Secrets révélés

Le Droit International

Tout le monde en parle, mais personne ne sait de quoi il parle !

Savez-vous pourquoi l’ONU ne crée pas l’Etat de Palestine ? C’est parce que la résolution 80 de sa Charte le lui interdit

Depuis tant d’années qu’ils le réclament, qu’est-ce qui empêche l’Union européenne, les Etats-Unis et l’ONU de créer l’Etat de Palestine dont ils rêvent ? Tout simplement le droit international, qui le leur interdit. S’ils avaient ce pouvoir, il y a bien longtemps qu’ils l’auraient utilisé.

Alors qui peut créer cet Etat ? Un vote unanime du Conseil de sécurité de l’ONU ? Non. L’Assemblée générale de l’ONU en réunion plénière ? Pas plus. La seule entité qui dispose du droit de créer l’Etat de Palestine, selon le droit international, c’est Israël, et uniquement Israël.


Plus précisément, c’est la résolution 80 de la Charte de l’ONU, le document qui a créé l’ONU en 1948, qui lui interdit d’approuver la demande de l’Autorité palestinienne et de l’OLP.

Et c’est pour cela que l’ONU et les nations européennes font pression sur l’Etat juif, au lieu de se réunir et de décider d’établir un Etat palestinien sur la rive occidentale du Jourdain et à Gaza.

Lorsque cette résolution 80 fut votée, elle fut officieusement appelée « la clause des juifs », car elle conservait intacts tous les droits accordés aux Juifs dans le Mandat britannique pour la Palestine de la Société des Nations, même après l’expiration dudit mandat les 14/15 mai 1948.

De quoi s’agit-il ?


La Charte des Nations Unies est un traité international. La résolution 80 de cette charte de l’ONU a force de traité international.

Appliquée au cas de la Palestine, elle explique que les Droits qui ont été donnés aux Juifs sur la terre d’Israël ne peuvent être modifiés d’aucune façon, sauf si un accord de tutelle entre les États ou parties concernées avait transformé le mandat en tutelle, ou en « territoire sous tutelle ».

En vertu du chapitre 12 de la même Charte, l’ONU avait une fenêtre de trois ans pour ce faire, entre le 24 octobre 1945 (date où la Charte des Nations Unies est entrée en vigueur) et le 14/15 mai 1948, date où le mandat britannique sur la Palestine a expiré et l’Etat d’Israël a été proclamé.
Comme aucun accord de ce type n’a été passé pendant ces trois ans, les droits donnés aux juifs dans le mandat britannique sur la Palestine ont force exécutoire, et l’ONU est bloquée par cet article 80. Elle ne peut ni l’annuler ni le modifier.

L’ONU n’a aucune possibilité de transférer une partie des Droits qui ont été donnés au peuple juif sur la Palestine à une entité non-juive, l’Autorité palestinienne en l’occurrence. Tous les juristes de l’ONU le savent, tous les spécialistes du droit international le savent, et butent sur cette résolution incontournable. Cela n’empêche pas la propagande, évidemment, et vous entendez régulièrement les médias parler de « violation par Israël du droit international ».

Pas besoin de vous faire un dessin, vous vous doutez bien que les journalistes n’ont aucune connaissance du droit international, et qu’ils se contentent de répéter ce que d’autres ont dit.

En revanche, quand vous aurez terminé la lecture de cet article, vous saurez, vous, ce que dit le droit international, et lorsque vous vous retrouverez dans une conversation avec des opposants, vous aurez les arguments pour leur répondre.

Allons plus loin dans le détail : de quels droits parle-t-on ?

Parmi les plus importants des Droits conférés aux Juifs dans le Mandat britannique figurent ceux de l’article 6. Il reconnaît aux Juifs :

« le droit d’immigrer librement sur la terre d’Israël et d’y établir des colonies de peuplement ».

Sous le mandat britannique, toute la Palestine était réservée à l’établissement du foyer national juif et du futur Etat juif indépendant, en confirmation de ce qui avait été décidé lors de la conférence de paix de San Remo en avril 1920.

