Développement spirituel

Le sentiment de culpabilité

par Gillian MacBeth-Louthan

Je n’avais pas vraiment prévu de faire un voyage à cette période de l’année, et pourtant je me suis retrouvée à faire mes valises assez rapidement. Cela allait être désagréable, et je savais d’avance qu’il n’en sortirait rien de bon. Je parle de mon « voyage de culpabilité » annuel.

J’ai eu des billets pour m’y rendre sur les compagnies aériennes Wish I Had (J’aurais aimé…).

Ce fut un vol extrêmement court. J’ai récupéré mes bagages, que je n’ai pas enregistrés. J’ai choisi de le porter moi-même jusqu’au bout. Il était chargé de mille souvenirs de ce qui aurait pu être ou aurait pu être.

Personne ne m’a accueilli lorsque j’ai pénétré dans le terminal de l’aéroport international de City of regret (La ville des regrets). Je dis international parce que des gens du monde entier viennent dans cette ville lugubre. En m’enregistrant au Last Resort Hotel, j’ai remarqué qu’ils accueilleraient l’événement le plus important de l’année, la fête annuelle de la pitié.


Je n’allais pas manquer cette grande occasion sociale. De nombreux citoyens influents de la ville seraient là. Premièrement, il y aurait la famille « C’est fait », vous savez, les « j’aurais dû, on aurait dû « et « Aurait pu faire ». Puis vint le « si j’avais de la famille ».

Bien sûr, les Opportunités seraient à cet événement, les Manqués et les Perdus par opportunisme. La plus grande famille serait les Hier. Ils sont beaucoup trop nombreux pour être comptés, mais chacun aurait une histoire très triste à partager. Rêves brisés fait toujours une apparition tardive. Et c’est leur faute nous amuserait avec des histoires d’excuses sur la façon dont les choses ont échoué. Chaque histoire serait vivement applaudie par Ne m’en voulez pas et je n’ai pas pu m’en empêcher.

Eh bien, pour faire court, je suis allé à ce gala annuel de fête de la pitié en sachant qu’il n’y aurait aucun avantage réel à le faire. Et, comme d’habitude, j’avais raison, je suis devenu très déprimée, voyant toutes mes excuses, mes rêves perdus et ma peur se dérouler devant moi dans une couleur vivante juteuse.


Juste au moment où j’étais sur le point de jeter la serviette en pleurs et de rejoindre le cirque à 3 anneaux, j’ai levé les yeux et j’ai vu une bannière volante dans le ciel qui battait dans l’air chaud et disait: « Le pardon de soi est à vous pour l’atteinte ». J’ai tendu la main de tout mon cœur et de toute mon âme et j’ai dit OK, je vais prendre ça.

À ce moment-là, toutes les opportunités manquées, toutes les excuses, tous les échecs humains et tous les rêves brisés à travers le temps se sont dissous instantanément, m’offrant la renaissance et le renouveau. Depuis, j’ai déménagé vers des avenirs plus grands et meilleurs et je n’ai laissé aucune adresse de réexpédition pour les futures invitations à la fête de la pitié.

Gillian MacBeth-Louthan

www.thequantumawakening.com



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 57 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire