Aller à la barre d’outils

Un meurtre du point de vue spirituel

Seul ce qui donne la vie peut également la reprendre : L’AMOUR. Et il se sert de tous les moyens et de l’aide de tous.

Introduction

Nous voulons parler des thèmes de la mort et du trépas de manière appropriée et voulons vous aider à acquérir une compréhension profonde de ces thèmes qui, jusqu’à présent, vous ont toujours fait peur ou fait souffrir.

Nous voulons analyser avec vous leur toile de fond et leur principe de base, et soulever ces voiles que, pendant longtemps, vous n’avez pas voulu traverser, pour finalement en arriver à ne plus pouvoir le faire. Mais ici et maintenant, à la fin du Temps qui est aussi le début du Temps, ils s’écartent d’eux-mêmes.

Que se passe-t-il dans les plans intérieurs avant qu’une entité spirituelle puisse s’incarner – naître – ou se défaire du corps – mourir?


Nous voulons considérer et pressentir avec vous ces relations qui, traversant les voiles, ont eu une action sur votre vie. Nous voulons nous approcher de ces aspects à cœur ouvert, et vous reconnaîtrez beaucoup de choses que vous n’aviez pas pu ou pas voulu reconnaître jusqu’à présent. Nous ne pourrons vous décrire les mondes et les entités, les dimensions et les évènements dont il est question ici et qui “dansent“ ici ensemble que d’une manière très simplifiée – mais suffisamment claire cependant pour que vous les compreniez, pour peu que vous vouliez comprendre.

Exercices et réflexions

Ce que nous appelons ici exercices est, en fait, un training de transformation.

Dans cette leçon, les exercices et réflexions sont intégrés au texte. Les exercices se trouvent dans l’énoncé lui-même et les solutions dans vos propres réflexions sur les thèmes traités, dans vos larmes si elles veulent couler, dans vos moments de soulagement et de compréhension qui ouvrent les portes de vos corps énergétiques et laissent entrer en vous l’Esprit nouveau de la Nouvelle Terre.

(remarque orthographique: mort, en minuscules, dénomme le fait-même – MORT, en majuscules, dénomme l’entité qui engendre la mort, la gardienne de la vie physique)

La mort et le trépas

Un passage entre les dimensions

Un long périple précède la naissance sur la Terre, car ce n’est pas un humain qui habite le corps mais une entité puissante, sage et majestueuse de la Conscience cosmique.

Celle-ci détache une partie d’elle-même, qui s’en vient en voyage sur la Terre. En chemin, cette partie va s’intégrer à une “communauté d’âmes“ pour y recevoir les bases des conditions de connexion à la Terre – qui sont étrangères à la dimension spirituelle – et pour y assimiler toute l’expérience des âges traversés par l’humanité.

À cet endroit, dans la dimension du “sur-âme“, elle se divise une nouvelle fois et envoie une partie d’elle-même, une âme, dans la sphère corporelle.

L’itinéraire de ton esprit jusqu’à son incarnation sur la Terre est long. Il traverse une multitude de dimensions et de périodes dans lesquelles tu laisses respectivement des parties de toi-même en arrière, un peu comme en stationnement.

D’un côté tu te divises de nombreuses fois en chemin, et de l’autre tu entres en contact avec une multitude d’entités, te lies à elles, te tisses à elles. Car dans les sphères spirituelles, la DIVISION ne veut pas dire séparation et dédoublement mais fusionnement et dilatation.

La création de ton corps se produit longtemps après le début de ton voyage vers la Terre. Elle entraîne une séparation supplémentaire et sensible des sphères psychiques et spirituelles, un détachement qui te conduit dans la condensation massive du corps – dans un durcissement et une solidification. Cette division-là, par contre, a plus un caractère de séparation qu’un caractère de fusionnement – une expérience particulièrement douloureuse de ta nature psychique et spirituelle qui entraîne l’oubli total de ton origine véritable.

Cette division-là est la mort de ta vie véritable – pour une longue période. La distance entre ton Esprit supérieur, laissé en arrière, et ton esprit inférieur descendu et devenu être humain est maintenant très grande.

Les frontières, les voiles et la membrane qui te séparent de ton TOI véritable deviennent infranchissables – et, au fil du temps, les septennats de ta vie humaine les laissent devenir de plus en plus opaques (voir leçon 14 Naissance en Esprit).

À ta naissance sur Terre, ce n’est donc pas la totalité de ton être spirituel qui s’incarne mais uniquement une infime partie.

Passant par l’âme, il se glisse dans le corps et devient être humain: toi-même. Cette répartition: la plus petite partie vient sur la Terre alors que la plus grande partie reste dans les sphères spirituelles – garantit une conduite sans faille de la vie, et rien, ABSOLUMENT RIEN ne peut mal tourner!

Le HASARD représente en fait ce que l’Esprit met sur ton chemin quand le moment en est venu. Alors, cela te “tombe“ dessus – te tombe dans les mains, te tombe en chemin, te tombe sur la tête.

Acte d’amour, solution intermédiaire et ouverture du seuil

La mort du corps physique, nous pouvons la considérer comme une solution de dépannage, que nous employons cependant des milliers de fois, aussi longtemps que l’esprit ne trouve pas d’autre possibilité de sortie. La mort est comparable à une sortie d’urgence d’un train qui roule à toute vitesse et dont les freins ont lâché. Elle est le secours dans le besoin qui aide l’esprit, descendu très bas, à remonter – une clé passe-partout.


Chaque fois que tu t’es trop éloigné(e), MORT est venue et t’a délivré(e) de ta prison physique magnétique par son coup de courant d’amour électrique. La mort est l’assurance-vie de ta Vie Éternelle. Elle est la porte du retour de l’Esprit en émigration après qu’il ait rempli son objectif d’étape sur la Terre. Elle fut toujours une solution de fortune qui donna à ton esprit descendu la possibilité de remonter, après que tu te sois tellement éloigné(e) de ta patrie et de ta famille originelles que la relation s’en était retrouvée coupée ou qu’elle n’était plus en mesure d’être activée.

La mort physique est la fonction inversée de la naissance physique. Le processus d’incarnation a longtemps été aussi compliqué, aussi complexe et douloureux que celui de la désincarnation. Mais dorénavant, ces deux processus deviennent plus faciles et plus joyeux. La mort physique n’a jamais été le but final de l’esprit. Ce n’était pas du tout son but de retourner dans les sphères spirituelles après son cheminement sur la Terre.

La mort a longtemps été un but provisoire, une solution intermédiaire qui permettait à ton esprit de réaliser son projet à long terme d’incarnation sur la Terre. Le but final consiste à créer un corps physique terrestre qui soit suffisamment évolué et clarifié pour accueillir en lui toutes les particules spirituelles et psychiques qu’il a laissées en arrière. Le véritable objectif est l’incarnation et l’expansion de l’Esprit sur la Terre – la spiritualisation de la planète.

À chaque fois, donc, qu’un être humain meurt, une entité cosmique s’en retourne dans les sphères spirituelles d’où elle reprendra ensuite le chemin de la Terre. Elle répète cela jusqu’à ce qu’elle ait réussi à devenir immortelle dans le corps. Car ce n’est pas à ton retour dans les sphères spirituelles que tu te fusionnes avec toutes les parties de toi-même dont tu es séparé(e), mais ici, sur la Terre. Ainsi, un jour, tu ne t’en retournes plus à elles mais les attires à toi. Un beau jour, tu attires à toi sur la Terre toutes les parties de toi-même et “atterris“ PLEINEMENT. Ce jour-là, l’esprit inférieur et l’Esprit supérieur fusionnent en ton corps – et tu t’éveilles en l’Esprit. L’Esprit s’éveille en toi. Ce jour-là, l’Esprit fusionne avec le Corps et la deuxième ère de Cristal commence.

Une quantité de décisions

Avant de vous mettre en route pour la forme de vie inférieure du Corps en partant de la forme de vie supérieure de l’Esprit, vous prenez une décision de principe pour la vie terrestre ainsi que beaucoup de décisions particulières pour votre itinéraire de vie. Une des décisions importantes, qui est formulée dès le début, est la question de la “sortie“ de la vie terrestre, la question des circonstances et du style de la mort physique. La réponse à cette question dépend de toutes les expériences, des forces spécifiques, des propriétés et des souhaits que l’Esprit a accumulés au cours d’autres incarnations et dans d’autres dimensions. Le résultat en est un accordage très subtil, conciliateur et équilibré de toutes les influences, provenant de toutes les dimensions.

Et il n’est jamais uniquement question d’intérêts personnels, mais de ceux de toutes les entités cosmiques et êtres humains impliqués. La mort d’un être en particulier concerne l’ensemble des êtres. Car quel que soit l’amertume du départ, quelle que soit la cruauté du style de mort advenue: tout ce qui se produit sur la Terre est un cadeau que vous vous faites les uns les autres. Ce sont des “services“ de Jésus et de Judas qui vous ouvrent aussi bien les portes de Lucifer que celles du Christ. Reconnaître cela représente le plus grand défi que vous ayez à relever et votre tâche la plus dure. Cela vous prend beaucoup d’incarnations s’étalant sur des siècles entiers. Pour accomplir cette tâche, vous revenez sans cesse sur la Terre – descendez sans relâche pour faire l’expérience de l’amour, de la mort et de la sagesse du trépas.

Conseil politique

Lors de l’intention et de la validation de la naissance sur Terre, seule une très petite partie de l’entité spirituelle s’en vient à s’incarner. Celle-ci traverse la région de l’âme avant de venir se glisser dans un corps et de devenir un être humain. Cet étalement garantit un accomplissement sans faille de cet être humain.

À partir du moment de l’incarnation, nous parlons de l’esprit inférieur descendu et de l’Esprit supérieur resté en arrière. Supérieur et inférieur ne signifient pas ici bon et mauvais, mais rapide et lent – et se rapportent aux fréquences vibratoires respectives de votre respiration et de la vitesse de rotation du noyau de vos cellules. Au cours de l’enfance, l’esprit inférieur devient l’esprit de l’égo, vivant et animé, qui stimule la respiration et la vitesse de rotation. Plus tard, quand il ne veut pas lâcher prise alors que le moment en est venu, il se transforme en esprit “crampon“ qui se met à freiner cette fréquence vibratoire et à la faire aller vers l’unique point-zéro possible – vers cet endroit précis où la mort peut venir vous rechercher.

Avant la descente, il y a une répartition des instances ayant le pouvoir de décision pour les thèmes vitaux respectifs. Toutes les décisions essentielles concernant la vie et la mort terrestres sont généralement prises à partir des sphères spirituelles. Cela se produit une fois avant l’incarnation, et de manière quotidienne pendant la vie physique, en “update“, comme vous diriez. Même pour l’esprit planificateur, le flux vital s’épanche parfois dans des directions imprévues – sinon, vous ne seriez que vos propres marionnettes – mais il est toujours corrigé, protégé et conduit afin que vous puissiez respecter votre plan et votre intention d’incarnation originels.

Même s’il est vrai que le libre-arbitre existe, celui-ci ne se limite pas à l’égo et à sa vision étriquée du monde. Il s’agit du libre-arbitre commun de toutes les parties et instances constituant ton individualité multidimensionnelle, oui, de la volonté collective de toutes tes époques et de tes ères, de tous tes espaces et de tous tes champs.

Tout comme dans un conseil politique, tu es constitué(e) de différents comités qui possèdent des droits de vote pour les différentes parties de ton être. Bien que ton grand Esprit possède le pouvoir de décision, ton petit esprit “crampon“ peut lui rendre la vie difficile en objectant continuellement “NON“ ou “OUI, MAIS…“.

Mais ce n’est jamais ton seul égo qui peut occasionner la mort physique, même s’il est très malade ou fatigué de vivre – pas même lorsque que l’âme et le corps ont donné leur accord pour cela. Une telle décision ultime est l’affaire du chef. Dans pareil cas, c’est l’Esprit supérieur qui prend la décision adéquate.

Et, à cet endroit, il peut à son tour rendre la vie dure à l’esprit inférieur en ne laissant pas mourir. Mais c’est le moyen pour que chaque décès sur la Terre, chaque style et chaque heure de mort ne soient pas le fruit d’un caprice de la nature, du hasard, d’une envie de tuer d’autres personnes ou d’une envie de suicide de l’égo, mais le fruit de la volonté et de la conscience de ton Esprit cosmique. Chaque décès, tout comme chaque naissance, est un acte d’amour et de sagesse. Et cela est valable pour tous les temps de guerre et de paix, indépendamment de l’endroit et de l’époque dans lesquels tu te trouves.

La protection de la vie face à la mort

Voyons ici quelques-unes des situations quotidiennes susceptibles d’approfondir ta sensibilité envers ton “conseil politique“:

La fatigue de vivre: supposons que tu sois dans un état psychique déplorable. Ton égo refuse de continuer à avancer et de prendre des décisions. Il ne veut laisser ni au corps ni à l’âme la possibilité de poursuivre leur cheminement. Il ne veut pas lâcher prise au contrôle et à la peur. Il n’accepte l’aide de personne. La progression de la vie terrestre devient désespérée et tu commences à te raidir, tu arrives dans une zone de gris.

L’esprit inférieur dit: “Je ne veux plus continuer à vivre. Tout cela n’a plus de sens. Je veux mourir.“ L’âme souffre d’une part sous la prise étouffante de l’égo et subit les effets de ses pensées empoisonnées. D’autre part, elle doit remplir son rôle d’intermédiaire entre l’esprit inférieur et l’Esprit supérieur. Elle transmet donc ces informations vers le haut et a tendance à vouloir partir, elle aussi, pour se libérer de cette “salle de tortures“ physique.

Bien que l’Esprit supérieur soit le plus éloigné du champ de bataille, c’est à LUI qu’incombe de décider de la vie ou de la mort, car il s’agit de SA vie sur Terre. C’est lui qui l’a voulue. C’est donc lui qui décide si elle lui apparaît comme étant encore digne d’être vécue ou non. Il a le ressenti moins aigu que les deux autres plans, mais il voit davantage, il en sait plus qu’eux. Il risque plus gros qu’eux et en supporte davantage. C’est pourquoi l’égo n’obtient pas la permission de franchir le seuil de la mort. À la place, l’Esprit supérieur envoie des impulsions dans sa vie terrestre, des forces et un espoir nouveaux, un revirement soudain.

Maintenant le petit égo peut bien être aussi buté et entêté et souhaiter autant de suicides qu’il le désire. Il peut bien déambuler dans tous les quartiers mal famés du monde dans l’espoir que, par hasard, quelqu’un lui fasse la peau. Il peut bien aller dans la cage aux crocodiles du zoo voisin ou se jeter sous le métro. Il peut bien s’acheter une moto super puissante et, comme Sabine l’a fait alors qu’elle se trouvait dans cette phase-là, espérer trouver là une petite échappatoire (remarque: petite confidence intime! Monsieur ne veut pas que je l’efface!).

ÇA NE MARCHERA PAS. C’est même le contraire. À chaque nouvelle tentative de mettre fin à ses jours, les gardes du corps spirituels se voient renforcés et doublés en nombre. Pourquoi? Et bien, parce que l’Esprit a déjà été trop investi dans ce corps pour le laisser mourir, parce qu’il est devenu si précieux que l’Esprit souhaite attendre quelques années, se tourmente et opère – dans l’espoir que l’être humain qui l’habite se réveille. Car cela, l’Esprit supérieur ne peut pas l’accomplir lui-même.

La joie de vivre: Quelqu’un d’autre, un voisin peut-être, se sent parfaitement bien dans sa vie. Il se trouve dans la fleur de l’âge, nage dans le bonheur et le succès, gagne plus d’argent que jamais auparavant. Il est aimé de tous et surtout des femmes. Il savoure sa vie pleinement. Rien n’est plus éloigné de ses pensées que l’idée de sa mort.

Et pourtant – tout à coup, sans qu’on s’y attende – voilà qu’on doit l’enterrer. Que s’est-il passé? L’Esprit supérieur lui a retiré son souffle de vie pour le reprendre à lui. Pour cela aussi, il existe une quantité de raisons: faire cadeau de la souffrance et du désarroi à tous ceux qui restent, mettre leurs sentiments, leurs pensées et leurs décisions à l’épreuve. La justice terrestre est véritablement très éloignée de l’ordre cosmique et de l’équilibre spirituel.

Rencontre avec un assassin (1): Supposons qu’un assassin circule en liberté – ou devrions-nous plutôt prendre une assassin? Peu importe! Tu rencontre cette personne, ce Judas, ce diable qui, d’après vous, a déjà 17 personnes sur la conscience. Tu le rencontres dans une situation typique pour ses crimes et – tu survis. Il ne t’effleure pas. Il ne peut pas t’atteindre sur sa fréquence vibratoire. Mais tu l’effleures, toi, sans savoir qui il est. Tu lui parle avec amabilité. Tu ne te doutes de rien de mal, mais tu ressens par contre une profonde souffrance et une grande confusion dans son champ vital. Tu te mets à éprouver de la compassion pour lui. Et tu rayonnes ta lumière du cœur cristalline, comme tu le fais toujours quand tu quittes ta maison. Tu vois, IL NE PEUT RIEN T’ARRIVER parce ce que tu restes protégé à l’abri de ton cœur aimant.

Rencontre avec un assassin (2): Supposons que tu ne sois pas à l’abri de ton cœur aimant et que tu ne penses pas du tout à rayonner ta lumière du cœur cristalline, parce que tu considères cela comme de la bêtise complète. Au lieu de cela, tu as depuis des mois la pensée en tête de devenir la victime d’un meurtre quelconque. Cela résoudrait d’un coup tous tes problèmes. Cela donnerait enfin une leçon à ceux que tu laisses derrière toi. Ça ne ferait pas de mal qu’ils pleurent (enfin !) sur ton sort. Ta montagne de dettes serait enfin réduite à néant – et l’autre se retrouverait en prison. Tant mieux pour lui…! Quel scénario! Et tu rencontres effectivement ton assassin au cours d’une de tes heures sombres.

Mais il ne fait rien, il ne te tue pas. Au plus, il te frappe sur la joue et poursuit son chemin. Pire encore: Il commence à te parler, à te consoler et à vouloir chasser tes idées noires – tout simplement parce que ton Esprit ne t’a pas permis de franchir le seuil et parce que son esprit et le tien n’ont pas convenu de se rencontrer. Non, mes chers, il n’y a décidément aucune exception et aucune échappatoire.

Intempéries et catastrophes naturelles: et bien sûr, il en est de même pour ce qui concerne le champ des gigantesques forces naturelles et météorologiques. Si tu dois rester dans ton corps et continuer à vivre ton incarnation, des tremblements de terre peuvent bien advenir, des volcans peuvent bien enter en éruption, des tempêtes peuvent bien saccager tout le pays – TU VIVRAS. C’est toujours une question de résonance entre le monde et toi. Et c’est ton esprit supérieur qui décide de cette résonance. C’est de là que provient votre dicton: “La fortune sourit aux imbéciles“ ou encore “Bienheureux les pauvres en Esprit“. En fait, le Ciel veille sur votre vie terrestre jusqu’à ce que vous soyez de nouveau les bienvenus dans votre patrie céleste.

Edgar Cayce – vous l’appelez le prophète dormant parce que, au début du siècle dernier, il était capable, quand il était en transe, de prodiguer aux gens des conseils pour leur guérison. Un jour, il a voulu emprunter l’ascenseur d’un grand immeuble administratif de Chicago pour redescendre au rez-de-chaussée. Au dernier moment, il fit un pas en arrière et laissa le paternoster continuer sans lui sa descente. L’aura de la mort lui avait soufflé aux narines et l’avait prévenu et préservé. Les cinq personnes qui se trouvaient dans l’ascenseur avaient la permission de s’en retourner et avaient déjà détaché leur respiration de leur champ aurique. Peu après, l’ascenseur s’écrasa – sans lui.

Mort lumineuse et mort ténébreuse

Dans la leçon 16, vous avez fait connaissance des deux entités la MORT-LUMIÈRE et la MORT D’OMBRE. L’entité MORT vous y fut expliquée dans ses deux aspects de la dualité et rappelée à votre souvenir.

Faire ses adieux à la MORT

Différents styles de naissance

La naissance sur Terre représente la mort en Esprit. La mort sur Terre représente la naissance en Esprit.

Admets que ta vie sur la Terre s’est répétée des milliers de fois. Pas répétée dans le sens de toujours reparcourir le même itinéraire, mais répétée dans le sens de la réincarnation, la mort, la réincarnation, la mort – dans le sens du revenir et du repartir, de l’aller et venir, et du retourner et revenir pour perpétuer ton long parcours jusqu’à ce qu’un jour, tu en arrives à son but.

Imagine que tu aies déjà eu 1000 corps – prenons le nombre 1000 pour avoir un nombre clair et facile à gérer, même si tu es venu(e) 600 fois sur Terre, ou peut-être 70.000 fois. Imagine avoir choisi 1000 possibilités différentes de venir t’incarner – 1000 formes différentes de naissance, 1000 dates, lieux et contextes différents, 1000 longueurs différentes de parcours et de vie, 1000 itinéraires différents, 1000 environnements, tâches et circonstances différents.


Et finalement 1000 décès différents – 1000 possibilités différentes de sortie du corps physique et de retour en ta patrie d’origine. Tu as vécu 1000 retours à ta vie éternelle. Faisons-nous une petite idée de seulement quelques-unes de tes arrivées dans la vie terrestre et voyons à quel point la naissance et la mort en arrivent véritablement à se ressembler.

1. Une de tes arrivées possible sur Terre a peut-être été une naissance considérée comme “normale“ dans la société. Après neuf mois de grossesse heureuse, la mère étant bien portante et le père heureux de t’accueillir, tu arrives au monde en tant qu’enfant attendu et aimé. Ça sonne un peu banal peut-être. Voyons maintenant d’autres possibilités.

2. Une autre fois, tu n’es pas bienvenu(e). Ton développement embryonnaire a dû traverser des périodes creuses et des résistances, des peurs et des énergies de refus. Ton corps s’est développé dans le climat de haine envers soi-même et de culpabilité qui habitaient ta mère. Elle t’a nourri de poisons de sentiments et de pensée et tu as assimilé en toi toutes ces énergies.

Toutes tes tentatives de faire goûter ton amour à ta mère ont échoué. Finalement, tu es arrivé(e) trois mois trop tôt parce qu’elle s’est distanciée de toi – parce qu’elle ne voulait pas te porter plus longtemps. Des personnes étrangères ont préservé ta vie indésirée à l’aide de tout un tas de machines et d’instruments, pour la livrer ensuite à un monde d’indifférence et d’impuissance – dans ce contexte-là que tu t’étais choisi avant ta naissance.

3. Une autre fois, c’est toi qui n’as pas voulu quitter la chaleur de ta grotte maternelle. Tu as refusé de sortir. Tu avais l’impression toujours grandissante de t’être aménagé une tâche trop grande pour toi. Tu n’arrivais pas à te décider – soit retourner en arrière, soit aller de l’avant. Après des semaines, tu t’es presque noyé(e) dans les eaux amniotiques avant qu’aidé(e) par l’intervention de puissantes mains tu ne prennes ta première respiration dans une attitude de NON d’une ampleur multidimensionnelle et que tu ne voies la lumière-néon de la salle d’accouchement, atteint(e) d’une forte jaunisse et laid(e) comme un crapaud malade. Et tes parents bien-aimés se sont détournés de toi lorsqu’ils t’ont aperçu(e) la première fois, parce qu’ils ne pouvaient pas croire que cet être d’allure reptilienne pouvait être leur progéniture tant attendue.

La joie de ta venue éprouvée par tes parents devint ta souffrance et ton repli, du fait que tu ne voulais pas venir. Ainsi, tu n’as commencé et amorcé ta vie qu’avec une fraction de ton énergie véritable – tu l’as refusée pendant des décennies, ce qui s’avéra ton plus grand cadeau. Et tout ceci aussi était prévu de cette façon-là dès le début.

4. Une autre fois, c’est de manière toute simple que tu es né(e), sans résistance aucune et quasiment dans l’indifférence – avant d’être abandonné(e) quelque part. Emmitouflé(e) dans des linges et déposé(e) sur le bord d’une route, parce que personne ne te désirait – reçu(e) et délaissé(e). Ce voyage-là ne t’aura duré que quelques heures avant de t’en retourner au Ciel. Et c’était exactement la voie que tu avais choisie.

5. Une autre fois encore, tu as partagé la cavité fœtale avec deux frères. Vous êtes descendus et vous y êtes glissés ensemble, y avez grandi, vous êtes serrés les uns aux autres, avez partagé chaque pulsion et chaque mouvement. Mais lorsque vous vous êtes mis à grandir, vous avez commencé à lutter pour avoir suffisamment de place dans l’espace qui était à votre disposition dans le ventre de votre mère.

Un jour, il vous fallut vous rendre à l’évidence: seul le plus fort pourrait rester et le plus faible devrait partir. Et c’est ainsi que deux d’entre vous étouffèrent le troisième et purent continuer à se développer – par la respiration et dans la place que vous lui aviez prises et qu’il vous a cédée. Puis tu es né(e) en premier et as guetté l’arrivée de ton frère qui a demandé encore un peu de temps – mais qui ne portait plus trace de vie, lui non plus.

Et voilà comment, dès le début de ta vie, tu t’es créé une profonde conscience de perte et de culpabilité, de séparation et de mort, d’abandon et de non-complétude – comme autant d’énergies négatives que tu voulais garder jusqu’à ton propre décès terrestre.

Vous voyez, toutes les naissances ne sont pas pareilles. Chaque descente dans la vie terrestre est un événement individuel qui prépare un parcours de vie particulier, selon une décision spécifique de votre esprit. Pendant chaque expérience fœtale précédant votre naissance, vous avez pré-vécu dans son essence et en raccourci votre incarnation à venir.

Bien avant votre naissance, vous avez préparé votre incarnation spécifique et avez fait des expériences que vous n’auriez pu faire nulle part ailleurs. C’est ainsi que la période de la grossesse suffisait même souvent, en tant que voyage sur la Terre. Vous avez fait des milliers d’expériences qui ont laissé scintiller votre flamme de vie toujours plus fort et ont poli votre cristal de vie, facette après facette.

Différents styles de mort

Considérons maintenant les différentes formes de sortie de la vie physique – les différents portails de sortie que vous avez pré-formés avant de vous incarner pour les concrétiser pendant votre vie terrestre, afin de réaliser leur création et leur potentiel en expériences.

Nous commençons par ces passages-là qui vous paraissent, selon votre angle de vision terrestre et votre ressentir dirigé par l’égo, normales, agréables, ou tout du moins justifiées – et les mieux venues pour votre raison bien cultivée qui demande justice et spiritualité. Il y a eu des vies que vous avez terminées de vos propres forces. Il y en a eu où cela ne fut pas possible, ou bien vous ne le vouliez peut-être pas, et où vous avez eu besoin de l’aide des autres. Il y a toujours eu des entités qui vous ont aidé à en ouvrir les portes afin que vous puissiez les franchir. Il y a toujours eu des humains qui vous ont apporté la mort – en apparence, comme nous le verrons plus après…

1. Prenons une vie que tu as voulu terminer par une maladie, par le dépérissement. L’esprit était encore éveillé, le corps déjà délabré, sous la souffrance, la misère et la maladie – sans plus de valeur. Mais, pendant un long laps de temps, il t’a été impossible de mourir. Tu avais une peur bleue de la mort et te cramponnais à cette “paille“ qui reliait ton existence martyrisée à l’océan de la vie.

Ta famille te retenait, tes enfants et petits-enfants. Les uns ne voulaient pas te laisser partir par cause d’amour, les autres te retenaient par la colère, les souffrances non rachetées et les revendications. Ainsi, ils soutenaient tous les douleurs de ton égo et de ton corps et prolongeaient ton martyre – parce que tu le voulais comme cela. Car ce n’était pas sans valeur.

Même en plein dans ces régions grises, le cristal de ton esprit pouvait continuer de se façonner et d’accroître sa force de rayonnement. Mais, à un certain point, ton temps fut écoulé et ton esprit se retira. Ce fut cet instant où l’infirmier compatissant t’aida à mettre fin à cette vie douloureuse et impuissante. Il te tendit la coupe que tu voulais boire, et s’en retrouva traîné devant les juges. As-tu jamais pensé à l’en remercier?

2. Une autre fois, tu as terminé ta vie sur la guillotine. Pendant cet épisode de vie, tu avais toi-même mis fin à la vie de beaucoup d’autres personnes, qui t’avaient indubitablement appelé(e) à eux, et t’étais accaparé leurs biens terrestres. Tu as passé les derniers mois de cette vie dans des cachots noirs et humides – choisis selon tous les critères intérieurs et extérieurs de développement de ta vie. Et finalement, un matin froid et humide de novembre, à 6 heures du matin, tu as du tendre le cou – en 1894 à Paris.

Et après que le tranchant de la lame soit retombé, ta tête roula aux pieds de la foule délirante qui était heureuse d’être enfin débarrassée de toi. Tu entendis alors comment leurs cris frénétiques firent soudain place à des harmonies sphériques, à une symphonie de l’Amour. Tu t’es alors redressé(e), leur as souri, non sans malice, as fait un signe amical au bourreau et t’en es allé(e) – non sans t’être retourné(e) après quelques pas pour leur faire un signe de la main et leur dire: “À bientôt – à la revoyure.“

3. Tu t’es créé un autre trépas, une autre sortie de la sphère corporelle, dans le sein maternel. Pendant la phase embryonnaire, tu as reçu une vision douloureuse de ta vie à venir. Pendant longtemps, tu n’es pas arrivé à chasser le sentiment d’avoir choisi une charge trop lourde à porter. Déjà cet endroit, dans lequel tu voulais pendant neuf mois terrestres te préparer à ta naissance, te paraissait loin d’être confortable – oui, dès le départ, il te semblait qu’il n’y avait aucun espoir et aucune perspective.

Le ventre maternel était étroit et dur et sans cesse saisi de frissons glacés, car tu t’étais choisi une mère dans la souffrance et un contexte sombre. Au dernier moment, tu alors pris la décision qui avait déjà mûri depuis plusieurs semaines: tu t’étranglas toi-même avec le cordon ombilical le jour du terme de la grossesse et laissas ton corps sans vie arriver au monde. Tu repris le chemin du retour dans les sphères spirituelles avant même d’avoir franchi le seuil de la sphère terrestre.

4. Une de tes autres vies, tu as voulu l’achever à l’âge de sept ans car tu avais donné à tous ceux qui t’entouraient tout ce dont ils avaient besoin et qu’ils acceptaient venant de toi. Pendant sept années, tu les as rendus heureux. Ils ont reçu de toi de manière inconditionnelle et t’ont eux aussi donné tout ce dont tu avais besoin. Puis, le vent a tourné. Ils n’ont plus rien accepté de ta part et ont, à la place, voulu te mettre sous le joug de leurs règles. Vint le moment où tu savais intérieurement que ton retour allait s’annoncer car ton objectif d’incarnation et ta mission étaient terminés. Ta respiration devint plus étroite et tu n’eus plus rien à faire ici bas – plus rien à vivre.

Mais tu as pu leur faire un dernier cadeau – en t’en allant. Des nuits entières, tu as envoyé ton amour en leur cœur, pour qu’ils s’attendrissent et qu’ils s’ouvrent, car il s’agissait d’un cadeau d’amour qui allait bientôt leur occasionner de grandes souffrances.

En état d’éveil, tu ne remarquais rien de tout cela. Mais dans tes rêves, tu faisais sans cesse la rencontre de cette magnifique Dame enrobée de voiles blancs qui, souriante, tendait les bras vers toi. Elle t’attirait à elle par la douceur de son apparence et te donna une grande force. Dans ta sagesse d’enfant, tu savais qu’elle était toi-même – que tu te suivrais toi-même.

C’est ainsi que par une belle journée d’hiver ensoleillée, tu es allé(e) à la rencontre de cette lumière rayonnante, par un froid étincelant, toujours suivant les rayons du soleil. Plongé(e) dans tes images et tes mondes intérieurs, insouciant(e), rêveur(se) – et intérieurement un peu agité(e), comme si tu devinais que ce jour serait une journée toute particulière, que tu rencontrerais peut-être un Magicien aujourd’hui.

Quand le soir arriva et que tu fus fatigué(e), tu t’es soudain souvenu(e) de ta famille terrestre. Mais tu étais déjà très loin et tu ne pouvais plus en trouver le chemin. Il commença à faire sombre et tu pleuras un peu, effrayé(e) de ta découverte. Mais tu aperçus tout à coup cette Femme en blanc, souriante et penchée vers toi, les bras tendus pour te recevoir. Ton cœur bondit de joie – et tu lui sautas au cou.


Les humains ne retrouvèrent ton petit corps gelé que quelques jours plus tard. Et la Femme en blanc se tenait à leurs côtés alors qu’ils le soulevèrent – rayonnant sa chaleur d’amour dans leurs cœurs figés et désespérés. Mais que te racontons-nous là. Car tu t’en souviens toi-même, n’est-ce pas?

Un meurtre du point de vue spirituel

…Il y a toujours eu des gens qui vous ont apporté la mort

– du moins en apparence, comme nous allons le voir …

Jésus dit un jour: “C’est de l’amour. Car il n’existe dans le Cosmos rien d’autre que de l’amour. Je vais en avant et tu me suivras.“


Nous commerçons par le récit de la victime, trois jours après sa mort.

De retour à la maison

“Je voulais mettre fin moi-même à cette vie terrestre, mais quelque chose en moi avait peur de le faire. Cette vie m’est apparue dès le début douloureuse et dénuée de perspectives. Je n’avais pas le moral et tout ce que je faisais était comme mi-figue, mi-raisin. C’est ainsi qu’au fil du temps, tous mes espoirs et toutes mes attentes ont fondu pour s’évaporer en fumée grisâtre. Il y a longtemps que j’étais d’accord à l’idée de la mort physique. Le tout était juste de savoir de quelle manière l’obtenir.

Il y avait en moi un côté poltron qui ne se décidait pas à aller jusqu’au bout, jusqu’au point de non retour. Il ne se décidait pas à se laisser aller dans son obscur. Il ne voulait pas lâcher prise aux plans élevés de la Lumière et de l’évolution, ainsi que je les comprenais. Ce côté poltron-là se tenait depuis un moment déjà au bord de l’abîme.

À partir d’un certain point, j’ai abandonné tout espoir concernant la vie. Sans cesse, j’ai essayé, j’ai travaillé, me suis donné du mal pour améliorer ma vie. Souvent, j’ai fixé mon attente sur les autres, leur ai donné la faute et attendu d’eux qu’ils fassent ce que moi-même je ne voulais pas faire. Et je ne me suis pas rendue compte de tous les cadeaux qu’ils me faisaient, ni ne les ai acceptés.

J’ai travaillé à modeler ma vie. Je ne voulais rien laisser être le fruit du hasard. J’ai lutté, et ressenti en même temps que mon souffle devenait toujours plus faible, toujours plus haletant. Je ne me suis pas reposée, n’ai pas fait de pause, mais j’ai investi toute ma force dans ce que je jugeais être important. C’est ainsi que je suis arrivée au bord de l’abîme de mon existence, entre le monde incarné et le monde non-corporel – et que j’y suis restée.

Pendant longtemps, j’ai cherché un quai, une transition ou une fin du ravin où je puisse le contourner. Des journées entières j’ai cherché en amont, des journées entières en aval, mais rien ne s’est présenté. Je ne voulais pas sauter parce que j’avais peur de mourir d’une mort atroce. Alors, je me suis cherchée une place, me suis assise, et j’ai attendu.

Je ne savais pas exactement ce que j’attendais, mais cela n’avait pas d’importance. Je ne voulais pas sauter. Un jour, j’ai remarqué que plus rien ne changeait. Il ne faisait plus sombre, mais plus jour non plus. Aucune nouvelle souffrance ne m’atteignait, aucune ancienne ne me quittait. Plus aucun démon n’apparaissait dans mon monde intérieur, devant lesquels j’avais pris la fuite ma vie entière, mais plus d’entités lumineuses non plus, plus de Rédempteur pour m’offrir son aide.

Je n’entendais plus aucun bruit, ni le rire haineux de mes ennemis, ni le gazouillis des oiseaux. Il n’y avait plus de différence entre l’inspiration et l’expiration. Je flottais dans les mondes de grisaille – je ne vivais plus mais n’étais pas encore morte. Oui, être un mort-vivant, c’est la même chose que la mort d’ombre. L’espace entre le seuil de la naissance et celui de la mort s’était dissous en voiles de gris. Il s’était infiltré dans un espace de non-être. Aucun seuil n’était plus visible.

Je vivais, mais sans vivre vraiment – j’étais là sans y être vraiment. Je voulais, mais ne voulais cependant pas. Tout le temps qui s’était écoulé dans ma vie, qui m’avait sans cesse plongée dans l’agitation et l’essoufflement, tout ce temps avait cessé d’exister. Tout l’espace dont ma vie avait été remplie à tel point que je n’avais trouvé ni mon orientation ni ma voie, tout l’espace s’était réduit en un point – unique mais cependant infiniment infini. Tout l’esprit dont ma vie avait abondé, à tel point que je n’en savais parfois plus comment parvenir à respirer, tout l’esprit avait cessé de souffler.

C’est ainsi qu’un jour, je m’achetai un ticket d’avion pour un pays lointain, très loin de chez moi. Je voulais fuir mon ancienne vie – partir, juste partir. M’en aller et commencer autre part une vie nouvelle. Oui, tels étaient mes pensées humaines, car mon Esprit divin avait décidé de me reprendre à lui, de quitter la vie physique, n’ayant plus Lui-même d’objectif particulier dans ce jeu. Il fusionna avec l’Esprit divin de la personne aimée qui devait m’aider à franchir le seuil, puisque je ne voulais pas le franchir moi-même.

Il était d’accord pour me pousser dans le ravin de ma vie, dans lequel je ne voulais pas me précipiter moi-même. Il était prêt à me conduire sur l’autre rive, puisque je n’en trouvais pas le chemin moi-même.

Malgré les multiples mises en garde de ne pas m’aventurer dans ce plan, je m’y suis rendue. Comme j’avais toujours ignoré les avertissements et les conseils des autres, j’ignorai aussi ceux-là car j’avais maintenant décidé de traverser le ravin. Je me retrouvai donc sur le bord de la route à faire signe du pouce pour qu’il m’emmène dans sa voiture. Il s’arrêta et me fit monter – et m’aida à m’échapper de ces zones de grisaille de ma vie. Pour cet acte, on le nomme sur Terre un assassin. Et pendant que je suis en train de vivre l’expérience d’un amour profond, il a plongé, lui, dans la damnation. Alors que moi je suis retournée à ma vie bien aimée, il s’est brisé, lui, sous son propre cœur.

Pour une longue période, je ne peux rien faire pour lui. C’est pourquoi je vous prie, vous qui lisez ces lignes: Ayez pitié de lui et bénissez-le avec l’amour de votre cœur. Guérissez-le, vous, par votre amour, puisque je ne peux plus le faire, ne possédant plus de corps. Moi, je vais bien – occupez-vous de lui.“

Rendez-vous et rencontre

Ici, nous vous racontons l’événement tel que Sabine l’a vécu en Nouvelle Zélande. Une femme, appelons-la Britt, fait du stop au bord de la route et aimerait qu’on l’emmène. Un homme, appelons-le Mikel, s’arrête. Plusieurs heures plus tard, le corps de Britt est retrouvé sans vie.

Que s’est-il passé ici dans les sphères invisibles? Où est le sens de cet acte, où en est l’amour? Que s’est-il déroulé derrière le voile? Quelles décisions ont été prises? Quel message comprenaient-elles et quel en était l’enjeu pour nous?

Aucun être humain ne peut en tuer un autre, et aucun être humain ne peut se tuer soi-même, comme nous l’avons expliqué plus haut. Tout comme votre arrivée dans la vie physique s’est produite sur une décision provenant de la communauté spirituelle et psychique, votre sortie de cette vie physique est accompagnée par la communauté d‘une multitude d’entités et de dimensions qui y sont impliquées.

La première aide est un Démon, une conscience énergétique alternante provenant des sphères astrales grises de l’humanité et qui agit de manière autonome dans un plan supérieur. Il a été créé il y a des milliers d’années à partir d’énergies de sentiments, dont il se sert par la suite: violence et convoitise, peur, souffrance et choc. C’est un être énergétique duel: il est composé d’énergies de “victime“ et d’“auteur/coupable“.

Il est donc en résonance autant avec la victime qu’avec l’auteur/coupable et est en mesure de les mettre en contact dans la rencontre et dans l’action. Il entoure et pourvoit la victime d’énergies de peur, d’impuissance, de désarroi, de souffrance et de choc, et l’auteur/coupable d’énergies de violence, de non-retenue, mais aussi de clarté et de force. Les deux personnes rayonnent donc leurs énergies, renforcées, focalisées et alignées par la concentration énergétique du démon. Elles s’attirent respectivement. Elles se rencontrent à un instant bien précis, dans un endroit bien précis. Elles ne peuvent pas se manquer. Comme convenu donc, elle fait du stop, tendant son pouce, et lui s’arrête. Le démon accompli cette tâche avec eux, car telle est la volonté commune.

Retournement des forces

Après le crime, le vent tourne. La victime a franchi le seuil et l’assassin reste seul en arrière. Le démon a lâché prise à la victime mais reste dans le champ du coupable. Il se retire du lieu du crime et se rend dans le subconscient de l’homme pour y attendre la prochaine occasion d’agir. C’est alors que se produit un retournement des énergies. Le crime déclenche chez son auteur, qui revient à lui après son ivresse, des énergies massives de victime: choc, affolement et impuissance, douleur et peur se retrouvent maintenant de son côté.

Britt était emprisonnée dans son corps et se retrouve maintenant libérée. Sa volonté de mourir s’est accomplie. L’obscurité de sa vie est devenue lumière spirituelle – elle est montée au Ciel. Mikel était libre dans son corps et s’y retrouve maintenant prisonnier. Sa volonté de vivre ne s’est pas encore accomplie. L’obscur de sa vie s’est transformé en ténèbres effroyables. Il a chuté encore plus bas.

L’auteur du crime se retrouve désemparé face à lui même. Au plus profond de lui, il sait ceci: il ne voulait qu’aimer et être aimé. Mais fi de l’absurdité de la situation, son choc est vite recouvert par une troisième forme d’énergie et dirigé dans une autre direction. Voilà que s’éveille son complexe de culpabilité et d’expiation et que ses forces prennent possession de lui: la honte, la culpabilité et l’infériorité, le jugement et la condamnation. Personne, à part lui-même, ne peut lui asséner la charge de cette épaisse couche grise. Et elle lui dit: “Ta vie est brisée. Il n’y a aucun recours, aucune réparation possible, aucun espoir. Tu n’as plus rien d’autre à perdre que ta vie.“

Les coupables/auteurs sont, de par leur nature spirituelle, des créateurs. Ils font quelque chose. Ils font ce quelque chose soit pour eux-mêmes, soit pour les autres, et risquent souvent d’aller droit à leur perte et de perdre leur réputation et leur dignité. Les victimes sont, de par leur nature spirituelle, des créatures. Elles laissent les autres faire quelque chose – pour elles. Si une créature souhaite franchir le seuil, elle ne peut le faire qu’avec l’aide d’un créateur. Les créateurs et créatures en Esprit sont des auteurs/coupables et des victimes sur la Terre. Les victimes sont des créatures ré-agissantes de moindre volonté vitale. Les auteurs/coupables sont des créateurs agissants dont la volonté vitale est grande.

Cette force originelle se fait sentir en lui: Mikel veut vivre! Cette force se met à rayonner de son cœur et à prédominer dans le champ diffus de toutes les énergies d’auteur, de victime et de culpabilité. Elle est la force en lui la plus claire et la plus forte – la force contraire de celle de la victime qui ne désirait plus vivre.

Alors il fuit, celui qui veut vivre, devant les autres qui veulent l’exterminer. Il fuit devant lui-même après avoir reconnu que sa vie était devenue sans valeur et dangereuse pour les autres. Le réseau de ses propres sentiments obscurs et de tous les sentiments collectifs obscurs devient de plus en plus opaque. Le Terrifiant de tous les sentiments humains de toutes les ères entières est devenu vivant en lui. Il ne lui laisse aucune issue sur la Terre.

L’auteur/coupable, créateur et ouvreur de portes, a fait une chute totale hors de sa force de cœur. Il s’est lui-même définitivement destitué de ses forces de lumière et d’amour. Il se condamne lui-même davantage que n’importe qui d’autre sur la Terre. Il est le dernier à pouvoir se pardonner.

Et pourtant: Il veut vivre. Il s’enfuit loin dans la nature et se cache aux yeux des humains. Et tous les moyens lui sont bons pour sur-vivre. C’est ainsi qu’en l’espace de peu de temps, l’auteur/coupable se change en bête féroce.

Action interdimensionnelle

Chaque événement sur la Terre constitue un échange fluide d’obscur et de lumière, de forces descendantes et ascendantes, de peur et d’amour – une action commune de toutes les dimensions. Une multitude d’entités participent à l’accompagnement spirituel de tous les évènements terrestres. Toutes les décisions et possibilités de réalisation sont décidées de manière commune.

L’ultime décision est prise par l’Esprit supérieur de tous les impliqués – en particulier lorsqu’un être humain est autorisé à franchir le seuil de la mort et qu’un autre être humain est autorisé à l’y aider. Le franchissement du seuil représente pour tous un événement d’importance, qu’il se déroule de façon dramatique ou pas. D’un côté, le corps humain représente ce que l’Esprit divin a créé de plus précieux et qu’il n’abandonne pas à la légère. De l’autre côté, chaque décision, ainsi que ses conséquences, représente un grand potentiel d’expériences à acquérir.

Continuons la considération de notre cas. Quels en sont les participants avant le crime, qui vient s’y ajouter pendant le crime, et qui prend la main dans le temps et l’espace après-coup?

Dans les sphères physiques, ce ne sont que deux humains: Mikel en tant qu’auteur et Britt en tant que victime. Elle ne désire plus vivre – mais lui le veut. Elle ne désire plus ni recevoir ni donner de l’amour – mais lui, il veut aimer et être aimé. Elle est vide de sang – lui, son sang il le veut, et son contenu d’essences féminines. Elle n’a plus faim d’une vie non désirée – lui, au contraire, il désire la vie de manière ardente. Elle cherche à être seule – lui souhaite fusionner. Elle veut partir – il veut rester. Elle lui fait un signe – et lui, il s’arrête.

Dans les sphères énergétiques, c’est un démon provenant de l’immense quantité de “terrifiant de sentiments“ accumulé au cours des derniers millénaires de l’humanité. De grandes zones obscures de sentiments, des sphères du Terrifiant, se sont formées et remplies lors des millénaires écoulés, à partir des guerres, de la torture et des crimes commis en actes de vengeance, de représailles et de peur. Et de leurs entrailles est né le Démon. Il s’y est nourri et y a pris de grandes forces. Il en est surgi spécialement pour ce moment précis, a franchi les frontières de la dimension physique et est entré en activité.

Il est en mesure de faire ce que les humains ne peuvent pas faire: de concentrer si fortement l’énergie de la mort que la mort d’un corps s’ensuit alors. Le démon prend en lui les énergies de mort de la victime – “ne plus vouloir vivre“ n’ayant pas la force nécessaire pour mourir – et les faibles énergies de mort du coupable – “prendre par la force ce dont il a besoin“ n’ayant pas une force suffisante pour tuer. Les énergies cumulées des deux humains impliqués ne suffisent pas, à elles seules, pour franchir le seuil. Il faut qu’elles soient focalisées et renforcées, il faut qu’elles se mettent à danser et à former un puissant tourbillon.

Rappelez-vous notre Nouvelle Histoire de la Création (voir la rubrique “plus spécialement“ du site Kristallmensch, dans “récits“): Chaque fois que vous avez franchi le seuil de nouveaux espaces, vous l’avez fait en rotation, en tourbillonnant. Ici aussi.

Le Démon cumule la force des deux antagonistes avec ses propres énergies de mort concentrées, qu’il a accumulées en lui au cours des nombreux siècles de l’ère la plus obscure – un concentré de forces mortelles (comme l’anneau dans le “Seigneur des anneaux“). Cependant, lui non plus ne peut pas tuer, car il n’a ni corps qui pourrait manier l’épée, ni l’autorisation spirituelle d’ôter la vie. Il n’est qu’une aide, un intermédiaire, un maillon dans la hiérarchie de l’Amour qui entre ici en action.

Le Démon active les énergies de mort des deux humains et les amène en vibration, en une rotation sur elles-mêmes et autour du cœur de l’action, en une danse furieuse. C’est ce phénomène que l’auteur/coupable perçoit comme une transe et la victime comme une paralysie. Il transforme les énergies de mort inertes et magnétiques en énergies d’amour fluides, et fait monter leur vibration à une telle fréquence qu’elles surpassent un voile dimensionnel et que l’instance supérieure de la hiérarchie peut prendre l’événement en main.

Le Démon accomplit son service dans les sphères astrales, où personne d’autre que lui ne peut pénétrer pour cet événement. Il agit de manière double. Il assume un rôle d’intermédiaire entre le monde physique et le monde spirituel supérieur et se donne à reconnaître par la même occasion. Sa mission est un service d’amour – une bénédiction – et un emprisonnement, une malédiction tout à la fois. Il est né à partir de toutes les formes de malédiction existantes et remplit son service exactement de cette façon, en malédiction bénissante. Ne pouvant par lui-même s’échapper de ce cercle entre le Ciel et l’Enfer, ce service assume alors en même temps pour lui une chance d’être reconnu et gracié. Il accomplit son service de la façon qui correspond à sa nature inférieure. Il ne peut agir autrement. Il aime et hait – soi-même et tous les autres – comme Gollum (du “Seigneur des anneaux“). Il veut être reconnu et délivré.

Car, à la fin du temps, sa propre nature supérieure le rappelle à la Lumière d’où il est issu. Mais il ne peut pas se libérer tout seul, car il ne possède ni corps ni volonté propre. Il est venu en tant qu’aide pour l’évolution de l’humanité et a besoin, au terme de celle-ci, de l’aide des humains réveillés. Car il lui a fallu descendre aussi bas pour accomplir des services dans les ténèbres (voir leçon 19 “Les forces intérieures“). Et s’il fut créé par l’obscur du cœur humain, seule la lumière de ce cœur humain peut le délivrer. Ainsi, ceux qu’il a souvent été amené à tuer seront ceux qui lui donneront la vie à la fin du Temps.

Dans les sphères spirituelles inférieures et proches de la Terre, ce sont des maîtres spirituels lumineux et obscurs ainsi que les anges qui agissent. Trois jours avant l’événement, les entités supérieures ont donné aux deux personnes impliquées l’autorisation de franchir le seuil (pour la victime) et de l’ouvrir (pour l’auteur/coupable). À partir de cet instant, des entités non-incarnées de toutes les dimensions et de toutes les sphères se mettent à effectuer les préparatifs nécessaires au déroulement harmonieux et sans entrave de cet événement.

Après la décision spirituelle, une annulation de l’acte n’est généralement plus possible, tout au moins sur la Terre. L’acte doit donc, et va se produire. Avant et pendant la rencontre entre l’auteur/coupable et la victime, les entités ne cessent de rayonner en leurs coeurs des forces créatrices de constance. Ils entourent leurs âmes d’énergies protectrices et conduisent celles-ci dans des dimensions plus élevées et dénuées de souffrance, loin de l’événement lui-même. Là, leurs âmes sont à l’abri et peuvent observer ce qui se passe avec un certain détachement.

Beaucoup d’entre vous qui ont vécu une situation de danger ou de mort imminente connaissent cet état: tout à coup, tout se met au ralenti ou bien tout s’accélère et une étrange clarté se fait jour, une paix profonde et une force d’amour, avec ce savoir certain de ce dont il s’agit et de ce qu’il faut faire. Les entités spirituelles sont en train de séparer en douceur les énergies inférieures obscurcies de la conscience supérieure lumineuse et préparent ainsi le détachement du corps de l’esprit – la coupure du cordon “ombilical“.

Dans tout ce qu’elles font, elles préservent l’équilibre avec les forces négatives dont l’action se voit maintenant considérablement renforcée. Au moment-même de l’acte, alors que l’obscur humain et le chaos terrestre se déchaînent, les frères et sœurs ainsi que les maîtres spirituels s’occupent de deux choses: d’une part, ils verrouillent spirituellement le lieu de l’événement pour que les énergies de chaos restent focalisées et qu’elles ne se répandent pas sur la planète entière. D’autre part, ils aménagent des canaux spirituels entre le lieu de l’événement et un certain nombre de plans extérieurs, dans lesquels l’énergie de souffrance se déployant dans l’ici et maintenant peut être recueillie et transformée. Nous y reviendrons plus loin.

Lorsque les énergies de chaos en sont à leur point culminant, au point de rotation le plus rapide de la “danse de la mort“, un éclair traverse l’événement et entraîne le retournement des forces. En une gigantesque décharge d’amour, il électrise le champ magnétique de la peur, de la souffrance et de l’Obscur. C’est à ce moment que MORT apparaît et s’empare de la victime, mettant fin au drame terrestre et le faisant se revirer.

L’Esprit divin accepte l’offrande du sacrifice de la vie humaine. Il prend la danse en main, désactive le démon et le congédie de son service. Il fait déferler sur le meurtrier, en pleine transe de violence vorace, une gigantesque vague spirituelle d’amour, par laquelle il peut revenir à lui et se réveiller – et se rendre compte de ce qu’il vient d’accomplir.

Quant à ce qui est et ce qui se passe dans les sphères spirituelles élevées, nous ne pouvons le décrire que de manière très simplifiée. Imaginez le tout comme un tissage et un rayonnement infinis, une imbrication et un fusionnement continuels de forces, d’entités et de mondes. Imaginez cela comme une convergence mouvante de formes et d’énergies anciennes et comme une formation constante, une émergence de formes et d’énergies nouvelles non existantes auparavant. Imaginez cela comme un formidable moment de création dont les couleurs, la lumière, les sons, les formes et les mouvements sont implanifiables, inexplicables, mais qui dansent cependant en une ravissante harmonie.

Les espaces et les temps, les intentions et les accomplissements, les sphères cristallines de la première ère et les sphères grises de la troisième ère, les anges, les humains et les démons engendrent tous ensemble de nouveaux concepts, de nouvelles matrices, des cristaux et des cosmos nouveaux. Car nous l’avons déjà dit: le drame terrestre est un cadeau spirituel qui est accueilli ici en sa totalité.

L’Esprit supérieur de la victime attend le retour de son “enfant humain“. Il a envoyé des ambassadeurs au pont des fleurs pour le recevoir. Ils le conduisent tout d’abord dans des sphères de régénération, de repos et de réveil. Les énergies de choc et de traumatisme s’y retrouvent clarifiées et harmonisées avec la richesse des dernières expériences terrestres.

Les intentions originelles d’incarnation de l’Esprit y sont harmonisées avec la vie humaine vécue, depuis la naissance jusqu’aux récentes circonstances de la mort, et mises en synthèse. Les niveaux de réalité des différentes sphères convergent ensemble, s’équilibrent et trouvent leur ordre nouveau: la dimension dans laquelle une partie de l’être était restée en arrière lors de la descente sur la Terre assimile alors, de sa manière spécifique, les expériences de cette vie et de cette mort et s’en enrichit. Tout s’ouvre sur un tableau d’une grande beauté.

Parallèlement, de hautes entités spirituelles sont envoyées aux proches pour qu’elles rayonnent dans leur champ des énergies de consolation et d’ouverture, de perception intérieure et d’ouverture du cœur. Elles se postent également sur les lieux du crime pour recevoir et entourer de lumière les personnes qui trouveront le corps – et toutes celles qui suivront après. Ainsi, après l’horreur, c’est la lumière qui règne sur les lieux du meurtre – le potentiel de reconnaissance complète de la vérité qui se révèlera à qui veut voir.

Rappelez-vous de la leçon 3 “Changement d’ère“: en 1945, la Lumière et l’Obscur régnaient à part égale sur la Terre, même si l’œil humain ne discernait que l’horrible. Le niveau de réalité que vous voulez voir est toujours une question d’orientation et d’intention intérieures.

L’esprit supérieur de l’assassin qui a laissé son être humain accomplir ce service de Judas et lui a fait faire cette expérience de meurtre envoie, lui aussi, ses émissaires au pont des fleurs. Mais pas pour lui, car il est tombé si bas que plus rien ne peut plus l’atteindre. À la place, ils appellent les êtres réveillés de la Terre, les assistants à la mort et à la naissance – VOUS, qui êtes capables d’éprouver cette compassion véritable qui dépasse les frontières de la raison humaine, cette compassion emprunte du profond respect envers la Création et envers chacune des entités de cette Création, qu’elle soit appelée auteur/coupable ou bien victime.

C’est à vous, les intermédiaires entre le monde spirituel et le monde incarné, que les émissaires des sphères cristallines transmettent la volonté de l’Esprit cosmique. Puisque notre créateur est maintenant devenu coupable et est tombé dans des abysses encore plus profondes des ténèbres humaines, les “éveillés“ d’entre vous sont priés d’assumer pour lui un parrainage spirituel, un parrainage d’amour. Celui-ci maintiendra un certain temps le lien fraîchement déchiré, le cordon vital spirituel entre l’Esprit supérieur et l’esprit inférieur du coupable, et le remplacera, jusqu’à ce qu’il reconnaisse lui-même l’amour contenu dans son geste et qu’il puisse se relever dans sa lumière.

