Mystique

Les huit étapes de l’ascension et de la chute de la civilisation

par Mgr. Charles Pape

Les cultures et les civilisations traversent des cycles. Au fil du temps, de nombreuses civilisations et cultures se sont développées puis ont décliné.

Nous qui vivons des moments douloureux comme ceux-ci, nous ferions bien de rappeler ces vérités. Les cultures et les civilisations vont et viennent ; seules l’Église (bien qu’ayant souvent besoin d’être réformée) et la vraie culture biblique demeurent. Une vieille chanson dit: « Seul ce que vous faites pour Christ durera. » Oui, tout le reste passe ; l’Église est comme une arche dans les eaux qui passent de ce monde et dans les eaux de crue de temps comme ceux-ci.

Pour ceux d’entre nous qui aiment notre pays et notre culture, la douleur est réelle. Par la grâce de Dieu, de nombreuses fleurs blondes sont venues de la culture occidentale telle qu’elle a grandi au cours du dernier millénaire. Quelles que soient ses imperfections (et elles étaient nombreuses), la grande beauté, la civilisation et le progrès ont émergé au carrefour de la foi et des dons humains. Mais maintenant, il semble que nous soyons à la fin d’une époque.

Nous sommes dans une impasse dont nous ne semblons pas pouvoir nous sortir. La cupidité, l’aversion au sacrifice, la laïcité, le divorce, la promiscuité et la destruction de l’unité la plus fondamentale de la civilisation (la famille) ne font pas une culture saine. Il semble n’y avoir aucune base pour une véritable réforme et l’obscurité croissante suggère que nous entrons dans les dernières étapes d’une maladie. C’est douloureux mais pas sans précédent.


Les sociologues et les anthropologues ont décrit les étapes de l’ascension et de la chute des grandes civilisations du monde.

Le philosophe écossais Alexander Tyler de l’Université d’Edimbourg a noté huit étapes qui articulent bien ce que l’histoire révèle. Je les ai rencontrés pour la première fois dans le livre de Ted Flynn, The Great Transformation. Ils donnent beaucoup de recul sur ce que nous vivons actuellement.

Examinons chacune des huit étapes. Les noms des étapes proviennent du livre de Tyler. Mes brèves réflexions suivent en clair.


1. De la servitude à la croissance spirituelle – De grandes civilisations se forment dans le creuset. Les Juifs de l’Antiquité ont été en esclavage pendant 400 ans en Égypte.

La foi chrétienne et l’Église sont sorties de 300 ans de persécution. La chrétienté occidentale a émergé des conflits chaotiques lors du déclin de l’Empire romain et des mouvements de tribus « barbares » souvent féroces. La culture américaine a été formée par les injustices qui se sont développées à l’époque coloniale. Les souffrances et les injustices provoquent, voire forcent, la croissance spirituelle. La souffrance apporte la sagesse et exige une discipline spirituelle qui recherche la justice et des solutions.

2. De la croissance spirituelle au grand courage – Après avoir été renforcés dans le creuset de la souffrance, le courage et la capacité d’endurer de grands sacrifices se manifestent.

Des dirigeants oints émergent et les gens sont appelés au courage et au sacrifice (y compris la mort) afin de créer un monde meilleur et plus juste pour les générations futures.


Les gens qui ont peu ou rien n’ont aussi peu ou rien à perdre et sont souvent plus disposés à vivre pour quelque chose de plus important qu’eux-mêmes et leur propre plaisir. Une bataille s’engage, une bataille exigeant du courage, de la discipline et d’autres vertus.

3. Du courage à la liberté – À la suite d’un combat courageux, l’ennemi est vaincu et la liberté et une plus grande justice émergent.

À ce stade, une civilisation émerge, enracinée dans ses plus grands idéaux. Beaucoup de ceux qui ont mené la bataille sont encore en vie, et l’héritage de ceux qui ne le sont pas est encore frais. L’héroïsme et les vertus qui ont amené la liberté sont encore estimées. Les idéaux pour lesquels on a lutté pendant les années passées dans le creuset sont encore largement acceptés.

4. De la liberté à l’abondance – La liberté inaugure une plus grande prospérité car une civilisation fonctionne toujours avec les vertus du sacrifice et du travail acharné.

Mais vient alors le premier danger : l’abondance. Les choses qui sont en trop grande abondance ont tendance à nous peser et à prendre leur propre vie. En même temps, les luttes qui engendrent la sagesse et forcent l’âme à la discipline et aux priorités appropriées passent à l’arrière-plan. Jésus a dit que la vie de l’homme ne consiste pas en ses possessions.

Mais essayez simplement de dire cela aux gens d’une culture qui commence à connaître l’abondance. Une telle culture vit des fumées des sacrifices antérieurs ; ses habitants sont de moins en moins disposés à faire de tels sacrifices. Les idéaux diminuent d’importance et l’abondance pèse sur l’âme des citoyens. Les sacrifices, la discipline et les vertus responsables de l’épanouissement de la civilisation sont de plus en plus éloignés de la conscience collective ; la jouissance de leurs fruits devient l’objectif.

5. De l’abondance à la complaisance – Être complaisant signifie être satisfait de soi et de moins en moins conscient des tendances sérieuses qui minent la santé et la capacité de prospérer.

Tout a l’ air bien, donc ça doit aller . Pourtant, les fondations, les ressources, les infrastructures et les vertus nécessaires s’effondrent. Alors que les vertus, les disciplines et les idéaux deviennent de plus en plus éloignés, ceux qui sonnent l’alarme sont qualifiés par les complaisants de « rabat-joie » et considérés comme extrêmes, durs ou critiques.

6. De la complaisance à l’apathie – Le mot apathie vient du grec et fait référence à un manque d’intérêt ou de passion pour les choses qui animaient et inspiraient autrefois.

En raison de la complaisance de l’étape précédente, le manque croissant d’attention aux tendances inquiétantes avance jusqu’au rejet pur et simple. Beaucoup pensent ou se soucient rarement des sacrifices des générations précédentes et perdent le sens qu’ils doivent travailler et contribuer au bien commun. La « civilisation » subit le coup dur d’être remplacée par la personnalisation et la privatisation à des degrés croissants.

Travailler et se sacrifier pour les autres devient plus lointain. Un nombre croissant devient de plus en plus disposé à vivre sur la carcasse des sacrifices précédents. Ils se garent aux frais de quelqu’un d’autre, mais ne rempliront pas eux-mêmes le parcomètre. Le travail acharné et l’autodiscipline continuent de s’éroder.

7. De l’apathie à la dépendance – De plus en plus de personnes manquent des vertus et du zèle nécessaires pour travailler et contribuer.

Les souffrances et les sacrifices qui ont construit la culture sont désormais un lointain souvenir. Alors que la discipline et le travail semblent de plus en plus « trop durs », la dépendance augmente. La culture collective bascule désormais dans le sens de la dépendance. La souffrance, quelle qu’elle soit, semble intolérable. Mais la vertu n’est pas considérée comme la solution.

Ayant vécu des sacrifices des autres pendant des années, la civilisation insiste maintenant sur le fait que « les autres » doivent résoudre leurs problèmes. Cela a entraîné des demandes croissantes de solutions gouvernementales et collectives. Cela aggrave à son tour la dépendance, car les solutions passent de la vertu personnelle et des sacrifices familiaux locaux à des solutions centralisées.

8. De la dépendance à la servitude – À mesure que la dépendance augmente, le pouvoir centralisé augmente également.

Les personnes dépendantes ont tendance à devenir de plus en plus dysfonctionnelles et désespérées. A la recherche d’un sauveur, ils se tournent vers la direction centrale forte. Mais le pouvoir centralisé corrompt et tend à introduire une intrusion croissante du pouvoir centralisé. Les injustices et les intrusions se multiplient. Mais ceux qui sont en servitude ne connaissent pas d’autres solutions.

La vertu familiale et personnelle (ingrédients indispensables à toute civilisation) est désormais effectivement remplacée par un contrôle centralisé de plus en plus sombre et despotique, avide de plus en plus de pouvoir. De cette façon, la civilisation est progressivement terminée, car les personnes en servitude n’ont plus les vertus nécessaires pour se battre.

Une autre possibilité est qu’une nation ou un groupe plus puissant puisse entrer, par invasion ou remplacement, et détruire les derniers vestiges d’une civilisation décadente et les remplacer par leur propre culture.

Quoi qu’il en soit, c’est le retour au creuset, jusqu’à ce que la souffrance et les conflits apportent suffisamment de sagesse, de vertu et de courage nécessaires pour commencer une nouvelle civilisation qui renaîtra de ses cendres.

Ce sont des jours difficiles, mais la perspective peut aider. Il est difficile de nier que nous vivons à la fin d’une époque.

C’est douloureux parce que quelque chose que nous aimons est en train de mourir. Mais de la mort naît une nouvelle vie. Seul le Seigneur connaît la prochaine étape et long sera cet interrègne. Regardez à Lui. Allez voter, mais ne mettez pas votre confiance dans les princes ( Ps 146:3 ). Dieu préservera Son peuple, comme Il l’a fait dans l’Ancienne Alliance. Il préservera ceux d’entre nous qui sont maintenant unis à Lui dans la Nouvelle Alliance. Trouvez votre place dans l’arche, toujours ancienne et pourtant nouvelle.

Mgr. Charles Pape

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 253 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire