Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

18 – La peste noire

LA CENTRALISATION du pouvoir papal a atteint son apogée avec le pape Innocent IV, qui a tenu les rênes papales de 1243 à 1254. Innocent IV a tenté de faire de la papauté la plus haute autorité politique du monde en proclamant que le pape était le « vicaire [représentant terrestre] du Créateur (auquel) toute créature humaine est soumise ». C’est sous Innocent IV que l’Inquisition est devenue une institution officielle de l’Église catholique romaine.


Malgré l’oppression de l’Inquisition, l’Europe du XIIIe siècle commençait à se remettre des perturbations économiques et sociales causées par les croisades. Les signes d’une renaissance européenne étaient visibles dans l’élargissement des horizons intellectuels et artistiques. Le commerce avec d’autres parties du monde a beaucoup contribué à enrichir la vie européenne. L’Europe entre dans une ère où la chevalerie, la musique, l’art et les valeurs spirituelles jouent un rôle plus important.

Cependant, un siècle à peine s’est écoulé avant qu’un événement désastreux ne vienne interrompre temporairement ces progrès. Cet événement était la peste bubonique, également connue sous le nom de peste noire.

La peste noire a commencé en Asie et s’est rapidement propagée en Europe où elle a tué plus de 25 millions de personnes (environ un tiers de la population totale de l’Europe) en moins de quatre ans. Certains historiens estiment que le nombre de victimes se situe plutôt entre 35 et 40 millions de personnes, soit environ la moitié des Européens.

L’épidémie s’est d’abord propagée en Europe entre 1347 et 1350. La peste bubonique a continué à frapper l’Europe avec un taux de mortalité décroissant tous les dix à vingt ans, lors d’épidémies de courte durée, jusqu’aux années 1700. Bien qu’il soit difficile de calculer le nombre total de décès sur cette période de 400 ans, on pense que plus de 100 millions de personnes ont succombé à la peste.

On pense que deux types de peste sont à l’origine de la peste noire. Le premier est le type « bubonique », qui était le plus courant. La forme bubonique de la peste se caractérise par des gonflements des ganglions lymphatiques ; ces gonflements sont appelés « bubons ». Les bubons s’accompagnent de vomissements, de fièvre et de la mort en quelques jours s’ils ne sont pas traités. Cette forme de peste n’est pas contagieuse entre les êtres humains : elle nécessite un porteur actif, comme une puce. Pour cette raison, de nombreux historiens pensent que des rongeurs infestés de puces ont provoqué la peste bubonique. Aujourd’hui encore, on sait que les rongeurs sont porteurs de la maladie. Un certain nombre de documents datant de 1347 à la fin des années 1600 font état d’infestations de rongeurs avant plusieurs épidémies de peste noire, ce qui donne du crédit à la théorie des rongeurs.

La deuxième forme de peste qui a contribué à la peste noire est un type très contagieux connu sous le nom de peste « pneumonique ». Elle se caractérise par des frissons, une respiration rapide et des crachats de sang. La température du corps est élevée et la mort survient normalement trois à quatre jours après que la maladie a été contractée. Ce deuxième type de peste est presque toujours mortel et se transmet le mieux par temps froid et en cas de mauvaise ventilation. Certains médecins pensent aujourd’hui que c’est cette deuxième forme, la peste « pneumonique », qui a été à l’origine de la plupart des décès de la peste noire, en raison de la promiscuité et des mauvaises conditions d’hygiène qui prévalaient alors en Europe.

Nous devrions normalement secouer la tête devant cette période tragique de l’histoire de l’humanité et nous réjouir que la médecine moderne ait mis au point des remèdes pour ces maladies redoutables. Cependant, des énigmes troublantes concernant la peste noire subsistent encore.

De nombreuses épidémies se sont déclarées en été, par temps chaud, dans des régions peu peuplées. Toutes les épidémies de peste bubonique n’ont pas été précédées d’une infestation de rongeurs ; en fait, seule une minorité de cas semble être liée à une augmentation de la présence de vermine.

La plus grande énigme concernant la peste noire est de savoir comment elle a pu frapper des populations humaines isolées qui n’avaient pas eu de contact avec les zones précédemment infectées. Les épidémies avaient également tendance à se terminer brusquement.


Pour résoudre ces énigmes, un historien se tournerait normalement vers les archives des années de peste pour voir ce que les gens racontaient. Lorsqu’il le fait, il rencontre des histoires si stupéfiantes et incroyables qu’il est susceptible de les rejeter comme étant les fantasmes et les superstitions d’esprits mal effrayés.

Un grand nombre de personnes en Europe et dans d’autres régions du monde frappées par la peste rapportaient que les épidémies de peste étaient causées par des « brumes » malodorantes. Ces brumes apparaissaient fréquemment après des lumières inhabituellement brillantes dans le ciel. L’historien découvre rapidement que les « brumes » et les lumières brillantes étaient signalées bien plus fréquemment et en bien plus de lieux que les infestations de rongeurs. Les années de la peste ont été, en fait, une période de forte activité ovni.

Qu’étaient donc ces mystérieuses brumes ?

Il existe un autre moyen très important par lequel les germes de la peste peuvent être transmis : par le biais des armes biologiques.

Les États-Unis et l’Union soviétique disposent aujourd’hui de stocks d’armes biologiques contenant la peste bubonique et d’autres maladies épidémiques. Les germes sont maintenus en vie dans des bidons qui pulvérisent les maladies dans l’air sous forme de brouillards artificiels épais, souvent visibles. Quiconque respire ce brouillard inhale la maladie.

Il existe aujourd’hui suffisamment d’armes bactériologiques de ce type pour anéantir une bonne partie de l’humanité. Les rapports faisant état de brouillards identiques induisant des maladies pendant les années de peste suggèrent fortement que la peste noire a été causée par une guerre bactériologique. Examinons les rapports incroyables qui mènent à cette conclusion.

La première épidémie de peste en Europe a suivi une série d’événements inhabituels.

Entre 1298 et 1314, sept grandes « comètes » ont été vues au-dessus de l’Europe ; l’une d’entre elles était d’une « noirceur impressionnante ».1 Un an avant la première apparition de l’épidémie en Europe, une « colonne de feu » a été signalée au-dessus du palais du pape* à Avignon, en France. Plus tôt dans l’année, une « boule de feu » a été observée au-dessus de Paris ; elle serait restée visible pour les observateurs pendant un certain temps. Pour les peuples d’Europe, ces observations étaient considérées comme des présages de la peste qui allait suivre.

* Il s’agit d’un deuxième pape non autorisé qui a assumé le titre à la suite d’un schisme au sein de l’Église catholique.

**Le titre complet est : « Chronique des prodiges et des présages qui se sont produits en dehors de l’ordre, du fonctionnement et de l’action de la nature, dans les régions supérieures et inférieures de la terre, depuis le début du monde jusqu’à nos jours ».

Il est vrai que certaines « comètes » signalées n’étaient probablement que cela : des comètes. Il se peut également que certaines d’entre elles aient été de petits météores ou des boules de feu (de grands météores enflammés). Il y a plusieurs siècles, les gens étaient généralement beaucoup plus superstitieux qu’aujourd’hui, et les météores naturels et autres phénomènes prosaïques similaires étaient souvent signalés comme des précurseurs de catastrophes ultérieures, même s’il n’y avait aucun lien réel.

D’autre part, il est important de noter que presque tout objet inhabituel dans le ciel était appelé « comète ». Un bon exemple se trouve dans un livre à succès publié en 1557 : A Chronicle of Prodigies and Portents ... ** par Conrad Lycosthenes. À la page 494 du livre de Lycosthène, on peut lire qu’une « comète » a été observée en 1479 : « Une comète a été vue en Arabie à la manière d’une poutre de bois pointue… ». L’illustration ci-jointe, basée sur des descriptions de témoins oculaires, montre ce qui ressemble clairement à la moitié avant d’un vaisseau spatial parmi quelques nuages. L’objet semble avoir de nombreux hublots.

Aujourd’hui, nous appellerions cet objet un OVNI, et non une comète. Cela nous amène à nous demander combien d’autres « comètes » anciennes étaient en fait des objets similaires ressemblant à des fusées. Lorsque nous sommes confrontés à un ancien rapport sur une comète, nous ne savons donc pas vraiment à quel genre d’objet nous avons affaire, à moins qu’il n’y ait une description plus complète. Un rapport faisant état d’une augmentation soudaine des « comètes » ou de phénomènes célestes similaires peut, en fait, signifier une augmentation de l’activité des ovnis.

Le lien entre les phénomènes aériens inhabituels et la peste noire a été établi immédiatement lors des premiers foyers de la peste en Asie. Comme nous le dit un historien :

Les premiers rapports [sur la peste] sont venus de l’Est. Ils étaient confus, exagérés, effrayants, comme le sont si souvent les rapports provenant de ce coin du monde : descriptions de tempêtes et de tremblements de terre, de météores et de comètes traînant des gaz nocifs qui tuaient les arbres et détruisaient la fertilité de la terre… .2

Le passage ci-dessus indique que d’étranges objets volants ne se contentaient pas de propager des maladies : ils pulvérisaient apparemment aussi des défoliants chimiques ou biologiques depuis les airs. Le passage ci-dessus fait écho aux anciennes tablettes mésopotamiennes qui décrivent la défoliation du paysage par les anciens « dieux » gardiens. De nombreuses victimes humaines de la peste noire pourraient avoir été causées par de tels défoliants.

Le lien entre les phénomènes aériens et la peste avait été établi des siècles avant la peste noire. Nous en avons vu des exemples dans notre discussion précédente sur la peste de Justinien. Une autre source nous a parlé d’une grande peste qui aurait éclaté en 1117, soit près de 250 ans avant la peste noire. Cette peste a également été précédée de phénomènes célestes inhabituels :

En 1117, au mois de janvier, une comète passa comme une armée ardente du Nord vers l’Orient, la lune fut portée au rouge sang dans une éclipse, un an plus tard une lumière apparut plus brillante que le soleil. Ce phénomène fut suivi d’un grand froid, d’une famine et d’une peste, dont on dit qu’un tiers de l’humanité a péri. *3

Une fois que la peste noire médiévale a commencé, des phénomènes aériens notables ont continué à accompagner la redoutable épidémie. Les rapports de plusieurs de ces phénomènes ont été rassemblés par Johannes Nohl et publiés dans son livre The Black Death, A Chronicle of the Plague (1926). Selon M. Nohl, au moins 26 « comètes » ont été signalées entre 1500 et 1543. Quinze ou seize ont été vues entre 1556 et 1597. En l’an 1618, huit ou neuf ont été observées. M. Nohl souligne le lien que les gens ont perçu entre les « comètes » et les épidémies ultérieures :

En 1606, une comète a été vue, après quoi une peste générale a traversé le monde. En 1582, une comète a apporté un fléau si violent sur Majo, Prague, la Thuringe, les Pays-Bas et d’autres endroits qu’elle a emporté 37 000 personnes en Thuringe et 46 415 aux Pays-Bas4.

De Vienne, en Autriche, nous obtenons la description suivante d’un événement survenu en 1568. Nous voyons ici un lien entre une épidémie de peste et un objet décrit d’une manière remarquablement similaire à un OVNI moderne en forme de cigare ou de poutre :

Lorsque, au clair du soleil et de la lune, un bel arc-en-ciel et un faisceau ardent ont été vus planant au-dessus de l’église de St. Stéphanie, il s’en est suivi une violente épidémie en Autriche, en Souabe, à Augsbourg, au Wurtemberg, à Nuremberg et dans d’autres endroits, emportant des êtres humains et du bétail.5

Les observations de phénomènes aériens inhabituels se produisaient généralement de quelques minutes à un an avant une épidémie de peste. Les observations de phénomènes aériens inhabituels se produisaient généralement de quelques minutes à un an avant l’apparition de la peste.

Lorsqu’il y avait un intervalle entre une telle observation et l’arrivée de la peste, un deuxième phénomène était parfois rapporté : l’apparition d’effrayantes silhouettes humaines vêtues de noir. Ces silhouettes étaient souvent aperçues à la périphérie d’une ville ou d’un village et leur présence signalait presque immédiatement l’apparition d’une épidémie. Un résumé rédigé en 1682 relate une telle visite un siècle plus tôt :

Dans le Brandebourg [en Allemagne] apparurent en 1559 des hommes horribles, dont on vit d’abord quinze, puis douze. Les plus avancés avaient à côté de leur postérieur de petites têtes, les autres des visages effrayants et de longues faux, avec lesquelles ils coupaient l’avoine, de sorte que l’on pouvait entendre le bruit à une grande distance, mais l’avoine restait debout. Quand une quantité de gens accouraient pour les voir, ils continuaient à faucher.6

La visite des hommes étranges dans les champs d’avoine a été suivie immédiatement par une grave épidémie de peste dans le Brandebourg.

Cet incident soulève des questions intrigantes : qui étaient ces mystérieux personnages ?

Quels étaient les longs instruments ressemblant à des faux qu’ils tenaient et qui émettaient un fort bruit de frottement ? Il semble que les « faux » aient pu être de longs instruments conçus pour pulvériser du poison ou un gaz chargé de germes. Cela signifierait que les habitants ont interprété le mouvement des « faux » comme une tentative de couper l’avoine alors qu’en réalité, les mouvements étaient destinés à pulvériser des aérosols sur la ville.

Des hommes similaires vêtus de noir ont été signalés en Hongrie :

. . en l’an de grâce 1571, on vit à Cremnitz, dans les villes de montagne de Hongrie, le jour de l’Ascension, dans la soirée, à la grande perturbation de tous, lorsque sur le Scheersberg apparurent tant de cavaliers noirs que l’on pensa que les Turcs faisaient une incursion secrète, mais ils disparurent rapidement, et une peste furieuse se déclara alors dans le voisinage7.

Des hommes étranges vêtus de noir, des « démons » et d’autres figures terrifiantes ont été observés dans d’autres communautés européennes. Ces créatures effrayantes étaient souvent observées portant de longs « balais », des « faux » ou des « épées » qui étaient utilisés pour « balayer » ou « frapper » aux portes des maisons. Les habitants de ces maisons tombaient ensuite malades de la peste. C’est à partir de ces rapports que les gens ont créé l’image populaire de la « Mort » comme un squelette ou un démon portant une faux. La faux en est venue à symboliser l’acte de la Mort fauchant les gens comme des tiges de céréales. En regardant cette image obsédante de la mort, nous pourrions, en fait, regarder le visage de l’OVNI.

De tous les phénomènes liés à la peste noire, les « brumes » étranges et nocives sont de loin les plus fréquemment rapportées. Ces vapeurs étaient souvent observées même lorsque les autres phénomènes ne l’étaient pas.

M. Nohl souligne que les brouillards humides pestilentiels étaient « une caractéristique qui précédait l’épidémie tout au long de son évolution ».8 Un grand nombre de médecins de l’époque tenaient pour acquis que les brumes étranges étaient à l’origine de la peste. Ce lien a été établi dès le début de la peste noire, comme le raconte M. Nohl :

L’origine de la peste se trouvait en Chine, où elle aurait commencé à sévir dès l’année 1333, après qu’un terrible brouillard eut émis une odeur effrayante et infecté l’air9.

Un autre récit souligne que la peste ne se propageait pas d’une personne à l’autre, mais qu’on la contractait en respirant l’air nauséabond et mortel :

Pendant toute l’année 1382, il n’y a pas eu de vent, en conséquence de quoi l’air est devenu putride, de sorte qu’une épidémie s’est déclarée, et la peste ne s’est pas transmise d’un homme à l’autre, mais tous ceux qui en sont morts l’ont reçue directement de l’air.10

Des rapports faisant état de « brumes » mortelles et de « brouillards pestilentiels » sont parvenus de toutes les régions du monde infestées par la peste :

Une chronique de Prague décrit l’épidémie en Chine, en Inde et en Perse ; et l’historien florentin Matteo Villani, qui a repris le travail de son frère Giovanni après que celui-ci soit mort de la peste à Florence, rapporte le récit de tremblements de terre et de brouillards pestilentiels d’un voyageur en Asie ; …11.

Le même historien poursuit :

Un incident similaire de tremblement de terre et de brouillard pestilentiel a été rapporté de Chypre, et l’on croyait que le vent avait été si empoisonné que des hommes étaient terrassés et en mouraient12.

Il ajoute :

Les récits allemands parlent d’un brouillard lourd et nauséabond qui s’est avancé de l’Est et s’est répandu sur l’Italie13.

Cet auteur affirme que dans d’autres pays :

. … les gens étaient convaincus qu’ils pouvaient contracter la maladie par la puanteur, ou même, comme on le décrit parfois, qu’ils voyaient la peste arriver dans les rues sous la forme d’un brouillard blafard.14

Il résume, de manière assez dramatique :

La terre elle-même semblait en état de convulsion, tremblant et crachant, émettant des vents lourds et empoisonnés qui détruisaient les animaux et les plantes et appelaient à la vie des essaims d’insectes pour compléter la destruction.15

D’autres auteurs se font l’écho d’événements similaires. Un journal de 1680 rapporte cet étrange incident :

Entre Eisenberg et Dornberg, trente cercueils recouverts de tissu noir ont été vus en plein jour, parmi lesquels un homme noir se tenait sur un cercueil avec une croix blanche. Une fois ces cercueils disparus, une grande chaleur s’est installée, si bien que les habitants de l’endroit ont eu du mal à la supporter. Mais lorsque le soleil s’est couché, ils ont perçu un parfum si doux qu’ils se sont crus dans un jardin de roses. A ce moment-là, ils étaient tous plongés dans l’inquiétude. C’est alors que l’épidémie se déclara en Thuringe en de nombreux endroits.16

Plus au sud, à Vienne :

… on accuse les brumes malodorantes d’être le signe de la peste et, en effet, plusieurs d’entre elles ont été observées l’automne dernier.17

En provenance directe de la ville d’Eisleben, ravagée par la peste, nous obtenons ce récit amusant et peut-être exagéré publié dans un journal le 1er septembre 1682 :

Dans le cimetière d’Eisleben, le 6 inst. [ ?] la nuit, l’incident suivant a été remarqué : Alors que pendant la nuit les fossoyeurs travaillaient dur pour creuser des tranchées, car plusieurs jours, entre quatre-vingt et quatre-vingt-dix personnes sont mortes, ils ont soudainement observé que l’église du cimetière, plus particulièrement la chaire, était éclairée par un soleil radieux. Mais lorsqu’ils s’en approchaient, une obscurité si profonde et un brouillard noir et épais s’installaient dans le cimetière qu’ils pouvaient à peine se voir, ce qu’ils prenaient pour un mauvais présage. C’est ainsi que jour et nuit, on voit d’horribles esprits maléfiques effrayer les gens, des lutins qui leur font des grimaces et les assaillent, mais aussi de nombreux fantômes et spectres blancs… 18.

Le même article de journal ajoute plus tard :


Lorsque le Magister Hardte a expiré dans son agonie, on a vu une fumée bleue s’élever de sa gorge, et ce en présence du doyen ; la même chose a été observée dans le cas d’autres personnes expirant. De la même manière, on a observé que de la fumée bleue s’élevait des pignons des maisons d’Eisleben, dont tous les habitants sont morts. Dans l’église Saint-Pierre, de la fumée bleue a été observée près du plafond ; pour cette raison, l’église est évitée, d’autant plus que la paroisse a été exterminée19.

Les « brumes » ou poisons de la peste étaient suffisamment épaisses pour se mélanger à l’humidité normale de l’air et se fondre dans la rosée du matin. Les gens étaient avertis de prendre les précautions suivantes :

Si du pain fraîchement cuit est placé pour la nuit au bout d’un poteau et que le matin on le trouve moisi et qu’il est devenu vert, jaune et immangeable, et que lorsqu’on le jette aux volailles et aux chiens, ils en meurent, de même si les volailles boivent la rosée du matin et en meurent, alors le poison de la peste est à portée de main20.

Comme nous l’avons déjà noté, les « brumes » mortelles étaient directement associées à des lumières brillantes et mobiles dans le ciel. D’autres sources de puanteur ont également été signalées. Par exemple, Forestus Alcmarianos a écrit au sujet d’une monstrueuse « baleine » qu’il avait rencontrée et qui était :

28 ells [105 pieds] de long et 14 ells [33 pieds] de large qui, venant de la mer de l’ouest, a été projetée sur le rivage d’Edgemont par de grandes vagues et n’a pas pu regagner le large ; elle a produit une telle saleté et une telle malignité de l’air que très vite une grande épidémie s’est déclarée à Edgemont et dans les environs21.

Il est dommage que M. Alcmarianos n’ait pas fourni une description plus détaillée de la baleine mortelle, car il aurait pu s’agir d’un engin similaire aux OVNI modernes qui ont été observés entrant et sortant de plans d’eau. D’un autre côté, la baleine de M. Alcmarianos n’était peut-être qu’une baleine morte et pourrie qui s’est échouée sur le rivage juste avant l’apparition de la peste dans les environs.

Il est significatif que les brumes et l’air vicié aient été accusés d’être à l’origine de nombreuses autres épidémies dans l’histoire. Lors d’une épidémie dans la Rome antique, le célèbre médecin Hippocrate (vers 460-337 avant J.-C.) a déclaré que la maladie était due à des perturbations corporelles provoquées par des changements atmosphériques.

Pour y remédier, Hippocrate a demandé aux gens de construire de grands feux de joie publics. Il pensait que les grands feux redresseraient l’air. Le conseil d’Hippocrate a été suivi des siècles plus tard par les médecins lors de la peste médiévale.

Les médecins modernes voient cependant d’un mauvais œil les conseils d’Hippocrate à ce sujet, car ils pensent qu’Hippocrate ignorait les véritables causes de la peste. En réalité, les grands feux de joie en plein air étaient la seule défense concevable contre la peste si celle-ci était effectivement causée par des aérosols saturés de germes. Les vaccins pour combattre la peste n’avaient pas encore été inventés et le seul espoir du peuple était donc de brûler les « brumes » mortelles avec du feu. Hippocrate et ceux qui ont suivi ses conseils ont peut-être sauvé quelques vies.

De manière significative, les pestes bubonique et pneumonique n’ont pas été les seules maladies infectieuses de l’histoire à être propagées par d’étranges brouillards mortels. La maladie intestinale mortelle, le choléra, en était une autre :

Lorsque le choléra s’est déclaré à bord du navire de Sa Majesté Britannia dans la mer Noire en 1854, plusieurs officiers et hommes ont affirmé avec certitude qu’immédiatement avant l’épidémie, une curieuse brume sombre s’est élevée de la mer et est passée au-dessus du navire. La brume avait à peine quitté le navire que le premier cas de maladie était annoncé.22

Des brumes bleues ont également été signalées en relation avec les épidémies de choléra de 1832 et 1848-1849 en Angleterre.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les fléaux avaient une signification religieuse très forte. Dans la Bible, les fléaux étaient considérés comme la méthode utilisée par Jéhovah pour punir les gens du mal. Les « présages » précédant les épidémies de peste noire ressemblaient à de nombreux « présages » rapportés dans la Bible :

Les hommes confrontés à la terreur de la peste noire étaient impressionnés par la chaîne d’événements menant au fléau final, et les récits de l’arrivée de la peste du XIVe siècle sélectionnaient parmi tous les événements sinistres qui avaient dû se produire dans les années précédant l’épidémie de 1348 ceux qui ressemblaient le plus aux dix plaies de Pharaon : perturbations de l’atmosphère, tempêtes, invasions inhabituelles d’insectes, phénomènes célestes23.

En outre, la forme bubonique de la peste était très similaire, voire identique, à certains des châtiments infligés par « Dieu » dans l’Ancien Testament :

Mais la main de l’Éternel s’appesantit sur le peuple d’Ashdod [une ville philistine], il le fit périr, et le tua par des émeraudes [gonflements douloureux]. 1 SAMUEL 5:6

. … la main de l’Eternel s’abattit sur la ville [Gath, autre ville philistine] avec une très grande violence ; il tua les hommes de la ville, jeunes et vieux, et ils avaient des émeraudes dans leurs parties intimes. 1 SAMUEL 5:9

. … il y eut une destruction meurtrière dans toute la ville ; la main de Dieu y était très lourde. Les hommes qui survécurent furent affligés d’émeraudes, et les cris de la ville montèrent jusqu’au ciel. 1 SAMUEL 5:11-12

L’aspect religieux de la peste noire médiévale a été renforcé par des rapports faisant état de bruits de tonnerre liés aux épidémies de peste. Ces sons étaient similaires à ceux décrits dans la Bible comme accompagnant l’apparition de Jéhovah. Il est intéressant de noter qu’il s’agit également de sons communs à certaines observations d’OVNI :

Pendant la peste de 1565, en Italie, des grondements de tonnerre ont été entendus jour et nuit, comme dans une guerre, ainsi que le tumulte et le bruit d’une puissante armée. En Allemagne, en de nombreux endroits, on entendait un bruit comme si un corbillard passait dans les rues de son propre chef…24

Des bruits similaires ont accompagné d’étranges phénomènes aériens dans des observations remarquables liées à la peste en Angleterre. L’objet décrit dans la citation ci-dessous est resté visible pendant plus d’une semaine et semble être une véritable comète ou une planète (comme Vénus) ; cependant, certains des autres objets ne peuvent être qualifiés que de « non identifiés ». L’historien Walter George Bell, s’appuyant sur des écrits de l’époque, résume :

Tard dans les sombres nuits de décembre de l’année 1664, les citoyens londoniens se sont assis pour observer une nouvelle étoile flamboyante, avec « de grandes discussions » à la clé. Le roi Charles II et sa reine regardaient par les fenêtres de Whitehall. Vers l’est, elle s’élevait, n’atteignant pas une grande altitude, et descendait sous l’horizon sud-ouest entre deux et trois heures.

En une semaine ou deux, elle avait disparu, puis des lettres arrivèrent de Vienne signalant la vue d’une comète brillante, et « dans l’ayr [air] l’apparition d’un cercueil, qui cause une grande inquiétude parmi le peuple ». Erfurt a vu avec elle d’autres apparitions terribles, et les auditeurs ont détecté des bruits dans l’air, comme des feux, et des sons de canon et de coup de mousquet.

On raconte qu’une nuit du mois de février suivant, des centaines de personnes avaient vu pendant une heure des flammes de feu qui semblaient être projetées de Whitehall à St James, puis de nouveau à Whitehall, après quoi elles disparaissaient.

En mars, une comète encore plus brillante est apparue dans le ciel, visible deux heures après minuit, et ce jusqu’au lever du jour. C’est avec ces présages de mauvais augure que la Grande Peste de Londres a été annoncée.25

D’autres « présages » moins fréquents ont également été signalés en rapport avec la peste noire. Certains de ces phénomènes étaient des fictions évidentes. Il est important de noter que ces fictions n’étaient pas très répandues et qu’elles étaient rarement rapportées en dehors des communautés dans lesquelles elles étaient apparues.

Les citations précédentes fournissent la preuve que les OVNIs (c’est-à-dire la société gardienne) ont bombardé la race humaine de maladies mortelles. Cette preuve est particulièrement intrigante lorsque l’on considère les affirmations d’un certain nombre de personnes contactées par des OVNIs modernes qui disent relayer des messages à l’humanité en provenance de la société des OVNIs.

Certains d’entre eux affirment que les ovnis sont là pour aider l’humanité et que les ovnis vont éradiquer les maladies sur Terre. La civilisation OVNI n’aurait aucune maladie. Si la civilisation gardienne est effectivement en si bonne santé, c’est peut-être uniquement parce qu’elle ne se bombarde pas d’armes bactériologiques.

Si les ovnis avaient vraiment l’intention d’apporter la santé à la race humaine, il leur suffirait peut-être d’arrêter de pulvériser des agents biologiques infectieux dans l’air.

La peste noire n’a pas seulement tué un grand nombre de personnes, elle a également causé de profondes blessures psychologiques et sociales.

Dans le passé, les gens étaient convaincus que les épidémies étaient une punition de Dieu pour le péché, ce qui a provoqué un profond repli sur soi. Il était naturel pour les gens de s’accuser et d’accuser leurs voisins de méchanceté et de se demander ce qu’ils avaient fait pour « mériter » leur punition. Il venait rarement à l’esprit des victimes que les fléaux, même s’ils étaient délibérément infligés, n’avaient rien à voir avec la volonté de rendre les êtres humains plus vertueux. Après tout, les effets sociaux et psychologiques de la peste ont produit le résultat inverse.

La misère et le désespoir générés par le nombre massif de morts ont entraîné une dégradation éthique généralisée. Dans un environnement moribond, de nombreuses personnes ne se soucient plus de savoir si leurs actions sont bonnes ou mauvaises ; elles vont mourir de toute façon. Dans le climat de peur de la peste médiévale, les valeurs spirituelles ont sensiblement diminué et les aberrations mentales ont fortement augmenté.

Les mêmes résultats sont observés pendant la guerre. Bien que la Bible et d’autres ouvrages religieux puissent prêcher que les pestes et les guerres sont créées par « Dieu » pour rendre en fin de compte la race humaine plus vertueuse et spirituellement avancée, l’effet est toujours inverse.

La nature cataclysmique de la peste noire a éclipsé un autre événement désastreux des années de peste : une nouvelle tentative des chrétiens d’exterminer les Juifs. De fausses accusations circulaient selon lesquelles les Juifs étaient à l’origine de la peste en empoisonnant les puits.

Ces rumeurs ont suscité une haine redoutable des Juifs au sein des communautés chrétiennes dévastées par l’épidémie. De nombreux chrétiens ont participé aux génocides, qui ont peut-être fait autant de victimes, sinon plus, que le massacre des Juifs par les nazis au XXe siècle. Selon l’encyclopédie Collier’s :


Ce pays [l’Allemagne] a été le théâtre de massacres brutaux à l’échelle la plus vaste possible, qui ont périodiquement balayé le pays d’un bout à l’autre. Ces massacres ont culminé au moment de la terrible peste de 1348-1349, connue sous le nom de peste noire. Peut-être parce que leurs connaissances médicales et leur mode de vie hygiénique les rendaient un peu moins vulnérables que les autres, les Juifs ont été accusés de façon grotesque d’avoir délibérément propagé la peste, et des centaines de communautés juives, grandes et petites, ont été rayées de la carte ou réduites à l’insignifiance.

Par la suite, il ne resta dans le pays qu’un vestige brisé, principalement dans les petites seigneuries qui les protégeaient et même les encourageaient en raison des avantages financiers qu’elles apportaient. Seules quelques grandes communautés juives allemandes, comme Francfort-sur-le-Main ou Worms, ont réussi à maintenir une existence ininterrompue à partir de l’époque médiévale26.

Les génocides ont souvent été fomentés par les guildes commerciales allemandes, qui excluaient les Juifs de leurs membres. Nombre de ces guildes étaient des ramifications directes des anciennes guildes de la Fraternité.

En fait, l’appartenance aux organisations de la Fraternité et aux guildes européennes se chevauchait encore fortement au 14e siècle, les dirigeants des guildes étant souvent des hommes membres d’autres organisations de la Fraternité. Il s’agit là encore d’un cas où le réseau corrompu de la Confrérie a contribué de manière significative, voire a été la source principale, d’un génocide historique majeur.

L’Allemagne n’était pas la seule nation à accueillir des massacres de Juifs. La même chose s’est produite en Espagne. En 1391, un massacre de Juifs a été perpétré dans une grande partie de la péninsule espagnole.

Bien que des chrétiens effrayés aient fourni la main-d’œuvre nécessaire à ces terribles génocides, leurs activités n’étaient pas toujours approuvées par la papauté. Clément VI, qui fut pape de 1342 à 1352, eut le mérite d’essayer presque immédiatement de protéger les Juifs du massacre. Clément VI a publié deux bulles papales déclarant que les Juifs étaient innocents des accusations portées contre eux. Ces bulles appelaient tous les chrétiens à cesser leurs persécutions. Clément VI n’a cependant pas pleinement réussi, car à cette époque, de nombreuses guildes commerciales secrètes étaient devenues une faction unie engagée dans des activités anti-papales.

Le pape Clément n’a pas non plus démantelé l’Inquisition, et celle-ci a largement contribué à créer le climat social généralement oppressif dans lequel de tels massacres pouvaient se produire.


La combinaison de la peste, de l’inquisition et du génocide a fourni tous les éléments nécessaires à la réalisation de la prophétie apocalyptique. L’Église catholique était sur le point de s’effondrer en raison des nombreux ecclésiastiques décédés de la peste et de la perte de la foi populaire en l’Église, causée par l’incapacité de cette dernière à mettre fin à la « maladie de Dieu ». Un grand nombre de personnes proclamaient que la « fin des temps » était proche.

Comme le veut la prophétie, de nouveaux « messagers de Dieu » émergent de ce tumulte et promettent une utopie imminente. Les enseignements et les proclamations de ces nouveaux messies eurent un effet électrisant sur les Européens ravagés et provoquèrent un événement de première importance : la Réforme protestante.

19 – Luther et la Rose

AU 14e siècle, la région d’Europe que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d’Allemagne était constituée de nombreuses principautés et cités-états indépendantes. À cette époque, plusieurs de ces principautés étaient devenues les principaux centres d’activité de la Fraternité en Europe, la plupart de ces activités étant concentrées dans l’État de Hesse, en Allemagne centrale.

En Allemagne et ailleurs, la Confrérie et certains de ses initiés les plus avancés étaient connus sous un nom latin : les « Illuminati », qui signifie « les illuminés ».* *Ces Illuminati ne doivent pas être confondus avec d’autres « Illuminati » fondés au XVIIIe siècle en Bavière par Adam Weishaupt. Les véritables Illuminati et les Illuminati de Weishaupt sont deux organisations distinctes. Les Illuminati bavarois de Weishaupt seront brièvement abordés dans un prochain chapitre.

L’une des branches les plus importantes des Illuminati en Allemagne était l’organisation mystique rosicrucienne. Le rosicrucianisme a été introduit en Allemagne par l’empereur Charlemagne au début du neuvième siècle après J.-C. La première loge rosicrucienne officielle d’Allemagne a été établie dans la ville de Worms, dans l’Etat allemand de Hesse, en l’an 1100 après J.-C.

Les rosicruciens sont devenus célèbres pour leur dévouement à l’alchimie, leurs symboles mystiques complexes et leurs degrés d’initiation secrets. Les liens entre les Illuminati et les premiers rosicruciens étaient très étroits, dans la mesure où la progression dans les degrés rosicruciens entraînait souvent l’admission chez les Illuminati. 102s

Un certain nombre d’histoires rosicruciennes affirment à tort que les rosicruciens n’ont pas commencé leur existence avant 1614, année où les rosicruciens allemands ont publié un pamphlet dramatique en Hesse annonçant leur présence et invitant les gens à les rejoindre. L’une des raisons pour lesquelles cette erreur est si souvent commise, et pourquoi il est si difficile de retracer l’existence consécutive de l’Ordre de la Rose-Croix, est la politique adoptée par l’Ordre de s’engager dans des cycles de 108 ans d' »activité » et d' »inactivité ». Selon le règlement, chaque branche majeure de l’Ordre rosicrucien devait établir une date officielle de sa fondation.

À partir de cette date, chaque branche devait ensuite calculer des périodes successives de 108 ans. La première période devait être une période d’activité « extérieure » très médiatisée, au cours de laquelle l’existence de la branche devait être largement connue du public et la branche devait recruter ouvertement de nouveaux membres.

La période suivante devait consister en une activité cachée, silencieuse, sans publicité et sans que personne en dehors de la famille immédiate des membres ne soit admis comme membre. Chaque branche rosicrucienne alternait ensuite entre ces deux phases tous les 108 ans. Comme les organismes rosicruciens alternaient entre leurs phases « extérieure » et « cachée », il semblait aux observateurs que les ordres rosicruciens apparaissaient et disparaissaient dans l’histoire. Selon le Dr Lewis de l’AMORC, « on ne sait pas exactement pourquoi cette nouvelle réglementation est entrée en vigueur « 1.

Les Illuminati et les Rosicruciens étaient les principales puissances à l’origine d’une nouvelle vague de mouvements religieux durant les années 198 de la peste de William Bramley. L’un des premiers de ces mouvements était une religion mystique connue sous le nom d' »Amis de Dieu ».

Les Amis de Dieu sont apparus en Allemagne l’année même où la peste noire a frappé l’Europe. L’organisation des Amis a été fondée par un banquier du nom de Rulman Merswin qui avait commencé sa carrière financière très tôt et en avait tiré une fortune considérable. Selon Merswin, en 1347, il a été approché par un étranger qui prétendait être un « ami de Dieu ». L’identité de ce mystérieux étranger n’a jamais été révélée par Merswin, ce qui a conduit à soupçonner Merswin de l’avoir simplement inventé. Il semble toutefois que l' »ami » de Merswin était bien réel, et assez influent, comme en témoignent le changement soudain survenu chez Merswin et le soutien considérable que le mouvement des Amis a pu recueillir si rapidement.

Lors d’une de leurs premières rencontres, le mystérieux ami de Merswin a déclaré qu’il avait eu de nombreuses révélations mystiques directement de Dieu et que Merswin avait été choisi pour diffuser ces révélations au reste du monde. Merswin est profondément impressionné. Après cette rencontre, Merswin abandonne son activité bancaire, « prend congé du monde » et se consacre, avec sa fortune personnelle, à la diffusion de la nouvelle religion que lui apporte le mystérieux étranger.

Il s’avère que ce que l’étranger a poussé Merswin à créer était une autre branche du réseau de la Fraternité. Les enseignements des Amis étaient profondément mystiques et étaient divulgués par un système de degrés et d’initiations secrètes. L’histoire rapporte que des mystiques « illuminés » et d’autres Illuminati figuraient parmi les principaux soutiens de Merswin.

Les enseignements des Amis de Dieu n’étaient pas seulement mystiques, ils étaient aussi fortement apocalyptiques. Les Amis prêchaient un puissant message de fin du monde pour gagner des convertis. Merswin affirme avoir reçu de nombreuses « révélations » surnaturelles dans lesquelles il apprend que Dieu s’est dégoûté du pape et de l’Église catholique. Dieu faisait désormais confiance à des personnes comme Merswin pour mener à bien ses plans sacrés. Selon Merswin, Dieu prévoit de punir sévèrement l’humanité dans un avenir proche en raison de la corruption et du péché croissants de l’humanité. Merswin avait le devoir sacré de prêcher la nécessité pour chacun de devenir complètement obéissant à Dieu.

Merswin n’était pas le seul à diffuser ce terrible message. Des prophètes similaires ont également trouvé leur chemin dans le mouvement des Amis en portant des avertissements identiques. Ils ont tous insisté sur la nécessité d’obéir indéfectiblement à Dieu à la veille de la destruction du monde. Merswin et ses collègues prophètes de malheur avaient certainement raison sur un point : le monde était sur le point de subir un cataclysme. La peste noire ne fait que commencer.

Les Amis de Dieu ont attiré de nombreux adeptes en Europe. Les adeptes apprenaient un programme en neuf étapes pour devenir totalement et inconditionnellement obéissant à Dieu. On leur faisait croire que ce régime les sauverait de la peste et de la dévastation sociale qui s’ensuivait autour d’eux.

La première étape du programme consistait en une confession sincère pour rétablir la santé. Un confessionnal bien fait peut avoir un effet très bénéfique sur un individu, alors qu’un confessionnal mal fait ou inutile peut être dommageable. La deuxième étape consistait en une résolution des adhérents « d’abandonner leur propre volonté et de se soumettre à un Ami de Dieu éclairé, qui sera leur guide et leur conseiller à la place de Dieu ».2 A la septième étape, un membre avait complètement abandonné toute volonté propre et avait « brûlé tous les ponts » pour devenir complètement soumis au Seigneur. À la dernière étape, tout désir personnel devait être détruit, l’individu devait être « crucifié au monde et le monde à lui », ne jouissant que de ce que Dieu fait et ne souhaitant rien d’autre.

Ces enseignements étaient un programme visant à rendre les êtres humains obéissants à un degré ultime. On enseignait aux membres que l’obéissance était la plus haute vocation d’un être spirituel et qu’il fallait s’y efforcer comme à une quête.

La conversion de Merswin à la religion de son mystérieux « ami » a été très préjudiciable à Merswin, comme sans doute à beaucoup d’autres. Merswin a rapidement commencé à souffrir de forts symptômes « maniaco-dépressifs » : le phénomène consistant à se trouver alternativement dans un état de bonheur puis à souffrir inexplicablement de dépression mentale, dans un sens comme dans l’autre. Chez Merswin, ces symptômes sont devenus graves et ils ont été perçus à tort par ses adeptes comme un signe de transformation religieuse.

Beaucoup de gens aujourd’hui reconnaîtraient de tels symptômes comme une indication que Merswin était lié à une influence répressive – dans ce cas, la Fraternité corrompue et probablement son mystérieux « ami ».

Au cours de sa vie dans le mouvement des Amis, Merswin a continué à revendiquer de nombreuses expériences mystiques, y compris des « révélations communes » avec son « ami ». Dans l’une de ces révélations, on lui a dit d’utiliser son argent pour acheter une île à Strausberg afin d’en faire une retraite des Amis. Strausberg était la ville natale de Merswin et est située près de la frontière franco-allemande au sud-ouest.

Cinq ans plus tard, Merswin a eu une autre révélation commune dans laquelle il lui a été dit de remettre l’ensemble des activités des Amis à une organisation appelée l’Ordre de Saint-Jean, qui a régi le mouvement des Amis par la suite.* *La nature exacte de l’Ordre de Saint-Jean et son origine sont un mystère. Il a été décrit dans l’Encyclopédie de la franc-maçonnerie d’Albert MacKey comme un système de franc-maçonnerie du 17e siècle ayant une mission secrète.

L’Ordre de Saint-Jean décrit par MacKey est-il le même que celui qui s’était emparé du mouvement des Amis de Dieu trois siècles plus tôt, au 14e siècle ? Je n’en sais rien.

La religion des Amis de Dieu était l’un des nombreux mouvements mystiques qui ont proliféré pendant les années de peste. Ces mouvements étaient généralement de nature chrétienne, mais ils se présentaient comme une alternative à l’Église catholique et attiraient de nombreux catholiques mécontents sur cette base. Cela a commencé à diviser le monde chrétien. Malheureusement, cette scission ne signifiait pas que les chrétiens revenaient aux enseignements non-conformistes de Jésus.

Les nouvelles religions mystiques n’ont fait que renforcer l’accent mis sur l’obéissance et l’apocalypse. Cela a commencé à éloigner de nombreuses personnes de la religion et a contribué à jeter les bases du matérialisme radical qui a commencé à naître en Allemagne peu après.

Les Amis de Dieu et d’autres pratiques mystiques de l’époque sont devenus un poids lourd qui a entraîné l’un des plus grands défis jamais lancés à l’Église catholique : la Réforme protestante de Martin Luther.

Luther a commencé sa célèbre rébellion ecclésiastique au début des années 1500. À cette époque, l’Église catholique était tombée entre les mains du pape Léon X, fils de Laurent de Médicis. Lorenzo Di Medici était à la tête d’une riche maison bancaire internationale à Florence, en Italie.

La famille Médicis avait été impliquée dans la papauté une génération plus tôt, lorsque les Médicis avaient financé un archevêque qui devint plus tard le pape schismatique (« anti-pape ») Jean XXIII. Sous Jean XXIII, les Médicis se voient confier la tâche de collecter les impôts et les dîmes dus à ce pape. Pour mener à bien cette tâche, les Médicis disposent d’un vaste réseau de collecteurs et de sous-collecteurs. Les honoraires tirés de cette opération ont contribué à faire de la famille Médicis l’une des maisons de banque les plus riches et les plus influentes d’Europe.

L’implication de banquiers motivés par le profit dans les affaires de l’Église a transformé de nombreuses activités spirituelles de l’Église catholique en entreprises commerciales. Par exemple, les catholiques croyaient en l’importance du paiement des « indulgences ». Une indulgence est une somme d’argent versée pour compenser un péché. Lorsqu’elle est payée en conjonction avec une confession bien faite, la pénitence monétaire peut souvent être efficace pour soulager la culpabilité, surtout si l’argent est utilisé pour aider la partie lésée.

La plupart des indulgences, cependant, allaient dans les coffres de l’Église. Les collecteurs des Médicis étaient plus souvent préoccupés par la somme d’argent qu’une personne pouvait payer que par le fait que le pénitent en retire ou non un bénéfice spirituel. Il est compréhensible que de nombreux catholiques aient râlé et que leur mécontentement ait contribué à ouvrir la voie à Martin Luther.

Les livres d’histoire nous apprennent que Martin Luther était un prêtre et éducateur catholique allemand. Il a commencé sa carrière comme moine dans l’ordre des Augustins et a gravi les échelons jusqu’à occuper la chaire d’études bibliques à l’université de Wittenberg, dans l’État allemand de Saxe.

En tant que prêtre catholique, Luther était soumis au régime strict imposé à tout le clergé de l’Église. Il devait notamment se rendre régulièrement au confessionnal. Dans le confessionnal catholique, une personne confie en toute confiance à un prêtre les torts qu’elle a commis. Cette démarche est conçue pour aider à décharger une personne sur le plan spirituel. Comme nous l’avons déjà mentionné, une confession bien faite a un effet positif et, fait intéressant, elle semble nécessaire à un moment donné pour l’avancement spirituel de presque tout le monde. À l’époque de Luther, cependant, les confessions étaient souvent mal faites ou inutiles, de sorte que les gens ne ressentaient souvent qu’un faible soulagement.

Luther finit par trouver difficile d’aller au confessionnal. Il en était déjà venu à haïr le Dieu de la religion catholique, qui condamnait avec colère, et, par conséquent, il commençait à perdre sa foi dans la voie catholique du salut. Il y avait cependant une autre raison tout aussi importante pour laquelle Luther avait des difficultés à se confesser : il avait commis des actes qu’il ne pouvait ou ne voulait pas confesser.

Luther affirme qu’il a essayé de se purger de tous les péchés imaginables, mais que certains actes lui  » échappaient  » encore à la mémoire quand venait le moment de les divulguer à son confesseur. En partie à cause de cela, Luther ne se sentait pas progresser spirituellement et il désespérait d’atteindre un jour le salut. Il se sentait obligé de chercher une autre voie de guérison spirituelle qui ne l’obligerait pas à subir l’inconfort des confessionnaux.

Bien que Luther ait formulé de nombreuses critiques légitimes à l’encontre de l’Église catholique et prétendu qu’il essayait de rétablir l’Église chrétienne primitive de Jésus, il était, dans une certaine mesure, un homme mû par les démons de torts non confessés. En conséquence, il a contribué à créer une nouvelle forme de christianisme qui ne faisait que s’éloigner davantage des véritables enseignements de Jésus.

Malgré la corruption des enseignements de Jésus par les Romains de l’Est et les méthodes brutales de l’Inquisition, le catholicisme de l’époque de Luther conservait encore plusieurs éléments importants des enseignements non-conformistes de Jésus. Par exemple, l’Église catholique continuait à prêcher que le salut dépendait de l’individu. Elle enseignait en outre l’importance de faire de bonnes œuvres*, la nécessité de confesser le péché lorsqu’il avait été commis, et l’importance de rectifier les torts ou de les compenser.

L’Église catholique insistait sur le fait que l’homme avait le libre arbitre d’accepter ou de refuser le salut, que le salut ne pouvait être imposé à quiconque contre sa volonté (même par un Dieu monothéiste) et que tous les êtres humains étaient dotés du droit de rechercher le salut. Si les enseignements catholiques présentaient encore de nombreux défauts graves et manquaient d’une véritable science de l’esprit, ces idées reflétaient une partie de la vérité et de la décence qui étaient au cœur du message de Jésus. *Les bonnes œuvres sont importantes dans la mesure où elles améliorent l’environnement d’une personne et renforcent son niveau d’éthique, ce qui contribue à fournir une base pour le rétablissement spirituel final d’un individu. Malheureusement, l’Église catholique a utilisé les bonnes œuvres comme une carte de pointage.

Les catholiques croyaient que les bonnes œuvres (« mérites ») d’une personne étaient additionnées comme des points par Dieu, et qu’une fois qu’une personne avait accumulé suffisamment de mérites dans son « trésor », elle était assurée d’obtenir le salut (à condition de remplir quelques autres conditions). L’Église enseignait que les saints disposaient d’un surplus de mérites et que le pape pouvait transférer des mérites des trésors des saints à d’autres personnes dont les trésors étaient insuffisants. Les heureux bénéficiaires devaient naturellement verser de l’argent à l’Église pour cette faveur. Luther rejeta à juste titre la notion de mérites et de trésors, ce qui devint une question majeure pour laquelle il fut finalement excommunié.

Malheureusement, Luther n’a pas rétabli la compréhension de la véritable relation entre les bonnes œuvres et le salut, mais il a au contraire éliminé, à tort, l’accomplissement de bonnes œuvres, même s’il s’agit d’un ingrédient qui peut contribuer à jeter les bases du rétablissement spirituel d’une personne. Selon Luther, l’action qu’un individu pouvait entreprendre pour obtenir la grâce de Dieu consistait à croire en Jésus comme Sauveur et à accepter l’agonie et la crucifixion du Christ comme pénitence pour ses propres péchés.

La curieuse idée de Luther selon laquelle la crucifixion de Jésus peut être la pénitence pour les péchés d’autrui repose en partie sur le concept de « karma ». Le « karma » est l’idée que tous les actes commis dans cet univers finissent par « se retourner » contre une personne dans le futur. Les gens invoquent fréquemment l’idée de karma lorsqu’ils se demandent « Qu’ai-je fait pour mériter cela ? ».

Dans la science moderne, le « karma » a été exprimé comme suit : « Pour chaque action, il y a une réaction égale et opposée. » Dans le monothéisme, le « karma » se présente généralement sous la forme des punitions inévitables de Dieu pour le péché et des récompenses pour le bien. À un niveau personnel, le principe du karma semble se vérifier dans le sens où le monde que l’on crée, bon ou mauvais, par l’action ou l’inaction, est finalement le monde qui nous revient. Une mauvaise éthique semble avoir un effet boomerang sous la forme d’une dégradation spirituelle.

L’un des principaux avantages d’un confessionnal bien fait est qu’il semble en fait briser l’effet « boomerang » négatif et qu’il aide ainsi une personne à reprendre le chemin de la guérison spirituelle. Comme les confessionnaux de Luther n’étaient pas satisfaisants, il s’est senti obligé d’inventer un autre moyen d’échapper au cycle du « karma » imposé par les récompenses et les punitions de son Dieu monothéiste.

Luther a donc développé l’idée que Dieu permettrait que la douleur et la souffrance de Jésus sur la croix deviennent le « boomerang » pour tout le monde. En d’autres termes, en « croyant en » Jésus, vous ne souffrirez pas spirituellement pour les mauvaises choses que vous avez faites dans le passé, car Jésus a déjà souffert pour vous. Il s’agit d’une notion merveilleusement magique, mais ce n’est guère une philosophie de la responsabilité, et il n’est pas juste pour Jésus d’être censé assumer le poids des fautes de tous les autres.

Plus important encore, la solution de Luther ne fonctionne tout simplement pas. Beaucoup de gens se sentent et agissent mieux après avoir « proclamé le Christ » parce qu’ils ont reconnu leur existence spirituelle d’une manière qu’ils n’avaient pas faite auparavant et ils adoptent souvent un comportement plus éthique en conséquence, mais leur acte de croyance ne leur a pas permis de surmonter les nombreux autres obstacles qui se dressent sur la voie d’un rétablissement spirituel complet.

La clé de la réforme pour Luther aurait été de renforcer les bons principes encore vivants dans le catholicisme, tout en éliminant la commercialisation flagrante et les modifications apportées par les Romains orientaux à la doctrine chrétienne. Ce n’est pas la voie que Luther a choisi d’emprunter. Il a plutôt enseigné la fausse idée qu’une personne n’a aucun contrôle personnel sur son salut spirituel. Luther a convaincu les gens que le salut dépendait entièrement de la grâce d’un Dieu monothéiste.

Selon Luther, il n’y avait qu’une seule action qu’un individu pouvait entreprendre pour obtenir la grâce de Dieu, et c’était de croire en Jésus comme Sauveur et d’accepter l’agonie et la crucifixion du Christ comme pénitence pour ses propres péchés.

Les protestants ont continué à pratiquer le confessionnal, bien qu’il ne soit plus considéré comme vital pour obtenir le salut. La connaissance pratique de l’esprit était également largement ignorée. La méthode de Luther équivalait à un « salut rapide » : un simple acte de croyance. Luther enseignait que le salut était garanti par Dieu aussi longtemps qu’une personne continuait à croire en Jésus comme Sauveur.

Les idées de Luther étaient clairement mystiques. Cela n’est pas surprenant si l’on considère que Luther avait été fortement influencé par certaines des religions mystiques qui étaient si populaires dans son pays. Le principal mentor de Luther dans l’ordre augustinien, Johann von Staupitz, prêchait une théologie contenant de nombreux éléments des écrits des éminents mystiques allemands Heinrich Suso et Johann Tauler. Tauler était l’un des mystiques les plus lus du XIVe siècle et il était associé au mouvement des Amis de Dieu. Luther est devenu un lecteur assidu des œuvres de Tauler.

La preuve d’un lien plus direct de Luther avec le réseau de la Fraternité se trouve dans le sceau personnel de Luther. Le sceau de Luther était composé de ses initiales de part et d’autre de deux symboles de la Fraternité : la rose et la croix. La rose et la croix sont les principaux symboles de l’ordre rosicrucien. Le mot « Rose-Croix » lui-même vient des mots latins « rose » (« rose ») et « crucis » (« croix »).

Tant pendant sa vie qu’après, Luther comptait parmi ses partisans des personnes et des familles importantes qui étaient actives au sein des Illuminati et du rosicrucianisme. L’un d’entre eux était Philippe le Magnanime, chef de la puissante maison royale de Hesse, dont les descendants allaient plus tard occuper des postes de direction importants dans les organisations de la Fraternité, en particulier dans la franc-maçonnerie allemande, comme nous le verrons plus tard.

En tant que l’un des principaux dirigeants de la Réforme, Philippe le Magnanime a fondé l’université protestante de Marbourg et a organisé une alliance politique contre l’empereur allemand catholique, Charles Quint.

Après la mort de Luther, sa religion a été soutenue par Sir Francis Bacon (1561-1626), qui fut un temps le Lord Chancelier d’Angleterre. Bacon était également le plus haut dirigeant de l’ordre rosicrucien en Grande-Bretagne. L’une des plus grandes contributions de Bacon à la Réforme provient de ses efforts en tant que coordinateur d’un projet visant à créer une Bible protestante anglaise autorisée sous l’égide de son roi, Jacques Ier. Cette Bible, connue sous le nom de « King James Version », a été publiée en 1611 et est devenue la Bible la plus utilisée dans le monde protestant anglophone.

Luther et ses partisans créent le plus grand schisme de l’histoire chrétienne. Un pouvoir énorme a été arraché à l’Église catholique romaine. Les sectes protestantes représentent aujourd’hui environ un tiers de tous les chrétiens dans le monde, et près de la moitié de tous les chrétiens en Amérique du Nord. L’Église catholique ne s’est cependant pas laissée faire sans se battre. Les catholiques ont lancé une Contre-Réforme dans une tentative infructueuse d’étouffer les hérésies protestantes. Cette contre-réforme a été menée par une nouvelle organisation de type confrérique créée à cet effet : la Compagnie de Jésus, mieux connue sous le nom de Jésuites.

L’ordre des Jésuites a été fondé en 1540 par un soldat devenu clerc, Ignace de Loyola. Les Jésuites étaient une société secrète catholique avec des degrés d’initiation, des périodes de probation et de nombreux rituels secrets. Elle était également militante. Les jésuites étaient encouragés à adopter un esprit de soldat et de loyauté envers leur « capitaine » Jésus. Ignace a été choisi pour être le premier « général » de l’Ordre en avril 1741.

L’image de Jésus en tant que capitaine quasi-militaire peut sembler plutôt humoristique pour quiconque est familier avec les enseignements de Jésus, mais cette image a contribué à faire de l’Ordre des Jésuites un cadre efficace pour combattre les protestants.

S’il est vrai que la Réforme a éloigné la race humaine de la compréhension spirituelle, elle a eu un effet très bénéfique : elle a contribué à briser les reins de l’Inquisition catholique. L’Inquisition était l’une des institutions les plus oppressives qui aient pesé sur l’esprit humain. Les inquisiteurs s’immisçaient dans presque toutes les activités humaines, de la religion aux sciences en passant par les arts.

L’Inquisition imposait certaines des pensées scientifiques les plus désespérément archaïques en menaçant les gens de torture et de mort. Elle entravait le développement de nombreux beaux-arts, notamment le théâtre. Les enseignements des protestants n’avaient probablement pas une grande importance ; ils auraient quand même pu apporter un énorme soulagement à l’Europe tant qu’ils étaient capables de réduire le pouvoir de l’Inquisition catholique. Il y avait cependant un prix à payer pour cet avantage, celui d’un matérialisme toujours plus profond.

Les philosophies de l' »humanisme », du « rationalisme » et d’autres idéologies similaires à tendance matérialiste ont connu un regain de vigueur dans le climat de la Réforme.

Plus important encore, nombre des effets positifs de la Réforme ont été annulés par le fait que le protestantisme n’était qu’une faction humaine de plus placée dans un conflit insoluble avec d’autres factions sur des questions religieuses erronées. Luther lui-même y a contribué en laissant entendre que le pape représentait les forces de « l’anti-Christ ». Il en a résulté davantage de guerres, cette fois entre catholiques et protestants – notamment aujourd’hui en Irlande.

Bien que le réseau de la Fraternité ait continué à générer des conflits au cours des siècles abordés dans ce chapitre, il est important de noter qu’une influence non-conformiste s’est manifestée dans l’organisation rosicrucienne au début des années 1600.


L’objectif rosicrucien de rétablissement spirituel individuel et certains de ses enseignements étaient remarquablement similaires à certains objectifs francs-tireurs antérieurs. La littérature rosicrucienne moderne des États-Unis continue de refléter une partie de cette influence positive en tentant de propager une vision plus scientifique des phénomènes spirituels et en enseignant que les humains peuvent contrôler intelligemment leur vie. Malheureusement, le rosicrucianisme moderne contient encore de nombreux éléments gardiens qui empêcheront les adhérents de parvenir à une réhabilitation spirituelle complète.

Bien que les rosicruciens aient contribué au succès de la Réforme, ils n’ont pas atteint une grande notoriété avant l’année 1614 lorsque, comme nous l’avons déjà mentionné, une loge de rosicruciens allemands a entamé une phase d’activité « extérieure » en produisant en masse un pamphlet annonçant la présence de rosicruciens dans la plus grande principauté de Hesse, Hesse-Kassel.

Le pamphlet fait sensation en exhortant tous les gens à abandonner leurs faux enseignants, tels que le pape, Galien (un médecin grec antique populaire) et Aristote. Le pamphlet raconte également l’histoire d’un personnage fictif, « Christian Rosenkreuz », pour symboliser la fondation de l’Ordre de la Rose-Croix. Le pamphlet est surtout connu sous son nom abrégé, la Fama Fraternitatis (« Fraternité notée » ou « Fraternité célèbre »).

Le titre complet du pamphlet, traduit en anglais, est le suivant : Universal and General Reformation of the Whole Wide World, together with the Noted Fraternity of the Rosy Cross, inscribed to all the Learned and Rulers of Europe. – Réforme Universelle et Générale du Monde Entier, avec la Fraternité Notée de la Croix Rosée, inscrite à tous les Savant et Dirigeants d’Europe.

En dépit de sa tonalité pittoresque, le titre de la brochure révélait une intention extrêmement sérieuse: créer de vastes changements universels dans la société humaine.

À l’époque de la Fama Fraternitatis, le réseau de la Fraternité avait déjà lancé son programme pour réaliser cette transformation. Pendant les centaines d’années qui ont suivi, le réseau de la Fraternité a fourni au monde des dirigeants qui ont inspiré et dirigé des mouvements révolutionnaires violents dans toutes les parties du monde dans le but de provoquer une transmutation massive de la société humaine.

Ils ont réussi, et nous vivons aujourd’hui dans le monde qu’ils ont créé.

A suivre…


Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :