Des chercheurs affirment que des images montrent des « excavations » et des « structures inhabituelles » de l’autre côté de la Lune.

Les faits:
– En 2016, des membres de la Society For Planetary SETI Research ont publié un article dans le Journal of Space Exploration sur les caractéristiques de la face cachée de la Lune qui pourraient être artificielles.
– Ils ont analysé les images d’Apollo 15 et du Lunar Reconnaissance Orbiter et ont trouvé ce qu’ils décrivent comme des structures inhabituelles.


Carte des cratères satellites de Paracelsus.

Une étude publiée dans le Journal Space Exploration en 2016 fournit une analyse approfondie des images prises depuis Apollo 15 ainsi que le Lunar Reconnaissance Orbiter. Selon les auteurs, il semble y avoir « deux caractéristiques inhabituelles dans le cratère Paracelsus C de l’autre côté de la lune », le côté qui n’est jamais visible depuis la Terre. En combinant plusieurs images, il leur apparaît clairement que ce qu’ils regardent, ce sont deux murs «de chaque côté d’une vallée ou d’un passage étroit».

En utilisant une seule forme d’image à partir de l’ombrage et de la visualisation du terrain en 3D, nous montrons dans une vue en perspective générée par ordinateur vers le nord-est que l’extrémité sud-ouest semble être l’entrée du passage.

Une vue en contre-plongée vers le sud-ouest montre le passage se terminant par une élévation de terrain à l’autre extrémité, menant peut-être sous terre. Le terrain entourant les deux structures n’est pas plat mais semble « excavé » par un mécanisme inconnu, naturel ou artificiel. Il est montré que ces objets sont visuellement différents de l’arrière-plan lunaire car leur structure sous-jacente est différente.

L’article fournit des preuves soutenant l’hypothèse selon laquelle certaines caractéristiques du cratère Paracelsus C de l’autre côté de la lune pourraient être d’origine artificielle.

L’idée que ces « passages » puissent conduire sous terre sur la Lune est en corrélation avec l’idée que la Lune pourrait en fait être creuse, ou au moins partiellement. Selon Sean C. Solomon du MIT :

« Les expériences de Lunar Orbiter ont considérablement amélioré notre connaissance du champ gravitationnel de la Lune… indiquant la possibilité effrayante que la Lune soit creuse. »

Cela remonte à 1974, et c’est un thème commun. Cela vient du fait que nous en savons très peu sur la Lune et toutes les autres lunes de notre système solaire. Cela étant dit, la majorité des preuves scientifiques pointent vers une Lune solide, mais cela ne signifie pas que des compartiments construits artificiellement à l’intérieur ne sont pas une possibilité.

Le document conclut en déclarant :

« Sur la base des preuves présentées dans cet article, nous pensons que cette zone de Paracelsus C est l’un de ces candidats qui mérite une étude future par les missions orbitales et les rovers de surface. Les deux caractéristiques analysées dans cette zone sont statistiquement différentes du terrain environnant. »

Mark J. Carolotto, l’un des auteurs de cet article, est un spécialiste de l’image avec près de 40 ans d’expérience dans la télédétection par satellite, l’analyse d’images, le traitement d’images numériques, l’imagerie satellitaire, la télédétection et la reconnaissance de formes. Il a étudié l’optique, le traitement du signal et de l’image à l’Université Carnegie-Mellon de 1972 à 1981 où il a obtenu son doctorat. en génie électrique, et il travaille dans l’industrie aérospatiale. Il est l’ auteur et le co-auteur de nombreux articles évalués par des pairs avant celui-ci.

Sur sa chaîne YouTube , il fournit quelques images du journal dans une vidéo intitulée « Unusual Structures On The Far Side of The Moon ».


Les rapports et les hypothèses sur les structures artificielles sur la lune sont assez courants et sont un thème commun depuis un certain temps. En 1963, pendant les premières années de SETI, Carl Sagan a évoqué la possibilité de visites extraterrestres, comme le souligne l’étude :

Il n’est pas exclu que des artefacts de ces visites existent encore, ni même qu’une sorte de base soit maintenue (possibilité automatique) au sein du système solaire pour assurer la continuité des expéditions successives.

En raison des intempéries et de la possibilité de détection et d’interférence par les habitants de la Terre, il serait préférable de ne pas ériger une telle base à la surface de la Terre. La Lune semble une alternative raisonnable. La prochaine reconnaissance photographique haute résolution de la Lune à partir de véhicules spatiaux – en particulier la face arrière – pourrait tenir compte de ces possibilités.

Un certain nombre de livres ont été écrits au fil des ans sur le sujet. Le livre de 1976 de l’astronome amateur George Leonard, Somebody Else is on the Moon en est un exemple. Le livre de Fred Steckling de 1981, We Discovered Alien Bases on The Moon en est un autre, et il y en a bien d’autres.


Avance rapide jusqu’à aujourd’hui et il est difficile de trouver des preuves solides des structures sur la Lune, mais il y a des fuites étranges et des témoignages de personnes ayant des antécédents intéressants qui font réfléchir.


Par exemple, un document classifié publié par Wikileaks implique clairement que les États-Unis avaient une base « secrète » sur la Lune qui a été détruite par la Russie.

L’idée que cela est, ou était une réalité, est renforcée étant donné que le gouvernement américain avait l’intention de construire une base sur la Lune. Peut-être l’ont-ils déjà fait? La fuite de Wikileaks est datée de 1979, un document du propre bureau d’édition du gouvernement de 1966 montre clairement que l’un des objectifs du gouvernement des États-Unis était de construire une base sur la lune.

Un mémorandum adressé au directeur de la CIA concernant la « Pensée militaire (Top Secret) » par le lieutenant-général Korenevskiy souligne encore plus ce point. Il semble également être des années 1960:

« Déjà, l’intérêt pour la lune ne se limite pas à l’étude des questions et à la discussion des potentialités découvertes. Des projets spécifiques sont en cours d’élaboration qui proposent la construction de diverses structures sous la surface de la Lune à partir des compartiments de fret des missiles, ainsi que l’emploi de différentes versions de structures pneumatiques. L’US Army Corps of Engineers mais aussi diverses sociétés américaines (« Matin », « Aerospace », etc.) mènent un gros travail dans ce sens.

Un autre document qui complète celui de Wikileaks, également des années 1960, provient de la CIA gardant un œil sur les plans spatiaux soviétiques, dont une partie se lit comme suit :

« Les soviétiques ont en outre déclaré leur intention d’établir une base lunaire après l’atterrissage lunaire habité… un certain avantage dans l’établissement d’une base lunaire… Il est possible qu’un alunissage tardif soit suivi assez rapidement par l’établissement d’une base soviétique sur la lune.

L’idée que les humains aient pu construire des structures sur la Lune, ou peut-être des extraterrestres intelligents actuellement ou dans le passé, est une hypothèse envisagée par beaucoup. Alors pourquoi tant de gens trouvent cela ridicule? Eh bien, peut-être qu’on n’en parle tout simplement pas. Mais c’est une question plus profonde pour plus tard.

J’ai trouvé curieux que les auteurs de l’article déclarent ce qui suit :

Un établissement scientifique dominant résolument conservateur rejette souvent les anomalies basées uniquement sur le sujet, c’est-à-dire qu’il ne peut pas y avoir d’artefacts extraterrestres sur la lune parce qu’il n’y a pas d’artefacts extraterrestres sur la lune (ou d’autres planètes). Un tel point de vue est un exemple de raisonnement circulaire, basé sur la croyance que les extraterrestres n’existent pas, ou s’ils existent, qu’ils n’auraient pas pu voyager jusqu’à notre système solaire.

Dans quelle mesure nos croyances et perceptions à propos de notre monde limitent-elles et entravent-elles notre capacité à découvrir et à reconnaître des idées et des résultats qui peuvent ne pas « convenir au cadre ? » Dans quelle mesure limitons-nous notre conscience et nos perceptions de notre monde, de qui nous sommes vraiment et de ce dont nous sommes capables en raison de notre croyance ? Pourquoi sommes-nous surtout déterminés à dire « c’est ainsi que sont les choses ».

Cela étant dit, l’esprit collectif semble s’ouvrir et poser plus de questions à un rythme accéléré en ce moment.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :