Cas de conscience

Changer de posture vis à vis du Diable

La posture mondiale de l'Iran et l'impératif international envers le "Diable de Téhéran".

La posture du gouvernement de Téhéran, incarnée dans ses vœux de représailles contre les agressions perçues, masque souvent un réseau complexe de vulnérabilités internes et d’isolement externe.

Malgré leur image de force et de défi inébranlables, les récentes contre-mesures stratégiques, telles que celles prises par Israël, soulignent la fragilité des menaces iraniennes. Ces actions révèlent non seulement le caractère creux des fanfaronnades de Téhéran, mais éclairent également les implications plus larges de sa conduite internationale.

Alors que les plus hauts responsables du régime accueillent ouvertement des figures terroristes, ils soulignent par inadvertance la précarité de la stabilité régionale et l’insécurité des forces internationales, remettant ainsi en question la complicité passive des politiques diplomatiques mondiales à l’égard de l’Iran.


La projection d’une agression par Téhéran, notamment à travers ses promesses de représailles contre Israël et les États-Unis, est de plus en plus reconnue comme une façade plutôt que comme une démonstration de véritable puissance. Cette perception a été clairement soulignée par l’opération stratégique d’Israël à Damas, un acte non seulement réactionnaire mais révélateur des affiliations périlleuses de Téhéran, particulièrement mises en lumière par l’adhésion récente d’un dirigeant du Hamas aux plus hauts échelons iraniens.

De tels événements mettent en lumière une dure réalité : l’existence d’Israël et la sécurité des soldats américains sont menacées – non seulement à cause des actions de l’Iran, mais aussi à cause d’un acquiescement tacite de la diplomatie internationale.

Au cœur de la stratégie étrangère de la République islamique se trouve un semblant d’engagement diplomatique, masquant la véritable orchestration des Gardiens de la révolution et de la Force Qods.

Cela révèle le rôle du ministère des Affaires étrangères en tant que façade pour les entreprises militaires et d’espionnage. Le rassemblement de militaires près des locaux diplomatiques, apparemment pour comploter contre Israël et les intérêts américains, dévoile encore davantage les véritables intentions du régime.


Les entités médiatiques soutenues par le régime et opérant à l’échelle mondiale, ciblant particulièrement le public de langue persane à l’étranger, sont complices de la prolifération du discours iranien. Cette chambre d’écho orchestrée cherche à manipuler la perception du public, en présentant le défi et l’agression de l’Iran comme légitimes, remettant en question la tolérance de la communauté internationale à l’égard de telles violations des normes mondiales.

La dichotomie à laquelle est confronté le monde aujourd’hui consiste à concilier le mépris de la République islamique pour les lois internationales et l’examen minutieux auquel font face ses victimes, Israël et les États-Unis, pour leurs mesures défensives.

Les conséquences de l’opération israélienne de Damas, qui a démantelé un prétendu centre diplomatique, révèlent le programme de l’Iran : non pas la diplomatie, mais l’orchestration du terrorisme.

Le silence de Téhéran après les frappes ciblées d’Israël dément la capacité de représailles du régime, révélant ainsi ses vulnérabilités.

Sur le plan intérieur, le régime est aux prises avec une population désenchantée par la mauvaise gestion économique et la répression, creusant ainsi le fossé entre le gouvernement et ses citoyens.

En outre, l’ambition idéologique du régime de suprématie régionale et sa vision d’une « profondeur stratégique » s’étendant à travers les continents présentent une image de lui-même illusoire, l’aliénant au niveau international et mettant en évidence ses faiblesses inhérentes.

Le dialogue mondial sur la réponse aux provocations de l’Iran, en particulier ses aspirations nucléaires et son parrainage du terrorisme, souligne la nécessité d’une réponse stratégique et unifiée qui s’étend au-delà de la confrontation militaire. Cette approche implique une position collaborative contre l’idéologie khomeiniste, mettant l’accent non seulement sur les mesures punitives mais aussi sur le renforcement du pouvoir des mouvements internes prônant des réformes.

La posture internationale à l’égard de l’Iran, jusqu’ici caractérisée par des mesures réactives, nécessite un recalibrage stratégique. Cela implique une stratégie d’engagement globale qui s’attaque aux causes profondes des actions déstabilisatrices de Téhéran. L’objectif va au-delà du simple confinement, visant à favoriser un environnement propice au changement interne, en donnant la priorité au bien-être de la population iranienne plutôt qu’aux objectifs expansionnistes du régime.

Le chemin à parcourir pour relever le défi multiforme que représente la République islamique d’Iran est semé d’embûches. Au-delà de l’immédiateté de la dissuasion militaire et de la rigidité des sanctions économiques se trouve la nécessité d’une approche stratégique et holistique. Cela implique de la finesse diplomatique, des pressions financières ciblées et un soutien sans équivoque aux aspirations du peuple iranien à une gouvernance démocratique et à une réforme de la société.

La stratégie de la communauté internationale doit passer d’une posture réactive à un engagement proactif, visant à démanteler les fondements idéologiques et militaires de la politique étrangère agressive de l’Iran.

Simultanément, la création de conditions propices à la transformation interne en Iran apparaît comme un objectif primordial.

Soutenir les voix montantes de la dissidence et les mouvements populaires aspirant au changement peut catalyser une évolution vers un modèle de gouvernance conforme aux normes mondiales de paix, de démocratie et de respect mutuel. Une telle transformation neutraliserait non seulement une source persistante d’instabilité régionale, mais réintégrerait également l’Iran dans le giron international en tant qu’acteur constructif.

Alors que la communauté internationale réfléchit à ses prochaines actions, les décisions prises influenceront de manière indélébile le paysage géopolitique du Moyen-Orient et du monde en général. Un mélange calibré de fermeté en matière de défense, d’innovation en diplomatie et de solidarité avec la population iranienne offre une voie pour sortir de l’impasse actuelle. Cette approche promet non seulement de contenir une menace mondiale, mais aussi d’ouvrir un nouveau chapitre dans les relations internationales, un chapitre où le dialogue et le respect mutuel l’emporteront sur la discorde et la confrontation.

Erfan Fard

Faire tomber le turban des mollahs

Les manifestants iraniens ne manquent pas d’idées, encore moins de courage, pour protester contre le régime. Ils refusent de plier malgré la répression sanglante qui s’abat sur eux depuis la mort de Mahsa Amini le 16 septembre dernier. Depuis quelques jours, ils retirent le turban des mollahs.

Manifester, se couper les cheveux, déchirer des affiches du guide suprême, ôter le voile en public, manifester pendant les obsèques de personnes tuées par le régime, ne pas acheter des produits de consommation (hors nourriture) provenant du gouvernement, la liste des formes de rébellion contre le régime de Téhéran semble bien loin d’être épuisée. Et d’aucuns de se demander si la peur n’a réellement pas changé de camp en quelques semaines.

2.5 millions de followers sur X , 2.5 millions de personnes qui mangent de la propagande pro république islamique à travers l’occident … une inversion des valeurs de plus en plus manifeste.

Des portraits géants de Khomeini brandis dans plusieurs manifestations à travers le monde, les Houthis et le Hamas glorifiés comme des héros de la résistance … et aucune réaction des dirigeants occidentaux.

La machine est en marche depuis 6 mois, le rouleau compresseur de l’islamisme écrase tout sur son passage en toute impunité.

Tous ces propagandistes occidentaux, chaudement planqués en occident, ont fait des bourreaux du Proche et du Moyen orient, des héros pour les idiots utiles.

Que des millions de personnes aient perdu la vie des mains de ces terroristes n’a que peu d’importance pour ces pseudo « pro palestiniens » , ils ne militent pas pour la paix, ni pour les droits des palestiniens mais pour la destruction d’Israel et de l’occident qu’ils haïssent. Nous paierons très cher notre immobilisme et notre lâcheté face à ces hordes de lobotomisés.

Une victoire du peuple iranien sur les plus gros financiers du terrorisme mondial permettrait enfin d’envisager un avenir éclairé et apaisé pour la région mais aussi pour l’occident. Espérons un réveil des dirigeants occidentaux pour qu’ils soutiennent notre révolution plutôt que de continuer à négocier avec le Diable de Téhéran.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 84 fois, 1 visites aujourd'hui)
Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading