Divulgation CosmiqueTV

La NASA veut faire de Vénus une planète habitable

Vidéo VOSTfr

Une proposition controversée arrive d’un chercheur de la NASA qui suggère de rendre Vénus habitable pour les humains.

Comment? En enfermant la planète entière dans une coquille géante, emprisonnant l’atmosphère toxique à l’intérieur et permettant aux colons de créer une atmosphère respirable sur la nouvelle surface.

Un article revu par des pairs – et qui sera bientôt publié dans le Journal de la British Interplanetary Society – décrit le plan ambitieux qui, il convient de le noter, prendrait au moins 200 ans pour être achevé.

« L’intérêt est principalement dans l’esprit d’exploration », a déclaré Alex Howe, l’astrophysicien de la NASA au Goddard Space Flight Center à l’origine de l’article.

Howe met en avant comme points chauds vénusiens favorables « une gravité de surface similaire à celle de la Terre, une atmosphère suffisamment épaisse pour assurer une forte protection contre les rayons cosmiques et les rayonnements ultraviolets, et un temps de trajet plus court que celui qu’implique un déplacement vers la Terre et vers l’autre voisin, Mars ».

Carbone altéré

La logistique du plan serait extraordinairement difficile, même selon les normes presque impossibles de terraformation qui – à l’exception sans doute du changement climatique involontaire sur notre planète d’origine – n’a jamais été tentée par l’humanité.

²

Mais comment cela se fera-t-il?


Premièrement, les sondes robotiques aspireraient l’atmosphère vénusienne toxique, stockant l’oxygène pour les colons ultérieurs et le carbone pour construire les immenses mosaïques de la coquille – chacune de la taille d’un pâté de maisons et suffisamment creuse et légère pour flotter.


Il faudrait 72 billions de tuiles pour couvrir la planète entière, flottant à une altitude de 30 miles pour éviter les vents brutaux et les températures infernales.

Ensuite, avec la coquille géante en place, la géo-ingénierie de l’atmosphère pour la rendre conviviale pour l’homme commencerait enfin.

« Les colons pionniers pourraient migrer de la Terre vers Vénus avant que la surface plus épaisse ne soit complète. Ils vivraient dans des dômes fermés, où ils pourraient aider à superviser la construction en cours », explique Howe.

Il ajoute également que « la majeure partie de l’eau utilisée pour la terraformation de Vénus devra être exportée depuis d’autres endroits du système solaire, comme la Terre ou Mars « .

Malgré toutes les difficultés logistiques incroyables de cette proposition, Janusz Petkowski, un astrobiologiste du MIT qui étudie la planète, estime que, sur le plan technique, le projet est « une grande possibilité ».


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 166 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page