Parapsychologie

Comment faire une session de visualisation à distance

L’une des questions brûlantes que les gens se posent lorsqu’ils découvrent la visualisation à distance pour la première fois est la suivante : comment puis-je essayer?

Bien qu’il faille de la formation, du temps et de la pratique pour devenir un opérationnel hautement qualifié, au niveau de la vision à distance, il est assez facile, même pour un débutant, de réussir une simple expérience de RV remote viewing.

Vous trouverez ci-dessous quelques lignes directrices pour deux expériences de base.

Un type d’expérience facile consiste simplement à essayer de « voir » ce qu’il y a dans une image scellée dans une enveloppe opaque. Demandez à un ami de sélectionner plusieurs photos claires et intéressantes avec des formes, des lignes et des couleurs fortes, collez-les sur une feuille de papier blanc ordinaire et scellez chacune dans une enveloppe opaque séparée (il est important que rien du contenu ne soit visible à l’extérieur ). Votre ami doit également numéroter les enveloppes dans l’ordre, de « 1 » au nombre le plus élevé.

Les photos ne doivent pas être trop complexes, mais suffisamment frappantes pour intéresser le subconscient du téléspectateur (qui est fortement impliqué dans le processus). Il est également utile que les photos soient aussi différentes que possible les unes des autres, il est donc plus facile de dire à partir des résultats souvent partiels produits par le processus RV d’un débutant quelle photo le spectateur a décrite lorsque la session est terminée.

Lorsque vous êtes prêt à faire la session, sélectionnez l’une des enveloppes et asseyez-vous à une table dans un endroit calme ou paisible avec plusieurs feuilles de papier et un stylo à encre noire. Après avoir noté la date et l’heure, commencez votre session en écrivant « Cible 1 » (ou l’enveloppe que vous avez sélectionnée) en haut de votre papier. C’est votre « prêt-à-partir! » signal, et vous devriez ensuite vous détendre et essayer de percevoir les impressions qui vous viennent à l’esprit à partir de la photo dans l’enveloppe.

Quelques points à retenir : les impressions de visionnage à distance doivent rivaliser avec tout le « bruit » mental qui occupe tous nos esprits tout le temps. Le bruit mental est composé de tous les souvenirs, pensées, soucis, suppositions, déductions, distractions, etc. qui font bourdonner notre cerveau. Trier cela du vrai signal de visualisation à distance est la partie la plus difficile de l’ensemble du processus.

²

Il y a cependant quelques lignes directrices. Les images mentales lumineuses, nettes, claires et statiques sont presque toujours du « bruit » et donc des informations erronées. Je sais que cela semble contre-intuitif. N’est-ce pas appelé visualisation à distance, après tout? Oui, c’est ainsi – mais tout ce que nous « voyons » dans le processus de visualisation à distance n’est pas nécessairement vrai. Souvent, l’imagerie mentale est constituée par notre esprit conscient pour essayer (sans succès) d’expliquer des choses plus subtiles qui se passent plus profondément dans notre esprit.

Les vrais signaux de visualisation à distance sont souvent vagues, flous, indistincts – j’aime à dire, « comme des souvenirs à moitié rappelés dont nous savons néanmoins qu’ils sont des souvenirs que vous n’avez jamais eus auparavant ». Avec quelques séances d’entraînement, vous commencerez à ressentir et à remarquer la différence entre le signal et le bruit. C’est d’ailleurs pourquoi il est important de faire des croquis au fur et à mesure de ce que vous pensez percevoir. Très souvent, les croquis qui ne semblent pas avoir beaucoup de sens lorsque vous les faites pour la première fois s’avèrent être des représentations assez précises d’une partie ou de la totalité de la cible. Au cours de la session, enregistrez de petits éléments de perception – couleurs, odeurs, sons, textures ou goûts que vous pensez percevoir. Les lignes et les formes sont aussi souvent importantes. Vos perceptions seront fragmentaires au début, mais commenceront à se rejoindre un peu avec le temps.

Ce genre d’expérience ne devrait prendre que cinq à dix minutes. Lorsque vous sentez que vous avez obtenu tout ce que vous allez obtenir de votre cible, écrivez « Fin » et votre heure de fin au bas de la dernière feuille de papier que vous avez utilisée. A partir de ce moment-là, vous ne devez PLUS MARQUER sur votre dossier écrit de visionnage à distance (c’est ce qu’on appelle la « transcription » de votre session de visionnage à distance).

À ce stade, vous pouvez maintenant ouvrir l’enveloppe pour voir quelle était la cible et la comparer à la transcription de votre session pour voir comment vous avez fait. Soyez honnête avec vous-même – là où quelque chose correspond bien, donnez-vous du crédit. Mais n’essayez pas trop de trouver une corrélation entre ce que vous « avez vu » et la photo cible. Ceci est parfois appelé « ajustement des données » et consiste essentiellement à se trouver des excuses ; cela peut vous empêcher d’améliorer vos capacités de visualisation à distance. Si vous ne pouvez pas reconnaître où vous vous êtes trompé, il est plus difficile d’apprendre à bien faire les choses la prochaine fois.

Cela soulève un autre principe qui est très important dans l’apprentissage de la visualisation à distance : vous devez être prêt à échouer pour réussir. Vous devez essayer des choses – prendre des risques intuitifs, faire confiance à des impressions dont vous n’êtes peut-être pas sûr, reconnaître une pensée que vous avez qui « n’a pas de sens » – afin d’acquérir l’expérience nécessaire pour faire la différence entre des données correctes et incorrectes.

Enfin, conservez de bons dossiers afin de pouvoir surveiller votre processus. Vous devez toujours conserver vos transcriptions de session avec la cible photo qui va avec. Et toujours dater et mettre votre nom sur tout ce que vous faites, puis le classer dans un endroit accessible.

VISUALISATION À DISTANCE OUTBOUNDER OU BEACON

Certaines personnes préfèrent un protocole de visualisation à distance un peu plus compliqué appelé  expérience « outbounder »  ou  « beacon ».

Dans cette expérience, le téléspectateur décrira et dessinera les détails d’un emplacement physique sélectionné au hasard. Les cibles qui ont été utilisées dans des expériences passées de ce type ont inclus des terrains de jeux, des bâtiments publics, des ports de plaisance, des moulins à vent, des sites naturels uniques, des monuments commémoratifs, etc. À peu près n’importe quel endroit avec des caractéristiques distinctes peut servir de cible.

L’idée est d’utiliser une ou deux personnes comme « balises », pour aider le visionneur à distance (ou simplement le « spectateur ») à « se diriger » vers le site cible prévu avec sa conscience consciente.

Le spectateur verbalise ensuite et enregistre avec du papier et un stylo les impressions qui lui viennent à l’esprit pendant l’expérience.

Il y a quelques règles à suivre :

  • Le spectateur ne doit jamais savoir quelle est la cible ou quoi que ce soit à ce sujet tant que la session n’est pas terminée.
  • Personne avec le spectateur avant ou pendant la session ne doit non plus savoir quelle est la cible. Le respect de ces deux règles crée ce que l’on appelle une condition en double aveugle.
  • Le spectateur doit être placé dans une situation où il peut se détendre et où la stimulation externe (bruit fort, lumières et couleurs vives, etc.) est réduite à un minimum raisonnable. Un salon calme et confortable, un bureau à domicile, une chambre à coucher ou un environnement similaire serait approprié pour cela.

LA PROCÉDURE DE L’EXPÉRIENCE EST LA SUIVANTE :

VUE D’ ENSEMBLE :  Un téléspectateur dans une pièce fermée et n’ayant aucune connaissance de la cible, utilise ses facultés mentales pour percevoir et décrire un emplacement cible où une ou plusieurs autres personnes (l’équipe balise) se sont rendues.

PARTICIPANTS :

  • Un téléspectateur
  • Un enquêteur ou « moniteur » (facultatif)
  • Une équipe « balise » ou « outbounder » composée d’une ou plusieurs personnes

PRÉPARATION: Quelqu’un qui n’est pas directement impliqué dans la partie réelle de l’expérience de visualisation à distance prépare quatre cibles possibles ou plus (dans une expérience informelle comme celle-ci, un membre de l’équipe sortante peut préparer les cibles, mais ce ne devrait pas être l’enquêteur, et certainement pas le téléspectateur). Comme évoqué ci-dessus, les cibles possibles sont les caractéristiques géographiques, les structures, etc. qui peuvent être atteintes en 30 minutes ou moins (y compris le trajet + le temps d’accès) à partir de l’endroit où le téléspectateur est séquestré. Le nom, l’emplacement et les instructions de conduite pour chaque cible distincte sont rassemblés dans une enveloppe individuelle et scellés, ce qui donne quatre enveloppes identiques ou plus, chacune contenant les informations d’une cible différente. Les enveloppes utilisées doivent être parfaitement opaques afin de ne rien voir du contenu de l’extérieur,

CIBLES : Comme mentionné ci-dessus, les cibles doivent être aussi différentes que possible les unes des autres, avec aussi peu de caractéristiques communes que possible (il sera probablement impossible d’éliminer toutes les caractéristiques communes). Ainsi, à la fin de la session de visualisation à distance, il sera aussi évident que possible si le spectateur a décrit une cible ou une autre. Un exemple d’ensemble cible peut inclure un pont, une bibliothèque, un carrousel de parc d’attractions et une boulangerie. Un autre exemple pourrait inclure l’intérieur d’une aciérie; un port de plaisance; une chute d’eau; et un jardin botanique. Utilisez votre imagination, mais ne choisissez pas des cibles trop compliquées, c’est-à-dire qui comportent trop de caractéristiques et de détails différents qui leur sont associés. Lorsque le spectateur est de la zone locale,

PROCÉDURE :  De petites variations sur le processus sont autorisées, mais devraient suivre quelque peu les lignes suivantes :

  • L’équipe Beacon, le téléspectateur désigné et l’intervieweur se rassemblent à proximité de la pièce à utiliser pour la séance de visionnage à distance. Le spectateur rencontre et serre la main de l’équipe balise. Les montres sont synchronisées et une heure de début de visionnage est convenue.
  • Les enveloppes cibles sont mélangées, puis quelqu’un les numérote arbitrairement de 1 à 4 (ou plus s’il y a plus d’enveloppes). Une autre partie lance un dé, et le nombre qui vient en haut du dé indiquera l’enveloppe sélectionnée (s’il y a 4 enveloppes, lancez le dé jusqu’à ce qu’un nombre de 1 à 4 apparaisse).
  • L’équipe balise prend l’enveloppe sélectionnée mais NE L’OUVRE PAS encore. Ils se dirigent vers leur voiture, où – hors de la vue du spectateur et du moniteur = ils ouvrent l’enveloppe et suivent les instructions vers la cible.
  • Les enveloppes restantes sont rangées là où le téléspectateur ne peut pas y avoir accès, et le téléspectateur et l’intervieweur entrent dans la salle de visionnement.
  • Si nécessaire, l’intervieweur explique au spectateur à distance le processus de visualisation à distance. Pendant ce temps, l’équipe balise s’approche de la cible.
  • Si l’équipe de balise arrive à proximité des cibles plus tôt que l’heure de début de la session de visualisation à distance convenue (voir n° 1 ci-dessus), elle attendra pour s’approcher de la cible jusqu’à ce que l’heure arrive.
  • Une fois sur la cible, l’équipe balise tentera d’interagir avec elle autant que possible. Si, par exemple, la cible est un carrousel de parc d’attractions, il le regardera, le montera, se tiendra près de lui, le touchera, etc. Cela dure 15 minutes, après quoi l’équipe retournera à la voiture et repartira à l’emplacement du spectateur.
  • Pendant les 15 minutes pendant lesquelles l’équipe balise est sur le site cible, le téléspectateur et l’intervieweur dirigeront la session, qui consistera pour le téléspectateur à verbaliser et à enregistrer avec un stylo sur papier toutes les impressions mentales qui pourraient avoir à voir avec la cible. L’intervieweur aide en invitant le spectateur à diriger son attention autour de la cible.
  • À la fin de la session et après le retour de l’équipe de balise, le téléspectateur est ensuite escorté par l’équipe de balise jusqu’à la cible réelle afin qu’il puisse recevoir des commentaires sur la cible et comparer ce qui a été perçu pendant la session à la cible réelle. (Alternativement, si le voyage de retour n’est pas pratique, l’équipe de balise peut emmener une caméra vidéo jusqu’à la cible pour enregistrer l’expérience pendant qu’elle est là. La vidéo peut ensuite être lue au spectateur à des fins de retour d’information.)

MATÉRIAUX:

  • Cibler les enveloppes et mourir. (Chaque enveloppe contient une cible différente, y compris le nom de la cible, les directions vers celle-ci et peut-être même une photo de celle-ci.)
  • Une pile de papier blanc 8.5X11, et un stylo à encre noire, indélébile, pointe moyenne. Le spectateur s’en servira pour enregistrer ses impressions.
  • Une voiture pour transporter l’équipe de balises et aussi pour emmener le spectateur à distance vers la cible par la suite.
  • Un endroit calme avec une table et des chaises où la séance peut se dérouler.

Par Paul H. Smith

IRVA


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 210 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.