Secrets révélés

Le Hamas vient de ressusciter 11 000 Gazaouis

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, admet des failles dans les données sur les victimes.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré le 6 avril qu’il disposait de « données incomplètes » sur 11 371 des 33 091 décès palestiniens qu’il prétend avoir documentés.

Dans un rapport statistique, le ministère indique qu’il considère qu’un dossier individuel est incomplet s’il manque l’un des éléments de données clés suivants : numéro d’identité, nom complet, date de naissance ou date de décès.

Le ministère de la Santé a également publié un rapport le 3 avril reconnaissant la présence de données incomplètes, mais ne définissant pas ce qu’il entend par « incomplètes ». Dans ce rapport précédent, le ministère reconnaissait le caractère incomplet de 12 263 dossiers. On ne sait pas pourquoi, après seulement trois jours supplémentaires, ce nombre est tombé à 11 371, soit une diminution de plus de 900 enregistrements.


Analyses d’experts

Avant d’admettre des données incomplètes, le ministère de la Santé affirmait que les informations contenues dans plus de 15 000 dossiers de décès provenaient de « sources médiatiques fiables ». Cependant, le ministère n’a jamais identifié les sources en question et Gaza ne dispose pas de médias indépendants.

– David Adesnik , chercheur principal et directeur de recherche

« Il est important de reconnaître que le Hamas est profondément impliqué dans l’élaboration du récit qui émerge de Gaza, notamment en ce qui concerne le nombre de victimes de la guerre. De plus, ce contrôle des données s’étend au-delà des statistiques fournies par le ministère de la Santé contrôlé par le Hamas, car il existe également un effort délibéré pour minimiser le nombre de terroristes qui ont été tués par Israël pendant la guerre, potentiellement au nombre de plus de 10 000. »

– Joe Truzman , analyste de recherche principal au Long War Journal du FDD

Un record de fausses déclarations

Le 16 octobre, le ministère de la Santé a déclaré aux médias internationaux qu’une frappe aérienne israélienne était responsable d’une explosion qui a tué 500 Palestiniens à l’hôpital arabe Al Ahli, dans le nord de Gaza.

Les médias américains ont rapidement rapporté l’histoire, même s’il est devenu clair en quelques heures qu’il n’y avait aucune preuve pour étayer les allégations d’une frappe aérienne ou d’un bilan de près de 500 morts lors d’une explosion dans le parking de l’hôpital.

Un rapport non classifié du renseignement américain du 18 octobre indiquait que l’explosion avait probablement causé entre 100 et 300 morts , et qu’elle penchait vers des estimations de victimes se situant « dans le bas du spectre, entre 100 et 300 ».

Néanmoins, le ministère de la Santé n’identifie pas les personnes décédées à la suite de tirs palestiniens ratés, même si l’armée israélienne a rapporté que 12% des roquettes tirées au cours du premier mois de la guerre sont tombées à l’intérieur de Gaza, soit plus de 1 000 ratés au total.


5 choses à savoir sur le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le Hamas

Le ministère de la Santé de Gaza – la branche du ministère palestinien de la Santé contrôlée par le Hamas – est la principale source d’informations sur les victimes à Gaza.

Le Washington Post a cité un journaliste qui qualifiait le porte-parole du ministère de « seule possibilité » pour les journalistes de connaître le nombre de victimes. Certains médias identifient le ministère comme une entité contrôlée par le Hamas, d’autres non . Quoi qu’il en soit, les médias continuent d’utiliser les données du ministère.

Le Hamas contrôle le ministère de la Santé de Gaza

Après que le Hamas ait repris la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne en 2007, il a commencé à diriger un gouvernement parallèle au sein de l’enclave côtière. L’un des départements sous la tutelle du Hamas est la branche du ministère de la Santé à Gaza, chargée de diffuser les données sur les décès palestiniens à Gaza.

Le ministère de la Santé de Gaza a suscité la controverse en 2018 lorsqu’il a rapporté puis rétracté des affirmations, qui auraient été faites sous la pression du Hamas, selon lesquelles les gaz lacrymogènes israéliens auraient tué un enfant palestinien qui souffrait d’une maladie préexistante.

Il n’a pas non plus signalé les blessures que les forces de sécurité contrôlées par le Hamas ont infligées aux manifestants anti-Hamas en 2019.

La Maison Blanche juge les chiffres du ministère peu fiables

Interrogé sur le nombre de décès palestiniens signalés par le ministère de la Santé de Gaza, le président Joe Biden a déclaré :

« Je n’ai aucune idée que les Palestiniens disent la vérité sur le nombre de personnes tuées. »

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, a déclaré que la Maison Blanche n’utiliserait pas « les chiffres publiés par une organisation dirigée par une organisation terroriste ».

« Le Hamas a clairement intérêt, en termes de propagande, à gonfler autant que possible le nombre de victimes civiles », a prévenu Luke Baker, ancien chef du bureau de Reuters à Jérusalem.

Il a ajouté : « Tout responsable de la santé qui s’écarte des sentiers battus et ne donne pas le bilan des morts que le Hamas souhaite rapporter aux journalistes risque de graves conséquences. »

Le Hamas dirige Gaza d’une main de fer

Les menaces et les intimidations empêchent de nombreux habitants de Gaza de protester contre le régime corrompu et autoritaire du Hamas. Lorsque les Palestiniens descendent dans la rue, le Hamas les réprime violemment .

Le Hamas a également un historique de torture et d’exécution sommaire de collaborateurs présumés et de toute personne susceptible de saper le pouvoir du Hamas. Il existe de nombreux cas de terroristes du Hamas intimidant des journalistes et leurs intermédiaires locaux lorsque leurs reportages vont à l’encontre du discours privilégié du Hamas.

En 2014, le journaliste palestinien Radjaa Abou Dagga a écrit sur la manière dont le Hamas utilise l’hôpital Shifa à des fins militaires, mais a ensuite retiré son article, craignant pour sa famille.

Le Hamas a également arrêté un journaliste de Gaza en 2016 pour avoir publié des allégations de corruption au sein du ministère de la Santé.

Le récent incident d’Al-Ahli mine encore davantage la crédibilité du ministère

Le 16 octobre 2023, les médias du monde entier ont rapporté les affirmations rapides du ministère de la Santé de Gaza selon lesquelles des missiles israéliens avaient frappé l’hôpital al-Ahli, tuant environ 500 Palestiniens. La communauté du renseignement américain a estimé qu’une roquette palestinienne avait probablement causé les dégâts et a estimé que 100 à 300 personnes étaient mortes à l’hôpital, tandis qu’un responsable européen a estimé ce chiffre à moins de 50.

Le Washington Post et le Wall Street Journal , entre autres, ont ensuite révisé leurs estimations. couverture médiatique et a rapporté que les preuves penchaient fortement en faveur d’une roquette palestinienne comme cause de l’explosion. De même, les données du ministère incluent les Palestiniens tués par d’autres Palestiniens.

Lors des affrontements d’août 2022, par exemple, des roquettes palestiniennes ratées ont causé un tiers des décès palestiniens signalés.

Les Forces de défense israéliennes ont estimé que près d’un cinquième des roquettes palestiniennes tirées sur Israël au cours de ce conflit ont mal fonctionné ou n’ont pas atteint leur cible.

Le bilan des morts du ministère de la Santé de Gaza ne fait pas de distinction entre civils et combattants

Le ministère ne fait pas de distinction entre civils et combattants dans son décompte. Les chiffres des victimes n’identifient pas non plus les circonstances de la mort, ce qui rend impossible l’identification des terroristes morts lors de l’assaut initial contre Israël ou lors des opérations défensives israéliennes qui ont suivi.

Quelques jours après les horribles attaques du 7 octobre 2023, les autorités israéliennes ont déclaré avoir retrouvé les corps de 1 500 terroristes en Israël. Le ministère de la Santé n’a pas précisé si ces personnes étaient ou non comptabilisées dans son registre.

Le décompte des victimes du Hamas pourrait également inclure les mineurs et les adultes palestiniens aidant les combattants du Hamas à titre auxiliaire.

Une analyse du New York Times menée pendant la guerre entre Israël et le Hamas en 2014 a révélé que les hommes âgés de 20 à 29 ans étaient les plus surreprésentés parmi les morts.

Le Hamas emploie également des combattants au-dessus et au-dessous de cette portée, mais cela indique clairement que les attaques israéliennes ont ciblé et réussi à éliminer les terroristes du Hamas.

Mais tout cela n’a pas empêché la presse internationale de présenter les chiffres du Hamas comme la vérité absolue.

Malgré les incertitudes autour du nombre réel de morts à Gaza, le journal français Libération a choisi de faire sa Une avec ce bilan. Dans quel but ?

Le bilan invérifiable du Hamas que Libération met en Une

Le Monde et L’Humanité ont clairement choisi leur camp : celui du terrorisme et des entités totalitaires contre celui de la seule démocratie de la région. Ces trois principaux journaux de la gauche française ont pris le partie des massacreurs du 7 octobre.

« Relayer ce bilan de 30 000 morts va à l’encontre du b.a ba de ce qu’on enseigne en école de journalisme », déplore Clément Weill-Reynal.

« Dans les articles liés à cette Une, Libération reconnaît que ce chiffre est invérifiable, pourtant il le met en première page. Pour étayer ce chiffre, il interroge par ailleurs des membres d’ONG comme Médecins sans frontières ou Amnesty International, dont on sait à quel point le jugement par rapport à Israël est biaisé.

Enfin, le journal ne donne à aucun moment la parole à des responsables israéliens, en réaction à ce bilan. Autant de pratiques qui vont à l’encontre de la déontologie journalistique de base. La malhonnêteté de Libération est patente. »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 153 fois, 1 visites aujourd'hui)
Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading