Divulgation cosmique

Des manuscrits « sur les OVNIs et les extraterrestres » trouvés au Vatican

L'histoire d'un génie russe qui a fait des révélations époustoufflantes.

Le Professeur Genrikh Mavrikiyevich Ludvig était un scientifique russe hautement qualifié, détenu des camps de concentration de Staline. Il était un philosophe, érudit des langues anciennes, un architecte audacieux, un enseignant, mais surtout un libre penseur qui a vécu durant l’épouvantable période communiste et durant laquelle il fut torturé et trahi.

Il possédait d’incroyables compétences et connaissances linguistiques (il parlait couramment 20 langues, y compris les langues anciennes), des idées et certaines croyances qu’il forgea au travers des années de souffrance et des épreuves. Il fut dénoncé aux services de renseignement.

L’histoire de Ludvig a été révélée dans un journal russe populaire, le « Sovershenno Sekretno », en 2011. L’article était intitulé « Les mondes du professeur Ludvig », écrit par Vladimir Kuch Ariants. L’auteur décrit Ludvig comme obèse, chauve, avec un front énorme et une barbe scandinave. Il a souvent eu des ennuis avec le régime de Staline et a été déclaré par l’Agence fédérale soviétique comme étant un agent de contre-espionnage du Vatican. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé dans des camps de concentration en 1938.


Le journaliste se souvient de la première conférence du scientifique en 1960, qu’il a trouvée intéressante au début puis déroutante pour tout le monde, mêlant linguistique ancienne et médiévale, histoire et architecture, symbolisme des plantes, types de labyrinthes et phénomènes.

Bien que l’auteur ait été l’élève de Ludvig et qu’il ait fait de nombreuses recherches sur lui, on ne sait toujours pas qui il était vraiment, et il est même considéré comme un mystique. Il a écrit qu’après l’avoir rencontré, sa vie a changé et qu’il a vu le monde sous un angle différent.

Ludvig eut la chance d’étudier certains manuscrits anciens, durant son séjour dans la bibliothèque du Vatican (dans les années 1920). Les affirmations du scientifique proviennent directement de la lecture des archives secrètes du Vatican.

Il y a 53 000 étagères avec 35 000 volumes de catalogues et de documents datant de 12 siècles. Les archives font l’objet de légendes historiques. Les documents conservés sont délivrés à l’âge de 75 ans au moins.


L’accès de Ludvig à la bibliothèque du Vatican

Dans les années 1920, le professeur Ludvig a eu accès à la bibliothèque du Vatican. Il y a lu d’anciens manuscrits qui pourraient peut-être changer le cours de l’humanité. Il a affirmé avoir trouvé plusieurs textes sur les codes anciens, l’alchimie et d’autres choses sur les OVNI et les extraterrestres qui ont visité la Terre dans les temps anciens.

Selon lui, il a lu des textes sur l’influence extraterrestre sur diverses civilisations anciennes, telles que les civilisations égyptienne et maya. C’est ainsi qu’il a commencé à étudier la civilisation maya.

Ludvig a traduit des symboles qui se sont avérés être des vaisseaux spatiaux et des combinaisons spatiales. Il a également trouvé des traces historiques de l’utilisation d’armes nucléaires dans l’Antiquité et a montré ses images des murs de la forteresse de Babylone, fondus par une température trop élevée jusqu’à 1,5 mètre de hauteur. Il s’intéressa aussi la civilisation étrusque.

Le scientifique était très intéressé par la civilisation sumérienne et la connaissait très bien. On ne sait pas d’où les Sumériens sont arrivés en Mésopotamie, mais au milieu du quatrième millénaire avant J.-C., ils ont connu une évolution soudaine.

À un moment donné, ils ont appris à construire des villes, à les fortifier et à créer les premiers systèmes d’irrigation complexes du monde. Ils ont inventé la roue et le système d’écriture, qui était d’abord pictographique, c’est-à-dire que les objets individuels étaient représentés sous forme de dessins. Les plus anciens textes comportant ce système datent d’environ 3 200 ans avant Jésus-Christ.

En outre, le professeur Ludvig a mentionné que la bibliothèque du Vatican contenait des manuscrits sur l’alchimie et les anciens codes.

Vieilles controverses liées

Le professeur Ludvig n’était pas un homme ordinaire. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a travaillé comme architecte, ingénieur d’études et inventeur. De 1941 à 1943, il compte 17 inventions militaires à son actif. Il a été reconnu par les théoriciens et les chercheurs.

En 2016, Wikileaks a publié des milliers d’emails liés au président de la campagne d’Hillary Clinton, John Podesta. Les emails ont révélé des informations classifiées partagées avec Podesta sur les OVNIs et les extraterrestres.

En 2015, Podesta a reçu des courriels d’Edgar Mitchell exprimant son inquiétude concernant l’armement spatial et son impact sur l’ETI. Selon ces fuites, le Vatican, l’une des plus hautes autorités du monde, a connaissance de l’existence d’extraterrestres. L’astronaute a écrit :

« Ma collègue catholique Terri Mansfield sera également présente pour nous informer sur la connaissance de l’ETI par le Vatican. Un autre collègue travaille à l’élaboration d’un nouveau traité sur l’espace, citant la participation de la Russie et de la Chine. Cependant, avec l’ingérence extrême de la Russie en Ukraine, je pense que nous devrions chercher une autre voie vers la paix dans l’espace et le PPE sur Terre.

Les informations les moins corroborantes disponibles sur Ludvig suscitent un certain scepticisme. Mais avait-il vraiment accès aux manuscrits du Vatican ?

Lorsque le NKVD (ancien KGB) cessa en 1938, le professeur Ludvig fut accusé d’être un espion du Vatican (mais aussi des côtés polonais, allemand et américain). Il survécut aux camps de concentration et de torture.  Ludvig possédait des secrets concernant des herbes. Il fut même sollicité pour soigner l’épouse du commandant du camp de concentration où il était prisonnier. Il entretenait une grande amitié avec un autre immense et très talentueux scientifique russe, Alexander Chizevsky.

Ludvig est décédé en 1973. Il possédait une intelligence fantastique, et fit des découvertes incroyables.

Notons d’étranges similitudes entre les destins de génies tels que Nicolas Tesla par exemple et Genrikh Mavrikiyevich Ludvig, ou même d’autres érudits doués d’une certaine conscience (domaine médical pour Ludvig et l’énergie libre pour Tesla), et ceci malgré le fait qu’ils contribuèrent à créer involontairement et indirectement des armes de destruction massive (Arme à énergie dirigée et Haarp pour Tesla et un lanceur de bombes, etc. pour Ludvig).

Les archives secrètes du Vatican, découvertes grâce à l’intelligence artificielle

Vidéo VOSTfr

Ce qu’il faut comprendre à propos des secrets,  c’est que jusqu’à ce qu’ils soient révélés, ils restent sur le territoire du fabuleux. Toutes les conjectures sont possibles, des plus futiles aux plus extraordinaires. Et plus la sécurité qui entoure le secret est grande, plus il y a de chances que quelqu’un invente une histoire fantastique, presque toujours sans aucun fondement.

Un secret non révélé est toujours plus intéressant car il ne déçoit pas. Et si l’institution dont il s’agit est déjà un terrain fertile pour les conspirations, avec derrière elle une histoire ancienne à moitié connue, nous sommes déjà dans le domaine de la fiction, qui n’est rien d’autre que l’envers de la réalité. .

Pendant des siècles, les archives secrètes du Vatican ont été l’un des endroits les plus mystérieux de la planète. Ses 85 kilomètres d’étagères situées dans un bunker sous le Cortile della Pigna dans les musées du Vatican conservent douze siècles de documents de l’Église catholique, certains d’entre eux aussi importants que le procès-verbal du procès contre Galileo Galilei ou le parchemin par lequel l’Ordre de le temple a été accusé.

Même maintenant que les archives sont à la disposition des savants et des chercheurs et que l’Église elle-même a pris sur elle de préciser que le terme secret (du latin secretum) fait référence à la nature privée de ce qui y est conservé (certains suggèrent que la traduction correcte serait « archives privées du pontife »), il y a encore ceux qui s’imaginent que dans ces vieux dossiers il y a des preuves de la présence d’extraterrestres parmi nous ou la confirmation que Jésus-Christ a eu des enfants et qu’il est possible d’identifier leurs descendants.

Des secrets existent dans les Archives. Ils existent… mais pas comme le voudraient certains. Ce que peu savent, c’est que l’une des raisons du secret des fichiers est leur mauvaise lisibilité. Il s’agit pour la plupart de documents très anciens, qui n’ont jamais été numérisés et dont les originaux sont écrits en latin médiéval. En d’autres termes, pour consulter l’un d’entre eux, vous devrez obtenir une autorisation, vous rendre à Rome et vérifier chacune des étagères pour trouver ce que vous voulez (en supposant que vous ayez déjà une connaissance préalable de la langue). Une tâche qui prendrait plusieurs vies.

Aujourd’hui, grâce à un programme d’intelligence artificielle développé par des chercheurs de l’Université Roma Tre, ce travail peut être facilité, aidant à produire de nouvelles lectures et interprétations de collections très pertinentes pour l’histoire du monde. Elena Nieddu, l’une des chercheuses impliquées dans Codice Ratio, le nom du projet, souligne la valeur des documents puisque beaucoup d’entre eux n’ont jamais été transcrits auparavant. Et il révèle que la nouveauté de son approche est que « nous utilisons l’intelligence artificielle, en particulier l’apprentissage automatique et les réseaux de neurones pour reconnaître les caractères individuels ». Une technique qui différencie votre projet de l’OCR habituel qui reconnaît des mots entiers au lieu de lettres.

Nieddu travaille aux côtés de Paolo Merialdo, Donatella Firmani et Serena Ammirati, également de Roma Tres, Simone Scardapane de La Sapienza et Marco Maiorino des Archives du Vatican. Cette équipe de spécialistes est rejointe par un groupe important de lycéens qui, grâce à une application web développée par les chercheurs, aident à identifier les différents caractères afin que l’intelligence artificielle puisse apprendre à les distinguer par elle-même. Merialdo espère que son travail servira à rendre ces documents plus accessibles à tous, mais aussi, bien sûr, à « découvrir quelque chose que les historiens n’ont pas vu jusqu’à présent ».


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 15 931 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page