Aller à la barre d’outils

L’expérience de l’Ayahuasca a été l’expérience la plus intense, spirituelle, émotionnelle, époustouflante, effrayante et aimante que j’ai jamais eue. Rien n’aurait pu me préparer au voyage intérieur que je m’apprête à décrire. Parce que je crois que je suis mort.

«Je» signifie ce que je suis dans cette forme actuelle pendant que j’écris ceci. C’était si ma conscience qui semble normalement liée à ce corps s’est détachée et est entrée dans un monde avant inconnu. Mon plus grand défi dans cet article consiste à interpréter et à exprimer ces visions que j’ai rencontrées, à partager les idées acquises.

«Chaque homme prend les limites de son propre champ de vision pour les limites du monde.»
– Schopenhauer

L’Ayahuasca, la «  vigne spirituelle  » ou la «  vigne de la mort  », est une infusion contenant de la vigne Banisteriopsis caapi et des feuilles de Psychotria viridis ou Diplopterys cabrerana. La vigne contient de l’harmine et de l’harmaline qui sont des inhibiteurs de la MAO-A et de la tétrahydroharmine qui est un faible inhibiteur de l’absorption de la sérotonine.

Les feuilles contiennent de la diméthyltryptamine (DMT), l’hallucinogène le plus puissant connu de l’homme. Ingérée, la combinaison de ces plantes conduit à l’absorption de DMT par votre cerveau où elle modifiera vos perceptions de la réalité.

Beaucoup prétendent que ce sont des visions où l’esprit Ayahuasca vous parlera, vous donnant des connaissances sur la psyché inconsciente, normalement cachée (collective?).


Avec des médicaments comme ceux-ci, il est difficile d’extrapoler le sens de votre expérience et de l’utiliser au profit de votre vie quotidienne, et j’étais donc sceptique quant à ce que les idées pourraient m’apporter. Prendre de la drogue peut être une chose amusante en soi, mais je crois qu’il y a une forte possibilité qu’une telle approche conduise à la dévalorisation de cette même expérience et que le sens essentiel soit perdu.

Si les drogues modifient la fréquence à laquelle nous percevons la réalité, nous avons encore besoin de la bonne radio pour comprendre l’émission, et de cette manière, «décor et cadre» est, comme toujours, extrêmement important.

La prise d’Ayahuasca entraînera inévitablement, pour la plupart des gens, des vomissements et de la diarrhée, ce que l’on appelle «la purga», c’est-à-dire le nettoyage du corps et de l’esprit. C’est pourquoi les chamans n’utilisent pas l’étiquette de drogue. Pour eux, c’est un médicament depuis des milliers d’années. Malgré ce dernier fait de «la purga», ma curiosité a été élevée à un point où je dirais oui de faire le voyage si jamais cela me croisait. Qui dirait non à certains anciens, magiques, spirituels, induits par la drogue, vomi et merde qui sont aussi un médicament?

Tout a commencé avec mon intérêt pour le lien entre les psychédéliques et la spiritualité, en partie alimenté par le livre « DMT: The Spirit Molecule  – DMT La molécule de l’esprit» de Rick Strassman.

Le retour de l’expérience psychédélique suscite la renaissance de la Prophétie

Pour moi, la spiritualité est l’expérience de l’esprit, l’essence que j’appelle «je». Différentes expériences de physique conduisent à une compréhension plus large du monde extérieur objectif dans lequel nous vivons et, exactement de la même manière, différentes expériences dans notre propre psyché conduisent à une compréhension plus large du monde subjectif que nous habitons également.

Cela a été ma principale motivation pour expérimenter la conscience à un niveau très personnel. Cela m’a conduit à la méditation, au yoga, au qi gong, au flottement, au jeûne, à la drogue, au sommeil polyphasique, au rêve lucide et le plus important de tous, ma vie quotidienne. Parce qu’en fin de compte, c’est la réalité à laquelle vous devez faire face, et trouver votre vie dans des états de conscience alternatifs peut être juste une autre évasion facile pour vous empêcher de faire face à votre vrai moi.

J’ai découvert que deux chamans péruviens visitaient mon pays pour donner des ateliers sur la guérison par l’Ayahuasca. J’ai demandé à deux de mes meilleurs amis de se joindre à moi dans ce voyage parce que je pensais qu’ils trouveraient cela intéressant et inspirant … et j’avais peut-être un peu peur de partir seul. L’atelier était un rassemblement de trois jours où nous avons eu une Ayahuasca séance le vendredi et samedi. Le dimanche serait une journée de réflexion et de détente.

Quand nous sommes arrivés, nous avons rencontré les chamans. Leurs visages, puissants, radieux, sages mais surtout aimants et gentils. Dans notre culture, le rôle du chaman a été oublié depuis longtemps et cela m’a rappelé que nous en avons grandement besoin. Les anciens chamans connaissent le fonctionnement interne de l’esprit et l’influence que la société exerce sur lui. Cette connaissance de «ce qui a été» semble de plus en plus importante dans un monde en constante évolution. C’est pourquoi je crois qu’il est important de réfléchir de temps à autre à votre rôle dans une perspective plus large des choses.

Avant de prendre l’Ayahuasca, nous devions suivre un régime strict et éviter ce qui suit:

sucre et édulcorants
Chocolat
boissons gazeuses et boissons énergisantes
café
les produits laitiers
sel, poivre, épices piquantes et piments
viande rouge (éviter le porc 2 semaines avant et après)
les graisses
huile d’olive ou de noix de coco
alcool et drogues (pas de bière sans alcool non plus), 1 semaine avant et après
gingembre
crème glacée, glaçons ou boissons glacées
fruits meurtris ou trop mûrs, fruits secs et / ou raisins secs
pas de sexe, y compris la masturbation
pas de savon parfumé ou synthétique, de lotion pour le corps ou d’autres produits de toilette, de lotions anti-insectes comme le DEET et autres
de préférence pas de médicament, en particulier les antibiotiques et les antidépresseurs, même le millepertuis
pas de grossesse
menstruation

L’intention de ce régime était de s’assurer que nous obtenions du plaisir de l’intérieur et non de l’extérieur.

La cérémonie

Tous les membres de notre groupe, huit au total, à l’exception des deux chamans et de l’organisateur, étaient des vierges Ayahuasca. Alors le vendredi, la première nuit de cérémonie, nous avons tous pris une petite dose de magie amazonienne. Il m’est difficile de me souvenir d’une grande partie de la première nuit parce que la seconde a balayé la plupart des souvenirs. Mais c’est ce dont je me souviens. Un peu de nausée au début suivi de visualisations intenses et lumineuses. Des motifs géométriques qui tourbillonnaient, changeaient, s’entrelacent et coulaient. Ils étaient beaux. Après un certain temps, la partie philosophique / spirituelle a commencé là où il semble que j’ai eu une idée de l’essence de la conscience.

La meilleure description serait que pendant que je regardais autour de moi, tout regardait en arrière. Je pensais l’avoir compris alors mais je l’ai vite perdu, comme c’est le cas avec la plupart des «insights» sur les psychédéliques. J’ai eu quelques «ouvertures» personnelles. Des situations où j’ai accepté avec moi-même de prendre plus de responsabilités et d’arrêter d’être paresseux. Situations où je devrais faire preuve de plus d’empathie et moins de jugement. Mon sens du temps avait complètement disparu et j’avais l’impression que j’avais juste un aperçu d’un monde de rêve qui est interconnecté à notre monde normal. La plus grande perspicacité cette nuit-là était à la fin quand plusieurs personnes allaient pour une deuxième dose et un seul courageux est allé pour une troisième double dose. J’ai immédiatement ressenti le besoin de les rejoindre.

Pour vivre de plus en plus. Il y avait une peur saine et j’ai pris le temps de réfléchir à ce qu’il fallait faire. J’ai demandé à un de mes amis ce qu’il pensait que nous devrions faire et il m’a semblé clair que ce qu’il pensait n’aurait pas d’importance et que je le ferais certainement de toute façon.

Pourquoi ai-je toujours besoin de plus?
Pourquoi ne suffit-il pas maintenant?
Que manque-t-il en ce moment?

Je ne pouvais pas répondre à ces questions personnelles profondes et avec la lutte pour obtenir des réponses, j’ai ressenti l’énorme soulagement de «ne pas vouloir».

Mort: l’Ayahuasca transformera chaque sceptique en croyant

Le lendemain, j’étais de très bonne humeur. J’avais vraiment hâte de voir ce que l’esprit végétal me révélerait ensuite. Nous avons commencé la deuxième cérémonie à la tombée de la nuit. Tout comme la première nuit, je suis allé en premier. Je me suis levé et j’ai marché vers les chamans pour obtenir ma dose, maintenant double, d’Ayahuasca.



C’était épais vert-noir et avait un goût un peu aigre-doux. Cela nous a rappelé la plupart du goût de la réglisse, mais pas aussi bon. Je suis retourné à mon matelas et j’ai essayé de méditer et d’observer les autres participants lorsqu’ils allaient chercher leurs médicaments.

Attendre, exciter, craindre, fantasmer…

Après environ 25 minutes, c’est arrivé. Beaucoup plus tôt que la veille ou qu’aucun des autres participants. Les visualisations étaient accablantes. Mon estomac criait et mon corps explosait de sueur froide. Je me sentais fiévreux et ma pensée était «oh qu’est-ce que j’ai fait maintenant…» Puis les vomissements ont commencé. Je vomissais mon ego gras et visqueux. Je vomissais et criais avec une telle force que la meilleure description serait une explosion nucléaire qui déchirait le tissu de tout ce que je pensais être réel.

Une visualisation intense me bombardant de toutes les directions avec une telle vitesse; Je ne pouvais rien comprendre. Les émotions éclatent comme un volcan. Je ne pouvais saisir que l’air, les pensées étaient inexistantes. Ma conscience n’était plus connectée à mon corps, à la pièce ni à cette dimension. Était-ce même le mien au départ? J’étais rongé par la peur et la solitude. Je ne peux décrire cette expérience que comme un enfer pur, et même cela semble un grand euphémisme. Ma première pensée après ce qui m’a semblé une éternité a été de savoir comment sortir de là. Ou pour sortir de moi. (L’Ayahuasca fait cela avec vous).

Une fois que j’ai réalisé l’horreur totale dans laquelle j’étais, je ne pouvais pas imaginer une expérience aussi cruelle. Je me disais que je pouvais gérer ça, ce qui implique que je n’étais pas convaincu. «Je suis assez fort pour rester calme et pour simplement observer sans m’identifier au mal pur que je suis en train de vivre». Oh garçon, qu’est-ce que j’étais, l’ego? C’était comme si quelque chose jouait, non, jouant avec moi. Une marionnette pour leur plaisir malade. Il m’a fallu un certain temps pour découvrir que je n’étais pas aussi fort que je le crois. J’étais effrayé, seul et perdu.

Renaître: c’est un choc

Lentement, j’ai commencé à comprendre ce que je vivais. J’ai pris un médicament, et comme pour toute expérience, cela aussi passera. Mais je ne pouvais pas dissiper le doute: mais que faire si l’expérience ne passait pas? Je n’avais toujours aucune idée d’où était ma conscience ou comment sortir mais j’étais soulagée par quelques moments de clarté où j’avais des pensées qui contenaient un sens. L’acceptation totale, c’est renoncer à l’envie infinie de contrôler. Alors je l’ai fait. Et puis, pour la première fois, j’ai ouvert les yeux et j’ai vu la salle de cérémonie, ce qui m’a donné l’espoir de pouvoir me battre pour m’en sortir. JE? Non, nous!

J’avais désespérément besoin d’aide pour retrouver un terrain d’entente. Pendant tout ce temps, j’avais le dos tourné à tout le groupe et j’étais suspendu au-dessus du seau à vomir, que j’ai immédiatement jeté à quelques mètres de moi quand j’ai réalisé cela. Je me suis retourné seulement pour découvrir que le chaman chantait une chanson personnelle pour moi depuis le début de la purge. Ce petit gars silencieux à la lumière du jour semblait si puissant et énorme dans le noir. J’ai finalement cédé et lui ai demandé de l’aide. La plus grande leçon que j’ai apprise cette nuit-là, c’est que je ne peux pas tout faire par moi-même et l’une d’entre elles est aussi puissante que le soutien des gens derrière lui.

J’ai l’impression d’avoir dû vivre cela pour comprendre que peu importe la force de votre croyance, ouvrir votre cœur et demander de l’aide est dans de nombreuses situations la meilleure chose que vous puissiez faire. La seule chose qui vous retient est votre propre ego, la peur et la honte.

J’ai vu une fois une interview avec le psychiatre et psychonaute Stan Grof où il a dit qu’il avait vécu de nombreux animaux et même une fois une plante! Casse-tête si vous me posez la question pré-ayah. Mais quand j’ai laissé aller le moi qui essayait de contrôler les instincts intérieurs a pris le dessus. Je me sentais comme un animal chassé, un zèbre si je dois deviner, qui utilisait toute son énergie pour se battre pour son dernier souffle. Ce sentiment était très vif et distinct et c’était incroyable. Je n’ai jamais rien ressenti de tel.

Amour: Le plus grand péché est de ne pas ressentir de l’amour pour votre existence. Pour le sentir réellement et ne pas essayer de comprendre ce que cela signifie.

Je me suis levé et j’ai marché, ou plus comme rampé, vers l’organisateur. Elle m’a serré dans ses bras avec une couverture et la chaleur m’a instantanément détendu et calme. J’ai soudain réalisé que j’avais si froid. Elle a dit quelques mots apaisants et j’ai senti un aperçu de l’amour briser la folie. Une petite ouverture, le relâchement d’une prise.

J’ai été transporté dans ma jeunesse et j’ai ressenti l’amour de ma mère. Puis à l’amour de l’organisateur et des gens autour de moi. Alors à l’amour juste, où l’être humain est un instrument pour l’exprimer s’il peut s’ouvrir à lui, lui faire confiance, y croire, s’aimer pour lui. L’amour est le ciment qui nous fait rester ensemble.

Il y avait une empathie profondément enracinée pour le monde naturel. J’ai vu l’interdépendance du monde, j’ai vu l’air que nous respirons et la nourriture que nous mangeons devenir nous. Un enfant connaît ces faits, mais lorsque la magie est bannie de notre perception lorsque nous grandissons et devenons des «personnes individuelles», nous avons tendance à oublier. Nous avons tendance à oublier que les arbres sont nos poumons étendus et les rivières nos veines étendues.

Ce n’est pas le bon moment pour plonger dans les profondeurs de la conscience, mais comme jamais auparavant, je me suis senti connecté à la terre qui est notre lieu de naissance. Qu’il y avait quelque chose de moi en tout, et quelque chose de tout en moi. J’ai ressenti l’amour pour lequel la nature se sacrifie, offrant sa propre vie à notre avantage. Et j’ai ressenti la tristesse et la déception face à l’abus continu des ressources naturelles. Là où nous ne voyons pas l’esprit dans les forêts et les montagnes, mais les voyons comme du bois et du minerai, attendant d’être exploités et pillés pour le profit.

Pour l’instant, la terre n’est pas encore engloutie par la haine et l’avidité. L’humanité doit se transformer pour s’adapter, une fois de plus, au lit de Procruste. J’espère, cette fois, que nous avons une génération qui n’a pas besoin d’une guerre ou d’une grande dépression pour changer. Que cette fois, la force n’est pas une oppression de l’extérieur mais une libération de l’intérieur.

Une génération qui change parce que nous le voulons, parce que nous écoutons enfin notre propre cœur et le cœur des autres. Là où nous comprenons enfin, il est de notre responsabilité morale de nous soucier de notre environnement intérieur mais aussi extérieur. Et j’espère que nous HEthens ouvrirons la voie.


Depuis tout cela, je vis plus léger et plus heureux, le monde est devenu onirique avec des possibilités infinies. Les implications philosophiques de l’expérience d’une prise de conscience non fixée sur ces formes sont troublantes et je m’ouvre lentement à ce que les sages, les chamans et les mystiques de tous âges disent depuis l’aube du langage.

Vais-je le refaire?
Je ne sais pas.

par Martijn Schirp


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation




Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
mi, Phasellus id id Sed commodo massa
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :