Cas de conscience

Les Arabes de Gaza sont des morts-vivants

par Deborah C. Tyler

Les Arabes de Gaza sont le peuple le plus trompé et le plus misérable du monde. Leurs vies sont le fer de lance de l’illusion génocidaire selon laquelle les descendants des Arabes déplacés en 1948, ainsi que d’autres personnes dans la région, peuvent anéantir le peuple israélien et prendre le contrôle de la terre d’Israël.

Cette vision est folle. Elle propose que les Gazaouis, sans force militaire, sans force aérienne, sans armée entraînée ou sans institutions démocratiques, réaliseront une conquête génocidaire des Juifs, la civilisation la plus prospère de l’histoire, qui a mis en œuvre la revendication territoriale religieuse la plus forte du monde – un triomphe tardif qui fournit une volonté extraordinaire de survie nationale – et qui se trouve également être, par habitant, la nation la plus efficacement militarisée de la planète.

Comment tous les habitants de Gaza peuvent-ils être amenés constamment à de telles souffrances au service d’un objectif génocidaire impossible ? La réponse est qu’ils fournissent un système renouvelé de haine des Juifs et actualisent la croyance selon laquelle le monde se porterait mieux sans les Juifs.


Les nations riches financent les habitants de Gaza, dans l’ignorance, pour maintenir haut et fort cette forme de haine la plus séculaire. Au fil des générations, les Arabes de Gaza ont été soutenus et manipulés comme des morts-vivants. Ils n’ont pas de gouvernement fonctionnel. Ils sont économiquement improductifs, culturellement inexistants, suspendus dans le temps, sans identité nationale hormis leur vacarme sans fin de « mort des Juifs ».

Trois facteurs se sont produits au cours des 75 dernières années pour alimenter la haine professionnelle et le statut de victime indemnisée des Arabes de Gaza :

1) L’abondance scientifique post-pénurie, en particulier en matière d’approvisionnement alimentaire, a permis la dépendance « gouvernementale », le socialisme non productif et la vocation rentable de victimisation.

La post-rareté a permis aux pays développés (ironiquement, y compris Israël) de maintenir les Arabes de Gaza comme le premier Dependistan victime du monde, sans commerce ni industrie majeurs.


2) Les Juifs ont été incapables de conquérir et n’ont pas réussi à se protéger d’une invasion violente. La possession territoriale s’obtient en trois étapes : une revendication, une conquête et un contrôle continu par le pouvoir militaire.

Les morts-vivants de Gaza sont apparus parce que les Juifs ne se livrent pas à une conquête brutale. Les Juifs ne savent pas qu’ils ont coupé les têtes et ne laisseront pas les Gazaouis ou les Arabes de Judée-Samarie jusqu’aux frontières, au fleuve ou à la plage. Les Juifs prétendent que les Gazaouis sont séparés du Hamas et donnent leur gagne-pain à ceux qui envisagent de les tuer.

3) Plus important encore, la tragédie de ces morts-vivants et la mise en danger constante d’Israël sont dues au fait que le monde est toujours accro à la haine des Juifs.

Historiquement, les nations gardaient une réserve de Juifs méprisés dans des placards urbains pour se protéger lorsqu’ils étaient en difficulté et pour répondre à des questions difficiles auxquelles elles ne pouvaient pas répondre elles-mêmes. Cependant, après la Seconde Guerre mondiale et l’Holocauste, la haine des Juifs a connu des temps difficiles, et les réserves mondiales de cette bigoterie la plus sûre, la plus propre et la plus respectable ont été cruellement épuisées.

Alors les Juifs ont fait quelque chose d’impardonnable. Ils ont quitté les placards des autres nations pour rejoindre leurs coreligionnaires en Israël et repousser avec succès les attaques des Arabes.

Mais ils n’ont pas réellement conquis le pays ; ils acceptaient les bribes qui leur étaient accordées par d’autres. Ils n’ont pas massacré d’innocents, comme le font les musulmans. Ils pensaient avoir gagné parce qu’ils avaient survécu à une succession rapide de guerres. « Es-tu mort, Shmuel ? » « Non. » « Es-tu mort, Shlomo? » « Non. » « Nous avons gagné! »

Mais le monde ne pouvait pas accepter une patrie juive. Les Palestiniens ont été soutenus pour punir les parvenus, pour raviver la haine des Juifs et rendre à nouveau banal le meurtre des Juifs, y compris pour les Européens et les Américains instruits qui ont toujours été accros à cette bigoterie la plus vénérable.

Les Arabes de Gaza sont des morts-vivants politiques parce qu’il est faux de les appeler Palestiniens.

Les origines du nom « Palestine » sont controversées, mais il n’est pas contesté que le désert sans frontières autrefois appelé Palestine n’existe plus. La guerre d’indépendance israélienne de 1948 ne s’appelle pas la guerre israélo-palestinienne ; c’est la guerre israélo-arabe. Les citoyens arabes israéliens ne sont pas appelés Palestiniens israéliens ; ce sont des Arabes israéliens.

L’identité pseudo-nationale des Palestiniens renaît et devient une arme dans les années 1960, lorsqu’il devient clair que les Juifs ne vont pas disparaître. Même lorsqu’il existait une région appelée Palestine en anglais, qui comprenait Jérusalem, elle n’avait pas d’organisation politique unificatrice. (Dieu aime placer les sites sacrés dans des endroits secs et difficiles afin que les croyants ne se précipitent pas dans les prières pour se rendre à la plage.)

En plus de rendre riches quelques dirigeants terroristes, l’apposition de la défunte identité palestinienne aux Gazaouis garantit qu’ils n’ont aucun pouvoir fonctionnel. gouvernance politique, et ils n’en ont pas non plus besoin parce que leur objectif particulier est la mort des Juifs.

Un autre terme qui a peut-être perdu son utilité est l’étiquette politique de « sionisme ». Le lien entre l’Islam et la Mecque n’est pas le Meccaïsme ; c’est l’Islam. Le lien entre les Juifs et la Sion biblique n’est pas le sionisme ; c’est l’essence du judaïsme.

Le judaïsme est le club de lecture le plus ancien au monde. Même si les Juifs ne mènent pas de conquêtes violentes, ils ont suffisamment appris dans les livres pour utiliser les mots justes. En ce moment déchirant où plus jamais ça ne se reproduirait, le gouvernement israélien doit décréter qu’il mettra officiellement fin à l’utilisation du terme « Palestinien », qu’il ne reconnaîtra rien des Palestiniens et qu’il ne conclura aucun accord, accord ou association avec aucune entité ou personne appelant eux-mêmes Palestiniens.

L’abondance post-pénurie a abouti à un socialisme de contrôle par miettes et à la victimisation compensée du Dépendistan de Gaza. Il n’existe aucun droit donné par Dieu à une quelconque possession matérielle, ni aucun droit inaliénable pour les gens de vivre sur quelque terre que ce soit. Toutes les terres habitées ont été revendiquées, conquises et contrôlées à de nombreuses reprises. L’étude même de l’histoire du monde est plus ou moins une chronologie de la conquête militaire.

Jusqu’à tout récemment, la vie sur Terre était pour la plupart des gens une lutte quotidienne pour leur subsistance et leur survie. Lorsqu’un peuple était conquis et que ses richesses et ses terres étaient saisies, il était neutralisé par des massacres ou par l’esclavage. Les peuples conquis qui n’étaient pas considérés comme une menace pourraient être autorisés à survivre en tant qu’indésirables exploités parmi les peuples conquérants. Cette situation a été radicalement modifiée par les progrès scientifiques, qui ont permis à des milliards de personnes de surmonter la lutte pour le pain quotidien.

Parmi les grandes avancées apportées par la post-rareté scientifique, un point négatif est que de nombreux adultes valides n’ont plus du tout besoin de travailler.

Les Gazaouis sont le premier groupe identitaire national à vivre de l’argent des autres dans une économie à la demande « à mort pour Israël ».

Comparez la réponse du monde à Netanyahu et à Poutine.

Poutine entasse impitoyablement les cadavres pour faire valoir sa revendication controversée sur le territoire ukrainien.

Netanyahu se défend contre une attaque odieuse contre sa nation et est vilipendé dans le monde entier, tandis que Poutine est humanisé et incompris. Pourquoi? Netanyahou est juif.

L’ONU est ouvertement anti-juive. Le secrétaire général glorifie le Ramadan, célèbre la sagesse qu’il a apprise du jeûne et comment les combats doivent cesser avant cette fête musulmane. Qu’a-t-il appris en jeûnant à Yom Kippour ?

Les terroristes attaquent depuis longtemps Israël lors des fêtes juives. Le secrétaire général ne déplore pas le 7/10 Sim’hat Torah parce que c’est une fête juive. Chaque communauté éduque ses enfants, non seulement sur le plan académique, mais aussi sur des idéaux partagés.

Les morts-vivants de Gaza confient l’éducation de leurs enfants à l’ONU, parce que l’idéal est de haïr Israël.

Puisse Dieu libérer les Arabes de Gaza des conditions misérables auxquelles ils s’accrochent. Que Dieu éloigne ce peuple d’Israël vers une vie productive dans les vastes terres de ses frères arabes.

Puisse-t-on enfoncer une pointe dans le cœur mort de la haine envers les Juifs.

Puisse Dieu aider le monde à comprendre à quel point il est grand et bénéfique pour l’humanité de renoncer une fois pour toutes à son inimitié contre le peuple juif et d’accepter l’État d’Israël dans la famille des nations.

American Thinker


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 148 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading