Mystique

Les tremblements de terre comme signes de la fin des temps

S'il Y A La Paix, Il Y Aura La Vie !

Le tremblement de terre en Turquie et en Syrie du 6 février 2023 n’est pas qu’une catastrophe naturelle. C’est l’occasion de réfléchir aux signes des temps, car ce n’est pas un hasard si de si terribles tremblements de terre sont l’un des signes de la fin du monde tant dans le christianisme que dans le judaïsme ou l’islam.

La tragédie turco-syrienne a frappé dans toutes les maisons, même dans les régions de la planète où il n’y a jamais eu l’ombre d’un tremblement de terre. Au premier instant, lorsque vous regardez les images montrant comment les immeubles de grande hauteur sont empilés comme des châteaux de cartes, cela provoque un choc. La conscience ne veut pas percevoir comme réalité ce qui se cache derrière le béton armé qui s’effrite – des milliers de vies humaines, y compris des enfants.

Le sismologue turc – ingénieur géophysique – Dr. Ovgun Ahmet Ercan, a partagé une publication où il a calculé le nombre de bâtiments détruits après les deux tremblements de terre dans les tremblements de terre centrés sur Kahramanmaras qui ont dévasté 10 villes et le nombre possible de personnes qui pourraient être sous les ruines et les résultats sont terrifiants.


Le sismologue a calculé les appartements qui se trouvaient dans les bâtiments aplatis et les a multipliés par le nombre probable de personnes à l’intérieur.

Selon lui, 13,5 millions de personnes ont été touchées par le tremblement de terre. Les immeubles d’appartements effondrés sont d’environ 6 000, en soustrayant ceux qui ont été secourus ou ont réussi à s’échapper, on prétend que 184 000 personnes sont sous les décombres dans les dix villes touchées, selon le journal Karar !

Des images de drones montrent l’étendue de la dévastation à Hatay suite aux tremblements de terre meurtriers qui ont frappé la Turquie et la Syrie. C’est la région la plus touchée, avec des centaines de morts et plus de 1 200 bâtiments détruits.

Malheureusement, beaucoup « fuient simplement la mort », fermant au sens figuré les yeux et les oreilles de leur âme. Une personne moderne qui voit chaque jour des tonnes de sang artificiel et virtuel sur les écrans de télévision et dans les jeux informatiques n’apprécie pas ce sang lui-même. En conséquence, nous nous sommes débarrassés des traditions funéraires séculaires, qui deviennent des frais généraux pour les « simples mortels ».


Cependant, dès que l’odeur du sang se fait sentir de très près, même l’homme moderne se réveille et la division est nette : certains s’engagent comme volontaires, étant prêts à « donner leur vie pour leurs amis ». D’autres ignorent les informations et détournent le regard.

De quoi sommes-nous exactement responsables aujourd’hui, alors que des milliers de gens ordinaires meurent en quelques minutes – quelle que soit la couleur de peau et l’espoir religieux. Pour certains, une mort aussi terrible lors de catastrophes naturelles est une raison de douter de la miséricorde de Dieu. Mais pour les croyants, il n’y a aucun doute : au contraire, cela nous rappelle la fugacité de l’existence terrestre et le fait que derrière le Créateur il y a un plan subtil, auquel il faut penser plus souvent.

Ainsi, même dans l’Empire romain pré-chrétien, les généraux qui revenaient avec une victoire mettaient un serviteur derrière eux, rappelant au vainqueur qu’il était mortel. On dit que c’est de là qu’est parti le slogan Memento mori (« Souviens-toi de la mort »). Par la suite, certains chrétiens sont tombés amoureux de l’accroche, lui donnant des facettes beaucoup plus sémantiques qu’elle ne l’était dans la Rome antique. Dans certains ordres monastiques, cette phrase est devenue une devise de salutation.

Une terrible leçon d’humanité

Les personnes des générations plus âgées et moyennes se souviennent très bien du tremblement de terre de Spitak de 1988 en Arménie. Environ 25 000 personnes sont mortes, 514 000 se sont retrouvées sans abri, 140 000 ont été handicapées. Les gens ont pris cette tragédie si près de leur cœur qu’elle a temporairement éteint le conflit arméno-azerbaïdjanais, qui s’embrasait déjà dans sa sanglante inhumanité.

Malheureusement, cette terrible leçon n’a pas été apprise par l’humanité elle-même. Le conflit au Haut-Karabakh se poursuit aujourd’hui.

A l’époque byzantine, des personnes d’origines ethniques et de croyances différentes pouvaient vivre en paix et en harmonie. Mais dès que la structure impériale commença à chanceler, le chaos et l’effusion de sang s’ensuivirent. Et après le sang que les gens ont versé de leurs propres mains, des catastrophes naturelles sont souvent survenues.

Il est difficile de dire pourquoi cette fois les ennuis sont d’abord venus dans la province turque de Kahramanmarash. Mais le fait demeure : avant la domination turque, c’étaient des terres arméniennes et le génocide de 1915 a également touché ces provinces ottomanes. C’est-à-dire que, encore une fois, cet exemple spécifique le confirme : le sang versé par les personnes qui ont oublié les commandements de Dieu entraîne en conséquence de nouveaux sacrifices, déjà spontanés. Mais que nous apprenions cette terrible leçon ne dépend que de nous-mêmes.

Les tremblements de terre comme signe

Soit dit en passant, de nombreux musulmans ont déjà noté que, selon leur credo, de multiples tremblements de terre sont un signe de la proximité du Jour du Jugement. Ainsi, dans certaines sources islamiques, il est directement indiqué qu’il s’agit de son « treizième signe »:

D’Abu Hurayrah… il est transmis que le Messager d’Allah a dit : « Le Jour du Jugement ne viendra pas tant qu’il n’y aura pas beaucoup de tremblements de terre » (al-Bukhari). Il est également rapporté de Salam ibn Nufeil : « Nous étions assis à côté du Messager d’Allah, et il a dit : « Il y aura beaucoup de morts avant le Jour du Jugement, puis des années de tremblements de terre » (Ahmad). Ibn Hajar dans le livre « Al-Fath » écrit: « Il y a eu de nombreux tremblements de terre, à la fois à l’est et à l’ouest, mais, très probablement, par la multitude de tremblements de terre, ils entendent leur constance et leur continuité »…

Les interprètes islamiques modernes interprètent ces anciens dictons de manière simple et intelligible :

Nous assistons aujourd’hui à de nombreuses catastrophes naturelles : tremblements de terre, inondations, tsunamis, ouragans, tornades, tempêtes de neige et autres catastrophes qui font de nombreuses victimes et causent de grands dégâts. Plus une personne explore la Terre, plus il lui semble qu’elle est capable de prédire certains phénomènes naturels, mais même les prévisions météorologiques ne sont pas exactes, sans parler de la prédiction des catastrophes naturelles, qui détruisent cette illusion humaine de contrôle universel.

Difficile de ne pas être d’accord.

Bien sûr, aucun de nous n’est donné pour connaître les jours et les dates de la Fin des Temps. Mais le fait que de telles catastrophes naturelles nous rappellent la proximité des derniers jours, que nous-mêmes rapprochons activement avec le déroulement de notre vie, est évident pour beaucoup.

Ces signes ne sont pas seulement des guerres constantes, mais aussi le rejet complet de tout ce qui est bon par notre monde moderne. Et aussi, notre indifférence…

Ce qui s’est passé est un signe très important que les peuples doivent être ensemble et unis. Ceci est particulièrement clairement indiqué par la proximité des eschatologies – les enseignements sur la Fin des Temps.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 633 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page