Parapsychologie

Connexion entre le chamanisme et l’enlèvement extraterrestre

par BILL CHALKER

Baldwin Spencer et Frank Gillen, dans leur livre, The Northern Tribes of Central Australia (1904), ont fourni un récit classique d’une tradition extraordinaire. Un Aborigène, Kurkutji, a été attaqué par deux esprits, Mundadji et Munkaninji, dans une grotte:

« Mundadji l’a ouvert, jusqu’à la ligne médiane, a sorti tous ses entrailles et les a échangés contre ceux de lui-même, qu’il a placés dans le corps de Kurkutji. En même temps, il a mis un certain nombre de pierres sacrées dans son corps. Après que tout fut fini, le plus jeune esprit, Munkaninji, est venu et lui a redonné vie, lui a dit qu’il était maintenant un guérisseur et lui a montré comment en extraire des os et d’autres formes de magie maléfique. Puis il l’emmena dans le ciel et le ramena sur terre près de son propre camp, où il entendit les indigènes le pleurer, pensant qu’il était mort. Pendant longtemps, il est resté dans un état plus ou moins hébété, mais peu à peu il s’est rétabli et les indigènes ont su qu’il avait été transformé en guérisseur. Lorsqu’il opère l’esprit, Munkaninji est censé être à portée de main pour le regarder.

C’est une description saisissante de l’expérience initiatique d’un chaman aborigène australien.

AP Elkin a très justement qualifié ces personnes d’ « hommes autochtones de haut rang . ”


Il existe de nombreux récits de ce genre du passé, de l’époque récente, du présent et du monde entier. En outre, il existe de nombreux excellents ouvrages traitant du chamanisme, comme l’étude classique de Mircea Eliade, Le Chamanisme: et les techniques archaïques de l’extase et son analyse de la tradition australienne, Australian Religions ; The Catalpa Bow de Carmen Blacker : une étude des pratiques chamaniques au Japon ; La voie du chaman de Michael Harner ; les voix chamaniques de Joan Halifax ; Dreamtime & Inner Space de Holger Kalweit : Le monde du chaman ; Shamans Through Time édité par Jeremy Narby et Francis Huxley ; chamans du monde édité par Nancy Connor avec Bradford Keeney; et La beauté du primitif : le chamanisme et l’imagination occidentale d’Andrei Znamenski.

Mort et résurrection rituelles, enlèvement par des êtres puissants, éventration rituelle, implantation d’artefacts, ascensions aériennes et voyages dans des royaumes étranges, tutelle et illumination extraterrestres, autonomisation et transformation personnelles – ces phénomènes et bien d’autres sont des éléments récurrents de l’extraordinaire tradition chamanique.

Incroyablement, ces expériences aborigènes du monde entier partagent un lien impressionnant avec un étrange complexe d’expériences humaines qui ont attiré beaucoup d’attention depuis la fin des années 1960.

Les « visiteurs » de Whitley Strieber

L’un des récits les plus connus de ce miroir contemporain de la tradition chamanique est apparu en 1987 dans un best-seller qui s’est vendu à plus de quatre millions d’exemplaires dans le monde. L’histoire derrière cela a été transformée en film par le réalisateur australien Philippe Mora. Je fais référence au livre Communion de Whitley Strieber. Ses suites, Transformation (1988), Breakthrough (1995), The Secret School (1996), The Communion Letters (avec Anne Strieber, 1997), Confirmation (1998), Solving the Communion Enigma (2012), The Supernatural (avec Jeffrey Kripal , 2016) et Un nouveau monde(2020) ont poursuivi l’histoire de Whitley Strieber d’une prétendue «rencontre personnelle élaborée avec des êtres non humains intelligents» et ses tentatives pour comprendre le mystère.


L’histoire de Whitley Strieber émerge du point de vue de l’enlèvement extraterrestre d’OVNI. Quelle que soit sa réalité factuelle ou sa base physique, le récit de Strieber de ses expériences est l’une des expressions personnelles les plus puissantes du mystère de l’enlèvement d’OVNI.

Strieber décrit comment il a été emmené de sa cabine du nord de l’État de New York le 26 décembre 1985 par des «visiteurs» inconnus. Depuis les bois voisins, il se souvient avoir été emporté dans les airs et s’être soudainement retrouvé dans « une pièce ronde en désordre ». Des êtres étranges étaient là. Une chose semblable à une aiguille aurait été insérée derrière son oreille droite. Un objet gris et écailleux avec une sorte de réseau de fils au bout a été brièvement inséré dans son rectum. Une incision a été pratiquée sur son index droit. Il n’avait plus de souvenirs conscients au-delà de ce point.

Le souvenir de ce qu’il pensait être arrivé lui revint au cours des jours suivants. L’impact a été fracassant. Il pensait qu’il perdait la tête. Il a même envisagé le suicide. Au lieu de cela, il a été aidé par le chercheur sur les ovnis Budd Hopkins qui s’est arrangé pour qu’il voie un psychiatre, le Dr Donald Klein.

Les séances d’hypnose du Dr Klein ont fourni de plus amples détails sur l’épisode du 26 décembre 1985 et sur les expériences antérieures. Alors que Strieber fouillait plus loin dans son passé, il découvrit non pas des explications et des certitudes, mais plutôt plus de mystères. Il a conclu: « J’avais une relation avec eux, malgré le fait que je ne pouvais même pas être sûr qu’ils existaient. »

Au moment où l’expérience de décembre 1985 l’a submergé, Strieber a peut-être eu ce genre de rencontres au moins une douzaine de fois. Il s’est lancé dans un voyage intellectuel à travers le vaste OVNI et la littérature connexe, essayant de se débattre avec le mystère qui l’avait enveloppé.

Strieber décrit également comment d’autres personnes autour de lui ont été témoins des « visiteurs ». Un certain nombre de personnes qui ont séjourné dans sa cabine de New York auraient été témoins des « visiteurs ». Contagion sans fondement ou preuve de la réalité paradoxale des « visiteurs », vue par Whitley Strieber ? En tant que romancier à succès, Strieber a dû faire face à des affirmations selon lesquelles Communion et ses suites sont des œuvres de fiction intelligentes. Il insiste sur le fait que tout est vrai. Pour l’avoir rencontré et longuement discuté avec lui à plusieurs reprises, je pense qu’il est clair qu’il essaie de transmettre « l’impossible » du mieux qu’il peut.

Whitley Strieber estimait que les « visiteurs » représentaient « la plus puissante de toutes les forces agissant sur la culture humaine.

Il peut s’agir d’extraterrestres gérant l’évolution de l’esprit humain. Ou ils peuvent représenter la présence de l’esprit à un autre niveau d’être.

Peut-être que notre destin est finalement de quitter complètement le monde physique et de les rejoindre dans cette étrange hyper-réalité dont ils semblent émerger.

De plus, il s’est demandé « si le langage chamanique du symbole et du mythe offrirait un meilleur aperçu des motivations des visiteurs » ? Dans Transformation , Strieber contemple : « Comme les aspirants chamaniques d’autrefois, je serais forcé d’affronter la mort. » Une amie de Strieber, Dora Ruffner, a estimé que « l’expérience du visiteur était de nature initiatique – un voyage dans le monde souterrain ». Dans une interview pour le magazine Terror Australis , Strieber a suggéré « que le chamanisme est les vestiges brisés des premières tentatives de l’humanité pour contrôler ce phénomène (du visiteur) ».

Expériences génétiques Budd Hopkins et les ETs

Le domaine de l’ufologie a développé une gamme de positions sur les « enlèvements extraterrestres », mais le point de vue le plus populaire semble être celui du regretté chercheur Budd Hopkins, auteur de Intruders, Missing Time, Witnessed , et ( avec Carol Rainey) Sight Unseen, et ses mémoires Art, Vie et OVNIS .

Les « ravisseurs extraterrestres », selon Hopkin, étaient des extraterrestres et sont impliqués dans une sorte d’expérience génétique extraordinaire. Les êtres humains sont d’abord enlevés lorsqu’ils sont enfants. Une opération d’échantillonnage de cellules se produit. Celles-ci conduisent à suivre de près certaines personnes. Après la puberté, les ovules et les spermatozoïdes sont prélevés lors des enlèvements de suivi.

Le but de cette activité est « la fusion de matériel génétique humain et ‘alien’ pour la production d’une race hybride. »

Les hybrides sont ensuite apparemment amenés à terme dans des « pépinières » de laboratoire à l’intérieur de grands ovnis. Les contributeurs involontaires sont à nouveau enlevés plus tard et voient les résultats – de minuscules nourrissons ou enfants hybrides. Cette « présentation de bébé » bizarre implique apparemment que les personnes enlevées soient invitées à choisir et à tenir leur « progéniture » ​​dans une sorte d’expérience contraignante !

Dans le livre Phenomenon (1988) édité par Hilary Evans et John Spencer, Hopkins concède : « Je suis le premier à admettre la pure outrageance de telles idées, mais outrance ne signifie pas mensonge. Je trouve les preuves, malheureusement, convaincantes. J’ai toutes les raisons de conclure que ces expériences de reproduction « impossibles » ont effectivement lieu… Je suis convaincu que, pour le meilleur ou pour le pire, ces procédures génétiques sont au cœur du phénomène d’enlèvement d’OVNI.

Hopkins est crédité d’avoir placé les enlèvements au centre de l’étude et de la recherche sur les ovnis dans les années 1980. Il y a eu un débat furieux parmi de nombreux ufologues sur la légitimité de ces développements. Tous n’ont pas accepté que les revendications d’enlèvement étaient la clé du mystère OVNI. Beaucoup ont vu les histoires d’enlèvements comme une conséquence inévitable d’une réponse psychologique aux manifestations ostensiblement plus objectives de la «réalité» OVNI dominante. D’autres ont vu ces événements sous un jour plus positif, avec un aspect transformationnel. D’autres ont soutenu que la richesse de l’esprit humain et l’interaction dynamique avec les chercheurs sur les ovnis ont engendré ces récits, pas les extraterrestres.

Cependant, le mystère de l’enlèvement d’OVNI n’était pas simplement un artefact de quelques enquêteurs. Il est apparemment mondial dans ses dimensions. Le livre Abduction (1988) de la chercheuse anglaise Jenny Randles contient des détails sur plus de 200 rapports d’« enlèvements » de quelque 35 pays, aussi divers que le Zimbabwe, la Finlande, la Chine, l’URSS, le Tibet et l’Inde.

Des signalements ont lieu en Australie. J’ai moi-même enquêté sur de nombreux cas. Mon livre Hair of the Alien: DNA and Other Forensic Evidence for Alien Abductions(2005) ont examiné les expériences de Peter Khoury et l’échantillon de cheveux qui a donné des résultats fascinants. Cela m’a amené à développer ce que j’ai appelé « le paradigme de l’ADN extraterrestre », en me concentrant sur la possibilité de preuves d’une « intervention intelligente » génétique extraterrestre dans diverses cultures (en particulier les cultures indigènes) à travers le monde.

Il a été conduit par des endroits avec des activités d’étrangeté / percées élevées avec des OVNI, des phénomènes lumineux, des enlèvements extraterrestres, par des cultures qui présentent des revendications d ‘«êtres du ciel», divers phénomènes OVNI, par d’éventuels marqueurs ADN inhabituels au sein de ces cultures ou présents de manière sélective ou générique chez l’homme. ADN, et par lieux ou régions qui rassemblent chacun de ces facteurs (lieu « hanté » OVNI, culture médiée extraterrestre, aspects ADN).

John Mack et la psychologie de l’expérience extraterrestre

Les récits d’enlèvements extraterrestres sont devenus un élément central pour de nombreux chercheurs. Le regretté John Mack était un porte-parole puissant et éloquent d’un objectif transformationnel. Avec son livre de 1994 Abduction : Human Encounters with Aliens , et plus particulièrement son livre de 1999 Passport to the Cosmos : Human Transformation and Alien Encounters , il a signalé et tracé ses perspectives. Essentiellement, Passeport a présenté une vision chamanique de tout le mystère des enlèvements extraterrestres. Les aspects transformateurs du phénomène dominaient John Mack, et l’examen des dimensions physiques semblait secondaire ou même sans importance.

Le type d’informations sur lesquelles je me suis concentré, comme l’ADN, bien que non sans ignorer les corrélations chamaniques, peut-être en conflit avec les dimensions numineuses de l’hyper-réalité spéculée par John Mack pourrait être au cœur du phénomène d’abduction. Il semble que dans les enlèvements extraterrestres, Mack ait vu des affirmations de préoccupations et de perspectives importantes qu’il avait depuis un certain temps. Ils s’accordaient bien avec les problèmes transpersonnels et environnementaux qu’il défendait depuis un certain temps, certainement bien avant que les sirènes extraterrestres ne l’attirent dans leur étreinte séduisante.

The Believer: Alien Encounters, Hard Science, and the Passion of John Mack (2021) de Ralph Blumenthal (co-auteur de l’histoire en petits groupes UAP / UFO du New York Times de décembre 2017), pour moi, a amélioré les contextes de ses visites australiennes et donne un aperçu de la danse conflictuelle de John Mack avec des preuves physiques d’allégations d’enlèvement par des extraterrestres. Il était plus intéressé par sa signification ultime, sa nature et son impact. Lorsqu’il était en Australie, j’ai soutenu ses recherches sur les enlèvements d’aborigènes indigènes et les expériences OVNI – un domaine qui nous intéressait tous les deux, en particulier ses dimensions chamaniques.

John Mack a soutenu dans Passport to the Cosmos :

« Il y a des problèmes avec une interprétation physique entièrement littérale. Pour commencer, malgré l’utilisation libérale de mots comme génétique, ADN et mitochondries, il n’y a pas de preuves matérielles solides dont je sache pour soutenir l’idée que tout cela, y compris la création des hybrides eux-mêmes, se produit sur le matériel. plan dans la mesure où des changements détectables ou mesurables se produisent au niveau moléculaire. Au mieux, ce que nous avons dans le domaine physique, ce sont de petites lésions (qui, selon les sceptiques, pourraient être auto-infligées, mais je n’en ai trouvé aucune preuve) et des symptômes corporels qui pourraient être des manifestations de forces subtiles, de véritables énergies provenant d’un autre plan de réalité. .”

Ces déclarations m’ont quelque peu intrigué parce que lors de ses visites de recherche en Australie et par la suite, John Mack avait fait la connaissance de Peter Khoury et du fait que l’échantillon de cheveux lié à son expérience de 1992 était soumis à une analyse de séquence d’ADN mitochondrial.

Notre premier rapport sur le travail, « Strange Evidence », est apparu dans le numéro du printemps 1999 de l’ International UFO Reporter et des informations à ce sujet ont été largement rapportées dans les médias ufologiques à partir de juin 1999. Avant cela, nous faisions circuler les résultats préliminaires de la recherche. De plus, bien que les mots génétique et ADN aient pu être largement utilisés dans le domaine de la recherche sur les enlèvements, je n’étais pas au courant d’un usage similaire du terme mitochondrial jusqu’à la parution de mon rapport « Strange Evidence ».

Mary Rodwell défend la perspective transformationnelle dans ses livres, Awakening: How Extraterrestrial Contact Can Transform Your Life (2002) et The New Human: Awakening to our Cosmic Heritage (2016). L’étude approfondie, « Beyond UFOs: The Science of Consciousness and Contact with Non Human Intelligence », éditée par Rey Hernandez, Jon Klimo et Rudy Schild (2018), donne un cadre à ce point de vue.

Certains critiques soutiennent que des explications suffisantes pour le mystère de l’enlèvement d’OVNI se trouvent dans le domaine physiologique ou psychologique, comme la paralysie du sommeil, les sensibilités du lobe temporal, les personnalités sujettes aux fantasmes et une foule d’autres avenues liées à la condition humaine.

Le royaume imaginaire

Une autre interprétation des récits d’enlèvement d’OVNI semble également renforcer la perspective chamanique des récits d’enlèvement. Je me réfère ici à l’interprétation imaginale. Notez que j’ai écrit imaginal , pas imaginaire. Il y a une grande différence si l’on en croit les tenants de l’idée.

Le Dr Kenneth Ring du Département de psychologie de l’Université du Connecticut, et auteur des études sur l’expérience de mort imminente Life at Death et Heading Toward Omega , a décrit sa théorie des abductions imaginales d’OVNI dans le MUFON UFO Journal de mai 1989, et a incorporé ces idées dans son livre de 1992 The Omega Project: Near-Death Experiences, UFO Encounters, and Mind at Large .

Il a inclus une citation de moi:

« Les chamans aborigènes ont une tradition puissante et cohérente d’initiation rituelle, dont les éléments présentent des similitudes étonnantes avec de nombreux enlèvements d’OVNI et comptes de contact modernes. »

Cela venait d’un document de recherche que j’avais présenté en 1977 lors d’une conférence australienne sur les OVNIS. J’ai déclaré que si, au moins à l’époque, nous semblions manquer de cas contemporains qui montrent de manière démonstrative, entre autres, les éléments d’enlèvement, de « contact » et de « time-lapse », l’Australie, à l’insu de la plupart des chercheurs, jouissait d’une riche culture indigène. tradition de récits similaires – les récits d’initiation tribale des sorciers aborigènes – des hommes de « haut degré », comme le dit avec justesse AP Elkin.

Les idées de Kenneth Ring ont touché une corde sensible avec des spéculations que j’avais envisagées pendant plus d’une décennie. En 1990, j’avais examiné les travaux du grand érudit islamique français Henry Corbin. Dans un article publié pour la première fois en 1964 et intitulé « Mundus Imaginalis ou l’imaginaire et l’imaginaire », Corbin a inventé le terme « imaginal » pour rendre compte de la notion mystique islamique d’un royaume caché (« un troisième royaume » – l’Alam Al- mithal comme contenue dans le soufisme du mystique islamique Ibn’ Arabi).

Selon les partisans, le « royaume imaginal » pourrait être accessible dans certains états de conscience modifiés – par exemple, via la « conscience mythique » (pour utiliser le terme de psychologie archétypal de James Hillman) ou les « états chamaniques de conscience » (pour utiliser l’exposant chamanique occidental Dr terminologie de Michael Harner).

Kenneth Ring a souligné que le domaine imaginal était aussi réel que la réalité quotidienne mais généralement séparé et invisible pour nous. Il avait apparemment une forme, une dimension et, selon lui, « le plus important pour nous, les personnes ».

Dans le royaume islamique « imaginal » d’ Alam Al-mithal , on prétendait qu’il y avait un certain nombre d’habitants étranges, certains ayant des caractéristiques qui ressemblent extraordinairement aux entités qui dominent les histoires d’enlèvement d’OVNI. Une espèce, les djinns, a été décrite en 1983 par l’écrivain anglais vétéran sur les ovnis Gordon Creighton dans un article fascinant de la revue Flying Saucer Review , intitulé « Un bref compte rendu de la vraie nature des « entités OVNI ».’

Ring met en lumière le chamanisme comme l’une des expressions les plus puissantes du royaume imaginal. Il déclare :

« Le chaman est le prototype du ‘voyageur de l’autre monde’, un homme (ou une femme) qui est chez lui dans les deux mondes, reconnaît la réalité de chacun et peut facilement voyager entre eux. »

Richard Noll énonce succinctement la question critique dans son essai, « La présence des esprits dans la magie et la folie » (dans la compilation de Shirley Nicholson, Shamanism):

« L’humanité a traditionnellement consulté des entités extraterrestres pour élargir ses connaissances et son autonomisation, car elles sont traditionnellement considérées comme des » sources de sagesse « qui sont transpersonnelles et capables de transmettre des informations cruciales au-delà des contraintes normales d’espace et de temps… Le praticien initie généralement des dialogues avec des entités spirituelles en induisant d’abord un état de conscience altéré, qui permet à ces «invités invisibles» d’être vus et entendus. Cependant, dans certains cas, ce sont eux qui frappent les premiers aux portes de la perception imaginale. Appelés ou non appelés, ils offrent un potentiel symbolique de transformation, que ce soit pour soi, pour les autres, ou pour des changements souhaités dans l’environnement physique… »

Ces êtres ne sont pas imaginaires au sens où ils ne sont pas réels, purs fantasmes ou artificiellement inventés. Ils sont imaginaires, existant dans un domaine d’expérience dans lequel ils habitent une réalité qui leur est propre, un mundus imaginalis ou «monde imaginal», comme le considère Henry Corbin, qui coexiste avec le monde expérientiel banal de notre état ordinaire de vie. conscience de veille. Les êtres imaginaires font partie de notre réalité vécue et l’ont probablement été depuis la naissance de la conscience humaine.

Le concept d’un royaume imaginal cadre très bien avec la réalité paradoxale du mystère de l’enlèvement d’OVNI, cependant, il est tout aussi improuvable que l’hypothèse extraterrestre. Certains partisans de la vision imaginale soutiennent que la confirmation vient par l’expérience. Il est difficile de voir comment l’idée peut être justifiée.

La suggestion du Dr Ring selon laquelle sa théorie pourrait être facilement réfutée par l’arrivée et le contact ouvert de ravisseurs extraterrestres, ne répond pas à l’absence de confirmation officielle explicite de telles visites. Il a fait valoir qu’il était grand temps que nous laissions tomber « nos habitudes de pensée cartésiennes dépassées » et que nous abordions « ces phénomènes d’un point de vue imaginal/folklorique. Cela nous conduira nécessairement sur une voie psychologique qui nous conduira non seulement dans le territoire folklorique, mais dans le domaine du mythe lui-même.

Cette approche, bien que fascinante, nous demande d’abandonner l’éthique scientifique et les conventions dominantes de la réalité consensuelle. Compte tenu des affirmations et des incertitudes extraordinaires qui entourent cet étrange domaine de l’expérience humaine, il est peut-être prématuré de le faire.

Des approches plus prudentes et éprouvées sembleraient plus intéressantes. De telles approches, menées par des collaborations avec des expérimentateurs, peuvent encore confirmer que nous avons affaire à des extraterrestres, des entités imaginales et d’autres explications jusqu’ici insondées de ce phénomène extraordinaire. L’ouverture d’esprit serait notre meilleur conseil.

Cet article a été publié dans New Dawn 188 .


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 352 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading