Nouveau paradigme

La victoire est une opportunité

Par GILA GAMLIEL

L’une des questions sur lesquelles mon bureau travaille avec diligence est de savoir comment procéder au lendemain de la défaite et de l’anéantissement du Hamas.

LES PALESTINIENS FUIENT le nord de Gaza cette semaine pour se diriger vers le sud. L’auteur propose de promouvoir la réinstallation volontaire dans d’autres pays.

Albert Einstein aurait déclaré : « Au milieu de chaque crise se trouve une grande opportunité. »

L’État d’Israël est au milieu de l’une de ses plus grandes crises, certainement depuis au moins deux générations.


Plus de 1 200 de nos concitoyens ont été sauvagement assassinés, 239 ont été brutalement kidnappés, des milliers d’autres ont été blessés et 240 000 ont été privés d’abri à cause du régime de type nazi à Gaza.

Des femmes ont été violées. Les personnes âgées ont été maltraitées et prises en otages. Des enfants ont été décapités. Les familles ont été torturées les unes devant les autres pour le divertissement de leurs ravisseurs avant d’être brûlées vives alors qu’elles étaient liées les unes aux autres. Ces atrocités inhumaines ont tout changé.

Il est clair que beaucoup de choses doivent changer, car de nombreuses conceptions se sont révélées fausses le jour du pogrom du 7 octobre.

Ce qui devrait être tout aussi clair, c’est que bien d’autres conceptions devront être abordées, remises en question et peut-être détruites dans les semaines et les mois à venir.


L’une des questions sur lesquelles mon bureau travaille avec diligence est de savoir comment procéder au lendemain de la défaite et de l’anéantissement du Hamas.

Nous aurons encore environ deux millions de personnes à Gaza, dont beaucoup ont voté pour le Hamas et célébré le massacre d’hommes, de femmes et d’enfants innocents.

Gaza est un terrain fertile pour l’extrémisme. Il s’agit d’une petite région, loin d’être la plus peuplée de la planète, mais où, pendant trop longtemps, ses dirigeants ont donné la priorité à la guerre contre les Juifs plutôt qu’à une vie meilleure pour leur peuple.

C’est un endroit sans espoir, volé par les terroristes génocidaires du Hamas, du Jihad islamique et d’autres groupes terroristes.

Cette situation a déjà conduit à un exode massif de jeunes de Gaza. On estime que depuis que le Hamas a violemment pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007, entre 250 000 et 350 000, pour la plupart des jeunes adultes, ont quitté Gaza pour refaire leur vie à l’étranger.

Alors que nous envisageons nos options pour le lendemain, la communauté internationale semble faire pression pour que l’Autorité palestinienne reprenne le contrôle de Gaza. Cette solution présente des défauts structurels évidents, comme cela a été tenté en 2005 après le désastre du Désengagement, lorsque les 8 600 résidents juifs ont été expulsés de force de la bande de Gaza. Il n’a fallu que deux ans au Hamas pour prendre le pouvoir, en grande partie en renversant les dirigeants de l’Autorité palestinienne du haut des toits.

De plus, comme nous le constatons en ce moment même, l’AP n’a pas une idéologie sensiblement différente de celle du Hamas. Récemment, par exemple, le ministère des Affaires religieuses de l’Autorité palestinienne a distribué des instructions aux prédicateurs des mosquées de Judée-Samarie pour qu’ils dispensent un enseignement sur l’obligation de tuer les Juifs et sur l’objectif plus large d’exterminer tous les Juifs.

Ainsi, cette option – ramener l’Autorité palestinienne au pouvoir à Gaza – a échoué dans le passé et échouera encore. C’est une option considérée comme illégitime par le public israélien et qui nous ramènerait à la case départ dans un court laps de temps.

UNE AUTRE OPTION consiste à promouvoir la réinstallation volontaire des Palestiniens à Gaza, pour des raisons humanitaires, en dehors de la bande.

Il est important que ceux qui cherchent une vie ailleurs aient cette opportunité. Certains dirigeants mondiaux discutent déjà d’un programme mondial de réinstallation des réfugiés et déclarent qu’ils accueilleraient les Gazaouis dans leur pays. Cela pourrait être soutenu par de nombreux pays à travers le monde, en particulier ceux qui prétendent être amis des Palestiniens.

C’est l’occasion pour ceux qui disent soutenir le peuple palestinien de montrer que ce ne sont pas que des paroles vides de sens.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’organisme mondial des Nations Unies qui s’occupe des réfugiés, est mandaté par son Statut et les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies pour entreprendre la réinstallation comme l’une de ses trois solutions durables. Malheureusement, au cours des 75 dernières années, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA), un organisme de protection des réfugiés qui privilégie les Palestiniens par rapport à toute autre population réfugiée, n’a rien fait pour aider le peuple palestinien, même s’il dispose d’un budget annuel de bien plus d’un milliard de dollars.

Au lieu de consacrer de l’argent à la reconstruction de Gaza ou à l’UNRWA en faillite, la communauté internationale peut contribuer aux coûts de réinstallation, aidant ainsi la population de Gaza à construire une nouvelle vie dans son nouveau pays d’accueil.

Gaza a longtemps été considérée comme un problème sans réponse. Nous avons essayé de nombreuses solutions différentes – désengagement, enrichissement, gestion des conflits et construction de hauts murs dans l’espoir de maintenir les monstres du Hamas hors d’Israël.

Tout cela a échoué.

Nous devons essayer quelque chose de nouveau, et nous appelons la communauté internationale à contribuer à en faire une réalité.

Cela pourrait être une solution gagnant-gagnant : une victoire pour les civils de Gaza qui recherchent une vie meilleure et une victoire pour Israël après cette tragédie dévastatrice.

Les communautés israéliennes de la zone frontalière de Gaza et du sud pourraient alors regagner leurs foyers et leurs communautés et vivre en toute sécurité. Ils ne devraient pas avoir à continuer de vivre sous la menace constante d’attaques à la roquette et d’infiltrations meurtrières.

CETTE SOLUTION, que j’ai déjà proposée au début du chemin, est loin d’être parfaite. Cela a ses inconvénients et ses obstacles, mais il est de notre devoir d’examiner toutes les options et de décider laquelle est la meilleure.

Je suis heureuse d’apprendre que des membres de la Knesset de tous bords politiques, y compris la coalition et l’opposition, ont rejoint l’initiative de mon ministère et y ont déclaré leur soutien. Je suis certain que beaucoup d’autres suivront.

Comme le dit le proverbe, le parfait est l’ennemi du bien. Ce n’est en aucun cas un plan parfait, mais c’est un bon plan. C’est réalisable et cela apportera sécurité, prospérité et – espérons-le – paix pour tous.

C’est la solution que je présente au débat, à la critique et à l’approbation.

Nous devons sortir des sentiers battus et rechercher des opportunités même au milieu de crises graves. C’est une nécessité et surtout un devoir envers nos enfants et envers toutes les communautés détruites que nous rétablirons.

L’auteur est le ministre israélien du renseignement.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 126 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading