Divulgation Cosmique

Rudolph Hess et les Secrets Nazis. De l’Antarctique au Quatrième Reich


Joseph P. Farrell a écrit de nombreux livres sur les secrets du Troisième Reich nazi et sa continuation dans une cabale mondiale d’un Quatrième Reich caché par les machinations et les dispositifs politiques de ce corporatisme fasciste.

Dans un de ses livres, Farrell se concentre sur la manière dont cela s’est déroulé dans la vie de celui qui fut un temps le vice-führer d’Adolf Hitler, et qui était le troisième à devenir chef d’État et de gouvernement après Hitler et le Reichmaschall Herman Goring. Une grande partie du livre de Farrell est centrée sur le vol mystérieux de Rudolf Hess le 10 mai 1941 vers la Grande-Bretagne, les questions entourant les motifs du vol, la possibilité d’un double de Hess, son emprisonnement à la prison de Spandau, sa mort et son meurtre possible, son comportement incohérent et bizarre au procès de Nuremberg, et les plans nazis pour compléter un accord d’annexion allemand sur la propriété de l’Antarctique par le Reich.

Hess et les Pingouins : L’Holocauste, l’Antarctique et l’étrange cas de Rudolf Hess

Poursuivant ses enquêtes sur les machinations de la Seconde Guerre mondiale, les accords internationaux secrets, les civilisations séparatistes et les guerres cachées en Antarctique, l’auteur et chercheur Joseph P. Farrell examine le mystère persistant de Rudolf Hess, sa fuite soudaine vers l’Écosse, son emprisonnement supposé à la prison de Spandau à Berlin et comment son vol a affecté les affaires en Europe, en Israël, en Antarctique et ailleurs. Farrell se penche sur la mission de Hess de faire la paix avec la Grande-Bretagne et de se débarrasser d’Hitler, même un complot visant à envoyer Hitler en Grande-Bretagne pour être capturé !

Que savaient Gaoring et Hitler du complot subversif de Rudolf Hess et qu’est-il arrivé à Hess? Pourquoi un sosie a-t-il été mis à la prison de Spandau puis « suicide »? Les Britanniques ont-ils utilisé une forme précoce de contrôle mental sur le double de Hess ? John Foster Dulles de l’OSS et de la CIA s’en doutait. Farrell découvre également la mort étrange du fils de l’amiral Richard Byrd en 1988, à peu près au même moment de la mort de Hess. Quel était le lien de Hess avec l’Antarctique ? C’est Farrell à son meilleur qui découvre les opérations spéciales et les activités encore secrètes de la Seconde Guerre mondiale et de la civilisation séparatiste.

Adolf Hitler et Rudolf Hess

« …le désordre de Hess est en effet un colossal, gigantesque désordre inexplicable », dit Farrell. « Il n’y a pas de réponses faciles ici : il n’y a que des synchronicités inconfortables et des questions embarquées sur l’absurde et le bizarre, et des scénarios spéculatifs dont le balayage et la portée sont vraiment immenses, bizarres et horrifiants. » (p. 256)

« Ainsi, l’aspect le plus désordonné du ‘désordre de Hess’ est qu’il échappe à tout contrôle, sauvagement et très rapidement, dans des associations et des relations avec le contrôle mental, » dit aussi Farrell, « l’Antarctique, l’Atlantide, dans des conspirations de doubles et de doubles-croix, et dans des légendes et mythes étranges, que Hess, pas étranger à l’occulte, et en tant qu’adjoint d’Hitler dans le parti nazi, connaissait très certainement. » (p. 7)

Farrell présente au lecteur ce que l’on pourrait qualifier de « Spandau Hess »  ( de la prison de Spandau) avec des événements impliquant son impression et le meurtre possible soit du « vrai » Hess, soit d’un sosie de substitution.

S’appuyant sur des chercheurs tels que Peter Radfield et d’autres, Farrell soupçonne plusieurs des gardiens et l’infirmière Aballah Melaouchi, ainsi que plusieurs aides-soignants qui pourraient avoir été impliqués dans le meurtre possible. Il est fait mention d’un cordon électrique et de probables marques de strangulation sur le cou de Hess.

Prison de Spandau – 1951

Le fils de Hess, Wolf Rudiger Hess, a également mis en doute les divergences concernant la mort de son père. Le pathologiste britannique et professeur de médecine légale, J.M. Cameron, a été choisi pour effectuer les autopsies, et il avait également trouvé une note de suicide. Wolf Hess a demandé sa propre autopsie de son père qui indiquait une probable strangulation. Hess a essayé de voir son père, dit Farrell, mais a été bloqué, n’étant autorisé à voir son père qu’à travers une porte ouverte et recevant des réponses étranges et sceptiques de la part de son père.

« …nous avons constaté qu’il existait des liens inhabituels et possibles entre Ewen Cameron, le psychologue qui allait devenir un élément central du programme de contrôle mental MK-Ultra de la CIA d’après-guerre, dit Farrell, et qui était le médecin même qu’Allen Dulles avait fait venir pour examiner ‘Hess’ à Nuremberg… Premier exemple, et le plus célèbre, de contrôle mental jamais enregistré. » (pp. 89, 92, 93, 253) .

« Un tel comportement est caractéristique des victimes d’expériences et de techniques de contrôle de l’esprit, poursuit Farrell, et ce n’est pas la dernière fois que nous rencontrons ce sujet avec le Mess Hess, loin de là, comme nous finirons par le découvrir, c’est une caractéristique constante et flagrante de l’affaire. » (p. 47)

Pourquoi Hess a-t-il fui l’Allemagne lors de son vol du 10 mai 1941? 

Wolf Hess a parlé des drogues qui altèrent l’esprit dans la mort de son père, aussi bien qu’un affidavit mystérieux daté du 22 février 1988, disant de certaines conclusions sur « les services secrets occidentaux ». Le document parle d’assassinat politique, selon Wolf, dans ce que Farrell appelle le « complexe militaire, de renseignement et de sécurité nationale. » (pp. 50-54)

Une grande partie du mystère Hess a commencé dans le passé de Hess. En 1919, Hess a rejoint la Thule Society qui est un filon antiémétique et quasi-occulte à Munich, en Allemagne. La Société avait sa propre armée Kampfbund. Un membre connu était Dietrich Eckart qui a aidé à formuler les théories nazies sur le blanchiment d’argent et les fonds X selon lesquelles «l’argent sans dette contourne les banques centrales…»

Le Barron von Sebottendorff avait étudié le complexe de Gizeh et les doctrines de l’Islam ésotérique ainsi que les croyances de Lanz von Liebenfels et Guido von Lest.


Ces pratiquants avaient la croyance de la pureté aryenne dans laquelle les aryens étaient dispersés du pôle Nord. On pense que Hess a lui-même abrité ces croyances au sein du Parti, bien qu’il lui ait été interdit de parler de ce contexte doctrinal lors de son procès à Nuremberg.

S’appuyant fortement sur les recherches de Picknett, Prince et Prior’s Double Standards: The Rudolf Hess Cover-up et W. Hugh Thomas, The Murder of Rudolf Hess, et d’autres recherches telles que Wolf Hess, le fils de Hess, Who Murdered My Father, Rudolf Hess ? , Farrell examine le comportement bizarre de Hess au cours de son arrestation, son procès à Nuremberg et l’utilisation possible du contrôle mental et même d’un « double » de Hess. (pp. 38-50, 113-115)

L’un des soupçons était que le vol du 10 mai 1941 de Hess vers la Grande-Bretagne était l’occasion d’« ouvertures de paix » et l’opposition de Hess à l’opération Barbarossa, dit Farrell.

Un autre facteur peut avoir été une prophétie et un aperçu d’une bombe atomique allemande qui aurait finalement explosé vers octobre 1944.

Le vol de Hess peut également avoir été pour « sceller l’accord » des négociations de paix commencées en Suède, en Suisse et en Espagne (John Harris, Richard Wilbourn, Rudolf Hess: A New Technical Analysis of the Hess Flight. Farrell fait référence à des réunions secrètes avec le général Karl Haushofer et son fils Albrecht qui concernaient une « fusion » des États-Unis avec la Grande-Bretagne.

La théorie la plus surprenante concernait « un coup d’État coordonné » qui devait renverser les deux gouvernements, la Grande-Bretagne et l’Allemagne. (p. 132-146)

PLUSIEURS RAISONS

La « faction de la paix » possible derrière Hess était Sir Samuel Hoare, Lord Beaverbrook, le renseignement étranger britannique MI-6 Sir Stewart Menzies, des groupes tels que le « Bright Club », « The Link » et d’autres factions pro-paix. Il y avait des sujets tels que l’expansion allemande du Lebensraum ou l’affichage du problème juif et une possible « patrie juive ».

Farrell soupçonne qu’une sorte de plan ou de stratagème a été mis en place pour un « gouvernement de coalition plus modéré ». (pp. 166-176) Cela aurait pu évoluer vers un « complot bilatéral international de coup d’État » d’une « trahison de facto et de jure » de Hoare-Hess. (p.173)

« Hess était non seulement capable d’être impliqué dans un tel stratagème, mais il y a peut-être eu une campagne de propagande calme et inquiète », dit Farrell « pour préparer le peuple allemand ou sa prise de pouvoir avec un gouvernement de coalition plus modéré, peut-être un, comme nous l’avons vu, y compris Gôring. (p.176)

Farrell explore plus avant que le « plan de paix » de Hess ait pu être un mécanisme pour « avertir » également les Britanniques de la « solution finale » imminente des Juifs (p. 224).

Farrell énumère les divulgations de Max Nordau (Pre-World-War-One), Rabbi Stephen Wise (Pre-World-War-One), Ben Hecht et Robert John (Pre-Hitler) mentionnant six millions de Juifs ou de personnes (p . 228).

La « question juive » a été abordée par Wolf Hess, le Programme Halifax, le mouvement sioniste, Lord Victor Rothschild et la Société des apôtres, dans ce qui semblait être un travail préparatoire principalement pour « l’Holocauste ». Il a même été question de trouver des parcelles de terre vers lesquelles les Juifs pourraient migrer en toute sécurité.

Tout cela semble être des « débris dans la casse du mess Hess » (p. 232).

Une autre pièce du puzzle semblait être un livre occulte que Hess a pris lors de son vol appelé le Livre noir de Laoughcrew qui parlait d’objets sacrés et de trésors enfouis.

Farrell soupçonne en outre Heinrich Himmler et Rudolf Hess d’avoir en fait fait partie d’un complot d’assassinat d’Hitler. « … la condition sine qua non de toute paix négociée en Occident était la destitution d’Hitler du pouvoir », déclare Farrell.

EN SAVOIR PLUS SUR HESS ET SON  DOUBLE

Farrell explore davantage la possibilité d’un « double de Hess », comme le raconte le livre de W. Hugh Thomas, Le meurtre de Rudolf Hess. À titre indicatif, « Spandau Hess » n’avait pas de cicatrices de guerre, et ce nouveau Hess était un fumeur.

Allen Dulles, chef du statut de l’OSS à Zurich et plus tard directeur de la CIA ainsi que le membre notoire de la commission Warren sur l’assassinat de Kennedy, a demandé à l’expert en « contrôle mental » de MK-Ultra, le Dr Ewen Cameron, d’examiner Hess.

Divers auteurs proposent que Hess était une expérience candidat mandchoue contrôlée par l’esprit (pp. 90-91). La théorie alternative était que quelqu’un jouait le rôle d’un double convaincant. Étonnamment, Ewen Cameron était apparentée au Dr James Malcolm Cameron qui a effectué l’autopsie de Hess.

« … Hess a finalement été amené à la Tour de Londres dans des conditions d’extrême secret, où il est resté brièvement, pendant laquelle il a été drogué… Le comportement mental et émotionnel de Hess a semblé se détériorer considérablement… Hess qui est retourné à Nuremberg en 1945 n’avait pas les peur des blessures de la Première Guerre mondiale signifie qu’à un moment donné pendant son séjour en Grande-Bretagne, un double a été substitué au vrai Hess, qui est resté à leur avis en Écosse… un certain nombre de raisons pour la création et le remplacement d’un double… » ​​(pp . 194, 196)

FAÇADES ANTARCTIQUE

« … Il est prouvé que la mission de Hess était bien plus qu’un simple plan soumis à l’examen de la Grande-Bretagne, un plan abordant tous ces sujets, des bombes atomiques à la ‘question juive' », dit Farrell, « de la paix et de l’ordre européens à l’Antarctique, pour examen. » (pp. 85-86)

L’Allemagne nazie a toujours eu un intérêt inclusif pour l’Antarctique depuis l’expédition d’Hermann Goring du 9 mai 1938. L’expédition de Gôring était une première étape pour « annexer » l’Antarctique à la propriété du Reich, et qu’une utilisation d’après-guerre était réservée au continent : l’Allemagne « revendiquait l’Antarctique » (p. 240).


Cette manœuvre a été rejetée par le gouvernement norvégien, et ce « différend » a peut-être surgi dans le « mess de Hess ». Picknett, Prince et Prior soupçonnaient que le vol de Hess avait également pour but de « régler les questions » de propriété de l’Antarctique (pp. 250-251).

Les États-Unis ont également été mêlés au mystère de l’Antarctique lorsqu’une opération High Jump a utilisé plus de quatre mille personnes, un porte-avions, un sous-marin, des hélicoptères et des équipements spéciaux pour enquêter sur le continent.

L’amiral Richard Byrd était le chef de l’opération et était accompagné de son fils, Richard E. Byrd, Jr. Les autres personnes impliquées dans l’opération étaient les contre-amiraux Good et Cruzen, le vice-amiral Forrest Sherman, le chef d’état-major de la flotte navale, l’amiral Chester Nimitz, et le secrétaire à la Marine James V. Forrestal, qui devint plus tard secrétaire à la Défense.

L’opération High Jump avait pour destination QueenMaudland/Neu-Schwabenland décrite comme une manœuvre d’« encerclement de conquête » ainsi qu’une « attaque sur trois fronts » (p. 241-242)

La mort du fils de l’amiral Richard Byrd, Byrd Jr., s’est produite bizarrement en septembre 1988 (alors qu’il se rendait à un dîner commémoratif pour son père), peu de temps après avoir été vu en compagnie d’un homme non identifié. Byrd Jr. avait accompagné son père lors de l’expédition de 1947 (pp. 247-248).

Farrell est sceptique quant à la théorie de plus en plus populaire selon laquelle une « forteresse » du troisième/quatrième Reich nazi a été établie dans les entrailles des terres incultes de l’Antarctique, car il dit qu’il ne pense pas que cela soit mécaniquement possible, indiquant les problèmes que les Américains ont rencontrés dans le projet Iceworm. et le projet Century au Groenland. Farrell, cependant, dit que les Américains cherchaient effectivement quelque chose (p. 245).

Il y a une certaine contradiction et dissidence pour le scepticisme de Farrell, comme le compte rendu d’un journal chilien d’une attaque d’OVNI dont ont été témoins les membres de l’opération High Jump ; aussi les croyances du regretté enquêteur Jim Marrs qui a écrit de manière si vivante sur l’Antarctique et son occupation nazie.

D’autres chercheurs pensaient que les nazis avaient découvert des bouches thermiques et d’autres raisons d’établir une base en Antarctique.

UN MYSTERE COLOSSAL ET INEXPLICABLE… GIGANTESQUE!


« … le mess Hess est en effet un gâchis colossal et gigantesque inexplicable », déclare Farrell. « Il n’y a pas de réponses faciles ici : il n’y a que des synchronicités inconfortables et des questions qui abordent l’absurde et le bizarre, et des scénarios spéculatifs où le balayage et la portée sont vraiment immenses, bizarres et horribles. » (p. 256).

« … l’affaire est une course folle en montagnes russes à travers une salle des miroirs enfermée dans un brouillard d’obscurcissement de la demande et de la demande reconventionnelle et un récit mal confisqué et contradictoire », dit Farrell, « un récit également recouvert d’affirmations néo-nazies sauvages d’après-guerre de La survie en Antarctique et les ovnis et les tentatives académiques habituelles pour les démystifier. (p. 5)

Farrell accorde beaucoup de crédit aux auteurs et chercheurs tels que William Stevenson, Gloria Vitanze Basile, Picknett, Prince et Prior, John Harris et Richard Wilbourn, Nicholas Goodrick-Clarke, Lynn Pickitt, Clive Prince, Stephen Prior, W. Hugh Thomas, Joscelyn Godwin. et plein d’autres..

L’accident d’OVNI nazi à Roswell

Joseph P. Farrell, qui a écrit plusieurs livres sur le maintien ou la progression d’un empire nazi (Reich) après la Seconde Guerre mondiale, projette ce thème dans Roswell et le Reich. Aussi documenté que soit le livre, on ne peut toujours pas s’empêcher de donner une crédibilité complète à sa théorie aussi facilement que Farrell le souhaite .


Farrell procède à une analyse minutieuse des principaux éléments de l’histoire de Roswell : les débris et les corps humanoïdes. Il tente de démystifier le scénario de l’existence d’un vaisseau spatial extraterrestre. Ce faisant, Farrell jette également le doute sur les affirmations des critiques selon lesquelles les débris de l’OVNI de Roswell étaient ceux d’un ballon normal équipé de radiosondes ou d’un ballon de reconnaissance Mogul plus compliqué.

Pour la plupart des gens, la description d’un ballon Mogul écrasé fonctionne tout à fait adéquatement, car le réseau de ballons était constitué de bâtons, de papier léger et d’aluminium, de scotch : ce qui ressemble assez à ce que décrivent l’agent de renseignement du CIC Sheridan Cavitt et les témoins de Roswell Bill Brazel, Sallye Strickland et Bessie Brazel-Schreiber : « …tissu…papier d’aluminium…cuir fin de gant de cuisine…semblable à du plastique…bâtons de cerf-volant…type bambou…semblable à du papier d’aluminium…semblable à du caoutchouc…un côté plus sombre…. »


Cependant, si l’on prend les témoignages au pied de la lettre (la dureté de la feuille et l’indestructibilité du matériau), alors, dit Farrell, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un objet ordinaire. Mais cela ressemble souvent à un jeu de mots.

Le livre rebondit d’une objection à l’autre, d’un argument à l’autre, balançant témoignages et descriptions de toutes sortes, pour finalement distiller une théorie selon laquelle un engin militaire inhabituel avait été inventé et s’était écrasé au Nouveau-Mexique, probablement une invention nazie par un groupe secret de renégats du Quatrième Reich ayant survécu.

Farrell élimine cependant assez facilement les témoignages sur les corps extraterrestres en se basant sur les erreurs, les parjures et les canulars des conteurs : si vous avez menti, sous quelque forme ou pour quelque raison que ce soit, votre témoignage est éliminé !

Malheureusement, la mention de corps humanoïdes étranges a été évoquée bien trop souvent pour que l’on puisse en éliminer la possibilité, malgré l’absence d’honnêteté cristalline des témoins. Par exemple, le croque-mort Glenn Dennis a été décrit comme un parjure, selon ses détracteurs, parce que l’infirmière « Naomi Seiff » était un nom de couverture que Dennis avait promis d’utiliser pour cacher sa véritable identité. Ce n’est pas une action ou une demande totalement déraisonnable, et cela ne peut certainement pas détruire tout ce qu’il a dit. Récemment, la fille de Dennis a également témoigné que l’armée était venue au magasin de Dennis en 1947 pour demander des « petits cercueils ».

Si les « incohérences » dans un témoignage étaient une excuse légitime pour effacer « toutes » les possibilités et « toutes » les preuves du témoignage de quelqu’un « entièrement », alors la thèse de Farrell devrait être expurgée pour ses incohérences. Par ailleurs, le fait de mentir pour protéger l’identité d’une source d’informations vitales pour des raisons de sécurité et autres (comme la protection des sources d’information et le sujet des dénonciateurs) n’est pas toujours mauvais.

LES CORPS QUI NE DISPARAISSENT PAS

Farrell pense avoir éliminé les cas de corps humanoïdes et réduit toutes les histoires à des allégations de matériaux exotiques, bien que ces matériaux ressemblent toujours étrangement aux bâtons, au papier d’aluminium et à la ficelle d’un ballon Mogul décrit par Sheridon Cavitt, Bill Brazel, Sallye Strickland et Bessie Schreiber.

D’une manière ou d’une autre, Farrell inclut toujours le témoignage d’un aéronef/vaisseau spatial à aile delta de type Horton, en forme de parabole – il veut simplement qu’aucun humanoïde ne soit impliqué, ce qui compliquerait sa conviction qu’une super arme nazie exotique mais fabriquée sur terre en est la source ; avec une proposition du type « débarrassons-nous des créatures », les super armes nazies seraient beaucoup plus faciles à emballer.

UN CHEVAL D’UNE AUTRE COULEUR

La question de savoir ce que la technologie nazie a accompli pendant et après la guerre est presque une question et un sujet à part.

La fin du livre évoque la fascination du Reich pour les inventions des frères Horton en matière d’avions furtifs et la poursuite, après la guerre, de la construction d’une flotte spatiale du Quatrième Reich et de son allégeance mondiale. (La Flotte Noire – Dark Fleet)

Le brigadier général George F. Schulgen a parlé ouvertement de « disques volants » le 30 octobre 1947.

Le général Nathan Twining a parlé de « disques volants ». Farrell pense qu’il s’agissait de « disques nazis » comme l’aboutissement des expériences du Dr Kurt Debus et du Dr R. Richter sur le stress du champ magnétique du plasma – la génération d’oscillations de fréquence de précision Lamor sur les atomes de lithium-7. Cela a été appelé la « guerre décisive » de la « Charite-Anlage ».

LE REICH CONTINUE

Farrell mentionne The Body Snatchers in the Desert de Nick Redfern, dans lequel le cas d’OVNI dépeint, selon certains, est à la base du crash de l’OVNI de Kecksburg, Pennsylannie, le 9 décembre 1965. D’autres disent que les engins ovnis aperçus le 29 décembre 1980 à Cash-Landrum étaient plutôt des expériences avec cette technologie.

Les États-Unis ont activement participé à la reproduction de cette technologie dans le cadre des projets Winterhaven et Sky Vaulty, ainsi que d’autres projets secrets.

En réalité, les chercheurs affirment que l’histoire est beaucoup plus complexe que ce bref historique ne le laisse supposer.

Elle remonte au baron Sebottendorff dans les années 1920 et à la création de la Thule Gesehschaft et de l’énergie Vril.

En 1936, cette société secrète germanique a découvert le crash d’un OVNI extraterrestre à Fribourg. Cela a conduit à de grandes avancées des nazis après la fin de la Seconde Guerre mondiale et à leur fuite en masse vers l’Amérique du Sud et les terres antarctiques revendiquées en 1931 par les Allemands dans le cadre d’un déploiement de drapeaux Prick décorés de croix gammées.

Cette terre devient la Base 211 et le neu-schwabeland de la Fondation antarctique allemande.

Des centaines de sous-marins U-boat allemands et de nombreux réfugiés s’y sont échappés sous le nom de Quatrième Reich: une réalité que les États-Unis ont tenté d’éliminer sans succès dans leurs opérations High Jump et Windmill en 1946-1948. L’amiral Richard Byrd a présenté un avertissement prudent en mars 1947 : « La possibilité d’une invasion du pays par des avions hostiles venant des régions polaires. »

LA FICTION PROPHÉTIQUE

La science-fiction en tant que prophétie a été l’aliment de base au cours des siècles.


L’article « Tomb Tapper » de James Blish, paru dans le numéro de juillet 1956 d’Astounding Science Fiction, mettait en scène un engin suspecté de s’être écrasé qui pouvait être soit un engin secret russe piloté par une fillette blonde de huit ans, soit un véritable pilote extraterrestre.

Le récit de John W. Campbell Jr. de 1938, Who Goes There (qui a ensuite fait l’objet d’un film en 1951 intitulé The Thing From Outer Space), racontait une histoire similaire sur la région polaire, un vaisseau spatial écrasé et une menace de conquête du monde.

Steve Erdmann



Que pensez-vous de cet article...? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation

Merci de votre soutien

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'expansion de la conscience planétaire. Amour, Confiance et Gratitude... Miléna



(Vu 9 fois, 1 visites aujourd'hui)

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :