Divulgation Cosmique

Les scientifiques pensent qu’une ancienne technologie extraterrestre a été découverte en Sibérie

En 2014, la NASA a publié un livre sur l’intervention extraterrestre dans l’histoire humaine. Il explore la possibilité qu’une partie de l’art rupestre sur Terre soit d’origine extraterrestre.

De plus, en 2009, des scientifiques ont découvert en Sibérie un minéral inconnu arrivé sur Terre il y a 4,5 milliards d’années, c’est-à-dire au moment où le système solaire venait de se former.

Ce matériau rare mais étrange a été trouvé dans une boîte reçue du Musée italien d’histoire naturelle de Florence.

Selon une équipe internationale de chercheurs dirigée par des scientifiques de l’Université de Princeton, il est arrivé sur Terre avec la météorite Khatyrka, qui est tombée près des montagnes Koryak en Sibérie orientale. Lorsque les scientifiques ont analysé le minéral, ils n’étaient pas intrigués par son âge, mais par sa structure atomique.

La structure de ce minéral n’a jamais été trouvée dans la nature auparavant, bien qu’elle ait été créée artificiellement en laboratoire. Ils sont connus sous le nom de « quasi-cristaux »  (cristaux temporels) car ils ressemblent à du cristal à l’extérieur mais sont sensiblement différents à l’intérieur.

Les chercheurs ont étudié un petit fragment du minéral. Les atomes de matière étaient disposés dans une grande variété de configurations qui, d’après la compréhension humaine de la science et de la composition chimique, n’étaient tout simplement pas possibles dans la nature.

²

Les quasi-cristaux ont leur propre histoire dramatique. Dan Shechtman a fait pousser le premier quasi-cristal en 1982, une découverte si controversée qu’on lui a simplement demandé de quitter le laboratoire de recherche. Mais les preuves étaient accablantes : il s’agissait d’un nouveau type de matériau. Shechtman a reçu le prix Nobel de chimie 2011 pour sa découverte.

Le concept de quasi-cristaux a été introduit pour la première fois en 1984 par Steinhardt et Dov Levin, qui travaillaient alors à l’Université de Pennsylvanie. Lorsque l’équipe a découvert que la météorite contenait ce matériau mystérieux, ancien et complexe, ils ont déclaré qu’il pouvait en effet se former naturellement.

« Cette découverte fournit des preuves importantes que des quasi-cristaux peuvent se former dans la nature dans des conditions astrophysiques et suggère que cette phase de la matière peut rester stable pendant des milliards d’années », a déclaré le physicien Paul Steinhardt, professeur Albert Einstein de sciences naturelles à Princeton.

Techniquement, les scientifiques décrivent les quasi-cristaux comme quasi-périodiques, placés à la main, qui ne figurent plus dans le tableau périodique. Bien qu’ils montrent un modèle qui remplit continuellement toute la masse disponible, ils manquent de ce que les scientifiques et les mathématiciens appellent la « symétrie translationnelle ».

Les ufologues et les scientifiques supposaient auparavant que c’était sous de telles formes que des preuves de vie extraterrestre seraient trouvées. Soulignant que les quasi-cristaux, étant une nouvelle forme de matière, devraient en fait être considérés comme des artefacts de technologie extraterrestre créée artificiellement.

Cependant, personne n’a été en mesure d’expliquer comment ces quasi-cristaux peuvent être formés par des processus naturels, et presque personne ne le fera. Leur « symétrie interdite » les empêche de se former naturellement. D’autres quasi-cristaux connus, en dehors de ceux trouvés dans les météorites près des monts Koryak, ont récemment été synthétisés par des scientifiques du laboratoire.

Étant très durs, avec de faibles caractéristiques de frottement, ainsi qu’une faible conductivité thermique, les quasi-cristaux sont un produit très utile utilisé dans une large gamme de technologies à grande vitesse telles que les revêtements d’avions et les chasseurs furtifs.

En 2017, une équipe du groupe de réflexion sur les sciences géologiques et planétaires du California Institute of Technology a découvert 35 nouveaux minéraux dans la météorite de Khatyrka. Le directeur du site, Chi Ma, a déclaré que « nous ne voyons généralement pas » un tel métal riche en aluminium dans les roches spatiales, car l’aluminium aurait réagi pour former de l’alumine.


Il a dit que la météorite de Khatyrka est la seule météorite jamais trouvée contenant de l’aluminium métallique. Un fragment de météorite contenant un trio de nouveaux minéraux se trouve désormais dans les fonds du Musée national d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution, qui conserve un catalogue de plus de 600 000 spécimens.

Si ce matériau n’avait pas été créé par la nature, comme certains le prétendent. D’où vient ce matériau mystérieux et comment ce matériau complexe s’est-il retrouvé à l’intérieur d’une ancienne météorite?

Le professeur de Harvard Avi Loeb a suggéré qu’une possibilité moins explorée est que notre univers a été créé dans le laboratoire d’une civilisation technologique avancée. Étant donné que notre univers a une géométrie plate avec une « énergie nette nulle », une civilisation avancée pourrait développer une technologie qui créerait un bébé univers à partir de rien en utilisant le tunnel quantique.

Le matériau extraterrestre trouvé dans la météorite de Khatyrka aurait-il été créé artificiellement il y a des millions ou des milliards d’années par une ancienne civilisation d’un autre monde?

S’inscrivait-il dans une structure technologique beaucoup plus complexe?

Dans un cristal, les atomes ont des positions fixes qui se répètent dans l’espace (ci-dessus). Deux équipes de physiciens sont parvenues à fabriquer un cristal temporel où les motifs se répètent au cours du temps.

De concept théorique, le cristal temporel était devenu réalité physique en 2017. De nouvelles expériences semblent aujourd’hui indiquer que cet état de la matière pourrait ne pas être aussi rare que prévu.


Un cristal temporel est un système quantique de particules dont l’état d’énergie la plus basse est celui dans lequel les particules sont en mouvement répétitif. Le système ne peut pas perdre de l’énergie dans l’environnement et s’immobiliser car il est déjà dans son état fondamental quantique . Pour cette raison, le mouvement des particules ne représente pas vraiment l’énergie cinétique comme les autres mouvements, il a un « mouvement sans énergie ».

En termes d’utilisation pratique, les cristaux de temps pourraient un jour être utilisés comme mémoires quantiques, mais pas seulement…

Les cristaux temporels échappent à la deuxième loi de la thermodynamique quantique, qui suppose – sous le nom d’entropie – que toute transformation d’un système s’accompagne d’une déperdition qui conduit inévitablement ce système physique vers sa mort par épuisement. Le cristal temporel ouvre donc la voie à un mouvement perpétuel sans usure.

Les cristaux temporels seront un élément essentiel des ordinateurs quantiques, le genre d’ordinateurs qui peuvent résoudre des problèmes complexes avec des technologies de vitesse et de puissance incroyables qui ne sont même pas inventées, par exemple : les entraînements à distorsion qui pourraient rendre possible un voyage interstellaire rapide, et une technologie médicale qui pourrait guérir pratiquement n’importe quelle maladie.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 37 742 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page