Nouveau paradigme

Transformer le « jour d’après » en une paix durable

Parce que le monde entier se sent concerné par ce qui se passe en Terre Sainte ! Un document de position par le Dr Michael Wise.

Il y a un débat animé concernant le plan « Day After (jour d’après) » pour Gaza et la « Cisjordanie » (Judée et Samarie). Quel sera le statut de Gaza et de la « Cisjordanie » une fois qu’Israël aura accompli sa mission à Gaza ?

Le président Biden et le secrétaire d’État Blinken ont fermement soutenu la création d’un État palestinien en tant qu’élément essentiel du plan « Day After ». Ils croient que les droits fondamentaux des Arabes palestiniens ne peuvent être réalisés qu’avec la création d’un État palestinien englobant Gaza et la « Cisjordanie » et qu’une solution à deux États est essentielle pour la paix future en Israël.

Dans ce plan, nous expliquons qu’au contraire, l’histoire violente de Gaza sous le Hamas depuis 2007 sera exponentielle si Israël se retire de Judée et Samarie (Cisjordanie) et facilite la création d’un État arabe palestinien souverain. En l’absence de présence israélienne, la Cisjordanie deviendra un refuge pour le terrorisme et entraînera une augmentation spectaculaire de la violence et des conflits.


Le retrait d’Israël de Gaza a conduit à une menace existentielle pour Israël et un tel retrait de la Cisjordanie ne fera probablement qu’accroître encore les risques pour Israël et la région.

Dans cette proposition, nous décrivons un plan alternatif qui équilibre au mieux la sécurité de la région et les droits des Arabes palestiniens. Les droits des Arabes palestiniens à vivre en paix et à prospérer ainsi que la sécurité des Israéliens et des Arabes palestiniens pourront être mieux réalisés lorsque le Hamas, le Fatah et l’Autorité palestinienne seront supprimés.

Israël doit déclarer sa souveraineté et garantir tous les droits civils et religieux à tous les résidents.

Aujourd’hui, les Arabes israéliens bénéficient de la vie dans une société démocratique jouissant pleinement de leurs droits civils et religieux. Ce plan, grâce à un processus de candidature soigneusement mis en œuvre, vise à fournir aux Arabes palestiniens de Gaza et de Cisjordanie les mêmes cartes d’identité bleues d’Israël que détiennent les Arabes de Jérusalem-Est.


Lorsqu’Israël déclarera sa souveraineté et que le Hamas et l’Autorité palestinienne seront privés de leur pouvoir, les pays arabes qui ont été la cible des Frères musulmans et qui sont repoussés par les dirigeants corrompus du Hamas et de l’Autorité Palestinienne rejoindront les Accords d’Abraham pour créer un Moyen-Orient nouveau et prospère.

La gouvernance arabe palestinienne a échoué

Le président Biden et ses représentants ont insisté sur la nécessité d’une solution à deux États pour la paix future en Israël. Le secrétaire d’État Blinken a proclamé : « La normalisation… doit impliquer une solution à deux États ». En fait, de nombreuses tentatives visant à résoudre le conflit israélo-arabe avec des solutions à deux États ont toutes échoué. En fait, la gouvernance arabe palestinienne a échoué.

Le soutien à la solution à deux États a connu un changement fondamental, car nombreux sont ceux qui reconnaissent que la gouvernance arabe palestinienne conduit à l’instabilité et à la violence. Même avant le 7 octobre, le président Isaac Herzog, qui avait initialement soutenu le retrait de Gaza, avait déclaré :

« C’était la bonne chose à faire, mais sans aucun doute, du point de vue de la sécurité, le désengagement était une erreur. Nous avons échoué dans notre évaluation selon laquelle Gaza, après le retrait, deviendrait le Hong Kong du Moyen-Orient. Au lieu de cela, c’est devenu une grande base de missiles.

Il ne savait pas ou ne reconnaissait pas l’étendue de la menace militaire ou la taille du complexe de tunnels souterrains du « métro de Gaza ».

Israël s’est retiré de Gaza en août 2005. Quatre mois plus tard, le Hamas a remporté les élections législatives dans les territoires arabes palestiniens, en promettant que le terrorisme permanent finirait par chasser les Juifs de Cisjordanie et éventuellement les jeter à la mer.

En juin 2007, le Hamas a pris violemment le contrôle de Gaza et le reste est une histoire qui ne peut pas se répéter. Les horribles événements terroristes du 7 octobre montrent clairement que la création d’un État arabe palestinien ou même l’abandon du contrôle de la Cisjordanie et un nouveau retrait de Gaza auront des conséquences tragiques.

L’incapacité de l’Autorité palestinienne à surveiller ou à contrôler l’activité terroriste en « Cisjordanie » est mise en évidence par les enclaves terroristes et les énormes caches d’armes découvertes quotidiennement par l’armée israélienne à Jénine, Tul Karem, Hébron et Sichem contrôlées par l’Autorité palestinienne.

De nombreuses alternatives à la solution à deux États ont été proposées.

Les propositions vont du maintien du statu quo, de la fédération, des cantons, de la souveraineté sur la zone C et/ou de la vallée du Jourdain, à la création d’un État binational, jusqu’à la déclaration de la souveraineté juive.

Ici, nous proposons qu’Israël déclare sa souveraineté à l’ouest du Jourdain. C’est le chemin le plus court pour mettre fin au conflit israélo-arabe.

Déclarations de souveraineté

Israël doit agir de manière décisive et déclarer sa souveraineté une fois que ses objectifs militaires à Gaza auront été atteints. En 1967, le régime militaire israélien en Cisjordanie aurait pu être la seule alternative. Israël a dû faire face aux trois « non » arabes de Khartoum. Pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d’Israël et pas de négociations avec Israël.

A cette époque, la population israélienne d’à peine 2,2 millions de Juifs n’avait pas atteint une masse critique et l’annexion n’était pas réalisable.

Mais aujourd’hui, les faits sur le terrain ont radicalement changé. La population juive d’Israël dépasse les 7,5 millions et la population arabe musulmane est inférieure à 1,8 million. L’occupation militaire actuelle de la Cisjordanie, qui dure depuis 56 ans, ne peut être justifiée dans aucun forum politique, diplomatique, militaire, économique, universitaire ou de rue.

Israël a déjà déclaré sa souveraineté sur au moins quatre zones. Israël a accepté les frontières limitées du plan de partition de l’ONU de 1947 et a déclaré sa souveraineté le 14 mai 1948.

Après la guerre d’indépendance réussie de 1948-49, Israël a officiellement déclaré sa souveraineté sur le territoire élargi. Après la guerre des Six Jours de 1967, Israël a élargi les frontières de sa petite capitale, Jérusalem, et a officiellement déclaré sa souveraineté. La citoyenneté a été offerte aux 85 000 résidents arabes. Environ 5 000 ont accepté malgré les menaces du monarque hachémite. Le reste est devenu titulaire de cartes d’identité bleues d’Israël avec tous les droits civils et religieux, autres que le vote pour les membres de la Knesset.

Après les accords d’Oslo (1993-1995), un nombre croissant d’Arabes de Jérusalem ont demandé la pleine citoyenneté israélienne.

Aujourd’hui, environ 285 000 Arabes de Jérusalem (dont beaucoup ont immigré de l’Autorité palestinienne) sont titulaires d’une carte d’identité bleue d’Israël. Selon tous les sondages et études, ils préfèrent unanimement vivre en Israël plutôt que sous le régime despotique de l’Autorité palestinienne.

En 1981, Israël a appliqué la loi israélienne sur le plateau du Golan et a offert la citoyenneté à la population druze. Entre 1981 et 2022, près de 5 500 résidents sur 20 000 ont demandé et obtenu la pleine citoyenneté israélienne.

En 2019, les États-Unis ont reconnu le plateau du Golan comme faisant partie d’Israël et un nombre croissant de Druzes servant dans l’armée israélienne, sont ravis de ne pas vivre sous la domination syrienne et demandent désormais la citoyenneté israélienne.

Israël doit déclarer sa souveraineté et entamer un processus de demande strictement surveillé permettant aux Palestiniens de « Cisjordanie » et de Gaza d’obtenir des droits et des responsabilités comparables à ceux des détenteurs de la carte d’identité bleue de Jérusalem.

Planification de l’intégration des Arabes palestiniens en Israël

L’affirmation de la souveraineté juive sur la Cisjordanie a été retardée dans une large mesure par les problèmes liés au statut des 1,7 millions de résidents arabes. L’Autorité palestinienne gonfle faussement ce chiffre à plus de 3 millions d’habitants, tout comme plusieurs démographes israéliens (Sergio Dela Pergola et Arnon Sofer) qui s’appuient exclusivement sur les affirmations de l’AP.

Notre travail trouvé dans The Million Person Gap (CENTRE D’ÉTUDES STRATÉGIQUES BEGIN-SADAT) a révélé les chiffres fallacieux de l’affirmation de l’AP. De même, avant le 7 octobre, il y avait au maximum 1,7 millions d’Arabes à Gaza, au lieu des 2,3 millions revendiqués par le Hamas et l’Autorité palestinienne.

Dans le cadre de ce plan, les résidents arabes de Cisjordanie et les résidents restants de Gaza devraient avoir la possibilité de demander et de recevoir une carte d’identité bleue d’Israël similaire au statut de 95 % des Arabes de Jérusalem.

Ils auront droit à tous les avantages et droits accordés aux citoyens israéliens, y compris les pleins droits civils et religieux. Ils géreront leurs affaires municipales et éliront démocratiquement les dirigeants locaux responsables de l’éducation, de la sécurité, des activités religieuses et autres, soumis aux lois de l’État d’Israël, mais n’auront pas le droit de voter aux élections nationales, semblable au statut de Jérusalem.

Les Arabes qui ne souhaitent pas demander ou ne remplissent pas les conditions requises pour obtenir une carte d’identité bleue d’Israël auront néanmoins des droits civils et religieux et seront tenus d’obéir à la loi israélienne ou de chercher des alternatives ailleurs.

Le monde de l’Islam est au milieu d’une violente tempête. Espérons qu’une réforme du XXIe siècle soit en vue.

Le judaïsme et le christianisme ont déjà subi des réformes. Mais sans un arrêt total des conflits mondiaux généralisés liés à l’Islam, on ne peut pas s’attendre à ce qu’Israël permette à une nouvelle minorité musulmane influencée par de violentes forces antidémocratiques de participer aux décisions nationales de vie ou de mort.

Tant qu’une partie du monde musulman et certains voisins d’Israël, comme le Hezbollah et l’Iran, chercheront à détruire Israël, Israël ne pourra pas se montrer suicidaire et risquer d’accorder le droit de vote à la Knesset à des personnes qui, en partie, pourraient partager ce programme. De plus, on ne peut pas permettre à ceux qui pourraient chercher à mettre fin à Israël en tant qu’État juif d’avoir une autorité législative.

Israël mettra en œuvre des programmes similaires à ceux décrits dans les accords d’Abraham (2020) et le Code d’incitation de Porto Rico pour promouvoir le développement économique. Ces accords seront mis en œuvre avec des incitations pour attirer les investissements et promouvoir les conditions propices à la prospérité et à la création d’emplois dans le secteur de la Cisjordanie.

Les investissements en capital des investisseurs étrangers bénéficieront d’un statut privilégié et seront incités à encourager l’industrie manufacturière, l’agriculture, l’aérospatiale, les biosciences et les énergies renouvelables. Les nouvelles entreprises bénéficieront de stimuli tels que des parcs technologiques, des bourses d’études, des soins de santé et d’autres avantages substantiels. Ces programmes stimuleront l’économie de Cisjordanie et amélioreront les conditions de vie des résidents.

Arabes de Gaza

Afin d’envisager diverses options concernant le statut futur des Arabes de Gaza, il est important de savoir combien et qui ils sont. Le nombre maximum est de 1,7, dérivé d’un point de départ fin 2004 de 1,093 million. À partir de là, nous calculons, à partir de diverses sources, une émigration moyenne de Gaza de 15 000 par an (pour la plupart de jeunes adultes), une moyenne de naissances annuelles de 45 000 et de décès de 8 000. Cela représente environ 1,5 million. Et pour être prudent, utilisons 1,7 million.

Cela se compare à la récente demande de l’AP de 2,3 millions et à celle de l’UNRWA de 2,1 millions, dont 1,7 sont des descendants des réfugiés d’origine de 1948-49.

L’UNRWA affirme que 1,466 millions de personnes sont des bénéficiaires enregistrés de l’aide de l’UNRWA à Gaza.

La plupart des Arabes de Gaza ont célébré la barbarie du Hamas le 7 octobre et soutiennent la résistance aux efforts militaires israéliens. Les Arabes de Gaza, dont beaucoup sont qualifiés par l’UNRWA de réfugiés de la guerre d’indépendance israélienne de 1947-48, chercheront-ils refuge dans des pays musulmans plus pacifiques ?

Soutenir la réinstallation des Arabes de Gaza qui recherchent un avenir meilleur ailleurs pourrait être une solution humanitaire meilleure que les forcer à retourner dans ce qu’ils prétendent être une prison à ciel ouvert à Gaza.

Aujourd’hui, 75 ans après la « Nakba », l’UNRWA, qui a perpétué le statut de « réfugié » pendant des générations, est accusé d’être le complice des violences du Hamas et de nombreux pays ont cessé de le financer.

Des pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Nord et du Sud leur offriront-ils refuge en échange d’une compensation monétaire substantielle ? Israël fournira-t-il une aide économique aux Arabes de Gaza qui recherchent une vie paisible, loin des seigneurs voyous arabes ? Normaliser le reste de la population gazaouie sera une tâche plus difficile que d’intégrer les Arabes de Cisjordanie dans la démocratie israélienne.

La guerre de Gaza doit se terminer par la déclaration d’un régime civil sur une population de Gaza considérablement réduite.

Le retrait de Gaza était un test évident du retrait. La soumission à la violence et le fait de permettre aux terroristes de crier victoire ont été un échec total.

Israël s’est retiré de Gaza en août 2005. Quatre mois plus tard, le Hamas a remporté les élections législatives dans les territoires arabes palestiniens, en promettant que le terrorisme permanent finirait par chasser les Juifs de Judée Samarie (Cisjordanie) et éventuellement les jeter à la mer. En juin 2007, le Hamas a pris violemment le contrôle de Gaza et le reste appartient à une histoire qui ne peut se répéter.

Problèmes de sécurité suite à l’intégration

Après l’annexion, les nouveaux résidents arabes musulmans d’Israël deviendront-ils semblables aux citoyens arabes pacifiques et prospères d’Israël ?

Malgré les nombreuses promesses de deux États, la grande majorité des Arabes vivant en Israël ne se livrent pas au terrorisme. Ce sont des citoyens loyaux et participent au succès d’Israël. Ils apprécient et apprécient les avantages de vivre dans un État juif démocratique.

Aucun ne quitte Israël pour vivre sous l’Autorité palestinienne autocratique.

À l’inverse, les Arabes vivant sous l’Autorité palestinienne corrompue cherchent un emploi en Israël et bénéficieront d’énormes avantages économiques grâce à leurs nouveaux droits dans l’État juif démocratique. Après qu’Israël aura déclaré sa souveraineté, la grande majorité célébrera l’opportunité de devenir citoyen israélien avec une carte d’identité bleue d’Israël. Ils contribueront à la croissance et à la prospérité d’Israël.

Bien entendu, les comportements criminels ne prendront pas fin immédiatement. Mais tout sera soumis au droit civil israélien. Chaque ville et chaque pays du monde agit pour contrôler et réprimer les comportements criminels. C’est la fonction de la police de réprimer et de limiter la criminalité. Par exemple, la ville de New York compte 45 000 policiers armés et autres qui s’efforcent de lutter contre les criminels et la violence.

Il est important de noter que l’intégration de la Cisjordanie et des Arabes de Gaza en Israël permettra une meilleure surveillance et prévention des types d’attaques militaires à grande échelle perpétrées le 7 octobre.

Réaction mondiale

Comment la communauté internationale, de l’ONU à l’Europe en passant par les États-Unis, réagirait-elle lorsqu’Israël déclarerait sa souveraineté ? Comment réagirait le monde arabe et musulman ? Comment de nombreux secteurs de la population juive d’Israël réagiraient-ils ?

Bien qu’aucune solution ne soit parfaite, ce plan, en mettant fin à l’occupation et en accordant aux résidents de Cisjordanie et de Gaza des droits civils et religieux égaux conformément à la Déclaration d’indépendance d’Israël, constituera un pas en avant majeur.

Les ennemis d’Israël peuvent continuer à qualifier Israël d’État d’apartheid en prétendant que sa minorité musulmane est constituée de citoyens de seconde zone, mais il sera difficile d’ignorer le fait que la nouvelle population arabe d’Israël sera sur la bonne voie pour obtenir le succès de la population arabe actuelle d’Israël qui sont représentés dans tous les horizons de la vie israélienne – en tant que députés, ministres du gouvernement, juges, professeurs et dirigeants d’entreprises et communautaires.

Accords d’Abraham élargis

Une fois qu’Israël aura déclaré sa souveraineté, plus de 100 ans de terrorisme arabe auront été vaincus.

De nombreux voisins d’Israël, dont l’Arabie saoudite et l’Égypte, célébreront la victoire d’Israël et les accords d’Abraham élargis donneront un nouveau visage au Moyen-Orient.

Conclusion

Si Israël continue de poursuivre la politique des 25 dernières années et compte s’appuyer sur l’Autorité palestinienne ou sur son successeur, il se retrouvera tôt ou tard dans la situation du 6 octobre.

Aujourd’hui, il existe une opportunité claire de déclarer la souveraineté ou l’annexion et de mettre enfin fin à plus de 100 ans de conflit.

Le secrétaire d’État Blinken a récemment déclaré : « Créer une voie vers un État palestinien est le meilleur moyen de stabiliser la région au sens large et d’isoler l’Iran et ses mandataires. ». Cette voie est une recette bien définie pour un désastre régional et un succès spectaculaire pour l’ennemi juré d’Israël, l’Iran.

C’est le moment de rechercher la souveraineté et les droits de tous les Palestiniens à l’ouest du Jourdain sous la souveraineté israélienne et c’est la seule solution possible à long terme, pour parvenir à une paix durable.

Le Dr Michael Wise est fondateur et investisseur dans de nombreuses entreprises technologiques. Il est diplômé de YU et titulaire d’un doctorat en physique théorique de Brandeis U., est co-auteur de l’étude démographique israélienne (BESA) et a publié de nombreux articles sur la souveraineté d’Israël et la démographie en Judée et Samarie. [email protected]


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 167 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page