Aucune partie de la Palestine concernée par le mandat britannique n’a été donnée pour la création d’un Etat arabe, car les droits des Arabes à l’autodétermination leur ont été accordés ailleurs : en Syrie, en Irak, en Arabie, en Egypte et en Afrique du Nord

En tout, il fut créé 21 Etats arabes sur une immense masse terrestre qui allait du golfe Persique à l’océan Atlantique. Contre un seul Etat juif, en Palestine historique.

Il n’y a donc, d’un point de vue juridique pour l’ONU, aucune possibilité de créer encore un Etat arabe indépendant sur le territoire spécifique de l’ex-Palestine mandataire réservé à l’autodétermination juive, et plus particulièrement en Judée, en Samarie et à Gaza.

Créer un tel Etat sur les terres juives serait illégal en vertu de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, et outrepasserait l’autorité juridique que l’ONU s’est elle-même donnée. C’est pourquoi L’ONU ne le fait pas. Elle est totalement bloquée par sa propre Charte, quelle que soit sa volonté politique.

L’ONU n’a pas le pouvoir de créer  un Etat Palestinien…
Pourtant, il existe un débat, superficiellement abordé dans les médias, car il relève du droit international, pour savoir qui peut décider de reconnaître la Palestine comme nouvel Etat membre de l’ONU. Au cours du débat, vous n’entendrez jamais que l’ONU a voté une résolution, la résolution 80 de sa charte*, qui lui interdit d’approuver la demande de l’Autorité palestinienne.

D’une manière plus générale, il est bon de rappeler qu’aucun article de la Charte des Nations Unies ne donne ni au Conseil de sécurité, ni à l’Assemblée générale, ni au Conseil de tutelle, le pouvoir de créer un État indépendant. Si ce pouvoir avait existé, l’ONU serait un pouvoir législatif universel qui pourrait faire ou défaire les États par sa propre volonté, et elle mettrait en péril l’ordre mondial.

L’ONU n’a aucun pouvoir légal pour créer un Etat, ou confisquer une partie du territoire d’un autre Etat.

Ileana Ros-Lehtinen, élue républicaine de Floride d’origine cubaine et responsable du comité des Affaires étrangères du parlement américain avait d’ailleurs demandé au Congrès, en août 2011, de voter des sanctions punitives contre l’ONU s’il s’obstine à donner droit à la demande des Palestiniens à la création d’un Etat.

Si quelqu’un veut vous expulser de chez vous, et que vous ne lui mettez pas sous le nez votre titre de propriété pour dire à l’intrus de passer son chemin, il ne faut pas se plaindre ensuite qu’il s’incruste.

C’est hélas ce que l’Etat d’Israël fait depuis 1967 jusqu’à présent.

Lorsque la Russie a annexé la Crimée dans le silence de la communauté internationale, Israël aurait dû, dans les 24 heures, annexer la Judée Samarie. La communauté internationale n’aurait pas pu réagir à l’un en faisant silence sur l’autre.

Lorsque vendredi 23 décembre, 14 Etats ont condamné les “colonies” israéliennes au Conseil de sécurité, le premier ministre israélien devait rappeler les droits d’Israël, il ne l’a pas fait. Il devait aussi dénoncer l’hypocrisie des Etats parmi les 14 à qui l’ONU a demandé de libérer leurs colonies, qui n’ont pas obtempéré, et qui condamnent Israël :

  • La France avec ses colonies de Polynésie française et de Nouvelle Calédonie,
  • La Russie avec la Crimée et l’occupation d’une partie de l’Ukraine,
  • La Chine avec le Tibet et les Îles en mer de Chine,
  • La Grande-Bretagne et ses 10 colonies,
  • La Nouvelle-Zélande avec Tokelau,
  • Les Etats-Unis avec les Îles Vierges, Guam, et Samoa.

Ceux-là ont droit d’enfreindre les résolutions de l’ONU concernant leurs colonies, et de voter pour qu’un autre Etat se retire des siennes ? Lesquelles ne sont même pas, au regard du droit international, des colonies ?

Mais si le principal intéressé ne dit rien, ce ne sont pas les Palestiniens qui vont le lui rappeler. Comme on fait son lit on se couche….

Malheureusement !


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 240 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page