Soyez des parrains d’amour spirituel pour les auteurs/coupables de votre société. Ayez conscience que leurs décisions et leurs actes constituent vos expériences – depuis 2005, moment à partir duquel le CŒUR-UN a recommencé de régner sur la Terre, vous ré-unissant tous les uns aux autres. Aussi longtemps que vous maintiendrez d’autres personnes la tête baissée, vous ne pourrez vous élever vous-mêmes. En les relevant, vous ressuscitez.

Riche récolte

Revenons sur la Terre, sur les lieux du crime. À l’acte auquel deux personnes seulement ont participé, des milliers de gens viennent maintenant s’ajouter: les concernés et les proches, les enquêteurs et investigateurs, les voisins et les patrons de travail, les juges et les exécuteurs, les gardiens et les assistants sociaux, les psychologues et les journalistes, les médias et les millions de spectateurs. Une seule émission d’informations, une seule édition de journaux crée des millions de nouveaux juges à l’échelle mondiale, des millions de gens remplis de haine et de peur, de doutes et d’envie de vengeance – des millions de nouvelles victimes et nouveaux coupables.

Le Démon qui est à l’origine de cette danse déferlante et qui a contribué à rendre le crime possible peut maintenant sauter sur des millions de personnes qui ressentent ce qu’il est: la haine, l’impulsivité et la destruction, la peur, le désarroi et la culpabilité. Voilà que la voie d’accès vers ces gens est ouverte. Ils sont tous en résonance avec lui et il retrouve là une quantité incroyable de nourriture, grandit et se développe rapidement, et redevient capable d’initier de nouvelles danses de mort. Il n’a fallu qu’un instant au Terrifiant des ères passées pour se réveiller et pour développer sa force envers deux êtres humains – juste envers ces deux personnes, après l’autorisation et la prise de décision spirituelle.

Le Démon a été obligé d’assumer ce service et il aurait pu s’en retrouver reconnu et rédempté. Mais des millions d’humains ne voient que par leur vision humaine, ne ressentent qu’en tant que victime, ne pensent qu’en tant que coupable. Ce faisant, ils accueillent le Démon en eux et le laissent se réveiller également dans leur vie. Une seule émission d’information suffit pour étendre le Démon au monde entier, au lieu de simplement le libérer par un acte d’amour. Quelle récolte pour les Ténèbres – voilà la vraie pollution de votre environnement!

Mais il existe encore d’autres participants. Revenons aux canaux spirituels que les anges et les maîtres ont aménagés vers l’extérieur à partir de la sphère fermée des lieux du crime: vers les nombreuses sphères extérieures dans lesquelles les énergies de souffrance déclenchées dans l’ici et maintenant sont canalisées et recueillies pour y être transformées. Ce sont des canaux de lumière conduisant aux corps de Lumière et aux cœurs de Cristal des êtres éveillés.

Ces êtres éveillés sont des humains dont l’Esprit supérieur est déjà descendu dans le corps et y agit. Ce sont ces humains-là, ceux qui sont en mesure d’aimer vraiment, dont l’amour supraterrestre ne fait plus de différence entre les auteurs/coupables et les victimes, entre les démons et les maîtres, entre la Lumière et l’Obscur. C’est vous qui “versez des larmes pour chaque humain que vous n’avez jamais rencontré sur la Terre“ (extrait du cahier Nr. 10 – non encore traduit de l’allemand – “Effleurement dans la souffrance“).

Vous, les humains aimant, vous recevez en vos cœurs les énergies du crime déjà trois jours avant l’acte lui-même, dès le moment de l’autorisation de cet acte par l’Esprit supérieur. Parcourant des milliers de kilomètres, les vagues de souffrance et de choc de cet acte tourbillonnent et dansent autour de la Terre en quête de délivrance. Elles circulent et pénètrent droit en vos corps de Lumière (voir leçon 5), car vous aussi êtes en résonance: avec les anges et les entités spirituelles, l’Esprit supérieur de l’auteur/coupable et de la victime, avec l’acte d’amour de la mort sur la Terre et de la naissance dans les sphères spirituelles.

Ces vagues de souffrance et de chaos se délivrent au contact de votre Lumière du Cœur transformatrice, mais vous précipitent encore – tant que votre corps de Lumière est encore instable et que vous croyez encore en votre propre imperfection, en votre culpabilité et votre état de victime – dans les abysses insondables des Ténèbres. Certains d’entre vous se voient pleurer des journées entières ou être profondément perturbés ou traumatisés sans savoir pourquoi. Maintenant vous le savez! Et cela aussi représente une riche récolte – une récolte de Lumière, la vraie purification et élévation de votre environnement.

Ce sont vos cœurs qui décident

En deçà de l’espace et du temps, vos cœurs participent à chaque acte de ce style, à chaque mort de ce type, à chaque passage dans l’au-delà et à chaque naissance dans les sphères spirituelles. Vos cœurs sont reliés les uns aux autres et conçus de telle façon qu’ils ne peuvent jamais rester indifférents quand quelque chose se passe dans le monde.


Vous provenez du CŒUR-UN et vous y refondez en retour (voir notre “Nouvelle histoire de la Création“). Depuis 2005, le CŒUR-UN est de nouveau présent sur la terre et travaille à votre refusionnement. En correspondance avec votre décision personnelle, soit vos cœurs portent encore la bannière du Terrifiant et le propagent, ou bien ils portent la flamme de la Lumière et la font s’élever. Vos cœurs ne battent pas uniquement pour vous-mêmes, mais pour l’humanité toute entière – depuis le début de tous les temps et jusqu’à leur fin.

Peut-être êtes-vous déjà si désabusés que vos pensées et vos sentiments ont cessé de prodiguer tout blâme ou toute bénédiction. Vous vous maintenez en dehors, vous vous résignez et basculez dans la dépression et le coma psychiques. Mais la désillusion et la résignation sont aussi des forces obscures qui renforcent vos sphères grises. Décidez du type d’entités non incarnées que vous voulez laisser agir à travers vous: les entités ténébreuses de la captivité ou les entités lumineuses de la libération.

Décidez du style de mondes que vous voulez laisser grandir par votre attitude intérieure, à l’extérieur et en vous-mêmes: les mondes gris ou les mondes cristallins. Décidez si vous voulez juger, et par là renforcer, les démons et les auteurs/coupables ou si vous voulez les aimer – et ainsi les délivrer et vous délivrer vous-mêmes.

Décidez du style de contact que vous souhaitez permettre: la forme obscure de la vengeance et de la condamnation ou la forme lumineuse de la miséricorde et de la bénédiction. Décidez si vous voulez aimer ou haïr. Décidez si vos cœurs doivent rayonner la Lumière électrisante ou propager l’Obscur magnétisant.

Car vous ne pouvez choisir qu’entre ces deux options. Vous ne vous êtes pas aménagé d’autre possibilité. Quel que soit ce que vous ressentez, vous le rayonnez. Cela transforme le monde et vous revient de la même façon avec une envergure toujours plus grande. La récolte est assurée. Décidez si ce doit être une récolte obscure ou lumineuse.

Eh bien, chers êtres aimés, ce Démon-là fut reconnu et délivré quelques jours après l’acte du meurtre. Cette victime-là est arrivée dans les mondes cristallins et ce coupable-là a obtenu un parrainage spirituel et une assistance qui perdurent encore aujourd’hui puisque, encore en prison, il reçoit régulièrement de la visite et jouit de possibilités de dialogues.


Mais il en existe d’autres qui attendent votre grâce et votre compassion. Il existe encore beaucoup de victimes potentielles de par le monde qui n’ont plus besoin d’auteurs/coupables ou de démons, mais qui voudraient résoudre leurs problèmes de manière différente et plus douce, véritablement. Nous offrons notre assistance à chaque parrain et rédempteur parmi vous, pour agir à vos côtés. Ainsi nous sommes, nous aussi, en compassion profonde dans cette action créatrice, en union avec chacun d’entre vous – en amour profond et profond respect.

Je Suis Saint Germain.

St. Germain transmis par Sabine Wolf
Série Enseigneurs


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation




Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partgeant les articles que vous ave aimé. En achetant vos livres sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
Sed consequat. porta. libero. justo Praesent luctus id lectus commodo nunc tempus
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :