Divulgation Cosmique

Les extraterrestres avertissent des dangers de fracture sociale


État du monde: allumez les actualités et vous verrez des manifestations record, des soulèvements historiques et des émeutes dans des rues autrefois calmes – il ne fait aucun doute que l’inégalité croissante des revenus est un problème d’une importance capitale.

Ceci n’est pas une citation d’un article récent dans un magazine pour le changement social, mais la déclaration d’ouverture du chapitre 2 du rapport Outlook on the Global Agenda 2014 du Forum économique mondial, mieux connu pour sa réunion annuelle de l’élite mondiale en Davos.

Les dirigeants mondiaux sont enfin de plus en plus conscients des dangers de l’écart énorme et grandissant entre les riches et les pauvres, et le fait que cette tendance ne peut pas se poursuivre sans contrôle s’était également reflété dans le discours du président Obama sur l’état de l’Union de janvier 2014 :

« Aujourd’hui , après quatre années de croissance économique, les bénéfices des entreprises et les cours des actions ont rarement été plus élevés, et ceux qui sont au sommet n’ont jamais fait mieux. Mais les salaires moyens ont à peine bougé. L’inégalité s’est aggravée. (…) Le fait froid et dur est que même en pleine reprise, trop d’Américains travaillent plus que jamais juste pour s’en sortir – et encore moins pour aller de l’avant. » Il a ensuite décrit les politiques destinées à faire face aux dangers inhérents à la disparité croissante des revenus et des opportunités.

Une façon dont les gens qui ont du cœur et un peu de bon sens expriment souvent leur incrédulité face aux relations dysfonctionnelles de l’humanité avec elle-même et la planète est de prendre le point de vue d’un étranger : « Si un Martien visitait notre planète… » suivi d’une observation de la façon dont les humains ont compliqué la vie pour eux-mêmes ou pour d’autres créatures, ce qui n’a aucun sens au-delà d’un motif de profit.

Il n’est peut-être pas surprenant, dans ce contexte, qu’il ait fallu si longtemps aux dirigeants mondiaux pour reconnaître les dangers engendrés par ces inégalités sociales.

Bien que de nombreux lecteurs de ces pages sauront que nous avons été visités et que nous sommes visités par des personnes d’autres planètes, beaucoup ne savent peut-être pas que ces mêmes visiteurs ont exprimé à plusieurs reprises leurs inquiétudes quant à la manière dont nous avons choisi d’organiser la société autour de la nécessité de gagner de l’argent pour la vie quotidienne et poursuivre le «rêve» d’une richesse illimitée, peu importe si cela tue la planète.

Par exemple, en 1954, lors de son séjour sur un vaisseau-mère, George Adamski se fait dire par ses hôtes venus de l’espace :

« Si l’homme veut vivre sans catastrophe, il doit considérer son semblable comme lui-même, l’un le reflet de l’autre. » Après de nombreuses années de contact soutenu avec les habitants d’autres planètes, Adamski ajouta en décembre 1964 : « Pour avoir une société saine et prospère, ce qui cause le plus de problèmes doit être supprimé. Comme nous le savons tous, cette stigmatisation est la pauvreté au milieu de l’abondance. C’est la cause de la maladie, du crime et des nombreux maux que nous connaissons… »

Consultant civil auprès des militaires à la fin des années 40, Daniel Fry a été contacté le 4 juillet 1949 par un pilote de soucoupe qui a atterri devant lui dans le désert après que M. Fry eut raté son bus de retour. À un moment donné au cours de son contact, qui, selon lui, comprenait un trajet en soucoupe de la Californie à New York et retour, on a dit à M. Fry :


« Avec l’absence du besoin vient la liberté de la peur et votre civilisation aurait dépassé le point critique de sa développement. »

Daniel Fry

De même, Truman Bethurum, un routier californien, fut contacté fin juillet 1952. Son contact n’impliquait pas un voyage dans le « chaland », comme il appelait la soucoupe, mais il fut invité à bord pour des discussions avec son capitaine le sept ou huit occasions.

Parmi ceux-ci, il a dit qu’il « avait l’impression que la coopération entre tous leurs peuples est une caractéristique inhérente à leur vie, et que la pauvreté est inconnue. Aussi, que ce que nous appelons richesses ou richesses est certainement plus également distribué que sur notre terre. »

En conséquence, le capitaine lui dit qu’il n’y a pas de criminels ou d’escrocs sur leur planète (identifiée comme ‘Clarion’).

« Pas même les spéculateurs. (…) Si nous les avions sur Clarion, cela ne vaudrait bientôt plus rien ; nous aurions des manoirs et des bidonvilles, comme vous.

Buck Nelson, un agriculteur et propriétaire d’une scierie de Denver qui a été contacté pour la première fois fin juillet 1954, a écrit après avoir visité certaines des planètes de notre système :

« Certaines de nos méthodes couramment utilisées pour gagner leur vie seraient absolument inacceptables pour eux. L’une de ces méthodes est notre pratique consistant à gagner de l’argent avec de l’argent de tant de manières différentes.

Enfin, le contacté brésilien Dino Kraspedon (pseudonyme d’Aladino Félix), qui a fait son expérience à peu près au même moment où George Adamski a fait sa célèbre rencontre dans le désert californien en novembre 1952, s’est déjà fait dire sans équivoque :

« … des guerres ont lieu contre les souhaits de la plupart des gens, car les pauvres ne se battent pas facilement. Le carnage est devenu l’apanage des riches et des puissants… L’abondance les a aveuglés, la gourmandise a obscurci leur vision. Les conflits sont le produit de l’égoïsme.

En fait, les gouvernements et les militaires ont réussi à discréditer les expériences et les informations que ces hommes ont été invités à partager avec le monde au milieu de la guerre froide. Pourtant, dans les années 1960, un contacté a reçu des informations sans précédent sur l’organisation sociale de la planète d’origine de ses contacteurs.

L’histoire d’un homme d’affaires

Stefan Denaerde (à gauche) Wendelle Stevens (à droite)

L’homme d’affaires néerlandais Ad (abréviation d’Adrian) Beers et sa famille naviguaient sur l’Escaut oriental, un grand estuaire du sud-ouest de la Hollande, un soir d’été, lorsque la boussole de son yacht semblait cassée. Alors qu’il retournait au port, il regardait soudainement un puissant projecteur bleu-blanc. Mettre le moteur en marche arrière, à pleine puissance, n’a pas pu empêcher le bateau de heurter quelque chose de solide. En y regardant de plus près, il semblait que le bateau de M. Beers avait heurté la coque d’un navire renversé et il a vu un corps flottant dans l’eau à proximité.

Alors qu’il sautait par-dessus bord avec une bouée de sauvetage, il a atterri sur une surface dure à une profondeur de seulement trois pieds. Peu de temps après qu’il ait attaché la ligne de vie au corps flottant, quelqu’un dans une tenue similaire à celle de la personne qui se noie, qui ressemblait à une combinaison spatiale, est venu patauger dans l’eau pour l’aider dans ses efforts de sauvetage.

Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il s’est rendu compte qu’il s’agissait de visiteurs d’une autre planète qui, par gratitude pour ses efforts de sauvetage, ont continué à lui offrir des informations détaillées sur leur monde. Pendant deux jours, on lui montra des images vivantes de la façon dont la société sur « Larga », comme ils appelaient leur planète, était organisée, accompagnées d’explications détaillées de la philosophie sous-jacente.

En tant que directeur général de l’importateur néerlandais du constructeur suédois de camions Scania, M. Beers a présenté son histoire comme de la science-fiction sous le pseudonyme de Stefan Denaerde (« Steve of Earth »), dans le livre à grand succès Buitenaardse beschaving (« Civilisation extraterrestre ») en 1969. En 1977, la première édition anglaise a été publiée sous le titre Operation Survival Earth, tandis qu’une édition augmentée a été publiée cinq ans plus tard par feu Wendelle Stevens sous le titre Contact from Planet Iarga.

Avec sa propre expérience en tant que dirigeant d’entreprise, M. Beers a été extrêmement impressionné par l’efficacité, qu’il considérait comme terrifiante, de l’organisation sociale de la planète :

« Ce doit être une planète gouvernée universellement, mais apparemment si strictement gouvernée que tout était rationalisé et standardisé. Quelle horrible pensée ! Pourtant, en déplorant ce qu’il perçoit comme un manque de la caractéristique qui est au cœur des maux de la société actuelle, il témoigne en même temps d’une certaine perfection ce que les participants à l’affaire de l’amitié italienne ont appris de leurs contacts depuis l’espace, et qui semble être le but de l’humanité alors que nous répondons de plus en plus aux énergies du Verseau d’unité et de synthèse :

« Leur point faible est le développement de leur individualité. Ils font presque tout en groupe, ils pensent collectivement et ils obéissent à la lettre aux lois de leur société. Ils vivent pour et par l’amitié et l’amour au sein du groupe.

Gouvernements planétaires et systèmes sociaux

À propos du niveau de réalisation de ses hôtes, l’écrivain dit :

« Leur définition du mot civilisation ou culture n’a rien à voir avec le niveau de développement scientifique ou technologique, mais avec la manière dont la communauté prend soin de la êtres handicapés ou plus faibles. Le mot superculture définit la situation qui survient lorsque, grâce à l’effort individuel, une structure de groupe a surgi qui abolit toute discrimination contre tout individu.

Rappelant les conclusions du rapport Nord-Sud de la Commission Brandt de 1980 : un programme pour la survie, selon lesquelles la seule issue à nos problèmes sur Terre est la reconnaissance de notre interdépendance mutuelle et la nécessité de politiques mondiales pour assurer les besoins fondamentaux de chaque être humain étant, les contacts de M. Beers depuis l’espace lui disent :

« Notre système économique universel cosmique peut être comparé à la fois au communisme et à l’économie capitaliste occidentale. On peut aussi dire que notre économie cosmique ne peut être comparée à aucune. (…) Ce n’est que par ce système qu’une race peut atteindre un niveau culturel de stabilité sociale.

La planète LARGA

Alors que les habitants de la Terre sont actuellement pris dans un système grossièrement faussé qui les réduit à des serviteurs de « l’économie » et où les mesures d’austérité qui affectent profondément les services sociaux sont justifiées par les politiciens comme « nécessaires pour stimuler l’économie », le système économique sur « Larga » sert les besoins du peuple et aide même l’auteur, en tant qu’exposant du système de marché libre, à voir comment un système basé sur la justice aide également la liberté à s’épanouir :



« Le système économique universel se manifeste dans la pratique être un système de production efficace de biens et de services, en accordant une importance prioritaire aux secteurs du logement, de la nutrition et des transports. (…) Le but de ce système est de libérer autant que possible l’individu du travail non créateur et servile. En effet, « le système économique universel qui existe par un grand nombre de races intelligentes, ne se préoccupe pas de l’argent, de la possession ou du paiement. Le but de ce système est de libérer les gens des influences matérielles et des motivations ».

En réponse à des questions sur les moyens d’échange et les systèmes de gouvernements sur d’autres planètes, George Adamski écrivait en octobre 1957 :

« Leurs moyens d’échange sont un système d’échange de marchandises et de services, sans utilisation d’argent. Toute production est au bénéfice de chacun, chacun recevant selon ses besoins. Et comme il n’y a pas d’argent en jeu, il n’y a pas de « riches » ; il n’y a pas de « pauvres ». Mais tous partagent également, travaillant pour le bien commun. (…) Les besoins de la population sont considérés de manière impartiale par [un organe de représentants élus de tous les quartiers et de tous les horizons], et les problèmes sont résolus pour le bien commun de tous.

De même, ils on dit à Ad Beers :

« … nous n’avons pas d’argent, mais tout le monde peut partir en vacances (…) s’il le souhaite. Et : « Rien n’est payé sur Iarga, seulement enregistré. Ce qu’un consommateur utilise est enregistré dans le centre informatique (…) et cela ne peut excéder ce à quoi il a droit.

Ses contacts de l’espace lui expliquent que sur « Larga », deux organisations mondiales de consommateurs « stimulent les trusts [de production] pour produire les biens dont on a besoin. Les fiducies ne sont pas autorisées à faire de la publicité ou à exercer une quelconque influence sur le consommateur, car cela ne pourrait jamais être objectif » car « dans une société socialement stable, vous auriez non seulement la liberté d’expression, mais, plus important encore, la liberté de pensée . La propagande, les informations unilatérales répétées, ont porté atteinte à la liberté de pensée… »

Lorsque M. Beers a demandé aux visiteurs de l’espace des connaissances technologiques plus spécifiques pour faire avancer la civilisation de la Terre, la réponse n’aurait pas pu être plus claire :

« La dernière chose dont vous avez besoin, ce sont des informations technologiques pour augmenter l’écart entre votre développement intellectuel et votre quasi inexistant développement social. Continuez à jouer avec vos sondes martiennes pour le moment, car la moitié de la population mondiale vit dans la pauvreté et la faim. La seule information dont vous avez besoin se situe dans le domaine des normes sociétales.

Sur la base des descriptions que M. Beers donne, des informations qui sont partagées avec lui, l’auteur actuel, dont les recherches antérieures indiquent que la présence d’ET sur Terre provient des planètes de notre propre système solaire, spéculerait que l’équipage du vaisseau de M. Beers provenait en fait de la planète Mars, que Truman Bethurum a décrite comme « une grande planète manufacturière ».

Benjamin Creme a dit que Mars est au même niveau d’évolution que la Terre, mais il rajoute :

« Mars n’a pas fait autant d’erreurs que nous, c’est pourquoi elle a une technologie incroyablement en avance sur la nôtre. Ce sont des maîtres de l’espace, des maîtres de l’énergie. Ils fabriquent la plupart des vaisseaux spatiaux que nous voyons et appelons OVNI, des petits vaisseaux éclaireurs aux gigantesques vaisseaux-mères. Même certains vaisseaux vénusiens sont fabriqués sur Mars selon les spécifications vénusiennes. Les ovnis et les Frères de l’espace donnent une explication du concept de vie sur les plans physiques éthériques (subtiles) de la matière, que la science recherche comme « matière noire » ou « énergie noire ».

Un autre indice intéressant quant à la réalité des plans éthériques a été rapporté début juillet 2014 lorsque les astrophysiciens ont annoncé que leurs recherches montraient qu’il y avait 400 % de lumière en plus dans l’espace intergalactique que ce qui pourrait être attribué à des sources connues.)

L’exopolitique redéfinie

Bien que l’histoire d’Ad Beers se concentre sur les aspects les plus banals de la vie sur « Larga », son échange avec les gens de l’espace comprenait quelques points « philosophiques » qui sonneront une cloche auprès des lecteurs qui connaissent les enseignements sur le détachement de, par exemple, J. Krishnamurti :

« Le bonheur est d’être en paix avec soi-même et son environnement. Ceci est déterminé dans une large mesure par le succès d’une personne à atteindre ses objectifs, en d’autres termes, par une évaluation impitoyable de soi-même. Cet individu s’efforçant d’atteindre un objectif qu’il s’est choisi [par opposition à la compétition avec les autres ; GA] est la créativité chez l’homme.

Et :

« Le corps avec toutes ses exigences égoïstes n’est qu’une coquille. Nous ne sommes concernés que par l’intellect créateur, l’âme qui est capable d’une pensée altruiste. Comment éduquer les enfants à la liberté et au bonheur ? La liberté est l’absence d’effet de contrainte sur le comportement de l’individu. La liberté ne s’obtient pas avec une arme à la main. Elle ne peut être obtenue que par la formation mentale soigneuse de leurs enfants par les parents, par la conception correcte du bien et du mal.

Ainsi, alors que le monde est prêt, même sans le savoir, pour l’acte final du drame planétaire qui se joue alors que l’effondrement de nos systèmes défectueux érode tout semblant de démocratie et force l’humanité à affronter à nouveau les réalités spirituelles de la vie et à rejoindre mains pour exiger justice et liberté pour tous, il est intéressant de noter que non seulement la Vie et le règne humain sont des événements universels dans tout le Cosmos, comme je l’ai documenté ailleurs, mais il en va de même des Lois qui régissent leur expression dans de justes relations humaines en tant que fondement pour un système social sain qui assure la survie de la race et le progrès sûr de sa civilisation.


Avec beaucoup plus d’informations dans le même sens de ces contactés et d’autres, que je présenterai dans mon prochain livre, une nouvelle définition de l’exopolitique se présente.

La définition la plus simple de « l’exopolitique » pour le moment va quelque chose comme : « l’étude des acteurs politiques, des processus et des institutions associés à la vie extraterrestre. »

Pour certains, cela présuppose l’existence d’une vie extraterrestre, pour d’autres simplement la possibilité d’une telle. Les lecteurs qui connaissent mes livres sauront que je considère la présence extraterrestre sur Terre comme un fait incontestable, basé sur une triangulation de correspondances entre les informations des contactés originaux des années 1950, la sagesse partagée de l’humanité à travers les âges et les expériences de dignitaires et fonctionnaires au cours des dernières décennies,


Sur la base des informations contenues dans cet article, et de leur pertinence par rapport à l’état du monde aujourd’hui – qui a également été souligné par Paul Hellyer dans son livre de 2010 Light at the End of the Tunnel – A Survival Plan for the Human Species. Une définition plus pratique du terme « exopolitique » semble appropriée, qui renvoie au sens originel de ses constituants, « exo » signifiant « (de) l’extérieur » et « politique » signifiant « affaires concernant l’État ou ses citoyens » :

Exopolitique : Des 
 gens d’autres planètes montrant à l’humanité des manières alternatives et plus saines d’organiser la société, sans imposer leurs points de vue.

Cela fait d’« exopolitique » un concept à la fois beaucoup plus urgent, car il place la présence extraterrestre sur Terre solidement dans le contexte des crises auxquelles l’humanité est confrontée aujourd’hui – politique, économique, financière, sociale et environnementale.

Gerard Aartsen M.Ed.

n se basant sur les récits historiques, les preuves documentés et les témoignages des contactés des débuts et de nos contemporains, avec en toile de fond les Enseignements de la Sagesse Immémoriale, ce livre révèle les efforts patients et soutenus des gens de l’espace pour dialoguer avec les gens de la Terre.



Que pensez-vous de cet article...? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation

Merci de votre soutien

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'expansion de la conscience planétaire. Amour, Confiance et Gratitude... Miléna



(Vu 3 fois, 1 visites aujourd'hui)

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :