dictée à partir d’un seul centre. Il faut libérer la culture, ou plutôt les cultures, de tout ce qui est vécu, ennuyeux, stéréotypé et redonner aux cultures leur sens originel.

La culture et l’art ne sont pas des divertissements planétaires pour l’heure du coucher ; la culture et l’art sont des révélations, des réveils, quelque chose qui inquiète et nous pousse à chercher plus loin le « nouveau ». Au lieu d’une culture planétaire et commercialisée, plaisir de masse, stupéfiant enivrant qui porte toujours le même cachet (« made in USA »), nous aurons des cultures au pluriel. « Oui » à la culture chinoise, russe, coréenne, grecque, française, finlandaise, serbe et bien d’autres – ainsi qu’à la vraie culture américaine, une culture qui a ses propres racines profondes.

« Non » à la culture des stéréotypes qui se résume à des imitations sans visage, répétant fastidieusement et toujours les mêmes clichés délabrés, banals et désormais totalement dépassés. Il faut redonner à la culture son sens originel en la (re)créant. Et c’est peut-être notre tâche principale en ce moment.

Aujourd’hui, nous concentrons nos réflexions sur l’avenir, sur le « nouveau départ », tout en regardant vers le passé. C’est naturel et logique. Il ne peut en être autrement, car tout ce qui est nouveau « n’est qu’une nouvelle expression d’un désir ancien et éternel », de même que tout véritable « autre commencement » n’est pas un simple retour ou une imitation du passé, mais un « nouveau commencement, plus primordial que le précédent.

BORIS NAD

Cet article a été publié dans New Dawn Special Issue Vol 15 No 3 .


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 214 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page