Résonance

Les 33 arches de résonance de l’âme – 17ème arche

Dix-septième Arche : Continuité personnelle consciente et vérité

Dans un cycle d’existence physique donné, une bifurcation de l’énergie de l’âme peut se produire pour permettre deux choix de chemin de vie mutuellement exclusifs. Cela signifie que d’autres versions de soi-même peuvent exister dans d’autres phases de l’espace-temps, chacune d’entre elles permettant une variation volontairement utile de l’évolution spirituelle.

Si une agence volitive (une âme) migre d’une macro-collectivité-singularité vers une autre, sa présence dans la singularité abandonnée continue, moins l’énergie volitive (les composants de l’âme) qui ont migré.

Par conséquent, le corps ne migre pas, seule une partie de l’âme, avec son corps énergétique fonctionnel, migre.

Du point de vue de la composante de l’âme qui a migré, il n’y a pas de différence consciente, car la singularité abandonnée n’existe pas pour eux. Dans leur réalité, ils n’ont pas été frappés par un bus comme dans celle où ils l’auraient été s’ils n’étaient pas sortis. Ils ont migré vers une autre éventualité d’accrétion temporelle choisie.

Du point de vue de l’âme migratrice, tous les contributeurs collectifs co-créatifs et volontaires de leur univers n’ont jamais été laissés derrière, puisqu’ils existent toujours, en parfaite cohérence avec la singularité temporelle de destination vers laquelle ils ont migré.

Du point de vue de l’humain qui reste une singularité lorsque quelqu’un la quitte, à sa perception, personne ne quitte la ville. Le seul changement est que les composantes de l’âme de l’agent volitif restant n’attrapent plus les attracteurs d’éventualité associés aux composantes de l’âme qui ont migré vers une autre singularité dimensionnelle collective.

²

Même si toutes les composantes de l’âme migrent loin d’une singularité macroquantique donnée, les agences volitives restantes, dans leur propre entraînement d’autocohérence, de symétrie et d’attente volitive, « créent » et ensuite « projettent » l’existence de l’agence volitive manquante.

L’idée du « ravissement » est une migration assistée, assistée par une intervention, des composants de l’âme vers une singularité spatio-temporelle alternative autogénérée où le désastre ne se produit pas.

La bifurcation de la position de phase reflète la même singularité en deux bassins d’ondes de phase distincts.

Une personne peut être bi-localisée ou bi-phasée dans deux singularités spatiales distinctes, chacune avec une séquence de causalité séparée et sans interaction,

L’évolution générative d’états de phase divergents de la spatio-temporalité en séquences de causalité temporelle bifurquantes présente des caractéristiques fractales.

Chaque séquence fonctionne comme une enveloppe de variance de phase volitive, ou en considérant la linéarité de la séquence, comme un tube.

Les phases multiples de la séquence peuvent être intégrées dans des phases de variance moins importantes à une échelle plus grande. Il peut y avoir les mêmes titres de journaux à une plus grande échelle, mais plusieurs articles de fond de page mutuellement exclusifs et dimensionnellement orthogonaux à une échelle locale.

Aux niveaux les plus élevés de la perception et de la métaréalité, il n’y a qu’une seule singularité, une seule âme et une seule volition qui s’auto-réfléchit, ou se propage fractalement dans l’espace de phase, et s’étend dans un ensemble optimal de variétés requises de séquences évolutives dérivées. Cette variété requise supporte toute la diversité du processus d’évolution désirée par la volition.

Dans chaque réflexion de singularité alternative, dans chaque centre insulaire de position de phase entraînée, dans chaque centre alternatif de gravité volitive, existe une unité cachée de tous les centres.

Au niveau du support méta-temporel et hyperspatial, l’énergie créatrice de toutes les réflexions est équivalente à toute réflexion individuelle.

Le paradoxe du petit et du grand, de l’individuel et du collectif, de l’unité et de la séparation, est résolu dans l’appréhension de l’ensemble du système comme un méta-verset de réflexions d’une singularité méta-universelle. Cependant, chaque sous-système existe à l’intérieur de son insularité exclusive verrouillée en phase et pourtant chacun possède toutes les caractéristiques de l’inclusion universelle.

Il y a plusieurs potentiels de bifurcation dimensionnelle de la ligne d’événement globale de la Terre en cours dans ce présent, vers 1999.

Actuellement, le passage entre les quantums mondiaux des lignes d’événements probables est aussi simple que possible, en raison de l’alignement de la causalité, au début, avec presque toutes les conjonctions, sur la même ligne de séquence causale commune.

Puis, avec le temps, en réponse à plusieurs exigences évolutives intentionnelles de la conscience conjointe bifurquante, plusieurs lignes globales distinctes auront évolué.

De nombreuses lignes prédites ont été suspendues ou considérablement allégées.

La migration entre les singularités dimensionnelles collectives est plus facile que d’habitude en ce moment, car il y a une telle confluence significative de multiples singularités spatio-temporelles en ce moment.

Nous avons un nexus de synchronisation d’événements temporels, d’états de phase coïncidents et de courbure spatiale entre plusieurs lignes temporelles alternatives. Cela crée une perméabilité entre les centres de phase alternatifs associés, en tant que potentiels de singularité séparés, du point de vue de toute agence volitive intégrée à la phase (âme).

Voir tous les articles de la série : Les 33 arches de résonance de l’âme


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 66 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.